Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Traduction et langues

Traduction et internationalisation de la recherche

Anne Madelain

Texte intégral

  • 1 Wismann, 2012.

1En France comme ailleurs dans le monde, on traduit et publie toujours plus de livres. Cette augmentation touche l’ensemble des secteurs éditoriaux, quoique de façon différenciée. Dans les sciences humaines cependant, le livre – et peut-être désormais plutôt le texte – de recherche subit une évolution spécifique par rapport au reste du marché, du fait de la part grandissante du numérique et de la diffusion en open access. Quelles en sont, dans ce secteur, les conséquences sur les usages de la traduction ? Au-delà de la dépendance aux aides et de l’injonction à publier en anglais pour « s’internationaliser », la réflexion épistémologique sur la traduction et l’attention à la transposition des concepts, au « penser entre les langues », ont-elles progressé1 ?

2Mon questionnement sur la circulation internationale des publications de sciences humaines s’est nourri d’une expérience de plusieurs années au sein des Éditions de l’EHESS à en promouvoir la production à l’international et à accueillir des traductions. Il s’est développé aussi dans des projets collectifs menés entre 2009 et 2019 au sein de l’EHESS, portant sur la place de la traduction dans la recherche, dont le séminaire « Penser en plusieurs langues : éditer des traductions en sciences humaines et sociales », qui, entre 2016 et 2019, a fait dialoguer les perspectives de traducteurs, de chercheurs, d’éditeurs, de documentalistes tout en variant les échelles temporelles et spatiales2. Mes travaux sur les Balkans contemporains et la circulation des savoirs entre cet espace jugé périphérique et la France explorent d’autres perspectives nationales sur le phénomène3.

La France dans la circulation des traductions

  • 4 Syndicat national de l’édition, 2019, p. 51-52.
  • 5 Ibid., p. 54.

3Depuis plusieurs années, le nombre de titres cédés par les éditeurs français pour être traduits en langues étrangères est en hausse presque constante. Sur la base des données fournies par quelque 180 maisons d’édition parmi les plus importantes du secteur, les statistiques produites par le Syndicat national de l’édition montrent une augmentation de presque 50 % du nombre de contrats de cessions et de coéditions internationales en dix ans. En 2018, on en compte environ 16 000 (dont 13 750 cessions et 2 164 coéditions)4. Le livre jeunesse et la bande dessinée sont particulièrement concernés puisque, cette même année, dans ces deux secteurs ont été négociés plus de 70 % des contrats. Les sciences humaines et sociales représentent environ 9 à 10 % des cessions des éditeurs français, soit 1 252 titres cédés en 2018, un chiffre en baisse cependant par rapport à 20175.

  • 6 Ibid., p. 57 ; Botrel, 2017, p. 17-42 ; Sapiro, 2014.

4D’une manière générale, la cession des droits – étrangers, audiovisuels, numériques, coéditions ou poche – représente une part croissante du chiffre d’affaires des éditeurs et vient parfois combler de manière non négligeable les déficits des ventes (la seule cession des droits étrangers représente ainsi 4 à 6 % du chiffre d’affaires des maisons d’édition ayant répondu à l’enquête du SNE en 2018). L’exploitation des fonds est devenue une source importante de revenus. Cette augmentation d’activité est aussi la conséquence du développement des départements de droits étrangers des maisons d’édition et du travail des agences littéraires. Il faut en effet rappeler que les livres ne circulent pas « spontanément » entre les langues, que la décision de publier un livre en traduction est suscitée, ou pour le moins alimentée, par une série d’acteurs : agents, responsables de droits, responsables éditoriaux, auteurs, traducteurs et autres médiateurs ; qu’elle nécessite en outre une série d’étapes dont la prospection et la négociation d’un contrat permettant de construire des relations de confiance6.

  • 7 Syndicat national de l’édition, 2019, p. 56.

