Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modèles économiques et diffusion

Structure et défis économiques de l’édition

Ghislaine Chartron

Texte intégral

  • 1 Minon, 1990 ; voir également Auerbach, dans le présent ouvrage.
  • 2 Martinez, Vajou et Maignien, 2009.

1Alors que l’édition en sciences de la nature, technologiques et biomédicales est caractérisée par la publication d’articles très spécialisés, par des communications dans de grands colloques internationaux et quelques ouvrages de synthèse, il n’en va pas de même pour les sciences humaines et sociales, dont la diversité du lectorat potentiel ne se limite pas aux pairs, mais s’élargit à la société civile, aux hommes politiques, au monde socio-économique, etc. En économie par exemple, une discipline aux pratiques souvent proches des STM, Thomas Piketty publie ses ouvrages de recherche aux Éditions du Seuil et Daniel Cohen met en débat des questions de société chez Albin Michel. Marc Minon a bien souligné la porosité de ces frontières en distinguant au moins deux périmètres : d’une part, le noyau dur qui correspond à l’édition de recherche et qui rassemble des travaux exigeant une connaissance préalable de la discipline de la part du lecteur ; d’autre part, un champ plus vaste qui regroupe des ouvrages de vulgarisation s’adressant à un public élargi1. Cette distinction a été reprise dans l’étude du Groupe français de l’industrie de l’information (GFII), l’une des seules études factuelles disponibles sur l’économie de l’édition en SHS en France2. Ces deux périmètres contribuent conjointement au rayonnement et au développement des sciences humaines et sociales, à leur reconnaissance dans la société civile et au sein du tissu économique. Il faut donc en tenir compte car les motivations des acteurs, les canaux privilégiés ainsi que les modèles économiques qui créent leurs dynamiques et forgent leur excellence ne sont pas les mêmes.

De multiples acteurs, peu représentés à l’international

2En France, l’édition en sciences humaines et sociales se caractérise par la diversité des structures éditoriales qui se partagent entre acteurs publics, privés et associatifs. Le tableau 1 résume cette répartition entre les quatre grandes catégories présentes sur les plateformes OpenEdition et Cairn.info.

Tableau 1. Diversité des structures éditoriales des revues en SHS en France, à travers les plateformes OpenEdition et Cairn.info en juin 2019, en comparaison avec l’étude GFII de 2009

Types d’acteur OpenEdition (530 revues, 38 en cours de mise en ligne) Cairn.info (450 revues) GFII (échantillon, volet 3 de l’étude)
Éditeurs privés 12 % 56 % 35 %
Laboratoires, UMR 39 % 12 % 11 %
Presses universitaires et entités publiques 30 % 8 % 30 %
Associations, sociétés savantes 19 % 24 % 24 %

3La plateforme OpenEdition, infrastructure de recherche nationale financée essentiellement sur fonds publics, héberge une grande part des revues universitaires, alors que la plateforme Cairn.info, fondée par des éditeurs privés (Belin, De Boeck, La Découverte et Erès), accueille majoritairement des revues adossées à des maisons d’édition privées et à des associations. L’étude du GFII identifiait bien la répartition suivante : un tiers d’acteurs privés, un gros tiers d’édition publique et un petit tiers d’associations diverses.

  • 3 Chartron et al., à paraître.
  • 4 Dassa, Kosmopoulos et Pumain, 2010.

4Dans le cadre d’une étude réalisée pour le ministère de la Culture, nous avons récemment quantifié la part des revues francophones dans les référentiels majeurs des revues scientifiques, à savoir la liste du HCÉRES pour la France, dans la version disponible en 2016 pour les SHS avec certaines mises à jour faites en 2018, la liste de Scopus et celle du WOS3. Sans surprise, les revues francophones sont très peu présentes, en particulier celles de sciences humaines et sociales, dans les deux référentiels internationaux, comme l’ont pointé les analyses de Michèle Dassa et de ses collègues4. Le ratio de revues francophones est plus fort (14 %) dans la liste du HCÉRES, tout en restant modéré. Il faudrait le confronter au pourcentage que représentent ces revues francophones dans les publications des chercheurs, très certainement supérieur à 14 %.

