Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Dossier : Des vases pour les Athéniens (vie-ive siècles avant notre ère)

Des vases plastiques attiques pour les Athéniens du ive siècle1

Violaine Jeammet

Résumé

Au sein de l’abondante production de vases plastiques fabriqués à Athènes au IVe siècle et largement diffusés dans le Bassin méditerranéen, trois catégories spécifiques semblent former une production propre aux besoins cultuels des Athéniens : il s’agit des vases plastiques en forme d’amande, des vases figurant un enfant (Dionysos et/ ou Éros), et des loutrophores à appliques féminines en haut relief. Ces catégories, et notamment la dernière, sont vraisemblablement l’un des jalons qui permettent d’expliquer l’éclosion et l’explosion de la production des figurines improprement appelées Tanagras au XIXe siècle. Les scènes mythologiques peintes sur les vases grecs – expression de la pensée grecque par excellence – sont sans doute devenues trop complexes pour être comprises par les « nouveaux » Grecs de la période hellénistique. Ceci explique le passage à la figuration d’êtres humains (surtout des femmes et des enfants) reflétant les croyances que chacun voulait leur donner.

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Marie-Christine Villanueva Puig pour son invitation à participer à cette Table (...)
  • 1 Le type montre sur l’avers une figurine moulée en plus ou moins haut relief combinée avec le revers (...)
  • 2 Violaine Jeammet, « Origine et diffusion des Tanagréennes », in Jeammet 2003, p. 120-129, ainsi que (...)

1Les vases plastiques1, catégorie intermédiaire entre la céramique et la coroplathie, constituent à n’en pas douter un ensemble fondamental pour la compréhension des ateliers artisanaux qui travaillent l’argile au IVe siècle av. J. -C. : ils permettent d’expliquer l’évolution qui mène des derniers vases à figures rouges, qui ont fait la gloire d’Athènes, aux figurines en argile dont la production va subitement exploser dans le dernier tiers de ce siècle et connaître par là-même une diffusion sans précédent. Ces figurines produites en masse, que le XIXe siècle se plaira à appeler « Tanagras », sont en réalité et avant tout des statuettes créées à Athènes vers 340-330 av. J. -C. en réponse à de nouveaux impératifs techniques et thématiques afin de satisfaire des besoins locaux, qui vont in fine largement dépasser le strict cadre d’Athènes : le type se diffusera très rapidement et pendant plus d’un siècle dans tout le Bassin méditerranéen2. Il est ainsi légitime de présenter cette catégorie artisanale précurseur des Tanagras dans le cadre de cette Table ronde sur la réalité d’une production réalisée à Athènes pour les Athéniens.

  • 3 Selon l’heureuse expression de Maria Trumpf-Lyritzaki, reprise par Eleen Reeder Williams.

2La production de vases dits plastiques regroupe en réalité plusieurs types d’objets qui se définissent d’après leurs techniques, selon l’utilisation ou non d’un moule et leur rendu dans l’espace : on distingue le vase à reliefs (simple décor de barbotine), le vase à plaquettes et appliques (reliefs modelés et reliefs moulés) et enfin le vase-figurine3.

  • 4 Reeder-Williams 1978, p. 364-366, n° 1, 24, 34, 47, 49.
  • 5 Inv. CA 1131 « Atelier du groupe de Berlin », provenance : Attique. Cf. Jeammet 2010 cat. 43, et da (...)
  • 6 La dorure semble être une spécificité attique sur les vases plastiques, Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 1 (...)
  • 7 Voir par exemple le vase figurine attique, Museum of Fine Arts, Boston, inv. 26.60.64 : Éros au thu (...)

3Selon l’évolution repérée par Eleen Reeder Williams dans son étude des vases plastiques de l’Agora4, les exemplaires, d’abord de petites dimensions et en bas-relief, croissent en taille et complexité dès le second quart du IVe siècle, suivant en quelque sorte l’évolution des stèles funéraires : adjonction d’attributs et de rosettes, variation dans les coiffures et les drapés viennent modifier des types qui apparaissaient sous des formes plus simples auparavant tandis que les artisans jouent sur les moules pour diversifier encore la production. Certaines de ces œuvres deviennent des petits chefs-d’œuvre aux coloris chatoyants, voire exubérants comme devait être à l’origine le vase-figurine du Louvre, Léda et le cygne (fig. 1a-b). La qualité sculpturale amplifiée encore par la magnificence de la polychromie – au moins huit tons ont été repérés sur cet exemplaire dont notamment l’importante plage verte5 révélant un vert de cuivre – et par la profusion de l’or6, dont les feuilles venaient recouvrir chacune des rosettes comme les chevelures de la Léda et de l’Éros, faisait évidemment de ces vases une production de luxe. Le changement semblerait s’amorcer durant le troisième quart du siècle où l’on constate, d’après Eleen Reeder Williams, une baisse de la production parallèlement à l’apparition de thèmes nouveaux (danseuses au manteau, papposilène) et l’ajout fréquent d’abattis modelés pour des dimensions croissantes ; la projection des membres dans l’espace oblige alors parfois à suspendre l’objet, alors qu’il reposait auparavant sur une base ronde ou rectangulaire à la manière d’un ustensile, et le vase paraît perdre sa fonction de contenant, ce qui est confirmé par l’occlusion fréquente de l’embouchure7. Le vase-figurine devient figurine à part entière concurremment à l’émergence de nouvelles figurines en ronde-bosse, notable tant par leur abondance que par leur diversité thématique (Prétanagréennes v. 350 av. J. -C., Tanagrénnes v. 340-300 av. J. -C., voir note 2).

  • 8 Sur cette dernière typologie, voir infra.
  • 9 Zervoudaki 1968 p. 76.
  • 10 Malgré semble-t-il une faible renaissance aux IIIe et IIe siècles (ou persistance ?) Reeder William (...)

4Parallèlement à cette production réalisée à Athènes, et au sein sans doute des mêmes ateliers, des appliques en plus ou moins haut relief sont utilisées pour être collées sur des vases aux formes diverses : lécythes puis choès, et pour les grands vases amphores, lebétès, cratères puis, à la fin de la période, loutrophores dont on a retrouvé des fragments sur la Pnyx, l’Agora, au Céramique et sur la pente sud de l’Acropole8. Le relief envahit alors la surface convexe et vient l’habiter allant jusqu’à nuire, comme le remarquait Zervoudaki9, à la construction architectonique du vase et à son unité formelle, conduisant sans doute à la quasi-disparition de cette typologie à la fin du IVe siècle10.

  • 11 . Voir récemment, avec la bibliographie antérieure, True 2006, p. 240-249 et Williams 2008, p. 162.
  • 12 . Jeammet, Knecht, Pagès-Camagna 2007, p. 201-202.
  • 13 . Lapatin 2006, p. 318-326.
  • 14 . Zervoudaki 1968 : Les vases les plus exportés sont des lécythes et des vases d’une certaine taill (...)
  • 15 Besques 1978 et Jeammet 2003, p. 128-129.
  • 16 Mais aussi Le Pirée (Artémision/tombes), Rhamnonte, Brauron (cf. Leon Mitsopoulou à paraître), Béot (...)

5Dans le courant du siècle, Athènes porte ainsi la technique du vase plastique, connue depuis l’époque archaïque11, à son point de perfection tant sculpturale que picturale. Cette expérience conjugue en effet les talents du sculpteur (auteur du modèle sur lequel sera pris le moule, et ce n’est pas ce qui manquait au pied du Parthénon), du coroplathe (fabricant de figurines) ainsi que du potier, et, enfin, du peintre – si l’on considère qu’il faille distinguer ces deux dernières catégories12, qui, tous actifs sur l’Agora et se côtoyant, se regardaient mutuellement pour mieux diversifier leurs productions. Parallèle à l’abondante production des vases polychromes dits de Kertch, qui utilisent les mêmes procédés picturaux13, cette effervescence artistique n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle qui avait permis l’apparition ou l’expérimentation de techniques nouvelles au VIe siècle, avec la technique de Six, le rouge corail, les fonds blancs, etc. Néanmoins le climat politique et économique, en cette période post-parthénonienne, est très différent. Bien qu’ayant regagné son indépendance politique, Athènes a perdu sa prééminence. Après l’épidémie de fièvre typhoïde, le désastre final en 405 de l’écrasement de la flotte athénienne à Aigos Potamos par Lysandre, les certitudes des Athéniens, dont la puissance s’affirmait dans les constructions grandioses de Périclès sur l’Acropole, s’effondrent. La cité reste cependant encore maîtresse du jeu artistique : c’est encore là que sont les grands artistes à la suite de l’immense chantier du Parthénon et elle continue, durant la seconde confédération athénienne (378-355), à exporter ses produits à travers la Méditerranée et sur les rivages de la mer Noire, tandis que sur les marchés autrefois acquis de l’Italie du Sud (en particulier de l’Apulie), de la Sicile et de l’Étrurie, elle se heurte à une production locale nouvelle qui prend le relais. En effet, une part importante, peut-être la plus luxueuse, de la production des vases plastiques fabriqués à Athènes, suivant celle des vases de Kertch, est destinée à la clientèle du Bosphore, surtout et massivement à partir de 350, à un moment où le marché italien est perdu14. Cette production suit donc logiquement les mêmes circuits commerciaux que les vases à figures rouges15 et, outre le Bosphore, tout en semblant avoir aussi une diffusion intéressante en Attique, connaît un développement tout à fait particulier à Olynthe16. Pourtant certaines catégories typologiques et iconographiques, liées à une fonction cultuelle particulière, semblent bien avoir été réservées aux Athéniens.

