Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Varia

Les vies de Schliemann : l’autobiographie comme lieu de savoir

Annick Louis

Résumé

La légende d’Heinrich Schliemann (1822-1890), l’archéologue autodidacte qui a excavé les sites des anciennes villes de Troie et Mycènes, repose sur le récit qu’il fit de sa carrière et de la naissance de sa vocation scientifique dans son autobiographie. L’analyse des quatre versions qu’il rédigea à différents moments de sa carrière montre une instrumentalisation du récit de vie, dont l’objectif semble être de se faire un nom dans le monde savant et de diffuser l’image du « self-made man homme de science » auprès du grand public. Notre analyse s’émancipe du débat autour de la véridicité de l’autobiographie de Schliemann, afin de mettre en évidence les enjeux narratifs de ce récit, ainsi que les perspectives qu’ils ouvrent à la réflexion sur l’histoire des sciences. Nous tenterons de saisir le fonctionnement de l’autobiographique entre l’espace public et l’archéologie, une discipline qui reste, à l’époque de Schliemann, en cours de définition et de professionnalisation.

Texte intégral

  • 1 Pour leur contribution à cette recherche, je remercie le Centre de Recherches pour les Arts et le L (...)
  • 2 Parmi les biographies qui suivent fidèlement le récit de Schliemann, les plus célèbres sont : Emil (...)
  • 3 Les travaux qui ont lancé le mouvement de révision, sont : William M. Calder III, “Schliemann on Sc (...)

1Longtemps, l’autobiographie de Heinrich Schliemann (1822-1890), l’archéologue autodidacte qui a excavé les sites des anciennes villes de Troie et Mycènes, a été considérée comme une biographie attestée, autant par le grand public que par les spécialistes1. À l’origine de cette situation, qui n’est pas inhabituelle dans le cas des hommes célèbres, se trouve la volonté de Schliemann ; mais dans la mise en place de la série de légendes qui entoure sa vie, la fascination du public pour un mode particulier de récit autobiographique a également joué un rôle2. Schliemann reste le symbole du combat victorieux d’un enfant pauvre et illettré, passionné par la Grèce Antique, qui réussit à se faire un nom dans le monde de l’archéologie. Une perspective peu critique en appelant souvent une autre, la croyance aveugle dans son récit autobiographique fit place, à partir des années 1970, à une remise en question radicale de celui-ci3. L’édifice Schliemann sembla chavirer, puisque la question se posait du crédit qu’on peut accorder aux récits de ses fouilles alors que son autobiographie relève davantage de la fiction que du récit de la propre vie, et que lui-même apparaissait comme un manipulateur mythomane, qui alla jusqu’à falsifier des pièces pour conquérir la célébrité.

  • 4 En ce qui concerne la bibliographie de Schliemann et sur Schliemann, les ouvrages essentiels sont c (...)
  • 5 “Schliemann’s importance to modern archaeology”, in Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orch (...)

2L’approche que nous proposons tente de s’émanciper à la fois de la prise de parti passionnée et du débat sur le caractère véridique du récit, en étudiant l’écriture autobiographique à partir des rapports entre récit autobiographique et science, et, plus précisément, comme l’espace où le récit permet de construire et de légitimer une vocation scientifique. Cependant, cela ne signifie pas que le fait de connaître le degré de vérité ou de référentialité des événements racontés ne joue aucun rôle en ce qui concerne le statut qu’on accorde à ces textes ; mais ce qui nous intéresse ici ce sont les formes que Schliemann choisit pour présenter sa vie, les moyens utilisés pour mettre en place son autobiographie de façon à en faire une pièce maîtresse de la construction de sa carrière d’archéologue, tout comme les effets produits par ses textes. L’intention n’est donc pas de montrer les zones d’ombre, ou les inexactitudes de l’autobiographie de Schliemann (question à laquelle de nombreux travaux ont été consacrés)4, mais d’essayer de saisir le rôle que l’écriture autobiographique a joué dans ses stratégies narratives, ce qu’elle a permis – et ce qu’elle a occulté. Car, tel que l’a affirmé Reinhardt Witte, sans ses autobiographies Schliemann serait aujourd’hui un excavateur parmi d’autres5.

  • 6 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, [1975] 1996 ; Je est un autre. L’autobiographie (...)
  • 7 Le récit de vie a, en effet, été ajouté à la boîte à outils d’un certain nombre de disciplines, qui (...)
  • 8 Daniel Fabre, Jean Jamin, Marcello Massenzio, « Je et enjeu ethnographiques de la biographie », int (...)
  • 9 Nous suivons la proposition de Christian Jacob. Voir : Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, I. (...)
  • 10 Ma proposition rejoint celle d’Anne Collinot, « L’enquête biographique dans les études sur les scie (...)
  • 11 Raymond Boudon a étudié l’hésitation de la sociologie, dans ses origines, entre des objectifs hétér (...)

3L’objet « autobiographie » n’a rien d’une terra incognita. Prenant comme point de départ le mouvement lancé par Philippe Lejeune à partir des années 1980, qui considère l’écriture autobiographique comme un fait anthropologique propre à notre société6, nous tenterons d’appréhender la prise de position de l’autobiographique entre l’espace public et la discipline archéologique, qui est, à l’époque de Schliemann, en cours de définition et de professionnalisation. Cette approche participe d’un mouvement de retour sur la biographie et l’autobiographie dans les sciences humaines et sociales auquel on assiste depuis plusieurs décennies7. La prolifération du « biographisme » a vu naître une réhabilitation du genre comme instrument de connaissance, qui prend place dans un contexte culturel particulier et dans un moment spécifique du développement de l’histoire des sciences8. Le récit de vie peut être considéré comme un lieu de savoir, parce qu’il met en place un territoire symbolique où des modalités de connaissance sont reprises et resignifiées pour constituer un nouveau mode de production des savoirs, autant du point de vue pragmatique qu’épistémologique9. Les autobiographies de Schliemann seront donc abordées ici comme des objets permettant un mode de connaissance pour l’étude des sciences10 ; les enjeux du savoir qu’apportent ces récits autobiographiques peuvent être saisis à partir d’une prise en compte de la forme narrative, et de la façon spécifique dont s’inscrit en eux la vacillation entre genre cognitif et genre esthétique qui a marqué la constitution des sciences humaines et sociales au XIXe siècle11.

HISTOIRE DES AUTOBIOGRAPHIES

  • 12 La partie la plus importante de ce matériel se trouve dans la bibliothèque de l’American School of (...)

4L’assimilation persistante entre biographie et autobiographie et la confiance inconditionnelle dans le récit qu’il a fait de sa vie constituent un phénomène particulièrement intéressant (et surprenant) dans le cas de Schliemann pour deux raisons. D’une part, parce qu’il existe quatre versions différentes de son autobiographie ; les trois premières, rédigées respectivement en 1850-1851, en 1868, en 1880, ont été écrites par décision personnelle, la quatrième fut rédigée après sa mort à partir de fragments des deux précédentes ; la première resta inédite de son vivant et précède sa carrière d’archéologue, les trois suivantes relèvent de cette période, furent publiées, et connurent un vaste succès. Mais le phénomène surprend également parce qu’on dispose de plus d’une source pouvant servir à l’enquête biographique. En effet, trois ensembles de matériaux rédigés par Schliemann sont connus : les quatre autobiographies mentionnées, dix-huit journaux, et une importante correspondance (partiellement disponible)12. À partir de là, se pose la question de l’espace que laisse l’autobiographie à la biographie. Car malgré le débat autour de la fiabilité de ses écrits, la légende de Schliemann reste étonnamment stable et uniforme.

Autobiographie I : 1850 – 1851

  • 13 Written and numbered p. 1-80 – additional biographical note (numbered I – VIII) included at beginni (...)

5Archives Schliemann, Manuscrits, Series A : Diaries – A2 : Diary 1850–1853 – California – 10 Dec. 1850–12 Feb. 185313.

  • 14 Ludwig, un des frères de Schliemann qui était banquier à Sacramento, étant décédé en 1850, Heinrich (...)
  • 15 Sa correspondance et son journal laissent penser qu’il se produit à la suite d’un conflit d’intérêt (...)
  • 16 À partir de maintenant, les numéros de page en chiffres romains correspondent aux pages du manuscri (...)

