Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Reconfigurations de la communication scientifique

Archives ouvertes et réseaux sociaux académiques

les dépôts dans HAL-SHS

Émile Gayoso et Camille Prime-Claverie

Texte intégral

1Avec la création d’arXiv pour les mathématiques et la physique en 1991, de RePEc (Research Papers in Economics) pour l’économie en 1997 et de PubMed Central pour la biologie et la médecine en 2000, les archives ouvertes se sont placées au cœur de la problématique de l’open access (libre accès ou accès ouvert)1. En France, la plateforme de dépôt d’articles de recherche HAL joue ce rôle depuis la création en 2000 du Centre pour la communication scientifique directe (CCSD). Développé au sein de l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3), HAL est lancé en 2001 et devient en 2006, suite à un protocole d’accord signé par les universités et les grandes écoles françaises, la plateforme commune d’archivage de la recherche scientifique des établissements d’enseignement supérieur français. En octobre 2019, elle compte plus de 1 900 000 références de documents scientifiques, dont un tiers est archivé en texte intégral (environ 620 000). L’essentiel des dépôts est constitué de notices contenant les métadonnées de documents scientifiques : le titre du document, le nom de l’auteur, la date de parution, le nom de la revue, etc. HAL peut être utilisé à la fois comme un outil de communication scientifique directe qui rend accessible des articles, publiés ou non dans des revues, et comme un outil de gestion de la recherche qui permet aux universités et aux institutions de recherche d’identifier la production scientifique de leurs laboratoires.

  • 2 Pour plus de précisions sur l’évolution du cadre légal depuis 2016, voir Stérin, dans le présent o (...)

2En tant qu’archive ouverte nationale, HAL apparaît comme un dispositif incontournable pour qui cherche à mesurer l’essor de l’open access en France. À la suite de la promulgation de la loi pour une République numérique en octobre 2016, dont le libre accès est l’un des enjeux, cet espace numérique ouvert est plus que jamais d’actualité car il donne une indication sur la manière dont la communauté des sciences humaines et sociales s’est emparée de cette problématique. L’article 30 de la loi garantit en effet aux chercheurs la possibilité de diffuser sur une archive ouverte leurs écrits scientifiques publiés dans des revues, même après une cession des droits exclusifs à un éditeur, au bout d’un embargo maximal de six mois en STM et de douze mois en SHS2.

  • 3 Mahé et Prime-Claverie, 2017a et 2017b ; Gayoso, 2020.
  • 4 Ces 368 revues, choisies par le CSES pour suivre les répercussions de la loi pour une République n (...)

3Nous voudrions essayer de dresser ici, à partir des résultats de différentes études, un panorama des comportements d’autodiffusion de la recherche en SHS et plus particulièrement pour les cinq disciplines qui ont été choisies par le Comité de suivi de l’édition scientifique : histoire, études littéraires, éco-gestion, géographie et sciences de l’environnement3. Nous questionnerons, hors des circuits traditionnels de l’édition scientifique, la transition vers l’accès ouvert ou gratuit des publications académiques, en explorant les pratiques d’autoarchivage sur HAL-SHS (accès ouvert) et la diffusion des publications sur les sites de réseaux sociaux académiques comme Academia.edu et ResearchGate (accès gratuit). Nous distinguons l’ « accès gratuit » de l’« accès ouvert » car rien ne garantit l’intégrité ni la pérennité d’un dépôt sur les réseaux sociaux académiques, si bien que la présence de textes intégraux d’articles sur ces plateformes ne peut être considérée comme une modalité d’accès ouvert au sens plein du terme. Ce panorama se fonde principalement sur deux corpus. Le premier, appelé corpus 1 par la suite, consiste en l’intégralité des dépôts réalisés sur HAL-SHS de 2002 à 2016 (336 160 notices), toutes disciplines et tous formats de documents confondus ; le second (corpus 2) est composé de 27 163 notices et textes intégraux déposés dans HAL (et non pas de chapitres d’ouvrage ou d’autres formats de documents) et publiés entre 2002 et 2018 au sein des 368 revues de SHS sélectionnées par le CSES sur des plateformes d’édition tels Cairn.info, OpenEdition, etc.4 Seules des revues à comité de lecture et de droit français sont représentées.

L’évolution des dépôts de 2002 à 2018

  • 5 Une interface de programmation applicative (API) est un ensemble de classes, de fonctions et de mé (...)
  • 6 MédiHAL est une instance de HAL destinée au dépôt d’archives sonores et visuelles produites dans l (...)

