Version classiqueVersion mobile

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

III. Corps des humains, corps des dieux : l'imaginaire du genre

Femmes et guerrières, les Amazones de Scythie (Hérodote, iv, 110-117)

Violaine Sebillotte Cuchet

Résumé

Dans la Grèce des cités, il existerait, selon l’opinion admise, un idéal de comportement différencié pour les filles et les garçons : faire des enfants pour les unes et la guerre pour les autres. Il existerait également un imaginaire qui exploiterait une grande variété de comportements possibles mais dans lequel un type ressortirait avec constance, celui de la vierge guerrière (déesse ou Amazone) qui refuse le mariage pour s’engager dans une fonction dévolue normalement aux hommes. Pourtant, nous disposons d’un document très connu, le récit d’Hérodote sur les Amazones de Scythie, qui ne correspond pas à cette vision générale : l’historien y mentionne des femmes guerrières et séduisantes qui ont des enfants et leur transmettent sans états d’âme leur façon d’être. Comment traiter ce récit qui tranche avec l’idée reçue d’une opposition complémentaire, sorte de norme anthropologique nette et constante, entre hommes guerriers et femmes épouses ? Chez Hérodote, les Amazones sont des guerrières comme les autres, elles sont par ailleurs des épouses et deviennent des mères dans un récit étiologique qui fait se succéder les différentes fonctions. En revanche, les Sauromates, issus des unions des Amazones et des jeunes Scythes, sont des individus qui se trouvent simultanément et selon leur sexe, revêtir les fonctions de guerrier/guerrières, époux/épouses et pères/mères. Si les femmes citoyennes sont exclues des armées régulières (comme des assemblées et des tribunaux), le texte d’Hérodote, éclairé par la documentation de son époque, montre que, dans la Grèce des cités, il pouvait être considéré comme tout à fait normal de les trouver présentes en armes, lorsque la cité avait besoin d’elles.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Voir en dernier lieu Pascal Payen qui, tout en restant très prudent sur la question des femmes guer (...)

1À la question « qui fait la guerre ? », la réponse d’aujourd’hui est toujours simple : les hommes 1. À première vue, les documents archéologiques, épigraphiques et textuels produits en général à partir du VIIIe siècle avant notre ère le laissent d’ailleurs penser. Les participants aux armées sont des hommes1, sauf cas exceptionnels. Faut-il en conclure que la différence des sexes structure de manière globale le rapport à la guerre, au sang versé, à la violence des armes ? Faut-il en conclure que la guerre révèle une division fondamentale, celle séparant les hommes d’un côté — seuls guerriers — des femmes de l’autre, exclues de la guerre parce que femmes ? Dans la mesure où la guerre n’est pas accomplie par tous les hommes (en sont exclus les jeunes, les vieux, les esclaves et parfois les lâches), de quels hommes parle-t-on ? La guerre est-elle « masculine » parce qu’elle requiert des compétences et des qualités — courage, endurance, force — qui seraient propres aux hommes ? Ou bien ces qualités seraient-elles propres à certains seulement ? En ce cas, pourraient-elles être partagées par certaines ? De quelle manière la fonction guerrière s’articule-t-elle avec le genre des individus ?

  • 2 Paola Tabet, « Les mains, les outils, les armes », L’Homme 19, 1979/3-4, p. 5-61, en particulier p. (...)
  • 3 Claude Lévi-strauss, « The family », in Harry L. Shapiro (ed.), Man, Culture and Society, [Londres, (...)
  • 4 Jean-Pierre Vernant, « La guerre des cités », in Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 1 (...)
  • 5 Ibid., p. 38.

2Dans un article important de 1979, l’anthropologue Paola Tabet souligne que l’exclusion des femmes du domaine de la guerre ne relève ni, comme on le pense souvent, de raisons liées aux fonctions spécifiques des femmes dans la procréation, ni de leur constitution physique, autrement dit de ce que nous appelons la différence de sexe, mais de la domination masculine presque partout exercée sur les outils et la technologie2. Par ailleurs, elle met en évidence la relation existant entre exclusion de l’exercice de la guerre et, plus généralement, exclusion de l’accès aux armes, et division des tâches au sein de la cellule familiale fondée sur le couple hétérosexuel reproductif. Paola Tabet cite à cette occasion les travaux de Claude Lévi-Strauss qui avait auparavant insisté sur la complémentaire articulation du mariage et de la guerre et selon qui les femmes guerrières représentaient des cas d’inversion par rapport à la règle générale. Celles-ci sont des exceptions non seulement par leur intervention dans ce qui est par excellence le domaine masculin mais également par leur refus solidaire du mariage3. Dans une célèbre étude intitulée « La guerre des cités », Jean-Pierre Vernant développe une conception similaire en exprimant néanmoins l’idée que la complémentarité guerre-mariage se réalise au sortir de rites qu’il désigne comme « initiatiques », autrement dit dans un contexte social spécifique4. Par ailleurs, il relève que pour une fille qui « se refuse au mariage », il s’agit de renoncer « du même coup à sa “féminitéˮ » et de « devenir paradoxalement équivalente à un guerrier ». « C’est ce que l’on constate, sur le plan du mythe, ajoute-t-il, avec des personnages féminins du type des Amazones et, sur le plan religieux, avec des déesses comme Athéna : leur statut de guerrière est lié à leur condition de parthenos ayant fait vœu à jamais de virginité »5. L’ensemble de l’analyse a souvent été réduit à la formule devenue célèbre que J.-P. Vernant introduit dans ce passage : « le mariage est à la fille ce que la guerre est au garçon ». D’un raisonnement complexe est ainsi restée une idée forte : dans le monde des cités, les filles sont destinées à devenir des épouses et des mères et les hommes des guerriers.

  • 6 Pauline Schmitt Pantel, « Histoire de tyrans », in ouvr. coll., Les marginaux et les exclus dans l’ (...)
  • 7 Jean-Pierre Vernant, art. cit. (n. 4), p. 38.
  • 8 Que l’on peut appeler mythème si on suit l’usage qui peut en être fait dans le champ de l’Antiquité (...)

3Or, d’une part, les études historiques ont montré depuis longtemps que les individus, quel que soit leur sexe, accomplissaient des fonctions diverses dans les cités (magistrats, prêtres et prêtresses, marchands et marchandes, etc) et que les adultes libres des deux sexes étaient destinés à se marier et devenir parents6. Autrement dit, ce que les rituels ou les processus d’apprentissage mettent en avant, pour les filles d’un côté et les garçons de l’autre, est moins un destin différencié que la valorisation de certaines fonctions sociales parmi toutes celles qu’accompliront les adultes. Le fait de mettre au monde des enfants est valorisé pour les filles (sans que la paternité soit dévalorisée) et la participation à la guerre l’est pour les garçons (auxquels le groupe familial et civique demande beaucoup d’autres choses). D’autre part, le recours aux mythes (Amazones) ou aux représentations du divin (Athéna) montre, dans la démonstration de Jean-Pierre Vernant au moins, que la fonction guerrière ne se limite pas à ce que la cité en fait dans sa pratique quotidienne. La fonction donne lieu à un imaginaire dans lequel ce qui n’est habituellement pas réalisable dans la cité, est réalisé en pensée. Ainsi, par exemple, Athéna et les Amazones sont des figures qui, parce qu’elles exportent la guerre hors de sa pratique civique, permettent de discuter des excès, jugés anormaux, de la guerre, notamment sa terrible violence (ce que Vernant désigne par la guerre « totale »7). Autrement dit, et nous suivrons cette démarche, il est légitime d’interroger certains éléments de structure mythique8 produits par les Grecs pour comprendre comment ils pensaient le rapport de la guerre et du genre.

