Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Éthique de la publication

Éthique de la publication

Texte intégral

1Comme l’édition littéraire, et plus que celle des sciences de la nature, l’édition en sciences humaines et sociales exige un processus d’écriture où la forme, l’originalité de la rédaction et le style, gages d’une médiation réussie vers le lecteur, sont loin d’être négligeables. Les éditeurs pourraient donc commodément s’abriter derrière le formalisme juridique, en se contentant de conclure avec l’auteur des contrats qui leur garantissent l’originalité du texte cédé et en laissant au monde de la recherche le soin de régler des problèmes situés en amont, dont ils n’auraient à connaître ni les difficultés ni les pièges. Or cette posture amènerait l’édition de SHS à trahir à la fois sa raison d’être et sa mission auprès de ses lecteurs, scientifiques, étudiants et citoyens. Elle se doit en effet de prendre en compte les questions de déontologie, d’éthique et d’intégrité, et de se prémunir contre d’éventuelles méconduites. Loin de voguer en aval du texte académique sur un cours qu’elle se contenterait d’embellir, de parfaire et de canaliser, ses sélections, ses acceptations ou ses rejets et ses recommandations la situent bien au cœur de la recherche. Elle participe pleinement à la carrière du chercheur, de plus en plus soumis aux impératifs des indicateurs bibliométriques et des facteurs d’impact, et doit en outre composer avec les évolutions techniques et législatives qui encadrent le travail de celui-ci.

2Chaque jour, les éditrices et éditeurs rencontrent et tentent de résoudre les dilemmes de l’auteur dont la pensée, à travers ses articles puis ses ouvrages, peut être amenée non à s’autoplagier mais à s’enrichir par strates, voire à se nourrir de travaux menés dans un cadre collectif. Ils sont les garants de la transparence et de l’exactitude des sources, de l’honnêteté des citations et des signatures. À leur niveau, ils participent, par leur réflexivité et leurs normes, à la formation de nouvelles générations d’auteurs et de chercheurs, mais pour mener à bien cette mission, ils doivent tirer profit des observations et des recommandations émises par les structures publiques, tel le Comité français de l’intégrité scientifique, ou associatives, à l’instar de l’Institut international de recherche et d’action sur la fraude et le plagiat académiques, qui se consacrent aux questions d’éthique et d’intégrité. L’édition en SHS jouera alors pleinement son rôle en réduisant les risques, en particulier de plagiat, que la révolution numérique peut lui faire prendre, mais aussi en saisissant les opportunités que cette dernière lui offre. À ce titre, les usages et réusages des archives orales, à la conservation desquelles s’est vouée la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, pionnière dans le passage de l’analogique au numérique, représentent pour l’éditeur un stimulant défi.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search