Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Pratiques de lecture

Usages et usagers d’une bibliothèque numérique

L’exemple de Gallica

Philippe Chevallier

Texte intégral

  • 1 Voir gallica.bnf.fr (consulté en juin 2020). Au 28 juin 2019, Gallica offrait l’accès à 5,3 millio (...)
  • 2 TMO régions, 2017, p. 60.
  • 3 TMO régions, 2017, p. 40.
  • 4 Plus de 15 millions de visites en 2018.

1Les bibliothèques numériques patrimoniales sont tout à la fois des ensembles organisés de documents numériques et des dispositifs d’accès à ceux-ci. À ce titre, elles sont une source d’enseignement sur les usages et le devenir en ligne du patrimoine documentaire (numérisé et nativement numérique) dans certains domaines de la connaissance. Dans le cas de Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF et de ses partenaires1, ces domaines sont majoritairement l’histoire, suivie par la littérature, l’art et les autres sciences humaines et sociales2. Les livres numérisés demeurent les documents les plus consultés, même si la presse arrive désormais en deuxième position, devant les images et les manuscrits3. Compte tenu de la masse de l’offre proposée par Gallica et de son audience, se pencher sur ses usages peut apporter des éclairages sur la production et la diffusion des savoirs à l’heure du web4. En particulier, la confrontation à cinq ans de distance (2011-2016) de deux grandes enquêtes par questionnaire autoadministré permet de dégager des évolutions notables dans les profils et les pratiques déclarées des usagers de Gallica.

Portrait-robot des « gallicanautes »

  • 5 Nouvellet et al., 2017, p. 11 (tableau 2.1).

2L’enquête de 2016 a recueilli 7 625 réponses contre 3 828 réponses en 2011 sur une durée similaire d’un mois. Cette augmentation est supérieure à celle de l’audience de Gallica sur cette période et confirme le très fort attachement des usagers à la bibliothèque numérique. Avant de présenter les évolutions des profils et des usages, il convient de qualifier qui sont les répondants à ces enquêtes en ligne pour éviter les mésinterprétations. Une analyse des logs de connexion aux serveurs de Gallica nous apprend que, d’ordinaire, la médiane des temps de session est de 12 secondes (hors robots)5, alors que plus de deux répondants sur trois à l’enquête déclarent passer habituellement plus de trente minutes sur l’interface. Les répondants ne représentent donc que les usagers les plus engagés dans leur activité, a minima ceux qui ont un rapport conscient et volontaire à Gallica. Pour bien les distinguer de la masse des usagers et des connexions beaucoup plus difficiles à appréhender, nous les appellerons les « gallicanautes ».

3De ces gallicanautes, dressons un premier portrait, à partir de ses composantes les plus stables (d’après les chiffres de 2016). Si les gallicanautes résident majoritairement en France, 28 % des répondants se connectent de l’étranger : 16 % d’un autre pays d’Europe (avec, en tête, l’Italie), 4 % des États-Unis et du Canada, 3 % du Maghreb. Leur niveau d’étude et leurs pratiques culturelles sont, sans surprise, supérieurs à la moyenne française. Fait moins attendu en revanche, 38 % des répondants disent avoir déjà fréquenté les espaces physiques de la BNF. Ce chiffre, élevé par rapport à la perception que l’on a souvent d’usagers trop vite qualifiés de « distants », nous rappelle que les offres physiques et numériques se nourrissent l’une de l’autre. La surreprésentation des Parisiens parmi les gallicanautes (un sur quatre réside à Paris et dans la première couronne) indique que la proximité avec les établissements de la BNF a une répercussion sur l’usage en ligne.

  • 6 L’âge moyen des lecteurs est 26 ans en bibliothèque tout public du Haut-de-jardin, 40 ans en bibli (...)

4Une fois dressé ce portrait-robot, deux évolutions sont observables à cinq ans d’écart, confirmées voire éclairées par d’autres approches des usages, notamment par des entretiens et des observations conduits dans le cadre du « Bibli-Lab », un partenariat de recherche de la BNF avec Télécom ParisTech (2013-2018). Tout d’abord, l’âge moyen des gallicanautes, traditionnellement plus élevé que celui des salles de lecture de la BNF, a très nettement augmenté, passant de 48 à 54 ans6. Notre hypothèse est que cette captation d’un public plus âgé s’éclaire en partie si on la met en relation avec la place croissante des consultations de Gallica pour des recherches personnelles. Entendons ici par recherche personnelle un engagement fort, souvent mu par la passion, dans une activité de recherche requérant un objectif précis, une temporalité longue et une forme d’autodiscipline (régularité, respect d’une méthode, etc.). Il est nécessaire de distinguer la recherche personnelle du seul loisir, mais aussi des recherches sous contrainte extérieure, pour ses études ou à titre professionnel. Or il apparaît que cette recherche personnelle motive désormais près de la moitié (45 %) des visites, largement devant la recherche dans un cadre professionnel (20 %), les loisirs (20 %) et les études (15 %). Peut-être certains enseignants-chercheurs considèrent-ils que leur activité de recherche est « personnelle », fruit d’une vocation et non d’une soumission aux contraintes d’un métier ? Malgré cette hypothèse, il faut souligner la croissance de cette déclaration de 2011 à 2016.

