Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Première partie. Les fondements africains originels

Chapitre premier. La Fondation du Royaume ses limites territoriales aux xve et xvie siècles

Texte intégral

1L’archéologie de l’âge du fer étant encore muette sur le passé congolais antérieur à l’arrivée des Européens, seules demeurent, comme source, les traditions orales qui ne permettent guère d’établir une chronologie rigoureuse.

  • 1 Cf. « História do Reino do Congo », (c. 1655), in Felner, Angola, pp. 375-377 ; Cavazzi, lib. II, (...)

2La fondation du royaume du Congo apparaît, dans ces traditions orales, comme la conséquence d’une querelle de famille, suivie d’une scission de clan et d’une émigration. Trois d’entre elles, courantes au xviie siècle, font état de l’événement1 :

3Selon la version recueillie par Cavazzi (1654-1667), Lukéni, fils cadet du roi du minuscule royaume du Bungu (situé sur la rive septentrionale du Congo, au point où il s’incurve avant de descendre vers la mer), s’installa avec ses partisans auprès d’un gué important, protégé par des rochers. Retranché derrière ces fortifications naturelles, il commença à exiger un péage de ceux qui traversaient le fleuve.

  • 2 Cavazzi, lib. II, § 86.

4Un jour, une dispute s’éleva entre lui et sa tante, qui prétendait être exemptée du péage en raison de son rang. Lukéni l’éventra sauvagement, crime d’autant plus abominable qu’elle était enceinte. Craignant l’inévitable colère de son père, mais soutenu par ses gens, qui approuvaient « son âme belliqueuse », Lukéni quitta avec eux le Bungu et traversa le fleuve pour s’installer sur l’autre rive2.

  • 3 Bernardo da Gallo, in op. cit., p. 468.

5La version recueillie par Bernardo da Gallo (c. 1700) ne fait aucune allusion au contrôle exercé par Lukéni sur le gué. C’est entre la mère de Lukéni et un passeur anonyme que surgit la dispute. Impatiente de traverser, car elle est enceinte, elle est en butte aux grossièretés du batelier, qui lui demande si elle se prend pour la reine ou la mère du roi. Elle s’en plaint à son fils et, pour venger l’insulte, celui-ci lui promet qu’elle sera en effet mère d’un roi, car il sera ce roi, mais non sans royaume. Avec une armée nombreuse il quitte sa patrie, traverse le Congo et part à la conquête du pays au sud du fleuve3.

  • 4 H.R.C., in Felner, Angola, p. 377.

6La version recueillie par l’auteur anonyme de l’História do Reino do Congo (c. 1655) précise seulement que le père de Lukéni avait beaucoup de fils et que Lukéni était le plus jeune. Ne voyant aucune possibilité de régner et fort ambitieux, celui-ci réunit autant de partisans qu’il en put trouver et passa sur l’autre rive du fleuve4.

7Les insultes adressées à la tante (ou à la mère) de Lukéni sont sans doute des inventions étiologiques pour justifier une scission provoquée par des facteurs que nous ignorons. Les deux versions racontent essentiellement la même histoire, envisagée sous des angles différents.

  • 5 Cf. infra, chap. II.

8La tante était vraisemblablement la reine-mère du royaume de Bungu et, de même que la reine, l’un des volets du triptyque de la souveraineté africaine5. Dans la version de Cavazzi, un crime consacre la rupture ; dans celle de Bernardo da Gallo, une insulte. La scission de la communauté est marquée autant par la substitution du chef que par l’émigration. Les deux femmes sont des reines-mères : l’une du royaume du « passé », l’autre de celui de l’ « avenir ».

  • 6 M.M.A., vol. VII, p. 291.
  • 7 In L. Jadin, art. cit., p. 169.

