Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Économie des revues

Préserver la diversité d’une offre éditoriale

Charles Ruelle

Texte intégral

1L’édition de recherche en sciences humaines et sociales n’échappe pas, comme l’ensemble de l’édition académique, à la forte exigence qu’exprime une partie de la communauté des chercheurs et de leurs institutions en faveur de l’accès ouvert aux publications scientifiques. Si cette revendication structure les bouleversements annoncés dans l’économie des revues, elle en est aussi une pierre d’achoppement importante tant l’économie actuelle des périodiques en SHS en France semble encore loin de pouvoir unanimement répondre à un modèle garantissant un libre accès aux publications, une diversité des titres, une pluralité des éditeurs, une indépendance éditoriale et une liberté des auteurs.

2En outre, pour des raisons multiples – pratiques de lecture, limites du rayonnement de la recherche en langue française, fragilité des acteurs français de l’édition académique, etc. – une grande partie de l’édition de recherche en sciences humaines et sociales n’a pas encore achevé sa mutation d’un modèle économique fondé sur la diffusion papier vers la diffusion électronique (mais l’achèvera-t-elle ? Et doit-elle le faire ?). Exiger désormais de passer rapidement à une nouvelle étape de cette révolution, vers une diffusion libre des contenus, dès publication, n’est-il pas le meilleur moyen de fragiliser – ou de provoquer l’effondrement – de tout ce qui a été mis en œuvre ces dernières années par les éditeurs pour améliorer, notamment grâce au numérique, la circulation des savoirs ?

L’inventivité de l’édition privée

3Quand les « éditeurs scientifiques » (privés), pourtant très divers, sont régulièrement brandis dans le débat public comme une seule étiquette à laquelle on oppose l’idéal d’une science comme bien commun accessible à tous, on oublie en même temps de souligner leurs engagements et leurs innovations pour développer l’accès à la science et maintenir une diversité de supports qui répondent au besoin et aux demandes de la communauté scientifique elle-même : que l’on songe ici, dans notre domaine, au développement de la plateforme Cairn.info qui a fortement augmenté la visibilité des SHS françaises, ou – autre exemple – à la numérisation du fonds PUF et au développement de processus d’impression à la demande performants qui ont permis récemment à de très nombreux livres et revues de redevenir disponibles sous format papier (et numérique), là où ces titres se trouvaient parfois uniquement sur le marché d’occasion à des prix exorbitants.

  • 1 Sur l’hétérogénéité des revues en sciences humaines et sociales françaises, voir, dans le présent (...)

4C’est une quasi-certitude cependant, nous dit-on : le basculement vers un modèle « tout électronique » pour l’édition de savoirs en SHS ira à son terme, l’accès ouvert continuera de se déployer sans obstacle. Le papier subsistera comme un service très ponctuel pour répondre à des demandes spécifiques. L’horizon est tracé et les discours prospectifs sont d’une surprenante limpidité. Soit. Mais que s’est-il réellement passé les dix dernières années, et où en sommes-nous actuellement ? L’exemple des revues du groupe Humensis, qui publie sous les marques PUF et Belin une quarantaine de titres parmi les plus importants de la recherche en sciences humaines et sociales francophone, nous semble représentatif des problématiques et évolutions de l’économie du secteur. Avec ce préalable néanmoins fondamental : toute réflexion en ce domaine est rendue complexe par l’extrême hétérogénéité des revues, de leur fonctionnement et des structures qui les portent1. Peut-être un dénominateur commun, néanmoins : l’édition des revues en SHS se fait dans un contexte de crise, de baisse des revenus et de transformations économiques et technologiques tout aussi rapides que permanentes et inachevées. Comment cette situation se matérialise-t-elle pour l’activité des revues d’un éditeur comme Humensis ? Quels sont les indicateurs économiques et les réponses apportées pour faire face aux évolutions du secteur ?

