Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Publications et évaluation scientifique

Prestige et valeurs disciplinaires des revues scientifiques

Béatrice Milard

Texte intégral

  • 1 Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019.
  • 2 Mauss et Durkheim, 1971 ; Douglas, 2004 ; Chauvin, 2006.

1À l’heure où les institutions de la recherche s'interrogent sur l’avenir de l’édition scientifique, tant sur le plan de son organisation que de son financement1, il apparaît nécessaire d’observer les pratiques éditoriales des chercheurs eux-mêmes car ils sont les principaux acteurs du secteur, comme auteurs, comme directeurs de revue, comme responsables éditoriaux, etc. À travers leurs comportements et leurs valeurs, ils sont à l’origine de hiérarchies entre les supports de publication, puisque l'on sait le rôle des classements dans la structuration des hiérarchies sociales2.

  • 3 Alliance des éditeurs indépendants, 2006 ; Lemercier, 2015.

2Pourtant, la question de l’inégale qualité des revues demeure un sujet sensible au sein de la communauté scientifique. En l'abordant, on craint de sembler justifier l’existence de ces classements, une source inévitable de polémiques, mais ne pas l’évoquer revient à nier les pratiques effectives des chercheurs et de leurs institutions qui font valoir ces hiérarchies dans leur fonctionnement quotidien. Se pencher sur ces logiques d’action semble essentiel, et ce d’autant plus qu’il s’agit d’un complément indispensable aux réflexions sur les « bonnes pratiques éditoriales » qui s’intéressent plutôt aux aspects formels de l’édition scientifique. L’analyse de ces usages permet également de réfléchir aux modèles économiques et aux soutiens institutionnels pertinents dans le domaine de l’édition scientifique. La reconnaissance de la diversité des attitudes des chercheurs vis-à-vis de leurs revues rejoint celle d’une « bibliodiversité », selon le terme apparu lors des récents débats sur l’édition ouverte3. Les politiques de régulation qui seront éventuellement mises en place dans les années à venir devront tenir compte de la multiplicité des pratiques et des valeurs des chercheurs pour espérer une large adhésion et une réelle efficience.

  • 4 Mabe, 2003 ; Constans et Rivoal, 2014.
  • 5 Contat et Gremillet, 2015.

3Sur quoi fait-on généralement reposer le jugement sur la qualité des revues savantes ? Les contenus scientifiques sont décisifs mais ils ne sont jamais considérés comme les seuls critères. Sont également évoqués la pratique de l’évaluation par les pairs, mais aussi d’autres éléments, tels la longévité et la régularité de la revue ou le taux de rejet d’articles soumis4. Il s’agit généralement de critères sur lesquels les revues ont la main, qui relèvent de leurs « bonnes pratiques » et qui sont plus ou moins pris en considération par les financeurs5.

Historique des classements de revues

  • 6 Pour un historique récent, voir Larivière et Sugimoto, 2018.
  • 7 Dassa, Kosmopoulos et Pumain, 2010.

4Dès le milieu du xxe siècle sont apparus des catalogues et des bases de données qui permettaient de comptabiliser les citations que les revues réunissent chaque année, le plus ancien et le plus reconnu étant le Science Citation Index créé dans les années 1960 par Eugene Garfield et passé depuis dans le domaine privé sous le nom de Web of Science6. Depuis les années 2000, à l’échelle nationale et européenne, sont venus s’ajouter à ces classements bibliographiques ceux d’instances d’évaluation ou de financement de la recherche, tels l’AERES ou l’ERIH, les seconds s’appuyant largement sur les premiers7. Les critères qui prévalent ne sont plus liés aux activités des revues mais sont issus d’algorithmes (on parle de facteur d’impact) ou résultent de décisions politiques.

  • 8 Fridenson, 2009.
  • 9 Seglen, 1997 ; Pontille et Torny, 2010a ; Zitt, Perrot et Barré, 1998 ; González-Pereira, Guerrero (...)
  • 10 Gingras, 2008 ; Müller et De Rijcke, 2017.
  • 11 Guédon, 2001.
  • 12 Constans et Rivoal, 2014.
  • 13 Milard, 2014.