9De quand date la révolte de Lukéni ? Les sources se contredisent. Selon l’História do Reino do Congo (c. 1655), ce serait vers le début du xive siècle : « Il y a 350 ans ». L’auteur ajoute que six rois se succédèrent entre Lukéni et le premier roi chrétien, Nzinga a Nkuwu, mort en 1506. Un texte de 1624 précise que Nzinga a Nkuwu était le petit-fils du fondateur6. Enfin, selon Bernardo da Gallo (c. 1700), il n’y eut que deux rois entre Lukéni et Nzinga a Nkuwu7.

10Tout ce que nous pouvons dire, c’est que le royaume du Congo a probablement été fondé entre le début du xive siècle et le début du xve.

  • 8 H.R.C., in Felner, Angola, pp. 377-378.
  • 9 J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in Congo, t. II, n 4 (1930), p. 487. Le nom de São Salvad (...)
  • 10 M.M.A., vol. VII, p. 291.

11Le pays de la rive méridionale une fois conquis, Lukéni s’installa sur un mont situé à quatre lieues de l’actuel São Salvador et appelé Mongo Caila (Mongo wa Kaila), ou « Mont de la Répartition ». Là, il fit don à ses capitaines des provinces qu’il venait de soumettre8. Plus tard, il s’installera sur un autre mont appelé Nkumba a Ngudi, qui deviendra Mbanza Kongo puis, au temps du christianisme : Kongo dia Ngunga, « Congo de la Cloche », et finalement « São Salvador », nom qu’il porte encore aujourd’hui9. Lukéni prendra alors le titre de Ntinu mini a Lukéni10.

  • 11 M.M.A., vol. V, p. 386 (texte de 1607), (« Amburidos », une mauvaise transcription d’Ambundos) ; C (...)
  • 12 J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in op. cit., p. 479.
  • 13 O. Dapper, Naukeurige Beschrijuinge, p. 540.
  • 14 E. Torday, Descriptive Sociology of African Races, Londres, 1930, p. 1.

12Quelle était donc la population du pays que les Bakongo venaient de conquérir ? Selon Cadornega (1681) et la tradition moderne recueillie par Cuvelier, ils ont asservi un peuple bantou autochtone, d’ethnie et de langue différentes : les Ambundu11. Certaines régions étaient toutefois occupées par les Mbaka (des nains), notamment la région de Makuta, « C’étaient, disent les Noirs, des petits hommes à grosse tête, ventre proéminent et jambes courtes. Quand ils tombaient, ils avaient de la peine à se relever. Ils n’avaient pas d’instruments de fer. Ils recouvraient leurs morts avec des pierres »12. Parlant du Loango, Dapper (1668) fait également allusion à ces nains à grosse tête, qu’il appelle Bakke Bakke ou Mimos13. Ce sont les Akka ou Balwa dont parle Torday14.

13Quoi qu’il en soit, ces Batwa, ou Mbaka Mbaka, ou Akka, sont certainement les mêmes que les Akkata dont parle Bernardo da Gallo (c. 1700) :

  • 15 Bernardo da Gallo, in L. Jadin, op. cit., p. 481.

14« ... il est nécessaire de savoir qu’il y a deux peuples dans ce royaume [le Congo]. Un arrivé comme immigrant et l’autre vraiment du pays, celui-ci composé de soumis ou assujettis et l’autre de dominateurs. Les dominateurs sont ceux qui vinrent [...] avec le premier roi [...] Lukéni et ils s’appellent Essicongo ou nobles congolais habitants de la cité royale. Les autres, les soumis, sont ceux qui se trouvaient dans le pays et ceux des provinces du royaume, lesquels s’appellent Akkata, Alumbu ou paysans et ruraux »15.

  • 16 J. D. Clark, « A note on the pre-Bantu inhabitants of Northern Rhodesia and Nyasa-land », in S. A. (...)
  • 17 D. R. Brothwell, « Evidence of Early Population Change in Central and Southern Africa », in Man (1 (...)

15Les traditions orales d’une race pré-bantoue de nains à grosse tête, habitant jadis l’Afrique orientale ont été enregistrées par J. D. Clark16. Son refoulement progressif par les Bantous est actuellement l’objet d’études de nombreux archéologues et experts en anthropologie physique en Afrique anglophone17.

