Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Varia

Pleurer comme un homme à la fin de la République romaine, ou comment construire l’autorité par les larmes1

Philippe Akar

Résumé

De nombreuses sources sur la fin de la République montrent que les hommes pleuraient fréquemment et qu’il s’agissait d’une pratique encadrée. Les larmes des hommes étaient le plus souvent de larmes de supplication, c’est-à-dire un geste de dégradation volontaire, servant à construire l’autorité de celui à qui elles étaient adressées et qui ne pleurait jamais. Mais nos sources nous ont également transmis quelques cas de magistrats pleurant afin de rétablir leur autorité sur des citoyens qui devaient en principe leur obéir. Le magistrat pleurait dans un contexte militaire, afin de persuader les soldats soit de s’engager dans une sédition, soit d’y renoncer. De plus, les larmes s’intégraient à un discours, conçu comme une performance. Elles venaient accroître l’efficacité de la partie verbalisée du discours, afin d’opérer un retournement de l’opinion des soldats. Les larmes contribuaient ainsi à restaurer l’autorité du magistrat, en démontrant sa capacité à user un type de langage perçu ordinairement comme incompatible avec l’exercice d’une autorité.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette étude a été présentée lors des journées d’étude des 26 et 27 octobre (...)
  • 2 Tite-Live, Periocha 98 ; Plutarque, Lucullus 35 ; Appien, Mithridate 90 ; Dion Cassius, XXXVI, 14 ; (...)
  • 3 Plutarque, Lucullus 35, 4 : οὐδὲν οὖν ἐστιν ὅ τι τῶν παρ’ἀξίαν ὁ Λεύκολλος οὐχ ὑπέμεινεν, ἀντιβολῶν (...)
  • 4 Jean-Michel David, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Paris, 1992, (...)
  • 5 Ernesto De Martino, Morte e pianto rituale, Torino, 1975, p. 211-217 ; Rita Lizzi, “Il sesso e i mo (...)
  • 6 Tite-Live, Periocha 89 : […] Cn. Carbonem, qui flens muliebriter mortem tulit, […], « Cn. Carbon, q (...)

1En 67 av. J.-C., L. Licinius Lucullus, en charge de la guerre en Orient depuis son consulat en 74, dut affronter une mutinerie d’une partie de ses soldats2. Ces derniers refusaient de le suivre, alors que l’armée de Mithridate menaçait les troupes romaines installées dans Le Pont. Face à ce mouvement de rébellion, Lucullus n’eut d’autre choix que de tenter de négocier avec eux. D’après Plutarque, le général fit le tour du camp, saluant les soldats, leur prenant la main et versant des larmes3. Lucullus échoua dans cette tentative de convaincre les soldats révoltés et, si ces derniers, finalement, acceptèrent de demeurer avec lui, c’est à la demande des autres soldats qui craignaient l’offensive de l’armée de Mithridate. Cet épisode pose donc, d’une part, le problème de savoir pourquoi Lucullus a pu croire, dans ce contexte, en l’efficacité des larmes, d’autre part, celui des raisons de leur échec. Or, nous allons voir, dans une première partie de cette étude, que cet échec n’avait a priori rien d’étonnant, puisque l’utilisation des larmes dans l’espace public à la fin de la République relevait d’un modèle général, qui tendait à les considérer comme incompatibles avec l’exercice de l’autorité4. À Rome, à la fin de la République, pleurer était un comportement fréquent, encadré et codifié, adopté par les hommes comme par les femmes, principalement dans le cadre de l’expression du deuil5. Lucullus échoua t-il pour ne pas avoir su utiliser les larmes, comme le consul de 82, Cn. Papirius Carbo, qui aurait, au moment de mourir, pleuré « comme une femme »6 ? Si l’on avait pu lui reprocher de pleurer comme une femme, c’est qu’il aurait dû, peut-être, dans ce cas précis, ne pas pleurer, mais cela pouvait également signifier qu’un détenteur d’une certaine autorité devait savoir pleurer comme un homme. Que pouvait signifier, à la fin de la République romaine, pleurer comme un homme ?

  • 7 Hannah Arendt, La crise de la culture, Folio-Essais, Paris, 1972 [éd. angl. 1958], p. 123 ; Joseph (...)

2En revanche, l’échec des larmes de Lucullus fut remarquable si on le compare cette fois à d’autres récits de la fin de la République, qui seront analysés dans la seconde partie de cette étude, car ils mettaient en scène un individu occupant, par une décision qui lui était extérieure (vote, désignation…), une position supérieure, un honos. Or, bien qu’il pût se prévaloir d’une dignitas qui lui garantissait normalement d’être obéi par ceux à qui il s’adressait, les larmes avaient eu un rôle essentiel dans l’affirmation effective, ou dans le rétablissement, de son autorité. J’entends donc ici par autorité une notion proche de l’auctoritas, c’est-à-dire une influence déterminante, qui n’a besoin ni d’imposer par la contrainte, ni de persuader par des arguments7.

3Les sources que nous allons étudier sont des sources littéraires, c’est-à-dire des récits mettant en scène des larmes. Ces documents ne permettent donc d’accéder qu’à la forme socialisée des larmes, et donc à leur signification en termes de représentations et de normes de comportement.

LE MODÈLE GÉNÉRAL DE LA CONCEPTION DES LARMES ET DE LEUR RAPPORT AVEC L’EXERCICE DE L’AUTORITÉ DANS LES SOURCES LITTÉRAIRES DE LA FIN DE LA RÉPUBLIQUE

  • 8 Jean Maurin, « Funus et rites de séparation », AION 6, 1984, p. 191-208 ; Nicole Loraux, Les mères (...)
  • 9 Tite-Live, VIII, 10, 1 ; X, 29, 19 ; XXV, 26, 10 ; Valère Maxime, IV, 7, 4 ; voir n. 4 et également (...)

4Les documents littéraires montrent qu’à la fin de la République, les femmes et les hommes pleuraient, mais qu’ils ne devaient pas pleurer de la même manière. Les larmes des femmes, essentiellement les matrones, avaient un rôle particulier dans les cérémonies funèbres et dans l’expression rituelle du deuil en général8. Elles appartenaient à un ensemble de comportements (changement de vêtements, cheveux en désordre, abandon des parures, prosternation, etc.) qui risquaient toujours de revêtir un caractère excessif et qui, de ce fait, nécessitaient que la coutume et même la loi les encadrassent. Pourtant, les hommes pleuraient aussi lors de ces cérémonies, mais la tradition leur imposait une certaine maîtrise dans l’expression de leurs sentiments9. Dans nos sources, ces larmes de deuil n’entretenaient pas de rapport avec l’expression de l’autorité.

  • 10 Jean Bayet, Histoire politique et psychologique de la religion romaine, Paris, 1957, p. 129 ; Georg (...)
  • 11 L’un des épisodes de ce type les plus célèbres à la fin de la République était celui du siège de Ro (...)
  • 12 Cicéron, In Verrem II, 5, 112 ; 129 ; Pro Cluentio 22 ; Pro Fonteio 47.
  • 13 Tite-Live, XXII, 60, 1. Dans les discours de Cicéron, ce sont en général les hommes qui pleurent, t (...)
  • 14 Pacuvius, 295 (Niptra) ; Cicéron, Tusculanes II, 55-56 ; III, 62 ; voir aussi n. 4. Cf. Françoise G (...)

5Dans certains cas, les larmes de deuil anticipaient une situation à venir, et devenaient alors des larmes de supplication. Les femmes pleuraient parfois dans le cadre d’une supplicatio officielle adressée aux dieux, dans des situations de crises, afin d’obtenir leur intervention10. Elles pleuraient également afin de solliciter, d’un homme ou d’un groupe d’hommes, une décision favorable concernant des membres de leurs familles11. Les mères, les épouses, les filles pleuraient notamment pour soutenir leurs fils, époux, et pères, dans des procès criminels12. Mais ce type de comportement est finalement rare dans nos sources13. Le fait que leurs auteurs se focalisaient très majoritairement sur des comportements masculins explique sans doute que les larmes n’apparaissent pas principalement comme un comportement féminin, contrairement à ce qu’affirment certains auteurs de cette époque14.

  • 15 Denys d’Halicarnasse, XIII, 5, 2 ; Tite-Live, VIII, 33, 23 ; XXII, 10, 8.
  • 16 Cicéron, In Verrem II, 3, 69 ; II, 5, 163 ; Tite-Live, VI, 3, 4 ; XXVI, 27, 10 ; XLIV, 31, 13. XXXV (...)
  • 17 Cicéron, In Verrem II, 2, 10 ; 65 ; II, 3, 62.
  • 18 Cicéron, Pro Quinctio 97 ; In Verrem II, 1, 14 ; 30 ; 144 ; II, 2, 10 ; 42 ; II, 3, 62 ; II, 5, 108 (...)
  • 19 Cicéron, In Verrem II, 4, 85 ; II, 2, 95 ; Cum populo 6 ; Diodore, XXXVI, 16 ; Tite-Live, I, 10, 1  (...)
  • 20 Plaute, Amphitryon 256-257 ; Tite-Live, XXI, 12, 4 ; XXIII, 20, 5 ; XLII, 23, 10 ; VII, 30, 21. XXX (...)
  • 21 Quintilien, Institution Oratoire VI, 1, 33 ; Piet Herman Schryvers, « Invention, imagination et thé (...)
  • 22 Cicéron, Brutus 89-90 ; De oratore I, 227-228 ; Tite-Live, Periocha 49, 17-20 ; Valère Maxime, VIII (...)
  • 23 Alain Michel, Rhétorique et philosophie chez Cicéron, Paris, 1960, p. 42-43 ; Jean-Michel David, Pa (...)

6Pleurer, pour un homme, avait en effet, et quasiment exclusivement, une fonction de supplications, adressées aux dieux15, à un magistrat16, à un patron17, à un jury dans le cadre d’un procès18, aux comices ou au Sénat au moment d’un vote19, par un ennemi vaincu ou un allié aux Romains20. Le recours aux larmes relevait de la miseratio, technique rhétorique qui devait permettre à l’orateur de remuer son auditoire par l’appel au sentiment, afin d’obtenir une décision favorable. Par ses larmes, l’accusé signifiait une dégradation volontaire, qui exprimait métaphoriquement la dégradation sociale qu’impliquait pour lui une condamnation21. Cela signifie que ces larmes de supplications étaient des larmes de deuil, mais utilisées dans un contexte et dans un but particuliers. Or, à la fin de la République, certains estimaient que cette utilisation du pathétique portait atteinte à l’autorité de l’aristocratie. Cette technique posait en effet un problème politique majeur, dans la mesure où elle permettait de convaincre des jurys d’acquitter des accusés dont la culpabilité ne faisait aucun doute, et qui n’avaient trouvé aucun argument de fait ou de droit qui justifiât un acquittement. L’utilisation des larmes, et plus généralement la miseratio, constituaient une tentative de la part de l’accusé de déplacer l’enjeu du procès, en substituant au jugement raisonné sur le fond le sentiment que suscitait le désastre d’une condamnation. En 149, l’exposé des faits qui accusaient Servius Sulpicius Galba de haute trahison furent finalement sans valeur lorsque l’accusé réussit à émouvoir son auditoire par ses larmes22. Les larmes constituaient ainsi une mise en cause de la valeur du discours aristocratique, valeur fondée sur l’exposé des faits garanti par l’auctoritas de l’énonciateur. De plus, la miseratio risquait de porter atteinte à l’autorité de celui qui l’utilisait, puisqu’en refusant de se défendre sur le fond, ce dernier accréditait le soupçon de sa culpabilité23.

7L’utilisation sociale des larmes par les hommes relevait donc d’un modèle : elles étaient émises par un individu qui se trouvait dans une position de dépendance vis-à-vis de celui à qui il adressait ces larmes. Dans ce modèle, il y avait une antinomie foncière entre celles-ci et l’exercice de l’autorité : celui qui devait prendre souverainement une décision ne pleurait absolument jamais, contrairement à celui qui allait subir cette décision. En rendant visible la position de soumission de ce dernier, les larmes tendaient à construire l’autorité d’un magistrat ou d’un jury auquel elles s’adressaient.

8De manière cohérente avec ce modèle, certains textes écrits à la fin de la République montrent, non plus seulement l’exclusion entre les larmes et l’autorité, mais explicitement que les larmes pouvaient empêcher l’exercice de l’autorité.

  • 24 Ennius, Tragédies 235-236 : Plebes in hoc regi antistat loco: licet lacrumare plebi, regi honeste n (...)
  • 25 Mario Erasmo, Roman Tragedy, Austin, 2004, p. 19.
  • 26 Joseph Hellegouarch, Vocabulaire latin des relations, op. cit. (n. 7), p. 387-388, citation p. 387

9Le texte latin le plus ancien qui exprime cette idée est un fragment d’une tragédie d’Ennius, sans doute Iphigénie, pièce écrite dans le premier tiers du IIe siècle et inspirée de l’œuvre d’Euripide24. D’après ce fragment, la plèbe, qu’il faut entendre ici comme un quasi-synonyme de peuple, et à qui il était permis de pleurer, occupait une position avantageuse par rapport à celle du roi, c’est-à-dire du détenteur de l’autorité, à qui cela était interdit25. Le texte fournit une raison à cet empêchement : honeste. Le roi devait ne pas pleurer pour préserver son honestas, « terme de qualification sociale propre aux membres de la classe sénatoriale », très proche de dignitas, et qui signifiait la capacité à remplir exactement ses devoirs selon sa position dans la hiérarchie sociale26. Dans cet extrait, au centre du rapport entre le détenteur de l’autorité et le peuple qui lui obéissait se trouvaient donc les larmes : meilleure était la situation de la plèbe, car elle pouvait pleurer librement sans porter atteinte à une dignité qu’elle ne détenait pas ; mais plus élevée était la position du roi, en raison de cette dignité qu’il préservait, dans l’exercice de l’autorité publique, en refusant les larmes.

