Version classiqueVersion mobile

Dossier : Éros en jeu

Dossier : Éros en jeu

Athéna, Éros, Ulysse, Nausicaa, des lavoirs, un lion et une balle dans l’Odyssée

Athena, Eros, Odysseus, Nausicaa, Laundry at the Shore, a Lion and a Ball in the Odyssey

David Bouvier

Résumé

Cette étude relit le début du chant VI de l’Odyssée pour étudier la chorégraphie jouée par Nausicaa et ses suivantes qui rythment leur danse avec une balle. Si l’atmosphère érotique du passage est indéniable, il est important de relever l’absence du dieu Éros et d’éviter tout rapprochement trop rapide avec l’image de l’Éros au ballon que propose Anacréon dans le fr. 358 PMG. Après une revue critique de quelques études qui ont traité de ce thème, l’analyse s’attarde à relire la description de l’Odyssée pour interroger l’image du ballon emporté dans un tourbillon et la comparaison d’Ulysse avec un lion des montagnes. Le face à face de Nausicaa et d’Ulysse est un enjeu majeur du poème et le héros, observé par Athéna qui le teste, ne doit céder ni au désir érotique, ni à un instinct guerrier. Éros est absent de ce chant où il revient à Athéna d’avoir l’initiative et de dévier le lancer du ballon. Pour que le dieu de l’amour retrouve une balle dans la littérature épique, il faut attendre Apollonios de Rhodes et sa relecture de ce passage de l’Odyssée.

Entrées d'index

Mots clés :

balle, Éros, Ulysse, Nausicaa

Keywords :

ball, Eros, Odysseus, Nausicaa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Après dix ans d’attente, le retour d’Ulysse à Ithaque semble définitivement compromis. Aux dix années de guerre se sont ajoutées autant d’années d’errance. Le héros paie le prix fort de quelque faute commise à l’encontre des dieux. Colère de Poséidon bien sûr, mais pour un acte commis durant le périple du retour, lorsque, pour échapper à ce mangeur de chaire crue, Ulysse aveuglait le Cyclope, fils du dieu. Colère de Zeus aussi, dirigée contre les compagnons d’Ulysse qui ont commis le sacrilège de sacrifier les bœufs du Soleil. Il faut remonter plus haut. Comme l’a relevé Jenny Strauss Clay, l’Odyssée est également sous-tendue par une troisième colère, la moins évidente et la plus importante, celle d’Athéna, protectrice d’Ulysse certes, mais qui avait ses raisons de lui refuser sa protection durant les neuf premières années de son retour1.

Les personnages de l’Odyssée sont nombreux à rappeler la colère de la déesse, sans jamais pourtant expliciter sa cause. Au chant I, Phé...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search