Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Hommages

Nikos Nikolaou : une passion éditoriale

Françoise Frontisi-Ducroux

Texte intégral

Nikos Nikolaou et Jean-Pierre Vernant à Sérifos en 2005.

Nikos Nikolaou et Jean-Pierre Vernant à Sérifos en 2005.

Cliché : Claude Frontisi.

1Le premier numéro de METIS est paru en 1986. Quatre ans plus tôt, à Joannina, Nikos Nikolaou proposait à Jean-Pierre Vernant de fonder une revue franco-hellénique. L’idée avait germé entre Stella Georgoudi, Manolis Papathomopoulos et Nikos. Françoise Frontisi participait à cet entretien. L’accord fut immédiat. Le comité de rédaction était quasi constitué. Restait à le compléter côté rue Monsieur le Prince. Le choix était délicat parmi les membres du Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes. Le nom de Nicole Loraux rassembla tous les suffrages. On y joignit celui d’Alain Ballabriga en raison de son excellente pratique du Grec contemporain. Contactés par téléphone les intéressés acceptèrent d’emblée. D’autres furent invités à entrer au comité de lecture : Marcel Detienne, Claude Mossé et Pierre Vidal-Naquet, grand ami de Manolis. Et bien des collègues étrangers, car nous entendions donner à la revue une dimension aussi ouverte qu’internationale. Qui des fondateurs suggéra le nom de la revue ? Quis primus invenit ? L’histoire n’a pas retenu son nom, tant l’évidence s’imposait. METIS, mais oui, c’est bien sûr.

2Nous étions donc à Joannina. Jipé et Stella avait été invités par l’Université, où Manolis Papathomopoulos était professeur, à faire les conférenciers. Françoise les accompagnait. Pour elle c’était le retour en Grèce après bien des années d’éloignement volontaire. On ne sait plus maintenant si l’on avait raison… C’était le printemps. Le printemps grec et sa floraison éblouissante. Tous les trois nous voulions revenir aux fondamentaux, faire du tourisme, en car et en train. À Athènes, l’accueil des amis et de l’Institut français d’Athènes compensait amplement l’ignorance académique des officiels. Virée à Sparte et à Mistra, puis remontée à Thessalonique où Irène Chalkia nous recevait. Elle avait soutenu à Paris, avec Vernant, une thèse sur la tragédie grecque et dirige toujours le théâtre qu’elle a fondé à Bruxelles (Scarabeus). Ensuite les Météores, où à la descente d’un monastère, nous trouvâmes Nikos, qui nous attendait pour nous conduire à Joannina. Rencontre pour Stella avec un jeune « camarade », un esôterikos. Retrouvailles aussi pour Françoise. Car Nikos en faisant ses études à Paris avait fréquenté le séminaire de Vernant. De surcroît, en 1977, il venait chercher sa jeune femme, Jane Taafe, alors enceinte de leur fils Angelos, à la sortie du cours que Françoise dispensait à Censier. On bavardait : ce jeune homme souriant et discret venait de soutenir sa thèse de 3e cycle sur « La seconde guerre médique d’après Hérodote et Diodore de Sicile », sous la direction de François Chamoux… que Françoise avait eu comme professeur de lycée. La rencontre avec Manolis réveilla des souvenirs bien plus anciens : remontant jusqu’aux temps où, à la Sorbonne, dans les couloirs de l’Institut de Grec, il initiait généreusement les jeunes étudiantes de licence aux mystères de l’accentuation. C’était en 1957 ! Tout cela nous l’évoquions à Joannina, au moment d’inventer METIS, dans une ambiance chaleureuse d’amitié, de camaraderie, voire de discussions animées (Manolis était au PAZOK…).

3En 1981, Nikos avait fondé à Joannina une petite maison d’édition, intitulée DAIDALOS. Il était en relation avec des éditeurs étrangers, tout particulièrement avec la maison Adolf M. Hakkert d’Amsterdam, spécialisée dans les textes anciens, latins et grecs. Il partageait ainsi son activité entre l’enseignement à l’université et ce qui était déjà sa passion, l’édition, produisant des textes classiques et des revues de philologie et d’histoire antique et byzantine.

4Ce n’est pourtant pas à Joannina que fut publiée METIS, mais à Athènes en 1986, aux Éditions E. Zacharopoulos, dirigées par Elli Zacharopoulou, fille du fondateur, avec qui Stella collaborait depuis longtemps. Sans abandonner l’Université de Joannina, où il a gardé son poste jusque en 2001, Nikos devient éditeur à Athènes, se consacrant à la modernisation de la maison Zacharopoulos, d’excellente réputation.

5Le premier numéro, METIS I-1, dont le titre MHTIS était en grec, et en français en 4e de couverture, est paru en 1986. En 1989, le vol. IV-1 était référencé chez Daedalus-I. Zacharopoulos S.A., après la fusion des deux maisons d’édition en 1988. Et le volume V (1-2, 1990) portait le nouveau nom de la maison d’édition : Daedalus. Du côté français le partenariat avec l’EHESS était indiqué dès le premier numéro. Une convention de vente et de diffusion devait être signée en 1987, entre Jean-Pierre Vernant, qui représentait le comité de rédaction et le président de l’EHESS.

