Version classiqueVersion mobile

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

III. Corps des humains, corps des dieux : l'imaginaire du genre

Porter la culotte : enquête sur l’imaginaire du pantalon dans le monde grec

Adeline Grand-Clément

Résumé

L’étude récente de C. Bard a montré que l’histoire du port du pantalon et de sa conquête par les femmes au cours de l’époque contemporaine mobilise la question du genre, de l’autorité et du pouvoir. Mais qu’en est-il en Grèce ancienne, où la norme vestimentaire repose principalement sur le recours à des pièces d’étoffes drapées ? À quel type d’individus ce « vêtement bifide fermé » se trouve-t-il associé ? Sert-il, dans certains contextes, à marquer une frontière entre les sexes, les activités et les espaces qui leur sont impartis, comme cela a été le cas dans la France contemporaine ? Pour mettre au jour le système de valeurs et de représentations associé au pantalon dans l’imaginaire social grec et retrouver les catégories de pensée antiques, l’enquête débute par une analyse du lexique. Les occurrences du terme « anaxyrides » dans les sources littéraires révèlent notamment qu’il s’agit d’un élément caractéristique du costume de l’uniforme militaire des Mèdes, des Scythes et des Perses, mais plus largement d’une tenue fonctionnelle pour les cavaliers et archers étrangers. Le port de ce « sac à jambes » (thulakoi) qui recouvre le bas du corps, le dissimule, concerne plutôt des hommes, qu’il tend parfois à féminiser, opérant alors un brouillage des genres. Les données iconographiques procurent un éclairage différent et complémentaire : les caleçons fonctionnent comme un signe iconique qui permet un jeu d’opposition entre l’hoplite grec et l’« autre guerrier », archer ou cavalier — voilà pourquoi c’est le type de vêtement qu’arborent les Amazones. Au terme de l’étude, il apparaît donc que, dans l’imaginaire hellénique, le pantalon relève surtout d’une éthique militaire et d’un modèle socio-politique perçus comme étrangers à ceux de la cité.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, 2010 (la définition guillemets est celle (...)
  • 2 Pierre Bourdieu a montré comment le contrôle des corps et des apparences imposé aux femmes contribu (...)
  • 3 Christine Bard, Ce que soulève la jupe, Paris, 2010.

1Une ordonnance du préfet de police de Paris datant du 26 brumaire an IX (17 novembre 1800) stipule que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture pour en obtenir l’autorisation ». Que faut-il entendre par « s’habiller en homme » ? Il s’agit de porter le pantalon, ce « vêtement bifide fermé » dont Christine Bard a écrit récemment l’histoire1 et qui est alors l’apanage des hommes. Lié à des fonctions et activités exercées par les personnes de sexe masculin, il est réservé à ceux qui monopolisent les postes d’autorité. Les femmes demandant à « s’habiller en hommes » font donc l’objet d’un contrôle strict et doivent justifier d’une activité spécifique ou de raisons de santé particulières. L’ordonnance de 1800 a pour but de réaffirmer le primat du système patriarcal au sein de la société française, après les « désordres » de la Révolution2. En retraçant les étapes de la conquête du pantalon par les femmes aux XIXe et XXe siècles, Christine Bard a mis en lumière la place que peut prendre une simple pièce de tissu dans l’histoire des relations entre les sexes. Elle a analysé la complexité des évolutions, qui n’ont rien de linéaire et s’établissent entre normes et transgressions. Le pantalon a fini par devenir un vêtement unisexe, et c’est désormais la jupe qui fait l’objet de négociations et cristallise la question du rapport entre le masculin et le féminin3.

  • 4 L’adoption du pantalon, comme élément du costume bourgeois, participe de ce que le psychanalyste br (...)
  • 5 Christine Bard, op. cit. (n. 3), p. 132.
  • 6 À l’inverse, aujourd’hui encore, le droit du travail permet à certains employeurs d’imposer à leurs (...)

2L’histoire du pantalon révèle la multiplicité des paramètres qui informent les systèmes vestimentaires et leurs évolutions : la question du genre, d’abord, car le vêtement a longtemps été un marqueur de masculinité ; celle du politique, également, car l’interdiction de « porter la culotte » (expression qui apparaît à la Révolution) va de pair avec l’exclusion de l’exercice du pouvoir. Mais interfèrent aussi des enjeux liés au statut social ou à l’origine ethnique. Selon que le pantalon est large ou moulant, couvre partie ou totalité des jambes, il se voit attribuer une signification différente. Avant la Révolution, les culottes des nobles laissent le jarret dégagé et visible, le mettant ainsi en valeur ; elles s’opposent aux chausses non ajustées des gens du peuple, baptisés les « sans-culottes ». Ce n’est qu’au XIXe siècle que le vêtement masculin finit par s’uniformiser et que le port du pantalon, sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, se généralise pour tous les hommes4. Ajoutons qu’à la même époque, le costume viril de l’Occidental s’affirme fièrement face aux robes et djellabah des peuples colonisés, tenues exotiques perçues comme dévalorisantes et dévirilisantes — une marque d’infériorité et de retard culturel5. Le pantalon signale en outre un certain mode de vie, un type d’activité, une fonction ou un métier particulier. Ainsi, l’interdiction faite aux femmes en 1800 se trouve assouplie à la fin du XIXe siècle par deux lois, qui autorisent des exceptions, pour la pratique de la bicyclette et de l’équitation — activités nécessitant une liberté de mouvement des jambes6.

  • 7 Pour une mise au point historiographique sur le vêtement grec et ses fonctions, cf. Florence Gherch (...)
  • 8 C’est sans doute le port du voile qui distingue le mieux les femmes des hommes dans l’espace public (...)
  • 9 La nature du régime politique peut également influer : si l’on en croit le « Vieil oligarque », dan (...)
  • 10 Sur le costume des prêtres dans les processions, cf. Christopher Jones, « Processional Colors », St (...)
  • 11 Sur la réglementation touchant l’apparence vestimentaire, cf. Harriane Mills, « Greek Clothing Regu (...)
  • 12 Sur le rôle de ces magistrats, cf. Daniel Ogden, « Controlling Women’s Dress : gynaikonomoi », in L (...)

