Version classiqueVersion mobile

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

II. Femmes et actions en politique

Aristomaché et Arétè, deux femmes dans la tourmente des guerres civiles à Syracuse

Sandra Péré-Noguès

Résumé

Cette analyse retrace l’histoire peu connue d’Aristomaché et de sa fille Arétè, respectivement épouse et fille de Denys l’Ancien. Dans la Vie de Dion, Plutarque donne à voir quel fut le destin de ces deux femmes, unies par les liens indéfectibles du sang et confrontées aux pires heures de l’histoire de Syracuse. Leur destin est aussi l’histoire d’une dynastie familiale dans laquelle toutes deux assumèrent dignement leurs fonctions d’épouses et de mères jusqu’à leur assassinat. À partir du récit de Plutarque, un récit qui fut largement influencé par la tradition de l’Académie, il s’agira de s’interroger sur les liens établis par les Anciens entre ces femmes et leurs fonctions, sur la perception de la place occupée par ces femmes au cœur du pouvoir dionysien, et sur la mise à l’épreuve de ces liens dans un contexte de guerre civile.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Plutarque, Dion 51 (toutes les traductions de l’œuvre de Plutarque sont celles d’A.-M. Ozanam, Plut (...)

Lorsqu’Apollocratès eut pris la mer, Dion se dirigea vers la citadelle. Mais les femmes, n’y tenant plus, n’eurent pas la patience d’attendre son arrivée, et accoururent aux portes. Aristomaché amenait le fils de Dion et Arétè marchait derrière, en larmes, ne sachant comment saluer son mari ni quel nom lui donner après avoir été unie à un autre homme. Dion embrassa d’abord sa sœur puis son jeune enfant. Alors Aristomaché fit avancer Arétè : « Dion, lui dit-elle, nous avons été malheureux pendant ton exil, mais ton retour et ta victoire nous ont délivrés de notre désespoir — nous tous, sauf cette femme que voici : je l’ai vue, pour mon malheur, forcée à vivre, de ton vivant, avec un autre homme. Puisque la Fortune t’a rendu maître de notre sort, comment vas-tu juger la contrainte dont elle a été victime ? Doit-elle t’embrasser comme son oncle ou aussi comme son époux ? ». À ces mots d’Aristomaché, Dion se mit à pleurer et attira tendrement à lui sa femme. Il lui confia leur fils et la pria de se rendre dans sa maison où il alla vivre lui-même, après avoir remis la citadelle aux Syracusains1.

  • 2 Cet épisode se déroule à l’été 356 avant J.-C., soit un an après le retour de Dion l’exilé en Sicil (...)
  • 3 Élien, Histoires variées XII, 47.
  • 4 Sur la place des femmes dans les guerres civiles, voir Jean-Marie Pailler, « Des femmes dans leurs (...)
  • 5 Sur les Vies de Plutarque et leur traitement historique, voir Pauline Schmitt Pantel, Hommes illust (...)
  • 6 Sur les sources littéraires se rapportant au règne de Denys le Jeune, Federico Muccioli, op. cit. ( (...)

1Après plusieurs mois d’un âpre siège2, les partisans de Denys le Jeune viennent de rendre la citadelle d’Ortygie à Dion et son armée. Tenues malgré elles prisonnières, Aristomaché et sa fille Arétè retrouvent après plus de dix années d’absence Dion, frère de la première et époux de la seconde. Cette scène, relatée avec une certaine théâtralité par Plutarque et rapportée dans des termes assez semblables par Elien3, peut servir de point de départ à une réflexion sur le rôle qui fut dévolu à des femmes dont les qualités d’épouse, de mère ou de fille de « tyrans » les placèrent au cœur des guerres civiles qui frappèrent Syracuse entre 357 et 354. Si les hommes y ont tenu le premier rôle, certaines femmes ont été elles aussi des actrices majeures de ces heures tragiques pour la cité sicilienne4. Dans ce registre, les parcours parallèles d’Aristomaché et de sa fille Arétè peuvent être étudiés à partir des informations fournies par les sources littéraires, tout particulièrement par la Vie de Dion écrite par Plutarque5. Largement inspiré par la tradition de l’Académie6, et séduit par la personnalité de Dion, disciple de Platon, l’auteur de Chéronée livre une version partiale des événements, en accentuant par exemple l’antagonisme des relations entre son héros et son adversaire Denys le Jeune. S’il laisse les femmes en marge de cette opposition, il en donne cependant une image qui n’est pas, comme nous le verrons, sans ambiguïté.

  • 7 Il n’existe d’après notre enquête aucune étude spécifique sur ces deux femmes.

2Au-delà du récit, que nous suivrons au plus près pour éclairer notre propos7, les destins d’Aristomaché et de sa fille Arétè, deux femmes unies par les liens du sang, peuvent aussi aider à s’interroger sur les liens entre individus et fonctions, tels qu’ils étaient établis et perçus par les Anciens, et aussi sur la mise à l’épreuve de ces liens dans le contexte des guerres civiles syracusaines.

Aristomaché, épouse de Denys l’Ancien et « fondatrice » de la lignée syracusaine

  • 8 Plutarque, Dion 3, 3.
  • 9 Sur la complexité du règne de Denys l’Ancien et la notion de dunasteia, il faut lire l’étude fondam (...)
  • 10 À ce propos, il faut relire ce qu’en dit Cornélius Népos (Dion 1, 3-5) : «  [Dion] était fort lié a (...)
  • 11 Ignazio D’Angelo, « Locri Epizefirii e Dionigi I di Siracusa », Aevum 84, 2010, p. 49. L’auteur rep (...)
  • 12 Diodore de Sicile, XIV, 44, 7 (traduction M. Bonnet et É. R. Bennett, CUF).
  • 13 Sur un plan politique, ces noces permirent en effet à Denys l’Ancien non seulement d’établir une co (...)
  • 14 Certains historiens ont retenu la contemporanéité des noces même si l’expression utilisée par Diodo (...)

3Des deux femmes, la première à entrer en scène dans le récit de Plutarque est Aristomaché. Issue d’une puissante famille de Syracuse, elle était la fille d’un certain Hipparinos, « un des premiers personnages » de la cité selon Plutarque8. Ayant probablement aidé à l’ascension de Denys l’Ancien, celui-ci appartenait au cercle des philoi, cercle de proches et de parents qui constituait le socle du pouvoir dionysien9. Hipparinos avait aussi un fils, Dion, qui, après le mariage de sa sœur Aristomaché, aurait fait carrière auprès du maître de Syracuse10. En effet, vers 394/393, Aristomaché fut donnée en mariage à Denys l’Ancien, alors que ce dernier épousait aussi une autre femme originaire de Locres, Doris11. Selon Diodore de Sicile12, « peu de jours avant le mariage, il envoya aux Locriens une pentère, la première qu’on eût construite, dont les installations étaient décorées d’ornements d’or et d’argent ». Ce fut sur ce bateau que la jeune Doris arriva à Syracuse où elle fut « conduite à l’acropole ». Quant à Aristomaché, Denys lui envoya « un quadrige blanc pour la conduire dans sa propre demeure ». Dans les deux cas, Denys l’Ancien fit montre de la puissance et des richesses de son pouvoir, ces mariages étant des actes éminemment politiques13. En outre, le récit laisse supposer que ce fut toute la cité qui assista aux préparatifs de mariages. De la même manière, les doubles noces, qui eurent lieu « en même temps (περὶ τὸν αὐτὸν χρόνον) » selon Diodore de Sicile, « le même jour (ἡμέρᾳ μιᾷ) » selon Plutarque, furent un moment de festivités que la cité fut invitée à partager14.

