Version classiqueVersion mobile

Les émotions collectives

 | 
Laurence Kaufmann
, 
Louis Quéré

Du partage de l'intelligible au partage du sensible

Une sociologie des émotions « modo aesthetico » ?

Jean-Louis Genard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La sociologie prise dans un « tournant esthétique »

L’intérêt de la sociologie pour les émotions n’est pas nouveau. Dès ses débuts, plusieurs pères fondateurs de la discipline y ont consacré d’importants développements. Se focalisant soit sur la congruence entre émotions partagées et configurations sociales, comme lorsque Tocqueville analyse l’émergence de la pitié comme une condition de ce qu’il appelle le « régime démocratique ». Soit s’intéressant plutôt aux processus mêmes du partage des émotions les menant à de hauts niveaux d’intensité, comme avec l’effervescence durkheimienne ou avec la contagion hypnotique chez Tarde et Le Bon. Ce qui, à mon sens, est nouveau, c’est que ce retour de la sociologie vers les émotions participe de ce que j’appellerais un « tournant esthétique », qui voit de nombreuses disciplines s’y intéresser, y compris, par exemple, des disciplines à vocation opérationnelle, comme l’urbanisme, l’action publique, le management, etc., et, surtout, s’y intéresser...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search