Version classiqueVersion mobile

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

II. Femmes et actions en politique

Arbitres et règlements de conflits : Pausanias et le cas des seize femmes des cités d’Élide1

Claire Jacqmin

Résumé

À la suite de son récit étiologique sur la fondation des Hêraia et l’origine des seize femmes en charge de l’organiser, Pausanias présente une seconde version qui suscita la suspicion de nombreux historiens. Dans celle-ci, l’auteur décrit ces femmes comme exerçant une fonction d’arbitre, choisies pour régler les conflits existant entre les cités de Pisa et d’Élis. Pausanias les dit reconnues pour leur sagesse, choisies parmi l’ensemble des cités d’Élide, et suggère, par son récit une visibilité des femmes dans l’espace public et politique qui nous permet de revisiter la fonction d’arbitre telle qu’elle était exercée à l’époque archaïque. Selon les informations données par Pausanias, les critères utilisés pour choisir un arbitre dépendaient en partie des qualités reconnues publiquement à une personne, homme ou femme, qualités qui justifiaient en retour sa sélection à cette fonction. Ce témoignage de Pausanias n’est pas unique et suggère que certaines fonctions publiques et politiques, loin d’être « genrées », pouvaient être ouvertes aux femmes comme aux hommes.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Ce texte a fait l’objet d’une communication lors du séminaire international en résidence d’Épineuil (...)
  • 2 Cette date est donnée par Pausanias en V, 1, 2. Pausanias aurait fait le voyage dans les années 150
  • 3 Pausanias, V, 16, 5-6, texte établi par Michel Casevitz, traduit par Jean Pouilloux, CUF, 1999.

1L’analyse des sources grecques, telle qu’elle est suggérée par l’historiographie moderne, présente les conflits et la guerre comme inhérents à la vie politique des cités grecques de l’Antiquité. Cette prégnance des disputes et des conflits armés dans les sources anciennes obscurcit quelques fois, pour l’historien moderne, un second moteur tout aussi important dans la vie politique des Grecs : la recherche de la conciliation et de la réconciliation, la diallagê. En effet, des récits homériques aux comédies d’Aristophane, en passant par les écrits d’Hérodote et d’Aristote, les auteurs anciens attestent le souci des Grecs d’assurer un retour à la réconciliation et leur ingéniosité concernant les solutions trouvées. Pausanias est un de ces auteurs et il rapporte, dans son cinquième livre sur l’Élide et Olympie rédigé aux alentours de 173 de notre ère2, le récit d’un arbitrage réalisé par seize femmes à la demande des cités d’Élis et de Pisa3 :

  • 4 Cf. Pausanias, VI, 22, 3. Le gouvernement de Démophon est daté de la quarante-huitième olympiade, c (...)
  • 5 Selon Strabon (VIII, 3, 31, 356 C), la Pisatide comprenait huit cités dont Salmonée, Héraclée, Harp (...)

[5] À propos des seize femmes on ajoute aussi au premier récit un autre que voici : tandis qu’il exerçait la tyrannie sur Pisa, Démophon4 accomplit bien des actes de méchanceté à l’égard des Éléens, dit-on. À sa mort, les gens de Pisa ne reconnaissaient pas la participation publique aux fautes du tyran et il fut agréable aussi aux Éléens d’annuler en quelque sorte les griefs qu’ils avaient contre eux ; dans ces conditions, comme il y avait encore alors seize cités en Élide, ils choisirent une femme en chacune pour résoudre leurs différends, prenant la plus âgée, et celle qui dépassait toutes les autres femmes par la considération et la réputation (οὕτως ἑκκαίδεκα οἰκουμένων τηνικαῦτα ἔτι ἐν τῇ Ἠλείᾳ πόλεων γυναῖκα ἀφ᾽ ἑκάστης εἵλοντο διαλύειν τὰ διάφορά σφισιν, ἥτις ἡλικίᾳ τε ἦν πρεσβυτάτη καὶ ἀξιώματι καὶ δόξῃ τῶν γυναικῶν προεῖχεν). [6] Les cités d’où provenaient ces femmes étaient Élis <…>5. Les femmes qui venaient de ces cités établirent des accords entre les gens de Pisa et les Eléens ; en second lieu on les chargea d’organiser le concours des Héraia et de tisser le vêtement pour Héra (αἱ πόλεις δὲ ἀφ᾽ ὧν τὰς γυναῖκας εἵλοντο, ἦσαν Ἦλις <…>. ἀπὸ τούτων μὲν αἱ γυναῖκες οὖσαι τῶν πόλεων Πισαίοις διαλλαγὰς πρὸς Ἠλείους ἐποίησαν : ὕστερον δὲ καὶ τὸν ἀγῶνα ἐπετράπησαν ὑπ᾽ αὐτῶν θεῖναι τὰ Ἡραῖα καὶ ὑφήνασθαι τῇ Ἥρᾳ τὸν πέπλον). En outre, les seize femmes organisent deux chœurs de danse ; l’on appelle l’un des chœurs le chœur de Physcoa, l’autre celui d’Hippodamie.

2Cette version, placée à la suite d’un premier récit étiologique, présente des femmes qui remplissent une fonction d’arbitre traditionnellement dévolue aux hommes. L’originalité présumée du récit de Pausanias a amené plusieurs historiens modernes à rejeter la véracité de l’épisode, y voyant plutôt une invention tardive destinée à justifier la domination d’Élis sur les concours. Pourtant un texte tel que celui-ci ne devrait pas nous étonner. En effet, lorsque que nous reprenons l’ensemble des témoignages montrant l’implication des femmes dans la vie publique et politique de l’époque archaïque, l’information donnée par Pausanias est vraisemblable. Il semblerait que le choix d’un arbitre ne dépendait alors pas du sexe de la personne sélectionnée, mais pouvait répondre à d’autres critères tels que les qualités personnelles ou la réputation du futur arbitre. Notre interrogation sur ce récit ne devrait donc pas porter nécessairement sur la véracité de l’épisode, mais plutôt sur les raisons qui poussèrent les Éléens et les Pisates à choisir, dans ce cas précis, un collège de femmes pour résoudre leur conflit. Pour essayer d’y répondre, nous vérifierons que la fonction d’arbitre pouvait effectivement être remplie par des femmes, pour ensuite tenter une explication des raisons qui ont pu motiver, dans notre cas, la sélection de tels arbitres.

  • 6 Établir une chronologie exacte des tensions et des conflits entre Élis et Pisa pour le contrôle des (...)
  • 7 Strabon, VIII, 3, 330.
  • 8 Xénophon, Helléniques VII, 4, 28.
  • 9 L’administration du festival serait revenue à Pisa à la date de la huitième olympiade, c’est-à-dire (...)
  • 10 François de Polignac, « Sanctuaries and Festivals », in Kurt A. Raaflaub, Hans van Wees (ed.), A Co (...)
  • 11 Luigi Piccirilli, Gli arbitrati interstatali greci, I, Pise, 1973, p.

