Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modèles économiques et diffusion

Les comités de rédaction et l’économie de la publication

Éric Monnet

Texte intégral

  • 1 Contat et Gremillet, 2015. Cette riche enquête n’a permis que l’exploitation de résultats pour cin (...)
  • 2 Le rôle du conseil scientifique est de sélectionner les revues et les collections d’ouvrages à par (...)
  • 3 Monnet, 2015.

1J’ai longtemps hésité quant au format à adopter pour cette contribution sur le modèle économique des revues académiques. Il aurait été idéal de mener une enquête systématique auprès d’un grand nombre de revues et de proposer ainsi une actualisation et une extension de celle conduite par la Bibliothèque scientifique numérique et exploitée par Odile Contat et Anne-Solweig Gremillet1. Une telle entreprise étant impossible avec peu de moyens et sujette à de nombreux biais de sélection sans une enquête approfondie menée en parallèle de l’envoi du questionnaire, j’ai choisi d’assumer le point de vue partiel que je peux avoir sur cette question, notamment à partir de mon expérience au conseil scientifique d’OpenEdition2, et de l’enrichir avec une quinzaine d’entretiens informels que j’ai menés auprès de collègues membres de comités de rédaction de revues. Ces échanges m’ont permis de prolonger des réflexions élaborées en 2013 puis en 2015 sur la politique d’open access (libre accès) du Centre national de la recherche scientifique et sur les modèles de financement des revues en France3. Le texte que je propose ici est donc le fruit de ces diverses discussions et expériences et ne répond pas à une méthode d’enquête rigoureuse et exhaustive. Le principe qui le guide est de mettre en valeur la diversité des modèles économique des revues. S’en dégageront deux conclusions principales : la première invite à penser de conserve l’évolution des modèles économiques des revues et celle de la politique nationale de la recherche ; l’autre met en valeur la question fondamentale – mais trop peu discutée – du temps consacré par les éditeurs (rédacteurs en chef, membres de comités éditoriaux) à la confection d’une revue.

Les différents modèles de revue

2J’ai décidé de ne citer aucun nom de revue au sein de ce texte. La première raison est que je fonde en partie cette analyse sur l’observation de dossiers examinés au conseil scientifique d’OpenEdition. La seconde est que plusieurs revues et éditeurs m’ont demandé de ne pas mentionner certaines dépenses ou recettes (le montant ou le type). La réticence à publier ces chiffres ne relève évidemment pas du hasard. Ces revues craignent que des dépenses, qu’elles estiment justifiées (organisation de manifestations scientifiques, emploi de traducteurs et de maquettistes, défraiement ou rémunération de membres du comité de rédaction ou de certains auteurs, paiement de droits d’auteur, secrétaires de rédaction extérieurs…), soient considérées comme illégitimes dans un contexte où la politique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS se concentre essentiellement sur le secrétariat de rédaction. L’importance des subventions dans le modèle économique des revues peut paradoxalement expliquer certaines réticences à la transparence.

3Le principe qui a guidé le choix des entretiens était d’identifier des revues ayant des modèles économiques très différents les uns des autres et d’en comprendre les raisons. J’ai limité mes investigations aux revues universitaires reconnues comme telles, ainsi qu’aux sciences humaines et sociales. J’ai inclus des parutions auxquelles des universitaires français participent, sans nécessairement que la maison d’édition et la revue soient françaises. Bien qu’étrangères, ces publications forment une norme qui non seulement affecte directement certains champs très internationalisés, mais sert également de référence dans les discussions menées avec les instances dirigeantes de la recherche en France et en Europe. J’ai identifié quatre grands types de modèle économique.

  1. Les revues éditées et entièrement ou quasi en totalité financées par un grand éditeur international (tels Springer, Elsevier, etc.) qui prend en charge le secrétariat de rédaction et la diffusion. Elles n’ont pas une politique d’open access ou, le cas échéant, avec une barrière mobile, pour quelques numéros ou articles spéciaux, ou selon le principe de l’auteur-payeur.
  2. Les revues éditées par un éditeur (un grand groupe généraliste ou des presses universitaires) français, souvent présentes également sur Cairn.info. Le secrétariat de rédaction n’est pas assuré par l’éditeur. Elles n’ont pas une politique d’open access ou, le cas échéant, avec une barrière mobile ou seulement pour quelques numéros et articles spéciaux.
  3. Les revues en open access avec un très fort soutien institutionnel (les sociétés savantes, les institutions de recherche, les musées, etc.).
  4. Les revues en open access avec un soutien institutionnel limité.
  • 4 Bergstrom et al., 2014 ; Larivière, Haustein et Mongeon, 2015.

