Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Économie des revues

Économie des revues

Texte intégral

1Au sein de la redéfinition en cours d’une nouvelle économie de l’édition, les revues, vectrices traditionnelles de l’innovation scientifique depuis le xixe siècle, tiennent une place à part. Le numérique et le développement de l’évaluation individuelle des chercheurs et des chercheuses depuis le début des années 2000 ont donné aux revues une nouvelle position stratégique, par rapport à d’autres formes de communication scientifique comme les livres collectifs, souvent moins bien référencés, moins accessibles en ligne et moins valorisants pour une carrière. Mais l’effritement de leur base économique traditionnelle, les abonnements à l’édition papier, au profit d’une consommation désormais largement numérique et souvent gratuite, a dans le même temps transformé profondément leurs conditions de production. L’édition privée de revues scientifiques a évolué, conduisant parfois à un recul, parfois au contraire à une croissance et à une concentration des portefeuilles de revues, tandis que l’édition publique a été confrontée à l’abondance de demandes de soutien, d’autant que le nombre de nouvelles revues numériques dès leur origine augmente. Au cœur de cette transformation, la question du travail éditorial, longtemps invisibilisé, et celle de la diffusion des revues se posent de manière cruciale : la dématérialisation et la croissance de l’open access n’ont pas diminué le besoin de préparation éditoriale, de sorte que le financement des postes d’éditeurs et d’éditrices demeure primordial et que les plateformes et leur maintenance induisent de nouveaux coûts.

2L’une des questions les plus urgentes pour le monde de l’édition en SHS, même si elle n’est pas toujours la plus visible, est de savoir comment évaluer le transfert économique entre les ressources des abonnements, en diminution, et les revenus numériques, en augmentation. Cette évolution pourra-t-elle être intégrée à un nouveau modèle économique, qu’il soit soutenu par le secteur privé ou qu’il fasse intervenir encore plus directement les institutions publiques, dans une perspective où l’édition devient non plus une activité externe de valorisation de la recherche, mais une fonctionnalité interne de la chaîne de production du savoir et, donc, un investissement scientifique à part entière ? Dans quelle mesure ces transformations conduisent-elles à une reformulation du rôle de l’édition publique et des presses universitaires par rapport au secteur privé ? La loi numérique de 2016 et le développement d’une politique d’open access à l’échelle européenne donnent à ces interrogations une actualité particulière.

3En exposant les résultats de l’enquête du Comité de suivi de l’édition scientifique sur l’économie des revues françaises de SHS, puis en présentant les enjeux économiques de la publication de revues du point de vue d’un éditeur public, ENS Éditions, d’une plateforme, Cairn.info, et d’un éditeur privé, Humensis, il s’agit de tenter de dessiner les contours d’une « économie de transition ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search