16L’absence de travaux archéologiques au Congo rend impossible, pour le moment, toute tentative de suivre le processus d’assimilation de cette race par les Bakongo envahisseurs, ou par leurs prédécesseurs les Ambundu. (Les Alumbu sont-ils les mêmes que les Ambundu ?)

  • 18 H.R.C., in Felner, Angola, p. 375.
  • 19 Cavazzi, lib. II, § 86.

17Au moment de la conquête, les Ambundu n’étaient pas organisés en un État centralisé. Ils vivaient répartis en chefferies indépendantes, qui allaient devenir les « provinces » du royaume du Congo18. Cavazzi déclare qu’un potentat nommé le Mabambòlo Mani Pangalla gouvernait la région autour de São Salvador19.

  • 20 Van Wing, Études Bakongo, Religion et Magie, p. 164. Notons la tradition rapportée par Francisco M (...)

18Mabambòlo, qui est un titre, correspond sans doute à celui du Mbumbulu « le premier des ngangas (sorciers) célèbres », dont Van Wing rapporte une tradition20.

  • 21 H.R.C., in Felner, Angola, p. 376. Kabunga, en kimbundu signifie « couvre-chef », donc un insigne (...)
  • 22 Ibid., loc. cit.

19Mais l’História do Reino do Congo donne à ce potentat un autre nom : c’était le Mani-Cabunga, sorte de « Grand Prêtre » qui vivait à São Salvador lorsque Lukéni y est arrivé21. Il s’agit d’un « chef de terre », faiseur de pluie et garant de la fécondité agricole. Il déterminait le moment des semailles et de la récolte. Ses successeurs étaient toujours là au moment où l’auteur rédigeait son História ; les Bakongo leur manifestaient le plus grand respect22.

  • 23 Ibid., loc. cit.

20Lukéni épousa la fille du Mani-Cabunga et ordonna à ses hommes de se marier avec des femmes du pays, « les nobles avec les nobles et les plébéiens avec les plébéiennes. Tous s’appelleront désormais Moxicongos [Bakongo] »23.

21La grande innovation de la conquête bakongo est le groupement de multiples petits royaumes en un grand État centralisé et gouverné par un monarque suprême résidant dans une capitale.

  • 24 Elles sont décrites par Pigafetta, lib. I, cap. viii.
  • 25 Cf. P.M., p. 51, doc. de 1526. Le Oembo existait encore en 1845, cf. A. J. Castro, « Roteiro da Vi (...)
  • 26 Cf. H.R.C., in Felner, Angola, p. 377.
  • 27 Cavazzi, lib. II, § 88 et Pigafetta, lib. I, cap. XII. Le Congo conservera ses territoires au nord (...)
  • 28 H.R.C., in Felner, Angola, p. 377.
  • 29 P.M., p. 51 (doc. de 1526).

22Les provinces qui formeront le noyau du royaume fondé par Lukéni sont le Mpemba (où se trouve la capitale), le Soyo, le Mbamba, le Nsundi, le Mpangu et le Mbata, toutes, à l’exception d’une partie du Nsundi, situées au sud du fleuve24. Sont aussi nommés le Oembo25 et le Oandu26. Seul, le Mbata reste hors de la domination directe de Lukéni. Son oncle maternel le conquit et se fit accorder un statut privilégié, équivalent presque à l’indépendance27. Les gouverneurs des autres provinces n’étaient pas nommés à vie, ils dépendaient du bon plaisir de Lukéni28. Au xvie siècle, sous le règne de D. Afonso I (1506-1543), le Mbata deviendra vraiment une province et aura également un gouverneur nommé par le roi29.

  • 30 E. G. Ravenstein, « A Sketch of the History of Kongo », in The Strange Adventures of Andrew Battel (...)

