Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Publications et évaluation scientifique

Publications et évaluation scientifique

Texte intégral

1La question de l’évaluation est au cœur de la politique de la recherche dans les pays européens depuis le début des années 2000. Il s’agit de parvenir à mettre en place des instruments de mesure des productions individuelles, mais aussi collectives, à travers l’évaluation des institutions, un processus dans lequel le modèle des sciences de la nature joue un rôle particulièrement important, à la fois d’attraction et de répulsion. Dans cette perspective, une part de l’évaluation semble avoir été déléguée à l’édition, sous toutes ses formes, même si des distinctions existent selon les disciplines. Le nombre de publications, leur forme et leur lieu (revues, collections, éditeurs prestigieux, etc.) sont aujourd’hui des critères importants de mesure de la valeur scientifique. Cette évolution, qui articule l’évaluation par les éditeurs (qu’il s’agisse des comités des revues ou des maisons d’édition) et par les instances universitaires, pose plusieurs questions. Tout d’abord, celle de l’interaction entre ces pratiques de l’évaluation et les usages des acteurs de l’édition qui doivent prendre conscience du rôle clé qu’ils jouent dans le processus de structuration des carrières et de répartition des ressources. Cette réalité peut être interrogée du point de vue de l’édition tant privée que publique. Il n’est pas certain que la première intègre les conséquences académiques de ses choix éditoriaux de la même manière que la seconde, étant principalement attentive à d’autres contraintes et d’autres critères. Pour autant, les éditeurs privés sont loin d’être hermétiques au jeu universitaire et les directeurs de collection sont souvent des chercheurs, les réseaux savants étant étroitement articulés aux grandes maisons d’édition.

2Ensuite, la deuxième question à se poser est celle de la capacité à produire une mesure pertinente de la valeur scientifique à partir des publications, à travers des outils bibliométriques par exemple. Le « facteur d’impact » tient lieu, à ce titre, de symbole dans la réflexion sur les spécificités éditoriales des SHS par rapport aux STM et cette thématique a suscité une prise de position des pouvoirs publics. Il importe maintenant d’aller plus loin. Dans ce domaine aussi, les souhaits politiques autoréalisateurs, qui tendraient vers une automatisation de l’évaluation sur une base chiffrée et mesurable, et les dénonciations idéologiques, qui font comme si cette situation existait déjà alors qu’on en est loin, tiennent plus de place qu’une connaissance fine et réflexive de la situation qui reste largement à élaborer.

3Enfin, se pose la difficile question des critères de l’évaluation des ouvrages et des articles par les chercheurs et les éditeurs, ainsi que celle de la reconnaissance relative de ce travail évaluatif et éditorial dans les carrières scientifiques. En confrontant une diversité d’expériences institutionnelles et d’approches de l’évaluation, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives, on peut ainsi tenter de décrire l’étroitesse des liens que l’édition scientifique tisse entre savoir et pouvoir et remettre en perspective les effets aussi bien intellectuels que politiques de la normativité éditoriale à l’œuvre dans les communautés savantes.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search