Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Introduction

Texte intégral

1. GÉNÉRALITÉS

1Depuis un demi-siècle environ, pour des raisons qui tiennent à l’évolution particulière de la sensibilité intellectuelle européenne, l’ethnologie et l’anthropologie sociale se sont surtout intéressées aux sociétés archaïques les moins développées matériellement et socialement, celles qui se trouvent « au ras du sol », les sociétés dites « sauvages » de l’Océanie, de l’Amérique du Sud et de l’Afrique « primitive ».

2On s’est beaucoup moins passionné (si l’on excepte les empires Inca et Aztèque) pour les États archaïques – « barbares », diraient certains –, tels que les anciens États asiatiques en bordure de l’océan Indien, les états du Soudan médiéval et, en Afrique sub-équatoriale pré-coloniale, le Monomotapa et le Congo, pour n’en citer que quelques-uns.

3Naguère étudiée sous le signe du merveilleux oriental ou de l’exotisme littéraire, l’histoire de ces États archaïques offre de nos jours un intérêt tout nouveau. Elle débouche sur l’étude comparée du développement historique d’organisations bureaucratiques et économiques, telle que l’ont envisagée Max Weber, avec ses concepts de Herrschaft et de « rationalité », et Karl Polanyi, avec ceux du Port of Trade et de « redistribution ».

4Une connaissance de la structure, de l’organisation et des rapports avec l’extérieur de ces États situés, dirons-nous, à mi-chemin entre les sociétés « sauvages » et les États occidentaux pré-industriels, ne pourrait-elle pas mieux éclairer les causes et les modalités de ce défaut de compréhension, ainsi que cette prépondérance dominatrice dont témoigne l’Europe à l’égard du reste du monde, surtout depuis le début des temps modernes ?

5Les destins de ces États face à l’Europe figurent invariablement un déclin consécutif à toute communication avec celle-ci. Pour mesurer et expliquer ce déclin, il est indispensable de reconstruire une image de la société avant le premier contact avec les Européens. Entreprise difficile : la plupart de ces États ignorent l’écriture ou en font peu usage, et là où elle est pratiquée, elle se révèle une source pauvre en renseignements, d’interprétation délicate. La tradition orale ne donne, en général, que la succession des rois ; quant à l’archéologie, là où des fouilles ont été faites, elle ne laisse presque rien deviner de l’organisation sociale. Que de fois l’unique recours ne demeure-t-il pas le témoignage des premiers Européens, ceux-là même qui transformèrent par leur seule présence ce qu’ils décrivaient, habituellement amenés par un réflexe protecteur à présenter comme haïssables les ressorts les plus essentiels et les motivations les plus intimes de la société rencontrée, trop différents des leurs !

6En vertu de quels critères déceler la réalité derrière ces dénonciations de non-conformité ? Pourquoi pas par l’étonnement et le scandale que suscite en des esprits chrétiens le spectacle de mœurs inouïes ? Car le constat de scandale n’est-il pas le plus sûr indice que de vieilles manières d’être perdurent, malgré les mutations opérées par les protagonistes de « la voie européenne » ? Les motifs d’étonnement, en Afrique, ne sensibilisent pas seulement Portugais, Italiens, Anglais et Allemands, mais aussi Arabes et Grecs de l’Antiquité. Aussi nous sommes-nous cru autorisé à essayer de recréer le système de pensée religieux et social proprement africain, celui auquel adhéraient jadis les sociétés de l’Afrique sub-saharienne ainsi que le royaume du Congo avant la christianisation proposée par les Portugais. Mais nous avons écarté toute tentation de suggérer, par une analyse comparée des plus anciens témoignages, le foyer qui pourrait être à l’origine de ce système de pensée, ou les voies éventuelles de sa diffusion à travers le continent africain.