4Résumons-nous : dans la Grèce des cités, il existerait un idéal de comportement différencié pour les filles et les garçons, faire des enfants pour les unes et la guerre pour les autres, et un imaginaire qui exploiterait une grande variété de comportements possibles mais dans lequel des types de représentations ressortiraient avec constance, ainsi la vierge guerrière (déesse ou Amazone) qui refuse le mariage pour s’engager dans une fonction dévolue normalement aux hommes. Or, nous disposons d’un document très connu, le récit d’Hérodote sur les Amazones de Scythie, qui ne correspond pas à cette vision générale : l’historien y mentionne des femmes guerrières et séduisantes qui ont des enfants et leur transmettent sans états d’âme leur façon d’être. Comment traiter ce récit qui tranche avec l’idée reçue d’une opposition complémentaire, sorte de norme anthropologique nette et constante, entre hommes guerriers et femmes épouses ?

  • 9 Au sein d’une bibliographie abondante, je me permets de renvoyer à Violaine Sebillotte Cuchet, « Hé (...)
  • 10 L’épisode des Amazones en Scythie est tout à fait singulier : François Hartog, Le miroir d’Hérodote(...)
  • 11 Hérodote, IV, 110-117, Ph-E. Legrand (éd.), Les Belles Lettres, CUF, 1960. Selon Stephanie West («  (...)

5De façon générale, Hérodote est un observateur qui décrit ce qu’il voit et ce qu’il entend sans énoncer de jugement de valeur. Par exemple, lorsqu’il évoque Artémise, une Grecque de la cité d’Halicarnasse qui a combattu contre les Grecs d’Europe pendant la seconde guerre médique, il s’émerveille du fait (une femme dirige une cité et une flotte) et semble s’amuser du défi que la dynaste lance aux Athéniens indignés de voir une femme combattre9. Dans le récit sur les Amazones en Scythie10, Hérodote emprunte les personnages principaux de son histoire au répertoire bien connu de son auditoire afin d’expliquer une situation constatée à son époque : en pays scythe, il existe un peuple où des femmes participent aux expéditions guerrières, ce sont les Sauromates. La fiction romanesque de la rencontre amoureuse entre les Amazones et de jeunes Scythes, rencontre qui est, dit-il, à l’origine du peuple des Sauromates, met donc en scène une question bien grecque, celle de savoir qui peut, qui sait, qui est autorisé à faire la guerre. Elle fournit des éléments de réponse intéressants : Hérodote (ou sa source)11 fait des farouches guerrières, qu’il dépeint à la fois comme des bandits pillant tout le territoire qu’elles envahissent et comme des jeunes femmes désirables et suscitant le désir des jeunes Scythes, les aïeules d’un peuple guerrier de la région pontique. Dans le récit d’Hérodote, l’articulation de la fonction guerrière et du genre se réaliserait ainsi de manière variée — ces manières prenant dans la narration la forme d’épisodes successifs — qui justifie que les historiens complefixient la réponse apportée à la question simpliste « Qui fait la guerre ? ».

Les Amazones sont des guerriers comme les autres

  • 12 Hérodote, IV, 110-111.

6Après avoir combattu (ἐμαχέσαντο) dans la région du Thermodon contre les Grecs et avoir perdu la bataille, les Amazones attaquent (ἐπιθεμένας) et massacrent (ἐκκόψαι) les vainqueurs qui les avaient constituées prisonnières sur leurs navires. Débarquées en territoire scythe, elles capturent (διήρπασαν) des chevaux, les montent (ἱππαζόμεναι) et pillent (ἐληίζοντο) la campagne puis combattent contre les hommes du pays qui ont décidé d’engager la guerre (μάχην τε δὴ πρὸς αὐτὰς ἐποιεῦντο). Tant qu’elles combattent, personne ne remarque quoi que ce soit d’anormal dans leur comportement si ce n’est leur langue, leur costume et donc leur appartenance ethnique (οὔτε γὰρ φωνὴν οὔτε ἐσθῆτα οὔτε τὸ ἔθνος ἐγίνωσκον). Indiscutablement ces individus sont des étrangers. Pour être plus clair, Hérodote explique que les Scythes les prennent alors pour des hommes du même âge qu’eux, des andres (ἐδόκεον δ᾽ αὐτὰς εἶναι ἄνδρας τὴν αὐτὴν ἡλικίην ἔχοντας)12.

  • 13 Dietrich von Bothmer, Amazons in Greek Art, Oxford, 1957 qui date les premières images de la fin du (...)
  • 14 Le Prométhée enchaîné, au début du Ve avant J.-C., est le premier document mentionnant la rivière T (...)

7Le traitement des Amazones donné par Hérodote fait référence à un arrière-plan culturel partagé par ses auditeurs. En effet, il a suffi à Hérodote de nommer les Amazones avec leur nom pour que le public sache exactement de qui il parle. Depuis le VIIIe siècle probablement, des récits circulent sur ces guerrières qui sont représentées sur des vases au moins depuis le VIIe siècle13. Leur identité mythique est assez fluide mais suffisamment précise pour que leur nom fasse sens : ce sont des guerrières redoutables, elles vivent en groupe en Asie Mineure ou au Nord du Pont, elles ont participé à des batailles épiques. Cet arrière-plan connu explique qu’Hérodote se contente d’une allusion lorsqu’il évoque le combat que les Grecs menèrent victorieusement contre elles à la bataille du Thermodon14.

  • 15 Le thème se trouve développé dans le premier livre des Posthomerica de Quintus de Smyrne, rédigé ve (...)
  • 16 Homère, Iliade III, 189 ; VI, 186. En II, 811, la tombe de Myrhinê, parfois considérée comme une Am (...)
  • 17 Sur la traduction d’antianeirai, je suis la démonstration de Josine H. Blok, op. cit. (n. 13), p. 1 (...)
  • 18 Pindare, Olympiques VIII, 47-8, XIII, 88-91 ; Néméennes III, 36-40.
  • 19 Minke W. Hazewindus, op. cit. (n. 1), p. 186.