  • 17 Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 80, où l’auteur pointe la difficulté à comprendre la fonction en raison d (...)

6Premier constat, l’usage du vase plastique au IVe siècle à Athènes diffère de son utilisation au siècle précédent qui était plus spécifiquement centrée sur le banquet : il reprend la fonction préférentielle qui était la sienne à l’époque archaïque, à savoir celle d’un récipient pour l’huile et les onguents à destination dorénavant apparemment surtout votive17. Il emprunte alors majoritairement la forme du lécythe aryballisque avec des dimensions moyennes d’environ quinze à vingt centimètres, même si le vase à vin n’est pas oublié autour du thème très représenté de Dionysos, très certainement en rapport avec la fête des Anthestéries.

  • 18 Reeder Williams 1978, p. 366 n. 46. Sur le lien entre le sanctuaire de Numphê et celui d’Aphrodite (...)
  • 19 Archaeological promenades around the Acropolis (7. Hills of Philipappos-Pnyx-Nymphs), 2004 ; Hesper (...)
  • 20 Reeder Williams 1978, p. 358.
  • 21 Voir la bibliographie donnée par Monaco, 2000 et pour les informations les plus récentes, il faudra (...)
  • 22 Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 106.
  • 23 Par ex. AE 1958, pl. 3b.

7Dans l’état actuel de nos connaissances, les principaux lieux de découverte de cette catégorie de vases à Athènes sont, d’une part, les pentes de l’Acropole : sur le flanc nord en contrebas de ce qui doit être le sanctuaire d’Aphrodite et Éros, au flanc sud sous le pyrgos d’Athèna Niké en lien avec le très controversé sanctuaire d’Aphrodite Pandémos18, et d’autre part, la colline de la Pnyx (où sont également localisés quelques sanctuaires, dont l’un consacré aux Nymphes et un autre, découvert en 2001, à Pan)19, ainsi que l’Aréopage20. Divers dépôts ont été localisés également sur l’Agora21, au Céramique (plusieurs des exemplaires ont été trouvés dans des remblais et dans des tombes)22 ; sont enfin attestées quelques trouvailles sporadiques dans les tombes de Syndagma23, témoignant d’une pratique sans doute beaucoup plus fréquente que ne le laissent supposer les découvertes archéologiques actuelles menées dans la capitale.

  • 24 Des scènes d’enfants appliquées sur les choès en rapport avec les Anthestéries sont également illus (...)
  • 25 Cf. Pirenne-Delforge 1994, p. 450 et 453 sur l’association d’Aphrodite et Niké (Aphrodite Niképhoro (...)
  • 26 Reeder Williams 1978, p. 367, n. 55. Elle souligne, p. 368-369, l’absence sur l’Agora de certains t (...)

8D’un point de vue iconographique d’autre part, si les représentations mythologiques dominent en Grèce24 (alors que l’on trouvera plutôt les représentations divines en Russie méridionale, les combats d’animaux et d’Amazones en Italie avec Gorgôneia et masques de Dionysos), la prédilection pour la triade Aphrodite, Éros et Dionysos est manifeste, et confirme également dans ce domaine dit mineur l’importance de ces divinités à l’époque. Mais si les représentations de Dionysos vont essentiellement orner des vases à embouchure trilobée, tandis que celles d’Aphrodite et Éros – auxquelles on joindra la figure de Niké25 – figurent sur des lécythes, confirmant ainsi l’adéquation entre forme et usage, cette distinction se perd dans la seconde moitié du IVe siècle : l’indifférence à l’égard du choix de l’embouchure correspond pour Eleen Reeder Williams à la perte de fonction du vase tout en mettant en évidence la communauté renforcée entre les deux dieux26.

9Finalement trois types de vases plastiques fabriqués à Athènes nous semblent être propres aux coutumes et aux croyances des citoyens athéniens du IVe siècle.

  • 27 Zervoudaki 1968, p. 57, rattache ce type de vase à un atelier de vases-coquillages dont la producti (...)
  • 28 Reeder Williams 1978, p. 377, cat. 66 et un tirage fragmentaire cat. 65 ; Nicholls 1995, n° 72. Un (...)
  • 29 Inv. L 127, Jeammet 2010, cat. 40.
  • 30 E 241, reproduite par ex. dans Kaltsas, Shapiro 2008, p. 246, fig. 3. Comparer aussi dans le même c (...)

10Ce sont d’abord les vases en forme d’amande qui semblent presque exclusivement réservés à la Grèce et plus précisément à Athènes27. Selon un jeu sur le contenu et le contenant, ces vases, lécythe ou amphorisque, voire forme combinant les deux, contenaient de l’huile d’amande parfumée, si chère qu’il s’agissait toujours de vases miniatures offerts en ex-voto. La classe semble apparaître vers 400 pour disparaître vers 300 et se caractérise le plus souvent par un décor de simple piquetage – destiné à reproduire la peau de l’amande – réalisé à la pointe sur le modèle (ils apparaissent donc également en négatif sur les tirages), et dont un fragment de moule a été trouvé sur l’Agora28. L’amphoriskos du Louvre (fig. 2)29, quant à lui, se distingue par son exceptionnel décor d’appliques sur la surface piquetée : il révèle sur une face une danseuse voilée et sur l’autre une joueuse de crotales, dont la tête rejetée vers l’arrière reprend le schéma classique de la Ménade associant ainsi peut-être les figures à l’univers dionysiaque, tandis que la forme (lécythe) et le contenu (parfum) les rapprochent d’Aphrodite. À l’appui de cette dernière hypothèse peut être convoquée l’hydrie du British Museum du Groupe d’Apollonia30 dont l’iconographie est clairement en rapport avec la fête des Adonies, comme l’indiquent la présence de l’échelle sur laquelle figureraient Aphrodite et l’amphore brisée : on y retrouve l’association d’une danseuse au visage voilé et d’une danseuse aux crotales ainsi que la proximité des attitudes.

  • 31 Sur le motif de l’enfant portant une grappe de raisins, voir Mathieux à paraître.
  • 32 Entre autres Trumpf-Lyritzaki 1969, FV 230-242 ; Reeder Williams 1978 n° 25 (qui cite aussi des exe (...)
  • 33 Musée national d’Athènes, inv. 2042, British Museum dans Higgins 1959, n° 1710 et 1711 : Dionysos t (...)
  • 34 Daraki 1985, p. 104, qui rappelle aussi que, selon Pindare, Dionysos, dieu agraire, était le parèdr (...)
  • 35 L’exemplaire du Louvre (inv. L 122, Jeammet 2010, cat. 41) qui offre une balle de la main droite, n (...)
  • 36 Inv. CA 241 H. 13, 5 ; L. 7 cm. Jeammet 2010, cat. 42.

11La deuxième catégorie est formée de vases plastiques figurant un enfant, assimilé à Dionysos ou à Éros. Souvent encadrés ou couronnés de feuilles de lierre, voire d’une stephanê ou d’une tainia, parfois debout, le plus fréquemment représentés un genou en terre l’autre levé, à la manière des temple-boys, ces enfants portent divers attributs comme des grappes de raisins31, que l’on retrouve également comme ornements de la grotte devant laquelle ils se tiennent, et/ou des oenochoés, des gâteaux (“omphalos cake”), qui font penser évidemment, de même que l’attitude, aux enfants figurés sur les choès des Anthestéries ; ce rapprochement est renforcé par le port fréquent d’amulettes également figurées sur les enfants de ces petits vases32. Seule la corne d’abondance, que l’on trouve parfois tenue par le petit Dionysos33, n’apparaît pas sur les choès et semble être propre à cette typologie ; elle pourrait être une allusion à l’aspect nourricier de Dionysos, représenté au même âge que les enfants fêtés ce deuxième jour des Anthestéries, sorte d’allégorie/métonymie du « banquet d’abondance »34. La contamination du schéma ou l’ambiguïté fondamentale du dieu Dionysos qui met souvent ses pas dans ceux d’Aphrodite donnent naissance à une série limitée de vases où l’enfant, jusqu’alors plus ou moins assimilé au petit Dionysos, à présent muni d’ailes et de divers attributs devient clairement Éros35, voire à des représentations plus problématiques comme cet enfant – Éros ? – accompagné d’un chien, assis sur une base (autrefois rouge et bleue en partie médiane) d’où émerge une tête qui semblerait être une oie, tandis que le voile gonflé (?) devant lequel se tient le jeune garçon est orné de feuilles de lierre vertes qui, à la manière d’une guirlande, partent de la stephanê et ornent sa tête36 (fig. 3).

  • 37 Zervoudaki 1968, p. 59. En dehors des exemplaires de l’Acropole, citons ceux du Céramique (bâtiment (...)
  • 38 Fouilles entre 1955 et 1959 par Miltiadis, dernièrement sur le temple lui-même Brouskari 2002, p. 3 (...)
  • 39 Kyrkou 2011 ; Andreou sous presse ; Jeammet sous presse.
  • 40 Kyrkou 2003.
  • 41 Inv. 01.7816, Museum of Fine Arts, Boston.
  • 42 Jeammet 2010, cat. 91 et p. 118-119 pour le motif de l’Herculanaise, et pour le motif des plis croi (...)
  • 43 Pasquier, Martinez 2007, fig. 69-70 et cat. 77.