5Parmi les langues vers lesquelles les ouvrages français sont traduits, le chinois arrive en tête depuis 2012 (14 % des cessions et des coéditions en 2018), suivi de l’espagnol (11 %), de l’italien (10 %), de l’allemand (6 %) et de l’anglais (6 %)7. Pour ce qui est des ouvrages de sciences humaines et sociales, la première langue de traduction des ouvrages français était également en 2018 le chinois (181 cessions), suivi de l’italien (140 cessions), du portugais (124, dont 88 au Brésil) et de l’espagnol (117 cessions, dont 62 en Espagne et 53 en Amérique latine). Les projets de traduction, surtout dans des secteurs peu lucratifs, sont tributaires des conjonctures économiques ou politiques : on le constate par exemple dans la chute des cessions vers l’Argentine frappée par une crise monétaire en 2018, alors que les sciences humaines françaises s’y exportent traditionnellement bien. Enfin, 90 cessions vers l’anglais en 2018 concernaient des ouvrages de sciences humaines et sociales (dont 40 aux États-Unis). Bien que de nombreux chercheurs souhaitent être traduits dans cette langue, elle n’apparaît qu’à la sixième place des langues de traduction dans ce domaine, entre le coréen et le turc (respectivement 70 et 103 cessions).

  • 8 « Le système international des traductions est avant tout une structure hiérarchisée avec des grou (...)
  • 9 Sapiro, 2009 et 2014.

6La comparaison entre les livres traduits vers le français et les titres cédés par les éditeurs français à l’étranger témoigne de la grande disparité – et même de l’asymétrie – des circulations entre les langues : la suprématie de l’anglais, langue depuis laquelle sont traduits 64 % des livres en France tous secteurs confondus en 2018, est encore accrue pour les sciences humaines et sociales. Si l'on peut estimer que le français est encore l’une des langues de grande circulation ou « langues centrales » dans le système international des traductions, force est de constater que la place de l’anglais comme « langue hyper centrale » ne cesse de se renforcer8. Certes, les flux d’intraductions et d’extraductions depuis le français augmentent numériquement, mais la place relative de cette langue recule depuis plusieurs décennies comme l’ont montré les analyses quantitatives à grande échelle9.

  • 10 Syndicat national de l’édition, 2019, p. 64.
  • 11 Delissen, 2017.

7En France, les ouvrages traduits à partir des langues étrangères – près de 14 000 en 2018 – représentent 17 % de l’ensemble des titres publiés, d’après les statistiques du dépôt légal de la Bibliothèque nationale de France, utilisées dans le rapport du SNE précédemment cité. Cette part est stable par rapport à 201710. Parmi les catégories les plus traduites, la fiction arrive largement en tête et, pour certaines langues comme le chinois, l’arabe ou encore le turc, la part d’ouvrages de sciences humaines et sociales traduits vers le français est quasiment nulle. Ainsi, excepté pour la langue allemande (758 cessions, 802 livres traduits vers le français publiés en 2018), les échanges entre le français et les autres langues apparaissent en tous points inégaux. Par ailleurs, on traduit en France surtout à partir des langues européennes, un phénomène encore plus net en sciences humaines et sociales. La centralité passée du français dans ce domaine semble encore influer sur le sentiment qu’il n’est pas nécessaire de traduire pour faire avancer la recherche ou le débat public. Doit-on y voir un manque de curiosité pour l’étranger, le défaut de « médiateurs » ? Les Français sont-ils inaptes à développer la « patience de l’autre11 » nécessaire pour se mettre à l’écoute de formes de conceptualisation différentes ? D’une manière générale, au vu de la faiblesse des budgets dédiés à la traduction, il semble que les coûts éditoriaux et les investissements soient trop importants pour que le système éditorial classique puisse répondre aux besoins de l’internationalisation de la recherche et du décloisonnement des savoirs. Peut-on trouver dans les nouvelles formes de production et de diffusion des écrits de recherche d’autres espaces pour traduire ?

Les tendances actuelles

  • 12 Sur les enjeux de l’open access dans les revues de sciences humaines et sociales, voir « Économie (...)
  • 13 C’est le cas des marques du groupe Springer Nature, de Walter De Gruyter, Brill, etc.

