Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Économie des revues

Pour une meilleure connaissance de l’économie des revues

Daniel Renoult

Texte intégral

  • 1 Article L533-4 du Code de la Recherche, issu de l’article 30 de la loi du 7 octobre 2016, dite « l (...)

1Le 7 octobre 2016 a été votée la loi pour une République numérique. Elle répond à une pluralité d’objectifs : l’ouverture des données publiques, le développement de l’économie du savoir et de la connaissance, le respect de la neutralité d’internet, la régulation des plateformes en ligne, etc. Elle permet aux chercheurs de déposer leurs articles sous forme numérique dans une archive ouverte à l’expiration d’un délai de six mois pour une publication dans le domaine des STM et de douze mois dans celui des SHS, à compter de la date de la première publication1. De janvier 2017 à janvier 2020, le Comité de suivi de l’édition scientifique a été chargé d’évaluer les effets de cette loi, en particulier les conséquences économiques de ces nouveaux droits des chercheurs en matière de dépôt de leurs articles. Chercheurs, spécialistes de l’information scientifique, éditeurs publics et privés étaient représentés à parts égales dans cette instance placée sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et du ministère de la Culture.

  • 2 Voir par exemple les sources statistiques utilisées par Olivier Donnat, 2018.
  • 3 Notre estimation résulte d’une comparaison entre JournalBase et Mir@bel : Dassa, Kosmopoulos et Pu (...)
  • 4 Barluet, 2004 ; Chartron et Minon, 2005 ; Martinez, Vajou et Maignien, 2009 ; Lévy-Rosenwald, 2012
  • 5 Bacache-Beauvallet, Benhamou et Bourreau, 2015a et 2015b ; IDATE Consulting et Cairn.info, 2015.
  • 6 Fridenson, 2015. Voir également dans le même numéro les échanges entre Marin Dacos et François Gèz (...)

2Mesurer les effets d’une disposition législative sur l’économie des revues scientifiques – c’est-à-dire sur l’évolution de leurs revenus et de leurs coûts – suppose que soient disponibles des données sur les charges qu’elles doivent assumer et sur les recettes qu’elles collectent. Force est de constater que c’est loin d’être le cas. Aucun organisme ne tient à jour des séries statistiques régulières permettant de suivre l’évolution de ce secteur spécialisé de l’édition. Tandis que pour les livres, le Syndicat national de l’édition publie des données fournissant annuellement des indications de tendance2 (nombre de titres par grand secteur, évolution des tirages, du chiffre moyen d’exemplaires vendus par catégorie, prix moyens), rien de semblable n’existe pour les revues scientifiques françaises dont le nombre ne peut qu’être évalué selon les sources et les critères auxquelles on se réfère : ainsi, on estime qu’il y a entre 300 et 500 titres en STM et environ 1 700 titres en SHS3. Les études d’ensemble, rares et anciennes, restent des références4. Deux rapports plus récents ont porté sur l’évolution économique de l’édition scientifique5. Toutefois, si ces deux dernières études représentent des apports notables, ni leurs méthodes ni leurs conclusions ne font l’unanimité6.

  • 7 Pour le rapport final sur ces trois enquêtes, voir Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019 (...)

3Pour pouvoir fonder ses évaluations sur des données objectives et des méthodes non contestées par l’essentiel des parties prenantes, la première tâche du comité a été de définir les études à engager et les corpus à étudier en priorité. Trois recherches complémentaires ont été lancées : une enquête financée par le ministère de la Culture sur l’économie des revues de SHS, une étude financée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur l’économie des plateformes françaises incluant des éléments comparatifs avec quelques plateformes étrangères, et enfin une recherche sur le dépôt d’articles de recherche en sciences humaines et sociales dans une archive ouverte (HAL) et dans deux réseaux sociaux académiques (Academia.edu et ResearchGate)7.

L’enquête sur l’économie des revues en SHS

  • 8 Voir journalbase.cnrs.fr et reseau-mirabel.info (consultés en juin 2020).
  • 9 Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019a et 2019b.

4Conformément aux orientations qui lui ont été données, le comité a d’abord concentré son attention sur les revues de sciences humaines et sociales. L’enquête sur l’économie des revues scientifiques porte sur un échantillon représentatif de titres en histoire, en géographie, en littérature, en économie et en gestion, auxquelles a été ajoutée une interdiscipline : l’environnement. Ce panel (367 titres) a été défini collégialement en ayant recours à deux sources, JournalBase et Mir@bel, après avis de spécialistes de chaque discipline8. Compte tenu de la spécificité de sa mission, le comité a circonscrit ses études aux revues de recherche (à comité de lecture), excluant les revues professionnelles et les revues généralistes. Conduite par le ministère de la Culture (Direction générale des médias et des industries culturelles, service du livre et de la lecture), la première phase de l’étude a consisté en une enquête en ligne visant à recueillir sur quelques critères clés les caractéristiques principales des revues. Le questionnaire a été renseigné par 259 responsables ou collaborateurs de revues, soit un taux de réponse de 70 %. L’exploitation des résultats de cette première phase a déjà permis de dégager certaines caractéristiques des revues françaises en SHS en 20189.

