Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modèles économiques et diffusion

Le modèle économique des presses universitaires

le cas strasbourgeois

Isabelle Laboulais

Texte intégral

1Bien ancrées dans le paysage académique, les presses universitaires se caractérisent par leur grande diversité de moyens, de statuts et de modes de fonctionnement. En partant de données empiriques tirées de la situation strasbourgeoise, j’évoquerai les questions que soulèvent les enjeux économiques et commerciaux pour un éditeur scientifique institutionnel et les paradoxes auxquels il est confronté.

La Fondation Presses universitaires de Strasbourg

2Les Presses universitaires de Strasbourg ont une histoire longue – les premiers titres ont été publiés en 1920 –, mais elles ont connu, il y a peu, un changement de statut notoire. En 2010, l’université – qui venait tout juste de fusionner en un seul établissement les trois universités Louis-Pasteur, Marc-Bloch et Robert-Schumann – et l’Association des Presses universitaires de Strasbourg – qui éditait et commercialisait les titres publiés jusqu’alors sous cette marque – ont créé la Fondation Presses universitaires de Strasbourg. Les statuts de cette fondation universitaire non personnalisée précisent que cet accord a conduit à la création d’une « nouvelle » maison d’édition pour laquelle l’université s’engageait à mettre à disposition les locaux et le personnel ; l’association, quant à elle, apportait son fonds d’environ 800 titres.

3En dépit de son histoire relativement courte, la structure éditoriale a déjà connu une inflexion dans ses choix éditoriaux. Entre 2013 et 2016, soucieuses de s’ouvrir aux sciences naturelles et aux mathématiques, les Presses universitaires de Strasbourg ont publié chaque année un calendrier mathématique. Puis, en 2015, elles ont développé deux applications, l’une en sismologie, l’autre en mathématiques. Ces choix, qui visaient à décloisonner le catalogue, répondaient aussi à une volonté de se positionner dans le champ de l’édition commerciale et de développer une stratégie supposée faire progresser le chiffre d’affaires afin de soutenir le financement de livres qui se vendaient mal. Si le volume des ventes de ce calendrier est resté pendant quatre ans beaucoup plus important que celui des livres, il s’est pourtant doucement érodé au fil du temps. De plus, le coût de réalisation était très élevé car, dans une large mesure, le travail éditorial était externalisé. La dernière année, le bilan comptable de cette publication ne fut positif qu’en raison de la subvention attribuée par le Conseil de publication de l’université de Strasbourg. Quant aux applications, elles avaient été développées grâce à un contrat Initiative d’excellence (IdEx), mais personne dans l’équipe des Presses universitaires de Strasbourg n’était en mesure de les commercialiser et de les mettre à jour1.

4En 2017, les résultats très décevants de ces deux expérimentations ont conduit le conseil de gestion de la fondation à recentrer l’activité éditoriale sur les livres (des monographies, dont des thèses remaniées, des ouvrages collectifs à la place des traditionnels actes de colloques, des publications de référence, comme des atlas ou des dictionnaires, mais pas de manuels ni de textes de fiction) et la diffusion-distribution de certaines revues produites à Strasbourg, une dizaine au total. Le comité éditorial – composé de six enseignants-chercheurs strasbourgeois et de six autres en poste dans différentes universités françaises – a entrepris depuis 2016 de restructurer le catalogue. Cette instance collégiale a défendu la nécessité de sortir du localisme et promu l’indispensable autonomie des choix. Elle s’est efforcée de transformer les Presses universitaires de Strasbourg en reconsidérant les collections liées à une unité de recherche locale afin de privilégier des collections thématiques centrées sur des questions de SHS actuelles et ouvertes à des chercheurs extérieurs. Dès lors, le comité éditorial a procédé à une sélection des projets de manière tout à fait indépendante de la commission recherche de l’université et de son conseil de publication.

  • 2 Sur les différentes voies de l’open acces, voir Stérin, dans le présent ouvrage ; sur le modèle pr (...)