8De même que les Scythes de l’anecdote, les Grecs avaient toujours considéré les Amazones comme des guerriers comme les autres. Dans les histoires « purement » grecques, si séduction amoureuse il y a entre les guerriers et les guerrières — et c’est l’épisode d’Achille découvrant Penthésilée — elle se déroule lorsque l’Amazone est mourante. La scène donne lieu à des quolibets, lancés par Thersite, comme si Achille avait été pris en flagrant délit de confusion des situations15. Dans les deux occurrences homériques16, les Amazones sont caractérisées comme antianeirai, c’est-à-dire équivalentes17 aux andres, les héros auxquels elles sont confrontées. Chez Pindare, antérieur à Hérodote, les Amazones sont nommées trois fois18 et, comme dans l’Iliade, toujours en tant que guerrières. Elles sont présentées comme les adversaires du héros Bellérophon, au même titre que la Chimère et le peuple des Solymes (Olympiques, XIII, 88-91). Dans la troisième Néméenne, les Amazones, cette fois insérées dans un récit sur Télamon, sont désignées par le χαλκότοξον Ἀμαζόνων, ce qui est un hapax legomenon qui renvoie sémantiquement au champ de bataille dominé par l’armement de bronze19. Si la localisation des Amazones n’est pas précisée, leur lien avec la fonction guerrière est évident et constitue le syntagme le plus constant au sein des variations du mythe. Le fait qu’elles soient des femmes est noté mais sans que cela soit considéré comme un handicap pour une fonction qu’elles remplissent avec excellence.

  • 20 Eschyle, Suppliantes 287-289.
  • 21 Minke Hazewindus, op. cit. (n. 1), p. 187 rappelle que des commentaires postérieurs font dériver de (...)
  • 22 Eschyle, Euménides 625-629.
  • 23 Hellanikos, FGrHist 4 F 107 (fragment cité par un scholiaste byzantin) ; [Hippocrate], Airs, eaux, (...)

9Les poètes tragiques donnent également quelques éléments sur ces personnages mythiques, tel Eschyle qui, dans les Suppliantes, se réfère aux Amazones avec une expression complexe : τὰς ἀνάνδρους κρεοβόρους δ᾽ Ἀμαζόνας20 : les Amazones sont décrites comme des femmes (des célibataires), ce sont des mangeuses de viande (ce qui les associe à la fois à un mode de vie qui est celui de la chasse et leur confère une connotation sauvage puisque les hommes des cités sont des mangeurs de pain, maza21) et elles sont armées de l’arc (εἰ τοξοτευχεῖς ἦτε), une nouveauté par rapport aux textes précédents et que l’on trouve répétée dans les Euménides22, chez Hellanikos et dans le traité hippocratique Airs, eaux, lieux23.

  • 24 Si le nom est bien un symbole, l’étymologie ne traduit que certaines interprétations antiques du no (...)
  • 25 L’Amazone est plus grecque que le Perse car elle combine, dans l’imagerie, éléments exotiques et él (...)

10Ces quelques éléments textuels rendent compte d’une réalité mythique fluide mais bien identifiée, en partie grâce au nom porté par ces guerrières24. Opposées à des héros (Télamon, Achille, Priam, Bellérophon), les Amazones sont des protagonistes de poèmes épiques qui mettent en scène des divinités et des mortels, lesquels ressemblent davantage aux dieux qu’aux auditeurs contemporains des poètes. Le sexe des Amazones est toujours noté, implicitement ou explicitement : nul doute qu’elles sont des femmes. Cette caractéristique ne leur ôte aucune crédibilité en tant que guerrières. Elles sont comparables en ce point aux déesses qui interviennent dans la guerre. En étant uniquement représentées faisant la guerre, elles assument une fonction spécifique qui, presque toujours, est remplie par des hommes, les guerriers. À la différence de ces derniers, les Amazones sont uniquement saisies en tant que guerrières, elles n’ont ni époux, ni compagnons et ne cumulent donc pas fonction guerrière et fonction conjugale. Les Amazones agissent comme les andres mais cela ne signifie pas qu’elles agissent comme les hommes considérés en tant que groupe de sexe. En effet, beaucoup d’hommes ne sont pas des héros. Si elles sont des exceptions, elles le sont donc un peu au même titre qu’Achille, Héraclès ou Bellérophon. Contrairement à eux, elles sont à la fois des femmes et des héros mais, dans le monde fictionnel de l’archaïsme grec, ceci ne semble en rien scandaleux ni monstrueux. Les images des Amazones que les peintres grecs de la même époque ont produites peuvent être interprétées dans le même sens. Les combattantes sont individualisées avec des noms parlants ou déjà connus par la tradition épique (Penthésilée, Mopaldia, Andromaché, etc.). Ce sont incontestablement des personnages de femmes, reconnaissables à leur morphologie (les seins) ou, plus souvent, à leur costume différent de celui de leur opposant masculin (lequel a le privilège de la nudité25). Autrement dit, dans les images comme dans les textes, leur genre féminin n’affecte ni leur fonction ni la manière de la remplir.

  • 26 Sur ces aspects, relevant à la fois d’une culture archaïque et de pratiques aristocratiques dans le (...)

11Le texte d’Hérodote sur les Amazones descendues en Scythie s’accorde ainsi, au moins dans un premier temps, avec les descriptions caractéristiques de la culture archaïque. Les combattantes débarquées du navire revêtent des traits relatifs aux idéaux masculins traditionnels, la jeunesse, la maîtrise de l’équitation, l’aptitude à la chasse26. De ce point de vue, ce sont des personnages du répertoire héroïque grec, comme les autres. Considérer les Amazones comme des épouses à conquérir nous paraît donc être un autre syntagme — ou un autre mythème — qu’il convient de distinguer. Ce syntagme est difficile à dater avec précision mais il est sûr qu’il s’affirme progressivement, et sans doute dès le VIe siècle. Les Amazones de Scythie décrites par Hérodote intègrent cette donnée : il arrive un moment où les Scythes considèrent les Amazones non plus comme des guerriers comme les autres, mais d’abord comme des futures mères, c’est-à-dire des individus dont les fonctions premières sont d’ordre érotique et reproductif.

Fonction guerrière et fonction matrimoniale

  • 27 D’autres réactions auraient été possibles : les Athéniens indignés ont mis à prix la capture de la (...)
  • 28 Hérodote, IV, 111.

12Hérodote raconte que c’est en découvrant les corps de leurs ennemis, des corps de femmes, que les Scythes décident de changer d’attitude à leur égard27. Si, indéniablement, les femmes peuvent faire la guerre et la font bien, avec elles il y a mieux : leur faire des enfants (οἱ Σκύθαι βουλόμενοι ἐξ αὐτέων παῖδας ἐκγενήσεσθαι)28. Pour cela, il faut les transformer d’ennemies en amies. Le récit substitue ainsi à la polarité attaquant/défenseur une autre polarité : mère/père. Les Amazones sont des guerrières mais dès lors qu’elles sont prioritairement perçues comme des femmes, la fonction procréatrice, celle des femmes comme celle des hommes, semble socialement plus intéressante à mettre à profit que la guerre.

