Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Varia

Cris et ululements

Les pleurs romains dans leur dimension sonore

Roman Tears in Their Sonorous Dimension

Sarah Rey

Résumé

À Rome, les larmes versées en public produisent des sons qui peuvent être parfois considérés comme excessifs, que ce soit dans les funérailles, dans les cultes ou dans la vie politique. Déjà, dans la loi des XII Tables, le lessus, que Cicéron assimile à un cri de deuil, avait fait l’objet d’une interdiction. Mais les larmes et leurs émissions sonores continuent plus tard d’attirer le soupçon, en particulier lorsque des femmes sont en cause. À la différence du gemitus, l’ululatus appartient à cette catégorie de pleurs décrits par les auteurs latins comme dépassant la mesure d’un point de vue sonore. Souvent féminins, les ululements sont évoqués par des textes de toute nature (poésie épique, correspondance, historiographie impériale, apologétique) dans lesquels les débordements phoniques sont souvent envisagés comme des menaces pour le maintien de l’ordre religieux et politique. Ce sont des bruits qu’il vaut mieux ne pas entendre par hasard ou trop longtemps.

Entrées d'index

Mots clés :

larme, deuil, ululement, gémissement, femme

Keywords :

tear, mourning, ululation, moan, woman

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aux fondements de la citoyenneté romaine, il y aurait eu un cri. Varron fait ainsi remonter l’origine du terme servant à désigner ses concitoyens – les Quirites – du verbe quiritare, qui signifie « crier à l’aide », « appeler au secours ». L’antiquaire glose ainsi sa propre définition : quiritare dicitur is, qui Quiritum fidem clamans implorat […] ut quiritare urbanorum, sic iubilare rusticorum1. La ville, c’est-à-dire l’espace politique par définition, passe donc pour le lieu de la supplique insistante, de la plainte permanente, là où les campagnards « jubilent », c’est-à-dire crient d’une toute autre façon2. Très contestable, l’étymologie varronienne a le mérite d’éclairer l’imaginaire romain du politique, comme lieu de querelles bruyantes. La vie dans la cité paraît propice au tumulte, à l’émission sonore collective, qu’elle soit de discorde ou d’approbation, ce qu’indique encore la manière dont les empereurs sont périodiquement légitimés par l’armée, le Sénat, le peuple lors du ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search