4L’étude de l’évolution des dépôts sur la période 2002-2018 a été réalisée à partir des données du corpus 1 complétées par l’interrogation de l’interface de programmation applicative HAL sur 2017 et 20185. Ces données sont nécessaires pour analyser les conséquences de la loi pour une République numérique. Une vingtaine de types de documents sont proposés par l’archive ouverte : en grande majorité des documents textuels (presque 93 %), dont près d’un tiers d’articles de revues (32 %), 22 % d’actes de conférence et 19 % de chapitres d’ouvrage. Depuis 2009, il existe aussi 7,2 % de « données de la recherche », c’est-à-dire des photos, des vidéos, des cartes et des sons déposés sur MédiHAL6. Sur HAL, il est possible de déposer une notice seule ou accompagnée d’un ou plusieurs fichiers contenant le document décrit (texte intégral, image, etc.). Presque un quart (23,4 %) est des dépôts avec fichier.

5Depuis fin 2016, on constate une forte évolution du nombre de dépôts des articles et des chapitres d’ouvrages, qui coïncide avec l’entrée en vigueur de la loi sur l’autoarchivage des publications scientifiques. Il y avait ainsi autour de 42 000 dépôts en 2014 et 2015, 50 000 en 2016, 85 000 en 2017 et plus de 100 000 en 2018. Cependant, l’effet de l’application de cette loi est nuancé si l’on examine de plus près l’évolution de la proportion des dépôts annuels d’articles en texte intégral par rapport à ceux des notices seules. Jusqu’en 2016, les seconds sont en moyenne trois fois supérieurs aux premiers. À la fin des années 2000, pour la catégorie « articles », on comptait environ 5 000 notices par an pour 1 600 textes intégraux. Depuis la promulgation de la loi, l’augmentation de ces derniers (d’environ 4 400 en 2016 à plus de 9 200 en 2018), s’accompagne également d’une explosion du nombre de notices seules. Sur la période 2017-2018, on observe, comme auparavant, trois fois plus de dépôts de notices que de textes intégraux (ratio de 2,94).

  • 7 Nous avons comparé les articles parus de 2010 à 2018 dans les 368 revues du corpus 2 avec leur dép (...)

6Si le second corpus est plus restreint en matière de disciplines, il présente l’intérêt d’avoir été complété, pour les articles publiés après 2010, par le dénombrement de ceux parus dans les revues. On peut ainsi, année après année, mesurer le ratio entre le nombre d’articles déposés sur HAL et le nombre d’articles parus dans les revues ou plutôt le stock d’articles disponibles au dépôt7. Cette comparaison de l’évolution récente de l’intensité déposante dans HAL et du stock d’articles disponibles est instructive à plusieurs titres. Tout d’abord, elle révèle l’écart entre les pratiques de publication et celles de dépôt. Ainsi, ceux-ci ne dépassent jamais 4 % du stock d’articles disponibles et avoisinent le plus souvent 1 % ou 2 %. Les taux les plus élevés sont ceux de la géographie (3,4 % en 2017 et 4,1 % en 2018) et les plus faibles, ceux de l’histoire (1 % en 2017 et 0,9 % en 2018). On constate une nette augmentation des dépôts pour la plupart des disciplines entre 2015 et 2018, de 0,5 % environ pour l’histoire et la littérature, de 1 % pour les sciences de l’environnement et d’un peu plus de 3 % pour la géographie.

7De précédents travaux sur les dépôts dans HAL (à partir du corpus 1) ont mis au jour différentes approches, en fonction de la présence ou non d’un texte intégral et du temps écoulé depuis la parution initiale8. On observe ainsi quatre logiques : la communication scientifique immédiate (CSI) qui consiste en un partage rapide d’un texte intégral, l’archivage qui permet la consultation d’un document moins récent, le référencement qui rend visible les dernières publications sans toutefois pouvoir les lire, le recensement des recherches passées, lorsqu’il y a simplement une notice qui correspond à un document scientifique ancien. Plusieurs profils de déposants ont été identifiés sur la période 2002-2016. Les chercheurs, qu’ils soient ou non auteurs du document, représentent presque 91,7 % des contributeurs de la plateforme et participent à plus de 57 % des dépôts. Les intermédiaires (personnels d’appui à la recherche, documentalistes et professionnels de l’information) constituent environ 8,2 % des déposants et effectuent près de 40 % des dépôts, en grande majorité des références récentes sans texte intégral associé (logique de référencement). Ils participent à 46 % des dépôts de notices dans HAL-SHS contre 23 % de ceux de textes intégraux. Les auteurs en déposent davantage (récents ou anciens) : 68 % des textes intégraux présents sur la plateforme émanent d’eux, contre 54 % de notices. Enfin, les versements automatiques par d’autres plateformes (ABES, SPIRE) comptent pour environ 2,5 % des dépôts, quasiment exclusivement des fichiers, avec une répartition presque égale entre les fichiers récents et anciens (9 % des dépôts de textes intégraux)9.