3L’intervention de ces seize femmes s’intègre dans un contexte de tensions et de conflits entre les cités d’Élis et de Pisa. Deux causes semblent à l’origine de celles-ci. La première, que nous qualifierons d’indirecte, est ancienne et liée à la rivalité opposant Élis et Pisa pour le contrôle d’Olympie et de ses concours6. Selon l’analyse de Nigel B. Crowther, Élis aurait eu autorité sur les concours les cent premières années de leur existence7, bien que Pisa prétende le contraire d’après Xénophon8. L’administration du festival aurait ensuite été, en relation avec leur domination militaire, dans les mains de l’une ou l’autre cité9 avant de revenir définitivement à Élis au cours du VIe av. J.-C. (ce qui se traduirait notamment par les premières inscriptions des Éléens à Olympie). La tentative de Nigel B. Crowther montre qu’une connaissance précise et claire de ces événements est difficile à obtenir. En revanche, comme l’a signalé François de Polignac, ces récits révèlent les prétentions de ces deux cités émergentes à jouer un rôle et à disposer d’une visibilité plus grande dans le sanctuaire d’Olympie. Ces demandes sont symptomatiques du développement, dans chaque cité, d’une conscience civique10 qui peut expliquer l’existence d’un tel arbitrage aux alentours de 584 av. J.-C.11.

  • 12 Loretana De Libero, Die archaische Tyrannis, Stuttgart, 1996, p. 221-222
  • 13 Pausanias, VI, 22, 3.
  • 14 Pausanias, V, 16, 5. Démophon aurait, par exemple, poussé Élis à attaquer Pisa en faisant croire au (...)

4La deuxième cause, que nous appellerons directe dans le cadre de cette étude, est contemporaine de l’arbitrage et très clairement liée aux actions de Démophon, fils de Pantaléon et ancien tyran de Pisa12, que Pausanias situe à la quarante-huitième olympiade, c’est-à-dire au début du VIe av. J.-C.13. Pausanias précise que « Démophon accomplit bien des actes de méchancetés à l’égard des Éléens »14. À la mort du tyran, les Pisates souhaitaient se désolidariser des actions de Démophon et les Éléens, de leur côté, voulaient faire table rase des conflits du passé. C’est à ce moment précis, avec en toile de fond les conflits récurrents opposant Pisa et Élis pour le contrôle des concours et du sanctuaire, qu’entrent en scène ces seize femmes pour procéder à ce qui pourrait être qualifié anachroniquement d’arbitrage par consentement mutuel.

La mission et le choix des seize femmes

  • 15 Kurt A. Raaflaub, « Conceptualizing and Theorizing Peace in Ancient Greece », Transactions of the A (...)
  • 16 Frank Adcock, Derek J. Mosley, Diplomacy in Ancient Greece, Londres, 1975, p. 210.
  • 17 Marcus N. Tod, International Arbitration amongst the Greeks, Oxford, 1913, p. 54.

5Pour les Grecs de l’époque archaïque, le recours à un arbitre pour régler un conflit au sein d’une cité, ou entre cités, semble avoir été un procédé courant15 et reconnu, une solution raisonnable pour sortir d’un conflit16. Les raisons nécessitant le recours à un arbitre, ou à un collège d’arbitres, pouvaient concerner la possession d’un territoire, la revendication de certains droits, notamment sur un sanctuaire, ou la demande du paiement d’une compensation17. L’arbitrage pouvait alors être imposé (par exemple par un tiers à deux cités en conflit) ou résulter d’un consentement mutuel, comme dans le texte de Pausanias.

6En effet, dans le cas d’Élis et de Pisa, les cités choisirent toutes deux leurs arbitres pour « résoudre leurs différends » :

  • 18 Les différends mentionnés ne sont pas explicités avec précision, mais comprenaient probablement des (...)

dans ces conditions, comme il y avait encore alors seize cités en Élide, ils choisirent une femme en chacune pour résoudre leurs différends18.

  • 19 Adalberto Giovannini, Les relations entre États dans la Grèce antique, du temps d’Homère à l’interv (...)
  • 20 Ce terme n’est mentionné seul qu’une fois (et pour le cas de ces seize femmes) dans le recensement (...)
  • 21 Hérodote, I, 22. Cf. également Xénophon, Helléniques II, 2, 11.
  • 22 Cf. Pausanias, I, 29, 3 à propos de Thrasybule ; II, 25, 7 pour la réconciliation entre Protée et A (...)
  • 23 Eschyle, Les Sept contre Thèbes 908 à propos d’Arès ; Plutarque, Solon X, 1 ; Plutarque, Pélopidas (...)
  • 24 Hérodote, V, 95, 2. Cf. Oxyrhynchus Papyri, 1012 C (fr. 9), col. II, l. 30 (volume 7, Londres, 1910 (...)
  • 25 Hérodote, V, 95, 2 ; VI, 108, 5 ; VII, 154, 3 ; Aristote, Rhétorique I, 15, 1375 B 29-31 ; Strabon, (...)

7Les arbitres étaient le plus souvent choisis d’un commun accord et en toute liberté par les parties impliquées19, ce qui semble être le cas ici. Différents termes pouvaient être utilisés par les auteurs anciens pour décrire l’action des arbitres choisis. Ainsi, Pausanias emploie le terme diallagê pour décrire l’action de ces femmes, terme qui, généralement, dans les décrets et dans les textes littéraires, désigne des actes de conciliation et des actes légaux d’arbitrage20. Son occurrence la plus ancienne se trouve chez Hérodote qui l’utilise dans le sens de paix et de réconciliation21. Diallagê semble pouvoir être utilisé pour nommer une action entreprise par un homme ou par une femme, comme en témoigne le texte de Pausanias22. Le choix de Pausanias pourrait par ailleurs suggérer que la fonction était intrinsèquement plus significative que le sexe du conciliateur, ce qui expliquerait que cette fonction d’arbitre pouvait être exercée par un individu, un groupe ou une cité, l’arbitre pouvant être appelé diallaktêr23 ou diaitêtês24. D’après les informations qui nous sont données par les auteurs anciens dans leurs descriptions du procédé d’arbitrage25, les critères de sélection de l’arbitre semblent reposer principalement sur le contexte nécessitant la conciliation et sur la réputation et les qualités personnelles de la personne choisie pour exercer cette fonction. Dans le cas du récit de Pausanias, l’auteur précise que :

ils choisirent une femme en chacune […], prenant la plus âgée, et celle qui dépassait toutes les autres femmes par la considération et la réputation (ἥτις ἡλικίᾳ τε ἦν πρεσβυτάτη καὶ ἀξιώματι καὶ δόξῃ τῶν γυναικῶν προεῖχεν).

  • 26 Concernant Eumétis, cf. Plutarque, Préceptes de mariage 145 E-F ; Plutarque, Le banquet des sept sa (...)
  • 27 Luigi Piccirilli, Gli arbitrati…, op. cit. (n. 11), p. 24.
  • 28 Marcus N. Tod, International Arbitration…, op. cit. (n. 17), p. 93.
  • 29 Sheila L. Ager, Interstate Arbitrations…, op. cit. (n. 20), p. 11. Ce point soulève la question de (...)