7L’histoire du royaume du Congo a le privilège, rare en Afrique Noire, de bénéficier d’une documentation écrite remontant à plus de quatre siècles, encore que, comme nous l’avons fait remarquer, elle n’éclaire que du dehors. Paradoxalement, ce sont les tout premiers textes qui sont les plus riches car si, successivement, apparaissent en Afrique l’explorateur, le commerçant, le missionnaire, l’administrateur, enfin l’ethnographe, plus on voit croître, par leurs préoccupations respectives, la rigueur et la précision de leur observation, plus l’objet de leur curiosité se dérobe à leur regard, soit par un émoussement progressif de la sensibilité des Européens à l’insolite autour d’eux, soit par le souci des Africains de dissimuler aux Blancs les aspects intimes de leur société, qu’ils savent blâmés par eux.

8L’abondance de la documentation sur le royaume du Congo, si fourmillante de menus détails, mais souvent par contre muette sur des questions cruciales, tend à induire l’historien à trop s’attarder sur l’enchaînement de faits mineurs sans grande portée, au lieu de tenter de saisir simplement les réalités essentielles du destin de ce pays. Si nous avons consacré un effort particulier, dans la troisième partie de notre ouvrage, à cette dernière exigence, nous n’avons pas cru devoir renoncer à retracer succinctement la succession des événements : au moment du premier contact entre Blancs et Noirs au Congo, nous les avons même suivis d’aussi près que possible.

9Le dernier chapitre, sur l’expansion portugaise dans l’ancien Angola, se justifie par le rôle important des Blancs de cette colonie dans le destin du Congo, lequel se voit enfin englobé dans une « province » portugaise d’outre-mer.

2. SOURCES

10Elles peuvent être divisées en trois catégories, selon qu’elles relèvent : de l’archéologie, de la tradition orale, ou de l’histoire écrite.

11Alors que dans d’autres régions de l’Afrique – la Rhodésie, la Zambie –, l’archéologie de l’âge du fer, celle qui, à la différence d’autres branches, est la seule à éclairer l’époque immédiatement antérieure à l’arrivée des Européens, a fait d’immenses progrès, dans le Bas-Congo et en Angola, par contre, tout est à faire. Un premier objectif urgent serait de fouiller le site de la capitale de l’ancien royaume du Congo, São Salvador.

  • 1 J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in Congo, t. II, n° 2 (1930), pp. 193-208, et n° 4, pp. 4 (...)
  • 2 Publiée par Felner, Angola, Coïmbre, 1933, pp. 375-379.
  • 3 Cavazzi, Istorica Descrizione..., Bologne, 1687, lib. II, § 86.
  • 4 In L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bulletin de l’Institut Historique Belge de (...)

12Pour ce qui concerne la tradition orale, J. Cuvelier est le seul à avoir tenté de recueillir systématiquement les traditions historiques des Bakongo1. Certaines, évoquant la fondation du royaume, avaient été enregistrées par des auteurs du xviie siècle : l’auteur anonyme de l’História do Reino do Congo (c. 1655)2, Cavazzi (1654-1667)3, et Bernardo da Gallo (1700)4. Elles ne concordent pas dans le détail, et leur apport est en définitive décevant.

13Restent donc les sources écrites exclusivement par les Européens ; leur profusion promet plus qu’elle ne tient. Ce sont elles qui ont été le plus sollicitées pour cet ouvrage.

14Nous nous sommes limité à l’examen d’ouvrages imprimés, renonçant délibérément à envisager des recherches dans les archives portugaises, italiennes ou hollandaises, en raison des très longs séjours à l’étranger qu’elles eussent nécessités.

15Parmi les sources écrites, il en est une d’importance primordiale par le nombre de documents réunis : la collection du P. Brásio, Monumenta Missionária Africana (Africa Ocidental), Lisbonne, 1952 – en cours de publication, et dont 13 volumes, couvrant la période 1472-1650, ont été publiés jusqu’à présent. Pour la période postérieure à cette date, il a été fait appel à la vieille et modeste collection de Paiva Manso, História do Congo (Documentos), Lisbonne, 1877, couvrant la période 1492-1722.