8La part du numérique croît de façon exponentielle depuis quelques années dans les publications de recherche alors qu’elle stagne ailleurs. Ces dernières ont par ailleurs tendance à disparaître des librairies, quels que soient les efforts faits pour soutenir cette forme de diffusion. Après avoir promu les revues scientifiques, les plateformes de diffusion numérique telles que J-Stor, Cairn.info ou encore OpenEdition investissent désormais plus massivement dans les e-books. Ce phénomène accompagne l’injonction à favoriser le libre accès à la production scientifique promue par les politiques publiques, par exemple en France avec la loi pour une République numérique adoptée en 201612. Depuis quelques années, le principe de l’accès ouvert s’est généralisé, y compris chez les grands éditeurs commerciaux qui pratiquent ou soutiennent le modèle de l’auteur-payeur (« voie dorée »)13. Production a priori plus internationalisée – car accessible en ligne – mais de plus en plus dépendante de financements institutionnels, la publication scientifique en sciences humaines accorde en fait une place paradoxale à la traduction.

  • 14 Collection placée sous la direction scientifique de Jacques Le Goff et impliquant les Éditions du (...)

9En effet, pour les ouvrages cédés dans le cadre d’une publication commerciale (faisant l’objet d’une cession de droits et visant une rentabilité ne serait-ce que minimale), la pratique empirique permet de noter un repli sur les essais et les « grands noms », voire sur des auteurs considérés comme « classiques ». C’est le cas par exemple des œuvres de Michel Foucault dont les traductions des écrits posthumes, comme les cours au Collège de France, n’ont fait que croître depuis le début des années 2000, y compris vers des langues très éloignées du français. Par ailleurs, les éditeurs privés semblent avoir renoncé aux ambitieux projets de coédition internationale apparus dans les années 1990, tels que la collection en cinq langues « Faire l’Europe14 ».

  • 15 Voir www.cairn-int.info (consulté en juin 2020).
  • 16 Gingras et Mosbah-Natanson, 2010, p. 15.
  • 17 Madelain, 2018.

10Par ailleurs, la dépendance aux aides s’est accrue avec la baisse de la rentabilité du secteur. Les sources de financement se sont dans le même temps diversifiées puisque de nombreux programmes scientifiques prévoient aujourd’hui des fonds pour la traduction. Cependant, depuis une quinzaine d’années, l’attention des chercheurs et des pouvoirs publics, guidés par des impératifs de visibilité internationale et de diffusion, voire d’exportation d’auteurs et de textes, se concentre sur la traduction de contenus vers l’anglais. Ce phénomène a d’abord touché les revues et donné lieu à la mise en place de programmes spécifiques comme l’interface anglophone Cairn international, destinée à toucher de nouveaux publics hors de la sphère francophone15. Il concerne désormais également d’autres formes de textes (collectifs ou monographies), même si les financements sont souvent insuffisants à assurer une traduction appropriée. Cette stratégie d’exportation a été critiquée pour son manque d’efficacité et ses effets pervers potentiels, comme l’effacement de la version originale ou l’absence de champ d’accueil16. Elle a aussi tendance à négliger d’autres pratiques de traduction et de multilinguisme bien présentes dans les travaux de sciences humaines, comme l’autotraduction en amont d’une soumission d’article par exemple, ou la juxtaposition de textes en plusieurs langues de plus en plus fréquente dans les revues et les collectifs, qui témoignent de l’internationalisation concrète de la recherche et ouvrent des pistes de travail sur la transposition des concepts entre les langues17.

Un triple écueil à éviter

  • 18 Cassin (dir.), 2004 ; Apter, 2006.
  • 19 Wismann, 2012.
  • 20 Publiée en français et en anglais, envisage de traduire ses articles vers d’autres langues, à comm (...)