5La multiplication de cette hiérarchisation a engendré des critiques. On peut en retenir trois types qui ne sont pas forcément indépendants les uns des autres8. Le premier renvoie à l’idée que ces classements ne se saisissent pas de l’ensemble de l’activité scientifique qui les déborde largement, le deuxième qu’ils sont fabriqués, potentiellement manipulés et, dans tous les cas, performatifs, le troisième qu’ils doivent être affinés en ne tenant pas seulement compte du nombre de citations mais également d’autres critères comme l’internationalisation des revues ou leur position structurale par rapport aux autres publications du secteur9… Ces débats attestent de la centralité des classements au sein de la pratique scientifique, qui ne sont en réalité que l’exacerbation de hiérarchies implicites observables au quotidien dans le rapport qu’entretiennent les chercheurs avec leurs revues10. Comme l’affirme Jean-Claude Guédon, être publié dans certaines revues réputées génère de la notoriété et crée le sentiment d’appartenir à un club sélect11 ; les chercheurs surveillent les quelques titres qui les intéressent et regardent si leurs pairs y ont publié. Le prestige d’une revue est une « échelle de valeurs partagée dans une communauté12 », puisque la publication est le lieu par excellence d'expression des relations intellectuelles et sociales du scientifique13.

  • 14 Le projet RESOCIT financé par l’ANR (2012-2015) portait non seulement sur les pratiques et les rés (...)

6Même parmi les plus vifs défenseurs de la bibliodiversité ou les critiques les plus virulents des classements, personne ne prétendrait que toutes les revues se valent. Or à ce sujet, les chercheurs préfèrent mobiliser des arguments épistémiques plutôt qu’analyser les logiques sociales. Notre étude s’est portée sur les façons d’évaluer les revues et plus spécifiquement sur les critères de sélection d’un périodique14. Près d’une centaine d’entretiens sur les conditions de soumission aux revues ont été menés, dans un premier temps auprès de chimistes, puis dans un second temps auprès de biologistes, de mathématiciens, d’économistes et de sociologues. L’échantillon a été sélectionné en fonction des revues qui figurent dans le Web of Science et qui sont donc réputées sélectives et prestigieuses. Il apparaît clairement que tous les chercheurs n’ont pas la même expérience de la soumission de publication et que se dégage une logique d’action selon la discipline pratiquée.

Biologie et chimie

7La biologie et la chimie présentent de grandes similarités (plus précisément, la biologie moléculaire et la chimie de coordination, les domaines auxquels sont rattachés les chercheurs interrogés). Leur démarche est la suivante : la revue est choisie très tôt, avant la rédaction de l’article. Il importe de trouver celle qui convient aux résultats scientifiques car tout est très codifié ou, comme l’explique un biologiste, « parce que ce type de manip va très bien avec ce journal-là, qui est un journal très pointilleux sur le côté biochimie, protéines, chimie ». La thématique des revues est essentielle et précise comme le souligne un autre biologiste : « On ne va pas évidemment publier des articles de mécanismes enzymatiques dans des revues qui vont plutôt s’intéresser à des caractérisations de produits ou de polymères de sucres. »

