Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Pratiques de lecture

Les pratiques numériques de lecture sur les plateformes d’édition ouverte

Mariannig Le Béchec

Texte intégral

  • 1 Le Béchec, Boullier et Crépel, 2018.
  • 2 Mauger, Poliak et Pudal, 2010.
  • 3 Mauger, Poliak et Pudal, 2010.
  • 4 Célimon, 2018.
  • 5 Médiamétrie, 2018.

1Quelle promenade urbaine ne vous a pas amené à découvrir des boîtes à livres aménagées dans des cabines téléphoniques, dans des présentoirs bricolés accrochés au grillage des écoles élémentaires, des parcs, etc. ? Le livre n’a pas qu’une vie, de son achat par un lecteur au stockage dans une bibliothèque personnelle. Il voyage à travers de multiples systèmes d’échanges au sein desquels la place du web est désormais primordiale. Sa circulation dans les environnements numériques se fait de diverses manières sur lesquelles il est nécessaire de s’interroger. L’analyse de plus de 170 entretiens avec des lecteurs et lectrices, des libraires, des éditeurs, des blogueurs, des bibliothécaires, 25 observations participantes lors de réunions de cercles de lecture ou de braderies, 750 réponses à un questionnaire en ligne et une analyse de réseaux de plus de 5 000 sites web permettent de mieux comprendre comment la lecture et les pratiques numériques s’articulent1. Ces multiples terrains d’enquête n’ont pas pour but d’établir des profils sociologiques2 mais d’analyser la circulation de cet objet-livre, et des contenus littéraires dans divers environnements, digitaux ou non3. Pour autant, pouvons-nous définir des pratiques numériques de lecture ? Comme Sébastien Célimon le souligne, les chiffres d’affaires transmis par le SNE ne permettent pas de rendre véritablement compte du champ couvert par ce terme qui dépasse le simple ouvrage en ligne4. En effet, les lecteurs peuvent lire un texte tout comme l’écouter par l’intermédiaire d’un fichier audio, produit culturel appelé probablement à se développer dans les prochaines années si l'on se fonde sur les chiffres de Médiamétrie sur la progression des téléchargements d’émission de radio5. Ces évolutions témoignent du caractère protéiforme de la circulation des savoirs, qui se manifeste par des démarches différentes d’accès à l’information ainsi que par des types de lecture variés.

L’objet-livre et ses usages

  • 6 Juanals, 2005.

2Le premier constat à faire est le suivant : les multiples pratiques de lecture et d’écriture observées pour le livre papier, qui assurent sa circulation physique et conversationnelle, sont freinées dans l’écosystème numérique. Si les entretiens semi-directifs ont montré que les lecteurs faisaient preuve d’inventivité pour accompagner leur lecture (échanges, dons, libérations de livres avec des plateformes comme bookcrossing.com, cercles de lecture, jeux, jurys, etc.), se pose la question de savoir comment concevoir ces types d’échange avec un support numérique ayant des DRM (digital rights management, des outils de gestion et de contrôle de droits numériques)6 ?

  • 7 Le Béchec, Boullier et Crépel, 2018.
  • 8 Alloing, 2016.