11Sous l’injonction d’internationalisation et l’illusion de transparence des langues, l’espace de recherche qu’ouvre l’acte de traduire pour des questionnements conceptuels et épistémologiques, mais aussi des enseignements sociologiques et historiques, est encore souvent minoré. Comme le montrent par exemple les travaux de Barbara Cassin et d’Emily Apter, ce sont notamment les concepts « intraduisibles », naissant dans les interstices entre les langues qui, tout en provoquant des résistances, font évoluer la recherche18. Il est possible de concilier les deux mouvements, à savoir celui de penser ces écarts et de traduire vers l’anglais, mais cela demande des moyens et une attention particulière au « penser entre les langues19 ». Ces préoccupations sont présentes dans l’élaboration de la version anglaise des Annales. Histoire et sciences sociales, attentive à ne pas réduire les écarts entre des traditions historiographiques nationales ou des formulations conceptuelles différentes. Elles sont aussi au cœur du projet de la jeune revue bilingue Biens symboliques/Symbolic Goods 20 qui opère au croisement de la sociologie et de l’histoire culturelle, ou encore dans les numéros spéciaux « Traduire et introduire » proposés par la revue Tracés, qui visent à présenter des travaux étrangers en discutant leurs conditions de circulation et de réception, dont la traduction.

12Alors que la mobilité des chercheurs et les collaborations internationales ne cessent de se développer, les sciences humaines participent peu en France à l’augmentation du nombre de traductions d’ouvrages dans la production classique de livres. Cela tient incontestablement au fait que l’investissement dans les publications scientifiques s'oriente de plus en plus vers le numérique et l’accès ouvert et que les traductions donnent de moins en moins lieu à un contrat de cession classique. Cependant, dans ces nouveaux modes de publication et de diffusion de la recherche, les financements de traduction demeurent insuffisants. Plus encore, souvent fléchés vers l’anglais dans un souci légitime de toucher le lectorat le plus large possible, ils risquent d’alimenter l’illusion de transparence des langues.

13Pour éviter le double écueil de voir la traduction reculer dans les publications de sciences humaines grand public et l’anglais devenir la langue hégémonique d’écriture de la recherche, il faut rappeler la part essentielle des traductions à l’avancée de la pensée conceptuelle à toutes les époques. Aujourd’hui, dans un monde de la recherche très internationalisé, le questionnement sur les apports épistémologiques de la traduction, encore trop souvent cantonné à la philosophie ou à la théorie, peut profiter plus largement aux sciences sociales.

Notes

1 Wismann, 2012.

2 Voir enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/1262 (consulté en juin 2020).

3 Depuis eptembre 2019, ces travaux sont menés au sein du Centre de recherche Europes-Eurasie de l’INALCO.

4 Syndicat national de l’édition, 2019, p. 51-52.

5 Ibid., p. 54.

6 Ibid., p. 57 ; Botrel, 2017, p. 17-42 ; Sapiro, 2014.

7 Syndicat national de l’édition, 2019, p. 56.

8 « Le système international des traductions est avant tout une structure hiérarchisée avec des groupes linguistiques centraux, semi-périphériques et périphériques », selon Heilbron, 2009, p. 261.

9 Sapiro, 2009 et 2014.

10 Syndicat national de l’édition, 2019, p. 64.

11 Delissen, 2017.

12 Sur les enjeux de l’open access dans les revues de sciences humaines et sociales, voir « Économie et politique de l’“accès ouvert”. Les revues à l’âge numérique », 2015 ; Mounier, 2015 ; Gèze, 2016. Voir également, dans le présent ouvrage, Stérin ; Gras ; Boutoux.

13 C’est le cas des marques du groupe Springer Nature, de Walter De Gruyter, Brill, etc.

14 Collection placée sous la direction scientifique de Jacques Le Goff et impliquant les Éditions du Seuil (France), Laterza (Italie), Beck Verlag (Allemagne), Basil Blackwell (Royaume-Uni), Critica (Espagne), préparée à partir de 1987 et active entre 1993 et 2007.

15 Voir www.cairn-int.info (consulté en juin 2020).

16 Gingras et Mosbah-Natanson, 2010, p. 15.

17 Madelain, 2018.

18 Cassin (dir.), 2004 ; Apter, 2006.

19 Wismann, 2012.

20 Publiée en français et en anglais, envisage de traduire ses articles vers d’autres langues, à commencer par l’espagnol : www.biens-symboliques.net/ (consulté en jun 2020) ; Rabier, 2017, p. 17-18.

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search