Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Dossier : Des femmes qui comptent. Genre et participation sociale en Grèce et à Rome

Entretien avec Pauline Schmitt Pantel et Stella Georgoudi

Deux hellénistes et l’histoire des femmes

Interview with Pauline Schmitt Pantel and Stella Georgoudi. Two Hellenists and Women’s History

Résumé

L’équipe d’Eurykleia a souhaité mener un entretien avec Pauline Schmitt Pantel et Stella Georgoudi, historiennes et hellénistes qui ont été parmi les premières à travailler, en France, sur la place des femmes dans l’Antiquité grecque. Toutes deux reviennent ici sur leur parcours, le contexte scientifique et historique de leurs recherches, ainsi que sur les orientations historiographiques de leur travail. Les études qu’elles ont menées ont joué un rôle fondamental dans la reconnaissance de ce champ d’étude au sein des sciences de l’Antiquité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Équipe d’ Eurykleia (ÉE) : Le projet Eurykleia revient sur deux idées (fausses) : (1) les femmes grecques étaient quasi-invisibles dans nos sources et (2) les rares femmes nommées étaient forcément de « mauvaise vie ». Est-ce une affirmation à laquelle vous avez été confrontées durant votre parcours, depuis les années 1980 ? Quelle était alors votre position sur la question – et a-t-elle évolué au fil de vos recherches1 ?

Pauline Schmitt Pantel (PSP) : Dans L’Histoire des femmes en Occident (parue en 1990/1991) nous n’avons pas écrit et encore moins pensé que les femmes grecques étaient invisibles dans les sources, bien au contraire. Je crois que c’est Nicole Loraux qui la première a utilisé cette métaphore d’un « océan de discours » produit sur les femmes par les auteurs grecs, métaphore souvent reprise ensuite. On la trouve dans son article « Sur la race des femmes et quelques-unes de ses tribus » paru dans la revue Arethusa en 1978 (il y a 40 ans) et repris dans Les Enfants d’Athé...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search