10D’autres textes d’époque impériale, dont les sources annalistiques et historiques remontent à la fin de la République romaine, énoncent la même idée, dans des récits exemplaires dont certains vont être étudiés ici.

  • 27 Tite-Live III, 50, 4 : flens diu uocem non misit, « longtemps les larmes lui coupèrent la parole » (...)
  • 28 Denys d’Halicarnasse, XI, 40, 3.
  • 29 Tite-Live, III, 50, 5-9 ; 51, 1-6 ; Denys d’Halicarnasse, XI, 40, 3-4 ; 43, 3-4.

11Tout d’abord, cette incompatibilité entre les larmes et l’exercice de l’autorité pouvait prendre la forme d’une impossibilité, pour une personne occupant ou prétendant occuper une position supérieure, d’agir parce qu’il s’adonnait aux larmes. Ainsi, d’après Tite Live et Denys d’Halicarnasse, Virginius en 449, alors qu’il avait tué sa fille pour empêcher qu’elle ne fût déshonorée par Ap. Claudius, arriva au camp de l’armée romaine, et les larmes l’empêchèrent de parler27. D’après Denys, ce mutisme obligea Virginius à mettre sous les yeux des soldats les signes visibles de la gravité de ce qui venait de se produire : il tenait le couteau ensanglanté à la main, et faisait des signes aux soldats qu’il croisait28. Dans les récits de ces deux auteurs, Virginius cessa ensuite de pleurer afin de commencer un discours aux soldats, pour leur expliquer les raisons de ses larmes, et établir ainsi son autorité sur eux29. Alors les soldats se mirent à pleurer. Il y a donc une circulation des larmes entre celui qui cessait de pleurer pour affirmer son autorité sur l’assemblée, et cette assemblée qui, acceptant de se soumettre à cette autorité, reprenait les larmes du deuil de Virginius. Les circonstances exigeaient que l’on pleurât, mais Virginius devait se débarrasser des larmes pour affirmer son autorité sur l’assemblée.

  • 30 Plutarque, Pompée 13, 3 : καταβὰς ἀπὸ τοῦ βήματος ἐπὶ τὴν σκηνὴν ἀπῄει δεδακρυμένος, « il descendit (...)
  • 31 Plutarque, Pompée 13, 3-4.
  • 32 Ibid., 13, 4. Après les larmes, Pompée reprend le dialogue avec eux.

12De même, un épisode de la vie de Pompée, que nous a transmis Plutarque, relate comment il fut contraint, dans sa jeunesse, alors que ses soldats refusaient d’obéir à l’ordre de démobilisation envoyé par Sylla, de se retirer sous sa tente pour pleurer30. Cet épisode est donc situé pendant les années de formation du jeune Pompée. Dans son ascension vers le faîte des honneurs, c’est-à-dire pendant une période de construction de son autorité, il pouvait encore pleurer, ce qu’il ne fit plus ensuite. De plus, cette retraite pour pleurer se place, dans le récit de Plutarque, entre deux moments de dialogue entre Pompée et ses soldats31. Les larmes ôtèrent momentanément la parole au général, rendant visible, aux yeux des soldats, la dégradation de l’autorité qu’ils provoquaient par leur comportement. Mais dans le déroulement de l’épisode, elles apparaissent aussi comme le moment charnière à partir duquel Pompée allait réussir à rétablir son autorité sur eux32. Le magistrat s’adonnait aux larmes pour signifier la faillite de son autorité, puis devait y renoncer pour l’exercer de nouveau.

  • 33 Tite-Live, I, 59, 4 : Mouet cum patris maestitia, tum Brutus castigator lacrimarum atque inertium q (...)
  • 34 Denys d’Halicarnasse, V, 8, 4-5 ; 6 : ὑπὲρ ἅπαντα δὲ τὰ παράδοξα καὶ θαυμαστὰ τοῦ ἀνδρὸς τὸ ἀτενὲς (...)
  • 35 Plutarque, Publicola 6, 4 : τῶν μὲν ἄλλων οὐ δυναμένων προσορᾶν οὐδὲ καρτερούντων, ἐκεῖνον δὲ λέγετ (...)

13Dans d’autres épisodes, le détenteur de l’autorité refusait de pleurer, et faisait de ce refus la condition nécessaire à l’efficience de cette autorité. Dans leurs récits de la fin de la monarchie, Denys et Tite Live racontèrent que Brutus, après la mort de Lucrèce, exhorta les proches de celle-ci, puis le peuple, à refuser les larmes afin d’agir pour chasser Tarquin. Brutus leur montra l’exemple en refusant de pleurer33. La même année, les fils de Brutus ayant été convaincus de complot contre la République furent suppliciés et exécutés sur le Forum, devant leur père agissant en tant que consul. Tite Live et Denys insistent sur l’absence de larmes chez Brutus, due à son extraordinaire capacité à soumettre les sentiments du père aux nécessités de la fonction qu’il occupait34. D’après Plutarque, Brutus fixa un regard terrible, farouche, c’est-à-dire sans larmes, sur le supplice de ses enfants35. Alors que cette exécution provoquait les larmes de la foule venue assister non seulement à ce supplice, mais surtout au spectacle de ce père placé par sa fonction dans l’obligation de regarder la mort de ses fils qu’il avait lui-même ordonnée, Brutus refusait de pleurer et rendait ainsi visible que son action en tant que consul impliquait qu’il ne se laissât point aller aux larmes. Une tradition de la fin de la République fit donc de Brutus un héros sans larmes, une figure de magistrat construite explicitement sur l’exclusion entre les larmes et l’exercice de l’autorité.

  • 36 Tite-Live, XXV, 37, 1-7.
  • 37 Ibid., 37, 5 ; 37, 2 : Erat in exercitu L. Marcius Septimi filius, eques Romanus, impiger iuuenis a (...)
  • 38 Ibid., 37, 1-2 ; 37, 12.
  • 39 Ibid., 37, 9-10 : flere omnes repente… Neque sedari lamentatio poterat excitantibus centurionibus m (...)
  • 40 Ibid., 37, 8-9.
  • 41 Ibid., 38, 2-10.
  • 42 Ibid., 38, 5-6 ; 5 : Praesto est enim acerba memoria, et Scipiones me ambo dies noctesque …, « Car (...)
  • 43 Ibid., 38, 9 : Nec alia profecto species hesterno die oblata oculis animisque uestris memorabile il (...)

14Ce refus des larmes est également au centre d’un autre récit exemplaire, relaté par Tite Live. En 211, en Espagne, P. et Cn. Scipion étant morts au combat, un certain Marcius, tribun militaire issu de l’ordre équestre, réussit à rassembler les soldats survivants et à réorganiser une armée et le camp36. Il démontra ainsi une uirtus exceptionnelle, et acquit, par son action, une grande auctoritas37. Marcius est donc décrit comme un soldat devenu imperator parce qu’il avait démontré d’exceptionnelles qualités dans le commandement38. Or, alors que les Carthaginois attaquaient, le signal du combat lancé par leur nouveau chef aux soldats romains provoqua chez eux une réaction inattendue : ils se mirent à pleurer, malgré les objurgations de Marcius39. D’après Tite-Live, ces larmes et les gestes de deuil des soldats furent provoquées par la résurgence du souvenir des Scipions au moment de l’attaque des Carthaginois40. Après la bataille, Marcius expliqua aux soldats, dont l’action avait été entravée par les larmes, ce qu’ils devaient faire de cette mémoire41. Pour agir, ils devaient faire comme lui, qui connaissait la morsure de l’acerba memoria, l’amer, le cruel souvenir de la mort des Scipions, mais qui, contrairement à eux, refusait que ce souvenir ne le conduisît aux larmes. Il leur demandait, à chaque fois que le souvenir leur en revenait à la mémoire, de marcher au combat, comme s’ils voyaient les Scipions à leur tête42. C’était cette image, cette illusion (species), construite par la mémoire, qui les conduirait à la victoire, afin de venger leurs généraux43. Avant la bataille, l’acerba memoria de la mort des Scipions provoquait les larmes « inutiles » et la vaine invocation des morts. Pour parvenir à la victoire, le souvenir de leur commandement, de leur autorité, devait mener au refus des larmes, et à la vue de leur présence à la tête de l’armée.

  • 44 Chez Tite-Live, Brutus apparaît en I, 56, 7, et chez Denys d’Halicarnasse en IV, 57, 4, c’est-à-dir (...)
  • 45 Alfred Ernout, Antoine Meillet, Jacques André, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris (...)

15Il est remarquable que ces deux figures exemplaires de Brutus et de Marcius n’apparaissent dans la tradition annalistique et historique que pour incarner, donc de manière absolue, l’exercice de l’autorité, puisqu’ils n’interviennent dans l’histoire romaine que pour prendre le pouvoir et qu’ils en disparaissent quasiment ensuite44, et de l’incarner en raison de leurs qualités personnelles qui expliquaient que, partis d’un statut inférieur, Brutus le stupide45 et Marcius le chevalier, ils aient acquis une autorité supérieure sur les autres citoyens. Ces deux figures interrogeaient les conditions de la légitimité, c’est-à-dire le processus de construction de l’autorité d’un individu, dans le cadre d’un système politique fondé sur la compétition aristocratique dans la captation du suffrage populaire, et ce sont ces figures qui, d’après la tradition littéraire, durent affronter la question de la place des larmes dans l’interaction du général avec ses soldats.

  • 46 Tite-Live, I, 59, 1 ; 4 ; XXV, 37, 9.
  • 47 Tite-Live, I, 59, 4 (voir n. 33). Inertium est ici ce qui est sans vigueur, improductif, impropre à (...)
  • 48 Tite-Live, XXV, 37, 10 (voir n. 39). Le terme mulier désignait la femme au sens général. Mulier et (...)

16Dans tous les exemples que nous venons d’étudier, l’exercice de l’autorité excluait les larmes, car il s’agissait de larmes de deuil : deuil de Pompée de sa propre autorité, deuil de Virginius qu’il transmit à la foule des soldats par la migration des larmes, deuil des soldats de Brutus et de Marcius, pleurant les uns sur le corps de Lucrèce, les autres sur la mort de leurs généraux46. Appartenant à ce moment de rupture avec le monde civique, ces larmes de deuil étaient donc incompatibles avec l’exercice d’une autorité politique. Mais dans le cas de Brutus au moment de la mort de Lucrèce, comme dans celui de Marcius en 211, Tite-Live apporte une précision sur la cause de cette incompatibilité. En 509, Brutus exhorta les Romains à faire cesser les larmes et les plaintes inutiles (inertium) et à agir en « homme » (uir)47. En 211, alors que les Carthaginois attaquaient le camp des Romains, Marcius ne put les persuader de se défendre car ils s’adonnaient à des larmes inutiles, comme des femmes : in muliebres et inutiles se proiecissent fletus48. Dans ces deux récits, Brutus et Marcius furent donc confrontés à des hommes qui adoptaient un comportement de mulier, de femme et non d’homme, uir, et sur lesquels ils ne pouvaient établir leur autorité en raison de ce comportement.

  • 49 Tite-Live, I, 59, 4 ; XXV, 37, 10.

17S’abandonner aux larmes, pour un soldat, était un comportement de femme, parce que ces larmes étaient des larmes de deuil, des larmes de pur regret du mort, uniquement tournées vers le ressassement du passé. En cela, ces larmes étaient inutiles49 : parce qu’elles coupaient les soldats du monde extérieur et de la guerre, parce qu’elles exprimaient leur réclusion dans le passé, elles empêchaient toute action de leur part. Pleurer comme une femme consistait donc ici à verser des larmes de deuil, et ce comportement qui, nous l’avons dit, était acceptable et même, dans certains cas, souhaitable de la part des hommes, ne l’était pas de la part de soldats engagés dans une guerre. La question du genre était donc ici déterminée à partir d’une pratique sociale et même politique. Faut-il conclure de l’ensemble de ces textes que les larmes et l’exercice de l’autorité étaient absolument incompatibles ? Une autre série de textes va nous montrer qu’il n’en est rien, et que les sources nous ont transmis des récits de magistrats qui surent construire leur autorité par les larmes.

CONSTRUIRE L’AUTORITÉ PAR LES LARMES

  • 50 César, Guerre des Gaules VII, 37-38 et Guerre civile I, 76, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15 ; Denys d’Ha (...)

18Le corpus que nous allons étudier comprend les dix textes, qui, dans les sources sur l’histoire de la République, relatent une situation dans laquelle un magistrat ou un quasi-magistrat pleura en s’adressant à ceux qui devaient lui obéir, et ces larmes concoururent alors à établir, ou aurait dû établir, l’autorité de celui qui pleurait50. Leur sens général apparaît ainsi comme l’inverse de celui des textes étudiés dans la partie précédente. Six de ces textes sont des récits historiques, quatre des récits annalistiques qui nous transmettent essentiellement la tradition telle qu’elle fut écrite à la fin de la République.

19Ces récits sont tous relatés sur le mode exemplaire. Contrairement à ce que nous avons vu dans la partie précédente, l’utilisation des larmes par un magistrat se trouve donc dans un seul type de source. Ce caractère exemplaire signifie que ce que nous lisons ne nous permet d’étudier que l’utilisation littéraire et politique qui fut faite à la fin de la République de ce thème des larmes. C’est pourquoi j’étudierai en général ces sources en fonction de leur date de rédaction, et non de celle des événements qu’elles relatent.