  • 29 Par exemple, pour injurier les Achéens, Thersite les traite de femmes : Iliade II, 235.
  • 30 François Lissarrague, Pauline Schmitt Pantel, « Amazones entre peur et rêve », in Guyonne Leduc (éd (...)
  • 31 Sur la question de la ceinture de la reine des Amazones (thème qui, selon Timothy Gantz, Mythes de (...)
  • 32 Sans doute composée dans la seconde moitié du VIe siècle, la Théséide, connue en particulier par Pl (...)
  • 33 Je suis convaincue ici par la démonstration de J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 381.
  • 34 Eschyle, Prométhée enchaîné 724. Dans les Posthomerica de Quintus de Smyrne l’allusion de l’Iliade (...)
  • 35 Hypothèse développée par J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 221 contra William B. Tyrell, Amazons. A Stu (...)
  • 36 Xanthos, fr. 11b : cité par Hésychius, s.v. βουλεψίη : « Xanthos : il dit au sujet des Amazones que (...)
  • 37 [Hippocrate], Articulations 53.1 : « Quelques-uns racontent que les Amazones font subir à leurs enf (...)
  • 38 Strabon, XI, 5, 3 ne dit pas qu’il est impossible de voir des femmes guerrières, mais d’avoir un Ét (...)
  • 39 Hérodote, IV, 110 : « Au sujet des Sauromates, on dit ceci. Quand les Grecs combattirent les Amazon (...)
  • 40 Sur la rhétorique des oraisons funèbres et leur manière de hausser le mérite de la cité obligeant l (...)
  • 41 Palaiphatos, fr. 32, éd. Festa, Teubner [1902], Mythographi Graeci, « Peri Amazonoon » : « Mon idée (...)

13Selon François Lissarrague la polarité homme/femme, certes bien connue par ailleurs29, fonctionnait sans doute depuis le début du VIe siècle dans les images mettant en scène des Amazones. En analysant une amphore attique à figures noires des années 575 montrant Héraclès attrapant l’Amazone Andromaché par le poignet, geste traditionnel des scènes de mariage, il souligne l’ambivalence d’une relation qui allie la complémentarité (mariage) et l’opposition hostile (guerre)30. Le peintre joue certainement sur la richesse du mythe dont on a un indice en observant la polyvalence sémantique de la ceinture des Amazones, objet de la quête d’Héraclès31. Il est cependant intéressant de remarquer que, de manière explicite, c’est en contexte athénien et seulement à partir de la fin du VIe siècle que l’on voit se développer, et cette fois dans les sources textuelles, une telle configuration sur les Amazones considérées comme des épouses ou des compagnes potentielles. L’intervention de Thésée dans l’Amazonomachie, attestée dans la seconde moitié du VIe siècle avec la Théséide32, constitue une césure si l’on se place du point de vue des sources écrites. Le rapport de Thésée à l’Amazone Antiope est d’emblée un rapport de conquête érotique, ou sexuelle, avant que ne lui soit associé le thème de l’invasion de l’Attique par les Amazones puis la victoire finale des Athéniens33. Au début du Ve siècle, le Prométhée enchaîné désigne les Amazones comme Ἀμαζόνων στρατὸν στυγάνορα c’est-à-dire détestant (stugeô) les mâles (andres), transformant ainsi clairement l’opposition Troyens/Achéens à laquelle participaient les Amazones en tant qu’alliées des premiers34, en une opposition hommes/ femmes. Il est probable que ce soit de cette époque, tardive par rapport à l’élaboration du mythe épique, que viendrait l’idée qu’antianeirai, l’épithète homérique des Amazones, signifierait « anti-mâles » et non pas « équivalentes aux mâles »35. Le thème de la haine des Amazones pour la gent masculine, haine dont les premières victimes sont leurs propres enfants de sexe masculin, est attesté chez un proche d’Hérodote, Xanthos de Milet36. Il est davantage développé dans le traité Articulations37 d’un autre contemporain de l’historien, un médecin de l’école de Cos, selon Jacques Jouanna, avant de devenir le thème principal des mythographies de Strabon et Diodore qui, tous deux, insistent sur l’hostilité/complémentarité des Amazones et des hommes38. C’est cette interprétation des Amazones qui apparait dans la pseudo-étymologie qu’Hérodote donne de leur nom en scythe39. Dans ce mythème, une Amazone n’est pas une femme « normale » car, étant femme, elle devrait enfanter et non combattre (domaine des hommes). Le mythème de l’Amazone faite pour, mais refusant le mariage, est indissociable de l’idée que les femmes doivent être exclues, par nature, du champ de la guerre. La règle est bien alors celle que soulignent les anthropologues, de l’adéquation de genre et de fonction : faire la guerre (hommes) ou faire des enfants (femmes). Cette règle est naturalisée (phusis) chez Lysias, au début du IVe siècle, dans une version très idéologique de l’opposition Athéniens/Amazones puisqu’il s’agit d’une oraison funèbre visant à exalter des valeurs idéales de la cité : la défaite des Amazones devant les Athéniens a révélé à tous qu’elles n’étaient, finalement (la cause finale est contenue dans leur morphologie), que des femmes40. Un auteur inconnu ayant sans doute vécu dans la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. et écrivant sous le pseudonyme de Palaiphatos, pousse la logique plus loin encore en prétendant que les Amazones étaient en réalité des hommes, que les Grecs ont pris, par erreur, pour des femmes41 !

  • 42 Selon Jacques Jouanna, Hippocrate, op. cit. (n. 37), p. 529, le traité date de la seconde moitié du(...)
  • 43 [Hippocrate], Airs, eaux, lieux 17 (J. Jouanna éd. et trad.) : « En Europe, il y a un peuple scythe (...)

14Il est tentant d’interpréter le fameux texte du traité Airs, eaux, lieux du corpus hippocratique, rédigé dans un contexte proche de celui d’Hérodote42, à l’aune de ces jugements sur qui doit faire la guerre et qui ne le doit pas. La mutilation du sein droit des célèbres guerrières, décrite par le médecin et notée dans d’autres sources, a parfois été interprétée comme le signe que les Amazones étaient perçues par les Grecs comme des pseudo-femmes — le droit est la partie masculine du corps — puisqu’elles auraient ainsi tenté de leur ressembler. Pourtant aucun texte ne dit cela. La raison invoquée par les auteurs anciens est que l’opération était jugée nécessaire afin de pouvoir tirer à l’arc de manière plus confortable et plus efficace, puisque la force se concentrait dans le bras droit. D’ailleurs, cette opération ne les empêche pas d’être des partenaires sexuelles et des mères (elles ont des filles, dont elles brûlent le mamelon)43.

15Chez Hérodote, les Amazones sont des guerrières comme les autres, elles sont par ailleurs des épouses et deviennent des mères dans un récit étiologique qui fait se succéder les différentes fonctions. En revanche, les Sauromates, issus des unions des Amazones et des jeunes Scythes, sont des individus qui, selon leur sexe, se trouvent simultanément revêtir les fonctions de guerrier/guerrières, époux/épouses et pères/mères.

Les filles des Amazones, des femmes guerrières et mères

  • 44 Hérodote, IV, 116-117, trad. Ph.-E. LEGRAND (n. 11).

