Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

Résumés

Texte intégral

1Sandra Boehringer, avec la collaboration de Violaine Sebillotte Cuchet

2Vingt ans de réflexion. Mètis et le genre (1992-2012)

3Les rencontres qui sont à l’origine de cet ouvrage font écho aux travaux de l’atelier « Autour d’une anthropologie des sexes » organisé en 1992 par Stella Georgoudi lors du colloque La Grèce ancienne et l’anthropologie de l’Antiquité. Elles se nourrissent également des nombreux développements de la recherche en sciences humaines de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle. La récente redéfinition par Joan Scott du « genre » croisée avec les recherches en histoires de la sexualité (Foucault, Davidson) et en pragmatique des discours antiques (Calame, Dupont) permet aux spécialistes de l’Antiquité de construire un outil d’analyse adapté aux sociétés qu’ils étudient — une façon d’observer le passé en tentant de ne pas imposer de grilles d’analyse rigides, une façon de ne pas présupposer que « les hommes » ou « les femmes » sont des catégories anhistoriques. Le choix d’une enquête portée par une question large — celle de la « fonction » et de son adéquation à l’individu — permet à l’anthropologue de mieux comprendre les éléments qui permettent de catégoriser et de caractériser les groupes ou les personnes, sans postuler a priori que l’identité de sexe est un élément pertinent. En lieu et place d’une anthropologie de la « différence des sexes », il s’agit désormais de pratiquer une anthropologie du genre.

4Mots-clé : genre – anthropologie – discours – fonction – historicisation

5The encounters who made this volume possible echo back to the workshop «Around the anthropology of sexes» that Stella Georgoudi organized in 1992 during the «Ancient Greece and the Anthropology of Antiquity» conference. They also draw upon the many developments of the human sciences research of the end of the XXth century and the beginning of the XXIst. Joan Scott’s recent redefinition of gender, together with researches into history of sexuality (Foucault, Davidson) and studies in pragmatics of ancient discourses (Calame, Dupont) provide scholars specializing in Antiquity with a valuable tool for analyzing the societies they study. They enable them to observe the past without imposing rigid analytical frameworks and without assuming that «men» and «women» are ahistorical categories. This inquiry into the large topic of «function» and its adaptation to the individual aims at developing a better understanding of what was used to categorize and describe groups and persons. But it avoids assuming that sex identity is a relevant category. It calls for replacing the anthropology of the difference of sexes by the anthropology of gender.

6Keywords: gender – anthropology – discourses – function – historicization

I. LES IDENTITÉS ET LES CHAMPS D’ACTION

7Claude Calame

8Soi-même par les autres : pour une poétique des identités auctoriales, rythmées et genrées (Pindare, Parthénée 2)

9Si la mort de l’auteur a pu être annoncée par Roland Barthes en 1968, l’année suivante Michel Foucault lui restituait une consistance par le concept de « fonction-auteur ». Cette double mise en question de la notion traditionnelle d’auteur s’inscrit dans l’interrogation sur la consistance du sujet occidental en tant que personne et individu. Les formes de la poésie grecque en je nous invitent à aborder la question du point de vue de l’instance d’énonciation et du sujet de discours. Partagé dans sa performance rituelle entre voix chorale féminine et voix masculine du poète, l’un des parthénées de Pindare permet d’engager une réflexion sur l’affirmation d’autorité et sur les fonctions sociales d’un sujet de discours polyphonique, brouillant les positions de genre.

10Mots-clé : sujet de discours – identité énonciative – voix d’autorité – parthénée – Pindare

11In 1968, Roland Barthes announced the death of the author. The following year Michel Foucault gave back to it a new existence through the concept of «fonctionauteur». This double questioning of the traditional notion of the author corresponds to the questioning of the Western subject as a person and an individual. The different forms of Greek poetry with a strong presence of the enunciative invite us to approach the question under the point of view of the «sujet de discours» and of the «instance d’énonciation». Divided in its ritual performance between a female choral voice and the male voice of the poet, a partheneion by Pindar leads to further thought about the affirmed authority and the social functions of a polyphonic subject of discourse blurring the expected gender positions.

12Keywords: subject of discourse – utterance – authoritative voice – partheneion – Pindar

13Annalisa Paradiso

14Gorgô et les manipulations de la fonction

15Gorgô fut la fille, la femme et la mère de trois rois de Sparte. Sa fonction royale fut manipulée par la propagande des Agiades et des Eurypontides. Les sources anciennes la présentent d’abord comme la vestale de l’eunomie spartiate, ainsi qu’une femme à l’intelligence brillante, ensuite comme l’épouse et la mère de guerriers spartiates.