23Une tradition affirme que des fils de Lukéni partirent au nord du fleuve fonder les provinces de Kakongo et Loango30, mais ces dernières recouvrèrent leur indépendance avant la christianisation du Congo au début du xvie siècle. Le Loango et le Kakongo restèrent toujours des royaumes païens, dont les habitants sont d’ailleurs d’ethnie et de langue bakongo.

  • 31 Cf. M.M.A., vol. V, p. 384 (texte de 1607) ; les limites méridionales sont poussées exagérément ve (...)
  • 32 Cf. Pigafetta, lib. I, cap. viii ; Cadornega, t. III, p. 203, et Fr. Bernardo Maria Cannecatim, Co (...)
  • 33 I. de Cerqueira, Vida Social Indtgena na Colónia de Angola, Lisbonne, 1947, pp. 17-18.

24On ignore jusqu’où alla l’expansion du royaume du Congo, car il semble s’être déjà réduit lorsque sont écrites les premières relations portugaises, au xvie siècle. Il a vraisemblablement atteint, au nord, une ligne joignant la ville de Loango au Stanley Pool, le long de la vallée du Cuilu-Niari (en gros, le parallèle situé à 4° de lat. nord)31, à l’est le Cuango, et au sud le Cuanza. Cette aire coïncide avec celle de la langue kikongo, sauf au sud d’une ligne joignant Luanda à Cahenda, où le kikongo fait place au kimbundu. Fait singulier, cette frontière linguistique ne s’appuie sur aucun relief naturel32. C’est là que se trouvent les puissantes chefferies des Dembos. Selon la tradition orale locale, la région était, avant la conquête bakongo, couverte de forêts et d’une végétation très dense, où des tribus cannibales vivaient dans une anarchie constante. Les conquérants Bakongo (devenus depuis les Dembos) apportèrent l’ordre et la justice33.

  • 34 Cf. J. Gossweiller et E. A. Mendonça, Caria Fitogeográfica de Angola, Lisbonne, 1939.
  • 35 E. Dupont, Lettres sur le Congo, Paris, 1889, pp. 591-618.

25Tout l’espace occupé par le royaume du Congo constitue une aire de transition géographique entre la forêt dense (pluviisilva) au nord, et la savane arborisée au sud34. Des siècles de défrichement par les Bantous agriculteurs ont fait reculer la forêt vers le nord35.

26Même à son apogée, le royaume du Congo était essentiellement composé de deux éléments : le noyau étroitement administré, et les marches périphériques, sur lesquelles l’autorité du pouvoir central se faisait sentir avec beaucoup moins d’efficacité. En raison de leur éloignement, ces marches étaient plus ou moins en état de dissidence permanente et leurs rapports avec l’autorité assez lâches. On mesure bien les limites de la puissance royale à l’inconsistance des témoignages de soumission que le roi recevait de ce genre de « vassaux ». L’arrivée des Européens introduira un troisième pôle de référence dans les rapports bipolaires entre le pouvoir central et les marches, et fera naître dans ces dernières une tendance à la « désatellisation ».

27Quelles sont ces marches périphériques ?

  • 36 Pigafetta, lib. I, cap v.
  • 37 M.M.A., vol. II, pp. 236-237.
  • 38 Ibid., p. 38.

28Il y a d’abord le Loango. On ignore s’il a échappé à l’hégémonie congolaise avant ou après l’arrivée des Européens. Selon Pigafetta (1587) « ... le roi de Loango est ami du roi du Congo et l’on dit qu’il fut jadis son vassal »36. Que les Portugais de São Tomé aient encouragé les peuples au nord du fleuve à revendiquer leur indépendance, cela ressort clairement d’une lettre écrite en 1549 par Barros de Paiva, gouverneur de cette île37. Le Loango ne figure plus dans les titres du roi du Congo en 153938. Au début du xviie siècle, son indépendance ne fait aucun doute.

  • 39 M.M.A., vol. V, pp. 241-242. Dapper, en 1668, affirme que le roi du Congo revendique encore la sou (...)

29Le Kakongo et l’Angoï sont indépendants en 160739, mais rien ne permet de savoir depuis quand.