6Cette note autobiographique manuscrite rédigée en anglais, insérée avant le journal correspondant aux années 1850 – 1853, est la première autobiographie écrite par Schliemann, qui n’a donc jamais été publiée de son vivant. Les circonstances de sa rédaction restent inconnues, ainsi que l’usage auquel il la destinait et les raisons pour lesquelles il choisit de la rédiger en anglais ; cependant, tout semble indiquer qu’elle est liée à son premier séjour en Amérique et à son retour en Russie. En effet, après des débuts difficiles comme commis et clerc, Schliemann fit fortune dans le commerce en Russie, et partit, en 1850, aux États-Unis où il fonda une maison de prêt et une banque à Sacramento14, puis retourna en Russie en 1852 (son départ de la Californie est précipité et secret)15. On observe que certains traits du récit mettent en évidence la projection vers un double public potentiel, américain et russe : le fait qu’il cite les dates selon le calendrier grégorien et orthodoxe (au début du récit, p. I du manuscrit, p. 3 de l’édition)16, les prix donnés en roubles (p. I, p. 3 par exemple) mais aussi dans la monnaie du pays et en dollars (p. II, p. 4 ; p. II, p. 5) ; la mesure des distances en milles et en versts (p. I, p. 4). Malgré cela, vers la fin du récit, il emploie par deux fois l’expression “... here in St Pertersburg...” (p. VIII, p. 11). C’est ce qui a induit la plupart des critiques à considérer que ce texte avait été rédigé en Russie, soit avant son départ pour la Californie, soit à une époque ultérieure. Le récit se ferme sur le début de l’année 1850, le périple qui l’amène en Californie ne débutant que le 10 décembre 1850.

7Cette brève autobiographie raconte la vie d’un self made man dans laquelle on ne trouve aucune trace d’un intérêt pour la Grèce antique, pour l’archéologie ou pour une quelconque pratique savante, bien que la passion du voyage en tant que pratique de connaissance y soit déjà présente. Apparaissent aussi certains topoï qui reviendront dans ses autres autobiographies, comme les divers moments de sa vie où il se retrouve destitué et totalement démuni, obligé de vendre jusqu’à ses vêtements (p. I, p. 4, deux fois pages p. I et 5, puis p. V et 9). En commençant par évoquer rapidement ses origines, le récit, plus proche de la picaresque que du Bildungsroman (dans la mesure où il narre surtout des péripéties, et non pas l’évolution d’une intériorité, il est moins question de formation, que d’évolution sociale), se concentre sur ses aventures de jeune homme qui, livré à lui-même et pratiquement analphabète (“I was entirely ignorant and hardly able to write my name...”, p. II, p. 5) essaie de se frayer un chemin dans la vie. Il raconte longuement les différentes péripéties de sa jeunesse, ainsi que les obstacles qu’il rencontre, parmi lesquels le naufrage du bateau sur lequel il s’était embarqué pour le Vénézuela, et la façon dont il fait carrière par la suite ; sa méthode d’apprentissage des langues est aussi décrite ; il évoque son installation à Saint-Petersbourg, en 1850, et la bonne fortune qu’il rencontre dans ses opérations commerciales ; puis, après une rapide description de son voyage en Europe, il enchaîne sur un nouveau départ, pour la Californie cette fois, sous la forme du récit de voyage.

  • 17 Aujourd’hui largement diffusé, en particulier en tant qu’outil pédagogique, le schéma narratif est (...)
  • 18 Parfois appelés aussi complications, ou éléments perturbateurs, ou de déséquilibre, les déclencheur (...)

8Il est tentant de considérer ce récit à partir d’un schéma narratif classique17. La situation initiale, qui n’est évoquée que très rapidement, correspond au fait que Heinrich est le fils d’un pasteur protestant qui a neuf enfants mais à qui il manque le temps et les moyens nécessaires pour leur donner une éducation. Des éléments déclencheurs18 interviennent alors, qui viennent transformer cette situation initiale : le père place l’enfant comme apprenti dans un commerce de Fürstenberg à treize ans (où il y restera six ans), il fait un mauvais investissement dans lequel il perd le peu de fortune qu’il avait, Heinrich a un accident qui le rend inapte à tout travail physique. Les péripéties (ou actions) commencent alors : 1. Heinrich marche à Hambourg où il trouve un emploi, mais il le perd pour des raisons de santé ; 2. il obtient une nouvelle place en tant que clerc chez un autre commerçant de Hambourg mais, étant presque analphabète, il ne peut pas faire son travail correctement et se voit aussi privé de cet emploi ; 3. il s’adresse à un ancien élève de son père, Mr. Wendt, qui réussit à lui procurer une place en tant que passager sur le Dorothea, navire en partance pour le Vénézuela ; Heinrich est obligé de vendre tout ce qu’il possède pour payer cette place ; le bateau fait naufrage, et les survivants échouent sur l’île de Texel ; 4. Heinrich se dirige alors vers Amsterdam, où le consul de Mecklenburgh lui donne un peu d’argent ; 5. totalement démuni, Schliemann feint d’être malade et est admis à l’hôpital, il reçoit l’aide de Mr. Wendt, à qui il avait écrit depuis Texel et obtient, grâce à son intervention, une place de clerc chez Schröder et Co. On peut considérer qu’à ce moment du récit commencent les éléments de résolution (ou situation finale, ou rétablissement d’un équilibre) : 1. Schröder paie des cours d’écriture et de calligraphie à Heinrich, qui prend (à ses frais maintenant et au moyen d’un effort important) des cours d’allemand, de hollandais, de français, d’anglais, d’espagnol, d’italien et de portugais, grâce à quoi il progresse dans cette entreprise, ce qui lui permet d’envoyer de l’argent à sa famille ; 2. parce que la maison Schröder fait commerce avec la Russie, il prend l’initiative d’apprendre la langue de ce pays, ce qui conduit ses employeurs à l’envoyer à Saint-Petersbourg en 1846, où ses efforts sont couronnés de succès. La situation finale correspond au moment où il établit sa propre maison à Saint-Petersbourg, ce qui implique de nombreux déplacements en Europe et en Russie ; le récit se ferme sur la description d’une véritable tournée, qui comprend un retour sur les lieux où il avait été auparavant démuni (ce qui est uniquement mentionné, sans qu’aucun détail en soit donné).

  • 19 D’après la biographie de Traill, à la mort de la mère de Heinrich, son père installe sa maîtresse d (...)
  • 20 Le bateau est pris dans une tempête, que Schliemann décrit comme un ouragan, fait naufrage et les s (...)
  • 21 La suite du récit autobiographique correspond au journal de voyage aux États-Unis et en Amérique La (...)

9Ce type de schéma ne semble pas, malgré les apparences, rendre la spécificité du texte, en partie parce qu’il ne permet pas de percevoir deux éléments essentiels : le décès de la mère, mentionné après avoir évoqué la situation initiale, est déconnecté de la suite mais sa position dans le récit suggère qu’il s’agit d’un des déclencheurs – ce qui fut effectivement le cas, bien que Schliemann ne le raconte dans aucune de ses autobiographies19. De plus, le récit du naufrage acquiert ici une importance capitale ; étalé sur trois pages (p. IV-VI, p. 6-9) alors que cette autobiographie n’en fait que douze20, il introduit le mythe biblique de l’enfant ou de l’homme sauvé des eaux et insinue que Schliemann est un élu mais sans que son destin soit vraiment évoqué. Le paragraphe consacré aux efforts demandés par sa formation, qui apparaît après l’annonce du succès (p. VII, p. 11) met en évidence la maîtrise d’une tradition narrative occidentale, que son origine soit orale ou écrite : en revenant sur sa vie, Schliemann utilise une structure narrative reconnue, dont l’objectif semble être de se montrer en tant que self-made man. La fin du récit annonce, cependant, bien plus qu’on pourrait le croire, puisque le succès commercial amène Schliemann à réaliser une série de voyages, pendant lesquels il commence la rédaction de ses journaux (en 1846)21. En tant que voyageur, Schliemann s’intéresse à tout – les gens, les lieux, les bâtiments, les langues, les mœurs, les petites histoires racontées par les personnes qu’il rencontre, les situations vécues et vues, l’économie, la politique, les vêtements, etc. Schliemann sera désormais pris dans une sorte de frénésie de déplacement géographique, qui ouvre un monde lié à sa soif d’apprendre des langues ; la connaissance qui découle de l’observation pendant les voyages est à la fois complémentaire à son intérêt pour les langues et un substitut à cette première passion de jeunesse. Schliemann apprend des langues et utilise la langue du pays dans son journal, mais celles-ci servent également de prétexte au récit, et à mieux appréhender le monde dans lequel il se déplace.

Autobiographie II : 1869

  • 22 Il existe plusieurs traductions de ce texte. En allemand : “Vorrede”, Ithaka, der Peloponnes und Tr (...)

10« Préface » à Ithaque, le Péloponnèse, Troie, Recherches archéologiques, Paris, C. Reinwald, 1869, p. V-XVI22.

  • 23 Paris, 1867. La page de titre présente le prénom de Schliemann dans sa forme anglaise (Henry), et a (...)

11Ce texte sur lequel s’ouvre le premier ouvrage de Schliemann qui a un rapport avec l’archéologie (il avait déjà publié en 1867, La Chine et le Japon au temps présent, un récit de voyage23), ne semble pas avoir été conçu comme une autobiographie, mais comme une présentation rapide des raisons qui ont amené un homme sans formation académique à écrire un livre qui constitue un examen « scientifique » de lieux liés à la mythologie grecque. Cette préface est la carte de présentation de Schliemann dans le monde savant ; pourquoi il choisit de faire le récit de sa vie pour justifier son engagement dans cette nouvelle voix est une des questions que nous nous proposons d’examiner.

