Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Pratiques de lecture

Accompagner le lecteur en librairie

Samuel Péricaud

Texte intégral

1Nous, libraires, sommes au bout de la chaîne du livre et tentons de trouver aux bons livres les bons lecteurs. C’est une pratique laborieuse, empirique, qui nécessite une politique commerciale, éditoriale, intellectuelle ferme pour que notre rôle ne se limite pas à empiler des objets en papier en attendant que des acheteurs se ruent sur l’ouvrage qui a été le mieux promu la veille à la télévision. Nous devons faire mieux qu’algorithmes, robots et drones. Pour que nous puissions défendre des œuvres rigoureuses, incitant à la curiosité et menant les lecteurs à une meilleure compréhension du monde, à une meilleure prise sur ce monde, nous avons besoin d’alliés : auteurs, éditeurs, bibliothécaires, journalistes, professeurs, chercheurs, dont les liens d’interdépendance sont inextricables.

Les sciences humaines et sociales en librairie, de 1970 à nos jours

  • 1 Thorel, 2015.

2Dans les années 1970, faire et vendre des sciences humaines constituaient une évidence pour les professionnels du livre. Pendant cette période, la littérature elle-même était conceptuelle, se voulait d’avant-garde ou militante, laissant peu de place au romanesque, à l’imaginaire. C’est pourquoi, dans son premier espace d’une centaine de mètres carrés, la librairie Ombres Blanches à Toulouse plaça le rayon sciences humaines à l’entrée et la littérature au fond1. Les maisons d’édition étaient peu nombreuses, structurées autour de lignes bien définies. Il s’agissait de Maspero, des collections des éditions de Minuit comme « Critique » de Georges Bataille et Jean Piel, « Le sens commun » de Pierre Bourdieu (qui fut un des premiers invités de la librairie, dans la cave, pleine à craquer), ou « Arguments » de Kostas Axelos. Il y avait Gallimard également, avec ses « Bibliothèques » fondées par Pierre Nora ou « Connaissance de l’inconscient » de Jean-Bertrand Pontalis, dont les grands titres animaient le débat public, ainsi que Flammarion avec la « Nouvelle bibliothèque scientifique » de Fernand Braudel, matrice de l’actuelle collection « Champs » et abri de bien des travaux annonçant les pratiques futures de la recherche en histoire. D’autres maisons accompagnaient l’œuvre d’un auteur, Roland Barthes ou Jacques Lacan au Seuil, Jacques Derrida chez Galilée. Pendant toute cette décennie, la réflexion philosophique avait sa place chez Vrin, Aubier, Payot (Miguel Abensour y créait « Critique de la politique »), aux Presses universitaires de France qui avaient pignon sur rue. Et les débats pouvaient devenir violents : Ombres Blanches comme d’autres fit les frais de plusieurs attaques de groupuscules politiques. Les presses d’université n’existaient quasiment pas, mais de grandes maisons de prescription indépendantes publiaient manuels et usuels (Bordas, Nathan, Colin, etc.) qui assuraient la trésorerie de la librairie et le passage des étudiants.

  • 2 Barluet, 2004.

3Le début des années 1980 fut une période charnière. L’installation des Fnac et leur volonté de proposer, à leur manière, une culture pour tous, de même que la loi de 1981 instaurant le prix unique du livre permirent un élargissement des publics, une évolution qui fut accompagnée d’une ouverture des lignes éditoriales vers l’essai politique. Avec l’élection de François Mitterrand et la question soviétique, les frontières intellectuelles se déplacèrent. L’apparition des « nouveaux philosophes », figures médiatiques permises par l’importance grandissante que prit la télévision dans la prescription de livres, et leurs passages remarqués chez Bernard Pivot obligèrent les auteurs à se positionner et à s’écarter dans le même temps d’une partie de leur lectorat. À cette époque se créa une césure entre les universitaires et les personnages médiatiques, entre ce que Sophie Barluet a pu appeler les « livres texte », monographies universitaires, ouvrages collectifs, et les « livres prétexte », les ouvrages sur l’actualité qui sont souvent aussi vite écrits qu’oubliés. Entre les deux, un espace émergea, au sein duquel apparut une littérature exigeante, les « livres raison », ceux dont la portée de l’analyse dépasse l’objet initial, permettant à un large public cultivé de mieux comprendre le monde2. Dans cet interstice se développa la collection « Terre humaine » de Jean Malaurie et furent publiés des livres d’histoire en prise avec les interrogations contemporaines chez les éditeurs généralistes que sont Fayard ou le Seuil.

