Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Traduction et langues

Traduction et langues

Texte intégral

1Durant la seconde moitié du xxe siècle, le secteur des sciences humaines et sociales francophones a été marqué par une prédominance de la traduction sortante et une limitation assez forte de la traduction entrante. Depuis, la prise de conscience de l’évolution de la production mondiale des SHS a progressivement conduit à une augmentation des traductions entrantes. Dans le domaine des traductions sortantes, le bilan est contrasté. Ces dernières années, la cession des droits est en augmentation dans un secteur de plus en plus professionnalisé qui offre de nouvelles marges financières aux éditeurs. Toutefois, la traduction des monographies universitaires recule, à la différence des essais plus généraux de sciences humaines et sociales, sur la toile de fond d’une diminution de la présence des auteurs français dans les langues européennes, à commencer par l'anglais. Cette évolution n’est que le reflet d’une domination de plus en plus forte de l’anglais comme langue de communication scientifique, même si les SHS ne sont pas en cela encore comparables aux sciences de la nature et que les formes de publication locale dans une grande variété de langues continuent à fleurir. Ainsi, la question des langues de publication et de la traduction est aujourd’hui centrale pour le milieu éditorial des SHS.

2Dans le secteur public des revues et chez certains petits éditeurs à vocation transnationale, on voit se multiplier des initiatives de traduction ou de publication directement en anglais depuis la France, tandis que le lectorat visé par les maisons d’édition privées est francophone, ce qui induit une autre distorsion dans l’espace de diffusion du savoir. Se pose également la question de la place des traducteurs et des traductrices, de leur formation, de leur statut économique et scientifique (à partir du moment où ils sont nombreux à avoir une formation en recherche) et de leur rémunération dans la chaîne économique de l’édition. Enfin, la problématique linguistique aiguise la réflexion sur les concepts des SHS, sur leur histoire propre liée à des traditions locales et sur le problème de la reconnaissance de la traduction comme une possible activité de recherche. En examinant les effets de l’internationalisation de l’édition en SHS, la position des traducteurs et l’expérience concrète de traduction d’une revue en français et en anglais, on voudrait montrer que le bouleversement à l’œuvre dans l’écriture et les langues de publication est un enjeu prioritaire pour le secteur.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search