12La dernière catégorie de matériel qui paraît spécifique à Athènes concerne les appliques en très haut relief plaquées sur des vases très vraisemblablement cérémoniels créés en nombre limité d’exemplaires dans la seconde moitié du IVe siècle37, et en particulier celles qui ornent les « loutrophores-hydries » découvertes sur la pente sud de l’Acropole en contrebas de l’odéon d’Hérode Atticus38. Il s’agit, comme l’atteste une stèle inscrite, de l’ancien Sanctuaire à ciel ouvert consacré à Numphê. Le matériel très abondant qui y a été découvert et pour l’instant, à l’exception des vases à figures noires, resté en grande partie inédit39, s’échelonne entre le VIIe siècle av. J. -C. et le IIe siècle av. J. -C. et comprend essentiellement de la céramique (en particulier les loutrophores utilisées pour les cérémonies nuptiales) mais aussi des figurines. Outre les protomés40 et les femmes assises, caractéristiques de la période archaïque, a été exhumée une petite quarantaine d’exemplaires figurant très majoritairement des femmes debout ou assises, dont les archétypes doivent être rapprochés des femmes drapées que l’on trouve, dans le sillage des recherches lysippiques, en grande sculpture et sur les stèles funéraires contemporaines, dont elles adoptent d’ailleurs le même haut-relief. Obtenues au moyen d’un moule univalve, ces figurines sont destinées à être appliquées sur la surface du vase, tels que seulement deux fragments nous en ont conservé l’usage (fig. 4 a-b). Il s’agit majoritairement de femmes qui adoptent le schéma tanagréen, voilées ou non, généralement enveloppées dans leurs manteaux, parfois porteuses de miroirs ou pyxides, parmi lesquelles figurent, fait rare, deux hommes, les fiancés comme le suggère le port de la couronne qui ceint leurs têtes, contrepartie plastique aux quelques fiancés que l’on trouve peints sur les loutrophores à figures rouges déposées dans ce sanctuaire. En confrontant les œuvres de petite et grande plastique, il apparaît nettement que les figurines-appliques et figurines tridimensionnelles dites Tanagras adoptent les mêmes schémas iconographiques que leurs archétypes sculpturaux et que ces deux typologies d’objets sont tirées des mêmes moules ou moules de mêmes séries. La figure du fiancé trouve ainsi une contrepartie intéressante dans un jeune homme au strigile du Museum of Fine Arts de Boston41, tandis que les appliques féminines (fig. 5 a-b) montrent des schémas qui sont de véritables leit-motiv parmi les figurines tanagréennes, telle que la femme étroitement drapée dans un himation aux plis croisés ou le motif de l’himation porté en voile et plus lâchement posé sur les épaules que l’on retrouve sur les copies de la Grande Herculanaise42. Car il est bien évident que nombre de ces prototypes, qui sont à l’origine des séries de moules et de tirages, dépendent des archétypes sculpturaux créés notamment par Praxitèle et dans son entourage43.

  • 44 Technique de collage apparemment aussi habituelle sur les figurines et fréquemment attestée (cf. Je (...)
  • 45 Les traitements de surface repérés, lors d’un rapide survol de l’ensemble en présence de Marô Kyrko (...)
  • 46 Voir pour une récente synthèse Camp 2001, et pour les ateliers Monaco 2000 et 2012, p. 169-171 ; He (...)
  • 47 En l’occurrence pour cette finalité précise des ablutions de la fiancée avant son mariage ? La mani (...)
  • 48 Besques 1986, D 4090 à D 1405, pl. 133-151 qui en fait d’ailleurs une production locale très caract (...)
  • 49 Barr-Sharrar 2008.
  • 50 Zervoudaki 1968, p. 60.

13Quant à la technique de fabrication, elle ressortit à la fois au vase et à la figurine. Le vase, traditionnellement tourné, était ensuite rehaussé de figurines tirées d’un moule univalve pour le corps et la tête (celle-ci en ronde-bosse montre un revers modelé) auxquels divers abattis pouvaient être ajoutés : bras, jambes ou attributs (miroirs, pyxides) et éléments de coiffe (couronne, voile). Ces figures en haut-relief, dont la suture est particulièrement épaisse (le joint pouvait être ponctuellement épaissi d’un bourrelet supplémentaire), étaient ensuite collées sur la surface du vase, dont elles adoptaient la convexité, grâce à la barbotine44 qui a viré au noir après la cuisson oxydoréductrice propre à la céramique. Le décor peint au revers du vase montre des palmettes pour le moins négligées en figures noires, fait surprenant pour les vases de cette époque dont le revers est décoré de palmettes en figures rouges quand il n’est pas simplement en vernis noir pour nombre de vases plastiques, ce qui pose également la question de l’identité de l’artisan : l’aide du peintre, le coroplathe lui-même ? Les figurines en haut-relief recevaient enfin les couleurs posées sur la préparation blanche, voire la dorure45, après la cuisson, selon le principe qui régit également la céramique à polychromie mate. Proximité iconographique et combinaison de techniques (tournage du vase, moulage de la figurine, peinture puis mise en couleurs après la cuisson) sont des témoignages supplémentaires de l’imbrication des artisans sur l’Agora46 qui conjuguaient ainsi leurs expériences et leurs savoir-faire, voire n’hésitaient pas, en s’inspirant d’autres techniques mais aussi en se copiant dans une atmosphère d’émulation stimulante qui est le propre du génie grec, à tenter certaines expérimentations dans des matériaux divers47. Cette étonnante catégorie, en effet, n’est pas sans faire penser aux vases à reliefs tarentins dont l’exubérance baroque a tant séduit les indigènes et en particulier la notabilité canosine dès le dernier tiers du IVe siècle48 mais aussi bien sûr au cratère de Dervéni49, l’unique rescapé de cette sorte dans la production toreutique qui devait compter de nombreux autres exemplaires et dont la disparition nous prive d’un important chaînon dans la démonstration. Avec ces figures en quasi ronde-bosse (et par là-mêmes vouées à devenir indépendantes ?) plaquées sur les loutrophores, disparaît cette catégorie de vases à appliques qui fut jusqu’au milieu du siècle l’une des expressions spécifiques des ateliers athéniens, et dont la production à partir de 350, exportée et copiée dans tout le monde grec, sera plus directement orientée vers le Bosphore50. Toujours est-il que ces figurines-appliques, réalisées sur l’Agora d’Athènes pour les futurs mariés athéniens puis déposées en ex-voto dans le Sanctuaire de Numphê au pied de l’Acropole, sont un témoignage supplémentaire, s’il en était besoin, de l’origine athénienne de ce style « tanagréen » qui émerge dans la seconde moitié du IVe siècle et qui connaîtra dès l’Antiquité la fortune qu’on l’on connaît.

14Outre ces catégories spécifiques qui renvoient à des usages codifiés propres aux Athéniens, il importe de souligner que certaines thématiques apparemment banales inaugurées sur les vases plastiques, telles que la danseuse, l’enfant et surtout la femme drapée, vont précisément devenir des thèmes privilégiés de la coroplathie hellénistique. C’est le cas des vases à appliques en haut-relief que nous venons de voir, et tout particulièrement les ex-voto du Sanctuaire de Numphê, mais il est d’autres témoignages représentatifs de ce passage du vase à la figurine, que l’on peut suivre notamment avec le mobilier d’une tombe d’enfant du Céramique du début du IVe siècle qui se révèle exemplaire tant sur le plan iconographique (divinités ou êtres humains ?) et technique (transformation d’appliques en figurines), que dans la fonction (d’ex-voto de sanctuaires à des offrandes funéraires).

  • 51 Céramique inv. hS 264. L’ensemble du matériel (treize figurines et non pas onze) est dispersé dans (...)
  • 52 Violaine Jeammet, « Naissance et diffusion des Tanagréennes », in Jeammet 2003, p. 121-125 et note (...)

15En 1962 fut découvert au nord de la voie Sacrée une tombe à tuiles d’enfant. Son mobilier (fig. 6)51, daté vers 380-370 à partir de l’étude stylistique du vase figuré52 mais aussi des têtes, identiques à celles des vases plastiques contemporains, se révèle particulièrement riche : outre des vases à parfums (trois lécythes dont l’un figurant les têtes d’Hermès et d’Aphrodite en face à face) et un biberon, il comprend deux figures satyriques musiciennes (Pan et un silène) avec une petite femme nue accroupie (du type « Baubô »), trois femmes trônant de qualité médiocre mais d’une typologie traditionnelle et conforme notamment au mobilier féminin du Ve siècle, et un ensemble de statuettes, en revanche, tout à fait novateur et inhabituel. Sur le plan symbolique, il apparaît clair que l’ensemble du mobilier était destiné à assurer à cet enfant la protection de tout un cortège de divinités ou figurations à connotation apotropaïque. S’y côtoyaient ainsi diverses divinités et/ou prêtresses ainsi que des participantes au culte telle que la péplophore avec phiale et thumiatêrion (qui suit un type iconographique traditionnellement utilisé à cette époque pour représenter Niké), la danseuse et enfin une courotrophe. Nous retrouvons ainsi réunis là tous les éléments de reconnaissance d’une mors immatura suggérant ainsi l’identification de l’enfant à une fillette : le mariage, telos de la condition féminine, serait ainsi évoqué dans la tombe (si l’on accrédite cette interprétation iconographique), tant par la typologie du matériel (vases à parfums et biberon), l’iconographie (femmes trônant, grotesques, courotrophe et danseuse) que par l’invocation de certaines divinités (Apollon et Aphrodite [?], Cybèle) qui achèvent d’installer l’ensemble dans un contexte religieux, marqué par l’autel figuré pour Apollon et la danseuse, encore renforcé par l’évocation de la musique, de la danse et des parfums.