12Nous constatons dans la Préface d’Ithaque la présence d’une tout autre structure narrative que celle de la première autobiographie : le récit est encadré par deux paragraphes initiaux qui présentent la vocation comme étant précoce et introduisent ce qui apparaît clairement comme le début d’une longue série d’obstacles ; deux paragraphes de clôture qui justifient le livre comme une tentative de rectifier « ... les erreurs de presque tous les voyageurs archéologues sur la place occupée jadis par la capitale homérique d’Ithaque, les étables d’Eumée, l’île d’Astéris, l’ancienne Troie, les tumulus de Batieia et d’Aesyétès, le tombeau d’Hector, etc. » (p. XV). Entre les deux, la structure accumule les changements à partir de différents déclencheurs, mais l’élément essentiel est le passage d’agents externes de transformation à la volonté personnelle (bien que celle-ci ne soit pas mise en avant), qui correspond ici au glissement entre le rôle de consommateur de connaissance à celui de producteur de savoirs, tout en perpétuant la figure du self-made man.

  • 24 Je rappelle rapidement le calendrier de ses campagnes : 1870 : rapides fouilles à Troie ; 1871-1873 (...)
  • 25 Adolf Schliemann (1817-1872), un cousin d’Heinrich, qui était juriste à Rostock, s’est chargé des d (...)
  • 26 Troy and its Remains, op. cit. (n. 22).

13Afin de comprendre le clivage que signifie cet ouvrage dans la carrière de Schliemann, il convient de revenir rapidement sur son parcours depuis 1851, bien que la plupart des détails biographiques que nous rappelons soient passés sous silence dans ce texte. À son retour en Russie, Schliemann épouse Jekaterina Petrowna Lyshina (la fille d’un marchand russe, avec qui il aura trois enfants), et se consacre au commerce de l’indigo, multipliant à nouveau sa fortune pendant la guerre de Crimée (1853-1856). En 1864, Schliemann se retire du commerce et, après un voyage à travers l’Égypte, l’Inde, la Chine et le Japon, s’installe à Paris où il investit dans l’immobilier et entreprend sa formation intellectuelle : il étudie les langues classiques, la littérature et la philosophie (bien qu’il semble que dès les années 1850, il avait entrepris des études de grec classique et de latin en Russie, interrompues assez rapidement), il suit des cours à la Sorbonne, au Collège de France et à la Bibliothèque Impériale, et devient membre d’une série de sociétés savantes : la Société de Géographie, celle d’Ethnographie, celle d’Archéologie américaine et celle d’Archéologie orientale. En 1868, il voyage en Grèce et dans la Troade, rédige Ithaque, le Péloponnèse et Troie à son retour à Paris, en français et pour un public français (« ... je serais heureux de contribuer à répandre dans l’intelligent public français le goût des belles et nobles études, qui ont soutenu mon courage dans les dures épreuves de ma vie, et qui charmeront mon repos pendant le reste de mes jours », p. XVI). Vie privée et vie professionnelle s’entremêlent dorénavant : Schliemann demande la nationalité américaine afin d’obtenir le divorce de son épouse russe, conclut rapidement un nouveau mariage avec une jeune femme grecque, Sophia Engastromenos, et prépare sa première véritable campagne de fouilles dans la Troade24. Simultanément, il utilise l’édition d’Ithaque pour demander un doctorat à l’université de Rostock25 ; à cet effet, il traduit son autobiographie en latin et en grec, puis en anglais pour l’édition de Troy and its Remains (1875)26.

14Dans cette autobiographie, qui connut un vaste succès, le récit commence donc par la découverte du monde ancien, située dans l’enfance, puis se concentre sur les débuts de Schliemann en tant que commerçant, dans une version qui diffère légèrement par rapport à l’autobiographie précédente. On y voit surgir les éléments principaux de la légende Schliemann : son amour pour le récit de la guerre de Troie et les aventures d’Ulysse et d’Agamemnon ; le père à qui il offre un texte en latin racontant les aventures des héros grecs, vers l’âge de dix ans ; la passion de ce père pour l’histoire ancienne ; le désir de Heinrich de se consacrer à l’étude des lettres dès cet âge-là, frustré par l’absence de moyens financiers de sa famille ; les difficultés rencontrées pour se frayer un chemin dans le monde du travail, les moments où il est totalement démuni ; l’étude des langues modernes à partir d’une méthode autodidacte devenue célèbre (le Télémaque de Fénelon y figure déjà comme une pièce clé de cet apprentissage) ; l’apparition de l’archéologie, après l’étude des langues et lettres classiques et son voyage en Grèce et dans la Troade.

15Schliemann présente son intérêt pour le monde antique et pour la science dans ces termes afin de justifier sa vocation et le livre ; reste, cependant, la difficulté d’expliquer pourquoi, si sa vocation était née si tôt, il a autant tardé à se consacrer à l’étude des lettres, décrites comme les études qui « ont le plus d’attrait » (XV) pour lui. En effet, Schliemann avait fait trois fois fortune (sans jamais faire faillite) lorsqu’il décida d’abandonner le commerce, tout comme il avait déjà parcouru l’Europe, l’Amérique, le Moyen Orient et l’Orient avant de s’intéresser plus particulièrement à la Grèce et à la Troade. Son arrivée tardive dans la science, alors que sa vocation est présentée comme étant précoce, est justifiée au moyen de divers arguments : au début, c’est le manque de temps, puis de moyens ; suit la nécessité d’acquérir d’abord une éducation en étudiant les langues modernes ; on retrouve à nouveau l’argument du manque de temps lorsque ses affaires commerciales sont couronnées de succès en Russie en 1846 ; la peur d’être trop pris par cette activité (« Quelque désir que j’eusse d’apprendre le grec, je n’osais pas en commencer l’étude avant d’avoir atteint une certaine position de fortune, car j’avais peur que cette langue ne me charmât trop et ne me détournât de mon commerce », p. XIII) ; les nombreux voyages commerciaux et la maladie qui l’auraient empêché de visiter la Grèce en 1856, le voyage en Chine et au Japon (dans lequel il dit avoir été entraîné). De cette façon, le récit permet d’inverser les causes et les effets par rapport à la biographie de Schliemann, puisque le succès commercial semble l’éloigner de sa vocation, alors qu’en vérité, c’est la condition de possibilité de sa carrière d’archéologue.

16Par ailleurs, malgré le déterminisme initial introduit par l’épisode qui situe la naissance de sa vocation dans l’enfance, une série d’indices permettant au lecteur de se constuire une image de la vocation de Schliemann : chaque obstacle à la soif de savoir est mis à profit pour apprendre ; ces connaissances permettent d’améliorer la situation économique qui impose, elle, de nouveaux obstacles, également mis à profit pour une formation qui se déplace lentement des savoirs pratiques (les langues modernes) vers l’espace savant (la langue et la littérature classiques, puis l’archéologie) jusqu’au moment où, sortant de ce cercle d’obstacles et de bénéfices indirects, Schliemann introduit le premier changement qui prend racine dans sa propre volonté : il s’installe à Paris « ...pour donner le reste de ma vie aux lettres, et pour m’occuper principalement d’archéologie, car cette science a le plus grand charme pour moi » (p. XV). Le parcours raconté prend alors – et seulement alors – la forme du rêve (alors qu’auparavant, le songe prend la forme de l’apprentissage des langues, p. VIII-IX) : « Je pouvais enfin réaliser le rêve de toute ma vie et visiter à loisir le théâtre des événements qui m’avaient tant intéressé, et la patrie des héros dont les aventures ont charmé et consolé mon enfance » (p. XV).

Autobiographie III : 1880

17“Introduction, Autobiography of the author, and narrative of his work at Troy”, Ilios : The city and country of the Trojans, London, John Murray, 1880, p. 1-66.

18Premier à être présenté explicitement comme une autobiographie, ce texte apporte des éléments qui à la fois complètent et donnent une nouvelle tournure, à la légende de Schliemann née dans la préface d’Ithaque.

  • 27 Traill, op. cit. (n. 2), p. 201. Bien que Schliemann ait tenu à ce que les versions anglaise et all (...)
  • 28 Trojanische Alterthümer, op. cit. (n. 22).
  • 29 London, Printed by Nichols and Sons, 1875.
  • 30 Austen Henry Layard, Esq. D. C. L., Nineveh and its Remains: with an account of a visit to the chal (...)
  • 31 Schliemann avait déjà publié chez Murray, Troy and its Remains, op. cit. (n. 22).
  • 32 Murray avait aussi édité la théorie des couleurs de Goethe, l’ouvrage mentionné de Layard, les voya (...)

