Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Dossier : Des femmes qui comptent. Genre et participation sociale en Grèce et à Rome

Cicero on Greek Women Philosophers

Les femmes philosophes grecques chez Cicéron

Claudia Beltrão

Résumé

Cet article porte sur trois femmes philosophes grecques qui sont mentionnées dans les traités théoriques de Cicéron. Il s’agit d’étudier la façon dont l’auteur se réfère à elles, dans quels contextes et circonstances, afin de percevoir les mécanismes discursifs qui sous-tendent la mention de ces figures chez Cicéron. Considérer les brèves mentions d’Aspasie dans le De inventione, de Thémista dans le De finibus et de Léontion dans le De natura deorum nous permet de voir que l’éloge ou le blâme dépendent de l’argument qui est défendu ou critiqué dans chaque contexte argumentatif. Ces références à des femmes intellectuelles composent ainsi un tableau varié, chacune de ces références visant à produire un effet précis dans le discours de Cicéron.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cicero actively participated in a creative intellectual milieu in the late Republican Rome, which gave rise to a remarkable literary production in a lively dialogue with the Hellenistic thought.1 In his theoretical work, Cicero states, not only once, that he intended to provide his contemporaries with a sophisticated and well-developed philosophical language and training.2 In fact, Cicero devoted a great deal of time and attention to these issues, creating a vast and consistent theoretical work.3 His impressive corpus, for reasons whose discussion goes beyond the scope of this paper, is the most complete that came to us and one of the most authoritative in the Western tradition. Cicero’s work is also unescapable to most of what we know about the late Roman republic, providing a vast body of information and entailing a whole range of approaches and questions. Even in his public speeches, philosophical themes are abundant, and Cicero champions philosophy as an appropriate activity to ...

Auteur

Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search