  • 51 Plutarque, Lucullus 35, 4 (voir n. 3).
  • 52 César, Guerre des Gaules VII, 37-38 ; VII, 38, 1 : Litauiccus accepto exercitu, cum milia passuum c (...)
  • 53 Suétone, César 33, 1 : pro contione fidem militum flens ac ueste a pectore discissa inuocauit, « Il (...)
  • 54 César, Guerre civile I, 76, 1 : Quibus rebus confectis flens Petreius manipulos circumit militesque (...)
  • 55 Denys d’Halicarnasse, IX, 9, 1-10, 1 ; IX, 10, 1 : Ἔτι δ’ αὐτοῦ λέγοντος τὰ εἰς τὸ γενναῖον ἐπαγωγὰ (...)
  • 56 Tite-Live, VII, 40, 15 : T. Quinctius plenus lacrimarum ad suos uersus: «Me quoque, inquit, milites (...)

20Un autre point commun à ces récits est de se dérouler quasiment tous dans un contexte militaire. Plus précisément, le cas le plus fréquent est celui d’un général pleurant devant ses soldats pour empêcher ou au contraire provoquer une sédition. Nous avons vu en introduction le cas de Lucullus, qui tenta de convaincre ses soldats de renoncer à leur rébellion et de le suivre dans la guerre contre Mithridate51. En 52, César attendait les renforts que les Éduens devaient lui fournir et qui se dirigeaient effectivement vers Gergovie où il se trouvait. Le commandement de ce détachement avait été confié à Litaviccos, membre d’une grande famille des Éduens. Arrivé à peu de distance de Gergovie, il se mit à pleurer, puis commença un discours au terme duquel il réussit à convaincre les soldats d’abandonner l’alliance romaine, pourtant établie par un foedus depuis le IIe siècle av. J.-C., pour s’allier avec les Arvernes, ennemis des Romains, donc de s’engager dans une sédition militaire52. En 49 juste après le passage du Rubicon, d’après Suétone, César se serait adressé à ses soldats en pleurant pour les persuader de le suivre dans la guerre contre Pompée et le Sénat. Il les appelait donc à une sédition contre les autorités constituées de la République53. Un autre texte de César relate comment Pétréius, l’un des généraux envoyés par Pompée en Espagne en 49, pleura devant ses soldats qui voulaient faire la paix avec César. Ces larmes visaient à les faire renoncer à une sédition contre Pompée54. Les larmes du consul Fabius à ses soldats en 480 avaient pour but, d’après Denys, qu’ils ne réitèrent pas le comportement qu’ils avaient adopté l’année précédente, lorsqu’ils avaient refusé d’obéir, en pleine bataille, au prédécesseur de Fabius55. Celles de T. Quinctius en 342 s’adressèrent, d’après Tite Live, aux soldats révoltés qu’il commandait et qui marchaient sur Rome56.

  • 57 Plutarque, Antoine 43, 2-6 ; 43, 2 : τοὺς δ’ἄλλους περιιὼν ὁ Ἀντώνιος ἐπεσκόπει καὶ παρεθάρρυνε δεδ (...)
  • 58 Ibid., 41-42 ; sur ces événements : Dion Cassius, XLIX, 28-31 ; Florus, II, 20, 8-10 ; Velleius Pat (...)
  • 59 Lucain, Pharsale IX, 1035-1108, notamment 1037-1041 : utque fidem uidit sceleris tutumque putauit/i (...)
  • 60 Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 : Διεξιὼν δὲ ταῦτα μετὰ πολλῶν δακρύων οὐ προσποιητῶν καὶ πεπλασμέ (...)
  • 61 Denys d’Halicarnasse, VIII, 5, 1-8, 6 ; VIII, 5, 1 : καὶ ὁ Μάρκιος ἧς ἐβούλετο ἀφορμῆς λαβόμενος ἀν (...)
  • 62 Dans la première partie de son discours (VII, 54), Valerius demande aux sénateurs et en particulier (...)
  • 63 Denys d’Halicarnasse, VII, 38, 3 ; 54, 1-6 ; Tite-Live, II, 35, 1.
  • 64 Denys d’Halicarnasse, VIII, 9, 1-11, 1 ; Tite-Live, II, 35, 6-39, 1.

21Dans d’autres épisodes, la référence à une sédition militaire est implicite. Le récit des larmes de Marc Antoine devant ses soldats, au retour de la défaite contre les Parthes en 36, est intégré par Plutarque dans un passage sur la capacité de ce général à toujours se faire obéir de ses soldats et à maintenir son autorité, quelles que fussent les circonstances57. Ce maintien de l’autorité fut particulièrement remarquable après cette défaite qui avait provoqué de lourdes pertes et de nombreux blessés, ce qui sous-entend que Marc Antoine risqua alors, au moins, de la part des soldats, un refus d’obéissance, qu’il sut juguler notamment par les larmes58. De même, d’après Lucain, César pleura devant ses soldats lorsqu’ils apprirent la mort de Pompée parce que le général pouvait craindre leur désapprobation en apprenant cet événement59. Enfin, deux épisodes concernent la geste de Coriolan dans le récit qu’en fit Denys d’Halicarnasse. Man. Valerius aurait pleuré au milieu d’un discours qu’il prononçait au Sénat pour persuader les Pères d’accepter la demande populaire d’un procès contre Coriolan60. Après son procès et son exil, Coriolan lui-même aurait pleuré devant les Volsques à Antium, en 487, pour les convaincre de déclarer la guerre aux Romains et d’accepter qu’il se mette à leur service61. Or la figure de Coriolan s’est structurée dans la tradition annalistique selon une double nécessité, à la fois de faire de son procès l’acte fondateur du procès tribunicien comme moyen pour le peuple d’exercer sa liberté, donc comme alternative à la sécession armée, et également d’expliquer que ce patricien ait combattu contre sa patrie à la tête d’une armée ennemie62. Les discours, accompagnés de larmes, de Valerius au Sénat et de Coriolan aux Volsques, sont des moments décisifs dans la construction de cette figure, puisque le premier conduisit le Sénat à accepter le procès de Coriolan pour éviter que la plèbe ne prenne les armes63, et le second, les Volsques à désigner Coriolan comme leur général dans la guerre contre Rome64.

  • 65 Dans l’œuvre de Tite-Live, aucun sénateur ne pleure dans la Curie (Loretana De Libero, “Precibus”, (...)
  • 66 Plutarque, Lucullus 35, 6-8.

22Alors que, sur le Forum, les seules larmes socialement acceptées étaient, comme nous l’avons vu, celles des supplications incompatibles avec l’exercice de l’autorité civile65, les larmes du magistrat intervenaient dans des récits d’événements exceptionnels, en ce qu’ils relataient le renversement de l’autorité la plus absolue, l’imperium militaire. Elles s’adressaient soit à des soldats révoltés ou qui étaient sur le point de le faire, pour qu’ils renoncent à leur projet, soit à des soldats loyaux pour qu’ils se rebellent contre l’autorité officielle. Une crise paroxystique de l’autorité n’impliquait sans doute pas forcément l’utilisation des larmes par le magistrat, mais les larmes ne pouvaient survenir qu’au moment de ce type de crise. Les larmes survenaient lorsqu’une certaine autorité était engagée dans un procès, non d’affaiblissement, mais d’abolition absolue. Rien ne montre davantage ce renversement que le récit, par Plutarque, des conséquences de l’échec des larmes de Lucullus : alors il fut outragé et insulté par ses propres soldats qui s’adonnèrent régulièrement à une sorte de rite d’humiliation de leur général, sortant du camp en armes et faisant semblant de se battre66. Plutarque ne décrit donc pas une simple disparition de l’autorité, mais son renversement jusqu’à l’inversion, puisque les soldats ridiculisaient un ordre de leur général qu’ils lui interdisaient dans les faits de leur donner.

  • 67 Ibid., 4-5.
  • 68 César, Guerre des Gaules VII, 38, 1-2.
  • 69 Lucain, Pharsale IX, 1035-1043 ; Denys d’Halicarnasse, VIII, 5, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15.
  • 70 Suétone, César 33, 1 ; César, Guerre civile I, 76, 1 ; Plutarque, Antoine 43, 2 ; Denys d’Halicarna (...)

23Une autre caractéristique de ces larmes est de toujours être liées à une prise de parole de celui qui pleurait. Plus précisément, dans la plupart de ces épisodes, les larmes précédèrent puis accompagnèrent la partie verbalisée du discours, alors que dans la partie précédente, nous avons vu qu’elles étaient souvent perçues comme antinomiques. Ainsi, les reproches que ses soldats adressèrent à Lucullus apparaissent, dans le récit de Plutarque, comme une réponse implicite aux arguments, accompagnés de larmes, que leur présenta leur général pour les persuader de le suivre au combat67. En Gaule en 52, Litaviccos s’adressa aux Éduens placés sous ses ordres, et commença à pleurer avant de leur parler68. De même, les larmes précédèrent et accompagnèrent le discours de César après la mort de Pompée, celui de Coriolan aux Volsques et celui de T. Quinctius en 34269. Dans d’autres cas – César après le passage du Rubicon, Pétréius en Espagne en 49, Antoine après la défaite contre les Parthes et, dans la littérature annalistique, Man. Valerius au Sénat à propos de Coriolan ainsi que Fabius en 480 –, les larmes interviennent en même temps que la partie verbalisée du discours70. Dans tous ces récits, les larmes seules n’avaient aucune signification. Elles ne débouchaient sur une action que parce qu’elles étaient accompagnées ou suivies par l’énoncé des arguments qui en explicitaient le sens et justifiaient, selon la raison, leur utilisation.

  • 71 César, Guerre des Gaules VII, 37, 1-7 ; 37, 7 : Reliqua qua ratione agi placeat constituunt, « les (...)
  • 72 Lucain, Pharsale IX, 1035-1056.
  • 73 Plutarque, Lucullus 35, 4 ; Antoine 43, 2.
  • 74 Suétone, César 33, 1. Dans la version de César (Guerre civile I, 7), un simple exposé « objectif » (...)
  • 75 Denys d’Halicarnasse, VII, 54, 1-4 (première partie du discours) ; 55, 1 (larmes) ; 55, 1-56, 4 (se (...)
  • 76 Ibid., VIII, 1, 4-3, 3 ; 5, 1.
  • 77 Ibid., IX, 8, 1-4 ; 9, 1-10, 1.
  • 78 Tite-Live, VII, 40, 4-14 (discours de Valerius) ; 15 (larmes de T. Quinctius) ; 15-18 (discours de (...)

24De plus, dans la plupart de ces récits, les larmes, comme la partie verbalisée du discours, participaient d’une mise en scène au cours de laquelle l’autorité devait se redéployer sur les soldats. Certains documents littéraires de la fin de la République insistent particulièrement sur cet aspect lorsqu’il s’agit de faire de cette mise en scène une preuve de l’insincérité des larmes. Ainsi, d’après César, les larmes de Litaviccos constituaient l’un des éléments d’un complot minutieusement élaboré par les dirigeants éduens, mus par la cupidité, pour persuader les soldats de se révolter contre le général romain71. D’après Lucain, César mit en scène ses larmes lorsqu’on lui remit la tête de Pompée, afin de cacher ses véritables sentiments72. Même dans certains cas où les larmes traduisaient les sentiments sincères du magistrat, elles étaient intégrées à une mise en scène du discours. Ainsi, Lucullus comme Antoine utilisèrent les larmes parmi d’autres gestes – visite auprès des soldats, poignées de mains, air humble, examen des plaies, mots de réconfort – qui devaient leur permettre de rétablir ou de maintenir leur autorité sur leurs soldats73. César, après le passage du Rubicon, s’adressa à ses soldats en pleurant et en déchirant ses vêtements74. Dans la tradition annalistique, Denys a inséré la mention des larmes de Man. Valerius entre les deux parties verbalisées de son discours, la seconde ne pouvant être prononcée que parce que le Sénat avait été remué par ces larmes75. Le discours de Coriolan aux Volsques débutait par des larmes, mais à la suite d’un plan conçu avec Tullus, un des principaux chefs volsques, et après qu’il a été introduit par ce dernier devant l’assemblée76. En 480, les larmes de Fabius constituaient l’une des phases d’un plan visant à pousser les soldats à demander eux-mêmes le signal du combat77. En 342, les larmes de T. Quinctius n’eurent d’efficacité auprès de ses soldats que parce qu’elles intervinrent après le discours du dictateur M. Valerius, envoyé par le Sénat pour mater la rébellion, et qui venait de leur annoncer qu’il désirait rétablir la paix78.

  • 79 Tite-Live, VII, 40, 15 ; Plutarque, Antoine 43, 2 ; Lucain, Pharsale IX, 1035-1108.
  • 80 Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 : ὡς ἔμαθε κινούμενον ἐπὶ τοῖς λεγομένοις τὸ συνέδριον, « s’aperce (...)
  • 81 César, Guerre des Gaules VII, 38, 6 : Conclamant Haedui et Litauiccum obsecrant ut sibi consulat, « (...)
  • 82 Les larmes : Lucain, Pharsale IX, 1104-8 (voir n. 58). La sérénité : Plutarque, Antoine 43, 2 : οἱ (...)