La figure de l’amateur

  • 7 Beaudouin, Garron et Rollet, 2016, p. 9-10.

5À cette croissance des recherches personnelles, il existe une première explication, bien connue de la sociologie des pratiques numériques : non seulement leurs supports, mais aussi leurs motifs sont de plus en plus entrelacés, et les étudiants et chercheurs professionnels n’échappent pas à cette règle. On utilise de moins en moins Gallica pour une unique finalité, et de plus en plus en croisant « activité professionnelle » et « recherches personnelles », « études » et « recherches personnelles », « recherches personnelles » et « loisirs », etc. Des observations ethnographiques sur des sessions de consultation de Gallica ont par ailleurs montré que cette porosité se joue également à l’intérieur d’une même session, faite d’incessantes bifurcations7 : on fait une recherche pour un cours, puis on note un détail amusant pour un collègue, que l’on s’empresse de twitter ; on tombe sur des informations qui éveillent une curiosité car elles touchent à son histoire personnelle ou parce qu’elles pourraient intéresser un ami, etc. Mais l’entrelacement des motifs n’explique pas tout et, indéniablement, il nous faut aussi prendre acte de l’arrivée d’un public plus âgé, d’abord motivé par des recherches personnelles, dans un contexte où 85 % des répondants sont désormais convaincus, en 2016, que Gallica est une bibliothèque numérique « pour tout le monde » (contre 71 % en 2011) et pas seulement pour les « spécialistes ». Apparaît ici la figure traditionnelle de l’« amateur », celle qui ne renvoie pas à une compétence moindre ou à une rigueur inférieure, mais bien à un rapport affectif à l’objet de connaissance, appuyé sur une pratique personnelle intense. Son investissement dans les sciences (ornithologie, zoologie, botanique, mais aussi histoire) est bien connu, toutefois le web lui offre une opportunité inédite et de nouvelles manières d’exercer sa passion.

  • 8 Voir forum.pages14-18.com (consulté en juin 2020).
  • 9 Est nommé « site affluent » un espace numérique qui pointe par un hyperlien vers un élément de Gal (...)

6Une étude de cas concernant un domaine d’investissement spécifique illustre parfaitement cette tendance de fond. Ces dernières années, la Grande Guerre a fait l’objet de toute l’attention de la BNF. Depuis 2011, un forum de discussion entre des chercheurs « amateurs » travaillant sur cette période, Pages 14-188, est apparu dans la liste des quinze premiers sites affluents de Gallica9. Ce forum – qui affiche, au 28 juin 2019, 24 000 inscrits et 500 000 messages – est remarquable à la fois par sa très forte structuration et son très haut niveau d’activité et d’expertise. Ses fils de discussion, explicites, suffisent à renseigner sur les centres d’intérêt : « Recherche sur les escadrons du train des équipages », « 26e Dragons à Burnhaupt », ou encore « Gilles Delebarre vétérinaire ». Son apparition en 2011 dans le radar des sites affluents est contemporaine de la fin du premier marché de numérisation de masse des imprimés de la BNF (2007-2011, à raison de 100 000 volumes par an) où la période 1914-1918 ne fut pas en reste. Furent ainsi mises à disposition d’un large public, via Gallica, c’est-à-dire gratuitement et à distance, des sources essentielles pour l’étude de cette période.

  • 10 Beaudouin, 2016, p. 204.
  • 11 Beaudouin, Chevallier et Maurel (dir.), 2018, p. 157 et suiv., p. 237.

7Cette mise à disposition, par les institutions qui les conservent, d’une masse critique de documents a accompagné voire suscité le développement en ligne de communautés d’intérêt qui reposent, entre autres motifs, sur l’échange documentaire raisonné, via des fils de discussion où l’on pose des questions pour sa propre recherche et où l’on se fait aider par les autres. Comme cela a été décrit par Valérie Beaudouin, ces forums ont pour particularité d’être « des espaces sociaux qui produisent dans un même mouvement de la connaissance et du lien social10 ». Une cartographie du web français de la Grande Guerre, réalisée par Télécom ParisTech à partir d’une sélection de plus 500 sites collectés par la BNF au titre du dépôt légal, a vérifié que le forum était le principal nœud du réseau en matière d’hyperliens entrants et sortants, tandis qu’une analyse quantitative des profils des inscrits au forum nous apprenait que 84 % avaient plus de 40 ans11. Si les efforts de diversification des publics ont par conséquent bien fonctionné en direction des seniors amateurs, on ne peut en revanche qu’être frappé par la faible part d’étudiants utilisant désormais Gallica (qui chute de 21 à 10 %).