5Pour aborder cette question, des données concrètes sont utiles. En dix ans, alors que le nombre de revues dans notre périmètre a augmenté de 50 % (avec un effectif constant), la baisse des ventes en librairie a évolué en proportion inverse. Les ventes en kiosque, alors courantes pour quelques revues de débat ou plus grand public, qui souvent subissent le modèle dominant des revues de recherche, ont été arrêtées pour des questions de rentabilité. Sur la même période, le nombre d’abonnements papiers a décliné de plus de 25 % alors que l’augmentation du coût postal est supérieure à 30 %. À l’inverse de cette économie du papier, les revenus numériques ont été multipliés par quatre. Il s’agit d’une croissance forte et rapide, qui repose notamment sur notre partenariat avec Cairn.info et qui permet de limiter la baisse du chiffre d’affaires éditorial à environ 7 %, malgré la croissance importante du catalogue en nombre de titres et, consécutivement, d’articles publiés. Les revenus numériques sont donc très loin de compenser les pertes dues à l’érosion des abonnements papier.

6Faut-il en conclure que les ventes numériques seraient l’eldorado des revues ? Demain peut-être. Et à condition qu’il soit encore possible de vendre, ce dont rien n’est moins sûr dans le discours ambiant d’aujourd’hui, l’achèvement du passage vers l’électronique étant souvent pensé, par erreur, comme l’avènement logiquement nécessaire d’une certaine forme de gratuité. Ce tassement du chiffre d’affaires et les transformations du modèle économique des revues nécessitent une forte capacité d’adaptation des éditeurs pour qu’ils puissent continuer à défendre leur catalogue. Ainsi avons-nous mené pour les revues d’Humensis un ensemble de chantiers, qui portent autant sur l’offre éditoriale que sur les processus d’édition (au sens large), dans un cadre volontairement contraint de maintien de la diversité de nos titres. En effet, depuis 2013, aucune revue n’a été arrêtée, malgré les difficultés économiques de certaines (qui comptent parfois moins de cent abonnés). Cette décision repose sur une vision « catalogue », suivant laquelle la cohérence de notre offre est supérieure aux revenus que l’on peut tirer individuellement de chaque titre : des revues sont bénéficiaires, d’autres déficitaires, et une grande majorité d’entre elles se trouvent dans un ventre mou plus ou moins à l’équilibre.

Les chantiers en cours

7Premier chantier. Pour tout éditeur – ce que nous sommes avant tout –, la première réponse à apporter, dans un contexte de crise, est de rénover l’offre éditoriale. Il est impératif de penser d’abord en matière de contenu. Si l’économie des revues est aujourd’hui en difficulté, ce n’est sans doute pas seulement à cause de l’accès ouvert, des budgets restreints des bibliothèques, de la contraction du nombre de lecteurs spécialisés, etc. N’ayons pas peur de poser comme hypothèse initiale que la revue académique, dans sa forme actuelle, ou que l’offre des titres disponibles ne correspondent plus au besoin de la majorité des chercheurs. Les revues, parce qu’elles ont pour rôle de sédimenter des pratiques et des communautés de recherche, sont des espaces souvent conservateurs. Rien d’incompréhensible pour des titres qui ont parfois plus de cent cinquante ans (c’est le cas aux PUF), mais n’ayons crainte de nous interroger sur leur capacité à répondre aux nouvelles formes de communication scientifique. C’est pourquoi nous avons récemment développé des propositions innovantes avec les revues Sciences du Design et Tous urbains. Une telle entreprise a pour but d’élargir le lectorat en s’adaptant à l’évolution de la recherche et à l’apparition de nouvelles communautés. La limite, néanmoins, est facilement atteinte car le lancement d’une nouvelle revue, contrairement au livre, se soustrait à la logique du one shot. Créer une revue nécessite un engagement sur le moyen terme, sur plusieurs numéros et années, d'après un modèle de rentabilité qui doit chercher l’équilibre – selon les projections – à environ trois ans, avec l’incertitude suivante : elle implique de la part de l’éditeur des investissements importants, pour un retour d’autant plus difficile à anticiper aujourd’hui que nul ne sait finement imaginer ce que sera le marché au bout de ce délai.