3Ce détour par le monde contemporain fournit à l’helléniste matière à réflexion. Certes, les différences avec les réalités antiques sont considérables. En premier lieu, la variété de la garde-robe des Hellènes est loin d’égaler celle qui existe dans les sociétés modernes en termes de formes, de couleurs, de matières. La tradition vestimentaire grecque repose sur l’utilisation d’une pièce de tissu généralement rectangulaire, pliée et drapée7. Cette simplicité apparente ne signifie pas uniformité : des variations sont possibles en fonction de la qualité de l’étoffe, de la manière d’ajuster le vêtement, de ses dimensions, de ses couleurs et de son ornementation. Les Grecs peuvent ainsi afficher des différences de statut social et établir une ligne de démarcation entre les hommes et les femmes8. Cependant, les normes vestimentaires semblent moins codifiées qu’à Rome — c’est du moins ce que suggèrent les sources écrites conservées — et les configurations varient suivant les cités et les époques9. Les prêtres et les magistrats peuvent, dans certains contextes, porter un costume qui se distingue par sa matière, sa couleur ou son décor et pourrait être rapproché de nos « uniformes »10. Les règlements religieux et les lois somptuaires indiquent en outre que les pratiques vestimentaires font parfois l’objet d’une codification lors des funérailles, des fêtes ou à l’intérieur de certains sanctuaires11. Or les femmes sont les premières touchées par les restrictions et les prescriptions. Une telle attention portée au vêtement féminin relève du même souci de maintien de l’ordre public qui a présidé à la création, dans les cités, des « gynéconomes », magistrats chargés de contrôler plus particulièrement le comportement de la composante féminine au sein de la cité12.

  • 13 Cf. les listes de vêtements offerts aux divinités et déposés dans les temples, comme celles que l’o (...)
  • 14 Elizabeth J. W. Barber, Prehistoric Textiles. The Development of Cloth in the Neolithic and Bronze (...)
  • 15 Roland Barthes, Système de la mode, Paris, 1967, p. 13-15. Sur les méthodes à mettre en œuvre pour (...)

4La seconde donnée qui différencie l’enquête de l’helléniste de celle des sociologues et historiens modernes tient à la nature des sources disponibles. En effet, les systèmes vestimentaires des Grecs, qui ont varié au cours du temps, nous sont connus principalement (voire presque exclusivement) par les témoignages littéraires et iconographiques. L’épigraphie fournit des données difficiles à interpréter13 et les découvertes archéologiques de tissus demeurent rares, dans une région où le climat n’a pas permis, à de rares exceptions près, la conservation des fibres végétales et animales14. L’essentiel de la documentation disponible est donc le produit de représentations mentales qui peuvent être en décalage par rapport aux pratiques effectives. Elle nous donne accès à seulement deux des trois types de vêtement identifiés par Roland Barthes : le « vêtement écrit » et le « vêtement-image », qui ne correspondent pas exactement au « vêtement réel »15. Il suffit d’en avoir conscience : il est difficile d’écrire une histoire du pantalon dans l’Antiquité, mais l’on peut tenter de reconstituer l’ensemble des valeurs attribuées à ce vêtement dans l’imaginaire collectif grec. Nous nous intéresserons plus particulièrement ici au rôle joué par la question du genre et celle de la fonction assignée à un individu. Que fait le pantalon à celles et ceux qui le portent, aux yeux des Grecs ? Ce vêtement sert-il, dans certains contextes, à marquer une frontière entre les sexes, les activités et les espaces qui leur sont impartis, comme cela a été le cas dans la France contemporaine ? Pour tenter d’apporter des réponses et mesurer l’écart qui existe avec le temps présent, commençons par analyser le vocabulaire grec du pantalon, afin de retrouver les catégories de pensée qu’il mobilise.

  • 16 Citons pantalon(s), chausses ou hauts-de-chausses, caleçon(s), braies, culotte(s),… La significatio (...)
  • 17 Les autres termes grecs sont θύλακοι, que nous examinerons plus bas, σκελέαι, dérivé de σκέλος (« j (...)
  • 18 Chantraine, DELG, s. v. ἀναξυρίδες. Il en va de même pour le français « pantalon », qui possède une (...)

5Le grec ancien, tout comme le français moderne16, dispose de plusieurs termes pour désigner un « vêtement bifide fermé ». Le principal d’entre eux est ἀναξυρίδες (toujours employé au pluriel)17. Une analyse de ces occurrences dans la documentation littéraire révèle qu’il s’agit de l’une des pièces du costume qui caractérise les Barbares du Nord et de l’Est — peut-être, même, la pièce la plus exotique aux yeux des Grecs. L’étymologie va dans le même sens : le mot, qui apparaît en grec au début de l’époque classique, possède sans doute une origine perse18. L’œuvre d’Hérodote fournit les premières occurrences connues — ce sont aussi les plus nombreuses. Le port d’anaxyrides y apparaît clairement comme une marque d’altérité ethnique : il est présenté comme spécifique de deux peuples, les Perses et les Scythes. Examinons les différentes références. Hérodote met d’abord ce mot dans la bouche du lydien Sandanis, dans une conversation qu’il aurait eue avec Crésus, en 546 av. n. è. Le roi s’apprête à attaquer l’empire perse et Sandanis veut l’en dissuader :

  • 19 Hérodote, I, 71.

Ô roi, tu te prépares à marcher contre des hommes qui portent des anaxyrides de cuir et le reste de leur habillement en cuir (σκυτίνας μὲν ἀναξυρίδας σκυτίνην δὲ τὴν ἄλλην ἐσθῆτα φορέουσι), qui ne se nourrissent pas autant qu’ils veulent mais autant qu’ils peuvent, le pays qu’ils habitent étant pierreux, des hommes qui ne font pas usage de vin, mais sont des buveurs d’eau, qui n’ont pas de douceurs à manger, ni rien d’autre de bon. Alors, si tu les vaincs, que leur prendras-tu, à des gens qui n’ont rien19 ?

6Le Lydien brosse ici un portrait méprisant des Perses, dans le seul but de détourner Crésus de son projet militaire. Il cite, parmi les preuves les plus éclatantes de leur dénuement et de leur retard culturel, l’usage de pantalons de cuir. De tels vêtements tranchent doublement avec le costume lydien (et grec). Premièrement, ils sont cousus et se portent ajustés sur le corps, au lieu d’être drapés et ouverts. Deuxièmement, ils ne sont point faits de laine ou de lin ; leur fabrication ne requiert pas une maîtrise de l’art du tissage. Le portrait brossé par Sandanis est repris un peu plus loin dans l’œuvre d’Hérodote, lorsqu’Aristagoras s’adresse à Cléomène, en 490 av. n. è. Mais cette fois-ci, le but est inverse : le tyran de Milet veut persuader le roi de Sparte de se joindre à lui contre les Perses. Il argue que ce peuple sera une proie facile :

  • 20 Hérodote, V, 49.

Les Barbares, en effet, ne sont pas braves (ἄλκιμοι) ; tandis que vous, vous êtes parvenus, pour la guerre, au plus haut point de valeur (ἀρετῆς). Et voici avec quoi ils combattent : des arcs et de courtes piques ; ils marchent au combat en portant des anaxyrides et, sur la tête, de simples bonnets (ἀναξυρίδας δὲ ἔχοντες ἔρχονται ἐς τὰς μάχας καὶ κυρβασίας ἐπὶ τῇσι κεφαλῇσι). Dans cet équipage, ils sont faciles à vaincre (εὐπετέες χειρωθῆναι)20.