  • 53 Voir n. 59. Sur le thumiatêrion, voir Massar 2008.
  • 54 Cf. relief avec la procession d’Érotes provenant de la pente nord de l’Acropole, sanctuaire d’Aphro (...)
  • 55 La magnifique péplophore du musée du Cinquantenaire de Bruxelles (inv. A 892), d’une génération ant (...)
  • 56 Inv. 2076, dite provenir de Cyrénaïque, H. 21,5 cm (avec base et embouchure du lécythe), traces de (...)
  • 57 L 118 (MNC 630). H. totale 22 cm, 12,8 cm sans la tête (qui ne lui appartient pas mais qui est bien (...)
  • 58 Voir supra note 25.
  • 59 Vierneisel-Schlörb 1997, n° 139, p. 46 (inv. T 39). La figure sans la base et la stephanê mesure 13 (...)

16Sur le plan de l’évolution technico-iconographique, deux des statuettes (toutes moulées simplement sur l’avers comme le montrent les revers plats, simples plaquettes faites à la main munies d’un évent) se révèlent particulièrement intéressantes. La péplophore au thumiatêrion53 (instrument que l’on voit de manière récurrente dans les scènes de mariage contemporaines) et à la phiale, deux attributs par ailleurs fréquemment liés à Éros sur les vases plastiques et autres documents iconographiques54, est aisément comparable à une série de figurines-vases que l’on peut suivre au moins sur deux générations55 : une Niké avec phiale du Musée national d’Athènes56 et un exemplaire du Louvre57 puis en deuxième génération la statuette de la tombe tirée d’un moule identique ou parallèle pour l’avers, la haute base quadrangulaire soulignée de deux lignes parallèles ocre rouge foncé venant remplacer la bobine initiale du vase (fig. 7 a-c). Outre l’évidente réminiscence stylistique aux Caryatides de l’Érechthéion et à la balustrade d’Athéna Niké, cette transformation typologique nous fait également glisser sur le plan iconographique de la Niké, thème fréquemment rencontré à cette époque et qui renvoie à la fois au contexte troublé de l’époque mais aussi à la valeur positive du mariage58, à la simple servante du culte, comme l’exprimait déjà Vierneisel-Schlörb59.

  • 60 Vierneisel-Schlörb 1997, n° 142, p. 47 (inv. T 41) H. : 16,8 cm.
  • 61 Saint-Pétersbourg (inv. T. 1852.50), H. 22,8 cm (y compris l’anse du lécythe), cf. Trofimova 2007, (...)
  • 62 Inv. CA 462, don Cavalier, trouvée en avant des Propylées à Athènes. H. 21 cm ; Jeammet 2003, cat. (...)

17Même phénomène de transmutation avec la danseuse jouant des crotales60. Le rapprochement avec le vase-figurine du musée de l’Hermitage (fig. 8 a-b)61 trouvé à Taman, dans les environs de Kertch, montre bien, malgré quelques différences qui n’interfèrent pas sur le moule (ailes, polos fleuri, position du bras droit), l’identité, à une génération près, des deux schémas : elle est sensible tant dans le croisement de la jambe gauche devant la droite avec l’effet de tridimensionnalité encore accentuée par le positionnement trois-quarts de l’autel, que dans l’élégance du traitement des plis de l’himation rejetés vers l’arrière. Cette position très particulière du croisement des jambes, qui conditionne à l’évidence un pas de danse et qui entraîne dans son sillage le bouillonnement des plis, le drapé collant au corps, l’attitude générale, enfin, se retrouvent, sans être pour autant identiques (drapé, tête, position des bras), sur l’une des plus belles figurines de cette époque. Travaillée sur l’avers comme sur le revers, la danseuse dite Titeux du musée du Louvre, une nymphe sans doute62, dont le prototype a été ciselé par un véritable sculpteur peut-être pour une sculpture de grandes dimensions, entérine définitivement le passage à la troisième dimension. C’est en effet l’une des premières œuvres, dans le deuxième quart du IVe siècle et précédée de peu par les acteurs de la Comédie Moyenne, à être réalisée au moyen du moule bivalve, qui, depuis les figurines ioniennes du courant du VIe siècle, avait été négligé par les coroplathes.

  • 63 Divers indices ont fait proposer le périmètre d’Artémis Brauronia sans certitude néanmoins, cf. Jea (...)
  • 64 Musée de l’Acropole. Inv. 12844, H. 12,8, l. 7 cm.
  • 65 Kassab Tezgör 2007, p. 292-294. La primeur de ce type « tanagréen » est également attestée par son (...)
  • 66 Inv. MNB 576, H. 23,2 cm, l. 8,4 cm, trouvée à Tanagra, cf. Jeammet 2003, cat. 131. Les analyses ph (...)
  • 67 Inv. Cp 5281, H. 5 cm, l. 3,67 cm ; voir n. 63 et Jeammet 2010 cat. 70.
  • 68 Inv. MNB 1156, Jeammet 2010, cat. 59, l. 3,70 cm à la taille.

18Cette même démonstration peut également s’appliquer, me semble-t-il, aux appliques à reliefs, celles du Sanctuaire de Numphê tout particulièrement, mais aussi à certaines figurines de l’Acropole, deux au moins, qui n’avaient jamais été jusqu’à présent regardées sous cet angle. Un nombre relativement important de figurines datées du IVe siècle ont en effet été retrouvées sur le rocher sacré sans aucune précision, hélas, sur leur localisation précise63. Ils correspondent pour la grande majorité à des types tanagréens dont un avers de femme drapée64 (fig. 9a) qui appartient, comme l’a bien démontré Dominique Kassab Tezgör65 au premier ou l’un de ces premiers types, dont le style s’élabore alors à Athènes. Divers contextes athéniens ont mis au jour des spécimens (sur l’Agora en particulier comme sur l’Acropole) de ce type de femme drapée avec un himation à bord droit porté court, type immédiatement exporté en Béotie comme l’atteste le magnifique exemplaire conservé au Louvre66 aux dimensions équivalentes. Le torse de l’Acropole montre l’absence totale d’arrachement sur les sutures (fig. 9b), prouvant ainsi qu’il n’a jamais reçu de revers et étonne par son profil incurvé vers l’avant : ces deux indices techniques pourraient peut-être se comprendre comme ceux d’une applique de vase qui n’aurait jamais connu sa destination finale... Autre type tanagréen trouvé sur l’Acropole, mais cette fois conservé au Louvre, ce minuscule torse qui se signale par les mêmes caractéristiques techniques que l’applique précédente et par sa grande qualité sculpturale67 (fig. 10a) : la finesse des plis et leur acuité rappelle le travail du bronze et parle pour un prototype de grande qualité. Ce fragment m’avait d’emblée frappée par l’extrême minceur de la paroi, exceptionnelle pour cette série de figurines de la collection Campana trouvées sur l’Acropole, qui se caractérise par des parois plutôt épaisses ; je me demande finalement si, comme le précédent il n’appartiendrait pas à la typologie des appliques. Il correspond en tout cas en tous points à cette figure thébaine de femme saisie en marche, qui a serré l’himation autour du buste pour ne pas entraver son mouvement68 (fig. 10b). Ce parallèle prouve là encore la diffusion immédiate des types/moules par les artisans.

19Ces différents exemplaires, qu’il est difficile de dater relativement les uns par rapport aux autres, suggèrent en tout cas une utilisation de moules identiques par des artisans qui étaient peut-être aussi les mêmes à réaliser des vases plastiques ou des figurines.

20La mise en exergue d’une production faite pour les Athéniens du IVe siècle permet ainsi d’éclairer différemment des pratiques rituelles que seuls ces vestiges nous font connaître.

  • 69 Habicht [München, 1995] 2000 p. 74 sq. ; Lönnqvist 1997 p. 152-153 ; Burr-Thompson 1984, p. 37.

21Ces pratiques, mais aussi et surtout le désintérêt pour les vases à figures rouges alors que l’émulation artistique dans les ateliers de l’Agora est manifeste, ont permis durant le dernier tiers de ce siècle l’apparition puis l’éclosion de figurines, remarquables par la nouveauté de leur thématique et de leur technique, éclosion amorcée par les vases plastiques et également favorisée par les nouvelles lois somptuaires de Démétrios de Phalère, sans doute vers 317-31669 ; fait d’autant plus surprenant que ce succès, nous venons de le constater, a tourné autour de thèmes apparemment aussi banals que la représentation de l’enfant et de la femme drapée. Or c’est précisément leur banalité qui permet à ces figures de prendre un sens in fine, en fonction du contexte précis auquel elles sont destinées, expliquant ainsi sans doute qu’elles soient devenues une cible privilégiée pour les lointains clients des Athéniens, pour qui les scènes mythologiques grecques figurées auparavant sur les vases devenaient peut-être trop difficiles à comprendre, parce que trop référentielles.

