Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Économie des revues

Diffusion numérique et équilibres financiers

Thomas Parisot

Texte intégral

1En diffusant au format numérique plus de 500 revues dans les différents domaines des sciences humaines et sociales, éditées par plus de 200 structures de nature très diverse, la plateforme Cairn.info dispose d’une position d’observation privilégiée sur l’économie et la dynamique de ces objets éditoriaux particuliers.

Des équilibres économiques fragiles

2Une première caractéristique de ce secteur est sa très importante hétérogénéité, rendant périlleux tout exercice de généralisation. Certaines revues disposent d’un ancrage quasi strictement académique et d’une économie très profondément liée aux universités et aux organismes de recherche, que ce soit par le biais d’abonnements ou de subventions. D’autres (par exemple dans les domaines de la psychologie ou de la gestion) sont davantage tournées vers le monde professionnel et ne dépendent que partiellement de recettes issues du milieu universitaire. Si certaines ont une économie qui s’inscrit essentiellement dans le territoire national, d’autres ont pu développer dans le temps une audience très fortement tournée vers l’international et disposent de nombreux abonnements souscrits par des institutions étrangères qui participent largement à équilibrer leurs bilans. Il est enfin difficile de mettre exactement sur le même plan des revues adossées à de grands organismes publics (universités, ministères, etc.), qui supportent directement ou indirectement une grande partie de leurs coûts, et d’autres qui en sont strictement indépendantes.

  • 1 IDATE Consulting et Cairn.info, 2015.
  • 2 IDATE Digiworld, 2020 ; Comité de suivi de l’édition scientifique.

3Lorsque Cairn.info a confié à l’IDATE Consulting, en 2014, la réalisation d’une étude sur l’économie des revues, le choix a été fait de centrer l’analyse sur les seules revues académiques, en isolant un échantillon de 130 revues diffusées sur la plateforme Cairn.info et indexées dans les listes établies par le HCÉRES ou des outils comme le Web of Science ou Scopus1. Une autre étude parue récemment, commanditée cette fois par le Comité de suivi de l’édition scientifique, mais toujours réalisée par l’IDATE (Digiworld), donne une image plus globale de l’économie des revues, en intégrant des données issues de revues non strictement académiques, mais jouant de facto un rôle important dans l’espace universitaire2. Le premier rapport avait d’abord permis de constater l’extrême fragilité de ce secteur, la marge opérationnelle moyenne des revues étudiées, c’est-à-dire le revenu qu’elles génèrent une fois leurs coûts directs déduits, se situant aux alentours de 5 %. Cette étude mettait par ailleurs en lumière la situation paradoxale des revues étudiées, finalement assez similaire à celle que connaît le secteur de la presse depuis de nombreuses années, à savoir une diffusion opérée essentiellement via les canaux numériques – notamment, dans le cas des 130 revues étudiées par l’IDATE Consulting, par le biais de la plateforme Cairn.info – et des recettes provenant principalement des ventes de numéros et d’abonnements au format papier (environ 66 % des recettes en 2014), même si les revenus générés par la diffusion numérique étaient déjà loin d’être négligeables (environ 26 % des recettes).

  • 3 Ibid.

4La baisse tendancielle des revenus issus des ventes papier (de l’ordre de 5 % par an en moyenne, même si, à ce niveau également, les situations des revues peuvent être extrêmement variées) et le développement progressif des recettes numériques (le chiffre d’affaires réalisé par Cairn.info ayant connu une croissance régulière depuis, supérieure au nombre de revues nouvellement intégrées à son offre de bouquets) ont certainement conduit à réduire ce décalage depuis 2014, mais probablement pas au point de permettre aux revues étudiées de couvrir leurs coûts de fonctionnement « hors papier » avec les seules recettes numériques. La nouvelle étude commanditée par le Comité de suivi de l’édition scientifique permet de disposer d’éléments actualisés sur cette question3.

5L’étude publiée par l’IDATE Consulting en 2015 évaluait à 8 millions d’euros le montant des financements qui seraient nécessaires au basculement en régime de libre accès d’un périmètre de 440 revues académiques du type de celles étudiées (chiffre correspondant, en 2014, aux revues labellisées actuellement diffusées sur les plateformes développées par Cairn.info, OpenEdition et Érudit), la moitié environ de ce montant pouvant être récupéré par les pouvoirs publics sous la forme d’économies d’abonnements réalisées par les bibliothèques universitaires françaises. L’investissement net de ce basculement pour les pouvoirs publics français était donc évalué à 4 millions d’euros par an, montant dont il conviendrait en outre de garantir la pérennité, et dont l’affectation devrait, le cas échéant, s’accompagner d’une réflexion sur la meilleure façon d’inciter à la qualité d’une production qui ne serait plus directement corrélée à une demande (que ce soit celle du lectorat universitaire ou au-delà). Si les pouvoirs publics entament aujourd’hui une réflexion de ce type, dans le cadre par exemple du lancement du Fonds national pour la science ouverte, seuls les critères techniques, formels et organisationnels semblent aujourd’hui retenir leur intérêt, alors que les enjeux sont aussi largement scientifiques sur ces questions4.