7Suit alors une longue énumération des richesses dont regorge l’empire perse — et que Sandanis semblait ignorer. Aux yeux d’Aristagoras — et d’Hérodote ? — le combattant perse utilise un équipement défensif peu efficace, comparé aux armures renforcées de bronze des guerriers grecs. L’opposition entre les deux types d’armement joue en faveur des Grecs. Le Perse, qui utilise l’arc, arme du lâche, ne possède pas la vertu militaire de l’hoplite, qui, lui, combat en rangs serrés pour défendre sa cité. Sparte constitue de ce point de vue-là un modèle, comme le suggère Aristagoras. Le fantassin grec n’a pas besoin d’anaxyrides : ses jambes sont protégées, de bas en haut, par des cnémides d’airain flamboyant et par le fameux bouclier rond, pièce emblématique de l’équipement hoplitique. Derrière la référence au costume militaire se joue donc une opposition entre deux modes de combat, qui renvoient à deux normes éthiques distinctes.

  • 21 Hérodote, VII, 61, 1.
  • 22 Hérodote, VII, 64, 2 : « Les Saces, c’est-à-dire les Scythes, avaient sur la tête des bonnets finis (...)

8Hérodote mentionne à nouveau les anaxyrides dans le long catalogue du livre VIII qui décrit les troupes de Xerxès, lors de l’expédition de la seconde guerre médique. Les pantalons participent du costume chamarré des fantassins perses, harnachés de tiares de feutre, de tuniques multicolores, de cuirasses en fer, de boucliers d’osier, de piques, d’arcs et de courtes dagues21. L’historien souligne en outre qu’un autre peuple de l’immense armée multiethnique arbore des anaxyrides : il s’agit des Scythes, au bonnet pointu22 — nous y reviendrons. Chez Hérodote, le pantalon apparaît donc comme un élément distinctif — parfois disqualifiant — du costume militaire perse et scythe, si différent de la panoplie hoplitique. Contrairement à l’armure étincelante du fantassin grec qui prolonge son corps, mettant en valeur son andreia, les pantalons dérobent les membres inférieurs au regard. Un épisode du récit d’Hérodote associe d’ailleurs clairement aux anaxyrides la notion de dissimulation trompeuse. Nous sommes en Perse, en 522 av. n. è., et l’on doit choisir le nouveau souverain. Pour départager les prétendants au trône, on décide de procéder à une ordalie : le premier dont le cheval hennira, à l’aube, sera proclamé roi. L’écuyer de Darius, Oibarès, trame alors une ruse :

  • 23 Hérodote, III, 87.

Tel est le stratagème mis au point (μηχανήσασθαι) par Oibarès, d’après les uns ; d’après les autres (car l’histoire est racontée de deux façons par les Perses), voici ce qu’il aurait fait : il aurait passé la main sur les parties sexuelles de la jument en question, et il l’aurait tenue cachée dans ses anaxyrides ; au lever du soleil, comme les chevaux allaient se mettre en route, Oibarès aurait sorti cette main et l’aurait approchée des naseaux du cheval de Darius ; celui-ci, sentant l’odeur, aurait ronflé et henni23.

  • 24 Ajoutons que l’odeur du cuir lui-même, bien éloignée de l’univers olfactif des tissus grecs parfumé (...)

9L’astuce de l’écuyer consiste à se servir des replis de son pantalon pour dissimuler sa main et préserver l’odeur dont elle est imprégnée — une odeur associée aux parties sexuelles, un point qui n’est peut-être pas anodin. Oibarès a su exploiter le potentiel offert par la forme du vêtement. Suffisamment large pour y cacher la main, il a l’avantage d’être fermé et d’empêcher la libre circulation de l’air. Mais la matière contribue aussi à la réussite de ce tour de prestidigitation : le pantalon n’est pas fait d’un tissu, qui aurait laissé respirer la peau, mais vraisemblablement de peau ou de cuir, comme le suggérait Sandanis24.

10Xénophon, qui connaît bien le monde perse, n’emploie le mot qu’à deux reprises. Il l’utilise une première fois à propos du costume bariolé des nobles perses qui dégagent les chars embourbés de Cyrus le jeune, au cours de son expédition militaire :

  • 25 Xénophon, Anabase I, 5, 8.

… d’un air de colère il [Cyrus] enjoignit aux seigneurs perses (τοὺς κρατίστους) qui l’entouraient de les aider pour accélérer les choses. On put alors contempler un exemple de belle discipline (εὐταξίας) : ils jetèrent leur kandys pourpre à l’endroit même où chacun avait fait halte ; ils s’élancèrent, comme on courrait pour emporter la victoire, bien qu’ils descendissent la pente escarpée d’un coteau, avec leurs tuniques raffinées, leurs anaxyrides bigarrées ; quelques uns avaient même des colliers au cou et des bracelets au poignet25.

  • 26 Xénophon, Cyropédie VIII, 1, 40-41. Sur la mise en place du cérémonial persomédique, cf. Vincent Az (...)

11Xénophon insiste sur le dévouement et la discipline dont fait preuve la fine fleur de l’armée de Cyrus. Mais le spectacle qu’il décrit a quelque chose d’étrange : les nobles perses agissent prestement, tels des athlètes grecs ; toutefois, au lieu d’être nus comme le seraient des coureurs, ils portent un accoutrement somptueux, qui recouvre entièrement leur corps. La présence des bijoux convoque en outre, dans le système de pensée grec, l’image des artifices de séduction et charmes érotiques dont usent habituellement les femmes — ce qui a quelque chose d’incongru dans un contexte militaire. C’est dans le livre VIII de la Cyropédie que Xénophon explique les origines d’un tel costume d’apparat. Il raconte comment Cyrus l’Ancien a adopté (pour lui et pour son entourage) les pratiques cosmétiques et vestimentaires des Mèdes afin d’élaborer une véritable stratégie de conquête politique26. Le point d’orgue de cette entreprise de séduction est marqué par la première grande sortie royale qui suit la prise de Babylone. Xénophon décrit le faste de la procession, brillamment orchestrée par le souverain. L’apparition du roi constitue le clou du spectacle :

  • 27 Xénophon, Cyropédie VIII, 3, 13.

Après eux, sortant de la porte, en char, Cyrus attirait les regards ; il portait la tiare droite et une tunique de pourpre rayée de blanc — personne d’autre que lui ne porte une bande blanche — et autour des jambes des anaxyrides écarlates (καὶ περὶ τοῖς σκέλεσιν ἀναξυρίδας ὑσγινοβαφεῖς), et une kandys entièrement pourpre27.