6Les numéros se sont succédés, produits d’un va et vient laborieux entre Paris et Athènes : le travail scientifique, la préparation des textes, et la correction des épreuves se faisait à Paris, grand œuvre surtout de Stella. Le travail typographique, l’impression… et les charges financières incombaient aux Grecs, c’est-à-dire à Nikos Nikolaou.

7L’accueil reçu par les premiers numéros fut très favorable. Le but initial, faire de METIS un lieu de rencontre et de confrontation entre chercheurs, susceptible, par la multiplicité des approches empruntées à l’ensemble des sciences humaines, de décloisonner les études sur la Grèce ancienne, fut bien compris. En témoigne le colloque international, qui se tint à l’Institut français d’Athènes en 1992 et pour lequel Nicole Loraux s’est dépensée sans compter. Réunissant autour de l’équipe de METIS des spécialistes du monde grec mais aussi romain, tels Paul Veyne et John Scheid, ainsi que des anthropologues, comme Françoise Héritier, le colloque comportait, outre les conférences, des ateliers dirigés par les membres du comité de rédaction. Les actes de ce colloque sont parus en 1994-1995 dans le numéro double IX-X. L’hospitalité athénienne a fait de cette rencontre un moment inoubliable.

8Au fil des années le contenu de la revue s’est complexifié, sa présentation a changé, le comité de rédaction s’est élargi, voire rajeuni, le comité de lecture a été renouvelé et le travail s’est alourdi. Il a été pris en charge par une secrétaire d’édition, Agnès Tapin, qui maintenant assume à la fois le traitement informatique des manuscrits et des épreuves, la mise en page, et – avec l’aide des Éditions de l’EHESS – la présentation de couverture, tout en étant responsable de la communication avec Athènes pour l’impression, et de la réception des volumes à Paris. Agnès fut très heureuse quand l’occasion lui fut donnée de partir pour la Grèce pour y rencontrer l’équipe éditoriale de Daedalus et son directeur Nikos Nikolaou.

9Cette collaboration scientifique et intellectuelle s’est toujours doublée d’une amitié chaleureuse. On peut qu’évoquer ici les innombrables rencontres, à Paris et surtout à Athènes, les soirées de Kallithea, Jipé fumant le cigare sur le balcon surplombant l’Ilissos, les retours aux sites archéologiques, les tavernes, les paidakia et la retsina. Et surtout les séjours rituels de septembre dans les Cyclades, où Nikos et Joanna venaient nous rejoindre. Jipé a fait avec eux son dernier voyage en Grèce, dans la terre cycladique, terre fondatrice pour Phivi, fille de Nikos et de Joanna. Désormais, ils sont deux à nous manquer, Jipé et Nikos.

10Dans son entreprise éditoriale, la revue était un peu la « danseuse » de Nikos Nikolaou. Elle lui coûtait cher et ne lui rapportait guère, sinon de la joie et de la fierté. Mais ce n’était qu’une partie de son œuvre. Il publiait aussi la Revue des Études Néo-helléniques, en collaboration avec plusieurs universités et surtout avec l’Institut néo-hellénique de la Sorbonne.

11Parallèlement il avait inauguré une collection sur l’antiquité : Bibliothèque contemporaine de connaissance de l’Antiquité (Σύγχρονη ἀρχαιογνωστική βιβλιοθήκη), dirigée par Stella Georgoudi et Nikos A. Nikolaou. On publiait des traductions d’ouvrages de membres du Centre Gernet : Pierre Vidal-Naquet, Jean-Pierre Vernant, Marcel Detienne, Françoise Frontisi-Ducroux, mais aussi de Martin West, Laurent Pernot (La Rhétorique dans l’Antiquité), H.-I. Marrou (Histoire de l’éducation dans l’Antiquité), entre autres.

12Avec une autre collection, consacrée à la philosophie, Nikos continuait les publications de la maison Zacharopoulos, dont la revue Deukalion. Il a également publié en grec un grand nombre de titres de l’encyclopédie Que sais je ?

13Sa contribution, enfin, est essentielle dans le domaine de l’édition de textes classiques. Nikos Nikolaou a su proposer au public grec des ouvrages complets, avec édition critique, introduction et commentaires, produits par des spécialistes, en particulier des enseignants d’université. La qualité de cette série est reconnue. Soit par exemple, les Lois de Platon. Le fond de roulement de la maison d’édition était assuré par des publications juridiques, commandes officielles régulières. Sur ce plan aussi la maison fait référence.

14La crise financière de 2010 et les sanctions draconiennes imposées à la Grèce par l’Union européenne et le FMI ont durement frappé la population et les entreprises grecques. Les éditions Daedalus ne furent pas épargnées. Nikos lutta pendant des années contre les déficits et les créances impayées. Il sauva Daedalus mais y laissa sa santé. Il n’avait pas su faire sienne la règle que Montaigne s’était imposée pour les « affaires » : « j’ai promis de les prendre en main, non pas au poumon et au foie » (III, 10).

15L’œuvre de Nikos se poursuit, sous la direction de son épouse Joanna Savvinidou, qui a repris Daedalus et la publication de METIS. Le comité de rédaction, ses amis, la remercient, la soutiendront et lui souhaitent courage et réussite.

Table des illustrations

Titre Nikos Nikolaou et Jean-Pierre Vernant à Sérifos en 2005.
Crédits Cliché : Claude Frontisi.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/29782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search