Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Dossier : Des femmes qui comptent. Genre et participation sociale en Grèce et à Rome

Onomastic Patterns of So-Called Hetaira Names in the Greek World

Modèles onomastiques des soi-disant noms de courtisanes dans le monde grec

Claire Taylor

Résumé

Cet article propose une étude des noms portés par des femmes grecques que les sources littéraires associent à des hetairai. Ces occurrences ont souvent été étudiées par des historiens travaillant sur la prostitution, moins par des spécialistes de la littérature classique, et elles ont fait l’objet d’interprétations biaisées. En examinant les exemples historiques de femmes qui ont porté un nom « de courtisane », cette contribution montre qu’il est particulièrement hasardeux, pour connaître la « respectabilité » ou le comportement sexuel d’une femme, de séparer l’étude des noms de l’étude du contexte discursif dans lequel ils apparaissent (à savoir des discours portés par une élite masculine lettrée). La catégorie des « noms de courtisanes » est une invention qui révèle combien les discours portant sur le genre, le statut et les relations de pouvoir des femmes sont des constructions tant antiques que contemporaines.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

It is surprising that women in the ancient world have been identified as prostitutes based on little more than their personal name. Too frequently is it possible to read that historical women had names “suitable” or “appropriate” for a prostitute. But what is such a name? Literary sources, such as Athenaios (from whom fragments of fourth-century Athenian comedy are mined), Lucian, or Alciphron certainly provide names for the hetairai they discuss, and some of these names reappear in various places. In a number of cases, these names are clearly jokes, but others were names held by real women outside of these texts.

This paper1 explores onomastic patterns of certain Greek names which have been associated with hetairai. My aim is threefold: first I wish to demonstrate that prioritizing the literary evidence privileges certain kinds of ideological discourses which are not necessarily seen outside of the texts. Secondly I wish to shine a light on the historical women who shared a name wit...

Auteur

University of Wisconsin-Madison

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search