8Comme pour d’autres cas d’arbitrage par consentement mutuel, le choix de l’arbitre est agréé par les deux parties en présence. En effet, Élis et Pisa acceptent toutes deux que soit choisie une femme dans chacune des seize cités d’Élide selon des critères d’âge et de réputation. Ces femmes dépassent « toutes les autres femmes par la considération et la réputation (καὶ ἀξιώματι καὶ δόξῃ) », expression que l’on retrouve pour caractériser des hommes comme des femmes. Le choix de ces femmes, parmi toutes les autres femmes, est donc le produit d’une reconnaissance commune et publique de leurs qualités par l’ensemble de leur communauté et rappelle en cela les exemples d’Eumétis et de Xénocritè26 dont la sagesse était (re)connue de tous. Le consensus et la considération, ainsi que l’assurance de son impartialité27, font partie des critères nécessaires à la sélection d’un arbitre28 pour que sa décision puisse faire autorité29.

  • 30 Dolores Mirón, « The Heraia at Olympia : Gender and Peace », American Journal of Ancient History 3- (...)
  • 31 Sur la prise de parole dans l’assemblée athénienne, cf. Eschine, Contre Ctésiphon 2. La primauté de (...)
  • 32 Lors d’un arbitrage rendu par un collège, le nombre de personnes sélectionnées correspond généralem (...)
  • 33 Sheila L. Ager, op. cit. (n. 20), p. 12.
  • 34 Sheila L. Ager, op. cit. (n. 20), p. 9.
  • 35 Marcus N. Tod, International Arbitration…, op. cit. (n. 17), p. 64. Cf. VI, 108.
  • 36 Adalberto Giovannini, op. cit. (n. 19), p. 224.

9Outre leurs qualités personnelles, Pausanias précise que ces femmes étaient les plus âgées. La mention de leur âge avancé est pour certains historiens, dont Dolores Mirón, à la fois la preuve que ces femmes étaient ménopausées et l’explication de leur participation à des activités publiques (le postulat de départ étant que la participation des femmes «  fertiles » à ce type d’activités publiques était difficilement acceptée par leur communauté30). Dans le cas présent, l’argument de la fécondité ne semble pas pertinent. En effet, des femmes d’un âge avancé étaient plus facilement connues et reconnues pour leurs qualités personnelles par les autres membres de la cité que des femmes plus jeunes. De plus, donner la primauté au plus âgé lors de prises de parole ou de règlements publics était d’usage régulier chez les Grecs31. Le critère de l’âge permet plutôt de s’assurer que les personnes choisies se plaçaient au-dessus des conflits et des compétitions des générations plus jeunes et qu’elles pouvaient ainsi prendre la meilleure décision pour l’ensemble de la cité ou, dans le cas présent, des deux cités. Le désir d’impartialité peut également expliquer le choix de femmes comme arbitres dans ce cas précis. En effet, il était peut-être plus facile pour des femmes d’incarner les vertus de la conciliation car elles ne semblent pas avoir été impliquées aussi personnellement que les hommes dans les rivalités politiques. Le choix d’un collège d’arbitres plutôt que d’un arbitre unique participerait du même principe. La collectivité renforce le poids et la légitimité de la décision prise, notamment si ces femmes ont été choisies dans les différentes cités de l’Élide32. La collégialité permet également d’assurer l’anonymat de la décision et de promouvoir la représentation des cités dans leur ensemble sur celle de groupes particuliers en opposition au sein de celles-ci. Pour la sélection des seize femmes, la description de Pausanias semble également correspondre à ce que nous connaissons des procédures d’arbitrages puisque lorsque la décision doit être rendue par un petit comité, le choix de ses membres se fait par nomination directe33. En revanche, le texte de Pausanias laisse plusieurs points de détail en suspens quant au processus de sélection : ces femmes étaient-elles choisies directement par Élis et Pisa ou par chacune des seize cités ? Étaient-elles choisies par l’ensemble de la cité ou par un groupe restreint (hommes ou femmes) ? Toutefois, ces omissions ne sont pas en elles-mêmes étrangères à la description de la procédure d’arbitrage puisque, de façon générale, l’accord préalable réglant le choix de l’arbitre et les conditions de l’arbitrage étaient plus régulièrement mentionnés que la décision prise34, notamment lorsque la demande d’arbitrage était faite par deux parties en guerre ou sur le point de l’être35 comme dans cet extrait de Pausanias. Une fois choisies, ces seize femmes sont chargées par les deux cités d’établir des accords entre les Pisates et les Éléens. L’expression utilisée par Pausanias pour décrire l’établissement de cet accord est diallagas epoiesan, vocabulaire « traditionnel » d’une procédure d’arbitrage. En effet, le verbe poiein est régulièrement utilisé pour exprimer la conclusion d’un traité36 et l’utilisation par Pausanias de ces différents termes, diallagê et poiein, semble souligner la reconnaissance de la nature publique et politique de l’action de ces femmes.

  • 37 Homère, Odyssée VII, 69-77, texte établi et traduit par Victor Bérard, CUF 1924. Cf. Arthur. W. H. (...)

10Par ailleurs, Pausanias n’est pas le seul auteur à présenter des femmes remplissant des fonctions de conciliation entre deux parties. Dans l’Odyssée d’Homère, Arétè, épouse d’Alcinoos, est réputée parmi les Phéaciens pour arranger les querelles entre les hommes37 :

Elle eut, elle a toujours le cœur et les hommages de ses enfants, du roi Alcinoos lui-même ainsi que de ses peuples. […] Sa bonté, même entre hommes, arrange les querelles (οἷσί τ᾽ ἔυ φρονέῃσι καὶ ἀνδράσι νείκεα λύει).

  • 38 Homère, Iliade XVIII, 497.
  • 39 Homère, Odyssée XII, 440. Le terme neikos se retrouve ensuite chez Hérodote dans le sens de litige (...)
  • 40 Alfred Heubeck, Stephanie West, John B. Hainsworth, A Commentary on Homer’s Odyssey, volume I, Oxfo (...)
  • 41 Diodore, XI, 26, 1-2.
  • 42 Diodore, XI, 26, texte établi et traduit par Jean Haillet, CUF, 2001. Sur le traitement « hellénist (...)

11Le terme employé par Homère pour désigner l’action d’Arétè est neikos, terme utilisé pour désigner des querelles ou des contestations judiciaires38, notamment lors d’une dispute devant un juge39. L’utilisation de neikos dans ce cas particulier suggère que les querelles en question ne se limitaient pas au domaine matrimonial comme cela avait été suggéré auparavant40, mais que la renommée d’Arétè lui permettait de trancher des conflits sur d’autres sujets (comme dans le cas des seize femmes du récit de Pausanias). À l’époque classique, Damarété aurait agi de manière similaire en intervenant dans les pourparlers de paix avec les Carthaginois après la victoire de son époux Gélon en 480 av. J.-C. En effet, d’après le récit de Diodore, Gélon, peut-être sur la demande de son épouse, avait décidé de faire preuve d’une grande modération envers les vaincus et avait accordé la paix aux Carthaginois aux conditions qu’ils payent les dépenses de la guerre (deux mille talents d’argent) et bâtissent deux temples où devaient ensuite être déposés les traités41. Damarété aurait été remerciée de son action par les Carthaginois par une couronne de cent talents qu’elle aurait utilisée pour frapper une monnaie portant son nom, le damaret(e)ion42 :

  • 43 Cf. Schol. Pindare, Olympiques II, 29 d (A. B. Drachmann, Stuttgart, 1997) et Timée, FGrHist 566 F (...)
  • 44 Il y a mention d’une couronne d’or comme présent personnel chez Xénophon (Anabase I, 7, 7 ; Cyropéd (...)
  • 45 Selon Pollux (IX, 58) et Hésychius, s.v. Δημαρέτιον, cette monnaie aurait été frappée avec les bijo (...)