25Les larmes constituaient donc un des éléments d’un discours au sens le plus général, c’est-à-dire comprenant également un énoncé et des gestes, et conçu comme une performance. Dans cette syntaxe du discours, les larmes étaient vues. Elles relevaient d’une expérience intime de celui qui discourait, mise sous les yeux de ceux qui l’écoutaient. Elles étaient les témoins d’un sentiment auprès d’autres témoins – les soldats qui les observaient alors – et produisaient un effet de vérité en faisant surgir, à un moment du discours, le sentiment, l’impression d’une communication immédiate entre le détenteur de l’autorité et ceux qui devaient lui obéir. Alors que l’expression verbale, même si elle en appelait à l’émotion, opérait par l’intermédiaire de l’énoncé d’une série d’arguments, les larmes constituaient elles-mêmes un argument : elles opéraient, ou donnaient l’illusion d’opérer, une jonction parfaite entre l’esprit de l’énonciateur et celui des spectateurs. D’où l’importance du thème de la sincérité des larmes79, cet effet de vérité, cette communion ne pouvant s’obtenir que s’il n’y avait aucun doute sur le rapport direct entre ces larmes et les sentiments de leur émetteur. En s’adressant aux sentiments des soldats, et surtout en utilisant une forme d’expression qui renvoyait, par connotation, à la miseratio, perçue normalement comme contradictoire avec l’exercice de l’autorité, les larmes mobilisaient seulement une attention particulière de la part de ceux qui écoutaient. Elles avaient pour fonction de remuer l’auditoire80, de provoquer des réactions virulentes81, de susciter des sentiments en retour de la part de ceux qui y assistaient82.

26Or, parce qu’elles étaient a priori incompréhensibles et provoquaient l’étonnement, voire la stupeur des soldats, les larmes avaient une fonction particulière : elles opéraient un déplacement par rapport au registre habituel du discours tenu par celui dont la position supérieure impliquait, jusque là, qu’il se trouvait en situation d’exercer l’autorité, et constituaient ainsi souvent l’étape initiale du surgissement d’une nouvelle extraordinaire. Les larmes avaient alors pour but d’opérer un basculement, et même un retournement d’opinion chez ceux à qui elles étaient adressées.

  • 83 César, Guerre des Gaules VII, 37, 1 ; 38, 1-8 ; Michel Rambaud, L’art de la déformation historique, (...)
  • 84 César, Guerre des Gaules VII, 38, 1-2 : conuocatis subito militibus lacrimans : «Quo proficiscimur» (...)
  • 85 Ibid., 38, 7-10.
  • 86 Suétone, César 33, 1. Pour obtenir des informations, que Suétone ne fournit pas, sur les effets – r (...)
  • 87 César, Guerre civile I, 73.
  • 88 Ibid., I, 74, 3-5. Paul Jal, La guerre civile à Rome, Paris, 1963, p. 477 ; John Frederick Charles (...)
  • 89 César, Guerre civile I, 76, 1-5 ; Michel Rambaud, L’art de la déformation historique, op. cit. (n. (...)
  • 90 Lucain, Pharsale IX, 1035-1108 ; 1055-1056 ; 1104-1108 (voir n. 59).
  • 91 Denys d’Halicarnasse, VII, 48-53. Cet auteur ne dit pas explicitement qu’Ap. Claudius avait réussi (...)
  • 92 Ibid., 55, 1 : les larmes qui accompagnent la première partie du discours de Valerius (VII, 54) ont (...)
  • 93 Ibid., VIII, 5, 1-9, 3 ; 11, 1-12, 1. Denys d’Halicarnasse insiste particulièrement sur le paradoxe (...)
  • 94 Ibid., IX, 10, 1-6.
  • 95 Ibid., IX, 3-5.
  • 96 Tite-Live, VII, 40, 15-41, 1.

27Dans son récit de la trahison des Éduens, événement géopolitique majeur de la guerre des Gaules en raison de l’étroitesse et de l’ancienneté des relations qu’ils entretenaient avec les Romains, César chercha à démontrer la responsabilité des chefs gaulois, notamment Litaviccos, afin d’excuser les simples soldats83. Pour cela, César sous-entendit que ces derniers lui demeuraient fidèles, jusqu’à ce que les larmes de Litaviccos rendissent crédible la fausse nouvelle qu’il transmit alors aux soldats du massacre des cavaliers et des nobles éduens par César84. D’après ce récit, les larmes opérèrent un retournement des Éduens, qui passèrent soudainement, vis-à-vis des Romains, de la fidélité à la trahison85. Après le passage du Rubicon, les larmes de César furent, d’après Suétone, un des éléments du discours qui touchèrent les soldats de la République et les persuadèrent de se retourner contre le Sénat86. En Espagne, en 49, les soldats césariens et pompéiens auraient fraternisé, alors que les deux généraux pompéiens, Afranius et Pétréius, avaient dû quitter leur camp pour s’occuper du ravitaillement87. Puis, des négociations commencèrent entre César et les soldats pompéiens en vue de leur reddition88. Cette présentation des événements implique donc que la paix était quasiment conclue. D’après César, les larmes de Pétréius avaient pour but d’opérer le retournement du point de vue des soldats, de la volonté de faire la paix à celle de combattre jusqu’au bout pour Pompée89. D’après Lucain, les soldats de César estimaient que celui-ci se réjouissait de la mort de Pompée. César, en pleurant devant eux, tenta de les faire changer d’opinion en les persuadant de sa tristesse sincère90. Dans la littérature annalistique, alors qu’Ap. Claudius venait de convaincre le Sénat de refuser le procès de Coriolan demandé par la plèbe91, les larmes de Valerius remuèrent la haute assemblée au point de le lui faire accepter, qui plus est, afin de renforcer le pouvoir des tribuns92. Un peu plus tard, Coriolan, général romain qui devait être honni des Volsques en raison des défaites militaires qu’il leur avait infligées, réussit, par un discours accompagné de larmes, non seulement à éteindre leur hostilité, mais surtout à les amener à accepter qu’il devienne leur chef93. En 480, non seulement les larmes de Fabius constituèrent le moment initial de la révélation par ce dernier des arguments qui justifiaient qu’il refusât sciemment de leur donner le signal du combat – ce qui constituait une décision inouïe de la part d’un général94 –, mais le but de ces larmes était de pousser les soldats à changer totalement de comportement et à ne pas renouveler la sédition qu’ils avaient commise l’année précédente95. Dans le récit de la mutinerie de 342 enfin, les larmes de T. Quinctius introduisent le discours par lequel, d’une part, il justifia son refus de se battre contre des concitoyens alors que le Sénat l’avait envoyé pour cela, et, d’autre part, il tenta de les convaincre de renoncer à leur mutinerie96.

  • 97 Plutarque, Lucullus 35, 4.
  • 98 César, Guerre civile I, 76, 1.
  • 99 Lucain, Pharsale IX, 1050-1051 : credis aput populos Pompei nomen amantis / hoc castris prodesse tu (...)

28Les larmes accompagnaient l’expression verbale pour conférer au discours une efficacité particulière, une capacité à faire accepter à ceux à qui elles s’adressaient une décision extraordinaire. Même les cas d’échec des larmes montrent cette efficacité. Lucullus en 6797 et Pétréius en 4998 crurent en la puissance des larmes comme moyen de restaurer leur autorité sur leurs soldats. De même, Lucain affirme que les larmes de César découvrant la tête de Pompée furent un échec, car aucun de ses soldats ne crut à la sincérité de ces larmes99. Mais Lucain se trompe sans doute sur les intentions de César : peu importait à celui-ci qu’aucune personne présente ne le crût si l’on pouvait dire ensuite, à Rome, qu’en cet instant il avait pleuré et pourquoi il prétendait avoir pleuré. Il avait sans doute de bonnes raisons d’estimer que le récit des larmes était suffisamment efficace pour lui garantir une forme d’impunité.

  • 100 Joseph Hellegouarch, Vocabulaire latin des relations, op. cit. (n. 7), p. 23-27 ; Émile Benveniste(...)
  • 101 Suétone, César 33, 1 : pro contione fidem militum(voir n. 53) ; Tite-Live, VII, 40, 19 : Quin, o (...)
  • 102 César, Guerre des Gaules VII, 37, 4 ; 38, 10 ; Joseph Hellegouarch, Vocabulaire latin des relation (...)
  • 103 Plutarque, Lucullus 35, 4-5 (voir n. 3) ; Antoine 43, 2 (voir n. 57) ; Pierre Boyancé, « La main de (...)
  • 104 César, Guerre civile I, 74, 2-5.
  • 105 Lucain, Pharsale IX, 1061-1063 : quod te non passa est misereri, perfide, Magni / uiuentis! Nec non (...)

29Les larmes devaient donc opérer le retournement d’une situation réalisée ou potentielle de conflit vers le rétablissement d’un échange. Elles apparaissent ainsi liées à une demande fréquente dans les discours qui les accompagnaient, l’appel à restaurer la fides, la confiance mutuelle fondée sur le crédit du détenteur de l’autorité100. La référence à la fides est explicite dans le discours de Fabius en 480, dans celui de T. Quinctius en 342, ou dans celui de César après le passage du Rubicon101. Parfois, la référence à la fides est implicite. Ainsi, les Éduens qui trahirent César oublièrent, d’après ce dernier, les bienfaits (beneficia) reçus de lui, tandis que le général romain était accusé d’avoir commis une injustice (iniuria) en faisant massacrer des Éduens au motif qu’ils avaient trahi l’alliance romaine. Les larmes de Litaviccos avaient pour fonction de souligner l’iniuria commise par César et marquèrent ainsi le refus, de la part du chef gaulois et de ses complices, de considérer qu’il existait une relation de fides avec le général romain102. Au contraire, l’échec des larmes était souvent causé, selon nos sources, par une rupture de la fides. Ainsi, l’échec de Lucullus apparut lorsque ses soldats, malgré ses sollicitations, refusèrent de lui serrer la main, ce qui était un geste de fides. Au contraire, les soldats d’Antoine, lorsque ce dernier pleura pour exprimer sa compassion, lui prirent spontanément la main103. Si Pétréius échoua finalement à rétablir son autorité par les larmes, puisqu’il fut finalement contraint d’utiliser la terreur, c’est qu’il n’avait pas su, contrairement à César, établir la fides avec ses soldats104. La perfidie de César expliquait, d’après Lucain, l’échec de ses larmes à persuader ses soldats de sa tristesse à propos de la mort de Pompée105. Dans ces épisodes, les larmes tendaient à établir une relation fondée sur la fides entre les soldats et leur général, comme condition nécessaire à la construction de l’autorité de ce dernier.

30Les larmes intervenaient donc dans un processus de retournement de l’opinion des soldats, ce qui implique que ces derniers se trouvaient en position de refuser ou d’accepter une demande du magistrat qui s’adressait à eux. Cette observation pose donc la question de savoir si ce choix signifie que les soldats se trouvaient alors en position d’exercer une autorité. En d’autres termes, doit-on estimer que les larmes de celui qui détenait, en vertu d’une décision officielle, une position supérieure inversaient momentanément les rôles, le magistrat se comportant alors en suppliant vis-à-vis des soldats ? Dans ce cas, les textes que nous étudions dans cette partie ne constitueraient aucunement un cas particulier par rapport au modèle général présenté dans la première partie de cette étude. Pour répondre à cette question, il faut, d’une part, remarquer que dans les cas étudiés dans la première partie, ce n’était jamais celui qui occupait une position supérieure qui pleurait. Le magistrat était alors le véritable détenteur de l’autorité en ce qu’il se trouvait réellement en position de choisir, et c’est pourquoi il ne pleurait pas et qu’inversement, celui qui dépendait de ce choix lui adressait des larmes. De plus, les larmes de miseratio avaient pour fonction de signifier de manière visible la dégradation sociale que risquait l’accusé et introduisaient, nous l’avons vu, un doute sur sa culpabilité. Or il ne pouvait être question pour le général qui pleurait de reconnaître ses torts ou sa culpabilité. Enfin, le général pleurait en demandant aux soldats de choisir : autrement dit, ces derniers ne faisaient que répondre à une sollicitation du général qui fixait lui-même, par son discours, les termes de l’alternative qu’il leur imposait. Les larmes s’inséraient dans une procédure dont toutes les étapes étaient fixées, non par la loi ou par la tradition, mais par une décision du magistrat dont l’autorité allait ou aurait dû être rétablie dans toute son efficacité. Les larmes n’intervenaient donc pas dans une procédure de choix, mais de persuasion.

  • 106 Particulièrement dans César, Guerre civile I, 76, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15 ; Denys d’Halicarnasse (...)

31D’autre part, le fait que les soldats aient été placés en situation de choisir explique sans doute que le modèle de ces récits est celui de l’intervention d’un candidat dans le cadre d’une campagne électorale, ou d’un magistrat dans celui de la contio. La crise de l’autorité replaçait le général dans la position de devoir persuader son auditoire, parce que le magistrat qui pleurait était engagé dans un processus de relégitimation de son autorité, par la démonstration de son charisme106. La description des larmes du général lors de ces épisodes constituait donc une référence aux stratégies déployées au moment de la campagne électorale, visant à persuader un auditoire, mais seulement par connotation. Elle permettait d’évoquer les conditions dans lesquelles le peuple confiait l’autorité à l’un de ses membres, par une réactualisation de cette procédure. Mais justement, là réside également la particularité des récits que nous étudions : jamais un candidat à une magistrature, ni un magistrat dans le cadre d’une contio ou dans le cadre des comices, ne pleurait devant les citoyens.

CONCLUSION

  • 107 Egon Flaig, Ritualisierte Politik, op. cit. (n. 2), p. 110-115.

32À partir de ces observations, peut-on fournir une explication de cette utilisation atypique des larmes ? Selon E. Flaig, l’utilisation des larmes par un magistrat constituait une mise à l’épreuve de son autorité107. Parce que l’efficacité de l’autorité excluait normalement l’utilisation des larmes, le magistrat qui pleurait signifiait à son auditoire un affaiblissement du contrôle qu’il avait sur lui-même et une dégradation vertigineuse, de la plus haute autorité au comportement du suppliant. L’autorité du magistrat n’était rétablie par les larmes que lorsqu’elle triomphait de cette mise à l’épreuve radicale.