  • 5 Croniqua del Rey Dom Joham II, composée entre 1501 et 1521 et restée inédite Jusqu’en 1792, cf. Fr (...)
  • 6 Cronica da Vida de D. João II, éd. d’Evora, 1545, Lisbonne, 1554 et 1798.
  • 7 João de Barros, Décadas da Asia, Déc. I, Lisbonne, 1552 (la seule qui traite du Congo). Les Década (...)

16Les Monumenta renferment la remarquable correspondance du roi D. Afonso I (1506-1543) avec les rois de Portugal, celle aussi du roi D. Garcia II (1641-1661), de nombreux textes descriptifs dus à des missionnaires et, ce qui intéresse moins l’historien de l’Afrique, une vaste correspondance administrative de missionnaires et d’ecclésiastiques. Dans le premier volume sont imprimés des extraits des chroniqueurs du xvie siècle, Rui de Pina5, Garcia de Resende6, João de Barros7, relatant les tout premiers contacts entre Portugais et Congolais. Mais le choix arbitraire de ces extraits, les coupures qui y ont été apportées, obligent à se reporter aux textes intégraux des chroniques : celle de Rui de Pina dans l’édition d’Alberto Martins de Carvalho, Coïmbre, 1950, celle de João de Barros dans l’édition de la première Década par Antonio Baião, Coïmbre, 1932. Les passages sur le Congo dans la chronique de Garcia de Resende n’étant que repris du texte de Rui de Pina, leur intérêt nous paraît assez mince. Aucune de ces chroniques n’a été traduite en français.

  • 8 Mémoire de l’Institut Royal Colonial Belge, t. XXXVI, fasc. 2, Bruxelles, 1954.

17Parallèlement aux Monumenta, mais de moindre envergure, se situe le volume de documents missionnaires de J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines8. Surtout constitué de pièces intéressant la missiologie, sa valeur réside en deux importants textes descriptifs : « Histoire du Congo », ms. Vat. Lat. 12516 (fin du xvie siècle), pp. 108-160, et « De la situation du royaume du Congo » (1595), pp. 194-207.

  • 9 Felner, Angola, pp. 375-379.
  • 10 Cf. A. Brásio, « A História do Reino do Congo », in Portugal em Africa, vol. VI (1949), pp. 153-16 (...)

18A ces deux textes descriptifs, il faut en ajouter un plus important, que le P. Brásio n’a pas cru devoir inclure dans ses Monumenta. Il s’agit de l’« História do Reino do Congo » (s.l.n.d., ms. 8080 de la B.N.L.), dont A. A. Felner a publié des extraits9. Il en situe la date de rédaction vers 1620, alors que Brásio la croit plus proche de 165510. La consultation d’un microfilm du manuscrit prouve en effet que les extraits donnés par Felner en constituent l’intérêt essentiel.

  • 11 Filippo Pigafetta, Relatione del Reame di Congo..., Rome, 1591, traduction française annotée de Wi (...)
  • 12 Giovanni Francesco Romano (Jean François de Rome), Breve Relatione, Rome, 1648, traduction françai (...)
  • 13 Gio. Antonio Cavazzi da Montecuccolo, Istorica Descrizione de’ tre Regni Congo, Matamba et Angola. (...)
  • 14 O. Dapper, Naukeurige Beschrijuinge de Afrikaensche gewesten, Amsterdam, 1668.

19Parmi les principales sources imprimées contemporaines se placent, pour le xvie siècle, l’ouvrage de Pigafetta (1587)11, et pour le xviie siècle ceux de Jean François de Rome (1648)12, de Cavazzi (1654-1667)13 et de O. Dapper (1668)14 – les dates entre parenthèses sont celles de la rédaction. Seuls, les livres de Pigafetta et de Jean François de Rome ont fait l’objet de traductions françaises en forme d’éditions critiques. Les traductions françaises contemporaines de Cavazzi par Labat (1732), et de Dapper (1686), doivent être considérées avec une certaine méfiance. Il convient en outre de rappeler que Pigafetta et Dapper n’ont fait que recueillir les souvenirs d’autres écrivains (Pigafetta ceux du Portugais Duarte Lopes), et qu’Alamandini a retouché le texte de Cavazzi afin d’en améliorer le style.