  • 40 P.M., p. 177.

30Le Bungu, dont on ignore s’il fut jamais effectivement incorporé au royaume du Congo, n’en faisait en tout cas plus partie en 1625, puisque les Jagas (cannibales nomades) l’avaient envahi l’année précédente, après avoir vaincu le roi40.

  • 41 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), (p. 171 de l’éd. de l’Acad. Port. de Hi (...)
  • 42 Id., loc. cit. ; M.M.A., vol. II, pp. 38 et 70 ; Garcia de Resende, Chronica da Vida de D. João II (...)
  • 43 In J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 143.
  • 44 M.M.A., vol. IV, pp. 369 et 403. Mucoco semble être une forme de Nkuwu = roi (Duarte Pacheco Perei (...)
  • 45 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 591.
  • 46 Id., loc. cit., aussi p. 554 : « Il passe pour le plus puissant prince de toute l’Afrique. »
  • 47 Anon., Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, ms espagnol, n° 324 (38), f° 150 (V), de la (...)
  • 48 H. Brunschwig, L’Avènement de l’Afrique Noire, Paris, 1963, p. 147.

31Au nord-est du Stanley Pool se trouve la « province » d’Anzica41 (ou d’Anzicana), habitée par les cannibales Bateke, différents par la langue et l’ethnie des Bakongo. Le nom de ce pays apparaît dans les titres du roi Dom Afonso en 1535, mais il était déjà en guerre avec le Congo à la fin du xve et au début du xvie siècle, et semble avoir obtenu très tôt son indépendance42. Un texte de la fin du xvie siècle affirme que le roi des « Anzicos » est « plus puissant et son royaume plus grand que celui du Congo ou d’Angola »43. Dès avant 1583, l’Anzicana n’était plus connue sous ce nom ; elle est désignée, dans les relations de l’époque, comme le « Royaume du Mucoco »44, dont la capitale s’appellera Monsol45. Dapper (1668) dira du Mucoco : « Ce roi passe pour beaucoup plus puissant que celui du Congo, ayant dix rois pour vassaux »46. Un texte de 1656, où le Mucoco est décrit comme « ... le plus misérable royaume qu’il soit dans cette région »47, ne nous paraît pas très digne de foi, car le royaume du Mucoco deviendra au xviiie siècle, avec l’empire Lunda, l’un des principaux viviers d’esclaves de l’intérieur de l’Afrique, et il en sera ainsi jusqu’à la fin du xixe siècle lorsque Brazza, en 1880, signera avec le roi le célèbre « traité Makoko »48.

  • 49 H.R.C., in Felner, Angola, p. 375.
  • 50 In J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 195.
  • 51 P.M., p. 176.

32A cheval sur la boucle du Cuango juste avant sa confluence avec le Kasai, se trouve l’Ocanga, décrit paradoxalement par l’auteur de l’História do Reino do Congo (c. 1655) comme « la province la plus orientale soumise aux rois [du Congo] et où il y a un roi indépendant »49. Selon une source de 1595, l’Ocanga paie un tribut au roi du Congo50, et un texte de 1624 confirme sa condition de vassal du duc de Mbata51. A la différence des autres marches, qui se libèrent progressivement de l’hégémonie congolaise, l’Ocanga et le Mbata paraissent s’y inféoder.

  • 52 Arch. Vat. Nunz di Spagna, vol. 38, f° 243, cité par J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 33 (...)
  • 53 Cadornega, t. III, p. 186. Cavazzi (1654-1677) le tient pour un royaume indépendant, (Cavazzi, lib (...)

33La province de Congo de Amulaça (Congo dia Nlaza) apparaît dans les titres du roi du Congo en 158352. Cadornega (1681) la situe, sans grande précision, dans l’intérieur à cent lieues de l’Ocanga53.

  • 54 M.M.A., vol. I, pp. 38 et 70.
  • 55 F. Lamal, « Basuku et Bayaka des districts Kwango et Kwilu au Congo », Annales du Musée Royal de l (...)