33Dans les dix récits que nous avons étudiés dans la seconde partie, le magistrat pleurait lorsqu’il devait opérer un retournement complet de la position de ceux qui assistaient à son discours. Le détenteur de l’autorité et ceux qui devaient s’y soumettre sont présentés comme tenant des positions opposées, réellement ou potentiellement. Les larmes du premier occupaient, ou auraient dû occuper, une place centrale dans la décision des seconds de rallier finalement sa position. L’utilisation des larmes appartenait donc à une rhétorique de la persuasion. L’autorité, comme nous l’avons dit en introduction, excluant aussi bien la coercition que la persuasion, les magistrats qui pleuraient se trouvaient dans une situation de reconstruction d’une autorité qui était ébranlée.

  • 108 D’où leur présence au début ou dans la première partie du discours : César, Guerre des Gaules VII, (...)

34Les auteurs de ces récits ne concevaient donc pas les larmes comme une explosion involontaire des sentiments dans l’espace public, émises par un magistrat dont la maîtrise de soi était prise en défaut. Les larmes établissaient un rapprochement initial entre le magistrat confronté à la mise en cause de son autorité et ceux sur qui il devait la réaffirmer. La vue des larmes rompait une situation initiale de conflit, de défiance, en amorçant le rétablissement de la fides, de la confiance mutuelle, fondée sur la certitude visuelle qu’avaient les spectateurs de la sincérité du sentiment du magistrat qui pleurait. Elle rendait possible l’écoute du discours, audible l’énoncé qui les accompagnait, qu’il s’agisse d’un appel à la sédition ou à y renoncer, et constituait le préalable nécessaire du processus qui devait permettre de susciter l’adhésion et de refonder l’autorité108. Les larmes n’étaient alors pas un signe visible de la dégradation de l’autorité. Leur intégration fonctionnelle au discours du magistrat montre qu’en emportant l’adhésion, elles en constituaient au contraire une forme particulière d’expression, puisque si nos sources insistent sur la sincérité de celui qui pleurait, elles montrent aussi que ces larmes étaient toujours versées d’une certaine manière, à un moment précis, afin d’augmenter, voire de faire acquérir au discours une capacité performative qu’il ne pouvait avoir auparavant.

35C’était cette intégration des larmes au discours comme expression de l’autorité qui permettait de faire le procès de leur sincérité : si Litaviccos était un traître, Pétréius un général incompétent, César un dirigeant perfide, c’était pour s’être servi des larmes, non pour exprimer leurs sentiments sincères, mais pour cacher le premier sa trahison, le second sa colère, le troisième sa satisfaction, bref pour avoir intentionnellement travesti la vérité.

36Comme nous l’avons vu, les larmes du magistrat n’étaient des larmes de supplication, de miseratio, que par connotation. Elles y faisaient référence, sans s’identifier à elles, et peut-être même pour mieux s’en différencier. Les larmes ne jouaient pas sur le même plan que l’énoncé. Or c’est ce dernier, en explicitant les enjeux de la décision des soldats, qui constituait une mise à l’épreuve de l’autorité. Par la mise en scène des larmes, le magistrat montrait donc sa capacité à les utiliser, à mettre ses sentiments et leur démonstration visible au service de l’action. Pour que des larmes entrassent dans ce processus de construction de l’autorité, elles ne devaient en aucun cas apparaître comme des larmes de deuil ou de supplication, comme ce fut le cas de celles de Lucullus. Le général romain, d’après Plutarque, en choisissant d’accomplir les gestes les plus humiliants devant ses soldats, adopta un comportement de suppliant. Parmi ces gestes, les larmes signifiaient ouvertement une telle dégradation de son autorité qu’elles ne constituèrent que l’expression, par Lucullus lui-même, du deuil de sa propre autorité, jamais la capacité de ce dernier à rétablir la confiance avec ses soldats, donc à intégrer leur adhésion dans un processus de persuasion qui lui aurait permis de restaurer son autorité sur eux.

37Alors, peut-être était-ce cela pleurer comme un homme, lorsque le magistrat pleurait pour montrer qu’il maîtrisait cette utilisation des larmes pour agir sur les autres, lorsque la mise en scène des larmes transformait l’expression d’un sentiment en puissance sur autrui. Le magistrat utilisait dans son discours une forme exceptionnelle d’expression, une forme qui n’appartenait pas au registre habituel du vocabulaire politique et qui était même perçue, normalement, comme contradictoire avec l’exercice de l’autorité car elle renvoyait, par connotation, à la miseratio des suppliants. Et par ce medium extraordinaire, il démontrait alors son exceptionnelle capacité à maîtriser, dans son discours comme performance, l’ensemble du spectre des formes d’expression, et ainsi à diriger son auditoire, quelles que fussent les circonstances.

Notes

1 Une première version de cette étude a été présentée lors des journées d’étude des 26 et 27 octobre 2012, intitulées « Genre et autorité », organisées par Mmes Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet, que je tiens à remercier ici. Les remarques qui m’ont alors été adressées, notamment par M. Christophe Badel, m’ont permis de préciser certains points.

2 Tite-Live, Periocha 98 ; Plutarque, Lucullus 35 ; Appien, Mithridate 90 ; Dion Cassius, XXXVI, 14 ; Jules Van Ooteghem, Lucius Licinius Lucullus, Bruxelles, 1959, p. 149-159 ; Jacques Harmand, L’armée et le soldat à Rome de 107 à 50 av. J. -C., Paris, 1967, p. 280-283 ; Elisabeth H. Erdmann, Die Rolle des Heeres in der Zeit von Marius bis Caesar, Neustadt, 1972, p. 57-63 ; Adrian N. Sherwin-White, Roman Foreign Policy in the East, 168 B. C. to A. D. 1, London, 1984, p. 184-188 ; Lucas De Blois, “Army and General in the Late Roman Republic”, in Paul Erdkamp (ed.), A Companion to the Roman Army, Malden-Oxford-Carlton, 2007, p. 164-179 ; Manuel Tröster, Themes, Character, and Politics in Plutarch’s Life of Lucullus, Stuttgart, 2008, p. 105-124 ; Id., “Struggling with the Plêthos”, in Anastasios G. Nikolaidis (ed.), The Unity of Plutarch’s Work, Berlin, 2008, p. 387-401. Le point de départ de ce travail se trouve en grande partie dans l’analyse de cet épisode, et sur le rôle des larmes de Lucullus, par Egon Flaig, Ritualisierte Politik, Göttingen, 2003, p. 110-124.

3 Plutarque, Lucullus 35, 4 : οὐδὲν οὖν ἐστιν ὅ τι τῶν παρ’ἀξίαν ὁ Λεύκολλος οὐχ ὑπέμεινεν, ἀντιβολῶν καθ’ ἕνα καὶ κατὰ σκηνὰς περιιὼν ταπεινὸς καὶ δεδακρυμένος, ἔστι δ’ ὧν καὶ χειρὸς ἁπτόμενος, « Il n’y a point de démarche humiliante que Lucullus n’ait accomplie alors, suppliant les hommes les uns après les autres, faisant le tour des tentes, humble et les yeux mouillés de larmes, et parfois prenant la main d’un soldat » (trad. Robert Flacelière, Émile Chambry, CUF, Paris, 1972).

4 Jean-Michel David, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Paris, 1992, p. 621-624 ; Daria Sterbenc Erker, « Voix dangereuses et force des larmes », RHR 221, 2004, p. 259-291 ; Loretana De Libero, “Precibus ac lacrima : Tears in Roman Historiographers”, in Thorsten Fögen (ed.), Tears in Graeco-Roman World, Berlin, 2009, p. 209-234.

5 Ernesto De Martino, Morte e pianto rituale, Torino, 1975, p. 211-217 ; Rita Lizzi, “Il sesso e i morti”, in François Hinard (éd.), La mort au quotidien dans le monde romain, Actes du colloque organisé par l’Université Paris IV, 7-9 oct. 1993, Paris, 1995, p. 49-68 ; Günter Laser, Populo et scaena serviendum est. Die Bedeutung der städtischen Masse in der späten römischen Republik, Trier, 1997, p. 225-230 ; Alison Keith, “Lament in Lucan’s bellum civile”, in Ann Suter (ed.), Lament. Studies in the Ancient Mediterranean and Beyond, Oxford, 2008, p. 233-257 ; Thorsten Fögen, “Tears and Crying in Graeco-Roman Antiquity”, in Thorsten Fögen (ed.), Tears, op. cit. (n. 4), p. 1-6 ; Loretana De Libero, “Precibus”, art. cit. (n. 4). Sur la conception des larmes comme langage : Georges Dumas, « Les larmes », Journal de Psychologie, 1920, p. 45-58 ; Hélène Monsacré, Les larmes d’Achille. Le héros, la femme et la souffrance dans la poésie d’Homère, Paris, 20102, p. 215-241 ; Anne Vincent-Buffault, Histoire des larmes XVIIIe -XIXe s., Paris, 1986, p. 24-43 ; Dominique Arnould, Le rire et les larmes dans la littérature grecque d’Homère à Platon, Paris, 1990, p. 51-85 ; Antony Hostein, « Lacrimae principis, les larmes du prince devant la cité affligée », in Marie-Henriette Quet (dir.), La « crise » de l’Empire romain, Paris, 2006, p. 211-234. Je n’étudierai pas ici un type particulier de larmes que sont les larmes de joie, dont on rencontre quelques cas dans la littérature annalistique et dans des œuvres rhétoriques.

6 Tite-Live, Periocha 89 : […] Cn. Carbonem, qui flens muliebriter mortem tulit, […], « Cn. Carbon, qui subit la mort en pleurant comme une femme » (trad. Paul Jal, CUF, Paris, 1984).

7 Hannah Arendt, La crise de la culture, Folio-Essais, Paris, 1972 [éd. angl. 1958], p. 123 ; Joseph Hellegouarch, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1972, p. 295-307.

8 Jean Maurin, « Funus et rites de séparation », AION 6, 1984, p. 191-208 ; Nicole Loraux, Les mères en deuil, Paris, 1990, p. 49-56 ; Wilhelm Kierdorf, „Totenehrung im republikanischen Rom“, in Gerhard Binder, Bernd Effe (ed.), Tod und Jenseits im Altertum, Trier, 1991, p. 71-87 ; Nicole Boëls-Janssen, La vie religieuse des matrones dans la Rome archaïque, Roma, 1993, p. 266-268 ; Lucienne Deschamps, « Rites funéraires de la Rome républicaine », in François Hinard (éd.), La mort au quotidien, op. cit. (n. 5), p. 171-180 ; Francesca Prescendi, „Klagende Frauen. Zur weiblichen Trauerhaltung in Rom“, in Thomas Späth, Beate Wagner-Hasel (ed.), Frauenwelten in der Antike, Stuttgart, 2000, p. 102-111 ; Daria Sterbenc Erker, « Voix dangereuses », art. cit. (n. 4), 2004 ; Ead., “Tears in Ancient Roman Ritual”, in Thorsten Fögen (ed.), Tears, op. cit. (n. 4), p. 135-160 ; Anthony Corbeill, Nature Embodied. Gesture in Ancient Rome, Princeton, 2004, p. 67-106 ; Katariina Mustakallio, “Women and Mourning in Ancient Rome”, in Lena Larsson Lovén, Agneta Strömberg (ed.), Gender, Cult, and Culture in the Ancient World, Sävedalen, 2003, p. 86-98 ; Ead., “Roman Funerals : Identity, Gender and Participation”, in Katariina Mustakallio et alii (ed.), Hoping for Continuity, Roma, 2005, p. 179-190.

9 Tite-Live, VIII, 10, 1 ; X, 29, 19 ; XXV, 26, 10 ; Valère Maxime, IV, 7, 4 ; voir n. 4 et également : Ernesto De Martino, Morte e pianta rituale, op. cit. (n. 5), p. 211-217 ; Keith Hopkins, Death and Renewal, Cambridge, 1983, p. 217-218 ; Katariina Mustakallio, “Women and Mourning”, art. cit. (n. 8) ; John Scheid, « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », AION 6, 1984, p. 117-139 ; Anthony Corbeill, Nature Embodied, op. cit. (n. 8) ; Daria Sterbenc Erker, “Tears”, art. cit. (n. 8) ; Ead., “Gender and Roman Funeral Ritual”, in Valerie M. Hope, Janet Huskinson (ed.), Memory and Mourning, Oxford, 2011, p. 40-60.

10 Jean Bayet, Histoire politique et psychologique de la religion romaine, Paris, 1957, p. 129 ; Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, 1974, p. 560-561 ; Daria Sterbenc Erker, “Tears”, art. cit. (n. 8). Les larmes pouvaient intervenir au cours d’une supplicatio, mais elles n’en étaient pas un élément nécessaire (Gérard Freyburger, « Supplication grecque et supplication romaine », Latomus 47/3, 1988, p. 501-525).

11 L’un des épisodes de ce type les plus célèbres à la fin de la République était celui du siège de Rome par Coriolan : Tite-Live, II, 40 ; 40, 2 :… quoniam armis uiri defendere urbem non possent, mulieres precibus lacrimisque defenderent; Denys d’Halicarnasse, VIII, 44-54 ; Plutarque, Coriolan 33-36 ; Nicole Loraux, Mères en deuil, op. cit. (n. 8), p. 49-56 ; Lucia Beltrami, Il sangue degli antenati, Bari, 1998, p. 123-174. Également Tite-Live, XXII, 60, 1-2 ; 61, 3 ; XXVI, 49, 11.