Les Carthaginois, qui ne s’attendaient pas à obtenir leur salut, s’engagèrent à respecterces conditions et promirent en outre de donner une couronne d’or à l’épouse de Gélon, Damarété43. Elle avait en effet, sur leur prière, contribué beaucoup à la conclusion dela paix (Αὕτη γὰρ ὑπ̉ αὐτῶν ἀξιωθεῖσα συνήργησε πλεῖστον εἰς τὴν σύνθεσιντῆς εἰρήνης) et quand elle eut reçu d’eux une couronne44 de cent talents d’or, elle enfit frapper la monnaie, qu’on appelle, du nom de cette femme, damarétion45 ; cette pièce valait dix drachmes attiques et les Siciliotes, étant donné son poids, l’appelèrent pentekontalitron.

12L’accord des deux parties sur l’arbitre choisi rappelle une procédure classique d’arbitrage. Par contre, le caractère exceptionnel de cet épisode réside dans l’importance reconnue de l’action de Damarété dans les négociations. Ceci se traduit par la remise d’une couronne d’or qui, agissant peut-être à la manière d’une offrande, aurait permis l’intégration du divin dans l’acceptation des conditions du traité de paix.

13Ce rôle accordé aux femmes dans les procédures de réconciliation rappelle également l’intervention de Jocaste auprès de ses deux fils, Étéocle et Polynice, telle qu’elle est décrite dans les Phéniciennes d’Euripide :

  • 46 Euripide, Les Phéniciennes 443-445, texte établi et traduit par Henri Grégoire et Louis Méridier, C (...)

Voici Étéocle : il vient pour la réconciliation. À toi Jocaste, leur mère, de tenir le langage qui réconciliera tes enfants (καὶ σὸν ἔργον, μῆτερ Ἰοκάστη, λέγειν τοιούσδε μύθους οἷς διαλλάξεις τέκνα)46.

  • 47 Euripide, Les Phéniciennes 468 : « Puisse un dieu être juge (διαλλακτής) des torts et vous réconcil (...)
  • 48 Euripide, Les Phéniciennes 528-585.

14Le verbe employé par Euripide pour désigner l’arbitrage est diallassein, terme que l’on retrouve également aux vers 436 et 515 de la pièce, avec un appel à un soutien divin au vers 46847. Jocaste respecte alors la procédure classique d’arbitrage en laissant chaque partie présenter ses arguments avant de présenter elle-même son «  jugement »48. Bien que le cadre littéraire particulier de la tragédie n’utilise peut-être ici un personnage féminin que pour souligner que le conflit entre les deux frères est inextricable et la situation perdue, il n’en reste pas moins intéressant de noter qu’un personnage féminin est alors celui qui rappelle les règles à suivre et tente de préserver la cité dans son ensemble. Ce rôle lui est d’ailleurs reconnu par le chœur qui lui avait confié l’arbitrage demandé par Polynice. À nouveau, le choix de l’arbitre est agréé par les deux parties avec l’idée sous-entendue que la renommée du personnage amènera les parties en conflit à respecter sa décision.

15Ces exemples, bien que provenant de genres littéraires différents, semblent suggérer la possibilité qu’une femme intervienne officiellement dans un règlement de conflit si sa réputation la fait accepter par les deux parties, élément que nous retrouvons exprimé dans le récit de Pausanias. Malheureusement, dans ce dernier cas, la paix entre les deux cités fut de courte durée puisque, vers les années 570 av. J.-C., Élis s’opposa à nouveau à Pisa et, victorieuse, annexa la cité et son territoire.

Les seize femmes et la fondation des Hêraia

  • 49 Pausanias, V, 16, 6.
  • 50 Pausanias, V, 16, 2-3.

16D’après Pausanias, l’action de ces femmes est double puisque, après l’établissement des accords en question, elles ont eu la charge d’organiser le concours des Hêraia, de tisser le vêtement pour la déesse et d’organiser deux chœurs49. Toujours d’après les informations de Pausanias, le festival en l’honneur d’Héra avait lieu à Olympie tous les quatre ans50 et consistait, entre autres, en une course à pied pour les parthenoi alors divisées en trois classes d’âge. L’explication donnée pour cette épreuve se trouve dans l’aition des Hêraia présenté par Pausanias :

  • 51 Pausanias, V, 16, 4. Le jeune âge des participantes et l’aition rapporté par Pausanias au début de (...)

On fait aussi remonter le concours des jeunes filles à l’Antiquité : Hippodamie, diton, pour remercier Héra de son mariage avec Pélops, réunit les seize femmes et, la première, organisa avec elle le concours des Hêraia51.

  • 52 François Chamoux, « La méthode historique de Pausanias d’après le livre I de Periégèse », Pausanias (...)
  • 53 Pausanias, I, 17, 4-5 ; François Chamoux, art. cit., p. 61 ; Vinciane Retour à la source. Pausanias (...)
  • 54 Vinciane Pirenne-Delforge, op. cit., p. 88.
  • 55 Claude Calame, « Pausanias le Périégète en ethnographe ou comment décrire un culte grec », in Jean- (...)
  • 56 Synnøve des Bouvrie, « Gender and Games at Olympia », in Brit Berggreen, Nanno Marinatos (ed.), Gre (...)

