Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Traduction et langues

La situation du traducteur

Olivier Mannoni

Texte intégral

  • 1 Banoun, Poulin et Chevrel (dir.), 2019.
  • 2 Observatoire de l’économie du livre, 2019.

1Le métier de traducteur littéraire, relativement ancien, a considérablement évolué depuis une vingtaine d’années1. Ces transformations ont en retour fortement influencé l’essence de la traduction elle-même, que ce soit dans les objectifs qu’elle se fixe ou dans les moyens qu’elle emploie. Nous sommes acteurs d’un marché qui est tout à fait considérable sur le plan économique. En France, environ 80 000 livres, dont 68 000 nouveautés et nouvelles éditions, sont publiés chaque année, un chiffre très important et en progression constante. La part des traductions, croissante depuis quelques années, représentait 18,5 % de ce marché en 2018, un chiffre plus élevé en littérature qu’en sciences humaines et sociales2.

Le métier de traducteur

2Le travail de traduction est assuré en très grande partie par un corps de traducteurs professionnels, exerçant en indépendant ou associant une activité d’enseignant à celle de la traduction. La profession de traducteur, en tant que métier constitué, est relativement récente. Elle ne s’est réellement mise en place que depuis une cinquantaine d’années. Après guerre, les traducteurs n’étaient déjà majoritairement plus des écrivains, il s’agissait soit d’universitaires qui traduisaient dans le cadre de leurs travaux, soit de gens qui avaient pris conscience qu’il n’était plus possible de procéder comme cinquante ou cent années plus tôt. Les traducteurs littéraires se sont alors réunis au sein d’une association, l’Association des traducteurs littéraires de France, créée en 1973, qui compte aujourd’hui 1 200 membres3. Celle-ci a bénéficié, dès ses débuts, du soutien actif du CNL, qui a compris qu’il était absolument nécessaire que ce métier se structure. Depuis les années 1970, l’ATLF a signé un code des usages avec les éditeurs, a pu faire bénéficier les traducteurs d’un statut social qui n’existait pas auparavant et a travaillé à la fois à faire évoluer les conditions de travail et la traduction elle-même4.

3Il est extrêmement difficile de dire combien il existe de traducteurs en France. On ne dispose que de quelques indications chiffrées. Outre les adhérents de l’ATLF, 1 500 personnes environ sont affiliées à la caisse, ou ex-caisse, de sécurité sociale des auteurs, l’Agessa, au titre de leurs traductions, c’est-à-dire qu’elles en tirent la plus grande part de leurs revenus et gagnent, sur une année, au moins 900 SMIC horaires avec elles, soit à l’heure actuelle un peu plus de 9 000 €. Ce sont à peu près les seuls chiffres dont on dispose. Pour le reste, on estime que, sur la totalité des publications d’une année, il y a trois ou quatre milliers de traducteurs, professionnels ou non, qui interviennent. Certains d’entre eux peuvent ne faire qu’une seule traduction dans leur vie, par exemple si ce sont des universitaires qui travaillent sur un sujet extrêmement pointu et qui inscrivent la traduction d’un texte crucial à leurs yeux dans leur travail scientifique. Les autres ont tous, en France, le statut d’auteur, avec la totalité des droits et des devoirs : droits patrimoniaux, bien sûr, mais aussi droits moraux, puisque personne n’a le droit de toucher à une traduction sans demander l’accord du traducteur. Totalement tributaire des commandes qu’il reçoit, le traducteur littéraire a un statut proche de celui du travailleur indépendant : payé en droits d’auteur, il n’est jamais salarié, sauf cas exceptionnel. La grande majorité des traducteurs de l’ATLF sont des traducteurs d’édition qui peuvent aussi, bien sûr, travailler pour d’autres secteurs, et notamment le théâtre ou le cinéma, pour ce qui concerne le doublage et le sous-titrage.

4Le rôle du traducteur a changé ces dernières années. Les éditeurs lui confient de plus en plus de lectures de livres. Pour toutes les langues autres que l’anglais, et bien entendu tout particulièrement pour les langues rares, la présence de lecteurs parlant la langue des auteurs est indispensable et les traducteurs, par leurs liens naturels avec l’édition, sont de plus en plus nombreux à donner des avis au cours du processus de publication des livres étrangers. Cela vaut aussi dans le domaine des sciences humaines, pas nécessairement dans les presses universitaires comme les Éditions de l’EHESS, ou de la MSH, mais dans toutes les grandes maisons d’édition qui publient des sciences humaines, comme La Découverte, Odile Jacob, Flammarion ou Payot. Ici, les traducteurs interviennent en traduisant, évidemment, mais aussi en aidant au choix des livres qui sont publiés en France. Il s’agit d’un rôle tout à fait considérable.

Les formations de traducteur

5Les traducteurs littéraires ont une formation spécifique. Ces cursus sont relativement récents en France. Le premier a été créé par des traducteurs professionnels et se trouve aujourd’hui au sein de l’université de Paris (anciennement Paris-Diderot) ; un DESS à l’époque, un master 1 et 2 professionnel désormais. La caractéristique majeure des formations est la suivante : elles sont assurées à tous les niveaux, au moins pour les masters qui fonctionnent correctement, par des gens qui ont une pratique de la traduction professionnelle et qui sont aussi des pédagogues issus de l’université. Il existe à l’heure actuelle douze ou treize masters de traduction littéraire ou assimilé5. Nous avons beaucoup bataillé, lorsque j’étais président de l’ATLF, d’abord pour que l’on réduise ce nombre, qui est beaucoup trop important pour la réalité du marché, ensuite pour que ces institutions se diversifient du point de vue linguistique, puisque jusqu’à la création très justement saluée du master de l’INALCO, les formations concernaient en très large majorité des traducteurs de l’anglais (90 %), alors que cette langue ne représente que 60 % du nombre des traductions en France. Avec plus d’une centaine de diplômés par an pour un corps de professionnels de 1 200 à 1 500 personnes, on pourrait renouveler en une dizaine d’années la totalité de la profession. En anglais, ce serait sans doute en cinq ou six ans. Cela n’a bien sûr aucun sens.