  • 10 Sur une comparaison disciplinaire des pratiques de dépôts grâce aux indices de classement thématiq (...)

8La classification de HAL permet de distinguer 32 disciplines et de disposer des données suivantes : le nombre de dépôts (en compte de présence), leur répartition par catégorie d’acteurs, par logique de dépôt, la proportion de chercheurs de cette discipline actifs au sein de l’archive ouverte par rapport à leur nombre total en France10. Nous présenterons ici les résultats obtenus pour quatre des cinq disciplines étudiées par le CSES. Les sciences de l’environnement sont exclues de cet exposé sur le premier corpus parce qu’elles y sont faiblement représentées (moins de 1 % des dépôts). L’éco-gestion, quant à elle, apparaît séparée en deux classes distinctes dans ce corpus. La catégorie « économie et finances », la plus importante en nombre de dépôts sur l’archive ouverte française (10,89 %), est atypique en plusieurs points. D’une part, elle affiche le plus fort taux de dépôts de documents récents en texte intégral. Pour cette catégorie, la CSI (21 %) est deux fois plus importante que celle observée en moyenne sur HAL-SHS (12 %). On y retrouve en particulier un grand nombre de preprints, c’est-à-dire de documents déposés alors qu’ils n’ont pas encore été soumis à une révision par les pairs. Les documents sont parfois archivés plusieurs années avant la date de parution prévue, les délais de publication étant extrêmement long pour cette discipline. D’autre part, on constate une très forte implication des tiers déposants, des professionnels qui participent à hauteur de 58 % des dépôts, et de l’archive ouverte SPIRE de Sciences Po. Pour autant, les chercheurs, bien qu’ils soient moins actifs, sont assez bien représentés. Presque 8 % des contributeurs chercheurs de HAL-SHS font des dépôts dans cette discipline, ce qui correspond à la proportion d’enseignants-chercheurs en économie dans la population globale des enseignants-chercheurs en SHS en France sur la période 2010-2016.

9Comme en économie, une discipline pionnière dans le mouvement du libre accès, les sciences de gestion ont organisé le versement de leurs travaux par l’intermédiaire de professionnels (55 % des dépôts), surtout pour ce qui concerne les notices de documents. Les chercheurs semblent un peu moins engagés que dans d’autres disciplines (ils représentent 6,7 % des effectifs de HAL-SHS contre 8,8 % au niveau national) mais ils déposent davantage de documents en texte intégral, en particulier des documents récents. La CSI est supérieure à la moyenne pour cette discipline (15,5 %). En géographie, on observe une très forte implication des chercheurs qui réalisent près de trois dépôts sur quatre. Ils sont d’ailleurs surreprésentés : 9,1 % sur HAL contre 5 % parmi les enseignants-chercheurs en France. Ils déposent plus de documents en texte intégral que la moyenne (31 %) et la CSI est également assez importante (14,7 %). Seconde catégorie de HAL-SHS en nombre de notices (10,7 %) mais sixième en nombre de dépôts de documents en texte intégral (9,6 %), l’histoire est principalement alimentée par des chercheurs (63 % des dépôts). Ces derniers sont légèrement plus représentés dans HAL-SHS que dans la population universitaire française de cette discipline : 9 % contre 8,3 %. Conformément à leurs pratiques de publications, ils déposent surtout des chapitres d’ouvrages et des livres et un peu moins d’articles que dans les autres disciplines. La CSI est plus faible qu’ailleurs (8,5 %), probablement en raison des droits, mais l’archivage (texte ancien) est légèrement plus important que la moyenne (13,3 %). L’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l’open access devrait avoir un impact positif pour cette discipline. Enfin, on constate une très faible participation des chercheurs en littérature : les sections langues du Conseil national des universités qui rassemblent plus de 23 % de la population française des enseignants-chercheurs ne représentent que 6 % des chercheurs actifs sur HAL-SHS. Cette discipline représente 6,4 % des notices déposées et moins de 5 % des documents en texte intégral. Malgré ce constat, l’essentiel des dépôts est réalisé par des chercheurs (68 %) qui recensent des documents anciens (55 % de dépôts). Le texte intégral est peu associé, la CSI est faible (moins de 8 %) et l’archivage un peu plus faible que la moyenne (11,6 %).