5Ces choix se sont accompagnés d’une réorganisation de la chaîne éditoriale et de la décision de calibrer la production sur la capacité de l’équipe, en supprimant toute externalisation des tâches afin de garantir un travail éditorial fin sur les textes et de ne pas céder à la tentation d’une production accrue de nouveautés pour que les sommes facturées restent supérieures aux crédits des retours de livres. Les maquettes des collections ont été retravaillées, les formats diversifiés. Enfin, grâce à un financement de l’IdEx, un programme de traductions a été mis en place. Ce retour vers une activité plus conforme aux exigences de l’édition scientifique s’est accompagné d’un engagement – tardif au regard de celui de beaucoup d’autres presses publiques – en faveur de l’open access (libre accès). Depuis 2018, cinq revues sont diffusées sur la plateforme OpenEdition Journals et, depuis le début de l’année 2019, les collections actives des Presses universitaires de Strasbourg rejoignent peu à peu OpenEdition Books via le programme freemium. Ce choix, d’abord déterminé par un engagement en faveur de la science ouverte, est aussi perçu comme un moyen de repenser le modèle économique puisque la voie « platine » du freemium rend les contenus édités librement accessibles en ligne au format HTML et propose d’autres services payants (PDF et ePub pour les lecteurs et statistiques d’usage pour les bibliothèques)2. Amorcer ce tournant vers l’open access en partenariat avec OpenEdition constitue une manière d’afficher les liens que la maison d’édition entretient avec une communauté de chercheurs au-delà de l’université de Strasbourg et de montrer que les presses universitaires peuvent (et doivent) sortir du rôle auquel elles ont longtemps été assignées : un outil permettant de présenter une image de l’établissement qui les abrite et les finance.

6La version imprimée des livres et des revues édités par les Presses universitaires de Strasbourg est diffusée et distribuée par la FMSH-Diffusion. Adaptée à la spécificité des presses universitaires, celle-ci traite tous les ouvrages, même ceux à rotation lente. Cependant, les difficultés logistiques qu’elle connaît depuis 2017 ont accentué le problème aigu que constitue la présence des livres universitaires sur les tables des libraires. Cette situation a placé les Presses universitaires de Strasbourg dans une situation très difficile en 2018 : les ventes ont accusé une chute drastique et plusieurs dysfonctionnements préoccupants ont été constatés sur plusieurs titres du catalogue. Bien qu’il y ait eu une nette amélioration en 2019, le projet de changer de diffuseur-distributeur est resté d'actualité, sans pouvoir autant se concrétiser, à la fois en raison du manque de personnel – aucun membre de l’équipe ne peut se consacrer exclusivement aux liens avec le diffuseur-distributeur – et de la dispersion des locaux sur le campus, en particulier la distance entre les bureaux et les espaces de stockage. Si les moyens humains et logistiques manquent pour améliorer la diffusion des livres édités par les Presses universitaires de Strasbourg, les instances de l’université évaluent cependant la structure en fonction de son activité commerciale.

Un modèle financier problématique

  • 3 Jouhaud et Viala (dir.), 2002.

7Les statuts de la Fondation Presses universitaires de Strasbourg ont institué la maison d’édition comme un service à comptabilité distincte (SACD) dont les comptes annuels sont présentés au conseil d’administration de l’université. Le modèle économique et le niveau des ventes constituent les principaux éléments d’appréciation de l’activité de la maison d’édition qui publie une vingtaine de livres et diffuse une quinzaine de numéros de revues par an, au risque parfois pour les administrateurs de perdre de vue les missions qui lui sont assignées : la valorisation et la diffusion de la recherche et des savoirs. Ces constats font apparaître quelques paradoxes propres aux dispositifs complexes que sont les presses universitaires où les enjeux intellectuels et économiques sont inextricablement mêlés et attisés par les logiques de pouvoir, inhérentes à toute action de publication3.

8L’activité des Presses universitaires de Strasbourg est dans une très large mesure subventionnée par l’argent public. À Strasbourg, les frais de structure et de personnel sont pris en charge par l’université. Pour autant, la Fondation Presses universitaires de Strasbourg est supposée atteindre l’équilibre financier, du moins le « petit équilibre » qui permet de couvrir les frais de fonctionnement de la structure grâce aux ventes. Certes, les aides à la publication versées par les établissements de rattachement des auteurs ainsi que des subventions ponctuelles viennent compléter les produits commerciaux pour couvrir les coûts de fabrication. Pourtant, ce petit équilibre demeure un objectif difficile à atteindre, à Strasbourg en tout cas.

9Les presses universitaires ne disposent d’aucune autonomie financière ; elles dépendent des moyens que les universités apportent pour garantir l’autonomie de la recherche face aux contraintes de l’édition commerciale. Elles publient donc des ouvrages souvent hyperspécialisés, parfois complexes, qui touchent un public restreint, tout en étant confrontées à une injonction de rentabilité. Ce paradoxe renvoie à l’ambiguïté de la notion de valorisation de la recherche, souvent entendue dans le sens de « produire de la valeur » et non pas de « mettre en valeur ». Or ce second sens est bien le cœur de métier de l’éditeur public. Il se manifeste notamment dans l’accompagnement des jeunes docteurs pour l’édition d’une version remaniée de leur thèse ou des collègues qui souhaitent créer une collection ou publier un livre. Une fois cela posé, ne se trompe-t-on pas sur les missions de l’édition scientifique institutionnelle si l'on persiste à lui assigner la rentabilité comme objectif premier ? N’est-ce pas plutôt l’édition de textes de qualité, validés par les pairs, qui devrait permettre d’évaluer l’activité d’un éditeur scientifique institutionnel ?

