Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des femmes qui comptent

Varia

Beyond Grand Theories and Family Resemblances

Toward a Discursive Approach to Greek Sacrifice

Au-delà des grandes théories et ressemblances familiales : pour une approche discursive du sacrifice grec

Kenneth W. Yu

Résumé

Cet article compare l’épisode du sacrifice dans l’Hymne homérique à Hermès (105-141), la lex sacra de Sélinonte et un relief votif de Patras, afin d’explorer comment poètes et artistes exploitaient la pratique du sacrifice pour façonner une compréhension collective de la vie sociale et religieuse. En même temps, j’interroge les postulats non fondés des méthodologies modernes, lesquelles attribuent des valeurs historiques inégales aux mythes, aux inscriptions et à la documentation archéologique. Je conclus que décrire le sacrifice de l’Hymne comme simplement imaginaire, et la lex sacra ou le relief de Patras comme révélateur des réalités religieuses, ne découle pas des sources antiques mais davantage des interprétations modernes. En revanche, j’insiste sur le fait que chaque comparandum devrait être évalué selon ses interventions spécifiques dans le répertoire des représentations du sacrifice. L’objectif n’est pas de reconstruire une logique totalisante du sacrifice, mais de dévoiler les différents types de raisonnements moraux, souvent conflictuels, que les acteurs de la religion grecque pouvaient appliquer à leurs rituels.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

It has become perfunctory to commence studies on Greek sacrifice by acknowledging the long lasting and profound influence of Jean-Pierre Vernant and Walter Burkert, followed immediately by remarking on the limitations of their respective theories.1 Vernant largely excluded evidence that countered his insistence on the socializing function of animal sacrifice and the subsequent feast, while Burkert unduly privileged the Bouphonia, a specifically Athenian ritual described by Porphyry in his treatise on the advantages of vegetarianism, in order to position human aggressiveness and the killing of the animal at the core of the practice.2 Since then, scholars have cautioned against grand theories and even questioned the utility of the category of sacrifice for the study of Greek religion.3

My aim in this article is neither to contribute to the chorus of criticism of previous theories, nor to proffer yet another all-embracing approach, but to interrogate certain methodological a...

Auteur

University of Toronto

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search