8Même si la spécialité des revues est prégnante, il existe tout de même des classements : un chimiste explique qu’il a « une hiérarchie des journaux dans [sa] tête ». Dans les deux disciplines, la revue prestigieuse est un idéal à atteindre, un véritable Graal. L’un de ses collègues déclare que « [publier] dans Nature, c’est un rêve… Une fois dans sa vie publier là-dedans… ». Les chances de réussite sont néanmoins toujours estimées avec sang-froid car les politiques éditoriales des revues sont connues des chercheurs de chaque discipline : « c’est quelque chose de bon pour la microbiologie, mais pas pour Science ou Nature, ou quelque chose comme ça », énonce un biologiste à titre d’exemple. Les stratégies sont souvent de type « essais-erreurs » : les auteurs envoient leur texte à des revues très prestigieuses dans un premier temps, puis réajustent éventuellement leur sélection en fonction des refus. Deux biologistes détaillent ainsi le processus : « je pense qu’on a commencé à l’envoyer à des journaux avec un facteur d’impact très important pour voir » et « ça avait été refusé en fait, donc du coup, on a pris un journal avec un facteur d’impact moins important, voilà ». Ce type de démarche peut engendrer des regrets. Un chimiste déclare à ce sujet : « Je n’ […] étais pas sûr qu’il fallait l’envoyer à une revue aussi prestigieuse… » Pourtant, dans l’ensemble, les chercheurs s’accommodent de ces pratiques. Ils prévoient en amont soit de proposer leur article à plusieurs revues soit de réajuster leurs choix en fonction du retour des évaluateurs. Parfois, les éditeurs conseillent également de soumettre les textes à d’autres périodiques ou les scientifiques envoient eux-mêmes les évaluations reçues à une publication moins prestigieuse que la première parce que, selon un chimiste, « c’est la même société et cela [lui] fait gagner trois semaines ». Le système éditorial est donc assez clair pour les auteurs : les revues sont bien connues et repérées, le processus est assez prévisible mais il peut également s’avérer assez long.

Économie

9En économie, le prestige des revues tient avant tout à leur rang dans les classements issus de bases de données telles que RePEc (Research Papers in Economics) ou Web of Science. La question du rang du périodique est omniprésente et l’objectif est de publier dans le mieux classé, « parce que tout le problème c’est de faire passer un papier dans une bonne revue ». Le classement est connu de tous : « Vous savez qu’il y a un ranking dans les revues en économie […], on peut ne pas être d’accord mais les gens s’y réfèrent » ; « j’aurais préféré [nom d'une revue] parce qu’ils sont un rang au-dessus ». Dans cette discipline, les choix des périodiques ne reposent pas seulement sur la nature des résultats à publier ; tout est bon pour augmenter ses chances de parution : « Ils ont fait un bouquin et chaque chapitre du bouquin était consacré à un pays différent et ils ont réussi à publier chaque article dans des revues différentes, donc ils ont maximisé les publications… » Dans un contexte de forte compétition ou, du moins, vécu comme tel, les références constituent un outil stratégique : « En économie, l’a priori c’est que je vais essayer de refuser un article. Donc tu essaies de te protéger contre » ; « lorsqu’on soumet dans une revue, on a tendance à faire gaffe quand même aux papiers comparables qui ont été déjà publiés en se disant que les éditeurs n’apprécient pas forcément si on soumet sans citer des papiers qui sont extrêmement proches ». Une autre méthode consiste à proposer le texte à une publication collective : « Une des raisons pour lesquelles on soumet aux numéros spéciaux, c’est que généralement c’est plus simple d’y publier. » La hiérarchie entre les revues est très forte et l’acceptation n’est pas toujours prévisible. Face à cette situation, certains économistes prennent peu de risques, quitte à le regretter ensuite : « Donc on s’est demandé si on n’aurait pas dû l’envoyer à une revue de classement 1 […]. Je pense qu’on aurait pu l’envoyer à une meilleure revue. » La compétition, ce principe organisateur, est assez peu contestée : « On a reçu deux rapports argumentés, il y a un éditeur qui fait ses choix, rien à dire. » Mais le corollaire de ce système est une tendance à la précipitation : « On peut évidemment être malchanceux et tomber sur quelqu'un qui laisse traîner, mais bon... En économie, les personnes en charge du travail éditorial sont en principe soumises à des contraintes assez fortes. »