19Le contexte d’édition et de publication montre que Ilios est l’ouvrage le plus professionnel de Schliemann ; il marque et traduit, simultanément, l’acquisition d’un statut dans la communauté scientifique, bien que, au niveau éditorial, tel que le signale Traill, la version finale doive être considérée comme résultant de l’effort conjoint de Schliemann, Frank Calvert et Sayce27. L’expérience acquise sur le terrain des fouilles ainsi que dans le domaine de l’édition, la reconnaissance académique dont ses travaux ont fait l’objet pendant les années 1870, tout comme les violentes polémiques qui ont suivi la publication de Trojanische Alterthümer28 et de The Site of the Homeric Troy29, déterminent le passage vers une nouvelle forme d’écriture du rapport archéologique (genre dont les conventions ne seront fixées que vers la fin du XIXe siècle). Cet état est perceptible dès la structure de l’ouvrage : le récit de sa vie et des fouilles est « l’Introduction » (p. 1-66), les douze chapitres et les annexes relevant de l’exposé scientifique. L’emplacement de cette autobiographie est d’autant plus stratégique (après la Préface de Virchow, avant le rapport archéologique) que Ilios est un ouvrage collectif, issu du travail d’une équipe de savants. En effet, outre l’autobiographie, l’exposé est entouré d’une série de textes de spécialistes de l’époque, qui présentent les fouilles réalisées comme une véritable entreprise, résultat d’un travail d’équipe : la dédicace à Sir Austen Henry Layard, l’auteur de Nineveh and its Remains (1849)30, premier best-seller de l’histoire de l’archéologie, qui en tant qu’ambassadeur à Constantinople assista Schliemann dans ses démarches pour obtenir le droit d’excaver ; une « Préface » de Rudolf Virchow, dans laquelle celui-ci déclare être un « témoin oculaire » (eyewitness) des fouilles et atteste de la scientificité du travail réalisé par Schliemann ; neuf appendices, sur des questions scientifiques liées au site et aux fouilles, par différents hommes de science : R. Virchow, J. P. Mahaffy, A. H. Sayce, Frank Calvert, A. J. Duffield, Henry Brugsh-Bey, et un collectif formé par Virchow, Julius Schmidt, Paul Ascherson, Theodor von Heldreich, F. Kurtz pour l’article sur les plantes de la Troade ; Émile Burnouf contribue en dessinant les différents plans. La maison d’édition aussi témoigne du parcours accompli par Schliemann depuis Ithaque, car son Ilios paraît chez John Murray de Albemarle Street (troisième du nom)31, célèbre en particulier pour sa collection de guides de voyage, les Murray Handbooks32.

  • 33 La présence, le caractère abondant et la nature des notes en bas de page attestent ce souci de scie (...)

20L’autobiographie produite dans ce cadre, se développe, incorpore le récit des fouilles à celui de la vie, et devient plus complexe ; des illustrations provenant des ouvrages antérieurs sur Troie sont également présentées et la narration s’appuie sur de très nombreuses notes bibliographiques33. Divisé en huit sous-parties, le récit est très animé, et comprend même des dialogues ; les détails prolifèrent, chaque événement mentionné, dans la précédente autobiographie ou dans d’autres circonstances, ne serait-ce que rapidement, ré-apparaît accompagné de précisions destinées à servir de preuve : noms, dates, lieux, titres, biographies sont là pour attester de la véracité du récit, ou en tout cas pour produire l’effet d’un récit véridique. Pour exemple, l’épisode du garçon meunier ivre, qui récite Homère dans la boutique où travaille Schliemann. Dans Ithaque, celui-ci tombe sous le charme de la sonorité de la langue et clôt cet épisode en affirmant : « À partir de ce moment, je n’ai jamais cessé de prier Dieu de m’accorder la grâce d’apprendre un jour le grec » (p. VII). Dans Ilios, cet épisode est développé, le nom de ce personnage est donné (Hermann Niederhöffer) ainsi que tous les détails de sa vie – le Gymnasium, le nom du père – ; une note est rajoutée dans laquelle des détails biographiques sur sa situation au moment où ce texte est publié sont évoqués (p. 7). L’essentiel de l’épisode est conservé : dans le cadre d’un emploi où il n’est en contact qu’avec « la basse classe de la société » (Ithaque, p. VI ; “the lowest classes of society”, Ilios, p. 7), ce personnage fournit un premier contact avec le grec, et rappelle à Schliemann son désir d’apprendre. Cependant, dans Ithaque, le garçon meunier incarne le destin opposé à celui de Schliemann, puisqu’il a eu l’occasion et les moyens de faire des études et n’en a pas profité, d’où sa chute, alors que dans Ilios, après avoir accumulé des emplois mineurs, il est devenu clerc, s’est marié, a abandonné la boisson et est désormais devenu quelqu’un de respectable.

  • 34 Cette question mériterait un plus ample développement, qu’on ne peut entreprendre ici par manque d’ (...)
  • 35 Handbook for Travellers in Greece, London, 1854 ; George Fergusson Bowen, Ithaka in 1850, London, 1 (...)
  • 36 Au sujet du conflit qui opposa Schliemann à Frank Calvert, l’archéologue et consul aux Dardanelles, (...)

21Dans l’économie d’un récit minutieux et riche en détails, on ne peut qu’être surpris par l’imprécision en ce qui concerne les causes qui déterminent la mauvaise fortune du jeune Schliemann et l’empêchent de poursuivre ses études, une question qui restait déjà imprécise dans les versions antérieures. La première cause est considérée comme une “misfortune” (p. 5), et sa nature explicitée : la mort de sa mère qui apparaissait déjà comme déclencheur implicite dans la première autobiographie ; quant à la deuxième (aussi appelée “misfortune”, p. 5) et la troisième (“a great disaster”, p. 6), leur nature n’est pas précisée, bien qu’il soit évident qu’elles ont des conséquences sur l’économie familiale et sur le destin du jeune Heinrich. En termes narratologiques, nous pouvons dire que dans le récit d’Ilios, les déclencheurs, c’est-à-dire les éléments qui viennent modifier la situation initiale, en introduisant un changement radical dans la vie du personnage, sont vides de contenu, mais le narrateur décrit longuement leurs conséquences et ses sentiments. Ce vide est donc compensé par la surcharge de détails, mais aussi par l’insistance sur la naissance d’une double vocation : si dans cette autobiographie, Schliemann reprend l’idée que sa passion pour la Grèce antique remontait à l’enfance, introduite déjà dans Ithaque, il complète le tableau en mettant en scène un intérêt précoce pour les fouilles et l’archéologie, qui remonte à la “earliest childhood” (p. 1) et qui serait antérieur à son intérêt pour Troie. Entouré d’une vision fantastique de sa région natale, qui met en place, dès les premiers paragraphes, un brouillage des frontières entre fiction et histoire34, la passion pour les fouilles s’accompagne d’une foi inconditionnelle dans les légendes sur des trésors cachés (p. 2). C’est ainsi qu’un pacte est scellé entre l’enfant Schliemann et son père : “... at last we both agreed that I should one day excavate Troy” (p. 3). La continuité entre ses impressions d’enfance (étalées ici sur six pages) et ses travaux archéologiques est ainsi explicitement posée et ce lien est présenté, dès les premières lignes, comme une relation de cause à conséquence : “… the work of my later life has been the natural consequence of the impressions I received in my earliest childhood...”. En 1869, ancrer son intérêt pour Troie dans l’enfance permettait de fournir une explication au désir de se consacrer aux lettres : Schliemann, comme la plupart des savants de l’époque, considérait la question de l’emplacement de Troie comme relevant avant tout de l’interprétation des classiques ; le processus d’écriture d’Ithaque (qui est en partie un processus de recopiage et de réécriture, puisque Schliemann reprend de vastes extraits du Handbook for Travellers in Greece édité par John Murray, qui, à son tour, reprenait le travail de Bowen)35 permet de confronter les textes à la topographie et de reformuler à partir de là une interprétation. Mais dans la version des faits que donne l’explorateur, ce qui est escamoté, c’est l’origine même de l’idée que Troie se trouve à Hissarlik et non pas dans la plaine de Bounarbashi. Schliemann la tient vraisemblablement de Frank Calvert, qui en est arrivé là à partir de sa connaissance des lieux, de ses propres fouilles et de la lecture de Charles Maclaren. Dans les années 1874-1875 de violentes polémiques ont éclaté autour de cette question et, si, en 1880, elles se sont estompées, si Schliemann et Frank Calvert se sont réconciliés, ces affrontements restent essentiels pour comprendre la dynamique du récit autobiographique de Ilios36.

  • 37 Frank Calvert avait répondu aux attaques de Schliemann contenues dans Troy and its remains dans deu (...)
  • 38 D’après Meyer, l’origine de ses légendes est le livre de A. Niederhöffer, Mecklenburg’s Volkssagen,(...)
  • 39 Sur l’histoire de l’archéologie voir l’ouvrage classique d’Alain Schnapp, La Conquête du passé : au (...)
  • 40 La conférence de Schliemann devant la Société des Antiquaires de Londres (éditée sous le titre de T (...)