16Pour les Scythes, l’Amazone guerrière est une « vraie » femme qui fera une excellente mère ; en tout cas elle est une digne épouse. La bonne mère et la bonne guerrière ne sont pas des syntagmes contradictoires, ce qui se vérifie dans la manière de vivre du peuple sauromate. Hérodote explique en effet : « Depuis lors, les femmes des Sauromates mènent le genre de vie de leurs antiques aïeules : elles vont à la chasse à cheval, et avec leurs maris et sans eux ; elles vont à la guerre ; elles portent le même accoutrement que les hommes (καὶ ἐπὶ θήρην ἐπ᾽ ἵππων ἐκφοιτῶσαι καὶ ἅμα τοῖσι ἀνδράσι καὶ χωρὶς τῶν ἀνδρῶν, καὶ ἐς πόλεμον φοιτῶσαι καὶ στολὴν τὴν αὐτὴν τοῖσι ἀνδράσι φορέουσαι) » et, poursuit-il, « Voici quelle est chez eux la règle en matière de mariage : aucune fille ne se marie avant d’avoir tué un ennemi ; il en est qui meurent, et meurent vieilles, avant d’être mariées, faute de pouvoir satisfaire cette loi (τὰ περὶ γάμων δὲ ὧδέ σφι διάκειται. Οὐ γαμέεται παρθένος οὐδεμία πρὶν ἂν τῶν πολεμίων ἄνδρα ἀποκτείνῃ. αἱ δέ τινες αὐτέων καὶ τελευτῶσι γηραιαὶ πρὶν γήμασθαι, οὐ δυνάμεναι τὸν νόμον ἐκπλῆσαι) »44.

  • 45 David Asheri, Alan Llyod, Aldo Corcella, in Oswyn Murray, Alfonso Moreno (ed.), A Commentary on Her (...)
  • 46 Askold Ivantchik, « Un choc de civilisation au VIIe siècle : les invasions des Cimmériens et des Sc (...)
  • 47 La première apparition d’une Amazone à cheval dans les sources conservées daterait du second quart (...)
  • 48 J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 415 : « it is difficult to deny the presence of an authentic Skythian (...)

17Les coutumes des Sauromates décrites par Hérodote sont aujourd’hui en partie confirmées par les découvertes des archéologues45. Datées pour les premières d’entre elles du VIe siècle avant notre ère, certaines tombes du Nord Est de la Mer Noire (surtout entre le Don et la Volga) renferment des sépultures de jeunes femmes riches, guerrières et cavalières. Les dépôts d’armes dans les tombes ne sont cependant attestés que pour 20 % (au maximum) des tombes féminines d’un contexte historique donné, ce qui souligne bien qu’il s’agit d’une pratique à la fois élitiste et sans doute réservée à une classe d’âge. L’usage du cheval pour la guerre, en particulier l’usage des archers montés, est une spécificité de la culture scythe, attestée à partir du VIIe siècle avant notre ère en Anatolie orientale46. Il est exact que dès le VIe siècle, les peintres attiques associent les Amazones des épopées grecques, autrefois armées à la grecque, avec les représentations d’archers perses ou de cavaliers scythes47. Le récit d’Hérodote est indéniablement nourri des échanges qui se sont développés entre l’Égée et les rives de la Mer Noire48.

  • 49 Il faut rappeler d’ailleurs la prudence avec laquelle François Hartog utilisait la polarité grec/ba (...)
  • 50 Carolyn Dewald, « Women and culture in Herodotus’Histories », in Helene P. Foley (ed.), Reflections (...)

18En tenant compte de ces données, il est difficile de soutenir que le récit sur les Amazones scythes et les Sauromates relève entièrement de la grille d’analyse Grec/Barbare, ici appliquée à l’opposition Scythe/Sauromate, et que l’étrangeté des conduites des femmes sauromates renverrait à une sorte d’exotisme entièrement reconstruit49. Il faut rappeler la bienveillance que manifeste le narrateur à l’endroit des femmes guerrières en général : elles sont rares et extraordinaires mais leur mémoire doit être rappelée au même titre que celle des hommes qui ont accompli de grands exploits50. Enfin, les familiers d’Hérodote, et probablement la plupart de ses contemporains, connaissent Artémise d’Halicarnasse. Aristophane la cite comme un exemple type de la femme dominante et l’associe aux Amazones mythiques. Artémise a existé, elle a participé à des expéditions guerrières et elle était une épouse et une mère.

  • 51 Josine Blok, « A Tale of Many Cities. Amazons in the Mythical Past of Greek Cities in Asia Minor », (...)
  • 52 Tonio Hölscher, « Die Amazonen von Ephesos : ein Monument der Selbstbehauptung », in Agathos daimôn (...)
  • 53 Andreas Mehl, « Herodotus and Xanthus of Sardis compared », in The World of Herodotus, Proceedings (...)

19À l’époque d’Hérodote, l’idée que des femmes puissent à la fois être des guerrières et des aïeules vénérables est une idée bien grecque. La thématique est ancienne puisque présente chez Andron de Téos, Hécatée de Milet, avant d’être reprise par Pausanias et Strabon : les Amazones ont fondé des villes, donné leur nom à de prestigieuses cités. Certes, ce sont des légendes qui renvoient à un passé révolu, mais ces modèles sont incontestablement positifs51. Plus précisément, le groupe statuaire des Amazones élevé à Éphèse dans les années 430 avant J.-C et réalisé par Polyclète et Phidias, parmi d’autres, présente les guerrières comme des figures vénérables et dignes d’honneur. Selon Tonio Hölscher, elles symboliseraient même l’identité civique d’une cité placée sous la protection de celles qui, à Athènes à la même époque, sont érigées en adversaires définitivement vaincues52. Le contexte de l’empire athénien, contexte des auditeurs d’Hérodote, favorise probablement le développement de contre-modèles locaux, opposables à l’idéologie politiquement dominante. Le monde d’Hérodote n’est assurément pas celui de Lysias ni celui de l’iconographie civique athénienne. Comme Xanthos qui raconte l’histoire de la Lydie53, l’historien d’Halicarnasse, son contemporain mort à Thourioi, décrit un univers qui, sans être exotique, est plus divers — car décentré — de celui décrit dans les sources classiques athéniennes. C’est de cet univers qu’il faut tenir compte pour répondre à ces questions : Qui fait la guerre ? Pourquoi les femmes sont-elles généralement exclues de cette fonction ?