Tableau 2. Pourcentage des revues francophones dans trois référentiels de revues en septembre 2019

Référentiels de revues Revues francophones Nombre total de revues % de revues francophones
HCÉRES 1 247 en SHS 8 688 14 % en SHS
WOS 433 dont 286 en SHS 20 716 2 % en SHS et STM
Scopus 1 147 dont 459 en SHS 38 379 3 % en SHS et STM

5Par ailleurs, cette étude montre que les revues présentes dans l’HCÉRES se retrouvent peu dans le WOS (14 %) et davantage dans Scopus (26 %). Les sciences humaines et sociales francophones défendent une identité propre (70 %), mais elles sont peu représentées dans la core collection (collection de référence) du WOS et dans Scopus qui demeurent des référentiels internationaux majoritairement anglophones. D’autres espaces linguistiques ont développé des index spécifiques au sein du WOS, appelés « Regional collection » : la Chine, la Russie, la Corée, la zone hispanophone avec SciELO.

Tableau 3. Pourcentage de revues francophones en SHS communes entre HCÉRES et les listes Scopus et WOS en septembre 2019

Revues francophones communes entre HCÉRES et Scopus 323 sur 1 247 26 %
Revues francophones communes entre HCÉRES et WOS 177 sur 1 247 14 %
Revues francophones propres au HCÉRES (non présentes dans Scopus et WOS) 869 sur 1 247 70 %
  • 5 Martinez, Vajou et Maignien, 2009.
  • 6 Orouk, 2019.

6Faut-il considérer que ces référentiels internationaux ne sont pas pertinents pour la recherche francophone en SHS ou doit-on travailler à l’intégration en leur sein d’un espace francophone, à l’instar d’autres langues ? Lobbying, études des critères, amélioration de la qualité de nos revues : la question reste ouverte dans un contexte d’internationalisation croissante de la science. L’étude du GFII avait notifié un ratio de 1,34 revue par unité de recherche en France, mettant en évidence le risque d’un émiettement des champs scientifiques et du lectorat5. Depuis, les politiques publiques de soutien à l’innovation éditoriale dans le cadre de la science ouverte ont favorisé l’émergence de nouvelles revues, venant à la fois enrichir l’espace et amplifier son éclatement. La récente étude du cabinet Ourouk pointe ainsi une augmentation de 88 % entre 2013 et 2017 du nombre de revues actives disponibles en libre accès immédiat sur la plateforme OpenEdition, qui diffuse 395 éditeurs différents6. La date de création de ces revues reste à vérifier mais la tendance des dernières années est à l’émergence de nouvelles publications dont les coûts sont supportés en grande partie par la plateforme OpenEdition.

De récents bouleversements financiers

7Les données économiques pour objectiver le débat sont rares. Le Comité de suivi de l’édition scientifique, mis en place à la suite de la loi pour une République numérique de 2016 afin d’en mesurer les effets sur le tissu éditorial national (notamment concernant le droit à l’autoarchivage public pour les auteurs de SHS au bout de douze mois après une parution), en a fait le constat récemment. Doté d’un budget de 16,7 millions d’euros sur une durée de cinq ans, le comité a lancé plusieurs études progressivement mises en ligne pour éclairer au mieux les répercussions de l’intervention publique sur le secteur7. En 2009, l’étude du GFII chiffrait le marché d’acquisition en SHS à 45 millions d’euros, en forte érosion pour les ouvrages, au sein duquel le marché institutionnel français ne représentait que 45 % du chiffre d’affaires des revues, le reste relevant de la vente aux particuliers (15 %) et à l’étranger (40 %). Cette diversité n’est pas sans conséquence sur les équilibres économiques à considérer dans le passage à l’accès ouvert.