  • 3 Sur l’économie de l’attention, voir Citton, 2014.

4Les années 1990 furent une grande décennie de restructuration du monde éditorial, après l’inertie et le repli des années 1980. La constitution de ce qui devint Editis, la crise des PUF, le rachat de toutes les maisons de prescription obligèrent des éditeurs fragilisés à se concentrer sur leur rentabilité. La plupart des maisons généralistes se détournèrent progressivement des sciences humaines (c’est le moment de la séparation entre Pierre Bourdieu et Jérôme Lindon), et de petites maisons, plus spécialisées, se créèrent ou se renforcèrent (L’Éclat, Verdier, Allia, Millon, Champ Vallon). Celles-ci mirent en place des structures de diffusion dédiées comme Harmonia Mundi, Distique ou le CID (Centre interinstitutionnel pour la diffusion de publications en sciences humaines) pour les presses universitaires nouvellement installées. Notons au même moment l’arrivée des éditions Odile Jacob qui lancèrent les parutions liées à la psychologie cognitive, puis au développement personnel, un champ qui prit progressivement la place de la psychanalyse, une discipline nécessitant pourtant la parole, donc le livre, donc l’édition. Depuis, la principale nouveauté semble être l’adoption d’internet et les changements induits dans les outils de travail en librairie, dans la prescription, dans l’économie de l’attention, c’est-à-dire le temps que chacun décide de consacrer à la lecture, et bien entendu dans la commercialisation du livre3. Est-il nécessaire de souligner l’actuel manque d’inventivité des grandes maisons, à l’exception du Seuil et de La Découverte, la peur du risque et du positionnement éditorial ? C’est donc une deuxième génération de petits éditeurs qui innove et accompagne les libraires : Anacharsis, Agone, Zones sensibles par exemple.

Être libraire aujourd’hui

  • 4 Sur l’économie des librairies, voir Noël, dans le présent ouvrage.

5C’est dans ce cadre, avec cet héritage, que nous travaillons aujourd’hui. Nous essayons de maintenir la profondeur de l’assortiment de livres, sa densité : garder un rayon sur Port-Royal quand les clients n’en demandent pas tant, étudier pendant des heures la possibilité d’en créer un sur la philosophie asiatique, apprendre à lire un catalogue chronologiquement. C’est un travail qui nécessiterait de la concentration quand le téléphone sonne sans arrêt, quand des clients nous somment de leur montrer le dernier best-seller parce qu’ils ne souhaitent pas perdre quinze secondes à le chercher. Il reste néanmoins prodigieux de recevoir un catalogue papier intelligemment construit (admirez celui des quarante ans de Verdier), de comprendre une ligne éditoriale par sa seule bibliographie. Cela demande de l’expérience, et donc du temps, une certaine stabilité également afin de construire une relation de fidélité et de confiance avec un éditeur, de la curiosité, une ouverture d’esprit culturelle et sociale et une sérénité souvent en contradiction avec l’économie extrêmement fragile de la librairie et des libraires4.

6Ombres Blanches est une librairie de 1 800 mètres carrés d’espace de vente, avec une équipe de près de cinquante personnes, vingt-cinq libraires, dont quatre pour les seules SHS qui est un secteur en progression. Le matin, nous recevons une tonne et demie de livres, soit quatre ou cinq palettes. Chaque jour, nous vendons en sciences humaines trois à quatre cents volumes, la plupart à l’unité, et dont 55 % sont des livres parus il y a plus d’un an, ce que nous appelons du fonds. Notre journée consiste à ranger, classer. Nous recevons des représentants des éditeurs, qui ont une dizaine de lignes d’argumentaire sur des titres à paraître trois mois plus tard. Il nous faut alors décider en une trentaine de secondes (les programmes à travailler pouvant compter une centaine de titres différents) de leur potentiel commercial. Y croit-on assez pour les commander, les mettre en avant, les rendre visibles ou les stocker en réserve ? Vous imaginez la destinée d’un ouvrage collectif dont nous ne comprenons pas le titre, ni l’argumentaire, ne connaissons pas les auteurs et trouvons la couverture peu soignée…

  • 5 Forsyth, 2019.