22Cette mutation se fait par le truchement des figurines-vases, transition obligée entre une iconographie peinte sur un support-contenant vers une image indépendante sans fonction utilitaire à proprement parler mais vecteur de l’idéal grec et évidemment plus aisément transportable que le marbre ou plus abordable que le bronze. La question n’est peut-être plus alors de savoir quelle est la production faite pour les Athéniens puisque c’est précisément et toujours, depuis la figure noire, parce qu’il s’agit d’une production typiquement attique, donc typiquement grecque, qu’elle est exportée.

23Voilà qui nous montre à quel point cet idéal à la fin de l’époque classique et à l’aube de la période hellénistique est encore symbolisé par sa production artistique d’une qualité toujours exceptionnelle ; un constat qui peut une fois de plus remettre à l’honneur l’artisanat de cette époque.

Fig. 1 a-b : Lécythe plastique : Léda et le cygne « Atelier du groupe de Berlin », v. 375-350, musée du Louvre (inv. CA 1131), H. 24 cm. (C2RMF © Anne Chauvet)

Fig. 2 a-b : Amphorisque plastique : Danseuses, vers 380-360, musée du Louvre (inv. L 127) H. 12,7 cm. (RMN © Hervé Lewandowski)

Fig. 3 : Oenochoé plastique : Enfant, v. 400-350, Musée du Louvre (inv. CA 241) H. 13, 5 cm. (Musée du Louvre © Anne Chauvet)

Fig. 4 : Loutrophores à décor d’appliques : femmes. Sanctuaire de Numphê, pente sud de l’Acropole, seconde moitié du IVe s., musée de l’Acropole, Athènes ; a : inv. 1957 Aa 683, b : 1957 Aa 682. H. 41,5 cm et 30 cm. (© Elias Cosindas Acropolis Museum)

Fig. 5 : Appliques : femme et homme. Sanctuaire de Numphê, pente sud de l’Acropole, seconde moitié du IVe s., musée de l’Acropole, Athènes (inv. 1957 Aa 629 et 1957 Aa 647). H. 19,5 cm et 24,2 cm. (© Elias Cosindas Acropolis Museum)

Fig. 6 : Tombe d’enfant à tuiles découverte voie Sacrée au Céramique (hS 264), (d’après JEAMMET 2003)

Fig. 7 : a, vase-figurine attique : Niké avec phiale, v. 400-375, Musée national d’Athènes (inv. 2076), H. 21,5 cm.(© Musée national d’ Athènes).
b, vase-figurine attique : femme portant une phiale, v. 400-375, musée du Louvre (inv. L 118). H. 22 cm.
(© 1993 musée du Louvre/Christian Larrieu).
c, statuette de femme avec thumiatêrion et portant une phiale, v. 380-370, tombe d’enfant du Céramique (T 39). H 16,2 cm. (Cliché D-DAI-ATH-Kerameikos-9172)

Fig. 8 : a, vase-figurine, Saint-Pétersbourg musée de l’Hermitage (inv. T. 1852.50), H. 22,8 cm. (d’après Trofimova 2007, n° 61).
b, statuette de danseuse aux crotales, v. 380-370, tombe d’enfant du Céramique (T 41), H. 16,8 cm. (cliché D-DAI-ATH-Kerameikos 9175)

Fig. 9 : a, applique de vase : femme drapée, musée de l’Acropole (inv. 12844), H. 12,8 cm. (d’après Kassab Tezgör 2007).
b, femme drapée, production attique, musée du Louvre (inv. MNB 576), H. 23,2 cm. (RMN © Hervé Lewandowski)

Fig. 10 : a, torse féminin d’applique, production attique, Musée du Louvre (inv. Cp 5281), H. 5 cm. (RMN © Hervé Lewandowski).
b, figurine de femme marchant, production thébaine, Musée du Louvre (inv. MNB 1156), H. 12,4 cm. (RMN © Hervé Lewandowski)

24NB. Les figurines sont toutes en argile.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andreou sous presse : Alexandros Andreou, «Πήλινη κεφαλή γεροντικής μορφής από τις ανασκαφές Μηλτιάδη στη Νότια κλιτύ. Ένα πορτραίτο φιλοσόφου;», in Ησυνεισφορά της Ηούς Ζερβουδάκη, Συνεδριο στη μνήμη της Ε. Ζερβουδάκη, (Rhodes 26-29 Nov. 2009), sous presse.

Barr-Sharrar 1990 : Beryl Barr-Sharrar, “Coroplast, Potter and Metasmith”, in Jaimee-P. Uhlenbrock (ed.), The Coroplast’s Art, Greek Terracottas of the Hellenistic World, cat. exp. Princeton, New-Paltz, Harvard, 1990.

Barr-Sharrar 2008 : Beryl Barr-Sharrar, The Derveni Krater, Masterpiece of Classical Greek Metalwork, Princeton, 2008.

Besques 1978 : Simone Besques, « Commerce des figurines en terre cuite au IVe siècle av. J. -C. entre les ateliers ioniens et l’Attique », in Proceedings of the 10th International Congress of Classical Archaeology, Ankara, 1978, p. 617-626.

Besques 1986 : Simone Besques, Musée national du Louvre. Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains, IV/1 : Époques hellénistique et romaine. Italie méridionale, Sicile, Sardaigne, Paris, 1986.

Bourgeois, Jeammet, Pagès-Camagna sous presse : Brigitte Bourgeois, Violaine Jeammet, Sandrine Pagès-Camagna, « Color siderum. La dorure des terres cuites grecques aux époques hellénistique et romaine », sous presse (BCH 136-137, 2012-2013).

Brouskari 2002 : Maria S. Brouskari, «Οι ανασκαφές νοτίως της Ακροπόλεως. Τα γλυπτά», AE 141, 2002, p. 32-37.

Burr-Thompson 1952 : Dorothy Burr-Thompson, “Three centuries of Hellenistic Terracottas”, Hesperia 21, 1952, p. 116-164.

Burr-Thompson 1966 : Dorothy Burr-Thompson, “The Origin of Tanagras”, AJA 70, 1966, p. 51-63.

Burr-Thompson 1984 : Dorothy Burr-Thompson, « Les ateliers d’Athènes aux IVe et IIIe siècles », Histoire et archéologie, les Dossiers, 81, 1984, p. 32-38.

Camp 2001 : John M. Camp, The Archaeology of Athens, New Haven-London, 2001.

Casson, Brooke 1921 : Stanley Casson, Dorothy Brooke, Catalogue of the Acropolis Museum, II, 1921.

Cohen 2006 : Beth Cohen (ed.), The Colors of Clay, Special Techniques in Athenian Vases, cat. exp. J. Paul Getty Museum, Malibu-Los Angeles, 2006.

Daraki 1985 : Maria Daraki, Dionysos et la Déesse Terre, Paris, 1985.

Esposito, Sanidas 2012 : Arianna Esposito, Giorgos Sanidas (éd.), « Quartiers » artisanaux en Grèce ancienne, Villeneuve d’Asq, 2012.

Habicht [München, 1995] 2000 : Christian Habicht Athènes hellénistique, histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine, Paris, 2000.

Hellmann 2012 : Marie-Christine Hellmann, « Quartiers ou rues, la notion de quartier économique spécialisé dans le monde grec », in Esposito, Sanidas 2012, p. 23-37.

Higgins 1959 : Reynold A. Higgins, Catalogue of the Terracottas in the Department of Greek and Roman Antiquities, British Museum II, London, 1959.

Jeammet 2003 : Violaine Jeammet (éd.), Tanagra : Mythe et archéologie, cat. exp. Paris, musée du Louvre, musée des Beaux-Arts de Montréal, 2003.

Jeammet 2010 : Violaine Jeammet (dir.), Tanagras. Figurines for Life and Eternity, The Louvre’s Collection of Figurines, cat. exp. Valencia (Bancaja Foundation), Valencia, 2010.

Jeammet sous presse : Violaine Jeammet, « Du vase à la figurine », in Ησυνεισφορά της Ηούς Ζερβουδάκη, Συνεδριο στη μνήμη της Ε. Ζερβουδάκη (Rhodes 26-29 nov. 2009), sous presse.

Jeammet, Knecht, Pagès-Camagna 2007 : Violaine Jeammet, Céline Knecht, Sandrine Pagès-Camagna, « La couleur sur les terres cuites hellénistiques : les figurines de Tanagra et de Myrina dans la collection du musée du Louvre », in Sophie Descamps-Lequime (dir.), Peinture et couleur dans le monde grec antique, Actes du colloque du musée du Louvre (10 et 27 mars 2004), Paris, 2007, p. 193-203.

Kaltsas, Shapiro 2008 : Nikolaos Kaltsas, Alan Shapiro (ed.), Worshiping Women. Ritual and Reality in Classical Athens, cat. exp. New York (Onassis Cultural Center), New York, 2008.

Kassab Tezgör 2007 : Dominique Kassab Tezgör, Tanagréennes d’Alexandrie. Figurines de terre cuite hellénistiques des nécropoles orientales. Musée gréco-romain d’Alexandrie, Le Caire, 2007 (Études alexandrines 13).

Knigge 2005 : Ursula Knigge, Der Bau Z, Berlin, 2005 (Kerameikos 17).

Kyrkou 2003 : Marô Kyrkou, «Κοροπλαστικές αποκλίσεις στον αρχαϊκό Κεραμεικό», in ΕΠΙΤΥΜΒΙΟΝ Gerhard Neumann, Athènes, 2003, p. 31-52.