8Quelques évolutions majeures ont transformé l’économie du secteur ces dernières années : le passage d’un modèle d’abonnement institutionnel à celui de la licence négociée au niveau national, soit quatre-vingts contrats de licence en SHS sur le site du consortium Couperin, auxquels il faut ajouter les groupements de commandes pilotés par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur ; les nombreuses subventions publiques des dix dernières années pour développer l’open science, notamment au sein du troisième programme des investissements d’avenir (PIA3), avec 60 millions d’euros pour le projet ISTEX et 900 000 euros pour OpenEdition au total8 ; les dotations de fonctionnement des plateformes publiques et les aides aux revues via le CNL et le CNRS ; le basculement vers une gratuité pour le lecteur, qu’il soit scientifique, acteur économique, citoyen, qui nécessite de passer d’un paiement majoritairement en aval, par les bibliothèques, à un paiement en amont (auteur-payeur, subvention publique, accords de transformation du budget alloué aux acquisitions en budget dédié à la publication en libre accès et à la lecture des articles restant sous conditions d’abonnement).

Les écueils du libre accès

  • 9 Chartron, 2014.
  • 10 Sur le Plan S, voir Stérin, dans le présent ouvrage.

9La politique de la Commission européenne est certainement l’une des plus engagées, au niveau mondial, en faveur de l’open science, en s’associant non seulement aux exigences de transparence revendiquées par le mouvement de l’open government, mais en soutenant également une vision libérale selon laquelle la science doit contribuer à une économie dynamique et innovante, sans entrave, pour accéder aux résultats de la recherche financée sur fonds public. De façon paradoxale, s’est ainsi amalgamée dans ce mouvement depuis une dizaine d’années une posture à la fois libertaire et libérale9. Lancé en septembre 2018 par cOAlition S, soutenu par le Conseil européen de la recherche et un certain nombre d’agences de financement, le Plan S est la dernière mesure européenne pour accélérer le passage à l’open science : à partir de 2021, tous les travaux issus de projets de recherche financés sur des subventions publiques européennes seront publiés dans des revues en libre accès ou sur des plateformes consultables par tous. Le délai pourra être reporté jusqu’en 2024 pour certaines revues si un processus de transition est en cours. Dans les États membres de l’Union européenne, les structures comme l’Agence nationale de la recherche en France se sont engagées à vérifier cette conformité et à encadrer les critères d’éligibilité des revues aux appels à projets qu’elles financent. Les ouvrages seront également bientôt concernés par ces mesures10.

10En France, le Plan national pour la science ouverte pilotée par le Comité pour la science ouverte et présenté en juillet 2018 par la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, va dans le sens de la politique européenne : « La France s’engage pour que les résultats de la recherche scientifique soient ouverts à tous, chercheurs, entreprises et citoyens, sans entrave, sans délai, sans paiement11. ». Les trois piliers de cette politique nationale sont la publication en accès ouvert des articles et des livres issus de recherches financées par des appels à projets sur fonds publics, le soutien à l’archive nationale HAL et la création d’un Fonds national pour la science ouverte12.

11Si les politiques européennes en matière d’édition visent en priorité les recherches en sciences de la nature et en biomédecine au regard des budgets investis dans ces domaines, elles entraînent également le champ des SHS dans leur sillon, sans réelle distinction sur les processus de publication. Est-ce symptomatique du faible poids accordé aux SHS que de ne pas examiner leur mode de fonctionnement ? Les éditeurs globaux, souvent internationaux et anglophones, travaillent actuellement à la transformation de leur modèle économique en négociant des accords avec les universités ou les États13. L’inventaire de ces contrats de transformation montre que certaines revues de SHS sont dès lors intégrées dans les négociations globales, comme celles de Cambridge University Press, Taylor & Francis, Oxford, Sage, Walter De Gruyter, Springer, Elsevier, Wiley14. Ce constat interroge la fracture qui pourrait se dessiner entre des revues internationales de SHS anglophones, en accès ouvert progressif pour tous, et celles en langue nationale qui resteraient derrière une barrière payante, surtout si elles sont portées par des éditeurs privés pour lesquels l’abonnement conditionne la pérennité du modèle économique.

  • 15 Sur les différentes voies de l’open access, voir Stérin, dans le présent ouvrage.
  • 16 Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019a.