  • 28 Cf. Vincent Azoulay, op. cit. (n. 26), notamment p. 430
  • 29 Chez Lucien (Le songe ou le coq 14), l’adjectif s’applique à des vêtements colorés par une teinture (...)

12Paradant sur son char, Cyrus, couvert des pieds à la tête, arbore un costume somptueux, qui contribue au rayonnement de sa charis28. On apprend ici que son habit se distingue de celui des nobles perses par des couleurs particulières. Si le roi porte, comme ses sujets, des anaxyrides, les siennes sont teintes avec un colorant végétal rouge vif, prestigieux, peut-être d’origine asiatique29.

  • 30 Les sources iconographiques achéménides attestent l’existence de deux types de costumes, l’un d’ori (...)

13Strabon, se fondant sur le témoignage de Poséidonios, apporte des précisions quant à l’origine mède du costume perse30. Le géographe, qui range les anaxyrides parmi les nombreux emprunts que les Perses ont faits aux peuples de Médie, après leur conquête de ces contrées nordiques, associe ce vêtement à des conditions climatiques particulières :

  • 31 Strabon, XI, 13, 9.

[…] la tiare, la kidaris, le pilos, les tuniques à manches (χειριδωτοὶ χιτῶνες) et les anaxyrides sont des choses que l’on porte dans les régions froides et nordiques (ἐν μὲν τοῖς ψυχροῖς τόποις καὶ προσβόρροις ἐπιτήδειά ἐστι φορήματα), comme c’est le cas chez les Mèdes31.

  • 32 Xénophon, Cyropédie VIII, 1, 40.
  • 33 Au temps de Strabon, les Romains distinguent la Gaule braccata (dite aussi « chevelue ») de la Gaul (...)
  • 34 C’est le cas notamment au Danemark, en Hollande ou encore en Allemagne ; cf. Graham Sumner, Roman M (...)

14Le port du pantalon (associé au reste du costume, qui couvre entièrement le corps) serait donc avant tout affaire de protection contre le froid. Nous voilà loin de la vision de Xénophon, qui insiste plutôt sur la fonction de dissimulation des imperfections du corps et d’accroissement de la beauté de l’allure qui caractérise l’habit mède32. Et Strabon d’ajouter que les contrées du nord, des régions de steppe, sont propices à l’élevage des chevaux. Voilà pourquoi, selon lui, les Mèdes excellent dans la pratique de l’équitation, autre domaine dans lequel les Perses les auraient imités — au même titre que l’archerie, précise le géographe. Le témoignage de Strabon rejoint les données fournies par l’archéologie. On sait que les premières « chausses » ont été inventées dans les steppes d’Eurasie, où l’on pratiquait l’élevage des chevaux. L’usage s’est ensuite étendu à une bonne partie des peuples d’Europe du Nord, y compris aux Gaulois, dont les braies (bracae) ont retenu l’attention des Romains, pour qui la toge représente le vêtement civilisé par excellence33. Les tourbières du nord de l’Europe ont livré des vestiges de ces vêtements cousus, qui couvraient l’intégralité du bas du corps34. Parce que le pantalon permet de protéger les jambes, sans entraver la faculté de mouvement, il était tout indiqué pour la pratique de l’équitation, dans des climats relativement froids.

  • 35 Diodore, XVII, 77, 5 : « Alors il [Alexandre] prit le diadème perse et revêtit la tunique rayée de (...)
  • 36 Margaret C. Miller, op. cit. (n. 30). L’auteur montre que les « perseries », notamment en matière v (...)
  • 37 Ibid., p. 184-185. L’auteur se fonde sur la classification établie par R. Barthes dans Système de l (...)

15Mais revenons au costume du Grand Roi perse. Lorsqu’Alexandre le Grand devient « le dernier des Achéménides » et reprend une partie du cérémonial destiné à exalter la personne royale, il abandonne certaines pièces du vêtement hérité des Mèdes. Diodore et Plutarque précisent en effet que le Macédonien se refuse à porter la kandys et le pantalon35. Pourquoi ? Pour des questions politiques, sans doute. Le Macédonien a rejeté ce qui passait pour trop « étrange » et « barbare » : les anaxyrides symbolisent le degré d’altérité le plus haut en matière vestimentaire. Cela semble être déjà le cas dans l’Athènes du Ve siècle av. n. è., pourtant très réceptive aux influences asiatiques, comme l’a montré l’étude de Margaret C. Miller36. Selon elle, en effet, le seul élément du costume perse qui n’a pu être assimilé est précisément le pantalon. Elle l’explique par le fait que les anaxyrides sont devenues, par le biais notamment de l’iconographie vasculaire, le symbole même de l’étranger. Mais si le pantalon ne trouve pas de place dans la mode grecque, c’est aussi en raison d’une incompatibilité d’ordre « syntaxique ». Margaret C. Miller souligne en effet l’opposition radicale qui existe entre deux systèmes vestimentaires : un système d’agencement horizontal, qui privilégie la superposition de couches vestimentaires (c’est le mode grec), et un autre vertical, dans lequel on combine les éléments en les juxtaposant, pour habiller le corps des pieds à la tête37. Les anaxyrides relèvent de ce modèle vertical : réservées au bas du corps, elles doivent être portées avec un haut — tunique à manches, ependutês ou kandys — et se marient bien à des bottes et à un couvre-chef.

  • 38 Liddell-Scott-Jones, s. v. θύλακος.

16Que retenir de l’analyse des textes ? Les Grecs envisagent les anaxyrides comme un élément caractéristique de l’uniforme militaire des Mèdes, des Scythes et des Perses ; il s’agit d’une tenue « fonctionnelle » pour les cavaliers et archers du Nord-Est en même temps que d’une pièce remarquable du costume d’apparat du Grand Roi. L’étude a aussi montré que le degré d’altérité du pantalon tient au fait qu’il recouvre le bas du corps, le dissimule, l’enferme totalement. Il peut ainsi s’apparenter dans l’imaginaire grec à un « sac » à jambes, accoutrement ayant quelque chose de grotesque ou de ridicule. C’est ce que révèle l’existence d’un autre terme servant à désigner le pantalon : θύλακοι. Le mot θύλακος renvoie à toutes sortes de sacs (à provisions, notamment). Mis au pluriel, il est employé dans un registre familier pour désigner les pantalons larges, bouffants, des Perses et des « Orientaux »38. Euripide l’utilise dans un drame satyrique pour qualifier le costume de Pâris, qui a séduit Hélène. Le coryphée y voit les origines de la guerre de Troie :

  • 39 Euripide, Cyclope 182-185.

