Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Varia

Eupolis, Alcibiade et la profanation des Mystères éleusiniens

Eupolis, Alcibiades and the Profanation of the Eleusinian Mysteries

Carlo Marcaccini

Résumé

Dans les Baptai, Eupolis se moque d’Alcibiade en le présentant comme un adepte du culte orgiastique de la déesse Kotytô. Les Kotutia sont une fête de la fertilité attestée en Sicile et en particulier à Sélinonte. Cependant, les connotations que le poète attribue à ce culte semblent compatibles avec certaines caractéristiques typiques des célébrations des Mystères. Pour cette raison, il est probable que le comédien associe Alcibiade et Kotytô pour faire allusion au scandale de la profanation des Mystères d’Éleusis, survenu en 415 av. J.-C. avant le départ de l’expédition maritime en Sicile. Cette année-là est peut-être le terminus post quem de la datation des Baptai, probablement représentés quelques années plus tard, lorsque Alcibiade revient à Athènes après son exil (408 ou 407 av. J.-C.). La pièce pourrait confirmer qu’Alcibade avait toujours une mauvaise réputation à Athènes, malgré sa réhabilitation judiciaire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des Baptai d’Eupolis nous n’avons que quelques fragments et quelques mots (76-98 K.-A.). Pourtant, une poignée de témoignages, cohérents entre eux, attestent que la comédie se moquait d’Alcibiade qui, avant de partir pour une expédition navale, jeta le poète à la mer, en lui lançant les mots de dérision suivants : βάπτες μ᾽ ἐν θυμέλῃσιν· ἐγὼ δὲ σὲ κύμασι πόντου/ βαπτίζων ὀλέσω νάμασι πικροτάτοις1. L’épigramme fait allusion au titre, qui signifie pour certains « ceux qui plongent2 », bien qu’il y ait de bonnes raisons de l’interpréter d’une autre manière et de traduire « ceux qui se teignent (les cheveux)3 ». La dérision comique semble en fait fondée sur la représentation équivoque d’un culte orgiastique : Juvénal (II, 91-92) écrit que les Baptai célébraient leurs rites « à la lumière secrète des torches » et étaient si zélés dans cette pratique qu’ils fatiguaient leur propre divinité, l’athénienne Kotytô (Cecropiam soliti Baptae lassare Cotyton)4 ; la scholie la définit comm...

Auteur

Scuola militare aeronautica, Firenze

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search