17La mention du récit étiologique, avant celui de l’arbitrage, a conduit plusieurs chercheurs à rejeter la véracité historique de l’intervention de ces femmes, ne voyant dans les deux épisodes que deux parties d’un seul et même récit de fondation. Or le premier récit n’exclut ni n’amalgame le second. En effet, les deux logoi sont introduits par des verbes au présent de l’indicatif : epanagousi et legousin. Pausanias introduit sa narration de l’arbitrage à la suite du récit étiologique en précisant qu’il rapporte ce que l’« on ajoute » au premier récit, comme il le fait à d’autres endroits de son œuvre pour évoquer la tradition orale ou écrite à laquelle il se réfère52. Cet épisode doit lui sembler crédible puisqu’il ne le remet pas en question alors qu’il n’hésite généralement pas à mentionner ses doutes si une tradition ne lui semble pas digne de foi53, ce qui n’est pas le cas de l’arbitrage des seize femmes. De plus, comme l’a souligné Vinciane Pirenne-Delforge, le récit général de Pausanias est motivé par un souci de conservation des traditions orales et écrites, ainsi que d’évaluation de la crédibilité de la tradition54. Le rôle public dévolu aux femmes ne devrait pas mettre en question la véracité historique de cet épisode. Pour la présentation des deux traditions, dans les deux logoi, Pausanias utilise l’aoriste pour les verbes d’action, ne passant à l’imparfait que lorsqu’il décrit les qualités des femmes sélectionnées. Ces choix faits par l’auteur peuvent être significatifs : d’une part, l’emploi de l’imparfait lui permet de souligner que la bonne réputation de ces femmes a été acquise sur le long terme et justifie donc leur «  sélection » ; d’autre part, l’aoriste, qui peut être utilisé pour présenter de manière sèche un fait perçu comme historique, mettrait alors les deux récits sur un même niveau de crédibilité aux yeux de l’auteur. Cet emploi de l’aoriste permettrait également de souligner une idée de commencement, ou ici de recommencement : celui du festival des Hêraia. Nous ne serions donc pas en présence de deux récits distincts offrant deux versions d’un même événement, c’est-à-dire la fondation des Hêraia, mais de la présentation de deux récits complémentaires. Le premier présenterait la fondation de ces concours par Hippodamie55 et le deuxième correspondrait à ce que Synnøve des Bouvrie56 voit comme la réorganisation des Hêraia dans les années 580 av. J.-C., c’est-à-dire aux alentours de l’arbitrage des seize femmes.

  • 57 Dolores Mirón, « The Heraia at Olympia », art. cit. (n. 30), p.

18Le lien entre l’arbitrage et l’établissement du festival permet avant tout la reconnaissance de la présence du divin dans l’établissement de la paix, renforçant ainsi son acceptation par tous. Cet acte ne va pas sans rappeler l’appel à Delphes lors d’un changement de constitution, d’une installation coloniale ou dans d’autres cas d’arbitrages de la période archaïque. Le festival des Hêraia avec son cycle de quatre ans, permet également de rappeler régulièrement à la mémoire collective le souvenir de cet arbitrage et du désir des deux parties de régler pacifiquement les différends les ayant opposés57. Il permettait en outre une performance, une représentation du politique qui avait peut-être autant de valeur pour les Éléens et les Pisates qu’un témoignage écrit de l’arbitrage rendu.

  • 58 Les seize femmes continuèrent d’être choisies par leurs concitoyens après la «  restructuration pol (...)
  • 59 Pausanias, VI, 24, 10.
  • 60 John Scheid, Jesper Svenbro, Le métier de Zeus : mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-r (...)
  • 61 Bien que Ioanna Papadopoulou l’ait présenté comme étant la forme féminine de la parole dans le cas (...)
  • 62 Sur le roi Arkas enseignant le tissage à des hommes, cf. Pausanias, VIII, 4, 1 ; Lucrèce, De rerum (...)
  • 63 Aristophane, Lysistrata 565-586 ; Platon, Le Politique 287 B-C. Cf. Ioanna Papadopoulou-belmehdi, o (...)
  • 64 Pausanias, V, 16, 6.
  • 65 Bien que son importance soit également liée à Pélops et à Olympie.
  • 66 Dolores Mirón, op. cit. (n. 30), p. 22. Ces seize femmes étaient également en du culte de Dionysos (...)

19Ces femmes avaient aussi la responsabilité du tissage du peplos offert à Héra à l’occasion du festival58. Le tissage est en soi une activité symbolisant l’ordre et l’union et finalise en quelque sorte l’arbitrage rendu et accepté par les cités concernées. Toujours d’après Pausanias, le peplos était tissé sur l’agora d’Élis59, lieu public et politique, comme pour intégrer l’ensemble de la cité à cette «  reconstitution ». Comme l’a souligné John Scheid, le tissage permet symboliquement de maîtriser les forces en opposition et d’apporter la cohésion au sein d’un groupe60. Il n’est pas perçu ici comme une activité féminine61 (ce qui n’était pas toujours le cas62) mais comme une métaphore politique63 d’union. Le tissage et les vêtements jouent par ailleurs un rôle indirect notable dans les rapports avec les étrangers. En effet, dans le cadre des relations entre familles de différentes cités, un vêtement tissé par l’épouse de l’hôte qui accueillait était offert à l’étranger reçu. Le vêtement porté par l’invité de retour chez lui représentait les liens qui existaient entre les deux familles. Porter le vêtement offert revenait alors à affirmer de manière physique et publique les liens «  tissés » entre deux hommes, deux familles, ou dans le cas de cet arbitrage, entre deux cités. Le tissage de ce peplos permet aussi, comme le festival, de faire le lien entre les hommes et le divin et d’inclure ce dernier dans l’arbitrage rendu. Ce lien se retrouve notamment dans les deux chœurs dont ces femmes avaient également la charge64 : un chœur pour Physcoa, divinité d’Élis et un autre pour Hippodamie, divinité de Pisa65. Grâce à ces chœurs, la réconciliation des deux cités était symbolisée à travers leurs divinités et leurs cultes66.

  • 67 Je remercie particulièrement Gabriella Pironti pour ces observations.
  • 68 Jean Rudhardt, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, Genève, 20 (...)
  • 69 François de Polignac, « Héra, le navire et la demeure : offrandes, divinité et société en Grèce arc (...)

20La question de la pertinence d’Héra dans cet épisode situé au sanctuaire d’Olympie reste ouverte. Le débat se poursuit à propos de la chronologie des cultes de Zeus ou d’Héra à Olympie où le culte d’Héra semble avoir précédé celui de Zeus. Cette antériorité dans la possession du lieu expliquerait peut-être l’appel à cette déesse pour cet arbitrage et son utilisation dans le cadre du règlement d’un conflit local alors que Zeus semble garder son caractère panhellénique. De plus, l’idée de souveraineté n’est pas représentée par Zeus seul mais par le couple Héra/Zeus67. En effet, en tant que conjointe du souverain, elle partage son pouvoir et sa dignité. Selon les conclusions de Jean Rudhardt, elle était de même rang que Zeus, s’associait à lui sans lui être subordonnée et pouvait donc avoir autorité sur l’Olympe, donner des ordres et agir parmi les hommes68, ce qui, dans le cas présent, lui donnerait l’autorité nécessaire pour « superviser » l’arbitrage de ces femmes. Il se peut également que les caractéristiques de cette Héra d’Olympie soient à rapprocher de celle de l’Héra des Eubéens et des sanctuaires ioniens de l’époque archaïque. Dans ce cadre, Héra protège les échanges et l’ouverture sur le monde extérieur ce qui, pour reprendre l’analyse de François de Polignac69, se traduit par l’intégration ritualisée d’un élément exogène : ici les liens nouvellement tissés de concorde entre deux cités « ennemies », Pisa et Élis.

21Le texte de Pausanias laisse plusieurs aspects de cet arbitrage dans l’obscurité, tels que les termes exacts de la décision prise et les conditions de sa ratification, mais il transmet dans le détail les conséquences de la décision. En effet, la réconciliation est trouvée et un nouveau culte est fondé. L’arbitrage est alors censé être effectif pour le présent et pour l’avenir puisque la fondation du festival pérennise le souvenir de la décision prise et le désir des deux parties de trouver un accord à leurs différends.