  • 15 Plutarque, Dion 3, 4.
  • 16 Plutarque, Dion 3, 5-6.
  • 17 Plutarque, Dion 3, 6.

4Après les noces, Denys « se partagea entre elles deux ; elles avaient l’habitude de dîner ensemble en sa compagnie et passaient la nuit avec lui à tour de rôle »15. Sur le plan conjugal, les épouses auraient donc été traitées sur un pied d’égalité, mais leur place évolua sensiblement dès lors que des enjeux dynastiques se firent jour. D’après Plutarque, Aristomaché « resta longtemps avec Denys sans lui donner d’enfant », alors que Doris fut la première à devenir mère en donnant naissance à un fils, Denys le Jeune16. Sans véritable attache dans la cité sicilienne, la Locrienne, que beaucoup continuaient à percevoir comme une étrangère, obtenait ainsi une légitimité aux yeux des Syracusains puisqu’elle assurait la descendance dynastique que Denys espérait. Plutarque insiste sur la priorité qui fut donnée à Doris comme mère du premier fils et ce aux dépens d’Aristomaché. Il rapporte aussi que Denys « alla jusqu’à accuser la mère de la Locrienne d’employer des philtres contre [Aristomaché] et il la fit mourir17 ». Comme d’autres anecdotes, celle-ci souligne le pouvoir absolu que le maître syracusain exerçait sur ses épouses et leur entourage, mais il est aussi possible de penser que la cohabitation qui était imposée à tous devait être la source de rumeurs qui se colportaient dans toute la cité.

  • 18 Il s’agit en réalité de deux stèles mutilées découvertes sur l’acropole d’Athènes, mais renvoyant à (...)
  • 19 Sur ces noms féminins, F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 99-100.
  • 20 Ibid, p. 98-99. Cette hypothèse repose sur le fait que Dionysios dérivait de Dionysos. Par ailleurs (...)
  • 21 Sur les origines d’un culte souverain à partir du règne de Denys le Jeune, F.Muccioli op. cit. (n. (...)

5Les deux épouses lui donnèrent une descendance nombreuse : Doris eut ainsi trois enfants dont deux fils — Denys le Jeune et Hermocrite — et une fille Dikaiosynè. En raison de la probable règle de primogéniture imposée par le dynaste, cette lignée locrienne était appelée à régner comme en témoigne aussi le décret découvert à Athènes qui honorait « Denys archonte de Sicile, ainsi [que] ses fils, Denys et Hermocritos »18. Quant à Aristomaché, qui représentait la lignée syracusaine, elle eut quatre enfants, dont deux filles — Sophrosynè et Arétè — et deux fils, Hipparinos et Nyseios. Les noms des descendants de Denys l’Ancien sont révélateurs de leur place dans la lignée dynastique. Les trois noms choisis pour les filles — Dikaiosynè (Justice), Sophrosynè (Tempérance) et Arétè (Vertu)19 — ont clairement une valeur politique et morale visant à légitimer le pouvoir dionysien. Pour les fils, leurs noms s’inscrivent dans chacune des lignées familiales et respectent l’ordre de naissance : du côté locrien, Denys (ou Denys le Jeune) qui sera le successeur ; Hermocrite, probablement en hommage au père de Denys l’Ancien ; du côté syracusain, Hipparinos, en souvenir du père d’Aristomaché et Nyseios comme épiclèse du dieu Dionysos20. Ces noms tendaient donc à conforter la volonté dynastique de Denys l’Ancien en rendant honneur aux ancêtres des deux lignées et en servant la propre « propagande » du régime qu’il avait mis en place21.

  • 22 Cela fait écho au commentaire de Xénophon dans le Hiéron (I, 28).
  • 23 Louis Gernet, « Mariages de tyrans », in L’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, (...)
  • 24 Sur ce point et l’hypothèse d’une « Maison du dynaste », fondée sur le cercle des parents et alliés (...)

6Les mariages qui furent contractés à l’intérieur du cercle familial ont aussi déterminé le destin des descendants. Les filles furent notamment mariées à leurs plus proches parents : Sophrosynè épousa Denys le Jeune, son demi-frère ; quant à Arétè, elle fut donnée à son oncle Théaridès, qui était le frère de Denys l’Ancien, puis plus tard à Dion son oncle maternel. À propos de ces pratiques endogamiques, quelques remarques sont nécessaires. Comme Louis Gernet l’a bien montré, ces mariages témoignent de l’incapacité du tyran à trouver pour ses filles des hommes de leur rang et par conséquent du choix délibéré qui fut fait de les « réserver à la parenté »22. La politique matrimoniale du dynaste, qui était très étroitement liée à son projet politique et dynastique, visait donc à privilégier la lignée locrienne dans la transmission et l’exercice du pouvoir, à « neutraliser » la lignée syracusaine dont la vocation était exclusivement celle de « fournir » des filles pour préserver la continuité familiale23. Comme à l’époque des Deinoménides, le règne de Denys l’Ancien est symptomatique de l’ingérence du politique dans le domaine des pratiques matrimoniales24.

7Bien que la continuité dynastique fut assumée par Denys le Jeune, elle fut rapidement mise à mal par les velléités des deux branches familiales. Dans ce contexte, Aristomaché et Arétè se retrouvèrent peu à peu à la merci des choix de leur nouveau maître, Denys le Jeune.

Aristomaché et Arétè durant l’exil de Dion

  • 25 Il est décrit comme un homme sans envergure, dépourvu de toute éducation, oisif et même ivrogne : D (...)
  • 26 Le philosophe se rendit trois fois sur l’île : vers 388-387, voyage durant lequel il rencontra Dion (...)
  • 27 Voir supra (n. 10).
  • 28 Sur les rapports entre Denys le Jeune et Dion au début du règne, il faut relire Plutarque (Dion 7, (...)
  • 29 Plutarque raconte que d’après une lettre des Carthaginois adressée à Dion, ce dernier aurait cherch (...)
  • 30 Plutarque, Dion 15, 1-2.
  • 31 Plutarque, Dion 15, 3. L’auteur de Chéronée précise aussi que : «  Dion avait une grande fortune, u (...)
  • 32 Plutarque, Dion 18, 1. Il semble s’être inspiré de Platon (Lettre VII, 345c).