La traîtresse ! À la vue de ces braies bigarrées que l’autre avait autour des jambes (τοὺς θυλάκους τοὺς ποικίλους περὶ τοῖν σκελοῖν), et du collier d’or qu’il portait au milieu du cou, elle perdit la tête, et quitta Ménélas — un si bon petit homme (ἀνθρώπιον λῷστον)39 ! »

17Euripide dépeint le prince troyen sous les traits d’un noble de la garde royale perse, analogue à ceux évoqués par Xénophon. La référence au pantalon bariolé qui enserre les jambes va de pair avec l’évocation du bijou en or, qui entoure le cou. Ces deux éléments ne servent pas seulement à qualifier le prince troyen comme un Barbare, ils symbolisent aussi son pouvoir de séduction, sa capacité à susciter le désir : Hélène a été subjuguée. Pâris a usé pour cela d’armes propres aux femmes : le « sac » aux couleurs vives n’est pas du côté de l’andreia. C’est ce qui ressort d’un passage des Guêpes d’Aristophane. Le chœur évoque en ces termes la victoire des Grecs lors des guerres médiques :

  • 40 Aristophane, Guêpes 1087-1090.

Puis nous les poursuivîmes, les dardant comme des thons à travers leurs braies (θυννάζοντες ἐς τοὺς θυλάκους) : et eux de fuir, les joues et les sourcils criblés de piqûres. Si bien que chez les barbares en tous lieux, encore aujourd’hui, rien n’est réputé plus viril qu’une guêpe attique (μηδὲν Ἀττικοῦ καλεῖσθαι σφηκὸς ἀνδρικώτερον)40.

  • 41 Pour une mise au point sur l’interprétation (controversée) du vase, cf. Ada Cohen « The Self as Oth (...)

18Le poète comique marque une opposition entre, d’une part, l’hoplite et la guêpe, placés du côté de la virilité, du dard et de l’offensive, et, de l’autre, ceux qui portent des anaxyrides, vulnérables en dépit de leur pantalon, et finalement dominés. Les vers d’Aristophane peuvent être rapprochés du décor d’un vase bien connu, conservé à Hambourg. Il s’agit d’une œnochoé attique à figures rouges, datant de 460 av. n. è. environ (fig. 1). On y voit un jeune éphèbe au corps nu, vêtu d’une cape, s’avancer en brandissant d’une main son sexe dressé, comme s’il s’agissait d’une arme. Il se dirige vers la figure placée sur la face opposée et qui lui tourne le dos : un homme d’âge plus mûr, barbu, qui a le buste penché et la tête tournée vers le spectateur, les mains relevées de chaque côté en signe d’effroi ou de surprise. Le peintre l’a affublé d’un carquois, d’un bonnet phrygien et surtout d’un justaucorps qui épouse parfaitement l’ensemble de son corps : il s’agit d’un Perse ou d’un Scythe. Les taches rondes qui parsèment la surface du vêtement suggèrent une matière non tissée : du cuir, de la fourrure ou une toison laineuse. L’inscription sur le vase établit un lien explicite avec les suites de la seconde guerre médique et les expéditions menées par Cimon : « Je suis Eurymédon ; je me tiens courbé (κυβάδε ἕστεκα) ». La position évoquée par κυβάδε/κύβδα renvoie à celle de la prostituée, qui se laisse pénétrer. L’image de la soumission sexuelle servirait donc ici à exprimer le succès militaire remporté par les Grecs sur les Perses, lors de la bataille de l’Eurymédon. Le vaincu, vêtu des pieds à la tête, à la différence de son assaillant, est placé en position de dominé et, de fait, « féminisé »41. Et, comme dans la pièce d’Aristophane, la combinaison qui adhère à son corps ne lui offre aucune protection et finira par être transpercée : une défense peu efficace, en somme, comme le présageait Aristagoras chez Hérodote.

19Chez les Scythes, le port d’anaxyrides va même jusqu’à « déviriliser » les hommes, puisqu’il favorise infertilité et impuissance sexuelle. C’est ce qui ressort d’un passage du traité hippocratique Airs, Eaux, Lieux, composé au milieu du Ve s. av. n. è. L’auteur s’intéresse aux maladies qui affectent le peuple scythe :

  • 42 Ps-Hippocrate, Airs, Eaux, Lieux XXII, 12-13 (trad. J. André).

Et il en va de même chez le reste des hommes (ἀνθρώπους) : là où la pratique de l’équitation est la plus intensive et la plus fréquente, c’est là qu’ils sont les plus nombreux à être atteints de fluxions aux articulations, de sciatiques et de podagres, et sont plus inaptes au coït (λαγνεύειν κάκιστοι). Ces affections sont attachées aux Scythes et ils sont, de tous les hommes, les plus semblables aux eunuques (εὐνουχοειδέστατοι) pour les causes énoncées précédemment, et parce qu’ils portent constamment (αἰεί) des anaxyrides et passent la plupart du temps à cheval, si bien qu’ils ne peuvent pas porter la main aux parties sexuelles (ὥστε μήτε χειρὶ ἅπτεσθαι τοῦ αἰδοίου) et qu’en raison du froid et des secousses ils oublient le désir et l’union sexuelle (τοῦ ἱμέρου καὶ τῆς μείξιος) et n’éprouvent aucune excitation amoureuse (παρακινεῖν) avant d’avoir atteint l’âge d’homme (ἀνανδρωθῆναι). Sur le genos des Scythes, voilà donc ce qu’il en est42.

  • 43 Un corps flasque et humide, une chair grasse et glabre sont autant de caractéristiques plutôt fémin (...)
  • 44 C’est l’interprétation proposée par Jacques André dans l’édition de la CUF.

20Le passage doit être replacé dans le contexte plus général de la réflexion que mène l’auteur sur les problèmes de fécondité des Scythes, imputables d’abord à une constitution physique humide et amollie, résultant du climat froid des régions du Nord43. Mais ici, le manque de virilité, qui se traduit par l’impuissance ou la stérilité, se trouve surtout mis en relation avec la pratique régulière de l’équitation, qui induit frottements et secousses, ainsi qu’avec le port permanent d’anaxyrides. Les deux ont pour effet conjoint de retarder le développement sexuel des hommes. Pourquoi incriminer le pantalon ? Parce que la fermeture qui caractérise ce type de vêtement empêche selon l’auteur de « porter la main aux parties sexuelles », c’est-à-dire de se masturber. Cette impossibilité de stimuler le membre masculin a alors pour effet de contrarier l’épanouissement d’une sexualité active et féconde44.