Kyrkou 2011 : Marô Kyrkou, «Πρωτοπορία και τέχνη στον αττικό Κεραμεικό», in Angelos Delivorrias, Georges Despinis, Angelos Zarkadas (ed.), ΕΠΑΙΝΟΣ Luigi Beschi, Athènes, 2011, p. 201-211.

Lapatin 2006 : Kenneth Lapatin, “Kerch-style Vases : The Finale”, in Cohen 2006, p. 318-326.

Lapatin 2008 : Kenneth Lapatin (ed.), Papers on Special Techniques in Athenian Vases, Los Angeles, 2008.

Leon Mitsopoulou à paraître : Veronika Leon Mitsopoulou, ΒΡΑΥΒΡΩΝ ΙΙ, à paraître.

Lippolis 1995 : Enzo Lippolis, “La documentazione archeologica”, in Enzo Lippolis, Salvatore Garaffo, Massimo Nafissi (ed.), Culti greci in Occidente, 1, Taranto, 1995, p. 31-132.

Lissarrague [Roma-Bari, 1990] 2002 : François Lissarrague, « Femmes au figuré », in Georges Duby, Michelle Perrot (éd.), Pauline Schmitt-Pantel (dir.) Histoire des femmes en Occident. 1. L’Antiquité, Paris, 2002, p. 203-298.

Lönnqvist 1997 : Minna Lönnqvist, “Nulla signa sine argilla. Hellenistic Athens and the Message of the Tanagra style”, in Jaakko Frösén (ed.), Early Hellenistic Athens. Symptoms of a Change, Helsinki, 1997, p. 147-182 (Papers and Monographs of the Finnish Institute at Athens, 6).

Martin 2013 : Nathalie Martin, Voiler son visage en Grèce ancienne. Étude d’iconographie féminine, Thèse de doctorat, Aix-en-Provence (sous la direction du Pr. A. Hermary).

Massar 2008 : Natacha Massar, « Les thymatèria dans le monde grec : état des lieux », in Verbanck-Piérard, Massar, Frère (éd.) 2008, p. 191-205.

Mathieux à paraître : Néguine Mathieux, « Jouet, attribut ou symbole ? Le motif du raisin dans les figurines en terre cuite des tombes de Myrina », in Stéphanie Huysecom-Haxhi, Arthur Muller (éd.), Actes du colloque Figurines en contexte : Iconographie et fonction (s), Lille, 7-8 déc. 2011, à paraître.

Merker 2000 : Gloria S. Merker, Corinth XVIII/4, The Sanctuary of Demeter and Kore, Terracotta Figurines of the Classical, Hellenistic and Roman Periods, Princeton, 2000.

Merker 2003 : Gloria S. Merker, “Corinthian Terracotta Figurines. The development of an industry”, in Charles K. Williams II, Nancy Bookidis (ed.) Corinth, the Centenary, 1896-1996, Princeton, 2003, p. 233-245.

Monaco 2000 : Maria Chiara Monaco, Ergasteria. Impianti artigianali ceramici ad Atene ed in Attica dal protogeometrico alle soglie dell’ellenismo, Roma, 2000.

Monaco 2012 : Maria Chiara Monaco, « Dix ans après : nouvelles données et considérations à propos du Céramique d’Athènes », in Esposito, Sanidas 2012, p. 155-174.

Nicholls 1995 : Richard Nicholls, “The Stele-Goddess Workshop. Terracottas from Well u. 13 : 1 in Athenian Agora”, Hesperia 64, 1995, p. 405-492.

Papadopoulou-Kanellopoulou 1997 : Chariklia Papadopoulou-Kanellopoulou, Ιερό της Νύμφης: μελανόμορφες λουτροφόροι, Athina, 1997.

Pasquier, Martinez 2007 : Alain Pasquier, Jean-Luc Martinez (dir.), Praxitèle, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 2007.

Peppa-Papaïoannou 2011 : Ireini Peppa-Papaïoannou, Κοροπλαστικά έργα του Αρχαιολογικού Μουσείου Πειραιώs, Athina, 2011.

Pirenne-Delforge 1994 : Vinciane Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, Liège, 1994 (Kernos Suppl. 4).

Prost 2007 : Francis Prost, « Les villes de la Grèce égéenne : mutations économiques et sociales entre le IVe et le IIe s. av. J. -C. », Pallas 74, 2007, p. 237-261.

Reeder Williams 1978 : Eleen Reeder Williams, “Figurine Vases from the Athenian Agora”, Hesperia 47, 1978, p. 357-401.

Sabetai 2004 : Victoria Sabetai, “Red-figured vases at the Benaki Museum : reassembling fragmenta disjecta”, Mouseio Benaki 4, 2004, p. 15-36.

Travlos 1971 : Ioannis Travlos, Pictorial Dictionary of Ancient Athens, London, 1971.

Trofimova 2007 : Anna Trofimova (ed.), Greeks on the Black Sea, cat. exp. Getty Villa of the J. Paul Getty Museum, Malibu-Los Angeles, 2007.

True 2006 : Marion True, “Athenian Potters and the Production of Plastic Vases”, in Cohen 2006, p. 240-249.

Trumpf-Lyritzaki 1969 : Maria Trumpf-Lyritzaki, Griechische Figurenvasen des Reichen Stils und der späten Klassik, Bonn, 1969.

Verbanck-Piérard, Massar, Frère 2008 : Annie Verbanck-Piérard, Natacha Massar, David Frère (éd.), Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, cat. exp., Mariemont, 2008.

Vierneisel-Schlörb 1997 : Barbara Vierneisel-Schlörb, Die figürlichen Terrakotten, Berlin, 1997 (Kerameikos, 15).

Williams 2008 : Dyfri Williams, “Some Thoughts on the Potters and Painters of Plastic Vases before Sotades”, in Lapatin 2008, p. 161-172.

Zervoudaki 1968 : Eos Zervoudaki, “Attische polychrome Reliefkeramik des späten 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr.”, AM 83, 1968, p. 1-88.

Notes

1 Le type montre sur l’avers une figurine moulée en plus ou moins haut relief combinée avec le revers d’un vase décoré de palmettes en figures rouges ou en vernis noir, munie d’une embouchure (principalement lécythe et oenochoé) parfois installée sur le sommet de la tête. La réflexion qui suit a été abondamment nourrie des travaux toujours d’actualité de Maria Trumpf-Lyritzaki 1969 et Eos Zervoudaki 1968 respectivement sur les vases plastiques et les vases à reliefs, complétés par l’étude approfondie d’Eleen Reeder Williams 1978 portant dix ans plus tard sur les vases plastiques de l’Agora (voir aussi Nicholls 1995 et True 2006).

2 Violaine Jeammet, « Origine et diffusion des Tanagréennes », in Jeammet 2003, p. 120-129, ainsi que pour la notion de « prétanagréenne ».

3 Selon l’heureuse expression de Maria Trumpf-Lyritzaki, reprise par Eleen Reeder Williams.

4 Reeder-Williams 1978, p. 364-366, n° 1, 24, 34, 47, 49.

5 Inv. CA 1131 « Atelier du groupe de Berlin », provenance : Attique. Cf. Jeammet 2010 cat. 43, et dans le même catalogue, Brigitte Bourgeois, “Arts and Crafts of colour on the Louvre Tanagra Figurines”, p. 240 (fig. 69-70) et Sandrine Pagès-Camagna “Terracottas and colour”, p. 251 : la couche de vert, posée sur une sous-couche jaunâtre, est une association de conichalcite et de malachite dont quelques très rares gros grains sont encore présents. Ce pigment extrêmement onéreux, ce qui en explique la rareté, rarement attesté en Attique et en Béotie sur les figurines, se retrouve plus volontiers sur les vases plastiques attiques contemporains. Sont également présents du rouge, du rose, du bleu, du blanc et du noir tandis que les feuilles d’or ont été appliquées sur une couche jaune constituée de goethite.

6 La dorure semble être une spécificité attique sur les vases plastiques, Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 119-120 et sur la palette utilisée jusqu’à la page 121. Sur les questions de dorure sur les figurines, voir Bourgeois, Jeammet, Pagès-Camagna sous presse.

7 Voir par exemple le vase figurine attique, Museum of Fine Arts, Boston, inv. 26.60.64 : Éros au thumiatêrion – sur cet attribut, voir infra –, seconde moitié du IVe siècle. Typique des vases plastiques de cette époque, le visage est remarquable pour sa polychromie particulièrement bien conservée. Le revers montre celui d’une statuette, hormis l’anse et l’embouchure de lécythe en vernis noir. Cf. Reeder Williams 1978, pl. 90a et Jeammet sous presse.

8 Sur cette dernière typologie, voir infra.

9 Zervoudaki 1968 p. 76.

10 Malgré semble-t-il une faible renaissance aux IIIe et IIe siècles (ou persistance ?) Reeder Williams 1978, p. 364-365.

11 . Voir récemment, avec la bibliographie antérieure, True 2006, p. 240-249 et Williams 2008, p. 162.

12 . Jeammet, Knecht, Pagès-Camagna 2007, p. 201-202.

13 . Lapatin 2006, p. 318-326.