Mathématiques

10En mathématiques, le prestige d’une revue dépend de son caractère universel et fondamental (théorique) : « On a choisi une revue qui est bonne, qui est réputée, mais ce n’est pas une des meilleures revues au monde » ; « là on a commencé vraiment très haut niveau mais ça a été vite refusé parce qu'ils ont dit que ce n’est pas... pas assez fondamental ». S’il y a bien une hiérarchisation des revues, le critère de sélection est davantage lié à l’appréciation que le chercheur a de son propre travail que dans les autres disciplines : « Moi, un article dont je suis très fier, parfois je l'envoie à une très, très bonne revue. Et si c’est refusé, je descends. » Il existe deux ou trois grandes revues, reconnues par tous comme les meilleures, sans pour autant qu’elles soient les plus citées. Un mathématicien déclare : « C’est la notion de prestige qui est importante en mathématiques fondamentales, pas celle d’impact. La plupart ne regardent pas [les taux de citation]. » Il poursuit : « Par contre la notion de prestige se construit sur l’ancienneté de la revue, et les grands papiers qui ont été publiés dedans et le prestige du comité. » La présence d’un éditeur médaillé donnera par exemple de la valeur à une revue moins cotée : « Quand même dans [nom d'une revue] il y a [nom] qui est médaille Fields dans l’editorial board, donc après une hésitation, j’ai envoyé à lui directement. »

11En mathématiques, les revues ne sont pas au cœur de l’activité de recherche. Il s’agit d’un système parallèle nécessaire pour avoir des médailles ou des postes : « Pour te dire à peu près, la norme, c’est une centaine de pages à Acta ou dans Annales pour une médaille Fields. Une publication à Annales, ça te vaut direct un poste de prof. » Les mathématiciens sont d’ailleurs parmi les chercheurs qui ont le plus rapidement adhéré à l’archive ouverte arXiv : « Dans la mesure où la version qui est sur arXiv est identique à la version consignée à la revue et dans la mesure où la revue accepte de considérer quelque chose qui est déjà sur Arxiv, en général en mathématiques on n’a pas de problèmes. » Enfin, on constate un ensemble de caractéristiques propres aux mathématiques qui révèlent une impression de saturation du système éditorial. Il y a un choix limité de revues : « On a un certain nombre de revues, une dizaine, une vingtaine, et je n’ai pas forcément pensé à élargir, et puis y’a pas non plus un choix illimité. » Il n’est pas rare que le processus soit très long : « Pour les revues qui publient rapidement, ça peut être trois mois et ensuite vous avez des revues qui peuvent mettre jusqu’à deux ans. » La taille des articles pose parfois également problème : « C’est un gros papier, cinquante pages ce n’est pas facile à publier. » La saturation peut même constituer le motif explicite du rejet d’un article par une revue : « Ils m’avaient dit “en fait, on a déjà trop de papiers”. »

Sociologie

12En sociologie, le prestige des revues se manifeste sous une forme spécifique. Celles-ci sont largement associées aux individus qui s’en occupent. On parlera ainsi de « [nom d'un sociologue], l’un des poids lourds de la revue ». Cette prégnance des responsables peut produire des formes d’appropriation ou, tout au moins, donner le sentiment qu’ils sont les éléments clés d’une rédaction : « [nom d'un sociologue] a décidé d’en [la revue] faire un peu sa chose. » D’une manière générale, la position d’éditeur scientifique est prestigieuse, notamment parce qu’elle donne le pouvoir d’intercéder dans la soumission des articles : « [nom d'un sociologue] est quand même quelqu’un d’important, qui a une collection [nom], qui est quand même une grande collection dans une grande maison d'édition » ; « [nom d'un sociologue] nous a aidé pour soumettre un autre article à la revue qu’il dirige ou codirige ». La soumission d’un texte est souvent encadrée par des échanges en amont et par l’activation de chaînes de relations : « [nom d'un sociologue] m’a proposé de participer en faisant un article sur la France – j’étais à l’aise avec le sujet donc j’ai dit oui. » Ces interactions peuvent résulter de relations anciennes et fortes. L’un des auteurs interrogés précise que le choix de la revue a tenu au fait que son coauteur tutoie la directrice du périodique. Les liens peuvent être également temporaires : « J’avais rencontré des gens à cette occasion-là [séjour], je les ai recroisés, ils m’ont proposé de publier le papier dans [nom d'une revue]. »