La redéfinition des pratiques de lecture savantes

8Seconde évolution à souligner par rapport à 2011 : la progression, dans l’usage des documents, de la consultation en ligne « attentive » – tel était en effet l’adjectif utilisé dans le questionnaire. Ceux qui déclarent consulter attentivement en ligne, au moins « souvent », les documents de Gallica au lieu de les télécharger ou de les imprimer pour un usage ultérieur ont doublé en cinq ans, passant de 31 à 66 %. En 2011, les publics motivés par des recherches personnelles ou professionnelles préféraient au contraire transporter le contenu de Gallica dans leur propre univers – bibliothèque numérique reconstituée sur son ordinateur, archive papier, etc., par impression ou téléchargement sous format PDF. Le fait de conserver hors ligne le document numérisé était motivé par l’inquiétude de ne pas être en mesure de le retrouver rapidement à travers une interface complexe, mal maîtrisée, dont le moteur de recherche semblait produire des résultats fluctuants. La consultation en ligne était au contraire, en 2011, le propre des usagers venant par simple curiosité, pour flâner ou se distraire.

  • 12 Rollet, Beaudouin et Garron, 2017, p. 9-10.

9En 2016, les chercheurs – professionnels ou non – stockent moins sur leur disque dur et font plus volontiers confiance à l’interface. Derrière l’effet probable de l’amélioration des services de Gallica et de la généralisation du haut débit, mais aussi des limites des disques durs qui amènent l’usager à affronter à nouveau la matérialité (problèmes de classement, d’espace de stockage, obsolescence des formats, etc.), ce résultat révèle un autre rapport à l’interface. Celle-ci, en particulier le moteur de recherche, n’est plus ce qu’il faut subir ou traverser le plus vite possible pour trouver son document et l’extraire aussitôt pour le sauver d’un univers digital impitoyable. Gallica est désormais moins un « réservoir de documents » qu’un partenaire de l’activité de recherche, où l’impression de brouillage de l’information causée par la présence d’éléments inopportuns dans la liste de résultats (notion de « bruit ») – critique traditionnelle, en fréquente référence à Google – peut jouer un rôle dans la structuration du raisonnement, en particulier dans les recherches « ouvertes » autour d’une thématique, d’une notion, etc., dont on peut évaluer « à gros grain » l’usage à telle époque, dans un type de document spécifique, comme l’a montré l’ethnographie de Nicolas Rollet12. Le foisonnement, parfois difficile à appréhender, de la liste de résultats est également important pour relancer ou faire bifurquer une recherche, et trouver ainsi ce que l’on n’a pas cherché. Peut-être l’usager se rend-il compte aujourd’hui que ce bruit n’est pas tant lié à un mauvais ranking (classement) des documents qu’à la manière dont ceux-ci sont structurés dans un catalogue de bibliothèque – même si le niveau de structuration peut grandement varier en fonction des types de documents ?

10L’analyse des pratiques savantes en ligne a en fait beaucoup à apprendre de l’usage des bibliothèques numériques patrimoniales dont l’audience, la masse et la diversité de l’offre ont considérablement augmenté depuis une décennie. Les enquêtes et analyses récentes sur Gallica amènent oar conséquent à interroger les présomptions de pratiques héritées des bibliothèques physiques : une bibliothèque met à disposition des livres, plus généralement des documents, pour la lecture à des fins d’étude, de loisir ou d’information. Cette approche n’épuise pas tous les usages dont peuvent faire l’objet les documents à partir du moment où ils sont numérisés et librement accessibles sur le web. Le document numérique est aussi vecteur de sociabilité, comme nous l’avons montré à partir de l’exemple de la recherche amateur « savante » sur la Grande Guerre. Enfin, au-delà de l’éclairage apporté sur l’usage des documents, les enquêtes et analyses invitent également à remettre au centre des pratiques l’interface et le moteur de recherche, désormais positivement reconnus par l’usager comme de véritables partenaires de l’activité intellectuelle.

Notes

1 Voir gallica.bnf.fr (consulté en juin 2020). Au 28 juin 2019, Gallica offrait l’accès à 5,3 millions de documents patrimoniaux numérisés de la Bibliothèque nationale de France et de ses partenaires : 3 millions de numéros de presse et de revues, 1,3 million d’images, 600 000 livres, 400 000 objets, 100 000 manuscrits, mais aussi des cartes, des partitions, des enregistrements sonores et des vidéos.

2 TMO régions, 2017, p. 60.

3 TMO régions, 2017, p. 40.

4 Plus de 15 millions de visites en 2018.

5 Nouvellet et al., 2017, p. 11 (tableau 2.1).

6 L’âge moyen des lecteurs est 26 ans en bibliothèque tout public du Haut-de-jardin, 40 ans en bibliothèque de recherche accessible sur accréditation.

7 Beaudouin, Garron et Rollet, 2016, p. 9-10.

8 Voir forum.pages14-18.com (consulté en juin 2020).

9 Est nommé « site affluent » un espace numérique qui pointe par un hyperlien vers un élément de Gallica et devient ainsi une source de trafic. Les sites affluents, externes au domaine bnf.fr, représentaient 16 % du trafic total de Gallica en 2011.

10 Beaudouin, 2016, p. 204.

11 Beaudouin, Chevallier et Maurel (dir.), 2018, p. 157 et suiv., p. 237.

12 Rollet, Beaudouin et Garron, 2017, p. 9-10.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search