6Des formations postuniversitaires existent également. Le « stage Goldschmidt » organisé pour les jeunes traducteurs d’allemand, à Arles et à Berlin, par le Bureau international de l’édition française, la Foire du livre de Francfort et d’autres organismes, qui a obtenu des résultats remarquables, fêtera prochainement ses vingt ans. La « Fabrique des traducteurs », organisée par l’association ATLAS à Arles, rassemble régulièrement des traducteurs de langues rares selon un principe analogue à celui du « stage Goldschmidt » : des traducteurs de deux langues croisées travaillent ensemble, pendant plusieurs semaines, sur des textes qu’ils ont choisis, sous la direction de traducteurs expérimentés. Là encore, cette formation a aidé nombre de jeunes traducteurs talentueux à trouver leur voie. Il faut savoir que le problème des langues dites « rares » est tout à fait crucial pour l’édition internationale. Une langue qui n’a plus de traducteurs ne « passe » plus dans les autres pays et disparaît donc de ce circuit-là : non seulement on ne peut pas la traduire, mais on ne peut tout simplement pas connaître le contenu des livres.

  • 6 Sur l’historique de l’École de traduction littéraire, les principes de la formation et les types d (...)

7La dernière formation en date est celle dont j’assure la direction pédagogique, l’École de traduction littéraire. Créée en 2012 par le CNL, elle est aujourd’hui gérée en partenariat avec l’Asfored6. Elle s’adresse à des traducteurs dont le niveau d’expérience est considéré comme medium, c’est-à-dire qui ont déjà publié quelques traductions. Pour résoudre ce problème dramatique des langues rares – problème qui est aussi économique parce que l’on ne peut bien évidemment pas mobiliser une équipe d’enseignants pour un ou deux étudiants dans une langue donnée –, nous travaillons depuis le début en multilingue : nous faisons des ateliers de technique de la traduction (comment traduit-on un rythme, une mélodie, comment va-t-on chercher derrière la réalité littérale d’un texte sa réalité « réelle », c’est-à-dire ce qu’il y a dans la tête de l’auteur, ce qu’il veut vraiment dire à travers ses mots, etc.). Ces formations durent une année entière, un samedi sur deux, et comportent aussi un volet volumineux sur les métiers de l’édition, pour faciliter l’intégration du traducteur dans ce que l’on appelle la chaîne du livre. Nous avons obtenu, en huit ans, des résultats plus qu’appréciables, avec vingt-cinq prix décernés depuis 2012 à nos anciens « stagiaires » pour leur travail de traducteur ou pour des livres qu’ils avaient traduits.

8Tous ces efforts menés en commun par les traducteurs professionnels, qu’ils soient universitaires ou non, ont fait évoluer de manière considérable la nature même de ce que vous lisez. Il y a un gouffre entre ce que contenait une traduction des années 1960 et les traductions contemporaines, notamment parce que nous sommes à peu près sortis de deux ornières. La première était l’exigence des éditeurs de l’époque qui souhaitaient que les traductions soient rédigées en « bon français » – y compris ce qui n’était pas en « bon allemand », en « bon chinois » ou en « bon russe ». Aujourd’hui, les traductions se rapprochent de plus en plus de ce qu’est véritablement le texte d’origine. La seconde était le cloisonnement : aujourd’hui il y a très peu de traducteurs qui ne font que des sciences humaines ; très souvent, ils travaillent alternativement dans plusieurs domaines, le roman, l’histoire, la philosophie, etc. C’est l’occasion d’approcher en traduction des points tout à fait essentiels et communs à tous les types de littérature, par exemple l’utilisation de la rhétorique, du rythme, de la poésie en philosophie ou en histoire. La polyvalence permet de traduire la réalité des documents historiques tout en rendant justice à la beauté des textes – quand on traduit Marc Bloch, on traduit à la fois un historien et un homme de lettres talentueux. Loin d’être terminé, ce travail, qui est mené par un très grand nombre de traducteurs aux origines professionnelles et universitaires très variées, fait progresser petit à petit la traduction en France.

Notes

1 Banoun, Poulin et Chevrel (dir.), 2019.

2 Observatoire de l’économie du livre, 2019.

3 Sur l’historique de l’ATLF, voir www.atlf.org/lassociation/qui-sommes-nous (consulté en juin 2020).

4 Voir www.atlf.org/wp-content/uploads/2014/05/Code-des-usages.pdf (consulté en juin 2020).

5 Pour la liste des formations établie par l’ATLF, voir www.atlf.org/profession-traducteur/formations/formations-universitaires-initiales (consulté en juin 2020) ; pour celle proposée par le site de l’Association française des formations aux métiers de la traduction, qui regroupe une palette d’instituts plus large que celle des centres de traduction littéraire, voir affumt.wordpress.com/informations-sur-nos-formations (consulté en juin 2020).

6 Sur l’historique de l’École de traduction littéraire, les principes de la formation et les types d’enseignement dispensés, voir www.etl-cnl.fr (consulté en juin 2020).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search