  • 70 Plusieurs arbitrages rendus par des hommes à l’époque archaïque ont aussi été remis en cause par le (...)
  • 71 Nous trouvons chez Plutarque une autre mention de l’action de seize femmes, cette fois-ci dans leur (...)

22Ce texte présente toutefois plusieurs difficultés relatives au problème de la nature du récit (historique ? étiologique ?) et à l’influence du contexte contemporain de Pausanias, notamment sur la présentation de l’arbitrage. Ces difficultés ne sont pas à ignorer mais elles ne sont pas suffisantes pour remettre en question le fait que des femmes pouvaient, dans certaines circonstances, exercer la fonction d’arbitre70. Le récit de Pausanias n’en reste pas moins fascinant dans sa présentation de l’arbitrage. En effet, ces femmes sont connues dans leur cité, voire dans les cités voisines, si l’on envisage que la sélection a été directement faite par Élis et Pisa. Elles sont également reconnues pour posséder les qualités nécessaires à l’exercice de la fonction d’arbitre et ces qualités semblent suffisantes pour que leur décision soit, par principe, acceptée et appliquée71.

  • 72 Cf. les dédicaces faites par des femmes en leur nom et sur leurs biens : par exemple IG, I2, 473/IG (...)
  • 73 Cf. le serment des fondateurs de Cyrène (SEG IX, 3) ; la fondation de Locres Épizéphyréenne (Polybe (...)

23Pourquoi choisir des femmes pour remplir cette fonction ? Parce qu’elles avaient les qualités pour l’exercer ou peut-être parce que, comme le laissent deviner plusieurs dédicaces72 et certains récits de fondations coloniales73, la place qui leur était accordée dans l’espace public était plus importante que nous ne l’imaginons. L’anecdote rapportée par Pausanias s’inscrit parfaitement dans le cadre de l’époque archaïque où les changements politiques radicaux semblent pouvoir se faire et se raconter à travers les femmes. Dans le cas présent, elles étaient les plus qualifiées pour régler les conflits entre Élis et Pisa et ramener la paix entre les deux cités.

Notes

1 Ce texte a fait l’objet d’une communication lors du séminaire international en résidence d’Épineuil sur le thème « L’individu et la fonction. Genres et pratiques socio-politiques en Grèce et à Rome » (15-17 septembre 2011). Je remercie vivement tous les participants pour leurs suggestions et commentaires sur ce travail, ainsi que les professeurs Françoise Ruzé, Pierre Sineux et Silvia Milanezi pour leur relecture attentive et leurs conseils.

2 Cette date est donnée par Pausanias en V, 1, 2. Pausanias aurait fait le voyage dans les années 150.

3 Pausanias, V, 16, 5-6, texte établi par Michel Casevitz, traduit par Jean Pouilloux, CUF, 1999.

4 Cf. Pausanias, VI, 22, 3. Le gouvernement de Démophon est daté de la quarante-huitième olympiade, c’est-à-dire du début du VIe av. J.-C.

5 Selon Strabon (VIII, 3, 31, 356 C), la Pisatide comprenait huit cités dont Salmonée, Héraclée, Harpina, Phéraia, Kikysion, Dyspontion et Pisa. L’Élide comprendrait également huit cités.

6 Établir une chronologie exacte des tensions et des conflits entre Élis et Pisa pour le contrôle des concours est une tâche ardue et il semble raisonnable de suivre la tentative de chronologie générale de Nigel B. Crowther pour cette question : Nigel B. Crowther, « Elis and Olympia : City, Sanctuary and Politics », in David J. Phillips, David Pritchard(ed.), Sport and Festival in the Ancient Greek World, Swansea, 2003, p. 61-73 (p. 61-62) ; Marta Sordi, « Strabone, Pausania et le vicende di Oxilo », in Anna Maria Biraschi (ed Strabone e la Grecia, Naples, 1994, p. 137-144.

7 Strabon, VIII, 3, 330.

8 Xénophon, Helléniques VII, 4, 28.

9 L’administration du festival serait revenue à Pisa à la date de la huitième olympiade, c’est-à-dire en 748 av. J.-C. (Pausanias, VI, 22, 2), avec l’épisode de Phidon d’Argos rapporté par Hérodote (VI, 127) et Strabon (VIII, 3, 33). Pausanias précise que Pisa avait à nouveau repris le contrôle des jeux à la trente-quatrième olympiade, c’est-à-dire en 664 av. J.-C., lorsque Pantaléon, dirigeant de Pisa, décida de s’imposer pour organiser les concours à la place des Eléens.

10 François de Polignac, « Sanctuaries and Festivals », in Kurt A. Raaflaub, Hans van Wees (ed.), A Companion to Archaic Greece, Oxford, 2009, p. 427-443 (p. 437).

11 Luigi Piccirilli, Gli arbitrati interstatali greci, I, Pise, 1973, p.

12 Loretana De Libero, Die archaische Tyrannis, Stuttgart, 1996, p. 221-222

13 Pausanias, VI, 22, 3.

14 Pausanias, V, 16, 5. Démophon aurait, par exemple, poussé Élis à attaquer Pisa en faisant croire aux Éléens qu’il préparait une révolution (VI, 22, 3).

15 Kurt A. Raaflaub, « Conceptualizing and Theorizing Peace in Ancient Greece », Transactions of the American Philological Association 139, 2009, p. 225-250 (p. 234). Exemples chez Hérodote, V, 95 ; Plutarque, Solon 10 ; Plutarque, Questions grecques 30.

16 Frank Adcock, Derek J. Mosley, Diplomacy in Ancient Greece, Londres, 1975, p. 210.

17 Marcus N. Tod, International Arbitration amongst the Greeks, Oxford, 1913, p. 54.

18 Les différends mentionnés ne sont pas explicités avec précision, mais comprenaient probablement des droits à la gestion et au contrôle du sanctuaire d’Olympie et à l’organisation des concours. La mission des arbitres pouvait concerner un différend particulier ou l’ensemble des différends opposant les deux parties (W. Dittenberger, Orientis graeci inscriptiones selectae, volume I, n° 335, 150-133 av. J.-C., Pergame).

19 Adalberto Giovannini, Les relations entre États dans la Grèce antique, du temps d’Homère à l’intervention romaine (ca. 700-200 av. J.-C.), Historia Einzelschriften 193, Stuttgart, 2007, p. 177.

20 Ce terme n’est mentionné seul qu’une fois (et pour le cas de ces seize femmes) dans le recensement de Luigi Piccirilli, op. cit. (n. 11), et une fois dans celui de Sheila L. Ager pour la période hellénistique (Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B. C., Los Angeles, 1996 : Appien, Macedonica III, 1). Il n’est pas présent dans les traités euxmêmes (Adalberto Giovannini, op. cit. (n. 19), p. 225). Il se retrouve sinon avec les emplois de διαλλακτήρ/ής. Par contre, il est utilisé dans le théâtre (Aristophane, Acharniens 989 et Lysistrata 1114). Cependant, l’utilisation de diallagê n’est en aucun cas obligatoire à l’expression d’un arbitrage (cf. Hérodote, VI, 108).