Les perspectives de développement

6Outre la question du libre accès et de son financement, quatre grands types de recettes nous semblent aujourd’hui pouvoir structurer l’économie des éditeurs portant des revues de sciences humaines et sociales. Le premier est constitué par la vente d’abonnements et de numéros papier, dont le poids relatif est certes en diminution, mais qui reste trop important dans beaucoup de cas pour imaginer qu’il disparaisse complètement à court ou moyen terme. On peut ajouter à cela de nombreuses initiatives de revues souhaitant réinvestir le support papier comme espace d’innovation propice à la créativité éditoriale, voire scientifique – comme récemment les revues Sensibilités (Éditions Anamosa), la Revue Z ou encore Ballast –, et l’évolution rapide dans le secteur de l’édition de la structure de coûts liés à la production d’œuvres au format papier.

7Le deuxième type de revenus proviendra très probablement de financements en amont, comme cela se pratique désormais un peu partout en Europe (par exemple en Allemagne, en Suisse ou aux Pays-Bas, pays engagés, éditeur par éditeur, dans des cycles de négociations d’affectation de fonds publics à la mise en accès gratuit des publications scientifiques nationales sur les plateformes des éditeurs), que ceux-ci soient directement affectés par des organismes nationaux ou issus des budgets des universités, dans le cadre de négociations collectives couplant abonnements et mise en accès gratuit de publications. Dans le cadre du plan d’accompagnement à l’édition scientifique prévu par la loi pour une République numérique d’octobre 2016, Cairn.info, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le consortium Couperin et l’ABES expérimentent d’ailleurs, depuis début 2019, un mode de financement de ce type qui porte à ce stade sur un échantillon de 30 revues5.

  • 6 Inspection générale des bibliothèques, 2017.

8Le troisième type de financement pouvant potentiellement rentrer dans l’équation économique que les revues de sciences humaines et sociales auront à résoudre ces prochaines années proviendra de la vente de licences d’accès institutionnelles à des bouquets de revues6. Cette activité continue de connaître un essor important, de l’ordre de 10 % par an, sous le triple effet de la progression constante des ventes de licences réalisées en dehors du monde universitaire (ministères, grandes organisations internationales, ONG, groupes de réflexion, grandes entreprises), de l’accélération de la diffusion de Cairn.info dans les bassins non francophones (plus de 250 institutions non francophones dans une quarantaine de pays ayant aujourd’hui retenu une licence d’accès à la plateforme) et de la montée en puissance des partenariats noués en Afrique subsaharienne, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

9Enfin, un quatrième type de financement des revues encore largement à développer ces prochaines années pourrait être constitué par la vente d’accès individuels à des bouquets de revues comme celui développé par Cairn.info, à destination d’internautes ou de collectifs de professionnels ayant un usage plus ou moins direct des productions de sciences humaines et sociales. Ce type de service devrait combiner des contenus de grande qualité et des services à forte valeur ajoutée (souplesse d’utilisation et de partage, suggestions de lecture, etc.), permettant aux internautes d’avoir une expérience agréable, efficace et personnalisée du suivi de la recherche francophone en sciences humaines et sociales. Le potentiel d’une telle offre reste à démontrer, mais celle-ci pourrait constituer, pour les revues à plus forte portée professionnelle, une part importante de leurs revenus, permettant de décharger les bibliothèques du poids de l’ensemble de ce secteur d’activité, comme c’était le cas à l’époque où les ventes de numéros en librairie et les abonnements individuels étaient plus florissants.

Notes

1 IDATE Consulting et Cairn.info, 2015.

2 IDATE Digiworld, 2020 ; Comité de suivi de l’édition scientifique.

3 Ibid.

4 Voir www.ouvrirlascience.fr/criteres-dexemplarite-financements-fonds-national-science-ouverte (consulté en juin 2020).

5 Voir www.abes.fr/Ressources-electroniques2/Acquisitions/Plan-de-soutien-a-l-edition-scientifique (consulté en juin 2020).

6 Inspection générale des bibliothèques, 2017.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search