Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modèles économiques et diffusion

Modèles économiques et diffusion

Texte intégral

1Ces dernières décennies, l’économie du monde éditorial en sciences humaines et sociales a été bouleversée. Les ventes de livres par titre ont diminué de manière continue depuis 1990, ce qui a conduit à un retrait progressif de l’édition privée généraliste de certains secteurs de publication, mais aussi à l’apparition de nouveaux éditeurs de petite taille spécialisés en SHS, tandis que les éditeurs universitaires ont expérimenté de nouveaux modes d’organisation, que les laboratoires ont parfois pris en charge les tâches éditoriales et que les plateformes numériques comme OpenEdition, ont proposé une alternative économique et technique à l’édition, qu’elle soit imprimée ou électronique. Dans le même temps, la diffusion des revues, centrale en matière de recettes dans l’économie du secteur, en particulier public, a également diminué, du moins à travers les canaux traditionnels représentés par les volumes papier et l’abonnement ou la diffusion en librairie. Inversement, la mise en ligne massive des périodiques depuis une dizaine d’années a donné un nouvel élan à d’autres formes de diffusion, dont les revenus demeurent néanmoins bien moindres.

2L’articulation entre modèles économiques et pratiques de diffusion n’est pas aisée à saisir aujourd’hui, d’autant que la variété des situations au sein du secteur éditorial est grande. Il y a certes une nette division entre le privé et le public, qui correspond à une réalité objective, mais, d’une part, les éditeurs publics intègrent, dans une mesure variable selon les institutions, les contraintes économiques au sein de leur modèle, même si l’attention au marché n’est pas équivalente à celle de l’édition privée qui développe des stratégies spécifiques (actualité, anniversaires, positionnements identifiables, thématique ou idéologique). D’autre part, les éditeurs privés travaillent également avec des subventions publiques liées au soutien à la publication (CNL, collectivités territoriales, institutions de recherche, etc.), ce qui les rapproche parfois du secteur public. Enfin, il importe de tenir compte, dans cette réflexion, de l’évolution de la diffusion (avec la question de l’articulation entre le public et le privé) et du lectorat, en se demandant quels lecteurs visent réellement les éditeurs de SHS aujourd’hui et quelles modifications stratégiques ont pu intervenir dans ce domaine depuis vingt ans. On voudrait donc parvenir, à travers ces interrogations, à dégager certains principes d’organisation du monde de l’édition, un secteur qui se caractérise souvent par sa fragmentation selon les disciplines et les types de publication, le clivage entre les revues et les ouvrages étant essentiel.

3En tentant d’articuler une vision globale de certains enjeux, sur les revues ou la librairie par exemple, à une étude de cas comme celui de l’économie des presses d’une grande université de province, c'est la notion même de modèle dans l’édition en SHS que l'on souhaite interroger, ainsi que les formes possibles d’équilibre financier, entre types d’ouvrage (essai, monographie savante, ouvrage de référence, para-universitaire, etc.), revues et livres, papier et électronique, public et privé, subventions et produits des ventes.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search