  • 45 Cf. Maria Frederika Vos, Scythians archers in archaic vase-painting, Groningen, 1963. Entre 570 et (...)
  • 46 Cf. Margaret C. Miller, op. cit. (n. 30), fig. 110 et 111.
  • 47 Une série d’alabastres à fond blanc qui datent des années 490 av. n. è. montre même des Éthiopiens (...)
  • 48 Parmi les exemples de femmes en pantalons, citons le cas d’Andromède, sur un vase attique à figures (...)
  • 49 Cf. Dietrich von Bothmer, Amazons in Greek Art, Oxford, 1957 (l’auteur a étudié plus d’un millier d (...)
  • 50 Josine H. Blok, The Early Amazons : modern and ancient perspectives on a persistent myth, Leyde, 19 (...)

21Les références au pantalon dans la littérature grecque indiquent donc que le port de ce vêtement fermé, étranger aux traditions helléniques, concerne plutôt des hommes, qu’il tend parfois à féminiser, opérant alors un brouillage des genres. Les données iconographiques fournissent un éclairage complémentaire, sensiblement différent. Prenons le cas de l’imagerie vasculaire attique. Les peintres réservent les anaxyrides à un nombre limité de figures. Les premiers à porter des pantalons sont les Scythes, à partir de 530 av. n. è. ; on remarque qu’il s’agit principalement d’archers (fig. 2)45. Leurs caleçons sont toujours assortis d’un haut : une tunique à manches ou une longue veste. Quelques décennies plus tard, c’est au tour des Perses de se voir affublés de pantalons. Leur costume ressemble fort à celui des Scythes, à une différence près : ils portent un bonnet souple, et non pointu. La figure du guerrier en pantalons sert alors à créer un jeu d’opposition avec l’hoplite grec, figuré nu ou armé d’une cuirasse et de cnémides (fig. 3)46. Après les guerres médiques, certaines figures mythologiques commencent à prendre progressivement des traits « asiatiques », en particulier les Troyens Pâris et Priam, et sont alors vêtus d’anaxyrides47. Plus rares, en revanche, sont les figures féminines concernées par le pantalon : ce dernier reste principalement l’apanage des Amazones48. Les peintres attiques ont expérimenté différents procédés pour les figurer en antianeirai, équivalentes des hommes à la guerre. Au départ, rien ne les distingue des combattants masculins, si ce n’est la présence de rehauts blancs sur les chairs, en accord avec les conventions chromatiques genrées du style à figures noires. Mais à partir de la fin du VIe s. av. n. è., les peintres commencent à les habiller « à la scythe »49. Sur de nombreux vases à figures rouges, en particulier sur les scènes d’Amazonomachie, les farouches guerrières, représentées en train de combattre, à cheval, ou l’arc à la main, deviennent identifiables à leurs collants bigarrés. Josine H. Blok a analysé le processus de « barbarisation » de ces figures mythiques, qui se développe parallèlement à une accentuation progressive de leur féminité50.

  • 51 Voir à ce sujet l’analyse de François Lissarrague en ce qui concerne le costume « scythe », op. cit (...)
  • 52 Sur les résonances de cette bigarrure, qui s’apparente à « l’étoffe du diable » de Michel Pastourea (...)
  • 53 On songe ici à la riche polychromie de l’archer du fronton du temple d’Aphaia à Égine ou encore au (...)

22Sur les vases attiques, les caleçons fonctionnent comme un signe iconique qui permet moins d’identifier un Barbare que de suggérer le domaine d’activité dans lequel il excelle : l’archerie ou l’équitation. À ce titre, le pantalon sert à construire la figure de l’« autre guerrier » qui permet, en contre-point, de penser l’identité du fantassin portant les armes de l’hoplite. Contrairement à ce que l’on observe dans les textes, la présence d’anaxyrides n’est donc pas nécessairement un marqueur ethnique : elle suggère une forme d’altérité dans le mode de combat51. Cette altérité se trouve d’ailleurs rehaussée par le riche décor du vêtement. Les peintres ornent les anaxyrides de motifs variés, zigzags, rayures, pois ou damier, qui génèrent un effet de poikilia et accentuent la mise à distance52. Un tel traitement iconographique rejoint les témoignages littéraires qui évoquent les vives couleurs des anaxyrides perses et dont on trouve une traduction éclatante dans la sculpture sur marbre53. Mais une différence mérite d’être soulignée, pour ce qui concerne la forme : les imagiers dessinent un pantalon très ajusté, et non ample, comme le suggèrent les textes. Pourquoi ? Sans doute pour insister sur la nature fermée de ce vêtement cousu, qui enserre comme une seconde peau, et le distinguer nettement des jambes nues du héros ou des cnémides en bronze de l’hoplite — deux figures qui, elles, exhibent leur corps vigoureux, preuve éclatante de leur aristeia et de leur andreia.

  • 54 Strabon, XI, 10.
  • 55 Pantaléon, entièrement vêtu d’une sorte de salopette, incarne le vieillard cupide et dupe.

23On mesure alors la distance qui sépare les représentations grecques du pantalon de l’imaginaire occidental moderne. Dans l’univers de la cité, il ne s’agit pas d’un vêtement qui serait associé à une forme de masculinité, lié au pouvoir, et dont la conquête offrirait une quelconque promesse d’émancipation politique. Certes, sa valeur fonctionnelle est reconnue par les Grecs, qui y voient un habit propre aux cavaliers et aux archers, issus des peuples du nord. Parce qu’il permet une grande facilité de mouvement, le pantalon convient à ceux qui sont mobiles, insaisissables, évoluent aux marges, dans un espace lointain, pratiquent le nomadisme, transgressent parfois les frontières du genre. Ainsi, les anaxyrides ne renvoient pas seulement à un système vestimentaire exotique : ils relèvent d’une éthique militaire et d’un modèle d’organisation socio-politique alternatif à celui de la cité. Le pantalon contribue en outre à nourrir l’imaginaire grec relatif à la personnalité du Barbare : les Hellènes le conçoivent comme un habit qui recouvre les jambes, emprisonne le sexe, dissimule le corps et piège le regard. Strabon se fait d’ailleurs l’écho d’une tradition qui mérite d’être rapportée, quant à l’invention du costume mède, auquel se rattachent les anaxyrides. Ce serait Médée qui aurait incité les Mèdes à se « couvrir de vêtements », du temps où elle était leur reine. Elle-même, précise le géographe, avait l’habitude de se voiler le visage quand elle se montrait en public à la place du roi54. Le rapprochement est éclairant. En effet, comme le voile diapré des femmes, qui masque leur chevelure et une partie du visage, tout en exaltant leur beauté, les anaxyrides bariolées capturent le regard et peuvent susciter le désir. Attribuer la paternité d’un costume entièrement couvrant à Médée, c’est aussi l’inscrire dans le registre de la tromperie, de la métamorphose, et le rapprocher des artifices magiques dont la nièce de Circé, experte en pharmaka, était familière. Et l’on comprend mieux pourquoi, sur la céramique italiote du IVe s. av. n. è., ce sont les acteurs qui arborent des caleçons gaiement décorés. Ne préfigurent-ils pas, d’une certaine façon, les Arlequin et autres Pantaléon de la Commedia dell’arte55 ?

