Version classiqueVersion mobile

Dossier : Éros en jeu

Dossier : Éros en jeu

Margaris ou l’amour en jeu

Margaris or the Game of Love

Véronique Dasen et Nicolas Mathieu

Résumé

L’épitaphe gravée sur une urne en marbre d’époque romaine impériale indique que la défunte était Margaris, l’esclave de Marcus Allius Herma. Sous l’inscription, un couple est représenté en train de s’adonner au jeu de plateau des latroncules. L’article interroge l’articulation entre le discours épigraphique et la métaphore militaire des latroncules qui construit un discours visuel sur l’amour comme conquête et la séduction comme « jeu » stratégique. Elle met aussi en scène le dynamisme d’une relation particulièrement forte fondée sur le plaisir et la réciprocité que met en image la pratique ludique. L’action en cours remet en question l’inégalité sociale des joueurs. Elle éclaire de façon originale la part active de la femme qui contraste avec la différence de statuts transmise par l’inscription. L’espace liminaire qui caractérise la pratique ludique crée aussi un entre-deux où interagissent monde des vivants et monde des morts. La scène pourrait transmettre l’espoir que la complicité exceptionnelle de ce couple ne cessera pas avec la mort.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction1

L’urne en marbre conservée à Paris au Cabinet des Médailles (fig. 1a) est connue depuis son entrée dans la collection Stephanus Margani à Rome au xvie siècle, puis dans les collections du cardinal Ludovisi au xviie siècle2. Sa typologie est caractéristique de la production d’époque flavienne/antonine (dernier tiers du ier s. apr. J.-C.). Le couvercle en forme de toit à double pente, de trop grande taille, n’appartenait pas à l’origine à l’urne.

Les angles de la face principale sont chacun ornés d’une tête de bélier ou de capricorne, animal psychopompe3, dont les cornes portent une longue branche d’olivier qui encadre souplement la scène figurée. La face latérale gauche est gravée d’une grande palmette, l’autre est vide. La face principale présente un cartouche mouluré inscrit avec au-dessous une scène très rare : deux personnages en haut-relief sont assis sur des tabourets, face à face, en train de jouer sur un plateau posé sur une corbeille renversée (fig. 1b).

Fig. 1a ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search