34Dans ses lettres de 1535 et de 1539, le roi D. Afonso mentionne parmi ses titres la province de Musuco54. Selon Lamal, elle était située sur la rive gauche du Cuango, entre le Congo de Amulaça et le Matamba. Vers la fin du xvie siècle, les Basuku émigrèrent au delà du Cuango pour s’installer près de la confluence de celui-ci avec la Nganga, avant de se disperser vers le nord-est et le sud55.

  • 56 M.M.A., vol. I, p. 540.
  • 57 Cavazzi, lib. I, § 17.
  • 58 Doc. cité par David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, Oxford, 1966, p. 107.

35Au sud de l’Ocanga, le cours du moyen Cuango forme la frontière orientale du Congo. Entre le Cuango et le haut Lucala s’étend la province du Matamba, apparemment vassale, en 1530, du roi du Congo, qui en reçoit un tribut de quelques manilles d’argent [sic !]56. Par la suite, son « roi » se révolta, mais on ignore à quelle date. Vers 1630, la « reine » Munongo Matamba sera vaincue par la célèbre reine Jinga (d’Angola), qui s’emparera du Matamba pour en devenir elle-même la reine57. La province du Oandu constituera alors la limite frontalière du Congo vers le sud-est jusqu’en 1643, date à laquelle la reine Jinga l’annexera au Matamba58.

  • 59 M.M.A., vol. II, p. 38. L’H.R.C. affirme que la souveraineté du Congo s’étend au delà du Cuanza (i (...)
  • 60 Ibid., p. 38.
  • 61 Pigafetta, lib. I, cap. iv.

36Les frontières méridionales du Congo et son hégémonie sur l’ancien royaume d’Angola constituent un problème compliqué et délicat. La limite extrême de la domination congolaise vers le sud semble avoir atteint au moins le Cuanza, (peut-être même l’avait-elle dépassé et englobé la « province » du Quisama, mentionnée parmi les titres du roi du Congo en 153259). L’Angola (qui est en réalité le titre du roi du Ndongo ou Dongo) n’est, au xvie siècle, qu’un petit territoire entre le Lucala et le Cuanza. Il est également cité parmi les titres du roi du Congo en 1532 comme « province »60, mais il n’est pas certain qu’il y ait eu un lien de vassalité à cette époque. Selon Pigafetta (1587), le roi d’Angola avait coutume de payer tribut au roi du Congo, mais depuis « un certain temps il est devenu seigneur absolu de son territoire » et se tient pour « ami et non vassal » du roi du Congo, lui envoyant de temps en temps un cadeau en guise d’hommage »61.

  • 62 In Felner, Um Inquérito à Vida Administrativa e Económica de Angola e do Brasil, Coïmbre, 1931, p. (...)
  • 63 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. cit., pp. 171-172.

37Toute la côte atlantique, depuis l’embouchure du Congo jusqu’à l’île de Luanda comprise, est placée directement sous la souveraineté congolaise. Domingos de Abreu de Brito (1591) affirme que l’île de Luanda avait été « prise et usurpée » au roi d’Angola, mais sans indiquer à quelle date62. Au début du xvie siècle, elle était habitée par des Congolais, et c’était de là que l’on expédiait vers la capitale de São Salvador les coquillages Zimbu, qui servaient de monnaie dans le royaume63.

38De toutes les frontières du Congo, celle de la mer apparaît comme la plus sûre, parce qu’immuable, fermée et vide... jusqu’à l’arrivée des Européens...

Notes

1 Cf. « História do Reino do Congo », (c. 1655), in Felner, Angola, pp. 375-377 ; Cavazzi, lib. II, § 86 ; et Bernardo da Gallo (1700), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), pp. 468-469. Pour une analyse de ces traditions, cf. J. Vansina, « Note sur l’origine du Royaume du Congo », in Journ. of African Hist., vol. IV, n° 1 (1963), pp. 33-38. La thèse de Vansina est vivement contestée par Kuntz Dittmer, « Zur Geschichte Afrikas, 3, die ältere Geschichte Süd-und Zentralafrikas », in Saeculum, vol. XVII, n 1-2 (1966), pp. 70-74. Mais les arguments de Dittmer ne nous semblent pas convaincants.

