Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Remerciements

Texte intégral

1Nous désirons exprimer tout d’abord nos remerciements au professeur Fernand Braudel, président de la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études pour nous avoir offert la possibilité de réaliser cette étude dans le cadre de l’École.

2Au professeur Georges Balandier nous sommes infiniment reconnaissant d’avoir suivi de longue date avec sympathie nos recherches sur l’Afrique et de nous avoir encouragé à entreprendre sous sa direction le présent travail.

3Nous adressons également nos remerciements : au professeur Léon Bourdon qui a consacré patiemment de longues heures à nous aider à élucider des textes en portugais ancien et qui a bien voulu traduire pour nous tous ceux qui sont cités au chapitre VII ; au professeur Gabriel Le Bras qui, en nous donnant l’occasion, dans son séminaire, de faire un exposé sur la christianisation de l’ancien royaume du Congo, nous a permis de mieux comprendre certains aspects de la sociologie religieuse du pays ; à M. Rug-giero Romano, qui nous a vivement encouragé à développer les aspects économiques de notre travail ; au professeur Jan Vansina qui nous a rassuré sur certaines de nos interprétations ethnologiques.

4Nous remercions aussi nos collègues J.-J. Hémardinquer, Michael Keul et Henri Moniot qui nous ont signalé quantité d’ouvrages et d’articles susceptibles de nous être utiles, qui ont bien voulu écouter et critiquer certaines de nos thèses.

5Nous n’aurons garde d’oublier l’aide précieuse que nous a apportée Mlle G. Bigot de la Bibliothèque nationale en recherchant les cotes de nombreux ouvrages aux références obscures ; celles de Mme F. Petit du Centre d’Études Africaines de l’École Pratique des Hautes Études qui s’est chargée d’obtenir par le service de prêt d’importants ouvrages de l’étranger et de Mlle Monique Veerkamp du Laboratoire de Cartographie de l’École Pratique des Hautes Études, qui a dessiné les cartes accompagnant l’ouvrage.

6Nous exprimons en outre notre profonde gratitude à Mme S. Biberfeld, qui a revu le français du manuscrit avec une attention minutieuse et qui a traduit en français toutes les citations en portugais, anglais et allemand à l’exception de celles du chapitre VII.

7Pour terminer, nous voudrions remercier très simplement notre vieil ami Jean Bachelot qui, par ses conseils opportuns, imprima à cet ouvrage sa forme actuelle et enfin la compagne qui en a suivi pas à pas, avec un dévouement patient, la lente réalisation.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search