Fig. 1 : Œnochoé attique à figures rouges, datée de 460 av. n. è. environ Hambourg, Museum für Kunst und Gewerbe, 1981.173.

Fig. 2 : Amphore attique à figures rouges, datée de 510-500 av. n. è. Paris, Musée du Louvre, G106

Fig. 3 : Œnochoé attique à figures rouges, datée des années 450 av. n. è. Boston, Museum of Fine Arts, 13.196

Notes

1 Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, 2010 (la définition guillemets est celle qu’elle propose p. 10).

2 Pierre Bourdieu a montré comment le contrôle des corps et des apparences imposé aux femmes contribue à l’établissement et au maintien d’une domination masculine dans de nombreuses sociétés ; cf. La domination masculine, Paris, 2002 (1998), p. 39-48.

3 Christine Bard, Ce que soulève la jupe, Paris, 2010.

4 L’adoption du pantalon, comme élément du costume bourgeois, participe de ce que le psychanalyste britannique John Carl Flügel a appelé « la grande renonciation » : le vêtement masculin a pris le parti de la sobriété, à la différence du vêtement féminin, qui est demeuré du côté de la parure et des couleurs vives. J. C. Flügel, The psychology of clothes, New York, 1930, trad. fr. Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire, Paris, 1982 (voir notamment p. 102-103).

5 Christine Bard, op. cit. (n. 3), p. 132.

6 À l’inverse, aujourd’hui encore, le droit du travail permet à certains employeurs d’imposer à leurs salariées le port d’une jupe, quand elles sont en contact direct avec la clientèle. Par exemple, les hôtesses d’Air France n’ont obtenu le droit de porter le pantalon qu’en 2005 : Ch. Bard, op. cit. (n. 3), p. 48-52.

7 Pour une mise au point historiographique sur le vêtement grec et ses fonctions, cf. Florence Gherchanoc, Valérie Huet, « Pratiques politiques et culturelles du vêtement. Essai historiographique », Revue historique 641, 2007/1, p. 3-30.

8 C’est sans doute le port du voile qui distingue le mieux les femmes des hommes dans l’espace public. Pour le monde grec archaïque, cf. Hans Van Wees, « Trailing Tunics and Sheepskin Coats : Dress and Status in Early Greece », in Liza Cleland, Mary Harlow, Lloyd Llewellyn-jones (ed.), The Clothed Body in the Ancient World, Oxford, 2005 p. 44-51.

9 La nature du régime politique peut également influer : si l’on en croit le « Vieil oligarque », dans l’Athènes démocratique de la fin du Ve s., on ne distingue pas les citoyens des esclaves (Ps-Xénophon, Constitution des Athéniens 1, 10). Mais l’existence d’un « vêtement démocratique », uniforme, est douteuse ; les élites athéniennes ont sans doute cherché à se distinguer par la poikilia de leur costume (cf. Noémie Villacèque, « de la poikilia, un mode de reconnaissance sociale dans la démocratie athénienne », REA 110/2, 2008, p. 443-459).

10 Sur le costume des prêtres dans les processions, cf. Christopher Jones, « Processional Colors », Studies in the History of Art 56, 1999, p. 246-257.

11 Sur la réglementation touchant l’apparence vestimentaire, cf. Harriane Mills, « Greek Clothing Regulations », ZPE 55, 1984, p. 255-265.

12 Sur le rôle de ces magistrats, cf. Daniel Ogden, « Controlling Women’s Dress : gynaikonomoi », in Lloyd Llewellyn-Jones (ed.), Women’s dress in the Ancient World, Londres, 2002, p. 203-225.

13 Cf. les listes de vêtements offerts aux divinités et déposés dans les temples, comme celles que l’on a conservées dans les inventaires de Brauron (Liza Cleland, The Brauron Clothing Catalogues. Text, Analysis, Glossary and Translation, Oxford, 2005).

14 Elizabeth J. W. Barber, Prehistoric Textiles. The Development of Cloth in the Neolithic and Bronze Ages with Special Reference to the Aegean, Princeton, 1991 ; Yvette Morizot, « Le vêtement grec dans sa matérialité : découvertes et récentes », Histoire de l’art 48, 2001, p. 11-22.

15 Roland Barthes, Système de la mode, Paris, 1967, p. 13-15. Sur les méthodes à mettre en œuvre pour l’analyse du « vêtement image », cf. Yvette Morizot, « Les Grecs leurs vêtements, leur image », in François Chausson, Hervé Inglebert (éd.), Costume et société dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Paris, 2003, p. 37-48.

16 Citons pantalon(s), chausses ou hauts-de-chausses, caleçon(s), braies, culotte(s),… La signification des mots a changé au cours du temps (cf. les notices correspondantes dans Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 2003, s. v.).

17 Les autres termes grecs sont θύλακοι, que nous examinerons plus bas, σκελέαι, dérivé de σκέλος (« jambe »), et σαράβαρα, mot probablement emprunté à l’iranien et désignant des pantalons larges portés par les Scythes (cf. Antiphane, fr. 199 Kassel et Austin).

18 Chantraine, DELG, s. v. ἀναξυρίδες. Il en va de même pour le français « pantalon », qui possède une origine italienne : le mot vient du sobriquet dont on affublait les Vénitiens au début de l’époque moderne.

19 Hérodote, I, 71.

20 Hérodote, V, 49.

21 Hérodote, VII, 61, 1.

22 Hérodote, VII, 64, 2 : « Les Saces, c’est-à-dire les Scythes, avaient sur la tête des bonnets finissant en pointe et se tenant droits et raides ; ils portaient des anaxyrides, avaient des arcs de leur pays, des poignards, et, en plus, des haches dites sagaris ».

23 Hérodote, III, 87.

24 Ajoutons que l’odeur du cuir lui-même, bien éloignée de l’univers olfactif des tissus grecs parfumés, a pu jouer.

25 Xénophon, Anabase I, 5, 8.

26 Xénophon, Cyropédie VIII, 1, 40-41. Sur la mise en place du cérémonial persomédique, cf. Vincent Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir, Paris, 2004, p. 420-422.