  • 4 Henny, 2015, p. 178 et 199.

10Les presses universitaires assurent un travail éditorial de fond sur les textes (préparation de copie, relecture, saisie des corrections, mise en page, conception de la couverture). Économiquement parlant, il est pourtant difficile d’intégrer l’ensemble des coûts que représentent ces tâches dans le calcul du prix de vente des livres, au risque, sinon, de proposer un prix de vente beaucoup trop élevé, puisque les ventes restent modestes. En 2015, l’état des lieux de l’édition scientifique institutionnelle en France recommandait d’appliquer le modèle dit du « prêt à clicher » pour le calcul des prix publics, c’est-à-dire de ne prendre en compte que les tâches qui interviennent en aval de la signature du bon à tirer4. Cette solution pragmatique semble en effet la seule viable. Pour autant, elle est à l’origine d’un paradoxe majeur de l’édition scientifique publique – et des presses universitaires en particulier – qui se trouve contrainte d’invisibiliser certains coûts dans ses comptes d’exploitation prévisionnels pour garantir des prix conformes à ceux du marché du livre. Par cette pratique, elle se prive à la fois de la possibilité d’atteindre l’équilibre financier sur un ouvrage et de valoriser l’une de ses spécificités : l’attention qu’elle porte au travail éditorial.

La nécessité d’un nouvel écosystème

  • 5 Darnton, 1999.

11L’édition universitaire est une activité qui doit sans cesse être légitimée et le modèle économique est l’un des vecteurs de cette justification. Il est temps de concevoir un nouvel écosystème de l’édition publique multisupport qui fédérerait l’ensemble des presses universitaires et les infrastructures d’édition ouverte. N’est-ce pas le moment opportun de repenser les missions des structures éditoriales publiques dont l’activité est fortement subventionnée et d’en faire un acteur déterminant, et même un porte-étendard de la science ouverte ? Les débats ont jusqu’à présent porté sur les revues ; il s’agit peut-être désormais d’élargir la réflexion, en s’attardant non seulement sur les livres qui conservent un rôle majeur dans la publication des savoirs en SHS, mais aussi sur les maisons d’édition scientifiques institutionnelles5.

  • 6 Lemercier, 2015.
  • 7 Voir Barthonnat, dans le présent ouvrage.

12Au lieu de regarder l’open access comme une menace pour l’équilibre économique de ces structures, ne faudrait-il pas, au contraire, le considérer comme un levier prometteur pour la valorisation de la recherche6 ? Les livres édités par les presses universitaires sont des publications spécialisées à diffusion lente et globalement mal représentées dans les espaces de vente où la rotation est, au contraire, très rapide. La construction d’un catalogue et l’installation des collections nécessitent également du temps. L’édition numérique semble en mesure de répondre à ces caractéristiques et offre des perspectives intéressantes pour tout ce qui relève de l’animation du fonds. De plus, ses exigences techniques convergent avec le travail éditorial de structuration des contenus pris en charge par les éditrices et éditeurs du secteur public7. Enfin, l’open access paraît constituer la réponse idoine aux missions de diffusion des résultats de la recherche. Un tel programme n’impliquerait pas de renoncer au travail éditorial, bien au contraire, puisque toutes les tâches effectuées en amont de l’impression (validation et préparation) sont essentielles pour produire des formats numériques de qualité (enrichissement et traitements). Il ne conduirait pas davantage à supprimer l’édition papier – les frais d’impression sont modestes : sur des tirages limités, ils représentent environ un quart des coûts globaux –, pas même de passer à l’impression à la demande. Il impose cependant de repenser en profondeur les fonctions de l’édition institutionnelle.

13Associer la mission de valorisation de la recherche qui incombe aux presses universitaires et l’ouverture des savoirs ne pourra se faire qu’en cessant d’évaluer l’édition scientifique publique à l’aune du modèle économique et en conditionnant les financements publics à l’ouverture des contenus expertisés et éditorialisés.

Notes

1 Sur les Initiatives d’excellence, voir doctoratp4.hypotheses.org/278 ; sur le contexte strasbourgeois, voir www.unistra.fr/index.php?id=16798 (consultés en juin 2020).

2 Sur les différentes voies de l’open acces, voir Stérin, dans le présent ouvrage ; sur le modèle proposé par Aix-Marseille Université Éditions et HAL AMU, voir Gras, dans le présent ouvrage.

3 Jouhaud et Viala (dir.), 2002.

4 Henny, 2015, p. 178 et 199.

5 Darnton, 1999.

6 Lemercier, 2015.

7 Voir Barthonnat, dans le présent ouvrage.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search