20Deux manuscrits portugais inédits, l’un du xviie, l’autre du xviiie siècle, ont eu des éditions modernes, mais ils intéressent moins le Congo que l’Angola. Il s’agit de l’História geral das Guerras angolanas (1680-1681) d’António de Oliveira de Cadornega, publication et notes de José Matias Delgado et Manuel Alves da Cunha, Lisbonne, 3 volumes, 1940-1942, et de l’História de Angola (1792) d’Elias Alexandre da Silva Corrêa éditée par Manuel Murias, Lisbonne, 2 volumes, 1937. La valeur de ces deux textes est grandement limitée par l’optique méprisante des auteurs pour tout ce qui est africain, et par l’emphase exaspérante de leur style.

21De nombreuses sources sur le xixe siècle se trouvent dans les revues portugaises de l’époque : Annaes do Consello Ultramarino, Annaes Marítimos e Coloniaes et surtout, à partir de 1876, le Boletim da Sociedade de Geografía de Lisboa.

22Ce résumé succinct des principales sources écrites auxquelles nous avons le plus largement recouru ne donne qu’une faible idée du caractère extraordinairement dispersé et hétéroclite de toutes celles que nous avons consultées. Pensons à la diversité des langues dans lesquelles les textes sont écrits, à leur éparpillement parcellaire (un paragraphe ou quelques lignes dans un ouvrage traitant d’une région ou d’un sujet tout autre), au fait aussi que, lorsqu’il s’agit d’un livre imprimé, on n’est pas toujours sûr de le trouver dans une grande bibliothèque européenne, enfin à la pluralité des disciplines impliquées : histoire des explorations, histoire de l’administration coloniale, missiologie et ethnographie.

Notes

1 J. Cuvelier, « Traditions Congolaises », in Congo, t. II, n° 2 (1930), pp. 193-208, et n° 4, pp. 469-487.

2 Publiée par Felner, Angola, Coïmbre, 1933, pp. 375-379.

3 Cavazzi, Istorica Descrizione..., Bologne, 1687, lib. II, § 86.

4 In L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bulletin de l’Institut Historique Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), pp. 468-475.

5 Croniqua del Rey Dom Joham II, composée entre 1501 et 1521 et restée inédite Jusqu’en 1792, cf. Francisco Leite de Faria, Omo relação de Rui de Pina sobre o Congo escrita em 1492, Agrupamento de Estudos de Cartografia Antiga, vol. XVIII (Secção de Lisboa), Junta de Investigaçôes do Ultramar, Lisbonne, 1966, p. 13.

6 Cronica da Vida de D. João II, éd. d’Evora, 1545, Lisbonne, 1554 et 1798.

7 João de Barros, Décadas da Asia, Déc. I, Lisbonne, 1552 (la seule qui traite du Congo). Les Décadas de Barros sont une source à utiliser avec précaution en ce qui concerne les événements de ta fin du xve siècle, en raison de leur rédaction tardive.

8 Mémoire de l’Institut Royal Colonial Belge, t. XXXVI, fasc. 2, Bruxelles, 1954.

9 Felner, Angola, pp. 375-379.

10 Cf. A. Brásio, « A História do Reino do Congo », in Portugal em Africa, vol. VI (1949), pp. 153-161.

11 Filippo Pigafetta, Relatione del Reame di Congo..., Rome, 1591, traduction française annotée de Willy Bal, Paris-Louvain, 1963. et 2e éd. corrigée, 1964.

12 Giovanni Francesco Romano (Jean François de Rome), Breve Relatione, Rome, 1648, traduction française de François Bontinck, Paris-Louvain, 1964.

13 Gio. Antonio Cavazzi da Montecuccolo, Istorica Descrizione de’ tre Regni Congo, Matamba et Angola..., Bologne, 1687, 2e éd. Milan, 1690.

14 O. Dapper, Naukeurige Beschrijuinge de Afrikaensche gewesten, Amsterdam, 1668.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par