Conclusion

20Le texte d’Hérodote sur les Amazones de Scythie, vénérables aïeules des Sauromates, ne décrit pas une réalité historique qui serait celle d’une période révolue, le matriacat amazonien, ou de tel peuple méconnu de la steppe pontique. En revanche, dans un contexte historique documenté, celui des cités grecques égéennes du Ve siècle dominées par Athènes, ce passage montre que les Anciens admettaient que le rapport de la fonction guerrière et du genre relevait tout simplement de conventions, qu’il était socialement déterminé par un ensemble de répartitions de rôles et de perceptions de l’autre. Le passage suggère également que les possibilités de participation des femmes à la fonction guerrière concernaient la culture grecque la plus traditionnelle. Les Amazones de l’épopée étaient perçues comme d’excellentes guerrières sans que leur sexe ne change quelque chose à leur manière de faire la guerre. Elles participaient à la compétition héroïque sans que les poètes et les peintres en soient surpris. Qu’elles aient été perçues comme des compagnes potentielles devant être dominées par les guerriers dès l’époque archaïque est possible mais n’est attesté qu’à partir du VIe siècle, et cette perception s’est sans doute diffusée surtout au Ve siècle dans le contexte de l’hégémonie athénienne sur l’Égée. Hérodote atteste, à la fin de ce siècle, la pérennité d’autres lectures des Amazones, lesquelles sont reprises à l’époque hellénistique et romaine lorsque les cités grecques s’enorgueilliront d’avoir été visitées, sinon fondées, par de telles femmes. Si les femmes citoyennes sont exclues des armées régulières (comme des assemblées et des tribunaux), le texte d’Hérodote, éclairé par la documentation de son époque, montre ainsi qu’il pouvait être considéré comme tout à fait normal de les trouver présentes en armes, lorsque la cité avait besoin d’elles.

Notes

1 Voir en dernier lieu Pascal Payen qui, tout en restant très prudent sur la question des femmes guerrières, tente de complexifier la réponse en réfléchissant sur la guerre en tant que phénomène global : Pascal Payen, Les revers de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 2012, p. 216-231. Également Minke W. Hazewindus, When Women interfere. Studies in the Role of Women in Herodotus’Histories, Amsterdam Studies in Classical Philology 12, Amsterdam, 2004, p. 18-20, qui souligne les contradictions de l’historiographie récente.

2 Paola Tabet, « Les mains, les outils, les armes », L’Homme 19, 1979/3-4, p. 5-61, en particulier p. 43.

3 Claude Lévi-strauss, « The family », in Harry L. Shapiro (ed.), Man, Culture and Society, [Londres, 1956], Oxford, 1960, p. 261-285 (= trad. fr. in Annales de l’université d’Abidjan. Ethnosociologie, 3, série F, [1971], 1972, non vu), en particulier p. 275.

4 Jean-Pierre Vernant, « La guerre des cités », in Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 1968, repris in Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, 1992, p. 31-56.

5 Ibid., p. 38.

6 Pauline Schmitt Pantel, « Histoire de tyrans », in ouvr. coll., Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Paris, 1979, p. 217-231, rappelle que le mariage est fondamental pour le statut des citoyens.

7 Jean-Pierre Vernant, art. cit. (n. 4), p. 38.

8 Que l’on peut appeler mythème si on suit l’usage qui peut en être fait dans le champ de l’Antiquité grecque : Christiane Sourvinou-Inwood (ed. Robert Parker), Athenian Myths & Festivals, Oxford, 2011, p. 7-10 pour la définition de la notion et la méthode qu’elle implique ; p. 39 et 51 pour des exemples.

9 Au sein d’une bibliographie abondante, je me permets de renvoyer à Violaine Sebillotte Cuchet, « Hérodote et Artémisia, deux métis façe à l’ordre des genres athénien », CLIO. Histoire, femmes et sociétés 27, 2008, p. 15-33.

10 L’épisode des Amazones en Scythie est tout à fait singulier : François Hartog, Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, 1980, p. 229-237.

11 Hérodote, IV, 110-117, Ph-E. Legrand (éd.), Les Belles Lettres, CUF, 1960. Selon Stephanie West (« Scythians », in Egbert J. Bakker, Irene J. F. de Jong, Hans van Wees [ed.], Brill’s Companion to Herodotus, Leyde-Boston, 2002, p. 437-456, p. 443), Hérodote n’a sans doute pas visité la région scythe et s’est contenté de ce qu’on lui a dit et de ce qu’il a lu. Il connait bien Olbia mais pas l’intérieur du pays ; il a connaissance de l’existence de gens de la steppe grâce à l’épopée Arimaspeia d’Aristeas de Proconnèse qu’il cite deux fois (IV, 13.1 ; 16.1) sans toutefois la dater correctement.

12 Hérodote, IV, 110-111.

13 Dietrich von Bothmer, Amazons in Greek Art, Oxford, 1957 qui date les premières images de la fin du VIIIe siècle. Josine H. Blok, The Early Amazons. Modern and Ancient Perspectives on a Persistent Myth, Leyde-New York-Cologne, 1995, p. 223. Pour une description synthétique et un accès commode aux images : Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, Zürich-Munich, 1981, vol. I, 1 et I, 2, s.v. Amazones (article de Pierre Devambez). Également, Darrell A. Amyx, Corinthian Vase-Painting of the Archaic Period, 3 vol., Berkeley, 1988, pour le n ° 557 et Karl Schefold, Frühgriechische Sagenbilder, Munich, 1964, p. 39 et 71.

14 Le Prométhée enchaîné, au début du Ve avant J.-C., est le premier document mentionnant la rivière Thermodon comme le lieu de résidence des Amazones. Selon Marco Dorati, aucun indice ne permet d’affirmer qu’un tel toponyme ait été mentionné par les poètes de l’archaïsme : Le Storie di Erodoto : etnografia e racconto, Pise-Rome, 2000, p. 81.

15 Le thème se trouve développé dans le premier livre des Posthomerica de Quintus de Smyrne, rédigé vers 400 de notre ère et qui est considéré par les philologues comme dérivant des poètes du Cycle. Il est proche du résumé que Proclos donne dans sa Chrestomathie, rédigée également au Ve siècle, de l’épopée archaïque perdue, l’Ethiopis.

16 Homère, Iliade III, 189 ; VI, 186. En II, 811, la tombe de Myrhinê, parfois considérée comme une Amazone, est citée comme lieu de rendez-vous de l’armée troyenne avec ses alliés.

17 Sur la traduction d’antianeirai, je suis la démonstration de Josine H. Blok, op. cit. (n. 13), p. 169-170 et 221.

18 Pindare, Olympiques VIII, 47-8, XIII, 88-91 ; Néméennes III, 36-40.

19 Minke W. Hazewindus, op. cit. (n. 1), p. 186.

20 Eschyle, Suppliantes 287-289.

21 Minke Hazewindus, op. cit. (n. 1), p. 187 rappelle que des commentaires postérieurs font dériver de la mention de ce goût pour la viande crue l’étymologie en « a-mazos ».

22 Eschyle, Euménides 625-629.

23 Hellanikos, FGrHist 4 F 107 (fragment cité par un scholiaste byzantin) ; [Hippocrate], Airs, eaux, lieux 17.

24 Si le nom est bien un symbole, l’étymologie ne traduit que certaines interprétations antiques du nom. En aucun cas elle ne peut servir d’argument pour indiquer quelle fut la véritable (au sens de la plus ancienne) interprétation des Amazones. Sur les étymologies fournies par les érudits antiques : Iaroslav Lebedynsky, Les Amazones. Mythe et réalité des femmes guerrières chez les anciens nomades de la steppe, Paris, 2009, p. 12 ; J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 22-37.

25 L’Amazone est plus grecque que le Perse car elle combine, dans l’imagerie, éléments exotiques et éléments hoplitiques : François Lissarrague, L’autre guerrier. Archers, peltastes, cavaliers dans l’imagerie attique, Paris-Rome, 1990, p. 32-34 et 43.