3La multiplicité des usages fait écho aux circulations de l’objet-livre, c’est-à-dire du livre pour ses propriétés matérielles, comme aux conversations, aux échanges qu’il suscite et qui est une autre forme d’enrichissement que les lecteurs lui apportent7. Pratique ordinaire pour Michel de Certeau, relation à l’autre pour Alberto Manguel, médiation instituée entre l’auteur et le lecteur pour Roland Barthes, la lecture dispose de plusieurs définitions. Notre approche s’intéresse moins au savoir, au contenu d’un texte, qu’à la question de sa matérialité. Celle-ci se traduit par des valeurs qui ne sont pas exclusivement économiques, mais qui relèvent de l’expérience de lecteur et du rapport entre lecteurs. Qui n’a jamais lu une critique avec laquelle il est en désaccord ? Qui n’a pas entendu parler d’un ouvrage dans les médias et n’a pas été déçu par sa lecture ? Un livre est donc tout à la fois un objet et un espace de conversations. Il agrège un réseau de relations sociales et, à travers ces échanges, bénéficie de plusieurs vies, plus précisément neuf, que nous avons documentées pour rendre compte moins de ses propriétés matérielles et juridiques que conversationnelles, et de l’importance de sa circulation physique. De cette manière, lire c’est donner à lire de mains en mains ; focaliser l’attention par des jurys et des prix ; orienter par des recommandations ; parler dans un cercle de lecture ; écouter et regarder comme on lit une histoire à un enfant ; annoter ou refuser de corner ; c’est aussi parfois écrire la suite d’une histoire et élargir ses relations sociales sur des plateformes comme Wattpad. Les échanges peuvent avoir lieu sur des blogs, des plateformes de critique de livres, des applications web, des chaînes YouTube, etc. Depuis 2011, les blogueurs et blogueuses sont des agents facilitateurs qui participent à la propagation des livres en organisant des rencontres de lecteurs, des swaps, c’est-à-dire des échanges via des colis postaux contenant des ouvrages, des goodies, des cadeaux ou des gourmandises selon le thème défini8. En 2016, les chaînes YouTube ont permis de faire découvrir de nouveaux genres avec des professionnels (par exemple des libraires) qui commentent en vidéo des ouvrages, des piles à lire spécial « automne », des boxings où l’ouverture d’un colis est filmée.

4Ces pratiques se retrouvent-elles avec le livre numérique qui, par sa matérialité, pourrait circuler aisément ? Le développement des DRM limite l’usage de la copie sur différents supports. De même, les licences d’accès associées à ce format créent un cadre complexe à appréhender pour les lecteurs. Alors que la diffusion du livre numérique pourrait prendre exemple sur ce qui se fait pour le format papier, il n’en est pas ainsi : les lecteurs doivent faire preuve d’une maîtrise technique importante pour supprimer les DRM, convertir les fichiers, maîtriser les protocoles de transfert entre terminaux, accéder à des URL de téléchargement. La solution pour les moins habiles techniquement résiderait à n’utiliser qu’un seul environnement matériel et qu’un unique logiciel de lecture. Ces freins liés aux DRM montrent que les livres numériques en possédant ne rencontrent pas obligatoirement leurs publics sur le web.

Les pratiques informationnelles sur OpenEdition

  • 9 Il s’agit du Projet ASO, « Appropriation du savoir ouvert », qui a reçu le soutien financier de la (...)

5Les pratiques conversationnelles observées dans la littérature française et étrangère ou dans la bande dessinée sont-elles également fréquentes dans le domaine de la communication scientifique en sciences humaines et sociales ? En modifiant le genre, le contenu et le support, pouvons-nous observer les mêmes usages ? Depuis 2016, une équipe pluridisciplinaire (informatique, sociologie, histoire des sciences et sciences de l’information et de la communication) s’est réunie pour mieux cerner les publics de l’accès ouvert et leurs pratiques, en s’appuyant sur l’infrastructure OpenEdition composée de quatre plateformes : OpenEdition Books, OpenEdition Journals, Hypothèses et Calenda9. Les corpus d’OpenEdition en ligne sont denses et multiples avec 51 676 415 visiteurs uniques sur l’année 2018.

  • 10 Alloing et Le Béchec, 2017.
  • 11 Faath, 2017.

6Dans une perspective sociologique, une recherche en cours s’intéresse aux pratiques de lecture et informationnelles10 des contenus en accès ouvert des quatre plateformes. L’objectif est de rencontrer d’autres publics que le lecteur professionnel universitaire, celui dont on dit qu’il procède par « lecture profonde ». L’étude se concentre sur les « lecteurs inattendus » comme les nomme Marin Dacos, ces lecteurs « infidèles » qui repartent après avoir vu une page web, tel un lecteur qui feuillette un livre puis le repose en librairie. Ces pratiques numériques ont été étudiées statistiquement par Pierre-Carl Langlais11. Les données des parcours des internautes sont récupérées sur seulement une plateforme et non d’une plateforme à une autre. Il s’agit ensuite de documenter les usages ordinaires du savoir ouvert en passant des analyses statistiques sur les logs de connexion générés automatiquement à des analyses qualitatives par des entretiens semi-directifs réalisés auprès de vingt-six personnes s’étant rendu occasionnellement ou régulièrement sur OpenEdition entre février et septembre 2019.

