Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Économie des revues

Libre accès et barrière mobile

Isabelle Boutoux

Texte intégral

  • 1 Contat et Gremillet, 2015.

1Les revues en sciences humaines et sociales, et en particulier leur modèle économique, ont fait l’objet ces dernières années de nombreux articles et études. En particulier, l’enquête menée par le groupe édition BSN 7, visant à faire un état des lieux de la diversité des situations des revues de recherche, a permis de mettre en perspective la structuration des coûts éditoriaux et d’expliciter les conditions de production et de diffusion1. De son côté, l’étude menée par le Comité de suivi de l’édition scientifique a également apporté un éclairage important en livrant une analyse économique détaillée d’un échantillon représentatif de revues, dans un domaine où les enjeux et les problématiques varient d’une structure publique à l’autre, et a fortiori entre les acteurs publics et privés. C’est dans ce contexte que différents modèles économiques coexistent et se construisent au sein d’ENS Éditions dont les treize revues présentent des caractéristiques et des modalités propres, parfois complémentaires, parfois contradictoires. Ces distinctions révèlent une diversité de situations « locales » complexes à appréhender mais emblématiques de questions communes, dont les réponses sont à envisager de façon collective.

Les ambitions d’ENS Éditions

2Les modalités de fonctionnement, d’organisation et de financement ont évolué ces dernières années selon les revues, leur histoire et leur contexte de production. Cependant, les tendances qui se dessinent, avec l’obligation de la Commission européenne de mettre en libre accès l’ensemble des données de la recherche établie sur fonds publics à l’horizon 2020, obligent à redéfinir de manière globale l’économie de la production et de la diffusion, comme à repenser les modèles économiques. La recherche d’un modèle viable et pérenne pour les revues en sciences humaines et sociales est désormais dépendante de la question du financement du libre accès, et de la manière dont il peut être mis en place. Il s’agira ainsi de montrer les difficultés rencontrées en même temps que les efforts déployés pour construire dans ce contexte une politique de diffusion claire et cohérente. L’enjeu est de conduire et d’accompagner la mise en œuvre du libre accès dans une structure publique, tenue non à des impératifs de rentabilité ou de profit mais d’équilibre de ses recettes et dépenses. Et au-delà, de construire, à l’échelle de l’institution, un écosystème durable, en cohérence avec les injonctions nationales.

3Les éditions de l’ENS se sont donné comme mission de devenir l’une des vitrines les plus importantes de l’établissement et le reflet de la qualité des recherches qui y sont menées, avec l’idée de substituer à la distinction entre les statuts public et privé une approche centrée sur l’aide à une édition de qualité. La priorité est accordée aux travaux spécialisés hors secteur concurrentiel – à la différence d’une maison d’édition privée publiant des ouvrages qui sont issus de la recherche mais qui sont destinés à un public élargi avec un souci de rentabilité financière. La raison d’être affichée du service est de publier des parutions qui relèvent des domaines de recherche fondamentaux de l’établissement, issus ou non de laboratoires de recherche, dans le respect du métier d’éditeur, de la chaîne du livre et du service public.

  • 2 Roux, 2015.

4À partir de 2008, les revues éditées et commercialisées par ENS Éditions font l’objet d’une mise en ligne sur Revues.org, dans un premier temps, en adoptant le logiciel Lodel, puis dans un second temps, en intégrant la chaîne d’édition structurée multisupport. La notion de fichier unique, « porteur de toutes les formes possibles de diffusion2 », modifie en profondeur les pratiques éditoriales, nos métiers et les modèles économiques qui doivent alors être repensés sur la base d’une diffusion multimodale et multisupport. Une fois les adaptations techniques et les habitudes de travail modifiées et intégrées, il s’agit de construire une politique de diffusion cohérente, qui favorise la valorisation des savoirs et des recherches, la difficulté résidant alors dans le choix d’un type d’accès adapté (payant ou gratuit, durée de barrière mobile, etc.), et dans l’adoption de modèles pérennes.