22En effet, c’est dans le but de répondre aux accusations de Calvert, et de prouver que son intérêt pour Troie et pour l’archéologie sont antérieurs à sa rencontre avec lui, que Schliemann revient sur le mythe du self-made man, se présente comme ayant une formation scolaire et académique acquise avant 1868, et qu’il ajoute, au rêve du monde classique, l’épisode de ses fouilles d’enfance en Allemagne37. La rapide évocation de son enfance devient ainsi un long récit, qui met en valeur son inclination pour le merveilleux et le mystérieux, pour les légendes populaires de la région où il a grandi, ainsi que pour les ruines qui s’y trouvaient38. Renvoyant au Moyen Âge, ces récits reprennent une esthétique à la mode au XIXe siècle, faite de fantastique, de châteaux anciens et de trésors ensevelis ; mais ils évoquent également la deuxième branche de l’archéologie allemande de l’époque, la protohistoire, moins importante au niveau institutionnel que l’archéologie classique, mais capitale alors, parce qu’en tant que recherche locale, elle se tourne vers le monde germanique. Car, si l’archéologie classique était jusqu’alors reconnue comme la colonne vertébrale des Sciences de l’Homme, comme le prolongement naturel de la philologie, la protohistoire restait importante pour l’opinion publique, sans être vraiment reconnue par l’État et les universités39. En greffant son parcours sur la discipline archéologique allemande, après avoir obtenu la reconnaissance de la société des Antiquaires de Londres40, Schliemann réussit ce tour de force qui consiste à accorder une continuité naturelle, au moyen d’un récit d’enfance, à ces deux tendances qui relèvent, à l’époque, de circuits de savoir et de diffusion distincts.

  • 41 L’impact qu’a eu cette autobiographie sur ses contemporains est connu, et ne peut malheureusement p (...)
  • 42 On ne peut que spéculer sur les raisons qui amènent Schliemann à la placer sur le site ; lui-même a (...)

23Situer sa passion pour la Grèce antique et pour l’archéologie dans l’enfance constitue un des enjeux qui déterminent la réécriture autobiographique d’Ilios. L’autre étant la conscience de l’impact que sa première autobiographie publiée (la version d’Ithaque) avait eue sur le public qui l’amène à poser sa vie comme un modèle. Ses activités en tant que commerçant prennent dès lors un sens tout à fait différent, et deviennent l’instrument qui permet de réaliser ces projets et rêves d’enfance41. Une corrélation est tracée entre deux espaces, le petit village où il passa les premières années de sa vie, d’une part, Troie et Mycènes de l’autre. Ainsi, l’idée la plus évocatrice introduite dans cette autobiographie est l’affirmation qu’au cours des différents avatars de sa vie l’intention de trouver le site Troie était présente dans son esprit comme une sorte de guide, et comme un objectif à atteindre (“I never forgot Troy”, p. 17). Sa propre destinée est présentée comme étant régie par une instance supérieure qui permet de faire face à l’adversité – c’est parfois Dieu (“God”, p. 6, p. 7), d’autres fois le Destin (“Destiny”, p. 8) ou la “divine Providence” (p. 12), même le Ciel (“Heaven”, p. 8), la fatalité (“fate”, p. 6, p. 12). Une instance qui veille sur son parcours, l’unifie et lui accorde un sens, et qui correspond au développement du récit : en prenant en charge la vie, le récit crée une cohérence qui semble manquer aux événements de la biographie. Un effort d’autant plus nécessaire que l’instance grammaticale qui assume le récit correspond à différentes entités : le « je » de ce texte renvoie à la fois à Schliemann lui-même dans de nombreux passages, et à Schliemann et ses hommes (“I first struck the rock at a depth of about 53ft...”, p. 22 ; “I was forced to demolish...”, p. 23, “I struck against a marble triglyph...”, p. 23) ; un usage conventionnel qui permet de se présenter à la fois comme celui qui dirige les fouilles et comme un des hommes qui effectuent le travail matériel, ce qui ne semble pas avoir été toujours le cas dans le rapport archéologique (Layard, par exemple, différentie sa tâche de celle des hommes qui excavent). Dans l’épisode de la découverte du « trésor de Priam », où Schliemann raconte comment lui et Sophia ont extrait de leurs propres mains le trésor pendant qu’il accordait une pause aux ouvriers, dans le double but d’éviter les vols et d’empêcher que les autorités turques ne soient alertées, le « nous » désigne le couple, bien qu’on sache aujourd’hui que Sophia n’était pas présente pendant cette période des fouilles42.

  • 43 Il s’agit en réalité d’un ouvrage pour enfants : Die Weltgeschichte für Kinder, Nürnberg, 1833.

24Deux autres déplacements conséquents se produisent dans cette autobiographie. D’une part, ce n’est plus Schliemann qui offre un récit en latin à son père pour Noël (comme dans Ithaque), mais son père qui lui fait cadeau, à Noël aussi, alors qu’il est âgé de huit ans (et non plus de dix ans), du livre de Georg Ludwig Jerrer, Universal History43, où Schliemann aurait vu la gravure qui montre Énée s’échappant de Troie, portant son père Anchise ; l’épisode où il offre, pour Noël, à son père un essai en latin sur les événements de la guerre de Troie n’intervient que plus tard, en 1832 (p. 6), après avoir raconté qu’il reçoit des leçons de latin de son père et de Carl Andress. D’où le deuxième déplacement, puisque ce ne sont plus les personnages (les héros de Troie) qui incitent Schliemann à prendre le récit pour une réalité, mais les murs – un objet propre à l’archéologie qui évoque moins la dimension narrative que la spatialité, et rappelle le talent dont il a fait preuve pour le déchiffrage topographique. Par ailleurs, Schliemann évoque un apprentissage scolaire d’enfance, avec un passage rapide par un Gymnasium ; bien qu’il affirme avoir tout oublié, il n’apparaît en aucun cas comme illettré. Des détails sont fournis concernant sa méthode d’apprentissage des langues : au déjà classique Télémaque de Fénelon, viennent s’ajouter des romans : Paul et Virginie, pour le français, Ivanhoe et The Vicar of Wakefield pour l’anglais.

  • 44 Ernest Renan, « Souvenirs d’enfance et de jeunesse » II : « Prière sur l’Acropole – Saint Renan – M (...)

25L’enfant Schliemann n’est pas, dans cette version, un personnage solitaire face à un destin fait d’adversités, qui correspondrait davantage à la biographie du self-made man ; Ilios est écrit à une époque où l’intégration dans une communauté scientifique est une réalité dans laquelle se joue son destin d’homme de science, et sur laquelle repose l’ouvrage. Sans doute, il lance ainsi également une sorte « d’appel à témoins » : pour diverses raisons, les personnages mentionnés vont corroborer cette version de son passé et de l’origine de sa vocation. Parmi les camarades qui partagent sa passion, se trouve Minna Meincke, son jeune amour d’enfance, introduit dans cette version de l’autobiographie, qui annonce déjà Sophia, puisque les deux enfants projettent d’excaver et d’explorer ensemble ; mais il renvoie aussi au personnage de la petite Noémie, l’amour d’enfance de Renan, dont les Mémoires, parues dans la Revue des deux mondes en 1876, ont certainement eu une influence sur Schliemann, les deux hommes s’étant fréquentés pendant ses années de formation parisienne44.

Autobiographie IV : 1890 – 1892

  • 45 Version française : Ma vie, Paris, 1956. Préface à la 1re édition par Sofia Schliemann. Préface à l (...)

26Schliemann, Heinrich/Schliemann, Sophie [Hrsg.], Heinrich Schliemanns Selbstbiographie, Leipzig, Brockhaus, 1892, subtitled Trojanische Träume in Mecklenburg45.

  • 46 Voir : GA, SC P, H, Box 3. Folder 1, 27/12/1890 – 16/4/1891 (93 numbered clippings from Durrants Pr (...)

27Commandée à Sophia par l’éditeur Brockhaus à la mort de Schliemann, destinée au grand public, cette autobiographie apparaît comme une réponse aux réactions suscitées par sa disparition, qu’on constate dans les journaux et revues d’époque46. Cependant, et malgré son titre, elle résulte d’une collaboration entre biographie et autobiographie, puisqu’un narrateur autre que Schliemann prend ici en charge le récit ; il s’agit d’Alfred Brückner, qui, à la demande de Sophia, a complété l’autobiographie avec les événements écoulés entre 1880 et 1891 (c’est, en tout cas, ce qui est affirmé dans le “Vorwort” signé par Sophia). Mais son rôle ne s’est pas limité à cela : il est l’auteur du montage éditorial du texte, dans lequel il reprend des fragments des différents écrits de Schliemann, utilisant des guillemets, mais sans indiquer systématiquement leur origine, et résume la vie et les campagnes de Schliemann ; il insère aussi des fragments de journaux, de lettres, de textes de spécialistes, et autres documents. Brückner devient ainsi le véritable narrateur, et adopte la position de l’exégète ; il en résulte une toute autre image de la vie de l’archéologue que celle qui était proposée par Ithaque et Ilios.

