Version classiqueVersion mobile

Dossier : Éros en jeu

Dossier : Éros en jeu

Éros et le lion

Soulager les peines d’amour

Eros and the Lion. Healing the Pains of Love

Fabio Spadini

Résumé

Une série d’intailles et de monnaies d’époque romaine portent gravé le schéma iconographique d’Éros qui enlève une écharde de la patte d’un lion. Une inscription énigmatique en langue grecque accompagne l’image : marmaraouôth. Ces pierres gravées semblent indiquer une utilisation dans le domaine de la magie érotique tandis que sur les monnaies l’ensemble véhicule un message politique. Dans cet article nous proposons d’analyser chaque élément iconographique afin de déterminer si les gemmes étaient destinées à attirer un amoureux ou à guérir les douleurs causées par les flèches d’Éros.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Une série de monnaies et d’intailles d’époque romaine, serties en bague ou pendentif, portent gravé un lion souvent accompagné d’un attribut solaire, une couronne radiée ou un simple disque posé sur sa tête1. L’animal donne sa patte à un Éros ailé et agenouillé qui semble être en train de lui enlever une épine (fig. 1)2. L’écharde, dont la taille peut varier, est représentée encore fichée dans la patte de l’animal ou tenue dans la main du petit dieu (fig. 2)3. Le revers présente d’ordinaire une inscription magique en lettres grecques dont le sens est encore inconnu : marmaraouôth (μαρμαραουώθ)4.

Une des premières attestations du motif se trouve sur un jaspe jaune de la première moitié du ier siècle apr. J.-C. Il figure aussi sur les séries monétaires de Thrace frappées par les empereurs Caracalla (188-217 apr. J.-C.), Maximinus Ier (173-238 apr. J.-C.) et Maximus César (216-238 apr. J.-C.)5.

Fig. 1 : Jaspe jaune

Image

ier s. apr. J.-C. Berlin, Ägyptisches Museum 9872.

D’après Phil...

Auteur

Université de Fribourg

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search