13En réalité, il arrive bien souvent qu’il n’y ait pas de soumission parce qu’il s’agit de numéros spéciaux : « En fait je ne l’ai pas soumis. Je l’ai envoyé à [nom d'un sociologue], c'est lui qui se dépatouille après. » Dans ce cas, l’incertitude concernant l’acceptation est très réduite : « J’étais sûre qu’il allait être pris, à condition de le retravailler avec les coordinateurs du numéro. » Il en est de même lorsqu’il y a eu des échanges en amont avec le comité de rédaction de la revue : « J’avais eu vent de l’intention de [nom d'une revue] de publier un numéro sur les valeurs, etc. » ; « [nom d'un sociologue] connaissait quelqu’un qui était au comité de rédaction donc il y avait eu des discussions en amont sur l’intérêt qu’il pouvait y avoir ». Cette pratique fréquente en sociologie entraîne un processus de soumission assez rapide. Ce type de fonctionnement ressemble plus à de la cooptation qu’à de l’évaluation par les pairs. Et même quand cette dernière est pratiquée, les dispositifs éditoriaux des revues qui fonctionnent en comité de rédaction permettent à celui-ci de se réserver le dernier mot : « Les deux rapporteurs étaient [positifs] et puis il y avait, au nom du comité de lecture, [nom d'un sociologue] qui faisait une liste longue comme le bras de suggestions. » Il n’est pas rare que les relations directes prennent le pas sur l’anonymat que les revues essaient de mettre en place : « Alors au début c’était anonyme […]. J’ai eu deux lectures avec des demandes de corrections […]. Du coup je l’ai retravaillé […]. Et là, j’ai eu un contact avec un chercheur, un collègue, […] ; il a baissé le masque parce que normalement tout ça est anonyme […], on a même eu une conversation téléphonique ! »

14Les revues de sociologie se distinguent les unes des autres et présentent des identités fortes : « Moi j’étais dans la case de [nom d'une revue], et [mon article] a été accepté moyennant quelques modifications […]. Toutes les revues ont une grille comme ça. » Certains chercheurs sont amenés à s’interroger sur les procédures d’acceptation : « C’est surtout que je n’avais pas envie d’avoir cinq articles dans [nom d'une revue]. Surtout que certains aussi dans le comité de la revue sont quand même proches de mes méthodes… Donc, il y a quand même la crédibilité qui est mise en jeu : est-ce que les papiers sont bons ou est-ce que c’est parce que je fais à peu près ce qu’ils veulent que ça marche ? » Ces caractéristiques poussent parfois les sociologues à soumettre leurs travaux à des revues d’autres disciplines ou d’aires linguistiques différentes, en expliquant que c’est « parce que des revues sociologiques qui publient sur [thématique] y en a pas beaucoup », « parce que le monde des revues françaises est assez limité ».

Plaidoyer pour une biblioécologie

  • 15 White (dir.), 2011 ; Grosseti et Bès, 2003.

