Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Traduction et langues

Éditer une revue bilingue en sciences sociales

Christopher Leichtnam

Texte intégral

  • 1 Calot, 1989, p. 1.

1Les problématiques de la traduction et du bilinguisme sont depuis longtemps au cœur des réflexions de l’Institut national d’études démographiques (INED), matérialisées par la publication dès 1989 d’une sélection d’articles de la revue Population traduits en anglais. L’idée était alors de faire connaître à l’étranger les travaux des démographes français et de « refléter la diversité de la recherche démographique en France1 ». Dès l’avant-propos de ce numéro précurseur, l’ancien directeur de l’INED, Gérard Calot, soulignait l’existence de deux enjeux fondamentaux : communiquer avec le monde scientifique anglophone et participer aux grands débats contemporains.

Le projet de la revue Population

2À quels besoins la traduction répond-elle ? Novatrice pour l’époque, la politique éditoriale de la revue Population consistant à publier des articles en anglais reconnaît de fait, dès son origine, l’importance de la traduction. Aujourd’hui, pour beaucoup de chercheurs, c’est une évidence, tant pour des raisons professionnelles que scientifiques : observer les phénomènes, communiquer les résultats et les discuter dans un contexte de plus en plus international. Les articles de la revue Population, lorsqu’ils sont acceptés, ne sont pas seulement traduits en anglais, mais aussi en français si la langue d’origine est l’anglais. Cet engagement en faveur du bilinguisme donne des résultats en matière de diffusion et de notoriété de la revue. Les soumissions en anglais sont près de deux fois plus nombreuses en 2018 qu’en 2013. Sur la plateforme de diffusion Cairn.info, le nombre de consultations et de téléchargements d’articles ne cesse de croître dans les deux langues, et particulièrement en anglais2. Ces tendances semblent indiquer que, grâce à la traduction et surtout à la diffusion numérique de celle-ci, les lecteurs à l’international comprennent mieux les travaux de la démographie française et accèdent plus facilement à sa diversité. Par ailleurs, le bilinguisme facilite les recherches et les études effectuées à l’INED en partenariat avec des institutions étrangères.

3L’édition d’une revue bilingue peut néanmoins poser quelques problèmes. Une enquête informelle auprès d’une dizaine d’auteurs de Population révèle qu’ils apprécient la gratuité de la soumission, la qualité éditoriale, graphique et celle de la traduction, ainsi que le bilinguisme de la revue, mais qu’ils s’étonnent des délais de publication. De ce constat découle une question essentielle pour le projet éditorial : dans cette discipline (la démographie) où les études et leurs résultats doivent être publiés rapidement, comment proposer une traduction rigoureuse, qui nécessite un temps de travail important, dans des délais restreints ?

Un minutieux travail sur les textes

  • 3 Heim et Tymowski (dir.), 2006.

4Le ou la responsable des traductions doit considérer le choix du traducteur en fonction du domaine d’expertise qui lui est propre. Les textes en sciences sociales ont leur spécificité en matière de discipline, de concepts, de vocabulaire, de rhétorique3. Il vaut mieux privilégier un traducteur spécialisé et expérimenté dans ce domaine pour garantir la qualité et la rigueur scientifique. Comme tout texte, aucune traduction n’est parfaite ou évidente, et il faut parfois anticiper une collaboration plus soutenue sur les questions de fond et de forme : la terminologie, la méthode ou les usages. Pour celui ou celle qui coordonne ces traductions, il est également important de suivre l’avancement et, le cas échéant, de gérer des problèmes avec tact et diplomatie. L’aspect relationnel de la traduction en sciences sociales demeure fort ; c’est une pratique qui mérite elle-même d’être prise comme objet d’étude.

5Pour l’édition bilingue, la question du contresens est également centrale. Il n’est pas rare que la traduction (le texte « cible ») révèle des problèmes dans le document d’origine (le texte « source ») ; elle met en lumière des incohérences, des incertitudes, des ambiguïtés. Un travail éditorial effectué avec minutie sur la traduction est donc l’occasion de passer une seconde fois le texte au microscope et de noter parfois certaines erreurs graves. Éditer une traduction est un gage non pas de perfection, mais de qualité. L’éditeur ou l’éditrice bilingue prépare l’article traduit pour publication non seulement en corrigeant la grammaire et l’orthographe, la ponctuation, le format des citations, des références et des sous-titres, mais également en s’assurant de l’absence de contresens et de la fidélité du texte à l’original.

6Tout en restant le plus conforme possible à la traduction initiale, l’édition tente également d’en améliorer la lisibilité lorsque celle-ci a conservé certaines lourdeurs ou longueurs par souci de fidélité au texte source. Cette intervention doit prendre soin de ne pas trop changer le sens, la difficulté étant de tenir compte du lecteur, tout en respectant le message de l’auteur et en conservant la rigueur scientifique. Parfois, une légère modification de sens ou d’expression s’avère bénéfique et plus proche de l’intention de l’auteur, dont la langue d’origine possède ses propres conventions, nécessaires peut-être au texte source, mais dont la présence dans le texte cible rend la lecture inutilement ardue.

  • 4 Sur l’(im)possibilité de la traduction chez Walter Benjamin, voir Man, 1991.

7La dichotomie traditionnelle qui oppose la fidélité d’une traduction à son degré de transparence ou de limpidité pourrait être repensée sous l’angle de la tension entre la justesse d’un texte traduit et sa lisibilité. Cette tension est à l’œuvre lorsque les auteurs français rapportent que la version anglaise est plus « percutante » que l’original, et vice versa. Ces deux cas de figure participent à nourrir les réflexions des sciences sociales autour de cette pratique de la traduction que Walter Benjamin a qualifiée, de façon mémorable, d’impossible4.

Notes

1 Calot, 1989, p. 1.

2 Les bilans annuels de la revue Population sont accessibles sur www.revue-population.fr (consulté en juin 2020).

3 Heim et Tymowski (dir.), 2006.

4 Sur l’(im)possibilité de la traduction chez Walter Benjamin, voir Man, 1991.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search