4À la différence de la deuxième catégorie, les revues de la première reçoivent des financements importants de l’éditeur. Ceux-ci sont obtenus grâce aux tarifs extrêmement élevés des bouquets de revues vendus aux bibliothèques4 et couvrent, dans la majeure partie des cas, l’intégralité des frais de fonctionnement de la publication, y compris le secrétariat de rédaction et l’impression papier. Le travail éditorial est souvent sous-traité ou mutualisé entre plusieurs revues, en en réduisant fortement le coût. Dans certains champs – comme en économie –, ces revues font aujourd’hui payer la soumission des articles et rémunèrent de cette façon les évaluateurs.

  • 5 Contat et Gremillet, 2015.

5Au contraire, la majorité des revues françaises universitaires publiées par des éditeurs privés (catégorie 2) assurent elles-mêmes le secrétariat de rédaction (bénévolement ou par un poste dans une université ou un institut de recherche), comme le soulignaient déjà Odile Contat et Anne-Solweig Gremillet5. L’éditeur prend quant à lui en charge la diffusion et – dans certains cas – la mise en page et le graphisme. Les abonnements à ces revues – de même que l’abonnement à Cairn.info – sont à un prix nettement inférieur aux abonnements des grands éditeurs internationaux. Il est important de noter ici que, à ma connaissance, les quelques revues françaises qui ont été ou sont présentes sur des portails internationaux, ou même publiés par des éditeurs internationaux (Springer, Elsevier, Cambridge, Oxford, etc.) assurent également elles-mêmes le secrétariat de rédaction car les recettes perçues grâce aux bouquets sont trop faibles par rapport aux revues anglophones. Les revenus versés par les éditeurs internationaux aux revues dépendent – comme les tarifs des bouquets aux bibliothèques – du facteur d’impact (impact factor) et du nombre de consultations.

6Outre le subventionnement public de leur secrétariat de rédaction, un petit nombre de revues françaises de grande notoriété – et anciennes – perçoivent des revenus substantiels grâce à un nombre toujours élevé d’abonnements papier. Ces recettes sont parfois réparties entre différentes revues par les éditeurs. Les bénéfices reversés par l’éditeur ou Cairn.info sont également utilisés pour des traductions, des frais de graphisme ou de maquette, d’organisation de journées d’études, etc. Pour les rares revues dont le nombre d’abonnements papier est proche du millier, les revenus perçus de la sorte sont encore nettement supérieurs à ceux obtenus à travers les bouquets électroniques. Mais dans un contexte de raréfaction des abonnements papiers, nombre de publications de la catégorie 2 sont inquiètes au sujet de leur mode de financement et de leur survie.

7La différence entre la catégorie 3 et la catégorie 4 tient à l’ampleur et à la pérennité du financement dont bénéficient les revues. Celles du troisième ensemble – assez rares mais particulièrement visibles – bénéficient de l’engagement total d’une institution (il peut s’agir d’une agence publique, d’un ministère, d’un musée, d’un institut de recherche, voire d’une académie ou d’une société savante bénéficiant de hauts revenus). Ce soutien financier et institutionnel dépasse la mise à disposition d’un poste de secrétariat de rédaction. Ces dernières années, ce type de revues est massivement passé à l’open access (éventuellement avec freemium), une manière de valoriser l’image des institutions et une évolution qui s’inscrit pleinement dans leur mission de service public. La contrainte budgétaire qui pèse sur les revues de cette catégorie n’est pas nulle mais elle est souvent relativement faible car celles-ci font partie intégrante d’une politique institutionnelle visant à assurer une légitimité scientifique et une visibilité dans le monde universitaire ou extra-universitaire, tout en représentant un coût faible par rapport au budget global de la structure.