12 Cicéron, In Verrem II, 5, 112 ; 129 ; Pro Cluentio 22 ; Pro Fonteio 47.

13 Tite-Live, XXII, 60, 1. Dans les discours de Cicéron, ce sont en général les hommes qui pleurent, très rarement les femmes (voir n. 16 à 19).

14 Pacuvius, 295 (Niptra) ; Cicéron, Tusculanes II, 55-56 ; III, 62 ; voir aussi n. 4. Cf. Françoise Gonfroy, « Homosexualité et idéologie esclavagiste chez Cicéron », DHA 4, 1978, p. 219-236, p. 220).

15 Denys d’Halicarnasse, XIII, 5, 2 ; Tite-Live, VIII, 33, 23 ; XXII, 10, 8.

16 Cicéron, In Verrem II, 3, 69 ; II, 5, 163 ; Tite-Live, VI, 3, 4 ; XXVI, 27, 10 ; XLIV, 31, 13. XXXV, 31, 14.

17 Cicéron, In Verrem II, 2, 10 ; 65 ; II, 3, 62.

18 Cicéron, Pro Quinctio 97 ; In Verrem II, 1, 14 ; 30 ; 144 ; II, 2, 10 ; 42 ; II, 3, 62 ; II, 5, 108-109 ; 112 ; 129 ; 155 ; 158 ; Pro Fonteio 47 ; Pro Cluentio 22 ; 137 ; 197 ; Pro Murena 86 ; In Catilinam IV, 3 ; Pro Sylla 18 ; 20 ; Pro Flacco 102 ; 106 ; Cum populo 6 ; 7 ; 8 ; 12 ; 13 ; Cum Senatui 12 ; 37 ; Pro Sestio 26 ; 60 ; Pro Caelio 4 ; In Pisonem 18 ; Pro Plancio 76 ; 104 ; Pro Rabirio Postumo 48 ; Pro Milone 34 ; 92 ; 101 ; 105 ; Pro Marcello 33 ; Pro Ligario 13 ; 32 ; 33 ; Philippiques II, 45 ; etc. Cicéron mentionne parfois des larmes de deuil : In Verrem II, 1, 93 ; II, 4, 52 ; etc. Voir aussi Tite-Live, I, 26, 12 ; III, 58, 1 ; 6 ; Plutarque, Camille 36, 6.

19 Cicéron, In Verrem II, 4, 85 ; II, 2, 95 ; Cum populo 6 ; Diodore, XXXVI, 16 ; Tite-Live, I, 10, 1 ; V, 30, 4 ; VIII, 33, 23 ; XXII, 60, 1 ; XXXIX, 44, 8 ; XLIII, 4, 8 ; XLV, 20, 10 ; Denys d’Halicarnasse, IV, 56, 4 ; V, 3, 3 ; Plutarque, Tiberius Gracchus 16, 3 ; Caius Gracchus 16, 1.

20 Plaute, Amphitryon 256-257 ; Tite-Live, XXI, 12, 4 ; XXIII, 20, 5 ; XLII, 23, 10 ; VII, 30, 21. XXXV, 31, 14 ; XLIII, 4, 8 ; XLIV, 31, 3 ; XLV, 20, 10.

21 Quintilien, Institution Oratoire VI, 1, 33 ; Piet Herman Schryvers, « Invention, imagination et théorie des émotions chez Cicéron et Quintilien », in Bryan Vickers (ed.), Rhetoric Revalued, New York, 1982, p. 47-57 ; Jean-Michel David, Patronat judiciaire, op. cit. (n. 4), p. 626-630 ; Ruth Webb, “Imagination and the Arousal of the Emotions in Greco-Roman Rhetoric”, in Susanna Morton Braund, Christopher Gill (ed.), The Passions in Roman Thought and Literature, Cambridge, 1997, p. 112-127 ; Andrew Lintott, Violence in Republican Rome, Oxford, 1999, p. 16-20 ; Alessandro Garcea, “Appunti sul pathos della miseratio”, Quaderni. Dipartimento di Filologia, linguistica e tradizione classica, Università di Torino 17, 2001, p. 137-175 ; Id., « Tamquam uidentes demonstrare: la phantasia et les passions dans les théories rhétoriques sur la pitié », Pallas 69, 2005, p. 73-83.

22 Cicéron, Brutus 89-90 ; De oratore I, 227-228 ; Tite-Live, Periocha 49, 17-20 ; Valère Maxime, VIII, 1, 2.

23 Alain Michel, Rhétorique et philosophie chez Cicéron, Paris, 1960, p. 42-43 ; Jean-Michel David, Patronat judiciaire, op. cit. (n. 4), p. 619-624.

24 Ennius, Tragédies 235-236 : Plebes in hoc regi antistat loco: licet lacrumare plebi, regi honeste non licet (Eric Herbert Warmington [éd.], Remains of Old Latin, Loeb Classical Library, London, 1988, p. 299 et 304) ; Joannes Vahlen, Ennianae Poesis Reliquiae, Leipzig, 1854, n° 11, p. 123 ; Otto Ribbeck, Tragicorum romanorum fragmenta, Leipzig, 1871, p. 42, n° 7 ; Henry David Jocelyn, The Tragedies of Ennius, Cambridge, 1969, fr. 215, p. 155 et 318-324 ; Martin Schanz, Carl Hosius, Geschichte der römischen Literatur, I : Die Zeit der Republik, München, 1979, p. 86-89.

25 Mario Erasmo, Roman Tragedy, Austin, 2004, p. 19.

26 Joseph Hellegouarch, Vocabulaire latin des relations, op. cit. (n. 7), p. 387-388, citation p. 387.

27 Tite-Live III, 50, 4 : flens diu uocem non misit, « longtemps les larmes lui coupèrent la parole » (trad. Gaston Baillet, CUF, Paris, 1969) ; Denys d’Halicarnasse, XI, 40, 2. Virginius, en s’adressant aux soldats, adopte de fait un comportement de magistrat.

28 Denys d’Halicarnasse, XI, 40, 3.

29 Tite-Live, III, 50, 5-9 ; 51, 1-6 ; Denys d’Halicarnasse, XI, 40, 3-4 ; 43, 3-4.

30 Plutarque, Pompée 13, 3 : καταβὰς ἀπὸ τοῦ βήματος ἐπὶ τὴν σκηνὴν ἀπῄει δεδακρυμένος, « il descendit de son tribunal et rentra sous sa tente, les yeux pleins de larmes » (trad. Robert Flacelière, Émile Chambry, CUF, Paris, 1973) ; Jules Van Ooteghem, Pompée le Grand, Bruxelles, 1954, p. 65-69 ; Arthur Keaveney, “Young Pompey: 106-79 B. C.”, AC 51, 1982, p. 111-139 ; Thomas Patrick Hillman, “Pompeius in Africa and Sulla’s Order to Demobilize”, Latomus 56, 1997, p. 94-106 ; Robin Seager, Pompey the Great, Oxford, 20022, p. 28.

31 Plutarque, Pompée 13, 3-4.

32 Ibid., 13, 4. Après les larmes, Pompée reprend le dialogue avec eux.

33 Tite-Live, I, 59, 4 : Mouet cum patris maestitia, tum Brutus castigator lacrimarum atque inertium querellarum auctorque quod uiros, quod Romanos deceret, arma capiendi aduersus hostilia ausos, « Ils [les citoyens sur la place publique] par ce père au désespoir, par Brutus qui condamne les larmes et les gémissements inutiles et les exhorte à agir en hommes, en Romains et à prendre les armes contre ceux qui se sont permis d’agir en ennemis » (trad. Gaston Baillet, CUF, Paris, 1965) ; Denys d’Halicarnasse, IV, 70, 3 : sa version est beaucoup plus longue et moins émotive que celle de Tite Live. Il n’en est que plus remarquable que le thème des larmes, bien qu’atténué, ait été maintenu par Denys. Voir aussi Ovide, Fastes II, 835-852.

34 Denys d’Halicarnasse, V, 8, 4-5 ; 6 : ὑπὲρ ἅπαντα δὲ τὰ παράδοξα καὶ θαυμαστὰ τοῦ ἀνδρὸς τὸ ἀτενὲς τῆς ὄψεως καὶ ἄτεγκτον ἦν· ὅς γε τῶν ἄλλων ἁπάντων ὅσοι τῷ πάθει παρεγένοντο κλαιόντων μόνος οὔτε ἀνακλαυσάμενος ὤφθη τὸν μόρον τῶν τέκνων οὔτε ἀποιμώξας ἑαυτὸν τῆς καθεξούσης τὸν οἶκον ἐρημίας οὔτε ἄλλο μαλακὸν οὐθὲν ἐνδούς, ἀλλ’ἄδακρύς τε καὶ ἀστένακτος καὶ ἀτενὴς διαμένων εὐκαρδίως ἤνεγκε τὴν συμφοράν. οὕτως ἰσχυρὸς ἦν τὴν γνώμην καὶ βέβαιος τὰ κριθέντα διατηρεῖν καὶ τῶν ἐπιταραττόντων τοὺς λογισμοὺς παθῶν καρτερός, « Mais le plus extraordinaire et le plus étonnant dans son comportement fut qu’il demeura le regard fixe et les yeux secs, et alors que toutes les personnes présentes à ce triste événement étaient en pleurs, elles observèrent qu’il fut le seul à ne pas éclater en sanglots devant l’infortune de ses enfants, ni à déplorer la dévastation qui s’abattait sur sa maison, qu’il ne montra aucun mouvement de faiblesse mais que, sans une larme, sans un gémissement, demeurant le regard fixe, il supporta ce malheur d’un cœur ferme, tant sa résolution était assurée, tant il était ferme dans l’exécution fidèle d’une décision, tant il était maître des sentiments qui troublent la raison » (trad. de l’auteur) ; Tite Live, II, 5, 8 : cum inter omne tempus pater uoltusque et os eius spectaculo esset, eminente animo patrio inter publicae poena ministerium, « pendant tout ce temps, il fallait voir ce père, ses traits, sa physionomie, où perçait l’amour paternel au milieu de ses fonctions de justicier » (trad. Gaston Baillet, CUF, Paris, 1991) ; Valère Maxime, V, 8, 1 ; Plutarque, Publicola 6, 4.

35 Plutarque, Publicola 6, 4 : τῶν μὲν ἄλλων οὐ δυναμένων προσορᾶν οὐδὲ καρτερούντων, ἐκεῖνον δὲ λέγεται μήτε τὰς ὄψεις ἀπαγαγεῖν ἀλλαχόσε, μήτ’οἴκτῳ τι τρέψαι τῆς περὶ τὸ πρόσωπον ὀργῆς καὶ βαρύτητος, ἀλλὰ δεινὸν ἐνορᾶν κολαζομένοις τοῖς παισίν, ἄχρι οὗ κατατείναντες αὐτοὺς ἐπὶ τοὔδαφος πελέκει τὰς κεφαλὰς ἀπέκοψαν, « Personne ne put regarder ni supporter ce spectacle ; Brutus seul, dit-on, n’en détourna pas les yeux, et aucune pitié n’altéra la colère et la sévérité empreinte sur son visage. Il regarda d’un œil farouche le supplice de ses fils, jusqu’à ce que les licteurs, les ayant étendus par terre, leur eurent tranché la tête à coups de hache » (trad. Robert Flacelière, Émile Chambry, Marcel Juneaux, CUF, Paris, 1968).

36 Tite-Live, XXV, 37, 1-7.

37 Ibid., 37, 5 ; 37, 2 : Erat in exercitu L. Marcius Septimi filius, eques Romanus, impiger iuuenis animique et ingenii aliquanto quam pro fortuna in qua erat natus maioris, « Il y avait dans l’armée un chevalier romain, Lucius Marcius, fils de Septimus, jeune homme actif et qui, par l’énergie et l’intelligence, s’élevait bien au-dessus de la condition dans laquelle il était né » (trad. Fabienne Nicolet-Croizat, CUF, Paris, 1992).

38 Ibid., 37, 1-2 ; 37, 12.

39 Ibid., 37, 9-10 : flere omnes repente… Neque sedari lamentatio poterat excitantibus centurionibus manipulares et ipso mulcente et increpante Marcio quod in muliebres et inutiles se proiecissent fletus potius quam ad tutandos semet ipsos et rem publicam secum acuerent animos et ne inultos imperatores suos iacere sinerent, « tous se mirent soudain à pleurer… Et nul ne pouvait calmer leurs lamentations, ni les centurions, qui tentaient de réconforter les soldats de leur manipule, ni Marcius lui-même, qui leur parlait doucement, et leur reprochait de s’abandonner, comme des femmes, à des larmes inutiles, plutôt que d’aiguiser leur courage pour se défendre eux-mêmes, et l’État avec eux, et pour ne pas laisser sans vengeance la mort de leurs généraux » (trad. supra n. 37).

40 Ibid., 37, 8-9.

41 Ibid., 38, 2-10.

42 Ibid., 38, 5-6 ; 5 : Praesto est enim acerba memoria, et Scipiones me ambo dies noctesque …, « Car un cruel souvenir me hante, et les Scipions, jour et nuit… » ; 8 : Vos quoque uelim, milites, non lamentis lacrimisque tamquam exstinctos prosequi – uiuunt uigentque fama rerum gestarum – sed, quotienscumque occurret memoria illorum, uelut si adhortantes signumque dantes uideatis eos, ita proelia inire, « Vous aussi, soldats, je voudrais qu’au lieu de les accompagner de lamentations et de larmes, comme s’ils étaient morts – ils vivent, ils sont pleins de vigueur, grâce à la renommée de leurs exploits – chaque fois que leur souvenir se présentera à votre mémoire, vous marchiez au combat comme si vous les voyiez en personne vous exhorter et vous donner le signal » (trad. supra n. 37).