16Mots-clé : Gorgô – Sparte – fonctions – historiographie

17Gorgo was the daughter, the wife, and the mother of three Spartan kings. Her royal function was manipulated by the propaganda of the Agiads and the Eurypontids. The ancient sources introduce her at first as the vestal of Spartan eunomia, and also as a brilliant and intelligent woman, then as the wife and the mother of Spartan warriors.

18Keywords: Gorgo – Sparta – royal function – historiography

19Maria Cecilia D’Ercole

20Marchands et marchandes dans la société grecque classique

21Quelle est la place des femmes marchandes dans la société grecque classique, notamment athénienne ? À partir des documents littéraires et épigraphiques, mon enquête souligne tout d’abord la démarcation sociale qui existe dans le monde grec — et romain aussi — entre le commerce local (kapêleia, tenuis mercatura) et les échanges sur la longue distance (emporia, magna mercatura) : si le premier est déprécié, le deuxième est considéré comme une pratique socialement utile. Dans cette échelle de valeurs, les femmes occupent un rang modeste, puisqu’elles gèrent un commerce local dans des domaines circonscrits (alimentation, vestiaire…). La variété des métiers montre par ailleurs l’intégration de ces figures féminines dans le monde du travail urbain spécialisé, connu à partir du Ve siècle. Quant aux espaces du commerce au féminin, l’organisation par secteurs du marché (notamment athénien), fait penser à des regroupements spontanés de femmes selon la nature des marchandises vendues. Pour conclure, les logiques du genre ne semblent pas influencer directement les représentations sociales des femmes marchandes dans la polis classique ; cependant, les contraintes imposées par le genre déterminent leur place à l’intérieur d’une hiérarchie sociale, appliquée aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

22Mots-clé : commerce – femmes – spécialisation – marché – representations

23Which was the place women held in the dynamics of exchange in Greek classical society, particularly in Athens? Based on literary and epigraphical data, this paper firstly underlines the boundaries, existing both in the Greek and the Roman world, between local and long distance trade. If the former (kapeleia, tenuis mercatura) was underrated, the latter (emporia, magna mercatura) was more appreciated as socially useful. Yet within this hierarchy of values, women were placed in a low position, as they managed a local trade limited to some specific goods (food, clothes…). On the other hand, the variety of women’s occupations shows that they were fully integrated in the Greek system of specialized urban labour, known at least since the fifth century B.C. Regarding the spatial organization of the Greek market, especially in Athens, the women probably gather in different spontaneous groups according to the nature of the goods they sell. In conclusion, the gender logic does not seem to directly influence the social representation of women involved in trade in the classic «polis». However, gender imposed constraints determine the women’s place within the context of a social hierarchy concerning men as well as women.

24Keywords: trade – women – specialization – market – representations

25Anna Chiaiese

26La guerre à l’intérieur et à l’extérieur : jeux du genre entre Argos et Tégée

27Télésilla et Marpessa. Argos et Tégée. Deux leaders, deux poleis sauvées par des γυναῖϰες guerrières, dont l’action efficace contre un ennemi extérieur est associée, à l’intérieur de la cité, à des rites marqués par des caractéristiques exceptionnelles. Ces deux traditions mettent en cause la fonction généralement attribuée aux femmes en situation de guerre : participer au conflit par des contributions inutiles, souvent nuisibles (θόρυβος), témoignant de la défaillance féminine à la bataille ou, à l’inverse, combattre avec courage et compétence, mais seulement au prix d’une certaine virilisation. Les histoires d’Argos et de Tégée mettent au contraire en scène des femmes incarnant positivement les vertus masculines de la guerre et qui, à partir de ce cadre, dans une forme de contiguïté narrative, se trouvent à exercer un rôle central sur le plan sacrificiel et/ou cultuel. Épouses et mères, tout en étant guerrières, ces femmes gardent leur fonction dans la cité et soulèvent ainsi des questions quant à la proverbiale marginalité du féminin par rapport au monde politique des Grecs.