26 Sur ces aspects, relevant à la fois d’une culture archaïque et de pratiques aristocratiques dans les cités d’époque classique, voir Alain Schnapp, Le chasseur et la cité, Paris, 1997, p. 123-171.

27 D’autres réactions auraient été possibles : les Athéniens indignés ont mis à prix la capture de la reine Artémise (Hérodote, VIII, 93), les Scythes ont substitué le fouet aux armes lorsqu’ils ont été confrontés à leurs anciens esclaves révoltés, une attitude qui aurait été également possible face à des femmes, dit Hérodote (IV, 4).

28 Hérodote, IV, 111.

29 Par exemple, pour injurier les Achéens, Thersite les traite de femmes : Iliade II, 235.

30 François Lissarrague, Pauline Schmitt Pantel, « Amazones entre peur et rêve », in Guyonne Leduc (éd.), Réalité et représentations des Amazones, Lille, 2008, p. 43-64, particulièrement p. 46 à propos de l’amphore conservée au Museum of Fine Arts, Boston, n ° 98.916.

31 Sur la question de la ceinture de la reine des Amazones (thème qui, selon Timothy Gantz, Mythes de la Grèce archaïque, Paris, 2004 [1993], p. 703 n’apparaît dans les sources textuelles qu’au VIe siècle) qui peut se comprendre comme un objet érotique ou un signe de valeur guerrière, voir J. Bl o k, op. cit. (n. 13), p. 424-426 citant P. Schmitt Pantel, « Athéna Apatouria et la ceinture : les aspects féminins des Apatouries », Annales ESC 32, 1977, p. 1059-1073 et, en dernier lieu, de la même, « La ceinture des Amazones : entre mariage et guerre, une histoire de genre », in Florence Gherchanoc, Valérie Huet (éd.), Vêtements antiques. S’habiller et se déshabiller dans les mondes anciens, Paris, 2012, p. 27-38.

32 Sans doute composée dans la seconde moitié du VIe siècle, la Théséide, connue en particulier par Plutarque, raconte la manière dont Thésée a enlevé une Amazone, Antiope (Plutarque, Thésée 28), pour l’épouser.

33 Je suis convaincue ici par la démonstration de J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 381.

34 Eschyle, Prométhée enchaîné 724. Dans les Posthomerica de Quintus de Smyrne l’allusion de l’Iliade concernant Priam et les Amazones est ainsi développée : Penthésilée serait venue à Troie avec douze princesses pour aider les Troyens à combattre les Grecs.

35 Hypothèse développée par J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 221 contra William B. Tyrell, Amazons. A Study in Athenian Mythmaking, Baltimore, 1984, p. 76.

36 Xanthos, fr. 11b : cité par Hésychius, s.v. βουλεψίη : « Xanthos : il dit au sujet des Amazones que lorsqu’elles mettent au monde des garçons, elles leur arrachent les yeux, de leurs propres mains ».

37 [Hippocrate], Articulations 53.1 : « Quelques-uns racontent que les Amazones font subir à leurs enfants du sexe masculin, dès le bas âge, une luxation soit aux genoux, soit aux hanches, afin sans doute de les rendre boiteux et d’empêcher les hommes de rien tramer contre les femmes ; puis, elles se servent de ces infirmes, comme ouvriers, pour les métiers de cordonnier, de forgeron, et autres métiers sédentaires. Je ne sais pas si c’est vrai ». Hippocrate, Œuvres complètes, trad. de George Duhamel à partir de l’édition et de la traduction de É. Littré (Œuvres complètes d’Hippocrate, vol. IV, Paris, 1839-1861, p. 1-327), Paris, 1955, p. 324. Pour les éditions successives et un commentaire sur le traité : Jacques Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 539-540.

38 Strabon, XI, 5, 3 ne dit pas qu’il est impossible de voir des femmes guerrières, mais d’avoir un État ou une armée composés uniquement de femmes (société unisexe). Diodore (III, 5, 3) décrit en revanche les Amazones vivant dans une société d’inversion, une gynécocratie. Voir également Diodore, II, 45, 3 pour les Amazones du Thermodon.

39 Hérodote, IV, 110 : « Au sujet des Sauromates, on dit ceci. Quand les Grecs combattirent les Amazones (les Scythes appellent les Amazones Oiorpata, ce mot signifie en langue grecque tueuses d’hommes, car les Scythes appellent l’homme oior et pata signifie tuer), alors dit-on les ayant vaincues à la bataille près du Thermodon, ils reprirent la mer, en emmenant sur trois navires toutes celles qu’ils avaient pu prendre vivantes » (trad. Ph.-E. Legrand).

40 Sur la rhétorique des oraisons funèbres et leur manière de hausser le mérite de la cité obligeant les citoyens à une attitude de reconnaissance collective, voir Nicole Loraux, L’invention d’Athènes, Paris, 1981. Lysias, Oraison funèbre 4-14 : « Ces femmes étaient plus voisines, à cause de leur grand courage, des hommes que de leur propre sexe (ἐνομίζοντο δὲ διὰ τὴν εὐψυχίαν μᾶλλον ἄνδρες ἢ διὰ τὴν φύσιν γυναῖκες) […] mais elles se heurtèrent à de vaillants hommes, et leur courage devint pareil à celui de leur sexe ; leur réputation se modifia et leurs malheurs, plus que leurs corps, les assimilèrent alors aux femmes (τυχοῦσαι δ᾽ἀγαθῶν ἀνδρῶν ὁμοίας ἐκτήσαντο τὰς ψυχὰς τῇ φύσει, καὶ ἐναντίαν τὴν δόξαν τῆς προτέρας λαβοῦσαι μᾶλλον ἐκ τῶν κινδύνων ἢ ἐκ τῶν σωμάτων ἔδοξαν εἶναι γυναῖκες) », trad. L. Gernet et M. Bizos, Les Belles Lettres, CUF [1924]. Le thème, moins détaillé, est présent chez Isocrate, Panathénaïque 193 ; Panégyrique 70.

41 Palaiphatos, fr. 32, éd. Festa, Teubner [1902], Mythographi Graeci, « Peri Amazonoon » : « Mon idée des Amazones est qu’il ne s’agit pas de femmes qui combattent à la guerre, mais d’hommes barbares, et que portant des vêtements qui descendent jusqu’aux pieds, comme ceux des femmes thraces, et enfermant leurs cheveux dans des bandeaux et se rasant la barbe comme… Et c’est pourquoi leurs opposants les prenaient pour des femmes. Le peuple des Amazones était excellent à la guerre. Mais jamais on a vu des femmes se battre à la guerre, et il en est toujours ainsi, partout. », cité par Josine Blok, op. cit. (n. 13), p. 30-31.

42 Selon Jacques Jouanna, Hippocrate, op. cit. (n. 37), p. 529, le traité date de la seconde moitié du Ve siècle et doit être rattaché à l’école de Cos. Rosalind Thomas, Herodotus in Context. Ethnography, Science, and the Art of Persuasion, Cambridge, 2000, p. 56-57, souligne le fait que Hérodote et l’auteur du traité Airs, eaux, lieux sont familiers des mêmes sources, sans que l’on puisse dire lequel a influencé l’autre.