8En prenant la succession de son père (vers 368/367), Denys le Jeune25, se heurta, en effet, aux prétentions de Dion, son rival politique. Disciple de Platon26, ce dernier avait réussi, comme nous l’avons dit, à mener une brillante carrière sous le règne de Denys l’Ancien qui, outre de le protéger comme frère de son épouse, appréciait ses compétences diplomatiques et politiques27. Dès que la succession fut ouverte, Dion semble pourtant avoir cherché à faire valoir les droits de ses neveux en tant que représentants de la lignée syracusaine de la famille28. Face aux luttes qui commençaient à déstabiliser le pouvoir tyrannique, le fils du dynaste choisit d’éloigner son oncle en l’envoyant en Grèce29. L’annonce de cet éloignement, qui devait prendre la tournure d’un véritable exil, fut vécue douloureusement par Aristomaché et sa jeune épouse Arétè comme le rapporte Plutarque : « les femmes remplirent de lamentations la maison du tyran et la cité de Syracuse fut en émoi »30. Conscient des risques qu’il prenait en éloignant son adversaire, Denys le Jeune « consola les amis de Dion et les femmes, en déclarant qu’il ne l’avait pas envoyé en exil, mais en voyage ». Pour témoigner de sa volonté de restaurer la concorde, il « donna deux navires aux proches parents de Dion, en leur disant d’embarquer tout ce qu’ils voulaient de ses biens et des serviteurs et de les lui amener dans le Péloponnèse ». Aristomaché et sa fille participèrent à cet envoi exceptionnel qui permit à Dion de vivre confortablement loin de Syracuse31. Leur aide ne s’arrêta d’ailleurs pas là : manifestement, Denys le Jeune envoya pendant quelque temps les revenus des propriétés que Dion détenait en Sicile, ce qui lui permit de tenir son rang à Athènes32. On peut penser que Sophrosynè, fille d’Aristomaché et épouse de Denys le Jeune, fut en cette circonstance une alliée précieuse de sa sœur et de sa mère. Enfin le respect dont bénéficiait Aristomaché, en tant que veuve de Denys l’Ancien, devait aussi obliger son successeur.

  • 33 Plutarque, Dion 18, 8.
  • 34 Platon, Lettre VII, 349e et Plutarque, Dion 20.

9Les mesures prises par Denys le Jeune pour éviter toute crise politique témoignent en tout cas du rôle qu’il comptait jouer comme chef de la « Maison » : désormais il était seul à assurer la protection des femmes de la famille, une protection matérielle et morale qui devait leur permettre de conserver leur rang dans la famille et même une relative liberté. En effet, dans le récit de Plutarque, il est fait allusion aux messages et aux lettres que les femmes et Dion s’échangèrent durant cette période d’exil. Il en est ainsi des messages qui lui furent adressés à Athènes juste avant le troisième voyage de Platon en Sicile : « elles insistaient pour que Dion demandât à Platon d’obéir à Denys sans chercher de faux-fuyant »33. Si le philosophe n’était pas un inconnu pour Aristomaché, qui avait pu l’apprécier durant les deux séjours précédents, cette anecdote révèle la familiarité que les deux femmes entretenaient avec leur parent et leur rôle plus étonnant de « conseillères » en matière politique et diplomatique, avertissant et essayant de convaincre leur parent et, par son biais, le philosophe. Malgré leur mise en garde, le voyage de Platon se solda par un ultime échec, puisque le philosophe parvint à échapper à la colère de Denys le Jeune grâce à la protection de son ami Archytas34. Cet épisode eut pour conséquence dramatique de remettre en cause le mariage d’Arétè, mariage qui avait déjà été sérieusement fragilisé par le départ de Dion.

  • 35 Plutarque, Dion 21, 2.
  • 36 Plutarque, Dion 21, 3.
  • 37 La tradition a transmis plusieurs noms pour cet enfant : Hipparinos, Hipparion ou Aretaios. Sur ce (...)
  • 38 Plutarque, Dion 21, 6 et 26,5. Cet « homme de confiance » de Denys le Jeune fut envoyé au secours d (...)
  • 39 Cornélius Népos donne une version un peu différente de cette affaire : « apprenant que Dion levait (...)

10En effet, Denys le Jeune avait eu à cœur de remarier sa sœur dès lors que son époux avait quitté Syracuse. Selon Plutarque, il aurait chargé Platon lors de son second voyage à Syracuse d’une mission : « sonder Dion secrètement pour savoir si rien n’empêchait de donner sa femme en mariage à quelqu’un autre35 ». Plutarque se montre prudent sur cette affaire en précisant que « selon une rumeur exacte ou forgée de toutes pièces par ses ennemis », le mariage que Dion avait contracté avec Arétè lui « déplaisait » et que « sa vie conjugale manquait d’harmonie »36. Pourtant, Dion avait eu de sa nièce un fils, Hipparinos, dans lequel il plaçait probablement toutes ses espérances37. Denys le Jeune laissa d’abord la situation en l’état, mais, après l’ultime voyage de Platon sur l’île et la rupture des relations entre Denys le Jeune et Dion, Arétè fut mariée « contre sa volonté » à Timocrate38, qui faisait partie du cercle des philoi de Denys le Jeune et avait la charge de la sécurité de Syracuse. Denys le Jeune perpétuait ainsi la politique mise en place par son père, en élargissant quelque peu le cercle familial à une autre famille syracusaine, tout en écartant définitivement Dion39.

  • 40 Sur Polyxénos, premier des philoi de Denys l’Ancien, voir S. Péré-Noguès, op. cit (n. 9), p. 117.
  • 41 Plutarque, Dion 21, 7-9.
  • 42 Sur le statut de l’anecdote : voir P. Schmitt Pantel, op. cit. (n. 5), p. 180-186.

11Plutarque profite de cet épisode pour faire référence à une autre anecdote liée au règne de Denys l’Ancien : « Apparemment, Denys l’Ancien avait vu, lui aussi, le mari de sa sœur, Thestè, devenir son ennemi ; cet homme, pris de peur, s’était enfui et avait quitté la Sicile. Denys fit venir sa sœur et lui reprocha d’avoir su que son mari allait fuir et de pas l’en avoir informé. Elle répondit sans trouble et, par Zeus ! sans crainte : “Et alors, Denys, me crois-tu femme assez vile et lâche pour ne pas m’être embarquée avec mon mari afin de partager son sort, si j’avais été prévenue de sa fuite ? Je n’en ai pas été prévenue. Et pourtant, je trouvais plus beau d’être appelée l’épouse de l’exilé Polyxénos40 que la sœur du tyran que tu es”. Ce franc-parler de Thestè suscita, dit-on, l’admiration du tyran, et les Syracusains, eux aussi, admirèrent la vertu de cette femme, à tel point que, même après la chute de la tyrannie, ils lui conservèrent les honneurs et le train de vie d’une reine ; quand elle mourut, les citoyens l’accompagnèrent en cortège officiel jusqu’à sa sépulture. Voilà une digression qui n’était pas inutile »41. Même s’il s’agit d’une anecdote que Plutarque ajoute sciemment à son récit42, elle met en évidence un aspect intéressant des relations entre Denys l’Ancien et les femmes de son entourage. Si les liens de fraternité peuvent expliquer la retenue de Denys l’Ancien, c’est aussi son appartenance à la « Maison » du dynaste qui obligeait probablement Thestè à tenir son rang parmi les femmes de la famille, à rester fidèle de gré ou de force au pouvoir et surtout à la cité. Tel ne fut pas le sort d’Arétè qui fut contrainte d’accepter un autre époux du vivant de Dion, et sans qu’aucun divorce ne fut prononcé.