43 Ibid., 38, 9 : Nec alia profecto species hesterno die oblata oculis animisque uestris memorabile illud edidit proelium, quo documentum dedistis hostibus non cum Scipionibus exstinctum esse nomen Romanum, « Et assurément, c’est bien cette image qui, s’offrant hier à vos yeux et à votre esprit, a été à l’origine de ce combat mémorable par lequel vous avez prouvé aux ennemis que le nom de Rome n’est pas mort avec les Scipions » (trad. supra n. 37).

44 Chez Tite-Live, Brutus apparaît en I, 56, 7, et chez Denys d’Halicarnasse en IV, 57, 4, c’est-à-dire quand commence la séquence qui va mener à la chute de la monarchie et à l’avènement de la République. Brutus meurt pendant son consulat (Tite-Live, II, 6, 9 ; Denys d’Halicarnasse, V, 15, 1). Ces deux auteurs ajoutent à leur récit une incise pour préciser qui était ce Brutus, d’où il venait, quels étaient ses rapports avec le roi (Tite-Live, I, 56, 7-8 ; Denys d’Halicarnasse, IV, 68). Ce récit est donc placé à cet endroit, de manière à justifier son apparition soudaine. Dans le cas de Marcius, Polybe fut certainement la source de Tite-Live lorsque ce dernier signale à plusieurs reprises la participation de Marcius aux opérations militaires en Espagne sous le commandement de Scipion l’Africain (Friedrich Münzer, Realencyclopädie, XIV, 2, München, 1930, col. 1591-1595). Les autres sources (Fabienne Nicolet-Croizat [éd.], Tite-Live, livre XXV, CUF, Paris, 1992, chap. 37, n. 2, p. 122) relatent uniquement sa prise de commandement en Espagne après la mort des Scipions.

45 Alfred Ernout, Antoine Meillet, Jacques André, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 1994, p. 76.

46 Tite-Live, I, 59, 1 ; 4 ; XXV, 37, 9.

47 Tite-Live, I, 59, 4 (voir n. 33). Inertium est ici ce qui est sans vigueur, improductif, impropre à l’action. Vir désignait aussi métaphoriquement le soldat, puisque ce dernier devait montrer les qualités viriles qui étaient l’apanage des hommes (Alfred Ernout et alii, Dictionnaire étymologique, op. cit. [n. 45], p. 418-419 ; 738-739).

48 Tite-Live, XXV, 37, 10 (voir n. 39). Le terme mulier désignait la femme au sens général. Mulier et uir formait un couple, sans préjuger de la forme sociale que prenait leur union.

49 Tite-Live, I, 59, 4 ; XXV, 37, 10.

50 César, Guerre des Gaules VII, 37-38 et Guerre civile I, 76, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15 ; Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 ; VIII, 5, 1 – 8, 6 ; IX, 9, 1-10, 1 ; Lucain, Pharsale IX, 1035-1108 ; Suétone, César 33, 1 ; Plutarque, Antoine 43, 2-6 ; Lucullus 35, 4.

51 Plutarque, Lucullus 35, 4 (voir n. 3).

52 César, Guerre des Gaules VII, 37-38 ; VII, 38, 1 : Litauiccus accepto exercitu, cum milia passuum circiter XXX ab Gergouia abesset, conuocatis subito militibus lacrimans, « On remit l’armée à Litaviccos. Quand il fut à environ trente milles de Gergovie, il réunit soudain ses troupes et, tout en larmes, leur dit… » (trad. Léopold-Albert Constans, CUF, Paris, 1989) ; Michel Rambaud, L’art de la déformation historique dans les commentaires de César, Paris, 1952, p. 312-324 ; Jean-Marc Welterlin, « Les Éduens : traîtres ou victimes ? », Annales Latini Montium Arvernorum 14, 1987, p. 27-39 ; Christian Meier, César, Paris, 1989 [Berlin, 1982], p. 309-314 ; Jonathan Barlow, “Noble Gauls and their Other in Caesar’s Propaganda”, in Kathryn Welch, Anton Powell (ed.), Julius Caesar as Artful Reporter, London-Swansea, 1998, p. 139-170 ; Antony Hostein, La cité et l’empereur, Paris, 2013, p. 347-366, ici surtout p. 358-360.

53 Suétone, César 33, 1 : pro contione fidem militum flens ac ueste a pectore discissa inuocauit, « Il [César] se présenta devant l’assemblée des soldats et fit appel à leur dévouement avec des larmes, en déchirant ses vêtements sur sa poitrine » (trad. Henri Ailloud, CUF, Paris, 1989). Le passage du Rubicon fut raconté différemment par plusieurs auteurs (César, Guerre civile I, 7, 1-8, 1 ; Appien, Guerre civile II, 33 ; Dion Cassius, XLI, 4 ; Plutarque, César 31, 3-32). Suétone a suivi une source indépendante de César, mais qui lui était favorable, peut être Asinius Pollion (Jacques Gascou, Suétone historien, Rome, 1984, p. 14-27 ; Nadia Berti, “Il Rubicone, confine religioso e politico, e l’inizio della guerra civile tra Cesare e Pompeio”, CISA 13, 1987, p. 212-233 ; Timothy Peter Wiseman, “Crossing the Rubicon, and Other Dramas”, SCI 15, 1996, p. 152-158 ; Robert Étienne, Jules César, 1997, p. 116-119 ; Peter Bicknell, Dana Nielsen, “Five Cohorts Against the World”, in Carl Deroux (ed.), Studies in Latin Literature and Roman History, IX, Bruxelles, 1998, p. 138-166 ; Luciano Canfora, César, le dictateur démocrate, Paris, 2001, p. 145-147 ; Kurt A. Raaflaub, “Caesar the Liberator ? Factional Politics, Civil War, and Ideology”, in Francis Cairns, Elaine Fantham (ed.), Caesar Against Liberty ? Perspectives on his Autocraty, Cambridge, 2003, p. 35-67 ; William W. Batstone, Cynthia Damon, Caesar’s Civil War, Oxford, 2006, p. 51-61 ; Anke Rondholz, “Crossing the Rubicon : a Historiographical Study”, Mnemosyne 62/3, Ser. 4, 2009, p. 432-450).

54 César, Guerre civile I, 76, 1 : Quibus rebus confectis flens Petreius manipulos circumit militesque appellat, neu se neu Pompeium absentem imperatorem suum adversariis ad supplicium tradant, obsecrat, « L’affaire terminée, Pétréius, tout en larmes, parcourt les manipules, interpelle les soldats, les conjure de ne pas le livrer lui-même à la mort, non plus que Pompée, leur général absent, en les abandonnant aux ennemis » (trad. Pierre Fabre, CUF, Paris, 1987). Également Lucain, Pharsale IV, 169-259 ; Appien, Guerre civile II, 42-43 ; Jules Van Ooteghem, Pompée, op. cit. (n. 30), p. 567-569 ; 571-573 ; Matthias Gelzer, Caesar, Politician and Statesman, Oxford, 1968 [München, 1941], p. 215-216 ; Christian Meier, César, op. cit. (n. 52), p. 372-375 ; Yann Le Bohec, César chef de guerre, Paris, 2001, p. 338-339.

55 Denys d’Halicarnasse, IX, 9, 1-10, 1 ; IX, 10, 1 : Ἔτι δ’ αὐτοῦ λέγοντος τὰ εἰς τὸ γενναῖον ἐπαγωγὰ καὶ πολλὰ μεταξὺ τῶν λόγων ἐκχέοντος δάκρυα, « Tandis qu’il prononçait encore ces incitations à la bravoure et accompagnait ces mots avec beaucoup de larmes… » (trad. de l’auteur) ; Robert Maxwell Ogilvie, A Commentary on Livy, Books 1-5, Oxford, 1965, p. 353-358 ; Dominique Briquel, « Tite-Live, II, 44-48 – Denys d’Halicarnasse, IX, 6-13. Essai d’analyse d’un récit de bataille », Latomus 59/4, 2000, p. 858-872.

56 Tite-Live, VII, 40, 15 : T. Quinctius plenus lacrimarum ad suos uersus: «Me quoque, inquit, milites…», « Titus Quinctius, le visage baigné de larmes, se tourne alors vers les siens : “En moi aussi, soldats…” » (trad. Raymond Bloch, CUF, Paris, 1968).
Voir aussi Denys d’Halicarnasse, XV, E (Sylvie Pittia [éd.], Paris, 2002) ; Appien, Samnites 1-2 ; Jean-Claude Richard, « Sur le plébiscite ut liceret consules ambos plebeios creari », Historia 1979, p. 65-75 ; Gabriela Poma, “Il plebiscito genucio”, Rivista Storica dell’Antichità 19, 1989, p. 67-91 ; Ead., “Considerazioni sul processo di formazione della tradizione annalistica: il caso della sedizione militare del 342 a. C.”, in Walter Eder (ed.), Staat und Staatlichkeit in der frühen römischen Republik, Stuttgart, 1990, p. 139-157.

57 Plutarque, Antoine 43, 2-6 ; 43, 2 : τοὺς δ’ἄλλους περιιὼν ὁ Ἀντώνιος ἐπεσκόπει καὶ παρεθάρρυνε δεδακρυμένος καὶ περιπαθῶν, « Antoine alla visiter les autres ; il examinait leurs plaies et les réconfortait, très ému, les larmes aux yeux » (trad. Robert Flacelière, Émile Chambry, CUF, Paris, 1977).

58 Ibid., 41-42 ; sur ces événements : Dion Cassius, XLIX, 28-31 ; Florus, II, 20, 8-10 ; Velleius Paterculus, II, 82, 1-3. Pour raconter l’expédition contre les Parthes, Plutarque a sans doute utilisé une source de première main et relativement fiable, le récit qu’en fit un proche d’Antoine, Q. Dellius (Hermann Peter, Die Quellen Plutarchs in den Biographieen der Römer, Halle, 1865, p. 144-145 ; Hans Buchheim, Die Orientpolitik des Triumvirn M. Antonius, Heidelberg, 1960, p. 74-79 ; Hermann Bengtson, Zum Partherfeldzug des Antonius, Munich, 1974, p. 33-36 ; Rita Scuderi, Commento a Plutarco, « Vita di Antonio », Firenze, 1984, p. 18 ; François Chamoux, Marc Antoine, Paris, 1986, p. 295-296 ; Christopher Brendan Reginald Pelling, Plutarch, Life of Antony, Cambridge, 1988, p. 28 ; 221 ; 232 ; Gabriele Marasco, Vite di Plutarco, Torino, 1994, p. 136-139 ; Luigi Santi Amantini, Carlo Carena, Mario Manfredini (ed.), Plutarco, Vite di Demetrio e di Antonio, Milano, 1995, p. 429).

59 Lucain, Pharsale IX, 1035-1108, notamment 1037-1041 : utque fidem uidit sceleris tutumque putauit/iam bonus esse socer, lacrimas non sponte cadentis/effudit gemitusque expressit pectore laeto,/non aliter manifesta potens abscondere mentis / gaudia quam lacrimis…, « dès qu’il a vérifié le crime et qu’il crut pouvoir désormais sans danger montrer la générosité d’un beau-père, il répandit des larmes contraintes, et fit sortir des plaintes de son cœur satisfait, incapable de déguiser, autrement que par des larmes, les sentiments de joie qu’il avait laissé paraître » ; 1055-6 : Quisquis te flere coegit/impetus, a uera longe pietate recessit, « quel que soit le sentiment qui t’arrache des larmes, il est bien loin d’une piété véritable » ; 1104-8 : nec talia fatus / inuenit fletus comitem nec turba querenti / credidit; abscondunt gemitus et pectora laeta / fronte tegunt hilaresque nefas spectare cruentum /– o bona libertas! – cum Caesar lugeat, audent, « Ses paroles n’amenèrent personne à joindre ses larmes aux siennes, la foule n’a pu croire à ses plaintes ; tous étouffent leurs gémissements, ils dissimulent leurs sentiments sous un front joyeux ; ils osent – ô douce liberté – regarder gaiement le crime impie, alors que César s’en afflige » (trad. Abel Bourgery, Max Ponchont, CUF, Paris, 1993). Sur cet événement : Valère Maxime, V, 1, 10 ; Plutarque, Pompée 80, 7 ; Dion Cassius, XLII, 8, 2. La source de Lucain pour ce passage était sans doute le livre 112 de Tite-Live (Periocha 112) et peut-être des œuvres de la période des guerres civiles, cf. René Pichon, Les sources de Lucain, Paris, 1912, p. 51-105 ; Paul Jal, « La place de Lucain dans la littérature antique des guerres civiles », in Jean-Michel Croisille, Pierre-Maurice Fauchère (éd.), Neronia II, Actes du 2e Colloque de la Société internationale des études néroniennes (Clermont-Ferrand, 27-28 mai 1977), Clermont-Ferrand, 1982, p. 83-91 ; Paul-Marius Martin, « La tête de Pompée », in Frank Lestringant et alii (éd.), Liber amicorum. Melanges à la mémoire de J. -P. Néraudau, Paris, 2005, p. 147-162.

60 Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 : Διεξιὼν δὲ ταῦτα μετὰ πολλῶν δακρύων οὐ προσποιητῶν καὶ πεπλασμένων, ἀλλ’ἀληθινῶν, « Quand il eut exposé tout cela avec beaucoup de larmes, qui n’étaient ni feintes ni artificielles, mais sincères… » (trad. de l’auteur).