HAL dans l’écosystème de la publication scientifique en ligne

  • 11 Mir@bel est un réseau de cinquante-cinq institutions académiques (essentiellement des bibliothèque (...)
  • 12 Nous aurions préféré faire cette comparaison avec les durées d’embargo mais il n’existe pas à ce s (...)

10Nous avons complété la base de données du corpus 2, les dépôts dans HAL de 2002 à 2018 pour 368 revues de SHS, par des informations sur les barrières mobiles pratiquées par les revues et récoltées principalement sur le site du réseau Mir@bel11. On peut ainsi, en comparant la date de la mise en ligne de l’article et celle de la levée de la barrière mobile après parution, mesurer le comportement des déposants par rapport à la restriction à l’accès au texte intégral présente dans les contrats d’édition. En pratique, il suffit de comparer la date de versement de l’article sur HAL et la durée de la barrière mobile12. Pour les 157 revues du corpus disposant d’une barrière, soit 3420 articles en texte intégral déposés de 2002 à 2018, plus d’un quart (25,3 %) des dépôts dans HAL sont effectués avant la levée de la barrière mobile. Pour les 1 423 articles déposés en 2010 et 2018, on constate une accélération de la vitesse de dépôt puisque ce taux passe à plus d’un tiers (37,3 %). Qu’en est-il de la répartition par discipline ? Sur la période récente, il y a près d’un tiers des articles déposés avant la levée de la barrière mobile en environnement et en éco-gestion, taux qui descend à environ 20 % pour la géographie et l’histoire et à 10 % pour la littérature. On constate ainsi des différences disciplinaires bien plus marquées que pour les taux de dépôts. Cela signifie que l’enjeu de la CSI est beaucoup moins prégnant en littérature qu’il ne l’est en sciences de l’environnement et en économie-gestion. On retrouve ici des résultats comparables à ceux obtenus lors de l’approche disciplinaire du corpus 1.

11Afin d’élargir notre analyse, nous avons cherché à mesurer la présence des articles du corpus 2 (publiés dans les 166 revues diffusées par Cairn.info et OpenEdition) sur les sites de réseaux sociaux académiques (Academia.edu et ResearchGate) via le scrapping, c’est-à-dire le recueil de données en ligne à partir d’un programme informatique qui réalise automatiquement des requêtes sur les sites d’Academia.edu et de ResearchGate. On remarque ainsi que le premier présente plus de textes intégraux que HAL pour quatre des cinq disciplines du corpus : les sciences de l’environnement, la géographie, l’histoire et la littérature. Seule l’éco-gestion fait exception. La différence la plus marquée concerne l’histoire, avec plus de deux fois plus de dépôts sur Academia.edu que sur HAL. Pour la littérature, la géographie et les sciences de l’environnement, le coefficient multiplicateur est plus proche de 1,5. En valeur absolue et sur l’ensemble de la période 2010-2018, cela représente en moyenne par revue 18 dépôts sur Academia.edu contre 12 sur HAL en sciences de l’environnement, 22 dépôts sur Academia.edu contre 14 sur HAL en géographie, 16 dépôts sur Academia.edu contre 7 sur HAL en histoire et 12 dépôts sur Academia.edu contre 7 sur HAL en littérature. Pour une revue d’éco-gestion en revanche, il y a en moyenne 10 dépôts sur Academia.edu contre 14 sur HAL.

12La question est alors de savoir si les dépôts dans HAL et les articles diffusés sur les réseaux sociaux académiques sont les mêmes. Sur les 2 485 articles en texte intégral présents sur Academia.edu relevant de l’une des 166 revues du sous-corpus Cairn.info et OpenEdition, 92 articles en texte intégral et 202 sous forme de notice sont également accessibles sur HAL. Sur 52 000 articles parus de 2010 à 2018 sur Cairn.info et OpenEdition, seuls 4 075 sont en accès gratuit à la fois sur HAL et Academia.edu, soit environ 8 %. On ne peut pas facilement extrapoler ce résultat à l’intégralité du corpus 2 (qui inclut également les revues diffusées en dehors de Cairn.info et OpenEdition), car les revues diffusées sur OpenEdition ou Cairn.info ont plus de chance de trouver leurs articles disponibles sur internet que les autres revues du corpus (ne serait-ce que parce qu’on compte parmi elles toutes les revues qui n’existent qu’au format papier), mais on peut estimer que l’ordre de grandeur de 5 à 8 % d’articles en texte intégral disponibles en dehors des plateformes et des sites de diffusion des éditeurs semble vraisemblable pour le corpus 2.

