Version classiqueVersion mobile

Dossier : Éros en jeu

Varia

La matérialité du double d’Hélène ou les pouvoirs figuratifs de la tragédie d’Euripide

Déborah Bucchi

Résumé

Dans l’Hélène d’Euripide, l’absence de distinction entre Hélène et son double est l’occasion de représenter les effets liés à la disparition d’un corps, incarné sur la scène par le corps à la fois réel et virtuel de l’acteur, sous le regard des spectateurs. La tragédie montre les conséquences de la réduction d’un corps à une seule forme : immobilité, guerre, blocage de la reproduction. Le dispositif du double devient le principe moteur d’une prolifération d’images tendant à compenser l’impossibilité dans laquelle se trouve le corps féminin à être plus qu’une apparence fixe et unique. La tragédie déjoue ainsi les effets mortifères de la réduction du corps par la multiplication de formes et d’espaces dans lesquels ces formes peuvent s’inscrire, proposant ainsi une expérience réflexive sur la possibilité de donner, grâce aux pouvoirs dynamiques de la figuration théâtrale, une matérialité nouvelle aux corps invisibles.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Circuler dans les plis du divin1

Dans un de ses articles sur la figuration du divin, Jean-Pierre Vernant cherchait à « montrer comment les Grecs ont pu traduire dans une forme visible certaines puissances de l’au-delà, qui sont du domaine de l’invisible2 ». C’est dans le sillage de tels travaux que nous avons désiré regarder comment la tragédie d’Euripide figure l’invisible à travers la mise en scène du double d’Hélène. À bien suivre J.-P. Vernant cependant, dans le cas du théâtre grec, la question de la figuration de l’invisible ne va pas de soi. Dans un autre de ses articles, l’anthropologue décrivait la transformation du statut de l’image entre le viiie s. et le ve s. avant notre ère, sous l’effet du développement technique de la sculpture : l’image aurait cessé d’incarner l’invisible pour devenir, à l’époque classique, l’imitation d’une apparence3. On pourrait dès lors penser que le double figuré par la tragédie d’Euripide, dans le contexte de la crise de l’image définie par J.-P...

Auteur

Doctorante Université Paris Nanterre, EHESS

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search