2 Cavazzi, lib. II, § 86.

3 Bernardo da Gallo, in op. cit., p. 468.

4 H.R.C., in Felner, Angola, p. 377.

5 Cf. infra, chap. II.

6 M.M.A., vol. VII, p. 291.

7 In L. Jadin, art. cit., p. 169.

8 H.R.C., in Felner, Angola, pp. 377-378.

9 J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in Congo, t. II, n 4 (1930), p. 487. Le nom de São Salvador n’est adopté que le 20 mai 1596 (cf. A. Brásio, « Um fragmento precioso », in Portugal em Africa, X (1953), p. 5).

10 M.M.A., vol. VII, p. 291.

11 M.M.A., vol. V, p. 386 (texte de 1607), (« Amburidos », une mauvaise transcription d’Ambundos) ; Cadornega (1680), t. III, p. 188, (« ...se asscnhorearâo [les Bakongo] do poderozo reino do Congo, sendo os naturais delle Ambundos de outra casta ») ; et J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in op. cit., p. 479.

12 J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in op. cit., p. 479.

13 O. Dapper, Naukeurige Beschrijuinge, p. 540.

14 E. Torday, Descriptive Sociology of African Races, Londres, 1930, p. 1.

15 Bernardo da Gallo, in L. Jadin, op. cit., p. 481.

16 J. D. Clark, « A note on the pre-Bantu inhabitants of Northern Rhodesia and Nyasa-land », in S. A. Journ. of Science (1950-1951), vol. XLVII, n° 3, pp. 80-85.

17 D. R. Brothwell, « Evidence of Early Population Change in Central and Southern Africa », in Man (1963), n° 132.

18 H.R.C., in Felner, Angola, p. 375.

19 Cavazzi, lib. II, § 86.

20 Van Wing, Études Bakongo, Religion et Magie, p. 164. Notons la tradition rapportée par Francisco Maria Gioia (La Meravigliosa Conversione... della Regina Singa (sic = Jinga). Naples, 1669, p. 136) selon laquelle le héros-fondateur et premier roi d’Angola s’appelait Bum-bambula.

21 H.R.C., in Felner, Angola, p. 376. Kabunga, en kimbundu signifie « couvre-chef », donc un insigne de pouvoir (cf. J. D. Cordeiro da Matta, Ensaio de diccionário Kimbundu-Português, Lisbonne, 1893). Un Mani Cabunga « chef de terre » est signalé près de Luanda en 1575 (cf. M.M.A., vol. III, p. 135).

22 Ibid., loc. cit.

23 Ibid., loc. cit.

24 Elles sont décrites par Pigafetta, lib. I, cap. viii.

25 Cf. P.M., p. 51, doc. de 1526. Le Oembo existait encore en 1845, cf. A. J. Castro, « Roteiro da Viagem ao Reino do Congo », in Bol. Soc. Geog. Lisbonne, 2e sér., n° 2, 1880, p. 66.

26 Cf. H.R.C., in Felner, Angola, p. 377.

27 Cavazzi, lib. II, § 88 et Pigafetta, lib. I, cap. XII. Le Congo conservera ses territoires au nord du fleuve (Massinga) au moins jusqu’en 1650, cf. M.M.A., vol. X, p. 486.

28 H.R.C., in Felner, Angola, p. 377.

29 P.M., p. 51 (doc. de 1526).

30 E. G. Ravenstein, « A Sketch of the History of Kongo », in The Strange Adventures of Andrew Battell, Hakluyt Society, Londres, 1901, p. 104. L’auteur n’indique pas ses sources.