21 Hérodote, I, 22. Cf. également Xénophon, Helléniques II, 2, 11.

22 Cf. Pausanias, I, 29, 3 à propos de Thrasybule ; II, 25, 7 pour la réconciliation entre Protée et Acrisios ; IX, 3, 2 pour la réconciliation entre Héra et Zeus ; IX, 3, 6 sur le désir des Thébains de se réconcilier avec les Platéens.

23 Eschyle, Les Sept contre Thèbes 908 à propos d’Arès ; Plutarque, Solon X, 1 ; Plutarque, Pélopidas XXVI, 4 ; Pausanias, II, 1, 6 ; Plutarque, Pyrrhos XVI, 4 ; Pausanias, VII, 13, 2-5.

24 Hérodote, V, 95, 2. Cf. Oxyrhynchus Papyri, 1012 C (fr. 9), col. II, l. 30 (volume 7, Londres, 1910) concernant l’arbitrage de Thémistocle ; Apollodore, Épitome VII, 40 (Cambridge, 1921) ; SEG, XXIX, 460 (145-137 av. J.-C., Delphes, au sujet de l’arbitrage de Makon entre Halos et Thèbes Phthiotique). Διαιτάω a le sens juridique « d’exercer un arbitrage, être arbitre », d’où « régler » chez Pindare (Pythiques IX, 68 ; Olympiques IX, 66). Ce groupe de mots est absent chez Homère.

25 Hérodote, V, 95, 2 ; VI, 108, 5 ; VII, 154, 3 ; Aristote, Rhétorique I, 15, 1375 B 29-31 ; Strabon, XIII, 1, 38 : Pausanias, IV, 5, 2 ; Plutarque, Questions grecques XX, 295 F-296 B ; LIX, 304 E-F ; Plutarque, Solon IV, 3 ; X, 1 ; Plutarque, Histoire parallèles 3, 306 A-B ; Diogène Laërce, I, 32 et I, 74.

26 Concernant Eumétis, cf. Plutarque, Préceptes de mariage 145 E-F ; Plutarque, Le banquet des sept sages III ; Diogène Laërce, I, 89. Concernant Xénocritè, cf. Plutarque, Conduites méritoires des femmes, Moralia 262 A-D.

27 Luigi Piccirilli, Gli arbitrati…, op. cit. (n. 11), p. 24.

28 Marcus N. Tod, International Arbitration…, op. cit. (n. 17), p. 93.

29 Sheila L. Ager, Interstate Arbitrations…, op. cit. (n. 20), p. 11. Ce point soulève la question de la réalité historique et géographique existant derrière le terme « Élide » (τῇἨλείᾳ) à l’époque archaïque ; cf. James Roy, « Élis », in Mogens H. Hansen, Thomas H. Nielsen (ed), An Inventury of Archaic and Classical Poleis, Oxford, 2004, p. 489-504.

30 Dolores Mirón, « The Heraia at Olympia : Gender and Peace », American Journal of Ancient History 3-4, 2002, p. 7-38 (p. 35).

31 Sur la prise de parole dans l’assemblée athénienne, cf. Eschine, Contre Ctésiphon 2. La primauté de l’âge dans les prises de parole se retrouve également avec Nestor dans l’Iliade ou avec la gerousia spartiate. Cf. Nadine Bernard, « Les femmes âgées au sein de la famille et de la cité classique », in Béatrice Bakhouche (éd.), L’ancienneté chez les Anciens, tome I, La vieillesse dans les sociétés antiques : la Grèce et Rome, Montpellier, 2003, p. 43-60 et plus particulièrement p. 54-55.

32 Lors d’un arbitrage rendu par un collège, le nombre de personnes sélectionnées correspond généralement à un nombre impair pour éviter toute difficulté au moment du vote (trois, cinq ou neuf), mais nous retrouvons également des tribunaux à nombres pairs : par exemple vingt (Marcus N. Tod, International Arbitration…, op. cit. (n. 17), n. XXVIII, 280-272 av. J.-C., Thermos). Nous retrouvons un collège de dix-sept arbitres pour régler le conflit opposant les Messéniens et les Mégalopolitains pour les territoires d’Andanie et de Pylène : cf. Petros Themelis, « Krima peri choras Messenion kai Megapoliton », in Y. A. Pikoulas (ed.), Istories gia tin archaia Arkadia. Pratika/Proceedings of the International Symposium in honour of James Roy, Stemnitsa, 2008, p. 211-221.

33 Sheila L. Ager, op. cit. (n. 20), p. 12.

34 Sheila L. Ager, op. cit. (n. 20), p. 9.

35 Marcus N. Tod, International Arbitration…, op. cit. (n. 17), p. 64. Cf. VI, 108.

36 Adalberto Giovannini, op. cit. (n. 19), p. 224.

37 Homère, Odyssée VII, 69-77, texte établi et traduit par Victor Bérard, CUF 1924. Cf. Arthur. W. H. Adkins, « Threatening, abusing and feeling angry in the poems », Journal of Hellenic Studies 89, 1969, p. 7-21.

38 Homère, Iliade XVIII, 497.

39 Homère, Odyssée XII, 440. Le terme neikos se retrouve ensuite chez Hérodote dans le sens de litige (VIII, 87) ou de remise en cause de l’autorité (III, 62). Cf. Derek Roebuck, Ancient Greek Arbitration, Oxford, 2001, p. 70. Le même auteur présente également Ériphyle comme l’exemple du premier arbitre donné par les sources. Cf. Derek Roebuck, op. cit., p. 70-71.

40 Alfred Heubeck, Stephanie West, John B. Hainsworth, A Commentary on Homer’s Odyssey, volume I, Oxford, 1990, p. 325.

41 Diodore, XI, 26, 1-2.

42 Diodore, XI, 26, texte établi et traduit par Jean Haillet, CUF, 2001. Sur le traitement « hellénistique » de Damarété, cf. Giacomo Manganaro, « La caduta dei Dinomenidi e il “politikon nomisma” in Sicilia nella prima metà del v. sec. a. C. », Annali dell’Istituto Italiano di Numismatica 21-22, 1974-1975 (1977), p. 9-40, (p. 29 sq.).

43 Cf. Schol. Pindare, Olympiques II, 29 d (A. B. Drachmann, Stuttgart, 1997) et Timée, FGrHist 566 F 93 b.

44 Il y a mention d’une couronne d’or comme présent personnel chez Xénophon (Anabase I, 7, 7 ; Cyropédie VIII, 5, 18-19) et deux mentions d’attributions publiques de couronne pour Lysandre (Helléniques II, 2, 8) et Hiéron (VII, 9, 6). Pour Keith Rutter, Diodore applique à Damarété une coutume de la période hellénistique et non du Ve siècle av. J.-C. Cf. Keith Rutter, « The Myth of the “Damareteion” », Chiron 23, 1993, p. 171-188, p. 181. Il voit l’épisode comme étant historiquement faux (ibidem, p. 182).