7Les premiers travaux sur les logs menés par Romain Deveaud montrent que la majorité des internautes qui arrivent sur une plateforme regardent le même genre de documents. Sur OpenEdition Books par exemple, ce ne sont ni les préfaces ni les postfaces qui intéressent le plus les lecteurs, mais les chapitres. Pour ce qui est d’OpenEdition Journals, les personnes interrogées signalent passer d’un article à un autre selon des principes de suivi de références bibliographiques ou de citations. Ces usages sont principalement universitaires : enseignants-chercheurs ou affiliés, doctorants ou étudiants. Dans le monde professionnel, l’entrée se fera davantage par mots-clés découlant de la mise en place de dispositifs de veille. Dans ce cas, la différence par rapport à d’autres plateformes de diffusion d’articles scientifiques réside dans le fait de ne pas avoir à s’identifier et de pouvoir rapidement mettre le texte intégral à disposition de collègues ou de l’insérer dans de la documentation professionnelle.

8L’écosystème d’accès aux contenus indépendamment des recherches sur Google et des posts sur Facebook commence à se préciser, mais nous procédons quasiment au cas par cas, grâce aux discussions avec les producteurs de contenus. Sur la plateforme Hypothèses, les publics initialement visés par les carnetiers et carnetières ne sont pas exclusivement ceux rencontrés. Si le projet d’édition visait à l’origine à compléter les enseignements, il n’est pas rare que des professionnels reprennent les éléments. Pour les dix carnetiers ou carnetières interrogés, Twitter et Facebook sont des relais importants car ces réseaux socionumériques sont les espaces de discussion par excellence des contenus, de même que YouTube. Les interviews créent des passerelles entre les supports académiques de diffusion scientifique et les professionnels d’un secteur d’activité. Plus la notoriété d’un carnet de recherche sur YouTube et sur les autres réseaux socionumériques (parmi lesquels les forums professionnels) est forte, plus celui-ci bénéficiera de lecteurs inattendus ou « non ciblés », non identifiables, dont la présence se traduit par des pics de consultation inhabituels.

9Il existe donc, d’une part, des consultations « savantes » qui sont régulières et qui sont fondées sur la recherche d’informations, d’autre part, des erreurs de parcours qui se manifestent par des temps de consultation des pages web très courts et sont ponctuelles. En filigrane, l’ensemble de ces pratiques informationnelles montrent l’intérêt porté à un sujet. À la question du temps de lecture passé par semaine ou par mois sur OpenEdition, les réponses des vingt-six personnes interrogées oscillent entre quinze minutes par mois et trois heures par jour, tout en précisant que ces durées sont elles-mêmes fluctuantes en fonction des objectifs d’écriture et de veille. Il est encore trop tôt pour dresser une typologie ou un profil type.

10Ces deux enquêtes autour des pratiques numériques de lecture et informationnelles montrent une multiplicité des usages. La difficulté pour les documenter réside dans les propriétés matérielles du support. Quand l’objectif n’est plus un travail d’écriture scientifique ou universitaire, retracer les comportements dans le cadre d’entretiens semi-directifs devient complexe. En 2018, nous avions abordé la question du livre-fichier ou chrono-lithographié, c’est-à-dire d’un ouvrage évalué en fonction de son temps de lecture. Il en est de même pour les publications en accès ouvert. Cette temporalité est à prendre en compte dans l’accès et les pratiques informationnelles de lecture-écriture observés sur OpenEdition. Ce temps de lecture du savoir ouvert, qui est parfois court, rend les motivations d’accès aux contenus complexes à appréhender, alors même que les cheminements et les pratiques d’écriture peuvent être détaillés précisément.

Notes

1 Le Béchec, Boullier et Crépel, 2018.

2 Mauger, Poliak et Pudal, 2010.

3 Mauger, Poliak et Pudal, 2010.

4 Célimon, 2018.

5 Médiamétrie, 2018.

6 Juanals, 2005.

7 Le Béchec, Boullier et Crépel, 2018.

8 Alloing, 2016.

9 Il s’agit du Projet ASO, « Appropriation du savoir ouvert », qui a reçu le soutien financier de la fondation universitaire (Aix-Marseille Université) d’A*Midex.

10 Alloing et Le Béchec, 2017.

11 Faath, 2017.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search