Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Dossier : Des femmes qui comptent. Genre et participation sociale en Grèce et à Rome

Les femmes et la transmission des noms en Grèce ancienne

Women and the Transmission of Names in Ancient Greece

Enrique Nieto Izquierdo

Résumé

Ce travail a comme objectif l’étude des différentes modalités de transmission et d’héritage du nom chez les femmes en Grèce ancienne. J’aborderai en premier lieu les noms que reçoivent les filles, tant de leurs grands-parents, hérités sans altération, que de leurs parents, le plus souvent modifiés. Ensuite, il sera question des noms donnés à partir de ceux d’autres membres de la famille, comme l’oncle ou la tante, ainsi que de l’existence de jeux étymologiques et sémantiques entre les noms des parents et des filles. Pour finir, on analysera le rôle des femmes comme « transmettrices » de leur nom, en mettant en évidence que le transfert du nom de la mère à l’enfant n’est possible, en règle générale, que dans le cas des filles, et que le passage du nom maternel au fils est un fait exceptionnel.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Noms de personne chez les Grecs : généralités

Chaque personne porte un nom, qui, loin d’être fortuit, reflète les intentions et les souhaits des parents1. À l’époque classique, les Grecs ne portaient généralement qu’un seul nom2, qui pouvait avoir une variante raccourcie3 s’il comptait trois syllabes ou plus4.

Le nouveau-né recevait normalement un nom de transmission familiale, c’est-à-dire un nom précédemment porté par un parent ou formé à partir d’un lexème présent dans des noms portés par d’autres membres de la famille5. De manière traditionnelle, les Grecs nommaient le fils aîné d’après le grand-père paternel6, pratique qui trouve des parallèles chez d’autres peuples indo-européens7. Quant à la fille aînée, de manière parallèle, elle recevait d’habitude le nom de sa grand-mère maternelle et, moins souvent, paternelle8.

Les enfants successifs étaient nommés d’après d’autres parents, par voie paternelle ou maternelle, y compris le père et la mère, qui transmettaient leur nom sans ...

Auteur

CNRS, ANHIMA UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search