45 Selon Pollux (IX, 58) et Hésychius, s.v. Δημαρέτιον, cette monnaie aurait été frappée avec les bijoux que Damarété avait offerts avant la guerre. Pollux précise que ces bijoux n’étaient pas les siens, mais ceux qu’elle avait pris aux femmes de Syracuse. Une vingtaine d’exemplaires de cette monnaie ont été retrouvés. Elle avait sans doute servi à payer les emprunts forcés ordonnés par Gélon pour financer la guerre. Les indications de Diodore sur la valeur et le poids correspondent à celles des monnaies retrouvées. Sur le damareteion et sa controverse, cf. Colin M. Kraay, Archaic and Classical Greek Coins Londres, 1976, p. 205-206 ; Harold B. Mattingly, « The Damareteion Controversy : a New Approach », Chiron 22, 1992, p. 1-22 ; K. Rutter, op. cit. (n. 44), p. 171-188.

46 Euripide, Les Phéniciennes 443-445, texte établi et traduit par Henri Grégoire et Louis Méridier, CUF, 1950. Je remercie Aurélie Damet de cette observation.

47 Euripide, Les Phéniciennes 468 : « Puisse un dieu être juge (διαλλακτής) des torts et vous réconcilier ! ». L’arbitrage est également mentionné au vers 450 avec l’utilisation cette fois-ci de βραβεία.

48 Euripide, Les Phéniciennes 528-585.

49 Pausanias, V, 16, 6.

50 Pausanias, V, 16, 2-3.

51 Pausanias, V, 16, 4. Le jeune âge des participantes et l’aition rapporté par Pausanias au début de son récit amena plusieurs chercheurs, dont Judith Barringer, à identifier cette épreuve à un rite prénuptial pour les jeunes filles en âge de se marier : cf. Judith Barringer, « The Temple of Zeus at Olympia, Heroes, and Athletes », Hesperia 74, 2005, p. 211-241 (p. 231). Dans la même logique d’identification, la course des jeunes filles serait le parallèle du concours hippique organisé par Pélops pour la même occasion, cf. Pindare, Olympiques, I, 866-1000.

52 François Chamoux, « La méthode historique de Pausanias d’après le livre I de Periégèse », Pausanias historien. Entretiens sur l’antiquité classique, tome XLI, Fondation Hardt, Genève, 1996, p. 45-69 (p. 59).

53 Pausanias, I, 17, 4-5 ; François Chamoux, art. cit., p. 61 ; Vinciane Retour à la source. Pausanias et la religion grecque, Kernos Suppl. 20, Liège, 2008, p. 71.

54 Vinciane Pirenne-Delforge, op. cit., p. 88.

55 Claude Calame, « Pausanias le Périégète en ethnographe ou comment décrire un culte grec », in Jean-Michel Adam, Marie-Jeanne Borel, Claude Calame, Mondher Kilani, Le discours anthropologique, description, narration, savoir, Lausanne, 1995, p. 205-226 (p. 215).

56 Synnøve des Bouvrie, « Gender and Games at Olympia », in Brit Berggreen, Nanno Marinatos (ed.), Greece and Gender, Papers from the Norwegian Institute at Athens, Bergen, 1995, p. 55-74 (p. 62).

57 Dolores Mirón, « The Heraia at Olympia », art. cit. (n. 30), p.

58 Les seize femmes continuèrent d’être choisies par leurs concitoyens après la «  restructuration politique du pays », puisque chacune des huit tribus devait envoyer deux femmes pour participer au collège des seize (Claude Calame, Les chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque. Morphologie, fonction religieuse et sociale, Rome, 1977, p. 212). Peut-on se permettre un rapprochement avec le rôle donné aux prêtres de Zeus à Olympie dans les règlements de conflits (Nomima, I, 51, milieu du VIe av. J.-C., Olympie) ?

59 Pausanias, VI, 24, 10.

60 John Scheid, Jesper Svenbro, Le métier de Zeus : mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, 1994 (réimpr. 2003), p. 17-20.

61 Bien que Ioanna Papadopoulou l’ait présenté comme étant la forme féminine de la parole dans le cas de Pénélope (Ioanna Papadopoulou-belmehdi, Le chant de Pénélope, Paris, 1994, p. 151).

62 Sur le roi Arkas enseignant le tissage à des hommes, cf. Pausanias, VIII, 4, 1 ; Lucrèce, De rerum natura V, 1350-60 ; Platon, Hippias mineur 368 C ; Platon, Phédon 87 B.

63 Aristophane, Lysistrata 565-586 ; Platon, Le Politique 287 B-C. Cf. Ioanna Papadopoulou-belmehdi, op. cit. (n. 61), p. 150.

64 Pausanias, V, 16, 6.

65 Bien que son importance soit également liée à Pélops et à Olympie.

66 Dolores Mirón, op. cit. (n. 30), p. 22. Ces seize femmes étaient également en du culte de Dionysos et organisaient son festival à Élis.

67 Je remercie particulièrement Gabriella Pironti pour ces observations.

68 Jean Rudhardt, Les dieux, le féminin, le pouvoir. Enquêtes d’un historien des religions, Genève, 2006, p. 55.

69 François de Polignac, « Héra, le navire et la demeure : offrandes, divinité et société en Grèce archaïque », in Juliette de la Genière (éd.), Héra. Images, espaces, cultes, actes du colloque international du centre de recherches archéologiques de l’université de Lille III et de l’association PRAC, Lille, 29-30 novembre 1993, Naples, 1997, p. 113-122 (p. 118) ; François de Polignac, « Divinités régionales et divinités communautaires dans les archaïques », in Les panthéons des cités des origines à la Périégèse de Pausanias, Kernos Suppl. 8, 1998, p. 23-34 (p. 26).

70 Plusieurs arbitrages rendus par des hommes à l’époque archaïque ont aussi été remis en cause par les historiens modernes : exemples chez Hérodote, VII, 154 avec une remise en cause par Marcus N. Tod, International Arbitration…, op. cit. (n. 17), p. 64 Pausanias (IV, 5, 2 sur les Spartiates et les Messéniens) et Plutarque (Apophtegmes des Lacédémoniens, Moralia 230 C-D).

71 Nous trouvons chez Plutarque une autre mention de l’action de seize femmes, cette fois-ci dans leur fonction de prêtresses de Dionysios, lors de leur tentative de médiation auprès d’Aristotimos (Plutarque, Conduites méritoires des femmes, Moralia 251 E-F). Pausanias mentionne des prêtres de Dionysos, mais pas de prêtresses (VI, 26, 1).

72 Cf. les dédicaces faites par des femmes en leur nom et sur leurs biens : par exemple IG, I2, 473/IG, I3 794 (vers 490-480 av. J.-C., Athènes) ; IG, I2, 425/IG, I3 547 (500-475 av. J.-C., Athènes).

73 Cf. le serment des fondateurs de Cyrène (SEG IX, 3) ; la fondation de Locres Épizéphyréenne (Polybe, XII, 6) ou la relocalisation de Mantinée (Pausanias, VIII, 8, 4).

Auteur

Université de Caen

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search