27 Xénophon, Cyropédie VIII, 3, 13.

28 Cf. Vincent Azoulay, op. cit. (n. 26), notamment p. 430

29 Chez Lucien (Le songe ou le coq 14), l’adjectif s’applique à des vêtements colorés par une teinture luxueuse, associée à la pourpre. Chez Athénée, il s’agit d’une des couleurs du costume d’apparat des archers d’Alexandre le Grand, sans doute hérité du décorum royal perse (Deipnosophistes XII, 539e). Le mot pourrait renvoyer à la teinture issue du kermès (cf. Lidell-Scott-Jones, s.v. ὑσγινοβαφής et ὕσγινον).

30 Les sources iconographiques achéménides attestent l’existence de deux types de costumes, l’un d’origine perse, une longue robe à manches, et l’autre, mède, constitué d’un pantalon, d’un chiton à manches et d’une kandys : Margaret C. Miller, Athens and Persia in the Fifth Century B.C.A Study in Cultural Receptivity, Cambridge, 1997, p. 156.

31 Strabon, XI, 13, 9.

32 Xénophon, Cyropédie VIII, 1, 40.

33 Au temps de Strabon, les Romains distinguent la Gaule braccata (dite aussi « chevelue ») de la Gaule togata, à savoir la Narbonnaise, plus anciennement intégrée à l’empire, et donc davantage « romanisée ». Mais rapidement, les légionnaires finissent par adopter le pantalon, lors des campagnes entreprises dans le centre et le nord de l’Europe. À partir du IIe s. de notre ère, on voit même des empereurs romains porter des braies — qui se distinguent par leur couleur écarlate ou blanche.

34 C’est le cas notamment au Danemark, en Hollande ou encore en Allemagne ; cf. Graham Sumner, Roman Military Clothing (2) : AD 200-400, Botley, 2003, p. 35. On en a également trouvé en Russie, dans des tombes situées autour de la Mer Noire.

35 Diodore, XVII, 77, 5 : « Alors il [Alexandre] prit le diadème perse et revêtit la tunique rayée de blanc, la ceinture perse et le reste, excepté les anaxyrides et la kandys » ; Plutarque, Vie d’Alexandre 45 : « Pourtant, il n’adopta pas le fameux costume des Mèdes, si barbare et si étrange (βαρβαρικὴν καὶ ἀλλόκοτον) ; il ne prit ni les anaxyrides, ni la kandys, ni la tiare, mais il fit un judicieux mélange entre l’habillement des Perses et celui des Mèdes, moins fastueux que ce dernier, et plus majestueux que l’autre ».

36 Margaret C. Miller, op. cit. (n. 30). L’auteur montre que les « perseries », notamment en matière vestimentaire, fournissent aux élites de nouveaux moyens de distinction sociale.

37 Ibid., p. 184-185. L’auteur se fonde sur la classification établie par R. Barthes dans Système de la mode, op. cit. (n. 15).

38 Liddell-Scott-Jones, s. v. θύλακος.

39 Euripide, Cyclope 182-185.

40 Aristophane, Guêpes 1087-1090.

41 Pour une mise au point sur l’interprétation (controversée) du vase, cf. Ada Cohen « The Self as Other : Performing Humor in Ancient Greek Art », in E. S. Gruen (ed Cultural Identity in the Ancient Mediterranean. Issues & Debates, Los Angeles, 2010, p. 469-473.

42 Ps-Hippocrate, Airs, Eaux, Lieux XXII, 12-13 (trad. J. André).

43 Un corps flasque et humide, une chair grasse et glabre sont autant de caractéristiques plutôt féminines. Juste avant ce passage, l’auteur du traité raconte l’histoire des Anariées, ces nobles scythes atteints de stérilité ou d’impuissance qui revêtent un vêtement de femme et se comportent « comme des femmes ». Selon Violaine Sebillotte Cuchet, le récit atteste la diversité des manières antiques de se comporter en tant qu’homme et l’imposition, par les Grecs, d’une caractérisation de genre à un comportement scythe incompris : « Androgyne, un mauvais genre ? Le choix de Plutarque », in Vincent Azoulay, Florence Gherchanoc Sophie Lalanne (éd.), Le banquet de Pauline Schmitt Pantel. Genre, mœurs et politique dans l’Antiquité grecque et romaine, Paris, 2012, p. 103-129 (p. 114-118).

44 C’est l’interprétation proposée par Jacques André dans l’édition de la CUF.

45 Cf. Maria Frederika Vos, Scythians archers in archaic vase-painting, Groningen, 1963. Entre 570 et 530, les Scythes sont vêtus comme des hoplites grecs ; seul leur couvre-chef trahit leur altérité.

46 Cf. Margaret C. Miller, op. cit. (n. 30), fig. 110 et 111.

47 Une série d’alabastres à fond blanc qui datent des années 490 av. n. è. montre même des Éthiopiens vêtus de pantalons. Il ne faut peut-être pas y voir une référence aux soldats de Memnon ayant combattu aux côtés des Troyens : les peintres en font simplement le pendant des Amazones (François Lissarrague, L’autre guerrier : archers, peltastes, cavaliers dans l’imagerie attique, Paris-Rome, 1990, p. 177-187).

48 Parmi les exemples de femmes en pantalons, citons le cas d’Andromède, sur un vase attique à figures rouges daté de de 440 av. n. è. (son père, lui, porte une tunique longue) : Londres, British Museum, E 169.

49 Cf. Dietrich von Bothmer, Amazons in Greek Art, Oxford, 1957 (l’auteur a étudié plus d’un millier de vases d’époques archaïque et classique).

50 Josine H. Blok, The Early Amazons : modern and ancient perspectives on a persistent myth, Leyde, 1995, p. 406, 408 sq.

51 Voir à ce sujet l’analyse de François Lissarrague en ce qui concerne le costume « scythe », op. cit. (n. 47), notamment p. 127 et 156.

52 Sur les résonances de cette bigarrure, qui s’apparente à « l’étoffe du diable » de Michel Pastoureau, cf. Adeline Grand-clément, « La poikilia des Grecs. Pour une anthropologie de la bigarrure », à paraître in Corinne Bonnet, Pascal Payen, Scheid (éd.), Anthropologie de l’Antiquité. Anciens objets, nouvelles approches, Turnhout, 2013, p. 239-262.

53 On songe ici à la riche polychromie de l’archer du fronton du temple d’Aphaia à Égine ou encore au « cavalier perse » du Musée de l’Acropole.

54 Strabon, XI, 10.

55 Pantaléon, entièrement vêtu d’une sorte de salopette, incarne le vieillard cupide et dupe.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Œnochoé attique à figures rouges, datée de 460 av. n. è. environ Hambourg, Museum für Kunst und Gewerbe, 1981.173.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 2 : Amphore attique à figures rouges, datée de 510-500 av. n. è. Paris, Musée du Louvre, G106
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 3 : Œnochoé attique à figures rouges, datée des années 450 av. n. è. Boston, Museum of Fine Arts, 13.196
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/2953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search