Aristomaché et Arétè prisonnières de Denys le Jeune

  • 43 Denys le Jeune était parti en Italie, à Locres, pour y préparer la contre-offensive.
  • 44 Plutarque, Dion 31, 1-4.
  • 45 Plutarque, Dion 31, 6. Polyen (Stratêgêmata V, 2, 8) précise que : « Les autres lettres des femmes (...)
  • 46 Plutarque, Dion 28, 2.
  • 47 En dépit de la mise en scène de Plutarque, on ne peut écarter l’idée d’une réelle « bataille psycho (...)

12Lorsque, dix ans après son exil (vers 357), Dion débarqua en Sicile à la tête d’éminents membres de l’Académie et de mercenaires aguerris pour conquérir le pouvoir, il fut accueilli comme un libérateur par nombre de cités de l’île. Il prit le contrôle d’une partie de Syracuse, sauf de l’île d’Ortygie, lieu de résidence de la famille, qui restait aux mains du fils de Denys le Jeune et de ses mercenaires43. Durant le siège qui suivit, Aristomaché et Arétè passèrent du statut de « protégées » du dynaste à celui de « prisonnières », même si elles n’en continuèrent pas moins à recourir aux lettres, seul moyen de contact avec Dion. Plutarque raconte en effet que « des hérauts envoyés par Denys descendirent apporter à Dion des lettres envoyées par des femmes de sa famille. L’une d’elles portait la suscription suivante : « À mon père de la part d’Hipparinos ». […] On donna lecture des autres lettres aux Syracusains : elles contenaient des supplications et des prières des femmes »44. Ces femmes étaient sans nul doute Aristomaché et Arétè, devenues malgré elles les otages de leur parent. Dans la lettre adressée à Hipparinos, lettre en réalité destinée aux Syracusains, Denys le Jeune « proférait des menaces contre les êtres qui lui étaient les plus chers, sa sœur, son enfant, son épouse, et des adjurations terribles, mêlées de lamentations »45. Il est bien évident que le siège aggravait la crise familiale, d’autant plus que l’époux d’Arétè, Timocrate, avait pris la fuite devant les troupes de Dion46. Isolé, Denys le Jeune ne pouvait plus compter que sur ses forces mercenaires ainsi que sur quelques proches, et utiliser le chantage à l’égard des deux femmes47.

  • 48 Sur ce point D. P. Orsi, op. cit. (n. 2), p. 59-71.
  • 49 Plutarque, Dion 32, 1.

13Sur le plan politique, la position de Dion fut fragilisée par le contenu de cette lettre : non seulement son adversaire rappelait le « soutien ardent » que Dion avait apporté au régime dionysien mais il lui conseillait « de gouverner lui-même, en assurant la sécurité de ses amis et de sa famille »48. Cela suscita des soupçons dans la cité et Plutarque souligne avec dépit que les Syracusains ne reconnurent pas « la fermeté et la grandeur d’âme de Dion qui, au nom de l’honneur et de la justice, luttait contre des liens familiaux aussi étroits49 ». L’auteur pointe très justement la contrainte de ces « liens familiaux » qui engageaient tous les membres de la famille, hommes et femmes, à respecter la dunasteia mise en place par Denys l’Ancien. Renverser le pouvoir revenait à prendre le risque de dissoudre la « Maison » dynastique et de remettre en cause les prérogatives politiques qui lui étaient attachées.

  • 50 Plutarque, Dion 51. Voir supra.

14Après cet épisode, la citadelle fut finalement rendue à l’armée de Dion, et c’est à cette occasion que se déroulèrent les retrouvailles entre le vainqueur de Denys le Jeune, sa sœur et son épouse, retrouvailles que nous avons évoquées au début de cette analyse50. Plutarque en donne l’image d’un cortège où chacun a sa place : la sœur Aristomaché suivie de son petit-fils et neveu, Hipparinos, puis l’épouse bafouée, Arétè. C’est aussi Aristomaché qui prend la parole et joue le rôle d’avocat auprès de son frère. Son autorité de mère et d’épouse qui transparaît dans son discours sert à témoigner de « la contrainte », de la violence (βιασθεῖσαν) qui a été exercée contre sa fille Arétè. En outre, elle fait acte de soumission en s’en remettant au jugement de Dion mais avec une nuance : en dépit de la gravité de la situation, Arétè ne peut être sévèrement punie mais elle doit retrouver son statut d’épouse ou de nièce. Même si elle se place sous l’autorité de son frère, Aristomaché conserve donc un statut qu’il ne peut lui disputer puisqu’elle est garante de la lignée familiale. Certes Dion ne pouvait pas non plus se permettre de perdre sa femme sans déshonorer son fils, mais le récit montre de toute évidence que la décision émane d’Aristomaché et d’elle seule, et que c’est elle qui a orienté le choix de son frère. Sur ce point, on ne peut manquer d’observer que leurs rapports ressemblent à bien des égards à ceux précédemment évoqués entre Denys l’Ancien et Thestè. Les liens fraternels assuraient probablement plus de liberté aux femmes que les liens filiaux ou conjugaux : si Aristomaché était la seule des deux femmes à pouvoir tenir tête à son frère, Arétè restait quant à elle soumise à leurs choix. Cette réconciliation écartait enfin toute possibilité de voir la dynastie disparaître, leur fils étant le meilleur gage de sa continuité.

15Libérées de Denys le Jeune, Aristomaché et Arétè retrouvaient leur rang respectif de sœur et d’épouse du vainqueur. Néanmoins, leurs sorts restaient liés à un seul homme, Dion, et à son maintien à la tête de la cité.

La fin tragique d’une mère et de sa fille

  • 51 Plutarque, Dion 53. Selon Plutarque (12, 1) Héraclide, soupçonné comme Dion et au même moment de co (...)
  • 52 Sur le songe prémonitoire de sa mort qu’il aurait eu dans sa maison : Plutarque, Dion 55, 1-3.
  • 53 Plutarque, Cons. à Apoll. 118d, 119b ; Élien, H. V. III, 4. L’image d’une éducation pervertie resso (...)
  • 54 Plutarque, Dion 55, 4.