61 Denys d’Halicarnasse, VIII, 5, 1-8, 6 ; VIII, 5, 1 : καὶ ὁ Μάρκιος ἧς ἐβούλετο ἀφορμῆς λαβόμενος ἀνέστη κατηφὴς καὶ δεδακρυμένος καὶ μικρὸν ἐπισχὼν χρόνον τοιούτους διέθετο λόγους·, « Alors Marcius, saisissant l’occasion qu’il avait souhaitée, se leva, les yeux baissés et baignés de larmes, et, après une courte pause, parla ainsi » (trad. de l’auteur).

62 Dans la première partie de son discours (VII, 54), Valerius demande aux sénateurs et en particulier à Coriolan d’agir avec modération vis-à-vis de la plèbe, pour préserver la concorde, et éviter la discorde (54, 1, 5-6). Les larmes signifient donc ici la crainte de connaître une nouvelle sécession de la plèbe. Jean-Michel David, « Les étapes historiques de la construction de la figure de Coriolan » et « Coriolan, figure fondatrice du procès tribunicien, la construction de l’événement », in Marianne Bonnefond-Coudry, Thomas Späth (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, 2001, p. 17-25 et 249-269.

63 Denys d’Halicarnasse, VII, 38, 3 ; 54, 1-6 ; Tite-Live, II, 35, 1.

64 Denys d’Halicarnasse, VIII, 9, 1-11, 1 ; Tite-Live, II, 35, 6-39, 1.

65 Dans l’œuvre de Tite-Live, aucun sénateur ne pleure dans la Curie (Loretana De Libero, “Precibus”, art. cit. [n. 4]). Pour un auteur latin du début de l’Empire, mais nourri de la tradition littéraire de la République, la gravitas des Pères n’admettait sans doute pas qu’ils versassent des larmes.

66 Plutarque, Lucullus 35, 6-8.

67 Ibid., 4-5.

68 César, Guerre des Gaules VII, 38, 1-2.

69 Lucain, Pharsale IX, 1035-1043 ; Denys d’Halicarnasse, VIII, 5, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15.

70 Suétone, César 33, 1 ; César, Guerre civile I, 76, 1 ; Plutarque, Antoine 43, 2 ; Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 et IX, 10, 1.

71 César, Guerre des Gaules VII, 37, 1-7 ; 37, 7 : Reliqua qua ratione agi placeat constituunt, « les autres parties du plan sont également réglées ». César affirme que les chefs éduens le trahirent, d’une part, en raison de l’or que les Arvernes leur proposaient, d’autre part, car ils voulaient recouvrer leur pleine et entière liberté. Le thème de la corruption apparaît ainsi comme une tentative, de la part de César, de compenser la noblesse de cet argument de la liberté (Michel Rambaud, L’art de la déformation historique, op. cit. (n. 52), p. 312-324 ; Émile Thévenot, Les Éduens n’ont pas trahi, Bruxelles, 1960, p. 64-67 ; Jean-Marc Welterlin, « Les Éduens », art. cit. (n. 52).

72 Lucain, Pharsale IX, 1035-1056.

73 Plutarque, Lucullus 35, 4 ; Antoine 43, 2.

74 Suétone, César 33, 1. Dans la version de César (Guerre civile I, 7), un simple exposé « objectif » des raisons qui l’obligeaient à commettre une illégalité suffit à entraîner les soldats. Il n’avait pas besoin de les persuader, ce qui implique que son autorité n’avait pas à être restaurée.

75 Denys d’Halicarnasse, VII, 54, 1-4 (première partie du discours) ; 55, 1 (larmes) ; 55, 1-56, 4 (seconde partie du discours).

76 Ibid., VIII, 1, 4-3, 3 ; 5, 1.

77 Ibid., IX, 8, 1-4 ; 9, 1-10, 1.

78 Tite-Live, VII, 40, 4-14 (discours de Valerius) ; 15 (larmes de T. Quinctius) ; 15-18 (discours de T. Quinctius).

79 Tite-Live, VII, 40, 15 ; Plutarque, Antoine 43, 2 ; Lucain, Pharsale IX, 1035-1108.

80 Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 : ὡς ἔμαθε κινούμενον ἐπὶ τοῖς λεγομένοις τὸ συνέδριον, « s’apercevant que le Sénat était remué par ses mots » (trad. de l’auteur).

81 César, Guerre des Gaules VII, 38, 6 : Conclamant Haedui et Litauiccum obsecrant ut sibi consulat, « Une clameur s’élève, on supplie Litaviccos d’indiquer le parti à prendre » (trad. Léopold-Albert Constans, CUF, Paris, 1989) ; Lucain, Pharsale IX, 1050-1051 : credis aput populos Pompei nomen amantis hoc castris prodesse tuis, « tu crois qu’auprès des peuples attachés au nom de Pompée, ton attitude peut servir la cause de tes armes » (trad. Abel Bourgery, Max Ponchont, CUF, Paris, 1993) ; Tite-Live, VII, 41, 1 : Approbantibus clamore cunctis,…, « sur une clameur universelle d’approbation… » (trad. Raymond Bloch, CUF, Paris, 1968) ; Denys d’Halicarnasse, VIII, 9, 1 ; IX, 10, 1 : ἀναβοήσεις ἐξ ἁπάντων ἐγίνοντο θαρρεῖν τε παρακελευομένων καὶ ἄγειν ἐπὶ τὸν ἀγῶνα ἀξιούντων, « une grande clameur vint de la part des soldats, qui l’exhortèrent à reprendre courage et les mener au combat » (trad. de l’auteur).

82 Les larmes : Lucain, Pharsale IX, 1104-8 (voir n. 58). La sérénité : Plutarque, Antoine 43, 2 : οἱ δὲ φαιδροὶ…, « Mais eux, le visage radieux… » (trad. Raymond Flacelière, Émile Chambry, CUF, Paris, 1977).

83 César, Guerre des Gaules VII, 37, 1 ; 38, 1-8 ; Michel Rambaud, L’art de la déformation historique, op. cit. (n. 52), p. 312-324 ; Émile Thévenot, Les Éduens, op. cit. (n. 71), p. 64-67 ; Christian Meier, César, op. cit. (n. 52), p. 309-314 ; Jean-Marc Welterlin, « Les Éduens », art. cit. (n. 52) ; Jonathan Barlow, “Noble Gauls”, art. cit. (n. 52) ; Antony Hostein, La cité et l’empereur, op. cit. (n. 52).

84 César, Guerre des Gaules VII, 38, 1-2 : conuocatis subito militibus lacrimans : «Quo proficiscimur», inquit «milites?» ; dans son récit, César insiste donc sur la soudaineté de l’annonce de Litaviccos, destinée à provoquer l’inquiétude, ici redoublée par le choix de commencer le discours par une question qui interroge ce qui relève du rôle du commandant, c’est-à-dire fixer une direction claire à ses soldats.

85 Ibid., 38, 7-10.

86 Suétone, César 33, 1. Pour obtenir des informations, que Suétone ne fournit pas, sur les effets – réels ou espérés – du discours de César, il faut lire la relation que fait César lui-même du discours qu’il aurait adressé aux soldats à leur arrivée en Italie (César, Guerre civile I, 7, 1-8, 1). Lorsque César affirme que ce discours eut pour objectif de « connaître l’opinion de ses soldats » (I, 8, 1 : Cognita militum uoluntate), il faut donc entendre qu’il recherchait l’expression de leur adhésion.

87 César, Guerre civile I, 73.

88 Ibid., I, 74, 3-5. Paul Jal, La guerre civile à Rome, Paris, 1963, p. 477 ; John Frederick Charles Fuller, Julius Caesar. Man, Soldier and Tyrant, New Brunswick, 1965, p. 203-204 ; Matthias Gelzer, Caesar, op. cit. (n. 54), p. 213-216 ; Jacques Harmand, « César et l’Espagne durant le second Bellum civile », in Legio VII Gemina, Léon, 1970, p. 181-203 ; Yann Le Bohec, César, op. cit. (n. 54), p. 338-339.

89 César, Guerre civile I, 76, 1-5 ; Michel Rambaud, L’art de la déformation historique, op. cit. (n. 52), p. 141-142 ; 340-341 ; 344-348.

90 Lucain, Pharsale IX, 1035-1108 ; 1055-1056 ; 1104-1108 (voir n. 59).

91 Denys d’Halicarnasse, VII, 48-53. Cet auteur ne dit pas explicitement qu’Ap. Claudius avait réussi à persuader le Sénat, mais c’est ce qui est sous-entendu par la réponse même de Man. Valerius, dont le discours n’a de sens que si celui de Claudius avait été efficace.

92 Ibid., 55, 1 : les larmes qui accompagnent la première partie du discours de Valerius (VII, 54) ont remué les sénateurs, ce qui permet à Valerius de demander au Sénat, dans la seconde partie du discours (55-56), le renforcement du pouvoir des tribuns.

93 Ibid., VIII, 5, 1-9, 3 ; 11, 1-12, 1. Denys d’Halicarnasse insiste particulièrement sur le paradoxe que constituait la présence de ce Romain devant l’assemblée des Volsques, et fait des larmes le moyen par lequel Coriolan résolut ce paradoxe, afin de pouvoir ensuite agir avec eux et devenir leur chef.

94 Ibid., IX, 10, 1-6.

95 Ibid., IX, 3-5.

96 Tite-Live, VII, 40, 15-41, 1.

97 Plutarque, Lucullus 35, 4.

98 César, Guerre civile I, 76, 1.

99 Lucain, Pharsale IX, 1050-1051 : credis aput populos Pompei nomen amantis / hoc castris prodesse tuis, « tu crois qu’auprès des peuples attachés au nom de Pompée, ton attitude peut servir la cause de tes armes » (trad. Abel Bourgery, Max Ponchont, CUF, Paris, 2003).

100 Joseph Hellegouarch, Vocabulaire latin des relations, op. cit. (n. 7), p. 23-27 ; Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, I, Paris, 1969, p. 115-118 ; Pierre Boyancé, « Les Romains, peuple de la fides », in Id., Études sur la religion romaine, Rome, 1972, p. 135-152 ; Gérard Freyburger, Fides, Paris, 1986, p. 29-95.

101 Suétone, César 33, 1 : pro contione fidem militum(voir n. 53) ; Tite-Live, VII, 40, 19 : Quin, omissis ira et spe, fallacibus auctoribus, nos ipsos nostraque omnia cognitae permittimus fidei?, « Pourquoi ne pas oublier colère et espérance, ces trompeuses conseillères, et ne pas nous remettre nous-mêmes avec tous nos intérêts sous une protection dont la loyauté nous est connue ? » (trad. Raymond Bloch, CUF, Paris, 1968). En 480, le discours de Valerius débouche sur un serment de tous les soldats (Denys d’Halicarnasse, IX, 10, 3-5). Pierre Boyancé, « Fides et le serment », in Id., Études sur la religion romaine, op. cit. (n. 100), p. 91-103.

102 César, Guerre des Gaules VII, 37, 4 ; 38, 10 ; Joseph Hellegouarch, Vocabulaire latin des relations, op. cit. (n. 7), p. 163-167 ; Gérard Freyburger, Fides, op. cit. (n. 100), p. 179-181. Beneficium et officium avaient souvent des sens très proches, et constituaient les conditions de l’amicitia et, par extension, celles de la fides.

103 Plutarque, Lucullus 35, 4-5 (voir n. 3) ; Antoine 43, 2 (voir n. 57) ; Pierre Boyancé, « La main de Fides », in Id., Études sur la religion romaine, op. cit. (n. 100), p. 121-133 ; Gérard Freyburger, Fides, op. cit. (n. 100), p. 136-142.

104 César, Guerre civile I, 74, 2-5.

105 Lucain, Pharsale IX, 1061-1063 : quod te non passa est misereri, perfide, Magni / uiuentis! Nec non his fallere uocibus audet / adquiritque fidem simulati fronte doloris, « … en ne te permettant pas d’avoir pitié, perfide, de Magnus vivant ! Et il ose encore en imposer par ces paroles et faire croire à la douleur dont sa face prend le masque » (trad. Abel Bourgery, Max Ponchont, CUF, Paris, 2003).

106 Particulièrement dans César, Guerre civile I, 76, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15 ; Denys d’Halicarnasse, VIII, 5, 1 ; IX, 10, 1 ; Lucain, Pharsale IX, 1035-1108 ; Suétone, César 33, 1 ; Plutarque, Lucullus 35, 4 ; Antoine 43, 2 (Jean-Michel David, « Le chef et sa troupe », in Florence Dupont [éd.], Paroles romaines, Nancy, 1995, p. 35-42 ; Francisco Pina Polo, Contra arma verbis, Stuttgart, 1996, p. 8-64 ; Martin Jehne, “Jovialität und Freiheit”, in Bernhard Linke, Michael Stemmler (ed.), Mos Maiorum, Stuttgart, 2000, p. 207-235 ; Egon Flaig, Ritualisierte Politik, op. cit. (n. 2), p. 193-199 ; Karl-Joachim Hölkeskamp, “Oratoris maxima scaena”, in Id., Senatus populusque Romanus, Stuttgart, 2004, p. 219-256 ; Dominique Hiebel, Rôles institutionnel et politique de la contio sous la République romaine, Paris, 2009, p. 95-120 ; 186-196).

107 Egon Flaig, Ritualisierte Politik, op. cit. (n. 2), p. 110-115.

108 D’où leur présence au début ou dans la première partie du discours : César, Guerre des Gaules VII, 38, 1 ; Guerre civile I, 76, 1 ; Lucain, Pharsale IX, 1035-1043 ; Denys d’Halicarnasse, VII, 55, 1 ; VIII, 5, 1 ; Tite-Live, VII, 40, 15 ; Suétone, César 33, 1.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search