Version classiqueVersion mobile

Dossier : Éros en jeu

Varia

Un paysage religieux : l’Arcadie, théâtre de la vie terrestre des dieux

A Religious Landscape: Arcadia, a Theater of the Earthly Life of the Gods

Madeleine Jost

Résumé

Plus que toute autre région en Grèce, l’Arcadie revendiquait d’avoir été le théâtre d’épisodes de la vie terrestre des dieux : naissance et éducation, séjour parmi les humains. C’est le cas pour les légendes de Zeus, Poséidon, Déméter, Héra, Athéna, Hermès, Asklépios et Pan. Le plus souvent, ce sont des reprises de thèmes panhelléniques accommodés et intégrés au tissu local. En règle générale, la diversité et la multiplicité des versions ne semblent pas avoir gêné les Anciens lorsqu’elles relevaient de cités différentes. Les traditions recueillies, essentiellement par Pausanias, associées au contexte topographique et cultuel, constituent un paysage religieux original, propre à éclairer les aspirations des Arcadiens.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plus que toute autre région en Grèce, l’Arcadie revendiquait d’avoir été le théâtre d’épisodes de la vie terrestre des dieux : naissance et éducation, séjour parmi les humains1. L’appellation de proselênoi, « antérieurs à la lune »2, qui était donnée aux Arcadiens depuis Hippys de Rhégion3 au ve siècle, justifie ces prétentions. Séléné, la Lune, fille du Titan Hypérion et de Theia4, appartenait en effet à la même génération divine que Zeus et ses frères et sœurs. Lorsque Sélèné naquit, la terre était déjà occupée par les Pélasges, descendants de Pélasgos, le premier homme né de la Terre5. Les mortels « prosélènes » étaient ainsi, comme le dit Ovide, « plus vieux que Jupiter et que la lune6 » ; ils pouvaient donc avoir assisté à la naissance de dieux de la première génération des Olympiens (Zeus, Poséidon, Héra et Déméter), de la génération suivante (Athéna et Hermès) ainsi que d’Asklépios et de Pan. Seuls manquent à cette liste Artémis et Apollon, résolument déliens depuis l’Hymne h...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search