14 . Zervoudaki 1968 : Les vases les plus exportés sont des lécythes et des vases d’une certaine taille, alors que les choès, les vases en forme de coquillage et d’amande semblent presque réservés exclusivement à la Grèce et plus précisément encore à Athènes, voir infra. À Tarente le motif de Hyakinthos, qui apparaîtrait vers la fin du IVe siècle (Lippolis 1995, p. 56-58, pl. XV), est sans doute hérité d’un moule de vase plastique attique d’Éros (Trumpf-Lyritzaki 1969, pl. 4-5) ; la figure est alors reprise pour des besoins religieux spécifiques. Cette transformation se situerait dans la seconde moitié du IVe siècle, après une période particulièrement active dans l’importation de vases plastiques et vases à reliefs attiques par la cité magno-grecque qui, après 350, cessera de fait les importations. Voir aussi l’essai d’Enzo Lippolis, « L’usage votif des Tanagréennes en Italie méridionale », in Jeammet 2003, en particulier p. 274 et fig. 78.

15 Besques 1978 et Jeammet 2003, p. 128-129.

16 Mais aussi Le Pirée (Artémision/tombes), Rhamnonte, Brauron (cf. Leon Mitsopoulou à paraître), Béotie (Tanagra surtout), Eubée, Péloponnèse (Corinthe, Delphes) ; Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 105 (Athènes), 112.

17 Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 80, où l’auteur pointe la difficulté à comprendre la fonction en raison de l’absence de contextes précis tout en faisant remarquer que le décor porté sur ces vases rend difficile la manipulation ; elle suggère une fonction majoritairement décorative en se référant à Athénée XI 495b ; certaines formes renvoient plutôt à un usage funéraire. Reeder Williams 1978, p. 366-367, parle aussi de fonction décorative. Sur la catégorie des vases plastiques depuis l’époque archaïque, on consultera utilement le catalogue de l’exposition Verbanck-Piérard, Massar, Frère 2008.

18 Reeder Williams 1978, p. 366 n. 46. Sur le lien entre le sanctuaire de Numphê et celui d’Aphrodite Pandémos et sa localisation, cf. Pirenne-Delforge 1994, p. 24-25.

19 Archaeological promenades around the Acropolis (7. Hills of Philipappos-Pnyx-Nymphs), 2004 ; Hesperia suppl. VII et plus spécialement pour les vases plastiques, p. 156-165. Lönnqvist 1997, p. 157, suggère qu’il existait là des ateliers.

20 Reeder Williams 1978, p. 358.

21 Voir la bibliographie donnée par Monaco, 2000 et pour les informations les plus récentes, il faudra consulter Esposito, Sanidas 2012.

22 Trumpf-Lyritzaki 1969, p. 106.

23 Par ex. AE 1958, pl. 3b.

24 Des scènes d’enfants appliquées sur les choès en rapport avec les Anthestéries sont également illustrées chez Zervoudaki, 1968, pl. 4-5 (et Reeder Williams 1978, p. 367).

25 Cf. Pirenne-Delforge 1994, p. 450 et 453 sur l’association d’Aphrodite et Niké (Aphrodite Niképhoros à Argos et leur présence sur les lebêtes gamikoi athéniens de la seconde moitié du Ve siècle).

26 Reeder Williams 1978, p. 367, n. 55. Elle souligne, p. 368-369, l’absence sur l’Agora de certains thèmes, en particulier ceux de la comédie pourtant si appréciés à cette époque comme le prouvent les nombreuses figurines en terre cuite d’acteurs de la Comédie Moyenne, à l’exception du Papposilène relié à l’enfance de Dionysos et qui convient donc bien aux Anthestéries ; l’absence de thèmes éleusiniens, en revanche, qu’elle remarquait et qu’elle expliquait par l’absence de Déméter durant les fêtes des Anthestéries, est maintenant contredite par la publication de vases plastiques trouvés sur le Céramique le long de la voie Sacrée figurant des jeunes garçons qui adoptent le même schéma que celui de Dionysos, avec porcelet et torche, et dont on observe des tirages sur plusieurs générations, cf. Stroszeck dans ce même volume.

27 Zervoudaki 1968, p. 57, rattache ce type de vase à un atelier de vases-coquillages dont la production est à dater vers 380-360. La longévité de cette typologie dépasserait donc le cadre chronologique proposé pour cet atelier. Les vases en forme de coquillages sembleraient aussi être une spécificité attique, voir Burr-Thompson 1952, p. 149, pl. 41, n° 61. Je remercie à cet égard Dominique Kassab Tezgör d’avoir attiré mon attention sur les deux amphorisques en forme d’amande, trouvés à Myrina et conservés au musée du Louvre (Myr 595 1 et 2) ainsi qu’un autre en forme de coquillage (Myr 596) nuançant ainsi mon propos. Deux exemplaires provenant sans doute d’Italie sont aussi conservés au musée du Louvre (AGER coll. Durand ED 254 et coll. Campana H 190).

28 Reeder Williams 1978, p. 377, cat. 66 et un tirage fragmentaire cat. 65 ; Nicholls 1995, n° 72. Un très bel exemplaire à figures rouges (unicum ?) est conservé au Musée national d’Athènes (inv. 2323).

29 Inv. L 127, Jeammet 2010, cat. 40.

30 E 241, reproduite par ex. dans Kaltsas, Shapiro 2008, p. 246, fig. 3. Comparer aussi dans le même catalogue le kotyle à figures rouges provenant de la pente sud de l’Acropole conservé au musée de Acropole (1960-NAK 222), fig. 121. La forme de l’amande pourrait également évoquer le mythe d’Attis : à l’emplacement de sa mort surgit en effet un amandier (suggestion intéressante soulignée dans la thèse de Nathalie Martin 2013, p. 238).

31 Sur le motif de l’enfant portant une grappe de raisins, voir Mathieux à paraître.

32 Entre autres Trumpf-Lyritzaki 1969, FV 230-242 ; Reeder Williams 1978 n° 25 (qui cite aussi des exemplaires trouvés sur la Pnyx) à 31 ; Nicholls 1995, n° 67, 68.

33 Musée national d’Athènes, inv. 2042, British Museum dans Higgins 1959, n° 1710 et 1711 : Dionysos tient dans la main gauche une corne d’abondance remplie de gâteaux, si l’on suit l’interprétation très vraisemblable de Van Hoorn, et une oenochoé dans la droite ; Trumpf-Lyritzaki 1969, FV 247, première moitié du IVe siècle. Un petit exemplaire en applique sur une oenochoé (H. cons. 5,5 cm) est conservé au Metropolitan Museum of New-York inv. 41.162.42.

34 Daraki 1985, p. 104, qui rappelle aussi que, selon Pindare, Dionysos, dieu agraire, était le parèdre de Déméter, p. 28.

35 L’exemplaire du Louvre (inv. L 122, Jeammet 2010, cat. 41) qui offre une balle de la main droite, n’est pas un unicum (cf. Higgins 1959, n° 1718 : Éros avec une grenade) : ces offrandes placent ces représentations dans la sphère d’Aphrodite (invite amoureuse) ; sur le jeu de balles des Arrhéphores, cf. Pirenne-Delforge 1994, p. 59. Sur Éros présent auprès d’Aphrodite et de Dionysos dans l’imagerie dès le Ve siècle, voir Lissarrague [Roma-Bari, 1990] 2002, p. 289.

36 Inv. CA 241 H. 13, 5 ; L. 7 cm. Jeammet 2010, cat. 42.

37 Zervoudaki 1968, p. 59. En dehors des exemplaires de l’Acropole, citons ceux du Céramique (bâtiment Z, cf. Knigge 2005) et deux figures conservées au Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles (inv. A 892 et A 907), cf. Jeammet sous presse. Le nombre très restreint d’exemplaires recensés s’explique peut-être aussi par le fait qu’un certain nombre d’avers de figurines n’ont pas encore été repérés en tant qu’appliques, cf. infra.

38 Fouilles entre 1955 et 1959 par Miltiadis, dernièrement sur le temple lui-même Brouskari 2002, p. 32-37 et bibliographie antérieure. Sur ce matériel spécifiquement, cité par Zervoudaki 1968, p. 39, n° 84 (et mentionné par Burr-Thompson 1966, p. 61), cf. Travlos 1971, p. 361-363. Publication partielle du matériel céramique par Papadopoulou-Kanellopoulou 1997 ; Sabetai 2004 en particulier p. 31-32 et Eadem, “The Weeding Vases of the Athenians : a View from Sanctuaries and Houses” dans ce volume.

39 Kyrkou 2011 ; Andreou sous presse ; Jeammet sous presse.

40 Kyrkou 2003.

41 Inv. 01.7816, Museum of Fine Arts, Boston.

42 Jeammet 2010, cat. 91 et p. 118-119 pour le motif de l’Herculanaise, et pour le motif des plis croisés n° 79 à 82, 149, 190.

43 Pasquier, Martinez 2007, fig. 69-70 et cat. 77.

44 Technique de collage apparemment aussi habituelle sur les figurines et fréquemment attestée (cf. Jeammet 2010, cat. 116).

45 Les traitements de surface repérés, lors d’un rapide survol de l’ensemble en présence de Marô Kyrkou qui m’avait si aimablement montré ce matériel, révélaient en effet la présence d’un tesson doré. La polychromie semble se limiter aux couleurs traditionnelles du bleu, rouge et jaune posés sur préparation.