31 Cf. M.M.A., vol. V, p. 384 (texte de 1607) ; les limites méridionales sont poussées exagérément vers le sud dans ce texte, jusqu’à 13° lat. sud. Sur la géographie de la région entre le Congo et le Cuilu, considérée dans une perspective historique, cf. J. H. Pirenne, « Les éléments fondamentaux de l’ancienne structure territoriale et politique du Bas Congo », in Bull. des Séances de l’A.R. des Sc. d’Outre-Mer, t. V, fasc. 3 (1959), pp. 557-577.

32 Cf. Pigafetta, lib. I, cap. viii ; Cadornega, t. III, p. 203, et Fr. Bernardo Maria Cannecatim, Collecção de Observações grammaticaes sobre a lingua bunda, Lisbonne, 1805, p. xi.

33 I. de Cerqueira, Vida Social Indtgena na Colónia de Angola, Lisbonne, 1947, pp. 17-18.

34 Cf. J. Gossweiller et E. A. Mendonça, Caria Fitogeográfica de Angola, Lisbonne, 1939.

35 E. Dupont, Lettres sur le Congo, Paris, 1889, pp. 591-618.

36 Pigafetta, lib. I, cap v.

37 M.M.A., vol. II, pp. 236-237.

38 Ibid., p. 38.

39 M.M.A., vol. V, pp. 241-242. Dapper, en 1668, affirme que le roi du Congo revendique encore la souveraineté sur ces deux royaumes, mais sans pouvoir imposer son autorité. Cf. O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 557.

40 P.M., p. 177.

41 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), (p. 171 de l’éd. de l’Acad. Port. de Hist., Lisbonne, 1954).

42 Id., loc. cit. ; M.M.A., vol. II, pp. 38 et 70 ; Garcia de Resende, Chronica da Vida de D. João II, 3e éd., Lisbonne, 1798, cap. CLXI et João de Barros, Décadas da Asia, Lisbonne, 1552, Dec. I, lib. III, cap. ix (p. 106 de l’éd. de Coïmbre, 1932).

43 In J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 143.

44 M.M.A., vol. IV, pp. 369 et 403. Mucoco semble être une forme de Nkuwu = roi (Duarte Pacheco Pereira appelle le roi de Anzica : Encuquanzico – Nkuwu a Nzike – roi des Bateke, cf. Id., loc. cit.).

45 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 591.

46 Id., loc. cit., aussi p. 554 : « Il passe pour le plus puissant prince de toute l’Afrique. »

47 Anon., Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, ms espagnol, n° 324 (38), f° 150 (V), de la B.N.P.

48 H. Brunschwig, L’Avènement de l’Afrique Noire, Paris, 1963, p. 147.

49 H.R.C., in Felner, Angola, p. 375.

50 In J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 195.

51 P.M., p. 176.

52 Arch. Vat. Nunz di Spagna, vol. 38, f° 243, cité par J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 339.

53 Cadornega, t. III, p. 186. Cavazzi (1654-1677) le tient pour un royaume indépendant, (Cavazzi, lib. II, § 90).

54 M.M.A., vol. I, pp. 38 et 70.

55 F. Lamal, « Basuku et Bayaka des districts Kwango et Kwilu au Congo », Annales du Musée Royal de l’Afrique Centrale, Tervuren, 1965, pp. 17-22.

56 M.M.A., vol. I, p. 540.

57 Cavazzi, lib. I, § 17.

58 Doc. cité par David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, Oxford, 1966, p. 107.

59 M.M.A., vol. II, p. 38. L’H.R.C. affirme que la souveraineté du Congo s’étend au delà du Cuanza (in Felner, Angola, p. 375). Pigafetta dit cependant que le Quisama est indépendant (Pigafetta, lib. I, cap. viii).

60 Ibid., p. 38.

61 Pigafetta, lib. I, cap. iv.

62 In Felner, Um Inquérito à Vida Administrativa e Económica de Angola e do Brasil, Coïmbre, 1931, p. 45.

63 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. cit., pp. 171-172.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search