28Mots-clé : Argos – Tégée – Télésilla – Marpessa – guerre – femme – épouse – mère

29Telesilla and Marpessa. Argos and Tegea. Two leaders, two poleis, saved by warriors γυναῖϰες. Their war action against external enemy is associated with some «strange» rites into the city. These two traditions call into question the function generally assigned to women in war: to take part in conflict with useless and often detrimental contributions (θόρυβος), showing female inadequacy in the battle or, vice-versa, to fight with bravery and proficiency, but only at a price of a certain virilization. The Argos and Tegea affairs talk about women who personify very well male warlike virtues and, from the war area, because of contiguity, they go to play a central role in the field of sacrifice and cult. These wives and mothers, even if they become warriors, don’t abdicate their recognized function in the city and, in consequence, they raise issues regarding the proverbial female marginality in the Greek politics.

30Keywords: Argos – Tegea – Telesilla – Marpessa – war – woman – wife – mother

II. FEMMES ET ACTIONS EN POLITIQUE

31Louise Bruit

32La prêtresse et le roi. Réflexions sur les rapports entre prêtrise féminine et pouvoir

33Dans la cité grecque, prêtres et prêtresses sont placés sous l’autorité et le contrôle de la polis. Que se passe-t-il lorsqu’un conflit oppose le pouvoir que représente le prêtre et l’autorité politique ? Le genre du détenteur du sacerdoce joue-t-il alors un rôle ? On sait que prêtres et prêtresses ne sont radicalement distingués ni par leur mode de désignation, ni par leurs fonctions rituelles ou administratives, ni par leurs honneurs et privilèges. À travers divers exemples empruntés à des témoignages de différentes époques, et à des sources de natures différentes, on se propose de montrer comment l’affrontement des prêtresses aux représentants de l’autorité : rois, tyrans ou assemblées, s’expliquent d’abord par leur fonction, plaçant prêtres et prêtresses dans des situations parallèles. Ils permettent de faire l’hypothèse d’une dissociation du couple que constituent la fonction et le sexe.

34Mots-clé : prêtrises – masculin – féminin – tyrannie – transgression – autorité

35In the Greek city, priests and priestesses are under polis control. What happens if conflictual situation appears between priests and political authority? Does the gender of the priesthood holder matter? Nor designation, nor ritual, nor administrative or financial functions, nor honors or privileges, really distinguish priests and priestesses. We shall argue, borrowing examples from different periods, that priestesses braving authority (kings, tyrants or assemblies) are first acting as religious personalities, just as priests may also do.

36Keywords: priesthood – priestess – tyranny – transgression – authority

37Claire Jacqmin

38Arbitres et règlements de conflits : Pausanias et le cas des seize femmes des cités d’Élide

39À la suite de son récit étiologique sur la fondation des Hêraia et l’origine des seize femmes en charge de l’organiser, Pausanias présente une seconde version qui suscita la suspicion de nombreux historiens. Dans celle-ci, l’auteur décrit ces femmes comme exerçant une fonction d’arbitre, choisies pour régler les conflits existant entre les cités de Pisa et d’Élis. Pausanias les dit reconnues pour leur sagesse, choisies parmi l’ensemble des cités d’Élide, et suggère, par son récit une visibilité des femmes dans l’espace public et politique qui nous permet de revisiter la fonction d’arbitre telle qu’elle était exercée à l’époque archaïque. Selon les informations données par Pausanias, les critères utilisés pour choisir un arbitre dépendaient en partie des qualités reconnues publiquement à une personne, homme ou femme, qualités qui justifiaient en retour sa sélection à cette fonction. Ce témoignage de Pausanias n’est pas unique et suggère que certaines fonctions publiques et politiques, loin d’être « genrées », pouvaient être ouvertes aux femmes comme aux hommes.

40Mots-clé : arbitrage – femmes – Élis – Pausanias – function

41Following his aetiological narrative on the foundation of the Heraia and the origins of the sixteen women in charge of its organization, Pausanias introduces a second version, doubtful to many historians. In this version, the author describes these sixteen women as being chosen as arbitrators to solve conflicts between the cities of Pisa and Elis. Pausanias describes them as being reknowned for their wisdom and publicly chosen by the cities of Elis. This text suggests therefore a wider visibility of women within the public and political domains, and allows us to revisit the function of arbitratory, and its criteria, during the archaic period. Indeed, according to the information given by Pausanias, the criteria used to select an arbitrator seemed to depend partly, on the personal qualities attributed to the person selected, either man or woman. The public recognition of those qualities would then justify the selection itself. The testimony given by Pausanias is not unique and suggests that some public and political functions, far from being gendered, were open to both men and women.