  • 47 Voir, pour un exemple, la gravure p. 34 d’Ilios, qui montre les fouilles de Troie en 1873 ; un pers (...)

28Malgré la présence du portrait en héliogravure et de dix illustrations, le caractère scientifique et documentaire d’Ilios n’est pas conservé ; particulièrement significative est, en ce sens, la présence d’un portrait qui précède le texte, car les ouvrages construits par Schliemann comportaient des plans, des cartes, des documents et, lorsque Schliemann était représenté, il l’était toujours en situation : au milieu des ruines de Troie, lors d’une conférence (comme dans la célèbre gravure qui le montre lors de la conférence devant la Société des antiquaires de Londres), etc.47 On peut donc dire que cette version décontextualise l’autobiographie, qui, désormais, ne fait plus partie d’une stratégie éditoriale scientifique ; et en s’autonomisant, elle perd une partie de son pouvoir de convocation : la biographie de Schliemann s’émancipe de la fonction de légitimation du travail scientifique qu’elle avait dans les contextes éditoriaux précédents, et devient le récit d’un self-made man, un modèle, tel que cela apparaît clairement dans le dernier chapitre (p. 87). En effet, l’impact du récit de vie de Schliemann venait en partie de son association à des travaux scientifiques exposés dans le même volume : récit autobiographique et rapport archéologique étaient pris dans une dynamique de légitimation réciproque. Pour cette raison, et malgré son importante diffusion, la Selbsbiographie ne parviendra jamais à remplacer les versions d’Ithaque et d’Ilios.

29Or, si le récit acquiert de l’autonomie par rapport au support de publication, il perd en autonomie en devenant une biographie. Si la première partie (“Kindheit und kaufmännische Laufbahn: 1822-1866”) est une reprise littérale d’Ilios, elle n’en introduit pas moins dès la première phrase le narrateur-Brückner ; dans les chapitres suivants, en revanche, ce narrateur prend à charge le récit, assumant différentes fonctions : il résume les récits faits par Schliemann de chacune de ses campagnes dans différents ouvrages, et explique les questions topographiques, géographiques ou historiques (p. 33 par exemple) ; il interprète la vie de Schliemann, et le récit peut prendre alors une tournure hagiographique (p. 41, p. 62) ; à d’autres moments, le narrateur prend ses distances vis-à-vis des positions de Schliemann (p. 44) ; il revient sur les rapports entre Schliemann et d’autres savants de l’époque, sur l’intérêt qu’on prit diverses personnalités à ses travaux, sur la progression dans sa carrière, sur ses alliances, et sur son incorporation à un réseau de savants (p. 68-69) ; il rappelle le crédit qui revient à Frank Calvert en ce qui concerne la question de l’emplacement de Troie (p. 35-36) ; il évalue les travaux de Schliemann à partir d’un regard rétrospectif (p. 58, p. 60-61) ; il fournit des explications sur les techniques utilisées, sur les progrès le long de la carrière de Schliemann, souligne l’apport de l’architecture (p. 73-74) ; donne raison à Schliemann (p. 85) ; fait le récit de certaines des attaques qu’il a subies (p. 72-73, p. 88, p. 91) ; il reconnaît les erreurs commises par Schliemann (p. 84-85) ; décrit la maison construite par l’archéologue à Athènes (p. 87-88) ; fait le rappel des éditions (p. 66, p. 89, p. 98).

30L’objectif semble être ici de saisir l’intériorité de l’homme, une dimension peu présente dans les autobiographies rédigées par Schliemann qui est construite par le narrateur-exégète. Comme de nombreux biographes d’hommes illustres, Brückner adopte une perspective permettant au lecteur d’accéder à une intériorité fictive du personnage, rédigeant de nombreux passages sur différents aspects relevant de la psychologie de Schliemann : la foi qu’il avait en Homère (p. 29, p. 36, p. 58), son caractère, et sa passion. Il propose également une série de spéculations sur sa nature (p. 67-68, p. 87, p. 72), des réflexions sur les rapports qu’il entretenait avec l’Allemagne. Pour finir, il faut signaler le fait qu’il pose la question de la notion de patrie vis-à-vis de Schliemann (p. 70-71), pour arriver à la conclusion qu’il avait une plus forte affinité avec l’esprit américain du self made man (p. 71-72).

31Brückner introduit par ce biais deux différences majeures par rapport à l’image de lui-même en tant que savant que proposait Schliemann. D’une part, il historicise les écrits, en soulignant les erreurs commises par l’archéologue à différents moments de ses fouilles ; car publier rapidement les découvertes implique nécessairement qu’on présente au public aussi une interprétation de ce qui est trouvé. La stratégie de Schliemann consistait à affirmer avec certitude et passion, s’engager dans des polémiques, poursuivre ses fouilles, modifier son interprétation, affirmer à nouveau une hypothèse, et ainsi de suite. Brückner est confronté à la nécessité de présenter ce processus sous une forme cohérente, et fait le choix d’attribuer les mouvements de Schliemann à sa nature passionnée. Aujourd’hui, on peut également y voir la quête d’un chercheur – même si par sa rhétorique Schliemann s’éloigne du discours scientifique pour se rapprocher d’un style journalistique. D’autre part, afin d’expliquer le comportement de Schliemann, Brückner introduit dans cette version une opposition, qui ne se trouve pas dans les autobiographies elles-mêmes, entre science et littérature, entre le savant et la passion. La carrière de Schliemann est ainsi décrite comme un passage de l’imagination, du rêve, de la littérature à la science et au savoir ; l’imagination ayant ici un rôle de déclencheur (p. 59) : l’imagination fait naître le désir de la science, et conduit à de véritables découvertes scientifiques, mais elle ne joue un rôle qu’en tant qu’elle suscite la vocation. Cependant, il ne fait aucun doute que l’écriture de l’archéologue visait de préférence la mise en place d’un mode de continuité entre ces instances – on peut peut-être même dire : l’invention d’une articulation entre le rêve et la science.

PROJET SCHLIEMANN

32La légende de Schliemann se nourrit encore aujourd’hui essentiellement de son autobiographie, qu’il incorpora au rapport des fouilles. L’impact de ce récit auprès du public occulta longtemps l’existence de plusieurs versions, ainsi que les différences qu’elles présentent. Les circonstances de rédaction et de publication ont, en effet, amené l’archéologue à moduler sa vie en fonction des besoins de carrière. Dès la publication d’Ithaque, Schliemann compris l’usage qui pouvait être fait de son autobiographie pour légitimer ses travaux, pour se faire un nom dans le monde savant de l’époque, et pour atteindre aussi le grand public. En ce sens, nous pouvons dire que ces récits autobiographiques ne mettent pas en évidence son parcours, ils le construisent. Leur efficacité en termes narratifs résulte d’une projection contre différents genres ; un caractère peu homogène qui semble avoir favorisé leur diffusion, en cristallisant une figure de savant en bonne partie inédite – le savant entrepreneur, autodidacte et passionné.

  • 48 Jacqueline Carroy, Nicole Edelmann, Annick Ohayon, Nathalie Richard, Les femmes dans les sciences d (...)

33Ainsi, l’examen de ces autobiographies nous plonge dans un chapitre de l’histoire des sciences qui semble connu, mais dans lequel le rôle constitutif qu’a joué le récit reste à cerner. Car en se présentant comme un cas exceptionnel où une individualité cherche à s’exprimer au moyen de la science, le cas de Schliemann rend problématique l’articulation entre trajectoires individuelles et destins collectifs. En effet, si Schliemann a contribué à la professionnalisation de la discipline archéologique, il l’a fait en restant en dehors des institutions, aspirant, en un sens, à devenir lui-même un projet institutionnel qui repose sur la construction de réseaux de savoir centrés sur un individu exceptionnel, indépendants des académies, mais qui entre en dialogue avec elles à différents niveaux. Un modèle qui a donné naissance à des représentations collectives qui restent actuelles. Poser la question du rôle qu’ont joué les autobiographies de Schliemann dans l’histoire des Sciences de l’Homme revient à interroger d’une autre manière le problème d’un accès différencié au savoir et à sa production et de revenir sur les rapports entre professionnalisation et instutitionnalisation des sciences humaines et sociales48. L’analyse des quatre autobiographies écrites par Schliemann, des enjeux dans lesquels s’inscrit le récit et des formes qu’il prend permet de comprendre comment un riche commerçant autodidacte, amateur des lettres, devient, à quarante-six ans, producteur de savoir dans une discipline en cours de définition. Se pose dès lors la question de la représentation de la naissance de la vocation et ses implications disciplinaires et sociales en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Notes

1 Pour leur contribution à cette recherche, je remercie le Centre de Recherches pour les Arts et le Langage (CNRS-EHESS), l’École Française d’Athènes, la British School at Athens, et la Gennadius Library de l’American School of Classical Studies at Athens, et en particulier Elefteria Daleziou, conservatrice de cette dernière institution. Ma gratitude va également à Nektarios Karadimas, et à Claude Calame pour son soutien chaleureux.