5Qui sont les éditeurs de revues de sciences humaines aujourd’hui ? Pour l’essentiel, des éditeurs publics (40 %), des associations et des sociétés savantes (28 %), la part des éditeurs privés n’étant que de 29 %. De surcroît, si l’on considère le propriétaire du titre de la revue, le rôle des associations et des sociétés savantes (45 %) et du secteur public (41 %) est encore plus prépondérant. Quel que soit leur statut, 70 % des revues disposent d’un secrétariat de rédaction, le plus souvent à temps partiel (81 %) et rémunéré par une structure publique (70 %). La diffusion mixte (papier et numérique) demeure la pratique dominante pour la plupart des titres (69 %), les tirages papier étant très variables puisqu’ils vont de moins de 200 exemplaires (revues de niche, soit 24 % des titres), à plus de 500 exemplaires (revues à large diffusion, soit 17 % des titres). Cependant, on observe que la diffusion purement numérique progresse (18 %), tandis que la diffusion exclusivement papier devient minoritaire (13 %).

  • 10 Voir Gayoso et Prime-Claverie, dans le présent ouvrage.

6Un groupe non négligeable de revues de recherche paraît désormais sous forme numérique en accès ouvert gratuit (25 % des revues ayant recours à une plateforme), mais de la première phase de l’enquête, il ressort nettement que le modèle économique dominant des revues de sciences humaines et sociales reste celui de l’abonnement payant et que cette norme s’assortit de barrières mobiles. L’accès aux articles n’est alors libre et gratuit qu’après une durée d’embargo souvent bien plus longue que les douze mois recommandés pour les SHS : 82 % des répondants ayant une diffusion numérique (avec ou sans version papier) ont recours à une barrière mobile dont la durée médiane est de 24 mois, et, pour 40 % des revues avec barrière mobile, supérieure ou égale à 36 mois. Portant sur le même panel de revues en SHS, l’étude des dépôts des 70 000 articles en texte intégral publiés entre 2010 et 2018 montre que le taux de dépôt d’articles en intégral dans HAL reste faible (9,8 %)10.

7La seconde phase de l’enquête sur l’économie des revues, commandée à la société IDATE Digiworld par le ministère de la Culture, comprend un questionnaire plus approfondi. Envoyé en juin 2019 aux responsables de revues ayant répondu à la première phase, il porte sur les questions juridiques (contrats d’auteur), le fonctionnement éditorial (procédures d’évaluation des articles), les coûts et les charges de publication, l’évolution des dépenses et des revenus de l’éditeur. En complément, trente entretiens qualitatifs avec des directeurs de publication, secrétaires de rédaction, éditeurs ont été menés afin d’affiner et de nuancer les résultats sur les questions de coûts, d’évolution, d’articulation entre politique éditoriale et modèles économiques.

L’enquête sur les plateformes de diffusion

  • 11 Ourouk, 2019 ; Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019b.
  • 12 Le freemium (documents accessibles en HTML mais payants au format PDF ou ePub) représente environ (...)

8Confiée au cabinet Ourouk, l’étude sur les plateformes françaises de diffusion et agrégateurs de contenus, qui porte sur cinq acteurs privés (Cairn.info, EDP Sciences, Elsevier Masson, John Libbey Eurotext et Lavoisier) et quatre acteurs publics (OpenEdition, Episciences.org, CEDRAM et Persée), vient compléter ce panorama de l’édition scientifique de revues11. On constate tout d’abord que, selon les plateformes, les revues scientifiques représentent une part très variable de l’ensemble des activités : ainsi, le chiffre d’affaires généré par les revues varie de 30 % à 90 %, cette donnée incluant aussi bien les revues de recherche que celles professionnelles ou généralistes, sans qu’il ait été possible de les distinguer. S’agissant des revues, les revenus proviennent essentiellement des abonnements, la part des autres recettes comme le paiement à l’article ou le freemium étant modeste12. Quant à la pratique du paiement par l’auteur ou article processing charge (APC), elle est très peu répandue dans les revues françaises de recherche, et quand c’est le cas, uniquement en STM. Pour leur part, les revues françaises de SHS se répartissent entre deux plateformes : Cairn.info et OpenEdition, qui leur reversent 2/3 du revenu des ventes. Si l’on ajoute Persée, on couvre 80 % des titres français de sciences humaines et sociales diffusés sous format mixte (papier et numérique) ou exclusivement en numérique.