42Keywords: arbitration – women – Elis – Pausanias – function

43Sandra Péré-Noguès

44Aristomaché et Arétè, deux femmes dans la tourmente des guerres civiles à Syracuse

45Cette analyse retrace l’histoire peu connue d’Aristomaché et de sa fille Arétè, respectivement épouse et fille de Denys l’Ancien. Dans la Vie de Dion, Plutarque donne à voir quel fut le destin de ces deux femmes, unies par les liens indéfectibles du sang et confrontées aux pires heures de l’histoire de Syracuse. Leur destin est aussi l’histoire d’une dynastie familiale dans laquelle toutes deux assumèrent dignement leurs fonctions d’épouses et de mères jusqu’à leur assassinat. À partir du récit de Plutarque, un récit qui fut largement influencé par la tradition de l’Académie, il s’agira de s’interroger sur les liens établis par les Anciens entre ces femmes et leurs fonctions, sur la perception de la place occupée par ces femmes au cœur du pouvoir dionysien, et sur la mise à l’épreuve de ces liens dans un contexte de guerre civile

46Mots-clé : Aristomaché – Arétè – Dion – Denys – Syracuse – Plutarque

47This paper focuses on the history of Aristomache and her daughter Arete, who were respectively wife and daughter of Dionysius the Elder. In the Life of Dio, largely influenced by the tradition of the Academy, Plutarch gives us an idea about their destinies during the civil wars in Syracuse. Several pieces of evidence allow us to analyze the links the Ancients established between these women and their functions, the perception that they had of the place women held in the Dionysian government, and the evolution of these links during the civil war.

48Keywords: Aristomache – Arete – Dio – Dionysius – Syracuse – Plutarch

49Stefano Caneva

50La face cachée des intrigues de cour. Prolégomènes à une étude du rôle des femmes royales dans les royaumes hellénistiques

51L’article propose une discussion générale sur certains problèmes posés par les sources anciennes lorsqu’on aborde le sujet du rôle et du statut publics des reines de tradition macédonienne au début de l’époque hellénistique. Il s’agit notamment de partir de la représentation des femmes royales dans les récits stéréotypés sur la dégénérescence morale des cours hellénistiques, pour réfléchir sur les faces cachées politiques, idéologiques et socio-économiques que ces récits n’ont pas mises en évidence. À ce propos, divers cas d’études sont explorés pour encourager aussi une réflexion sur les relations entre les types de sources dont on dispose et les différents regards qu’elles permettent : ceux-ci peuvent concerner la dimension factuelle des individus et des événements, ou la catégorie plus générale de la fonction, affectée par les développements concernant les traditions de légitimation et de « délégitimation » du pouvoir féminin.

52Mots-clé : amour – complot – basilissa – divinisation – évergétisme

53This paper provides a general discussion of some problems raised by ancient sources when one approaches the public role and status of queens of Macedonian tradition in the early Hellenistic period. The aim is to start with the representation of royal women in stereotypical tales on the moral degeneration of Hellenistic courts in order to investigate the hidden political, ideological, and socio-economic aspects, which these tales have not emphasized. To this end, some case studies are explored in order to promote a reevaluation of the relationship between available source types and the different insights that they allow: these may refer to the factual level of individual persons and events or to the more general category of function, which is influenced by the evolutions in the traditions of legitimizing/delegitimizing female power.

54Keywords: love – plot – basilissa – divinization – evergetism

III. CORPS DES HUMAINS, CORPS DES DIEUX : L’IMAGINAIRE DU GENRE

55Gabriella Pironti

56Des dieux et des déesses : le genre en question dans la représentation du divin en Grèce ancienne

57« Une déesse n’est pas une femme », écrivait Nicole Loraux. Dans la représentation de ces puissances divines qui ne sont pas des « personnes », non seulement le statut de theos l’emporte sur le genre, mais les fonctions qui leur sont attribuées ne sont pas déterminées de manière systématique par l’organisation du panthéon en dieux et déesses. La relation masculin/féminin dans le monde des theoi est envisagée ici moins comme une polarité catégorielle que comme un moyen « déclinatoire » permettant à la fois de construire et de démultiplier les souples architectures des configurations divines.