2 Parmi les biographies qui suivent fidèlement le récit de Schliemann, les plus célèbres sont : Emil Ludwig, Schliemann: The Story of a Gold-Seeker, Boston, 1931 ; Robert Payne, The Gold of Troy: The Story of Heinrich Schliemann and the Buried Cities of Ancient Greece, New York, 1959 ; Leo Duel, Memoirs of Heinrich Schliemann: A Documentary Portrait from his Autobiographical Writings, Letters, and Excavation Reports, New York, 1977. À ce jour, la biographie de David A. Traill reste la plus complète, Schliemann of Troy: treasure and deceit, London, 1995.

3 Les travaux qui ont lancé le mouvement de révision, sont : William M. Calder III, “Schliemann on Schliemann: a study in the use of sources”, GRBS 13, 1972, p. 335-353 ; David A. Traill, “Schliemann, Mendacity: Fire and Fever in California”, CJ 74, 1979, p. 348-355 ; George Korres, «Epigraphai ex Attikes eis Katochen Herrikou Sleman», Athena 75, 1975, p. 54-67 et 492 ; Wolfgang Schindler, “Schliemann’s Cleopatra”, in William M. Calder III/David A. Traill, Myth, scandal, and history: The Heinrich Schliemann controversy and a first edition of the Mycenean diary, Detroit, 1986, p. 81-94. Voir aussi : Wolfgang Schindler, “Heinrich Schliemann: Leben und Werk im Spiegel der neueren biographischen Forschung”, Philologus 120, 1976, p. 273-75 ; Joachim Hermann, Heinrich Schliemann: Wegbereiter einer neuen Wissenschaft, Berlin, 1974 ; David A. Traill, Further evidence of fraudulent reporting in Schliemann’s archeaological works, Münster, 1984 ; David A. Traill, “Schliemann’s ‘Dream of Troy’: The Making of a Legend”, CJ 81, 1985, p. 13-24 ; David A. Traill, Excavating Schliemann: collected papers on Schliemann, Atlanta, 1993.

4 En ce qui concerne la bibliographie de Schliemann et sur Schliemann, les ouvrages essentiels sont celui de Curtis Runnels, The archaeology of Heinrich Schliemann: an annotated bibliographic handlist, Boston, 2007 ; et le classique Βιβλιογραφία Ερρίκου Σλήμαν, Athènes, 1974, de George Korres.

5 “Schliemann’s importance to modern archaeology”, in Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos. Heinrich Schliemann: The 100th Anniversary of his Death, Athènes, 1990, p. 32-47.

6 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, [1975] 1996 ; Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980 ; Moi aussi, Paris, 1986 ; La pratique du journal personnel, Paris, 1990.

7 Le récit de vie a, en effet, été ajouté à la boîte à outils d’un certain nombre de disciplines, qui ont été confrontées à deux types de récits : ceux faits sur demande et ceux faits par décision personnelle.

8 Daniel Fabre, Jean Jamin, Marcello Massenzio, « Je et enjeu ethnographiques de la biographie », introduction au numéro de L’Homme, 195-196, juillet/décembre 2010, p. 7-20.

9 Nous suivons la proposition de Christian Jacob. Voir : Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, I. Espaces et communautés, Paris, 2007 ; Lieux de savoir, II. Les mains de l’intellect, Paris, 2011.

10 Ma proposition rejoint celle d’Anne Collinot, « L’enquête biographique dans les études sur les sciences », in Patrice Bret et alii (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli, Paris (à paraître).

11 Raymond Boudon a étudié l’hésitation de la sociologie, dans ses origines, entre des objectifs hétérogènes : entre une finalité cognitive et une finalité esthétique ; entre créer un savoir, ou développer des analyses à caractère essayiste. Cette hésitation entre un genre cognitif et un genre esthétique, entre science et littérature, avant que le genre cognitif s’impose aux classiques des sciences sociales, a déterminé les rapports des sciences sociales aux études littéraires (Raymond Boudon, « Comment écrire l’histoire des sciences sociales ? », Les débuts des sciences de l’homme, Communications, 54, 1992, p. 299-317).

12 La partie la plus importante de ce matériel se trouve dans la bibliothèque de l’American School of Classical Studies at Athens, Gennadius Archives, Schliemann Papers (ensuite GA, SC P). William M. Calder III étudia la question des sources dans : “Schliemann on Schliemann : a study in the use of sources”, GRBS, 13, 1972, p. 335-353. Sur la passionnante histoire des archives Schliemann, voir D. F. Easton, “The Schliemann Papers”, ABSA 77,1982, p. 93-110, et S. A. H. Kennell, “Schliemann and his Papers : A Tale from the Gennadeion Archives”, Hesperia 76, 2007, p. 785-817.

13 Written and numbered p. 1-80 – additional biographical note (numbered I – VIII) included at beginning of diary – English, Spanish. Gennadius Library, The American School of Classical Studies at Athens – Schliemann Papers. Le manuscrit a été publié par Shirley H. Weber (ed.), Schliemann’s first visit to America, 1850-1851, Cambridge Mass., 1942, p. 3-12.

14 Ludwig, un des frères de Schliemann qui était banquier à Sacramento, étant décédé en 1850, Heinrich s’y rend en 1851 pour tenter sa chance.

15 Sa correspondance et son journal laissent penser qu’il se produit à la suite d’un conflit d’intérêts avec la banque Rothschild. David A. Traill, “Schliemann, Mendacity : Fire and Fever in California”, The Classical Journal 74, 1979, p. 348-355.

16 À partir de maintenant, les numéros de page en chiffres romains correspondent aux pages du manuscrit, ceux en chiffres arabes à l’édition.

17 Aujourd’hui largement diffusé, en particulier en tant qu’outil pédagogique, le schéma narratif est issu de l’analyse fonctionnelle du récit qui, proposée d’abord par les Formalistes russes et par Vladimir Propp, s’est développée pendant les années soixante et soixante-dix, où elle a donné lieu à diverses théories visant à mettre au jour les universaux du récit. Voir : Vladimir Propp, Morphologie du conte, Paris, 1970. Le schéma actantiel proposé par A. J. Greimas apparut pour la première fois dans son livre Sémantique structurale : recherche et méthode (Paris, 1966). Le but de ce schéma est de préciser les relations qui existent entre les différents actants d’un récit. Todorov décline la grammaire narrative à partir de la structure linguistique dès 1969 ; les propositions de Claude Bremond et de Thomas Pavel se situent dans le cadre de la logique des actions narrées. Voir Tzvetan Todorov, Grammaire du Décaméron, La Haye-Paris, 1969 ; Claude Bremond, Logique du récit, Paris, 1973 ; Thomas Pavel, La Syntaxe narrative des tragédies de Corneille, Paris, 1976. Je propose ici d’appliquer au récit de Schliemann le modèle en cinq séquences – équilibre initial, perturbation, déséquilibre, action réparatrice, rétablissement de l’équilibre. Voir aussi le modèle de Jean-Michel Adam présenté dans Le texte narratif, Paris, 1994 [1985], qui propose un moment antérieur à la situation initiale, correspondant à une entrée, préface ou résumé, et un moment final, désigné sous le nom de morale ou chute.

18 Parfois appelés aussi complications, ou éléments perturbateurs, ou de déséquilibre, les déclencheurs sont considérés comme des événements qui modifient la situation initiale et font perdre l’équilibre de cette dernière ; ils sont souvent racontés au passé simple, et introduits par des connecteurs temporels.

19 D’après la biographie de Traill, à la mort de la mère de Heinrich, son père installe sa maîtresse dans la maison, ce qui amène la communauté à répudier la famille et à lui intenter un procès, pendant lequel il est privé de son salaire. Même si son père épousa plus tard sa maîtresse, comme leur relation hors-mariage, commencée du vivant de la mère, était connue, le père ne retrouva jamais une position honorable. Traill, op. cit. (n. 2), p. 16-17.

20 Le bateau est pris dans une tempête, que Schliemann décrit comme un ouragan, fait naufrage et les survivants échouent sur l’île de Texel. Cet épisode, raconté longuement et de façon romanesque, sera souvent évoqué par la suite, mais plus rapidement ; il est aussi rappelé au moment de la mort de Schliemann dans The Sunday News de Detroit, du 18 janvier 1891, qui dans un bref article intitulé “Dr. Schliemann as a Sailor Boy” présente le récit de cette aventure fait par le fils du pêcheur qui avait recueilli Schliemann sur l’île de Texel. D’après cette version, Schliemann serait resté plusieurs semaines sur l’île de Texel, où il aurait évoqué sa passion pour l’archéologie ; Schliemann aurait également gardé le contact avec la famille du pêcheur. GA, SC P, H, Box 3, Folder 4, 1/1 – 5/1/1891.