8Deuxième chantier. Le secteur de l’édition n’échappe pas à des logiques strictement économiques qui peuvent toutefois être en parfaite cohérence avec le souci d’un élargissement et d’une amélioration de l’offre éditoriale. Dès lors, le phénomène de concentration des acteurs, particulièrement sensible ces dernières années, souvent perçu uniquement comme le symptôme d’une dégradation économique des éditeurs, peut aussi être le remède pour conserver une diversité. Le catalogue des revues d’Humensis a ainsi crû entre 2013 et 2018 de 28 à 42 revues, à la faveur de créations et de rachats de titres, puis d’une fusion entre différentes marques. Lorsqu’elle est bien menée, cette logique de consolidation ou de croissance externe permet notamment de lisser des coûts fixes sur un plus grand nombre de titres malgré l’érosion des marges et de maintenir à flots des revues qui, autrement, auraient été amenées à disparaître. La limite d’un tel développement est celui des ressources humaines : la capacité d’une équipe éditoriale et de production à intégrer de nouveaux titres dans son catalogue est contrainte. Comme dans toute activité économique bien gérée, le défi est alors d’atteindre et de maintenir un seuil d’activité qui n’entraîne pas des investissements trop supérieurs aux gains de production obtenus grâce aux nouvelles acquisitions.

9Troisième chantier. Améliorer les processus de fabrication, de diffusion et de distribution. Cet aspect est la face cachée du travail des éditeurs, que les rédactions des revues soupçonnent sans les deviner vraiment. Ont déjà été évoqués plus haut la numérisation, les processus d’impression à la demande ou la généralisation des courts tirages qui permettent une meilleure gestion des stocks. D’autres exemples pourraient être cités facilement. Les innovations et les optimisations logistiques et de production sont d’autant plus nombreuses dans le secteur de l’édition que celui-ci se transforme. Elles s'efforcent de concilier une haute qualité de service avec un maintien de la rentabilité de l’activité. À noter pourtant que ces chantiers n’ont pas été portés chez Humensis par des augmentations de prix des abonnements, à rebours, encore une fois, des évolutions observées chez d’autres éditeurs – ayant des enjeux, des stratégies et des impératifs différents – pourtant considérés, en raison de leur taille et de leur situation de quasi-monopole sur une portion du secteur, comme exemplaires de tous les éditeurs académiques privés. Tandis que le coût moyen d’un abonnement papier « institution France » était 69 € TTC en 2008 (frais de port inclus), il est de 74 € TTC dix ans plus tard, soit 7 % d’augmentation, un taux bien inférieur à l’inflation (env. 10 %) et à l’augmentation du coût postal (env. 30 %) sur la même période. L’évolution des prix de vente électronique peut adopter une pente plus marquée à la hausse, qui s’explique néanmoins par la croissance très importante du nombre de titres intégrés à la plateforme et d’articles publiés chaque année, là où l’abonnement papier propose généralement un contenu relativement stable en nombre de pages, de signes et d’articles publiés.

10Quatrième chantier. Accélérer la croissance électronique. En 2018, la part des revenus électroniques pour les revues d’Humensis représentait un peu moins de 30 % des recettes, les ventes papier environ 65 %, le solde étant constitué de revenus dit « autres » (cessions de droits, redevances, subventions, etc.). Même si cette structure de revenus laisse encore une place majoritaire au papier, il serait peu justifié de freiner le développement électronique. Bien au contraire. Nous avons ainsi assumé le risque d’une baisse importante des abonnés papier (ce qui n’a pas manqué de se produire) via la mise en ligne des derniers titres de notre catalogue qui ne l’étaient pas encore, par crainte souvent marquée chez les membres de nos comités eux-mêmes de la disparition pure et simple de la revue. Bientôt, à l’échelle de toutes nos revues, la courbe des revenus électroniques viendra croiser celle des recettes papier, pour lui être supérieure. Si la baisse continue des ventes physiques semble inexorable, l’augmentation des revenus électroniques présente encore quelques perspectives de croissance – si tant est que la mise en place de la science ouverte ne vienne pas frontalement s’opposer à la possibilité pour des structures privées de se rémunérer convenablement sur la vente électronique de leurs contenus.