16Dans la suite de son récit, Plutarque montre à quel point la crise atteignit son paroxysme lorsque le leader du dêmos syracusain, Héraclide51, fut assassiné probablement sur ordre de Dion, acte qui affecta sa propre réputation52. Peu après cet épisode se déroula l’un des événements les plus dramatiques de la vie personnelle de Dion et d’Arétè : le suicide de leur jeune fils, Hipparinos, victime selon les auteurs anciens de l’éducation dépravée et de la corruption dans lesquelles il avait grandi auprès de Denys le Jeune et de son entourage53. Plutarque raconte ainsi l’acte fatal : « quelques jours plus tard, son fils, qui était à peine sorti de l’enfance, fut pris, pour une raison futile et puérile, d’un accès de désespoir et de colère : il se jeta du toit la tête la première et se tua »54. Ce tragique épisode privait Dion de toute descendance.

  • 55 Sur ce personnage et sa famille, John K. Davies, Athenian Propertied Families, 600-300 B. C., Oxfor (...)
  • 56 Plutarque, Dion 56, 1.
  • 57 Sur le sanctuaire, Giulia Sfameni Gasparro, Misteri e culti mistici di Demetra Rome, 1986, p. 232-2 (...)
  • 58 Walter Burkert, La religion grecque à l’époque archaïque et classique (éd. orig. 1977), Paris, 2011 (...)
  • 59 Sur la date de ces fêtes à Déméter et Corè, qui étaient probablement célébrées en juin, voir F. Muc (...)
  • 60 Plutarque, Dion 56, 4-6. Le mystagogue est ici Callippos puisque c’est lui qui avait initié Dion au (...)
  • 61 Sur la surveillance des citoyens, Polyen, Stratêgêmata V, 2, 3 et 2, 13.
  • 62 Emanuele Ciaceri, Culti e miti nella storia dell’antica Sicilia, Palerme, 1910, p. 199-200.

17Une autre menace pesait aussi sur le frère d’Aristomaché : les menées de son compagnon d’armes, l’Athénien Callippos, qui l’avait suivi dans son expédition puis avait servi sa cause durant le siège de Syracuse55. Selon Plutarque, Callippos aurait lancé « le bruit que Dion, désormais sans enfant, avait décidé d’appeler Apollocratès, le fils de Denys, et de faire de lui son successeur, puisqu’il était le neveu de son épouse et le petit-fils de sa sœur »56. De telles rumeurs continuaient à être utilisées entre adversaires comme une arme politique redoutable. Si Dion semble s’être résigné face aux dénonciations qui « lui parvenaient de tous côtés », une nouvelle fois, loin de rester passives, Aristomaché et Arétè prirent une initiative assez singulière. Selon Plutarque, « Callippos, voyant les femmes mener une enquête approfondie, prit peur ; il alla les trouver, nia tout en pleurant et promit de leur fournir la garantie qu’elles voudraient. Elles lui demandèrent de prêter le grand serment (τὸν μέγαν ὅρκον). Voici de quoi il s’agit. Celui qui engage sa parole descend dans le sanctuaire des Thesmophores57 ; après certains sacrifices, il s’enveloppe du manteau de pourpre de la déesse et, tenant une torche enflammée58, il prononce le serment. Callippos accomplit tout cela et prêta le serment, mais il se moquait tellement des déesses qu’il attendit la fête de la divinité par laquelle il avait juré : il accomplit le meurtre pendant les fêtes de Corè59. Peut-être lui était-il indifférent que ce fût le jour de la déesse puisque, de toute manière, c’est un sacrilège envers elle, même à une autre date, que le mystagogue égorge celui qu’il a initié »60. Deux points sont à retenir : d’une part, les deux femmes furent en mesure de « mener une enquête » sur les rumeurs de complot qui circulaient, en utilisant peut-être les espions qui étaient à la solde du pouvoir61 ; d’autre part, elles parvinrent à lui faire prêter serment dans le sanctuaire des Thesmophores, acte religieux et politique qui semblait assez courant dans les pratiques du peuple syracusain62. Outre de montrer la participation des deux femmes au culte, il faut aussi noter le sens symbolique de la relation mère et fille, qui fonctionne entre Déméter et Corè mais aussi entre Aristomaché et Arétè.

  • 63 Cornélius Népos (Dion 8, 4-5) donne lui aussi la même image de Callippos, celle du traître absolu.
  • 64 Plutarque, Dion 57, 5.
  • 65 Polyen, Stratêgêmata V, 4. Il resta au pouvoir deux ans (353/352-351/350) puis son frère quatre ans (...)
  • 66 Plutarque, Dion 58, 8.
  • 67 Proche de Hipparinos et de Nyseios, il est possible qu’il ait eu le rôle de tuteur du fils posthume (...)
  • 68 Platon, Lettre VIII, 356a : « Fils d’un tyran, il a volontairement affranchi la cité et s’est acqui (...)

18Trompées par le double parjure de Callippos63, la mère et la fille se retrouvèrent une nouvelle fois dans une position périlleuse : elles furent jetées en prison où Arétè accoucha « dans des conditions misérables, d’un enfant mâle que les femmes se risquèrent à nourrir, d’autant plus qu’elles s’étaient assuré la complicité des gardiens et que la situation de Callippos était chancelante »64. Après treize mois de règne, ce dernier fut assassiné et Hipparinos, l’aîné des deux fils d’Aristomaché qui s’était exilé, put reprendre la cité par la ruse65. Selon Plutarque, les deux femmes furent alors libérées et « recueillies par Hicétas de Syracuse qui avait été un des amis de Dion et qui semblait plein de loyauté et de bonté à leur égard »66. Ainsi elles n’auraient pas été recueillies par Hipparinos mais par celui qui fut un ami fidèle de Dion, Hicétas67. Un autre fait semble avoir marqué le règne des deux fils d’Aristomaché : leur attachement à réhabiliter la mémoire de leur oncle mais aussi à restaurer l’honneur de leur famille, ce dont témoigne Platon68.

  • 69 Plutarque, Dion 58, 8-10 ; Timoléon 33, 1-3.
  • 70 Henry D. Westlake, Timoleon and his relations with tyrants, Manchester, 1951, p. 11-12.

19Le retour de Denys le Jeune en 346 scella définitivement le destin des deux femmes. Plutarque en impute la responsabilité à Hicétas qui, « persuadé par les ennemis de Dion, fit équiper un navire, sous prétexte de les envoyer dans le Péloponnèse, et ordonna de les égorger durant la traversée et de les jeter à la mer. Selon certains, elles furent noyées encore vivantes et le petit enfant avec elles. Mais le coupable subit, lui aussi, le juste châtiment de son crime. Hicétas fut capturé par Timoléon et mis à mort et les Syracusains tuèrent ses deux filles pour venger Dion, comme je l’ai écrit en détail dans la Vie de Timoléon »69. Ni l’éloignement des deux femmes vers la Grèce, ni le mobile du crime ne trouvent de justifications, et on peut donc estimer qu’il s’agissait là d’une accusation plus tardive, probablement portée par le chef corinthien Timoléon contre Hicétas afin de le discréditer auprès des aristocrates syracusains70. Reste néanmoins l’image de leur mort tragique, que Plutarque a utilisée pour clore son œuvre. La violence prend ici toute sa signification symbolique, puisqu’avec ces deux femmes, ces deux mères, disparaissait la dynastie fondée par Denys l’Ancien.