7Entre deux piles de livres à ranger, nous répondons aux demandes des clients. Peu de conseil en sciences humaines : les acheteurs viennent bien souvent avec un titre en tête, qu’ils nous demandent juste de leur tendre. Les principaux prescripteurs sont Le Monde des livres, France Inter et France Culture, La Grande Librairie, plus tant les professeurs qui répugnent aux lectures obligatoires ou ne lisent eux-mêmes plus trop. D’autres flânent, et c’est bien de ceux-là que l’on s’occupe en leur aménageant un parcours qui met en avant les titres que nous avons décidé de défendre tout particulièrement5. Avec de belles piles bien visibles, des lutrins, des bandeaux « conseillé par Ombres Blanches », notre action est alors discrète et le client décide ou pas de se laisser guider. Nous l’accompagnons en permettant l’accès aux étagères, à l’assortiment des ouvrages de fonds, ces livres que l’on réassortit à chaque vente, qui trouveront par notre action (à plus ou moins long terme) leur lecteur, et dont la présence est garante de la richesse de notre projet intellectuel.

8Entendons-nous bien, même si nous, libraires, avons des formations en sciences humaines et sociales, nous ne pouvons pas toujours juger les textes sur leur qualité scientifique. Nous avons donc besoin d’indices, de repères. La maison d’édition, le directeur de collection, le statut de l’auteur, la maquette du livre, la présence de notes de bas de page, d’un index, d’une bibliographie nous donnent une idée du type d’ouvrage dont il s’agit. Malgré tous nos efforts, nous n’aurons jamais le temps de lire tous les ouvrages, ni même uniquement ceux dont nous savons pourtant qu’ils sont bons et pourraient nous intéresser. Notre capacité de prescription intervient principalement sur des œuvres dont nous sentons que la force interprétative dépasse leur seul terrain d’étude.

9C’est certainement la raison de nos ventes de Par-delà nature et culture de Philippe Descola, des Batailles nocturnes ou de Mythes emblèmes, traces de Carlo Ginzburg, des cours de Pierre Bourdieu sur Manet, ou, pourquoi pas, de De la dignité de l’homme de Pic de la Mirandole. Cela dit, et pour en revenir à la réalité du commerce du livre, les bonnes ventes réalisées sur ces titres sont dans un rapport d’un à dix, à cent parfois de celles des Quatre accords toltèques de Don Miguel Ruiz, du Pouvoir du moment présent d’Eckhart Tolle, ou, en son temps, de La femme parfaite est une connasse d’Anne-Sophie et de Marie-Aldine Girard. Vous mesurez la gymnastique intellectuelle nécessaire et le travail qu’il nous reste collectivement à accomplir.

10Nos clients, le grand public, le public « motivé », les spécialistes, les clients lambda, les touristes, les étudiants, les curieux, nous les fréquentons au quotidien. Lorsqu’ils demandent un conseil, ce ne sont ni des chiffres de vente ni des représentants de catégories sociales. Ils veulent parfois répondre à une interrogation forte, se divertir, se cultiver. Ce sont des individus avec leurs parcours, leurs attentes, leurs capacités. Il faut écouter, tenter de comprendre et établir un lien, proposer ce qui pourra les faire avancer, leur donner envie de revenir et d’approfondir. Les librairies sont des lieux qui accueillent du public. N’hésitez pas à en visiter, à aller y acheter des livres, à observer les interactions qui s’y déroulent.

Notes

1 Thorel, 2015.

2 Barluet, 2004.

3 Sur l’économie de l’attention, voir Citton, 2014.

4 Sur l’économie des librairies, voir Noël, dans le présent ouvrage.

5 Forsyth, 2019.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search