46 Voir pour une récente synthèse Camp 2001, et pour les ateliers Monaco 2000 et 2012, p. 169-171 ; Hellmann 2012, p. 25, 29, 32-33 ; mais aussi pour les figurines Barr-Sharrar 1990, p. 31-36 ; Nicholls 1995 ; Lönnqvist 1997, p. 155-157 ; pour le cas de Corinthe qui semble sensiblement différent, voir Merker 2000, p. 341-343 et 2003, p. 241-242 (rapports entre les différents artisans). Pour une approche économique et sociale, voir Prost 2007, p. 237-261, en particulier p. 250 : les récentes recherches tendent à donner une plus grande importance économique à certains de ces ateliers.

47 En l’occurrence pour cette finalité précise des ablutions de la fiancée avant son mariage ? La maniabilité de ces vases ainsi agrémentés d’appliques en si haut relief apparaît cependant si délicate que l’on peut se demander si ces vases n’ont pas été achetés uniquement pour servir d’ex-voto à Numphê. Cela explique peut-être leur durée de vie relativement restreinte (une génération ? quelques années ? pour cette production particulière qui montre apparemment une typologie très homogène contemporaine des premières Tanagréennes dont on date l’apparition vers 340-330).

48 Besques 1986, D 4090 à D 1405, pl. 133-151 qui en fait d’ailleurs une production locale très caractéristique.

49 Barr-Sharrar 2008.

50 Zervoudaki 1968, p. 60.

51 Céramique inv. hS 264. L’ensemble du matériel (treize figurines et non pas onze) est dispersé dans l’ouvrage de Vierneisel-Schlörb 1997, p. 40-42 et 46-49, cat. 107, 139-145, 241, 246, 263.

52 Violaine Jeammet, « Naissance et diffusion des Tanagréennes », in Jeammet 2003, p. 121-125 et note 10 pour la datation.

53 Voir n. 59. Sur le thumiatêrion, voir Massar 2008.

54 Cf. relief avec la procession d’Érotes provenant de la pente nord de l’Acropole, sanctuaire d’Aphrodite et d’Éros dont l’exemplaire du Musée national d’Athènes inv. 1451, seconde moitié du IIe siècle av. J. -C.

55 La magnifique péplophore du musée du Cinquantenaire de Bruxelles (inv. A 892), d’une génération antérieure d’après les dimensions, dépend d’un autre prototype comme le révèle le traitement de l’apoptugma du péplos. Acéphale, brisée en partie inférieure, sans attributs. H. 16 cm. La provenance alléguée de Smyrne est à prendre avec beaucoup de réserve. Trumpf-Lyritzaki 1969, FV 16 ; Jeammet sous presse.

56 Inv. 2076, dite provenir de Cyrénaïque, H. 21,5 cm (avec base et embouchure du lécythe), traces de dorure sur la chevelure. Elle porte la phiale dans la main droite. Trumpf-Lyritzaki 1969, FV 10.

57 L 118 (MNC 630). H. totale 22 cm, 12,8 cm sans la tête (qui ne lui appartient pas mais qui est bien antique : il ne s’agissait donc pas d’une oenochoé) et sans la base. La figurine complète devait donc mesurer env. 16 cm. Trumpf-Lyritzaki 1969, FV 11. Un autre exemplaire d’une génération inférieure au musée du Pirée H. cons. 15 cm (figure 14,1 cm), cf. Peppa-Papaïoannou 2011, p. 233-234, pl. KG TL 8, 12.

58 Voir supra note 25.

59 Vierneisel-Schlörb 1997, n° 139, p. 46 (inv. T 39). La figure sans la base et la stephanê mesure 13,56 cm. La base était comprise dans le moule.

60 Vierneisel-Schlörb 1997, n° 142, p. 47 (inv. T 41) H. : 16,8 cm.

61 Saint-Pétersbourg (inv. T. 1852.50), H. 22,8 cm (y compris l’anse du lécythe), cf. Trofimova 2007, n° 61.

62 Inv. CA 462, don Cavalier, trouvée en avant des Propylées à Athènes. H. 21 cm ; Jeammet 2003, cat. 95 et 2010 cat. 57.

63 Divers indices ont fait proposer le périmètre d’Artémis Brauronia sans certitude néanmoins, cf. Jeammet 2010, p. 92. Voir Casson, Brooke 1921, p. 318-319.

64 Musée de l’Acropole. Inv. 12844, H. 12,8, l. 7 cm.

65 Kassab Tezgör 2007, p. 292-294. La primeur de ce type « tanagréen » est également attestée par son importation précoce et immédiate en Macédoine (3e quart du IVe s.). Il a en effet été trouvé à Vergina avec d’autres vases et figurines, dans une tombe à ciste partiellement pillée, utilisée deux fois : pour l’inhumation d’une jeune fille, au début du IVe siècle, avec des figurines d’acteurs, puis dans le 3e quart du IVe siècle ; pour 2 (?) autres petites filles appartenant à l’aristocratie locale. Pour le détail, voir Jeammet 2003, p. 126-127.

66 Inv. MNB 576, H. 23,2 cm, l. 8,4 cm, trouvée à Tanagra, cf. Jeammet 2003, cat. 131. Les analyses physico-chimiques (2012) confirment l’origine attique de l’argile. D’après Dominique Kassab Tezgör, les deux exemplaires dérivent de deux prototypes différents (cf. note 65) mais les dimensions sont équivalentes.

67 Inv. Cp 5281, H. 5 cm, l. 3,67 cm ; voir n. 63 et Jeammet 2010 cat. 70.

68 Inv. MNB 1156, Jeammet 2010, cat. 59, l. 3,70 cm à la taille.

69 Habicht [München, 1995] 2000 p. 74 sq. ; Lönnqvist 1997 p. 152-153 ; Burr-Thompson 1984, p. 37.

Notes de fin

1 Je tiens à remercier Marie-Christine Villanueva Puig pour son invitation à participer à cette Table ronde. Je suis redevable à Bernard Holtzmann de ma rencontre avec (†) Marô Kyrkou qui m’a montré le matériel du sanctuaire de la Numphê et donné la permission de publier les images qui suivent : qu’ils en soient tous deux chaleureusement remerciés. Mes remerciements vont également à Leonidas Bournia (musée du Céramique, Athènes), Jutta Stroszeck (Deutsches Archäologisches Institut, Athènes), le personnel du musée de l’Acropole, Christina Avronidaki (Musée national d’Athènes), Dominique Kassab Tezgör pour ses précieux conseils et Francis Croissant, enfin et encore, pour la relecture du manuscrit comme pour ses conseils toujours avisés et amicaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 a-b : Lécythe plastique : Léda et le cygne « Atelier du groupe de Berlin », v. 375-350, musée du Louvre (inv. CA 1131), H. 24 cm. (C2RMF © Anne Chauvet)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 2 a-b : Amphorisque plastique : Danseuses, vers 380-360, musée du Louvre (inv. L 127) H. 12,7 cm. (RMN © Hervé Lewandowski)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 3 : Oenochoé plastique : Enfant, v. 400-350, Musée du Louvre (inv. CA 241) H. 13, 5 cm. (Musée du Louvre © Anne Chauvet)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 4 : Loutrophores à décor d’appliques : femmes. Sanctuaire de Numphê, pente sud de l’Acropole, seconde moitié du IVe s., musée de l’Acropole, Athènes ; a : inv. 1957 Aa 683, b : 1957 Aa 682. H. 41,5 cm et 30 cm. (© Elias Cosindas Acropolis Museum)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 5 : Appliques : femme et homme. Sanctuaire de Numphê, pente sud de l’Acropole, seconde moitié du IVe s., musée de l’Acropole, Athènes (inv. 1957 Aa 629 et 1957 Aa 647). H. 19,5 cm et 24,2 cm. (© Elias Cosindas Acropolis Museum)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 6 : Tombe d’enfant à tuiles découverte voie Sacrée au Céramique (hS 264), (d’après JEAMMET 2003)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 7 : a, vase-figurine attique : Niké avec phiale, v. 400-375, Musée national d’Athènes (inv. 2076), H. 21,5 cm.(© Musée national d’ Athènes).b, vase-figurine attique : femme portant une phiale, v. 400-375, musée du Louvre (inv. L 118). H. 22 cm.(© 1993 musée du Louvre/Christian Larrieu).c, statuette de femme avec thumiatêrion et portant une phiale, v. 380-370, tombe d’enfant du Céramique (T 39). H 16,2 cm. (Cliché D-DAI-ATH-Kerameikos-9172)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 8 : a, vase-figurine, Saint-Pétersbourg musée de l’Hermitage (inv. T. 1852.50), H. 22,8 cm. (d’après Trofimova 2007, n° 61).b, statuette de danseuse aux crotales, v. 380-370, tombe d’enfant du Céramique (T 41), H. 16,8 cm. (cliché D-DAI-ATH-Kerameikos 9175)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 9 : a, applique de vase : femme drapée, musée de l’Acropole (inv. 12844), H. 12,8 cm. (d’après Kassab Tezgör 2007).b, femme drapée, production attique, musée du Louvre (inv. MNB 576), H. 23,2 cm. (RMN © Hervé Lewandowski)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 10 : a, torse féminin d’applique, production attique, Musée du Louvre (inv. Cp 5281), H. 5 cm. (RMN © Hervé Lewandowski).b, figurine de femme marchant, production thébaine, Musée du Louvre (inv. MNB 1156), H. 12,4 cm. (RMN © Hervé Lewandowski)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/3158/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search