Version classiqueVersion mobile

Les émotions collectives

 | 
Laurence Kaufmann
, 
Louis Quéré

Ambiances affectives et espaces publics

L’expression publique des embarras de la parole religieuse

De bavardages prosélytes en inhibition de la critique, l’invention d’une inédite « méthode de fixation des croyances »

Joan Stavo-Debauge

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« In short, nature, which is inclusive of humanity, is all there is, and that’s okay »
Michael Eldridge

Dans ce texte1, je vais m’intéresser à « l’embarras », dont Erving Goffman avait fait « l’émotion-maître de la vie sociale » (Scheff, 2006, p. XI), estimant que « les événements qui conduisent à l’embarras mais aussi les méthodes pour l’éviter et le dissiper peuvent fournir un cadre transculturel d’analyse sociologique » (Goffman, 1982, p. 101). Tout en considérant avec Goffman2 que l’embarras est une émotion sociale, je n’en ferai pas seulement une émotion interactionnelle et je n’y verrai pas uniquement « l’indice d’un accroc interactionnel » (Cefaï, 2013, p. 243). En certaines circonstances, l’embarras accède au rang d’émotion « proprement collective » (Kaufmann, 2019) – en remplissant le critère des « conditions de collectivité » sur lequel Laurence Kaufmann et Louis Quéré insistent, à la suite de Pierre Livet (Livet, 2002).

L’embarras est tout à fait capable d’être « l’émotion p...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search