12La situation des sciences humaines et sociales en France a été marquée par un soutien appuyé aux opérateurs publics de l’édition scientifique ces dernières années, ainsi que par une aide aux innovations éditoriales. Le modèle « diamant », qui considère que ni le lecteur ni l’auteur ne doit payer, mais seulement des tiers soutenant l’open science (tel le fonds de soutien pour la science ouverte du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) est une singularité française15. Il tente certes de répondre au problème de l’inadéquation du modèle de l’auteur-payeur (article processing charge, APC) en SHS, mais installe des dépendances fortes aux subventions publiques sans garantie de pérennité. De récents plans de soutiens pluriannuels aux plateformes Cairn.info et OpenEdition ont été mis en place par le Comité de suivi de l’édition scientifique16.

13Une mesure alternative en cours vise non pas un libre accès total mais la diminution de l’embargo des éditeurs sur les publications en restant à l’écoute de leurs équilibres économiques : une expérimentation est actuellement menée en ce sens avec trente revues sur la plateforme Cairn.info17. Cette expérimentation devrait nourrir les réflexions sur les modèles économiques de l’open science en SHS, en déplaçant le débat à propos des licences nationales vers celui de l’accès ouvert sur un périmètre international. Pour les revues françaises, cette ouverture internationale ne pourra guère se faire sans financement public supplémentaire. D’autres questions se posent pour les chercheurs français, notamment en économie et en gestion, qui publient dans des revues anglophones en SHS : auront-ils accès à des fonds pour payer l’APC ? Leur institution envisage-t-elle des accords de transformation avec les éditeurs concernés ?

  • 18 Chartron, 2018.

14Pour conclure ces quelques considérations, nous voudrions insister sur trois points de vigilance concernant l’évolution des modèles économiques de l’édition scientifique en SHS francophone. Tout d’abord, il sera difficile de répondre à la prescription actuelle d’ouverture maximale des publications de recherche sans des fonds publics supplémentaires et l’assurance d’un engagement pérenne des pouvoirs publics. Ensuite, la bibliodiversité, souvent mise en avant par les défenseurs du libre accès, risque sérieusement d’être en péril car de nombreux éditeurs, en particulier privés, pourraient cesser leur activité dans un contexte devenu trop contraignant, et ce d’autant plus que les auteurs financés pour des projets de recherche seront probablement contraints de se détourner des revues qui ne seront pas conformes aux exigences d’open science de leurs financeurs. Enfin, dans un contexte d’internationalisation croissante, la transformation des modèles d’édition conduira peut-être à des concertations supranationales car l’asymétrie des financements entre les pays va devenir une difficulté : l’État français est-il prêt, par exemple, à couvrir seul les charges des publications de tous les chercheurs publiant dans ses revues nationales de sciences humaines et sociales afin d’en assurer une diffusion maximale18 ? Autant de points qu’il s’agira de surveiller à l’avenir.

Notes

1 Minon, 1990 ; voir également Auerbach, dans le présent ouvrage.

2 Martinez, Vajou et Maignien, 2009.

3 Chartron et al., à paraître.

4 Dassa, Kosmopoulos et Pumain, 2010.

5 Martinez, Vajou et Maignien, 2009.

6 Orouk, 2019.

7 Voir www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid136723/le-soutien-a-l-edition-scientifique.html (consulté en juin 2020) ; Orouk, 2019 ; Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019b.

8 Sur PIA3, voir www.gouvernement.fr/conseil-des-ministres/2016-06-22/le-troisieme-volet-du-programme-d-investissements-d-avenir-p  ; sur la plateforme ISTEX, voir www.istex.fr (consultés en juin 2020).

9 Chartron, 2014.

10 Sur le Plan S, voir Stérin, dans le présent ouvrage.

11 Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2018, p. 3 ; Vidal, 2018.

12 Voir www.ouvrirlascience.fr/category/science_ouverte (consulté en juin 2020).

13 Voir le projet DEAL en Allemagne, par exemple : www.projekt-deal.de/about-deal (consulté en juin 2020).

14 Voir esac-initiative.org/about/transformative-agreements/agreement-registry (consulté en juin 2020).

15 Sur les différentes voies de l’open access, voir Stérin, dans le présent ouvrage.

16 Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019a.

17 Voir www.openaccess-shs.info/experimentation-2019-2021 (consulté en juin 2020).

18 Chartron, 2018.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search