58Mots-clé : genre – divinités – féminin – épiphanie – anthropomorphisme

59«A goddess is not a woman», wrote Nicole Loraux. In Greek polytheism, «deities» are not «persons» but «divine powers». Accordingly, the status of theos transcends gender, and the functions attributed to each deity are not systematically determined by the division of the pantheon into gods and goddesses. In the world of theoi, the male/female relationship is less a rigid polarity than a manifold tool used to create a «declension» of the divine powers, articulating the sophisticated architecture of the divine world.

60Keywords: gender – goddesses – feminine – epiphany – anthropomorphism

61Violaine Sebillotte Cuchet

62Femmes et guerrières, les Amazones de Scythie (Hérodote, IV, 110-117)

63Dans la Grèce des cités, il existerait, selon l’opinion admise, un idéal de comportement différencié pour les filles et les garçons : faire des enfants pour les unes et la guerre pour les autres. Il existerait également un imaginaire qui exploiterait une grande variété de comportements possibles mais dans lequel un type ressortirait avec constance, celui de la vierge guerrière (déesse ou Amazone) qui refuse le mariage pour s’engager dans une fonction dévolue normalement aux hommes. Pourtant, nous disposons d’un document très connu, le récit d’Hérodote sur les Amazones de Scythie, qui ne correspond pas à cette vision générale : l’historien y mentionne des femmes guerrières et séduisantes qui ont des enfants et leur transmettent sans états d’âme leur façon d’être. Comment traiter ce récit qui tranche avec l’idée reçue d’une opposition complémentaire, sorte de norme anthropologique nette et constante, entre hommes guerriers et femmes épouses ? Chez Hérodote, les Amazones sont des guerrières comme les autres, elles sont par ailleurs des épouses et deviennent des mères dans un récit étiologique qui fait se succéder les différentes fonctions. En revanche, les Sauromates, issus des unions des Amazones et des jeunes Scythes, sont des individus qui se trouvent simultanément et selon leur sexe, revêtir les fonctions de guerrier/guerrières, époux/épouses et pères/mères. Si les femmes citoyennes sont exclues des armées régulières (comme des assemblées et des tribunaux), le texte d’Hérodote, éclairé par la documentation de son époque, montre que, dans la Grèce des cités, il pouvait être considéré comme tout à fait normal de les trouver présentes en armes, lorsque la cité avait besoin d’elles.

64Mots-clé : Hérodote – Amazone – Scythie – guerrière – Sauromates

65In Greek cities, it is commonly held, there were two very different ways of life for girls and boys: either making children or making war. It also seems that the Greek imaginaire explored a wide range of possible behaviours even if one of them emerges constantly, the model of the virgin warrior (a divinity or an Amazon) avoiding marriage to engage in a function usually limited to men. Nevertheless, there is a very well known document, Herodotus’ story of the Scythian Amazons, that does not fit this broad picture. In this text, Herodotus mentions seductive female warriors who beget children and teach them their own way of life without a qualm. How shall we consider this outstanding story that challenges the complementary opposition — usually presented as an anthropological norm — between male warriors and female spouses? In Herodotus, Amazons fight in war as male warriors do, and they are also spouses, becoming mothers in an etiological account that makes the different functions succeed one another. On the other hand, the Sauromatians, born from Amazons and young Scythians, are simultaneously, and according to their sex, female/male warriors, male/female spouses, fathers/mothers. If women citizens are excluded from regular armies (as from political assemblies and courts), Herodotus’story, elucidated by documentation of his time, shows that in the Greek cities, it could be absolutely normal for women to bear arms, when the city needed them.

66Keywords: Herodotus – Amazon – Scythians – female warrior – Sauromatians

67Pauline Schmitt Pantel

68L’histoire de Damocrita dans les Histoires d’amour de Plutarque : la vengeance d’une mère épouse de citoyen à Sparte

69Parmi les « Histoires d’amour » — Erotikai Diegeseis — de Plutarque un récit concerne une femme de Sparte nommée Damocrita. Elle est l’épouse d’un citoyen spartiate : Alkippos et mère de deux filles. Son époux est contraint à l’exil par les éphores, alors que Damocrita et ses filles sont obligées de rester dans la cité. Elles sont de plus privées de biens et donc, pour les jeunes filles, de la possibilité d’avoir une dot, de se marier, et de procréer des enfants légitimes. Damocrita lors d’une fête religieuse met le feu à un édifice où se trouvent les épouses des magistrats de Sparte. Puis elle tue ses filles et se suicide. Ce récit est ici étudié dans la perspective d’une histoire du genre. Loin de décrire un « fait divers » qui serait dû à la nature violente de Damocrita, il apparaît comme la mise en scène de la résistance d’une épouse de citoyen devant la perte de tout statut, matrimonial, économique et politique.