20Au terme de notre analyse, comment peut-on apprécier les trajectoires d’Aristomaché et d’Arétè tout en tenant compte de la lecture qu’en a faite Plutarque ? Que nous disent-elles des liens entre individus et fonctions, de la perception qu’en avaient les Anciens ?

  • 71 Voir à ce propos la réhabilitation de Dion par ses neveux. Il faut aussi relever que la génération (...)
  • 72 Plutarque, Timoléon 33.

21Si Aristomaché et Arétè apparaissent dans un rapport de totale dépendance à l’égard de leurs partenaires masculins, elles assumèrent cependant leurs fonctions de fille, de mères et d’épouses, sans faillir et en protégeant jusqu’au bout les intérêts de leur lignée. Leur domaine d’intervention fut certes limité à la sphère domestique et familiale, une sphère dans laquelle Aristomaché, puis Arétè, pouvaient infléchir les décisions prises par leur entourage, comme en témoigne l’épisode des retrouvailles après le siège de Syracuse. Elles furent aussi les dignes gardiennes du pouvoir mis en place par Denys l’Ancien, et élevèrent leurs enfants en leur inculquant probablement un fort sentiment d’appartenance et de respect pour le régime et leur lignée71. Mais leurs fonctions furent mises à l’épreuve de la crise politique, et, comme Dion, elles se retrouvèrent alors prisonnières des « liens familiaux étroits » évoqués par Plutarque, des liens qui assuraient pourtant la survie du régime dionysien. C’est cette situation qui explique en définitive pourquoi elles furent les plus exposées aux désordres familiaux et politiques après la mort du fondateur. En tenant leur rang, même au plus fort de la guerre entre Dion et Denys le Jeune, elles représentaient la continuité familiale et la transmission du pouvoir dionysien. De plus, leur origine syracusaine était une garantie de légitimité civique aux yeux de leurs concitoyens : quelques années plus tard, sous le règne de Timoléon, les filles et la femme d’Hicétas seront condamnées à mort par l’assemblée syracusaine, « avide de venger Dion et ses proches »72. Cet épisode montre de toute évidence que les Syracusains les respectaient au même titre que leur parent Dion.

  • 73 Voir P. Schmitt Pantel, « Autour du traité de Plutarque Vertus de femmes (Gunaikôn Aretai) », CLIO (...)

22En s’inspirant de la tradition relayée par l’Académie et du souvenir que la cité avait conservé du destin de ces deux femmes, Plutarque se devait de leur donner une place dans son récit, mais une place mesurée à l’aune du destin de Dion. En ce sens, elles échappent selon nous à la catégorie des héroïnes telles que les décrit Plutarque dans ses œuvres73. Une autre explication pourrait enfin se trouver dans l’équilibre voulu par Plutarque entre la Vie de Dion et la Vie de Brutus, où l’héroïsme — un héroïsme indépassable — est incarné par Porcia, fille de Caton le Jeune et épouse de Brutus.

Notes

1 Plutarque, Dion 51 (toutes les traductions de l’œuvre de Plutarque sont celles d’A.-M. Ozanam, Plutarque. Vies parallèles, Quarto Gallimard, Paris, 2011).

2 Cet épisode se déroule à l’été 356 avant J.-C., soit un an après le retour de Dion l’exilé en Sicile. Sur ces événements, voir Domenica P. Orsi, La lotta politica a Siracusa alla del IV secolo a. C. Le trattative fra Dione e Dionisio II, Bari, 1994 et Federico Muccioli, Dionisio II. Storia e tradizione letteraria, Bologne, 1999.

3 Élien, Histoires variées XII, 47.

4 Sur la place des femmes dans les guerres civiles, voir Jean-Marie Pailler, « Des femmes dans leurs rôles : pour une relecture des guerres civiles à Rome (Ier siècle av. J.-C.) », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [en ligne] 5, 1997. URL : http://clio.revues.org/408 ; DOI : 10.4000/clio.4081997. Dans un contexte certes différent, celui des guerres civiles à Rome, l’auteur note que les femmes s’y comportèrent en « acteurs autonomes », dont les faits et gestes furent différemment appréciés par leurs contemporains.

5 Sur les Vies de Plutarque et leur traitement historique, voir Pauline Schmitt Pantel, Hommes illustres. Mœurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, 2009. Il faut remarquer que pour la Sicile, Plutarque n’a retenu que deux hommes politiques : Dion et Timoléon.

6 Sur les sources littéraires se rapportant au règne de Denys le Jeune, Federico Muccioli, op. cit. (n. 2).

7 Il n’existe d’après notre enquête aucune étude spécifique sur ces deux femmes.

8 Plutarque, Dion 3, 3.

9 Sur la complexité du règne de Denys l’Ancien et la notion de dunasteia, il faut lire l’étude fondamentale de Franco Sartori, « Sulla ΔΥΝΑΣΤΕΙΑ di Dionisio il Vecchio nell’opera diodorea », Critica Storica 5, 1966, p. 3-61. Voir aussi Sandra Péré-Noguès, « Les enseignements d’un récit : L’exemple des débuts politiques de Denys l’Ancien selon Diodore de Sicile », Pallas 79, 2009, p. 105-118.

10 À ce propos, il faut relire ce qu’en dit Cornélius Népos (Dion 1, 3-5) : «  [Dion] était fort lié avec Denys l’Ancien par sympathie pour son caractère autant qu’en raison de leurs alliances. Assurément sa cruauté n’était pas sans lui déplaire, mais il tenait à sa conservation à cause des liens qu’ils avaient entre eux et pour le bien de ses proches. Il prenait part aux actes importants et ses conseils trouvaient un grand crédit auprès du tyran, excepté quand un caprice plus impérieux s’emparait de ce dernier. Toutes les fois d’ailleurs qu’une ambassade avait une exceptionnelle importance, c’était à Dion qu’on la confiait, et lui mettait tant d’exactitude à gérer ces fonctions, tant de conscience à les mener à bien que le nom de tyran, ce symbole de cruauté, était moins haï à cause de sa douceur à lui. C’est lui que Denys envoya à Carthage où il s’attira tant de respect que jamais homme de langue grecque n’obtint dans une ville une telle admiration » (traduction A.-M. Guillemin, CUF). Aussi Plutarque, Dion 5, 8-10.