Des modèles économiques en transition

5À l’échelle de l’ensemble de la production des cinq dernières années, force est de constater que les abonnements à la version papier ont baissé (perte de 30 % d’abonnés en cinq ans ; 52 % en dix ans), même s’il faudrait nuancer, revue par revue. Toutefois, le modèle traditionnel continue à faire ses preuves et représente la moitié des revenus globaux. Le fait notamment d’être présent sur trois plateformes (Cairn.info, OpenEdition Journals, et Jstor) depuis dix ans a permis de maintenir un relatif équilibre des recettes et de compenser la baisse générale des revenus globaux (tous supports confondus) grâce à un jeu de vases communicants. Sur les huit revues diffusées à la fois en papier et en numérique, cinq ont désormais des revenus numériques supérieurs au papier. Toutes ces revues sont diffusées sur le portail Cairn.info, avec une barrière mobile de trois ans. Deux d’entre elles doivent cette prédominance du numérique grâce à leur présence sur Jstor dont les recettes viennent compléter celles issus des bouquets Cairn.info. Le tableau suivant résume ainsi la manière dont les revenus numériques se répartissent entre 2014 et 2018, évoluent et se complètent.

Tableau 1. Structuration des revenus numériques des revues d’ENS Éditions entre 2014 et 2018

% de revenus par plateforme 2014 2018
Cairn.info 85 % 52 %
Jstor 10 % 18 %
OpenEdition Journals (freemium) 5 % 30 %
Total des revenus 45 % 50 %
  • 3 Les revues présentes sur Cairn.info ont perdu leurs abonnés papier de manière plus sensible, sans (...)

6Les revues présentes sur le portail OpenEdition Journals semblent conserver plus durablement leurs abonnés papier, sans doute en raison d’un lectorat spécifique qui ne recoupe pas les lecteurs de la version en ligne. Et quand bien même il y aurait recoupement, l’un n’exclut pas forcément l’autre. En tout cas, on ne constate pas de corrélation directe entre l’accès ouvert et la baisse des ventes papier. Par exemple, la revue RDST (Revue en didactique des sciences et techniques) voit ses abonnements baisser de 17 % seulement en dix ans alors même qu’elle est en accès ouvert depuis 20133. Elle continue d’être achetée par des institutions, par les INSPÉ qui s’adressent aussi bien à des formateurs, des enseignants que des chercheurs. On note d’ailleurs une hausse tout à fait significative des consultations sur OpenEdition Journals depuis deux ans.

  • 4 Anheim, 2015.

7Les revues génèrent aujourd’hui dans leur ensemble des revenus suffisants pour permettre de couvrir les coûts de fabrication et d’impression, pour redéployer au sein de la structure les bénéfices éventuels et rendre possible la publication d’autres ouvrages ou revues4. En revanche, si l’on doit inclure les salaires, le modèle économique devient bien sûr caduc. Valoriser les recherches et les savoirs reste la mission première d’ENS Éditions. Dans ce cadre, la question qui se pose est le financement du libre accès. Au-delà de la question de l’équilibre des recettes et des dépenses à préserver, il semble difficile à l’heure actuelle d’imposer un modèle unique sans tenir compte du profil de chaque revue, de son champ disciplinaire, de son ancrage et de son soutien institutionnel, comme de son histoire, de l’audience, de l’âge de ses lecteurs et des usages propres à la revue. En fonction des spécificités de chaque publication et de leur attachement à un modèle traditionnel, les enjeux du libre accès ne sont pas toujours perçus de la même manière, ce qui nous oblige aussi à nous adapter à la culture de la revue et à son contexte de production. Comme le montre le tableau ci-dessous, les modèles (accès ouvert, payant et mixte) coexistent, se complètent et viennent répondre à des usages et à des pratiques différents au lieu de se faire concurrence.

Tableau 2. Les différents modèles de diffusion des revues d’ENS Éditions

Accès payant (Cairn.info /Jstor) Accès ouvert freemium ou Persée
Aitia OAF
Atalaya OAF
Asterion OAF
Laboratoire italien OAF
Métropole OAF
RDST OAF
Repères OAF
Tracés OAF
Mots Cairn.info OA + Persée
CEHM Cairn.info Persée
Histoire de l’éducation Cairn.info/Jstor OA + Persée
RFP Cairn.info/Jstor Persée
Recherche et formation Cairn.info OA + Persée

OAF : Open access freemium

OA : Open access

AP : Accès payant (barrière mobile de trois ans sur Cairn.info, puis passage en open access sur OpenEdition Journals)

  • 5 La revue Laboratoire italien a fait le choix d’abandonner la version papier après une baisse très (...)
  • 6 À l’exception de la revue Métropole qui se destine de fait à un lectorat plus large.