L’importance de l’édition papier

11Est-ce à dire que l’édition de revues en SHS, sur le modèle de leurs cousines en STM, pourra à l’avenir se financer uniquement sur la base de ventes électroniques ? Aujourd’hui, cet objectif est encore loin d’être atteint. Quelques chiffres encore. Sur les 42 revues de notre catalogue, seulement 5 ou 6 ont des revenus électroniques supérieurs aux recettes papier. Et leur niveau n’est pas capable de couvrir les frais de production annuels de ces titres. Dans les autres cas, pour aucune de nos revues, les revenus électroniques ne sauraient suffire actuellement à couvrir les coûts de production, de diffusion et de structure – pourtant très largement optimisés –, pas plus que ne le pourra le numérique seul lorsque l’inversion de la courbe de revenus avec le papier aura été complète. À moins que les prix du numérique augmentent fortement. Est-ce vraiment le but recherché ? Dans cet équilibre fragile, la complémentarité entre les formes de support est aujourd’hui encore nécessaire, non seulement parce qu’elle permet de répondre à des besoins différents, mais également parce qu’elle rend possible la viabilité du modèle.

12Là où nous voyons de la complémentarité, d’autres opposent depuis des années l’argument d’autonomie totale des supports. Non seulement la diffusion électronique n’aurait aucun effet sur les ventes papier (abonnements, notamment), mais elle les stimulerait. D’autres vont plus loin : l’accès gratuit en ligne n’aurait aucune répercussion sur les ventes papier. Tout est possible. Mais de quel niveau de ventes parlons-nous ? S’agit-il de mettre en avant quelques titres confidentiels dont le socle d’abonnés papier est tellement bas qu’il ne concerne qu’un petit nombre de clients captifs attachés à ce format précis leur permettant d’exposer physiquement leur collection sur des présentoirs de bibliothèque ? Et dans ce cas, pourquoi observe-t-on partout, pour les revues à forte diffusion, les institutions abandonner le format papier au profit du numérique ?

13Une dernière donnée enfin : au sein du catalogue d’Humensis, moins de 26 % des abonnés sont des institutions publiques françaises. Plus de 75 % sont des institutions étrangères et des individus. Certes, cette distribution est sans doute assez rare dans le paysage des revues françaises en SHS, et elle est étroitement liée à la nature d’un catalogue constitué de revues anciennes et installées de longue date à l’international. Ces revues ont donc une valeur d’export, et le montant d’achat de ce produit à valeur ajoutée (le support papier, édité, fabriqué, expédié par l’éditeur) est pris en charge à plus de 75 % par un autre consommateur que l’acheteur public français. Il n’est pas sûr que l’argument de circularité du cycle production-achat utilisé très tôt en faveur de l’accès ouvert (« la puissance publique serait contrainte de racheter les produits de la recherche qu’elle finance en amont ») vise juste dans ce cas.

14Pour conclure, parler de l’économie des revues en SHS aujourd’hui, de celles qui sont autonomes financièrement ou portées par des structures indépendantes, nécessite d’accorder au papier la part qui lui revient. Ce n’est pas un discours du passé ; ce n’est pas non plus celui de demain ; c’est celui d’aujourd’hui. Bientôt – nous avançons sur un chemin tracé tout droit, malgré les obstacles – viendra le temps de l’accès ouvert (imposé par la loi ?), des barrières mobiles très courtes, peut-être du publish & read ou du read & publish généralisé, ou de toute autre innovation commerciale permettant à tous d’avoir accès à tout, à ce qu’il en restera du moins. Personne ne dit que ces transformations sont en soi une mauvaise chose. Tout éditeur n’a-t-il pas historiquement vocation à diffuser le plus largement possible ses contenus ? Sans doute le cœur du problème pour l’avenir se trouve-t-il dans cette dernière question – celle de l’éditeur – que nous peinons à nous poser, convaincus, dans une sorte de défaite de la pensée, de l’horizon qui s’offre à nous : à l’heure où les transformations numériques de l’édition scientifique focalisent l’attention sur les plateformes de diffusion (mutualisées), et où les modèles de financement du libre accès entraînent une centralisation des achats, des financements et des processus d’édition de la littérature scientifique, qu’adviendra-t-il demain de l’éditeur, de son existence, et de son rôle culturel et social ? Qu’adviendra-t-il aussi de la liberté des auteurs ? Qu’adviendra-t-il enfin de la diversité du paysage éditorial ? Il est temps de remettre l’éditeur au centre des discussions.

Notes

1 Sur l’hétérogénéité des revues en sciences humaines et sociales françaises, voir, dans le présent ouvrage, Monnet ; Parisot ; Renoult.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search