43 [Hippocrate], Airs, eaux, lieux 17 (J. Jouanna éd. et trad.) : « En Europe, il y a un peuple scythe demeurant dans les environs du Palus-Méotide qui diffère des autres peuples ; on les appelle Sauromates. Chez eux les femmes montent à cheval, tirent à l’arc, lancent le javelot depuis leur cheval, et livrent bataille aux ennemis, tant qu’elles sont vierges (ἕως ἂν παρθένοι ἔωσιν). Or elles ne quittent la virginité (οὐκ ἀποπαρθενεύονται) que lorsqu’elles ont tué trois ennemis, et elles ne se marient pas (οὐ ξυνοικέουσιν) avant d’avoir accompli les sacrifices conformes à la coutume. Mais celle qui a obtenu pour elle un mari (ἄνδρα) cesse de monter à cheval, tant que ne survient pas la nécessité d’une expédition générale (παγκοίνου στρατείης). Elles n’ont pas de sein droit (τὸν δεξιὸν δὲ μαζὸν οὐκ ἔχουσιν) : alors qu’elles sont encore de tout jeunes enfants, leurs mères, faisant fortement chauffer un appareil de bronze fabriqué spécialement à cet effet, l’appliquent sur le sein droit et le brûlent de manière que sa croissance soit arrêtée et que toute la force et toute la quantité (de nourriture) se reportent vers l’épaule et le bras droit ». Également au Ve siècle, Hellanikos de Lesbos, FGrHist 4 F 107 (fr. cité par un scholiaste byzantin) : « […] On les appelle Amazones parce qu’elles se coupent le sein droit afin d’éviter qu’il ne les gêne lorsqu’elles tirent à l’arc (ὅτι τὸν δεξιὸν μαζὸν ἔτεμνον, ὅπως μὴ πρὸς τὰς τοξείας ἐμποδὼν γένηται). C’est faux, car cela leur aurait été fatal. Hellanikos et Diodore disent que, pour éviter qu’il ne pousse, elles brûlaient l’endroit avec un objet en métal avant qu’il ne se mette à pousser ». Sur la reprise du motif dans la tradition textuelle, Jacques Jouanna (ed.), Hippocrate Airs, eaux, lieux, Les Belles Lettres, CUF, 2003, p. 321-322.

44 Hérodote, IV, 116-117, trad. Ph.-E. LEGRAND (n. 11).

45 David Asheri, Alan Llyod, Aldo Corcella, in Oswyn Murray, Alfonso Moreno (ed.), A Commentary on Herodotus. Books 1-4, Oxford, 2007, p. 594-595 et 658-659, expliquent la continuité culturelle entre Sauromates et Sarmates : il est aujourd’hui admis que la phase sauromate (VIe-Ve siècles) précède la phase sarmate qui se termine au IVe siècle de notre ère. Les Sauromates de l’ouest sont proches de la culture scythe localisée entre Mer Noire et Mer Caspienne. Des sépultures de femmes montrent des armes et des traces de blessures.

46 Askold Ivantchik, « Un choc de civilisation au VIIe siècle : les invasions des Cimmériens et des Scythes au Proche Orient et les origines de la culture scythe », in Roland Étienne (éd.), La Méditerranée au VIIe siècle, Paris, 2010, p. 38-49.

47 La première apparition d’une Amazone à cheval dans les sources conservées daterait du second quart du VI e siècle : J. Blok, op. cit. (n. 13), photo n ° 8. La date correspond au développement de l’intérêt pour les Thraces, souvent représentés à cheval, et effectivement présents en Attique : Jan G.P. Best, Thracian Peltasts and their Influence on Greek Warfare, Groningen, 1969, notamment p. 5. Sur les Thraces et les Scythes représentés sur la céramique attique au vie : H. Alan Shapiro, « Amazons, Thracians and Scythians », GRBS 24, 1983, p. 105-114, en plus de François Lissarrague, L’autre guerrier, op. cit. (n. 25).

48 J. Blok, op. cit. (n. 13), p. 415 : « it is difficult to deny the presence of an authentic Skythian element in the stories which Herodotus relates ».

49 Il faut rappeler d’ailleurs la prudence avec laquelle François Hartog utilisait la polarité grec/barbare dans Le miroir d’Hérodote, Paris, 1989, p. 230 notamment et nous ne suivrons pas Stewart Flory, The archaic smile of Herodotus, Detroit, 1987, qui évoque, p. 109-113, le thème du « bon barbare ». Nous nous accordons plutôt avec Rosaria V. Munson selon qui les Amazones d’Hérodote ne correspondent pas aux schémas polarisés avec lesquels on a l’habitude de penser l’imaginaire des Grecs : « Representing the product of Herodotus’historical and ethnographic research, the Sauromatian logos shows that the Amazons were neither wild, nor violent, nor cowardly, nor gutless, nor eager to enslave, nor ignorant of justice, nor the enemies of the race of men. Here, as elsewhere in the work, female is not the antithesis of male, barbarian is not the antithesis of Greek, and the alternative of conquering or being conquered appears invalid. Herodotus’pursuit of the similar within his representation of difference confounds mythical constructs of alterity. His scientific ethnography teaches that difference pervades the world, to be sure, but not according to the schematic intellectual map devised by the Greeks », Telling Wonders. Ethnographical and Political discourse in the World of Herodotus, Ann Arbor, 2001, p. 123-132, ici p. 132.

50 Carolyn Dewald, « Women and culture in Herodotus’Histories », in Helene P. Foley (ed.), Reflections of Women in Antiquity, New York, p. 91-125, particulièrement p. 92.

51 Josine Blok, « A Tale of Many Cities. Amazons in the Mythical Past of Greek Cities in Asia Minor », in Elizabeth Lunbeck, Suzanne Marchand (ed.), Proof and Persuasion : Essays on Authority, Objectivity and Evidence, Turnhout, 1997, p. 81-99.

52 Tonio Hölscher, « Die Amazonen von Ephesos : ein Monument der Selbstbehauptung », in Agathos daimôn. Mythes et cultes. Études d’iconographie en l’honneur de Lilly Kahil, BCH Suppl. 38, 2000, p. 205-218.

53 Andreas Mehl, « Herodotus and Xanthus of Sardis compared », in The World of Herodotus, Proceedings of an International Conference held at the Foundation Anastasios G. Leventis, Nicosia, sept. 2003, Nicosia 2004, p. 337-349, p. 147 : « Both Herodotus and Xanthus belonged to a mental koiné, whose members, when they wrote, used the Greek language and forms of Greek literature. These intellectuals were members of a society which we may call “Greek”. Nevertheless, in the region of the Aegean and of Asia Minor in the sixth and fifth century BC, it included Greeks as well as half-and non-Greeks, Lydians and others in the eastern neighbourhood of the Greeks. And, as is broadly accepted, several of its intellectual roots lay east of Greece and even beyond Asia Minor ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search