8Cinq revues électroniques, que l’on peut qualifier de petite taille, ont fait le choix de l’accès ouvert, comme celui de ne pas ou plus faire de version papier5. Cette volonté reflète le souhait des chercheurs de rendre visible rapidement leurs travaux, et de permettre l’accès le plus large à un champ disciplinaire déjà étroit et hyperspécialisé6. Elles sont toutes aujourd’hui diffusées en accès libre sur OpenEdition Journals et ont intégré le programme freemium. Les revenus pour ces revues restent faibles et leur existence ne dépend évidemment pas des recettes qu’elles génèrent. Elles ne pourraient survivre sans la prise en charge des coûts éditoriaux par la puissance publique et leur pérennité dépend de celle du personnel mis à leur disposition.

9Les huit autres revues disposent d’une version papier et numérique, avec deux modèles de diffusion différents. Trois sont diffusées sur OpenEdition Journals et les cinq autres sur le portail Cairn.info avec une barrière mobile de trois ans, puis sont disponibles en accès ouvert sur OpenEdition Journals par la suite. Parmi ces cinq revues payantes, deux sont en plus sur Jstor (avec le patrimonial sur Persée), une seule est en accès payant sur Cairn.info avec le patrimonial sur Persée. Une des évolutions possibles pour ces revues sous barrière mobile serait de réduire la durée à un an afin de se conformer aux directives nationales. Or l’équilibre global reposant en majorité sur les revenus de ces cinq revues payantes a incité jusque-là au maintien de la barrière. Il y a un juste équilibre à trouver entre le principe de réalité qui impose une forme de prudence et la prise de risque que doit en théorie nous permettre notre modèle économique : notre liberté à innover comme à initier une transition vers des modèles alternatifs semble en dépendre.

  • 7 Monnet, 2015 ; Théron, 2018.
  • 8 Calafat et Monnet, 2015.

10À ce titre, Tracés a longtemps été emblématique de cette tension qui existe entre l’accès payant aux revues afin de préserver des revenus et l’accès ouvert des résultats de la recherche7. Son fonctionnement, plusieurs fois décrit en détail, représente aujourd’hui un bon exemple d’évolution et de transition, puisque la revue a pu quitter un modèle payant pour un modèle en libre accès sur OpenEdition Journals, grâce notamment au soutien du CNRS qui a pris en charge un demi-poste de secrétaire de rédaction8. Si le passage d’un mode d’accès à l’autre a certes engendré une baisse de revenus, ceux-ci demeurent suffisamment substantiels, grâce au modèle freemium, pour permettre à la revue de rester à l’équilibre. Dans le cas de Tracés, et à la différence des autres revues multisupports, les revenus de la version papier sont marginaux. Le papier est conservé en raison de sa charge symbolique qui ne reflète pas le niveau de ses ventes ; l’attachement à la « forme revue » pensée comme une unité intellectuelle prime ici.

Des modes de fonctionnement multiples

  • 9 Seules deux revues (Atalaya et CEHM), issues d’un même laboratoire, sont prises en charge entièrem (...)

11À la juxtaposition de ces différents modèles de diffusion s’ajoute la coexistence de fonctionnements disparates qui s’expliquent essentiellement par l’histoire et le profil de chaque revue. Tributaires des reconfigurations institutionnelles, les titres n’ont pas fait jusque-là l’objet d’une répartition égale des forces et des ressources. Lorsqu’en 2011 l’ENS fusionne avec l’Institut national de recherche pédagogique (devenu IFE), deux services avec des traditions et des cultures de travail différentes se réunissent en un même lieu. Aux côtés des collections et des revues de lettres et sciences humaines se greffent au catalogue cinq revues en éducation. Pour ces dernières, le secrétariat de rédaction (gestion des flux d’articles) est intégré à ENS Éditions et représente environ entre 30 et 60 % du temps (sans compter la préparation de copie) de trois ingénieures d’étude, alors que pour les autres revues, la grande partie du travail éditorial est effectuée soit à l’extérieur du service par une ingénieure d’étude au sein d’un laboratoire ou du pôle éditorial de la Maison archéologie et ethnologie (pour le cas de Tracés), soit au sein d’ENS Éditions par une éditrice9. Surtout, ces modes de fonctionnement ou de prise en charge, induisant de fait des modalités de soutien et de financement différents, ne reflètent ou ne recoupent que partiellement la taille ou l’importance de la revue. Le tableau suivant illustre ainsi la manière dont les tâches se répartissent.