8La quatrième catégorie comprend les revues qui ont un soutien nul ou relativement faible d’une université, d’un laboratoire ou du CNRS. Ce support consiste la plupart du temps en la mise à disposition (souvent à temps partiel) d’un secrétaire de rédaction. Il faut évidemment distinguer au sein de cette catégorie les revues qui bénéficient d’une aide et celles qui n’en bénéficient pas. De même, certaines revues qui jouissent d’un soutien financier et institutionnel important d’un laboratoire sont de fait assez proches de la catégorie 3. Pourtant, toutes les revues du quatrième type ont le sentiment d’appartenir à une catégorie différente des deux précédentes. Elles se distinguent, en général, par une implication plus forte du comité éditorial, y compris dans le travail de secrétariat de rédaction (puisque celui-ci est rarement à temps plein) et par un lien institutionnel moins étroit avec les financeurs, de sorte que ce revenu est souvent perçu comme potentiellement instable et non pérenne. D’un autre point de vue, cela signifie que le comité de rédaction est souverain et peut éventuellement changer d’éditeur ou de soutien institutionnel. Il faut reconnaître que, pour un grand nombre de ces revues, le passage à l’open access a été une démarche peu coûteuse car les recettes tirées des abonnements étaient relativement faibles par rapport au budget total de la revue.

De très fortes disparités entre les revues

9Il résulte de ces différents modèles de très profondes inégalités entre les revues, mais ces différences ne recoupent pas les choix d’open access : des revues avec barrière mobile de la catégorie 2 peuvent avoir des problèmes financiers que des revues de la catégorie 3 n’ont pas en raison du soutien institutionnel dont elles bénéficient. La question du libre accès et du financement des revues ne peut être pensée indépendamment des autres évolutions des politiques de recherche en France (changement des modes de financement et d’évaluation). Les déséquilibres entre les revues sont exacerbés par les problèmes budgétaires actuels des universités et par l’évolution du financement de la recherche vers le financement sur projet. Plusieurs éditeurs de revue signalent qu’ils ne peuvent plus aujourd’hui obtenir des fonds de leur université ou de leurs laboratoires pour financer les missions permettant d’assister au comité de rédaction ou à des conférences à l’étranger qui permettent de repérer et nouer des contacts avec de futurs auteurs. Les subventions du CNRS ou du CNL ne couvrent pas ces frais et les financements sur projet (Agence nationale de la recherche, European Research Council, etc.) ne permettent pas la prise en charge d’une activité éditoriale. Les revues dont le secrétariat de rédaction est assuré par un membre d’un laboratoire ont des craintes quant à la pérennité de ce poste, d’autant plus qu’il est fréquent que le nombre de parutions gérées par un secrétaire de rédaction augmente en raison des contraintes budgétaires. Une partie des critiques formulées envers le modèle de l’open access apparaît ainsi comme la conséquence de la baisse de financement des activités éditoriales par les laboratoires et les universités. Les craintes unanimes en France – et à mon avis justifiées – vis-à-vis du modèle auteur-payeur sont également motivées par la conjonction de la course à la publication et de la faiblesse du financement d’une grande partie des activités de recherche. Les débats sur l’open access ne sont pas propres à la France, mais ils ont mis au jour dans ce pays la faiblesse des financements de la plupart des revues.

  • 6 Monnet, 2015 ; Contat et Gremillet, 2015 ; Anheim, 2015 ; Damerdji et al. (dir.), 2018.
  • 7 Ces rémunérations sont, à ma connaissance, non publiques. D’après les discussions que j’ai pu avoi (...)

10Une autre conséquence des disparités économiques entre les revues porte sur l’implication des membres du comité de rédaction et des rédacteurs en chef, la principale ressource rare n’étant plus l’argent mais le temps. Dans les revues avec peu de moyens, ils sont souvent contraints d’effectuer une grande partie ou la totalité du secrétariat de rédaction6, alors que d’autres publications peuvent se permettre une rémunération directe ou indirecte, sous la forme de gratification ou de rachats de charge d’enseignement7. Ce principe n’est pas limité aux éditeurs internationaux très rentables, certaines grandes associations savantes, fortes de financements assurés par leurs membres, procèdent de la même façon. En France, si cette situation est extrêmement rare (hormis les universitaires français éditeurs de revues internationales), certains instituts de recherche ou organismes publics mettent à disposition du temps pour les rédacteurs en chef (leur fonction est considérée comme un poste de directeur de laboratoire ou d’unité par exemple) ou leur octroient des primes. Ainsi se doit-on de rappeler – même si c’est une évidence pour toute personne ayant déjà eu une activité éditoriale – que la principale conséquence des inégalités de financement et de modèle économique des revues porte sur le temps que les membres du comité éditorial consacrent à la revue plutôt qu’à leurs recherches.