11 Ignazio D’Angelo, « Locri Epizefirii e Dionigi I di Siracusa », Aevum 84, 2010, p. 49. L’auteur reprend la date fixée par Marta Sordi vers 394/393. Deux éléments concourent à accepter effectivement cette datation : d’une part, lors de son second voyage en Sicile (vers 367/366), Platon décrit Denys le Jeune comme « un jeune homme » n’ayant reçu aucune véritable paideia (Lettre VII, 328 a et 332 c-d) ; d’autre part, on sait grâce à un discours de Lysias (Sur les biens d’Aristophane XIX, 20) qu’Athènes avait cherché dans la même période à s’allier avec Denys en lui proposant de se marier avec la fille du roi de Chypre Evagoras.

12 Diodore de Sicile, XIV, 44, 7 (traduction M. Bonnet et É. R. Bennett, CUF).

13 Sur un plan politique, ces noces permirent en effet à Denys l’Ancien non seulement d’établir une continuité dynastique mais aussi d’amplifier la sphère d’influence politique de Syracuse, puisqu’à travers ses deux épouses il scellait symboliquement les liens entre Locres et la cité siciliote. Voir aussi quelques remarques sur « le mariage comme instrument du pouvoir tyrannique », dans Claire Jacqmin, « La femme entre le tyran et cité. Réflexions sur le rôle de la femme dans les régimes tyranniques », Kentron 21, 2005, p. 72-75.

14 Certains historiens ont retenu la contemporanéité des noces même si l’expression utilisée par Diodore de Sicile peut prêter à confusion. L’historien d’Agyrion explique ailleurs que des deux femmes, la première (ἐκ μὲν τῆς πρώτης) à lui avoir donné un enfant était la Locrienne, la seconde (ἐκ δὲ τῆς δευτέρας) la Syracusaine (XVI, 6, 2), mais cet enchaînement est sans doute lié à l’ordre de naissance des fils (voir infra). On peut ajouter à ce problème chronologique une scholie à la lettre IV de Platon qui laisse supposer que Denys épousa Aristomaché après la mort de Doris (Schol. Ep. IV 320A). Sur tous ces points : Ignazio D’Angelo, op. cit. (n. 11), p. 47-48 et Sandra Péré-Noguès, « La Maison du dynaste : réflexions autour des cercles politiques et familiaux de Denys l’Ancien », in Daniela Bonanno, et al., Alleanze e parentele. « Le affinità elettive » nella storiografia sulla Sicilia Antica (Convegno Internazionale), Sciacca, 2011, p. 119-122.

15 Plutarque, Dion 3, 4.

16 Plutarque, Dion 3, 5-6.

17 Plutarque, Dion 3, 6.

18 Il s’agit en réalité de deux stèles mutilées découvertes sur l’acropole d’Athènes, mais renvoyant à des décrets votés à l’été 368. Cette dédicace à Denys l’Ancien et à ses fils se trouve sur l’une des stèles. Voir Patrice Brun, Impérialisme et démocratie à Athènes Inscriptions de l’époque classique, Paris, 2005, p. 105-117.

19 Sur ces noms féminins, F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 99-100.

20 Ibid, p. 98-99. Cette hypothèse repose sur le fait que Dionysios dérivait de Dionysos. Par ailleurs, on sait qu’une statue à l’effigie de Denys l’Ancien avec les attributs du dieu Dionysos fut fondue par Timoléon (Plutarque, Timoléon 23, 7-8 ; sur les attributs dionysiaques : Dion Chrysostome, XXXVII, 20-21).

21 Sur les origines d’un culte souverain à partir du règne de Denys le Jeune, F.Muccioli op. cit. (n. 2), p. 472-481.

22 Cela fait écho au commentaire de Xénophon dans le Hiéron (I, 28).

23 Louis Gernet, « Mariages de tyrans », in L’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, p. 48 ; voir aussi Jean-Pierre Vernant, Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, 20042 [1974], p. 72-73.

24 Sur ce point et l’hypothèse d’une « Maison du dynaste », fondée sur le cercle des parents et alliés du régime : S. Péré-noguès, op. cit. (n. 14), p. 119-122

25 Il est décrit comme un homme sans envergure, dépourvu de toute éducation, oisif et même ivrogne : Diodore de Sicile, XVI, 5, 1 et Plutarque, Dion 7, 3-7.

26 Le philosophe se rendit trois fois sur l’île : vers 388-387, voyage durant lequel il rencontra Dion ; en 367/6 au moment où Dion fut éloigné de Syracuse ; enfin vers 361-360 où il essaya de plaider la cause de son disciple mais sans résultat. De ces expériences malheureuses, Platon a laissé des Lettres, dont la septième est jugée par les spécialistes comme authentique. Sur les séjours de Platon en Sicile et les Lettres : Luc Brisson, « La lettre VII de Platon, une autobiographie ? », in Marie-Françoise Baslez et al. L’invention de l’autobiographie d’Hésiode à Saint Augustin, Actes du iie colloque de l’équipe de recherches sur l’hellénisme post-classique (Paris, 1990), Paris, 1993, p. 37-46 ; F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 147-210. Sur le contexte politique et philosophique de sa venue : Aude Cohen Skalli, « Ξενία e φιλία a Siracusa : influenze pitagoriche nella tirannide di Dionigi II », in Daniela Bonanno, et al., Alleanze e parentele, op. cit. (n. 14), p. 152-153

27 Voir supra (n. 10).

28 Sur les rapports entre Denys le Jeune et Dion au début du règne, il faut relire Plutarque (Dion 7, 1-2) : «  Denys admira vivement sa grandeur d’âme et apprécia son dévouement. Mais les autres, voyant dans son prestige un affront personnel et dans son influence une humiliation, en tirèrent aussitôt prétexte pour l’attaquer ; n’épargnant aucune parole susceptible d’aigrir le jeune tyran contre Dion, ils prétendirent que celui-ci avait l’intention de se frayer par la mer un chemin secret vers la tyrannie : avec ses navires, il allait arracher le pouvoir et le transmettre aux fils d’Aristomaché, ses neveux ». Ces accusations émanaient de proches de Denys le Jeune et elles devinrent de plus en plus précises au cours du second séjour de Platon en 367/366, comme en témoigne Plutarque (14, 1) : « Ils ne se contentèrent donc plus d’attaques individuelles et voilées contre Dion ; ils s’en prirent tous à lui ouvertement. “De toute évidence, disaient-ils, il envoûte et ensorcelle Denys avec les discours de Platon pour l’amener à abdiquer de son plein gré ; il veut s’emparer du pouvoir et le faire passer aux fils d’Aristomaché dont il est l’oncle” ».

29 Plutarque raconte que d’après une lettre des Carthaginois adressée à Dion, ce dernier aurait cherché à conspirer contre Denys le Jeune. Découvert, il fut mis, « comme il était, dans une petite embarcation » et conduit en Italie (Dion 14, 7).