15Cette typologie de pratiques professionnelles et scientifiques montre que le prestige d’une revue ne repose pas sur les mêmes valeurs en fonction de la discipline étudiée. Toutefois, les oppositions ne se trouvent pas toujours entre les sciences sociales et les sciences formelles et naturelles et il y a de fortes divergences au sein même de ces ensembles disciplinaires. Par exemple, les rythmes de publication sont inégaux : très lent pour les mathématiques, assez rapide pour l’économie et intermédiaire pour la biologie, la chimie et la sociologie. Les incertitudes liées à la soumission et l’acception d’un article diffèrent également d’une discipline à l’autre. Si les décisions des éditeurs ou des comités de rédaction sont assez prévisibles en biologie, en chimie et en sociologie, elles le sont beaucoup moins pour l’économie et les mathématiques. De même, les contextes éditoriaux ne sont pas de même nature. Certaines disciplines accordent une large part aux relations sociales dans le processus de publication : la cooptation en sociologie et la réputation personnelle en mathématiques. D’autres s’appuient plus sur des dispositifs et sur les institutions qui les soutiennent : le ranking des revues en économie et la nomenclature disciplinaire d’un système éditorial très partitionné en biologie et chimie. On a donc affaire à des contextes sociaux plutôt encastrés (structurés par les relations personnelles) ou découplés (structurés par les institutions)15. Enfin, le système de hiérarchisation des périodiques n’est pas uniforme. Pour résumer schématiquement, la figure de la pyramide prévaut en économie (avec les revues « top 1 » à son sommet), celle des paliers à franchir en biologie et en chimie (avec tout au bout les revues Science et Nature considérées comme le « Graal »), celle de la grappe en mathématiques (avec au centre de cette polarisation les revues « bibles ») et celle des îlots en sociologie (et autant de revues « totem », un peu isolées les unes des autres). Il s’agit évidemment d’idéaux-type et les comportements des chercheurs d’une même discipline ne sont pas toujours pas homogènes. Notons d’ailleurs que les deux scientifiques en mathématiques appliquées interrogés ont des pratiques qui ressemblent à celles de la biologie, tandis que la démarche des trois économistes hétérodoxes rencontrés s’apparente à celle des sociologues. Dans ce contexte, il serait pertinent d’élargir l’échantillon à d’autres disciplines ou spécialités afin de voir si les pratiques observées continuent à se diversifier. Il faudrait alors peut-être repenser la typologie en fonction de la taille des communautés, de leur histoire et de leur géographie.

  • 16 Merton, 1973.

16Robert King Merton considérait les revues comme un espace d’institutionnalisation de l’ethos scientifique des chercheurs16. À travers cette étude, nous avons vu que les logiques d’action révèlent des ethos disciplinaires avec des hiérarchisations spécifiques. Il n’existe donc pas de réponse unique à la question « qu’est-ce qu’une bonne revue scientifique ? » Reconnaître la pluralité des hiérarchisations au sein de la communauté scientifique a deux conséquences importantes pour l'avenir de l’édition scientifique. Premièrement, le fait qu’il n’y ait pas un modèle éditorial unique pose la question du soutien financier à la diffusion de la recherche dans les disciplines où les processus de publication sont le moins formalisés. En effet, comment faire reconnaitre des procédures qui ne reposent pas sur des classements explicites mais sur des interactions et des relations informelles ? Deuxièmement, les revendications touchant à la bibliodiversité doivent prendre acte de cette pluralité et se transformer en une biblioécologie qui tienne compte des milieux dans lesquels évoluent les chercheurs ainsi que des projets politiques qui les traversent, faute de quoi les scientifiques laisseront la porte ouverte à d’autres formes de hiérarchisations étrangères à leurs pratiques et à leurs valeurs.

Notes

1 Comité de suivi de l’édition scientifique, 2019.

2 Mauss et Durkheim, 1971 ; Douglas, 2004 ; Chauvin, 2006.

3 Alliance des éditeurs indépendants, 2006 ; Lemercier, 2015.

4 Mabe, 2003 ; Constans et Rivoal, 2014.

5 Contat et Gremillet, 2015.

6 Pour un historique récent, voir Larivière et Sugimoto, 2018.

7 Dassa, Kosmopoulos et Pumain, 2010.

8 Fridenson, 2009.

9 Seglen, 1997 ; Pontille et Torny, 2010a ; Zitt, Perrot et Barré, 1998 ; González-Pereira, Guerrero-Bote et Moya-Anegón, 2010.

10 Gingras, 2008 ; Müller et De Rijcke, 2017.

11 Guédon, 2001.

12 Constans et Rivoal, 2014.

13 Milard, 2014.

14 Le projet RESOCIT financé par l’ANR (2012-2015) portait non seulement sur les pratiques et les réseaux de citations mais également sur les soumissions aux revues : anr.fr/Projet-ANR-11-BSH1-0013 (consulté en juin 2020).

15 White (dir.), 2011 ; Grosseti et Bès, 2003.

16 Merton, 1973.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search