70Mots-clé : Damocrita – Plutarque – statu – mère – violence

71Among the «Stories of love» — Erotikai Diegeseis — of Plutarch there is a story of a Spartan woman named Democrita. She was the wife of Alkippos, a Spartan citizen and mother of two daughters. Her husband was forced into exile by the Ephors while Democrita and her daughters were required to remain in the city. Moreover, she and her daughters were deprived of property and, therefore, the daughters lost the possibility of having a dowry, marrying, and having legitimate children. During a religious celebration, Damocrita set fire to a building where the wives of the Spartan magistrates met. Then she killed her daughters and committed suicide. This article examines the gender aspects of this story. Far from describing an «exceptional event» caused by Damocrita’s violent nature, the account is a dramatization of the resistance of a citizen’s wife to the loss of her matrimonial, economic et political status.

72Keywords: Damocrita – Plutarch – status – mother – violence

73Adeline Grand Clément

74Porter la culotte : enquête sur l’imaginaire du pantalon dans le monde grec

75L’étude récente de C. Bard a montré que l’histoire du port du pantalon et de sa conquête par les femmes au cours de l’époque contemporaine mobilise la question du genre, de l’autorité et du pouvoir. Mais qu’en est-il en Grèce ancienne, où la norme vestimentaire repose principalement sur le recours à des pièces d’étoffes drapées ? À quel type d’individus ce « vêtement bifide fermé » se trouve-t-il associé ? Sert-il, dans certains contextes, à marquer une frontière entre les sexes, les activités et les espaces qui leur sont impartis, comme cela a été le cas dans la France contemporaine ? Pour mettre au jour le système de valeurs et de représentations associé au pantalon dans l’imaginaire social grec et retrouver les catégories de pensée antiques, l’enquête débute par une analyse du lexique. Les occurrences du terme « anaxyrides » dans les sources littéraires révèlent notamment qu’il s’agit d’un élément caractéristique du costume de l’uniforme militaire des Mèdes, des Scythes et des Perses, mais plus largement d’une tenue fonctionnelle pour les cavaliers et archers étrangers. Le port de ce « sac à jambes » (thulakoi) qui recouvre le bas du corps, le dissimule, concerne plutôt des hommes, qu’il tend parfois à féminiser, opérant alors un brouillage des genres. Les données iconographiques procurent un éclairage différent et complémentaire : les caleçons fonctionnent comme un signe iconique qui permet un jeu d’opposition entre l’hoplite grec et l’« autre guerrier », archer ou cavalier — voilà pourquoi c’est le type de vêtement qu’arborent les Amazones. Au terme de l’étude, il apparaît donc que, dans l’imaginaire hellénique, le pantalon relève surtout d’une éthique militaire et d’un modèle socio-politique perçus comme étrangers à ceux de la cité.

76Mots-clé : costume – Barbare – identité – représentations – genre

77As C. Bard recently showed, the history of the wearing of the trousers and of its «conquest» by women through the contemporary era involves matters such as gender, authority and power. But what about Ancient Greece, where the clothing norm relies mainly on the resort to pieces of draped fabric? What kinds of individuals are associated to this «bifid closed garment»? Is it used, in some specific contexts, to mark a border between sexes and their assigned activities and spaces? In order to shed light on the value system associated to trousers in the Greek mind, the inquiry starts from an analysis of the lexicon. The use of the word «anaxyrides» in literary texts shows that it is a characteristic element of the military uniform of the Medes, the Scythians and the Persians, but more generally a functional outfit for foreign horsemen or bowmen. The wearing of these «bags for legs» (thulakoi) that cover the lower part of the body, that conceal it, concerns rather men and may tend to feminize them. The iconographic data bring a different and complementary light: the pants function as an iconic sign that draw opposition between the Greek hoplite and the «other warrior», bowman or horseman — that’s why Amazons often wear such kind of costume. We may conclude therefore that, in the Greek mind, trousers are related to a military ethic and a socio-political model perceived as foreign to those of the city.

78Keywords: costume – Barbarian – identity – representations – gender

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par