30 Plutarque, Dion 15, 1-2.

31 Plutarque, Dion 15, 3. L’auteur de Chéronée précise aussi que : «  Dion avait une grande fortune, un train de maison et un mobilier presque aussi somptueux que ceux d’un tyran ; ses amis rassemblèrent tout cela et le lui firent parvenir. Beaucoup d’autres présents lui furent envoyés par les femmes et par ses compagnons, de sorte que ses biens et sa richesse le firent briller parmi les Grecs : l’opulence de l’exilé leur fit entrevoir la puissance de la tyrannie » (Dion 15, 4-5).

32 Plutarque, Dion 18, 1. Il semble s’être inspiré de Platon (Lettre VII, 345c).

33 Plutarque, Dion 18, 8.

34 Platon, Lettre VII, 349e et Plutarque, Dion 20.

35 Plutarque, Dion 21, 2.

36 Plutarque, Dion 21, 3.

37 La tradition a transmis plusieurs noms pour cet enfant : Hipparinos, Hipparion ou Aretaios. Sur ce point : F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 287, n. 783. Quant à Denys le Jeune et Sophrosynè, ils eurent quatre enfants dont Apollocratès qui prit le contrôle de l’île d’Ortygie après le départ de son père à l’été 356 : Plutarque, Dion 37, 4.

38 Plutarque, Dion 21, 6 et 26,5. Cet « homme de confiance » de Denys le Jeune fut envoyé au secours des Lacédémoniens et reprit pour leur compte la cité d’Arcadie, Sellasie : Xénophon, Helléniques VII, 4, 12. Voir F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 222-223.

39 Cornélius Népos donne une version un peu différente de cette affaire : « apprenant que Dion levait une bande dans le Péloponnèse et travaillait à préparer une guerre contre lui, il donna Arétè, femme de Dion, en mariage à un autre (alii nuptum dedit) » (Dion 4, 3). Cette décision de Denys le Jeune aurait donc été une manœuvre en réaction à l’expédition préparée par Dion et elle aurait été justement destinée à fragiliser les liens de la lignée syracusaine : sur ce point F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 286-287

40 Sur Polyxénos, premier des philoi de Denys l’Ancien, voir S. Péré-Noguès, op. cit (n. 9), p. 117.

41 Plutarque, Dion 21, 7-9.

42 Sur le statut de l’anecdote : voir P. Schmitt Pantel, op. cit. (n. 5), p. 180-186.

43 Denys le Jeune était parti en Italie, à Locres, pour y préparer la contre-offensive.

44 Plutarque, Dion 31, 1-4.

45 Plutarque, Dion 31, 6. Polyen (Stratêgêmata V, 2, 8) précise que : « Les autres lettres des femmes consistaient en des prières et des supplications de ne pas les laisser mourir mais de se réconcilier avec Denys ».

46 Plutarque, Dion 28, 2.

47 En dépit de la mise en scène de Plutarque, on ne peut écarter l’idée d’une réelle « bataille psychologique » entre Dion et Denys le Jeune, bataille à laquelle assistèrent des compagnons de Dion, pour certains élèves de Platon.

48 Sur ce point D. P. Orsi, op. cit. (n. 2), p. 59-71.

49 Plutarque, Dion 32, 1.

50 Plutarque, Dion 51. Voir supra.

51 Plutarque, Dion 53. Selon Plutarque (12, 1) Héraclide, soupçonné comme Dion et au même moment de conspirer contre Denys le Jeune, fut aussi exilé mais il se fâcha avec Dion durant leur séjour dans le Péloponnèse. Plutôt partisan du dêmos, Héraclide est présenté par Plutarque comme un démagogue, ce qui est très discutable au vu de l’extrême crise qui sévissait.

52 Sur le songe prémonitoire de sa mort qu’il aurait eu dans sa maison : Plutarque, Dion 55, 1-3.

53 Plutarque, Cons. à Apoll. 118d, 119b ; Élien, H. V. III, 4. L’image d’une éducation pervertie ressort de la tradition littéraire la plus hostile à Denys le Jeune et du topos du tyran qui corrompt ses proches : F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 287-288.

54 Plutarque, Dion 55, 4.

55 Sur ce personnage et sa famille, John K. Davies, Athenian Propertied Families, 600-300 B. C., Oxford, 1971, n ° 8065, p. 274-276 et L. J. Sanders, « Callippus », Mouseion 46-2, 2002, p. 1-21 (avec une bibliographie exhaustive).

56 Plutarque, Dion 56, 1.

57 Sur le sanctuaire, Giulia Sfameni Gasparro, Misteri e culti mistici di Demetra Rome, 1986, p. 232-234, en particulier n. 39.

58 Walter Burkert, La religion grecque à l’époque archaïque et classique (éd. orig. 1977), Paris, 2011, p. 258. La représentation de la divinité vêtue d’un manteau et portant une torche figure sur des monnaies siciliotes au type de Déméter ou de Corè.

59 Sur la date de ces fêtes à Déméter et Corè, qui étaient probablement célébrées en juin, voir F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 385, n. 1059.

60 Plutarque, Dion 56, 4-6. Le mystagogue est ici Callippos puisque c’est lui qui avait initié Dion aux Mystères : Plutarque (Dion 54,1) à la suite de Platon (Lettre VII, 333e).

61 Sur la surveillance des citoyens, Polyen, Stratêgêmata V, 2, 3 et 2, 13.

62 Emanuele Ciaceri, Culti e miti nella storia dell’antica Sicilia, Palerme, 1910, p. 199-200.

63 Cornélius Népos (Dion 8, 4-5) donne lui aussi la même image de Callippos, celle du traître absolu.

64 Plutarque, Dion 57, 5.

65 Polyen, Stratêgêmata V, 4. Il resta au pouvoir deux ans (353/352-351/350) puis son frère quatre ans (jusqu’en 346). Sur ces deux personnages, la tradition littéraire est très partagée : F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 388-390.

66 Plutarque, Dion 58, 8.

67 Proche de Hipparinos et de Nyseios, il est possible qu’il ait eu le rôle de tuteur du fils posthume de Dion.

68 Platon, Lettre VIII, 356a : « Fils d’un tyran, il a volontairement affranchi la cité et s’est acquis à lui et à sa famille un honneur éternel au lieu d’une tyrannie éphémère et injuste ».

69 Plutarque, Dion 58, 8-10 ; Timoléon 33, 1-3.

70 Henry D. Westlake, Timoleon and his relations with tyrants, Manchester, 1951, p. 11-12.

71 Voir à ce propos la réhabilitation de Dion par ses neveux. Il faut aussi relever que la génération des frères et sœurs d’Arétè, issus des deux lignées et ayant à peu près le même âge, fut élevée au palais : F. Muccioli, op. cit. (n. 2), p. 94-98.

72 Plutarque, Timoléon 33.

73 Voir P. Schmitt Pantel, « Autour du traité de Plutarque Vertus de femmes (Gunaikôn Aretai) », CLIO Histoire, femmes et sociétés 30, 2009, p. 39-59. Du reste il faut souligner le fait qu’elles ne sont pas citées ailleurs dans ses œuvres.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search