  • 8 Sur la question de l’évaluation, voir, dans le présent ouvrage, Galvez-Behar ; Gioanni ; Obadia.

11L’évolution du métier de chercheur a des implications profondes sur l’organisation économique et scientifique des revues. De plus en plus absorbés par les tâches administratives tout en étant contraints à une publication frénétique, les scientifiques sont invités à participer à toujours davantage de comités de rédaction mais avec moins de temps. La généralisation des contrats précaires en début de carrière et une pression accrue sur les recrutements poussent également à la démultiplication des engagements des jeunes chercheurs. Ce phénomène s’accompagne de la baisse du temps que les enseignants-chercheurs, statutaires ou non, peuvent consacrer aux comités de rédaction des revues. Ce point incite à avoir une réflexion collective sur les modes de rémunération (y compris symboliques) que la communauté peut offrir aux activités éditoriales. Le paysage de l’édition universitaire a récemment été bouleversé par le rôle croissant donné aux revues dans l’évaluation des chercheurs et des laboratoires8, ainsi que par les débats sur l’open access, alors même que le rôle des comités éditoriaux dans le modèle économique des revues et le poids de la participation à ces comités dans la carrière des enseignants-chercheurs sont des sujets trop souvent laissés de côté.

Notes

1 Contat et Gremillet, 2015. Cette riche enquête n’a permis que l’exploitation de résultats pour cinquante revues. Si cela permet un chiffrage précis du coût moyen d’un article pour une revue française – comme le font les autrices –, l’échantillon est trop petit pour permettre une comparaison fine des différents modèles de financement. Le nombre de revues par discipline est extrêmement réduit dans l’échantillon (deux ou trois en général) et ne permet donc pas de comprendre pourquoi des revues évoluant dans un champ relativement similaire adoptent des modèles économiques différents. En outre, les revues publiées par des éditeurs privés sont sous-représentées et l’échantillon exclut celles publiées par des éditeurs internationaux. Pour des données actualisées, voir Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019b.

2 Le rôle du conseil scientifique est de sélectionner les revues et les collections d’ouvrages à paraître sur les portails OpenEdition Journals et Books. Outre la qualité scientifique et la reconnaissance de la revue, la pérennité du financement et de l’organisation sont des critères importants lors de la sélection des parutions qui ont toutes fait le choix d’un passage à l’open access (avec éventuellement une barrière mobile et/ou un abonnement freemium) et ne sont donc pas représentatives de l’ensemble des publications en sciences humaines et sociales.

3 Monnet, 2015.

4 Bergstrom et al., 2014 ; Larivière, Haustein et Mongeon, 2015.

5 Contat et Gremillet, 2015.

6 Monnet, 2015 ; Contat et Gremillet, 2015 ; Anheim, 2015 ; Damerdji et al. (dir.), 2018.

7 Ces rémunérations sont, à ma connaissance, non publiques. D’après les discussions que j’ai pu avoir avec différentes revues, elles peuvent aller d’une gratification inférieure à 5 000 euros par an (notamment pour Oxford et Cambridge, aux revenus et tarifs plus modestes) à plusieurs dizaines de milliers d’euros annuels pour des rachats de charge d’enseignement. Elsevier a récemment été accusé – afin de conserver les revues de son portail – d’augmenter la rémunération des membres du comité de rédaction des revues (editors, en anglais) qui engagent des démarches de transition vers l’open access et souhaitent ainsi quitter Elsevier pour un autre éditeur (publisher, en anglais). À cette occasion, Elsevier a précisé que le groupe rémunérait 20 000 éditeurs (Elsevier édite 2 500 revues) : McKenzie, 2019.

8 Sur la question de l’évaluation, voir, dans le présent ouvrage, Galvez-Behar ; Gioanni ; Obadia.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search