Tableau 3. Répartition des tâches au sein des revues d’ENS Éditions

Gestion et secrétariat des flux d’articles et des expertises Relecture des textes et suivi éditorial Suivi de fabrication XML, mise en ligne et/ou mise en page
Aitia ܘ x x
Atalaya x x
Asterion x x x
Métropole x x x
Laboratoire italien x x x
Mots x x x
CEHM x x
Tracés ܘ x x
RFP x x x x
Recherche et formation x x x x
RDST x x x x
Repères x x x
Histoire de l’éducation x x x

X : prise en charge par ENS Éditions

□ : prise en charge par la revue (rédacteurs en chef ou membres du comité)

ܘ : prise en charge par un secrétariat de rédaction externalisé

12La mise en place de la chaîne d’édition structurée multisupport (Métopes) a permis aux éditrices de replacer au centre de leurs activités les fonctions éditoriales (les opérations de balisage sémantique d’un texte étant effectuées de manière analogue au travail de préparation de copie), de rationaliser cette plus-value (un fichier unique pour des formes de diffusion multiples) et d’harmoniser les pratiques et les méthodes de travail au sein du service. Il resterait toutefois à mieux définir les apports respectifs, c’est-à-dire à davantage caractériser ce qui relève de la responsabilité et de la mission de l’éditeur et ce qui incombe aux porteurs de revues qui, selon le fonctionnement historique de chaque titre, assument parfois une partie du secrétariat de rédaction (comme la gestion des flux d’articles et des expertises) et parfois font reposer entièrement ce volet sur ENS Éditions.

13ENS Éditions expérimente aujourd’hui une complémentarité de sources de financements où auteur, institution, lecteur sont impliqués et construisent un modèle hybride. Il serait souhaitable que des concertations et des discussions s’engagent, à l’échelle de l’institution, afin que coopèrent plus étroitement les différents acteurs impliqués – structure éditrice, bibliothèque, communauté scientifique, etc. – et de réfléchir ensemble, dans un cadre collectif, à une meilleure distribution et répartition des ressources. L’exemple de l’université de Lorraine, fer de lance d’un certain nombre d’initiatives, qui a décidé de soutenir financièrement des projets d’édition à la suite du désabonnement de Springer Nature, est à cet égard source d’inspiration10.

14À l’échelle nationale, il semble essentiel que les fonds publics soient redéployés de la manière la plus juste possible et que soit garanti un principe d’équité. À ce titre, les critères d’évaluation inspirés du Fair Open Access Principles11, que propose la politique d’aide aux revues scientifiques de l’INSHS, dessinent « une édition scientifique ouverte, transparente » favorisant la qualité éditoriale et la visibilité, et incitent à définir une stratégie de diffusion de façon active et collaborative12. La création d’un Fonds national pour la science ouverte a également donné lieu à la définition de critères d’exemplarité, communs et partagés, qui permettront de guider le choix des investissements et de soutenir des revues qui pourront ainsi construire un fonctionnement plus homogène et cohérent en s’intégrant à un écosystème que l’on espère transparent et durable.

Notes

1 Contat et Gremillet, 2015.

2 Roux, 2015.

3 Les revues présentes sur Cairn.info ont perdu leurs abonnés papier de manière plus sensible, sans toutefois que les revenus numériques issus de la plateforme soient parvenus à compenser les revenus papier.

4 Anheim, 2015.

5 La revue Laboratoire italien a fait le choix d’abandonner la version papier après une baisse très conséquente du nombre d’abonnés.

6 À l’exception de la revue Métropole qui se destine de fait à un lectorat plus large.

7 Monnet, 2015 ; Théron, 2018.

8 Calafat et Monnet, 2015.

9 Seules deux revues (Atalaya et CEHM), issues d’un même laboratoire, sont prises en charge entièrement par des chercheurs ou des doctorants. ENS Éditions s’occupe, de son côté, de la mise en page, de la mise en ligne et de la diffusion.

10 Voir openaccess.inist.fr/?L-Universite-de-Lorraine-soutient-l-edition-scientifique (consulté en juin 2020).

11 Voir www.fairopenaccess.org/the-fair-open-access-principles (consulté en juin 2020).

12 Contat, 2018.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search