Version classiqueVersion mobile

Dossier : Éros en jeu

Dossier : Éros en jeu

Mille facesse iocos!

The Paradigm of Play in Ovid’s Art of Love

Mille facesse iocos ! Le paradigme du jeu dans L’Art d’aimer d’Ovide

Giulia Sissa

Résumé

Une métaphore vive est omniprésente dans la poésie érotique. La dimension « ludique » de l’amour semble être inextricablement liée à un « art » de l’amour, c’est-à-dire à une manière réglée, tactique et stratégique de vivre une liaison. C’est un savoir-faire que l’on peut apprendre, cultiver et transmettre à d’autres. Les poètes qui pensent l’expérience amoureuse dans le langage du ludere ne peuvent cependant pas s’accorder sur sa valeur. L’amoureux élégiaque avoue un échec chronique. Pire, le but d’un ludus est de tromper les autres. À tous les ennemis de l’amour, Ovide répondra par une réfutation théorique. « Mais l’amour », dit-il, « n’est qu’un enfant ! » L’art d’aimer est l’art de gouverner un bambin. Dès qu’Ovide infantilise l’amour, tout devient possible. Voilà une ars qui fonctionne. Cette atmosphère enjouée exige l’activité constante du ludus et du iocus, qu’il s’agisse de danser ou de chanter ou de se livrer aux jeux de table, tandis que faire l’amour n’est rien d’autre qu’une connivence dans les ioci. Et le poème lui-même, l’Art d’aimer, est lui-même un lusus.

Entrées d'index

Mots clés :

désir, plaisir, érotodidactique

Keywords :

desire, pleasure, erotodidactic

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Play is essential to the erotic experience.1 The richest discourse on such experience is found among poets who, in the first century BCE, shared an intellectual milieu.2 Virgil, Gallus, Catullus and the other elegists exchange ideas and poems, echoes and answers. A proper theory of love emerges from their poems. Love is hurtful, bitter, cruel, disappointing, deceptive, intractable. It is a form of slavery, it is a struggle.3 The god as well as the experience deserve nothing but blame. This is how elegiac–that is to say “plaintive”–discourse gives voice to the pain of love.4 Now, play is essentially pleasure. As Stephen Kidd has argued, “play is a manifestation of pleasure itself, and for this reason there can be no moment during play without pleasure, since play is its defining feature”.5 If this is true, we might wonder whether elegy can reconcile a sorrowful rhythmical mode, a repertoire of woeful topics and, at the same time, the language of playing. The answer is yes. Ludere is ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search