21 La suite du récit autobiographique correspond au journal de voyage aux États-Unis et en Amérique Latine, rédigé en anglais et en espagnol, où Schliemann raconte un des épisodes qu’il passera toujours sous silence par la suite, sa vie de banquier à San Francisco pendant la ruée vers l’or.

22 Il existe plusieurs traductions de ce texte. En allemand : “Vorrede”, Ithaka, der Peloponnes und Troja : Archäologische Forschungen, Leipzig, 1869 ; en anglais : “Autobiographical Notice of Dr. Henry Schliemann”, in Troy and its Remains: A narrative of Researches and Discoveries Made on the Site of Ilium, and in the Trojan Plain, London, John Murray, 1875 (edited by Philip Smith, B. A., and translated by Miss L. Dora Schmitz). Il s’agit de la version anglaise de Trojanische Atlterthümer. Bericht über die Ausgrabungen in Troja, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1874, où il fait le récit de ses campagnes à Troie, jusqu’à la découverte du trésor en 1873. Schliemann rédigea aussi des versions en latin et en grec : la version latine a été publiée par William Calder III, “Heinrich Schliemann : An unpublished Latin ‘Vita’”, CW 67, 1974, p. 272-282 ; la version grecque se trouve à l’université de Rostock (source : Calder III, art. cit. n. 12, p. 336).

23 Paris, 1867. La page de titre présente le prénom de Schliemann dans sa forme anglaise (Henry), et au-dessous de celui-ci se trouve la mention suivante : « (de Saint-Pétersbourg) ». Cet ouvrage ne contient aucune mention d’un quelconque intérêt de Schliemann pour la culture classique grecque ou les études scientifiques.

24 Je rappelle rapidement le calendrier de ses campagnes : 1870 : rapides fouilles à Troie ; 1871-1873 : 1re à 3e campagnes de fouilles à Troie ; 1873 : trouve le trésor de Priam ; 1876 : fouilles à Mycènes ; 1878-1879 : 4e et 5e campagnes à Troie (à partir de 1879 avec la collaboration de Virchow) ; 1880-1881 : fouilles à Orchomenos ; 1882 : fouilles à Troie (pour la première fois avec Wilhelm Dörpfed) ; 1884 : trace des plans pour excaver à Knossos (Crète) ; 1884-1885 : fouilles à Tirynthe ; 1886 : fouilles à Orchomenos ; 1888 : fouilles à Alexandrie ; 1890 : 7e campagne de fouilles à Troie.

25 Adolf Schliemann (1817-1872), un cousin d’Heinrich, qui était juriste à Rostock, s’est chargé des détails pratiques et matériels. Dans cette période, Schliemann apporte son aide à ce même cousin qui avait des dettes de jeu, ce dont atteste une lettre d’Heinrich, datée du 8 mai 1869 (Ernst Meyer [ed.], Briefwechsel, I, Berlin, 1953, p. 147). Le diplôme de doctorat porte la date du 27 avril 1869.

26 Troy and its Remains, op. cit. (n. 22).

27 Traill, op. cit. (n. 2), p. 201. Bien que Schliemann ait tenu à ce que les versions anglaise et allemande de Ilios paraissent simultanément, la version anglaise est considérée comme l’original. Schliemann chargea Sayce de revoir le manuscrit (contre rémunération), Philip Smith (qui avait édité Troy et Mycenea) a également revu le manuscrit, qui a été enrichi par leurs corrections, observations et commentaires. Schliemann demanda expressément que leurs noms n’apparaissent pas sur la couverture en tant qu’éditeurs. Voir Traill, op. cit. (n. 2), p. 196-215.

28 Trojanische Alterthümer, op. cit. (n. 22).

29 London, Printed by Nichols and Sons, 1875.

30 Austen Henry Layard, Esq. D. C. L., Nineveh and its Remains: with an account of a visit to the chaldean christians of Kurdistan, and the Yezidis or Devil-worshippers; and an enquiry into the manners and arts of the ancient assyrians, London, 1849. Layard publie en même temps, également chez Murray, un ouvrage avec des illustrations et autres documents, intitulé : The Monuments of Nineveh. Cet ensemble est sans doute le modèle de Schliemann pour Trojanische Althertümer, op. cit. (n. 22), où il publie séparément le récit et les illustrations et aussi parce que cette édition vise un public de spécialistes et de non-spécialistes.

31 Schliemann avait déjà publié chez Murray, Troy and its Remains, op. cit. (n. 22).

32 Murray avait aussi édité la théorie des couleurs de Goethe, l’ouvrage mentionné de Layard, les voyages de Livingstone, Darwin, et aussi Herman Melville.

33 La présence, le caractère abondant et la nature des notes en bas de page attestent ce souci de scientificité. Voir Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, Paris, 1998 [1995].

34 Cette question mériterait un plus ample développement, qu’on ne peut entreprendre ici par manque d’espace.

35 Handbook for Travellers in Greece, London, 1854 ; George Fergusson Bowen, Ithaka in 1850, London, 1851.

36 Au sujet du conflit qui opposa Schliemann à Frank Calvert, l’archéologue et consul aux Dardanelles, je renvoie à : Susan Heuck Allen, Finding the walls of Troy : Frank Calvert and Heinrich Schliemann at Hisarlik, Berkeley, 1999 ; Marcelle Schidkowski Robinson, Schliemann’s silent partner Frank Calvert (1828-1908), Pioneer, scholar and survivor, Philadelphia, 2006. Un bilan plus objectif est proposé par Wout Arentzen : “Frank Calvert, Henry Austen Layard and Heinrich Schliemann”, AS 51, 2001, p. 169-185.

37 Frank Calvert avait répondu aux attaques de Schliemann contenues dans Troy and its remains dans deux lettres publiés dans Athenaeum, les 7 et 14 nov. 1874, p. 610-611 et 643-644 respectivement. Schliemann réplique dans une lettre parue dans le supplément de The Guardian, le 31 Mars 1875, dans laquelle les termes restent vagues, il n’évoque qu’un intérêt de longue date (“The Homeric topography has, of course, always been of paramount interest to me. I thoroughly studied and re-studied it, and read over and over again all what had been written on the subject, long before I saw Mr. Calvert”).

38 D’après Meyer, l’origine de ses légendes est le livre de A. Niederhöffer, Mecklenburg’s Volkssagen, Leipzig, 1857-1864. Voir Meyer, Briefwechsel, I, op. cit. (n. 25), p. 297.

39 Sur l’histoire de l’archéologie voir l’ouvrage classique d’Alain Schnapp, La Conquête du passé : aux origines de l’archéologie, Paris, 1998 [1993].

40 La conférence de Schliemann devant la Société des Antiquaires de Londres (éditée sous le titre de The Site of the Homeric Troy) fut capitale pour la réception de son travail ; de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Gladstone, y assistèrent, tel que le montre une célèbre gravure du London News. En Angleterre, la discipline archéologique restait étroitement liée aux antiquaires et au monde de la diplomatie ; en Allemagne, en revanche, le degré de professionnalisation des sciences humaines et sociales était plus avancé, et la discipline évoluait déjà dans les universités. Cela explique l’importance que le soutien d’une personnalité comme Virchow a pu avoir pour Schliemann.

41 L’impact qu’a eu cette autobiographie sur ses contemporains est connu, et ne peut malheureusement pas faire l’objet d’une analyse plus détaillée ici.

42 On ne peut que spéculer sur les raisons qui amènent Schliemann à la placer sur le site ; lui-même affirmait que c’était pour lui créer une réputation scientifique. Néanmoins, on peut également signaler le caractère romanesque de l’épisode, sans oublier que l’enjeu archéologique est également important : la crédibilité des fouilles dépend des témoins, puisque la fouille détruit la preuve.

43 Il s’agit en réalité d’un ouvrage pour enfants : Die Weltgeschichte für Kinder, Nürnberg, 1833.

44 Ernest Renan, « Souvenirs d’enfance et de jeunesse » II : « Prière sur l’Acropole – Saint Renan – Mon oncle Pierre – Le bonhomme système – La petite Noémi », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1876.

45 Version française : Ma vie, Paris, 1956. Préface à la 1re édition par Sofia Schliemann. Préface à la 8e édition par Ernst Meyer (p. 9-10). Postface par Ernst Meyer, p. 173-185.

46 Voir : GA, SC P, H, Box 3. Folder 1, 27/12/1890 – 16/4/1891 (93 numbered clippings from Durrants Press), Folder 2, 23/11 – 24/12/1890, Folder 3, 27/12 – 31/12/1890, Folder 4, 1/1 – 5/1/1891.

47 Voir, pour un exemple, la gravure p. 34 d’Ilios, qui montre les fouilles de Troie en 1873 ; un personnage clairement identifiable comme étant Schliemann regarde le tout depuis une certaine hauteur.

48 Jacqueline Carroy, Nicole Edelmann, Annick Ohayon, Nathalie Richard, Les femmes dans les sciences de l’homme (XIXe -XXe siècles), Paris, 2005.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search