9L’enquête sur les plateformes françaises est complétée par une étude de quelques plateformes étrangères (EBSCO, ProQuest, Cambridge University Press, JSTOR, Project MUSE, Erudit, SciELO, Open Library of Humanities). On y relève que les revues françaises de SHS font rarement recours à des plateformes étrangères. Dans JSTOR, plateforme internationale la plus souvent mentionnée par les responsables de revues, on ne trouve que 67 titres dont 53 sont présents aussi sur Cairn.info et 5 sur OpenEdition. Au demeurant, toutes disciplines confondues, les revues françaises sont peu représentées sur les plateformes étrangères, un fait qui concorde avec la langue de publication des articles : selon l’enquête sur les revues en SHS, ceux-ci sont principalement (50 %) voire exclusivement (37 %) en français, une majorité des revues françaises s’adressant plutôt à un public régional ou national. Sur le plan international, l’enquête sur les plateformes montre que le chiffre d’affaires cumulé des plateformes françaises diffusant des revues reste très modeste (environ 13 millions d’euros) au regard de plateformes comme JSTOR (63,6 millions de dollars) ou Cambridge University Press (316 millions de livres sterling en 2018), ces deux derniers acteurs restant eux-mêmes comparables aux grandes entreprises comme Springer, Elsevier, EBSCO. Le cabinet Ourouk souligne en conclusion la fragilité économique du secteur. À bien des égards, la progression du rayonnement des plateformes françaises comme celle de l’audience des revues à l’international restent donc un fort enjeu.

  • 13 Sur le Plan S et le Plan national pour la science ouverte, voir Stérin dans le présent ouvrage

10Dans ce contexte général, plusieurs questions cruciales se posent aux responsables de revues : migration accélérée vers le numérique, conséquences du Plan S et du Plan national pour la science ouverte13, recherche de financements susceptibles de se substituer aux abonnements, identification de modèles économiques soutenables permettant d’abaisser les barrières mobiles et de donner libre accès aux articles scientifiques, évolution rapide des pratiques d’échanges de publications entre les chercheurs, notamment via les réseaux sociaux. Nos diverses investigations et en particulier les entretiens conduits à l’occasion de ces enquêtes montrent que toutes ces questions sont encore peu ou mal maîtrisées par les différents acteurs. Si le Comité de suivi de l’édition scientifique a publié l’ensemble de ces études, il reste beaucoup à faire pour que les chercheurs, les associations et les sociétés savantes connaissent mieux l’écosystème de l’édition de recherche. Et si l’on souhaite que les revues soient en mesure d’entreprendre des choix éclairés, il paraît indispensable d’améliorer durablement notre connaissance des mécanismes de leur économie.

Notes

1 Article L533-4 du Code de la Recherche, issu de l’article 30 de la loi du 7 octobre 2016, dite « loi pour une République numérique », en ligne : bit.ly/2NPNdR1 (consulté en juin 2020). Sur le cadre légal et ses évolutions, voir Stérin, dans le présent ouvrage.

2 Voir par exemple les sources statistiques utilisées par Olivier Donnat, 2018.

3 Notre estimation résulte d’une comparaison entre JournalBase et Mir@bel : Dassa, Kosmopoulos et Pumain, 2010.

4 Barluet, 2004 ; Chartron et Minon, 2005 ; Martinez, Vajou et Maignien, 2009 ; Lévy-Rosenwald, 2012.

5 Bacache-Beauvallet, Benhamou et Bourreau, 2015a et 2015b ; IDATE Consulting et Cairn.info, 2015.

6 Fridenson, 2015. Voir également dans le même numéro les échanges entre Marin Dacos et François Gèze autour du financement des revues en sciences humaines et sociales : Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 62-4 bis, no 5, p. 126-128.

7 Pour le rapport final sur ces trois enquêtes, voir Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019b. Sur les dépôts d’articles dans HAL et les réseaux sociaux académiques, voir également Gayoso et Prime-Claverie, dans le présent ouvrage.

8 Voir journalbase.cnrs.fr et reseau-mirabel.info (consultés en juin 2020).

9 Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019a et 2019b.

10 Voir Gayoso et Prime-Claverie, dans le présent ouvrage.

11 Ourouk, 2019 ; Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019b.

12 Le freemium (documents accessibles en HTML mais payants au format PDF ou ePub) représente environ 13 % du chiffre d’affaires des revues pour la plateforme OpenEdition.

13 Sur le Plan S et le Plan national pour la science ouverte, voir Stérin dans le présent ouvrage

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search