13In fine, que retenir de l’abondance de résultats chiffrés ? Soulignons tout de suite quelques faits saillants. L’évolution des dépôts dans HAL peut se diviser en trois phases : la première, de 2002 à 2005, correspond aux balbutiements, avec seulement quelques dizaines de dépôts par discipline. De 2006 à 2015, on constate une lente progression linéaire, avec environ une centaine de dépôts nouveaux d’une année sur l’autre par discipline. De 2016 à 2018, une rupture de pente est constatée et une nouvelle progression linéaire apparaît, mais cette fois-ci selon un ordre de grandeur plus proche du millier de dépôts nouveaux par discipline chaque année.

14Les comparaisons disciplinaires mettent en exergue des pratiques d’autoarchivage contrastées qui répondent à des enjeux différents. Certaines disciplines pionnières dans le mouvement du libre accès ont organisé très tôt le dépôt par des professionnels dans le but d’accélérer ainsi la diffusion des résultats de la recherche. D’autres, pour lesquelles le rythme de la communication scientifique semble plus lent, paraissent moins engagées dans ce processus et utilisent surtout l’archive ouverte comme un lieu de recensement de la production des laboratoires. Entre ces deux positions, il existe des disciplines dont les chercheurs, moins par le soutien de leurs institutions que par conviction personnelle, s’engagent dans la voie de l’accès ouvert en déposant eux-mêmes leurs textes récents, le plus souvent. Les dépôts dans HAL, tout comme la présence en ligne des articles de recherche en SHS, ne sont pas négligeables, mais leur nombre reste très inférieur à celui des parutions : sur la période 2010-2018, 70 000 articles ont été publiés dans les 368 revues du corpus 2 mais seuls 3 373 dépôts de textes intégraux correspondent sur HAL. Depuis 2010, plus d’un tiers des articles sont déposés avant la levée de la barrière mobile et la vitesse des dépôts a tendance à s’accélérer avec le temps. Les réseaux sociaux académiques, en particulier Academia.edu pour les sciences humaines et sociales, jouent un rôle non négligeable dans la mise à disposition gratuite en ligne des articles de recherche. Pour les revues diffusées par Cairn.info ou OpenEdition, on compte en effet plus de partages sur Academia.edu que dans HAL pour quatre des cinq disciplines du corpus 2 : la littérature, l’histoire, les sciences de l’environnement et la géographie. On peut néanmoins avancer que la loi pour une République numérique de 2016 a joué un rôle sur les pratiques de dépôts dans HAL, puisqu’on constate une intensification de ceux-ci, quel que soit le type de documents considérés, pour 2017 et 2018. Les services tiers ont été plus mobilisés dans le dépôt de documents depuis cette promulgation.

Notes

1 Sur arXiv, voir : arxiv.org ; sur RePEc, voir : repec.org ; sur PubMed Central, voir : www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/about/intro (consultés en juin 2020).

2 Pour plus de précisions sur l’évolution du cadre légal depuis 2016, voir Stérin, dans le présent ouvrage.

3 Mahé et Prime-Claverie, 2017a et 2017b ; Gayoso, 2020.

4 Ces 368 revues, choisies par le CSES pour suivre les répercussions de la loi pour une République numérique, sont réparties en cinq disciplines : histoire, études littéraires, éco-gestion, géographie et sciences de l’environnement.

5 Une interface de programmation applicative (API) est un ensemble de classes, de fonctions et de méthodes qui permettent d’interroger plus facilement une base de données ou un logiciel.

6 MédiHAL est une instance de HAL destinée au dépôt d’archives sonores et visuelles produites dans le cadre de la recherche scientifique : medihal.archives-ouvertes.fr (consulté en juin 2020).

7 Nous avons comparé les articles parus de 2010 à 2018 dans les 368 revues du corpus 2 avec leur dépôt dans HAL sur la même période. À titre d’exemple, pour la revue Textes & Contextes, qui relève de la discipline « études littéraires », nous avons compté 38 dépôts de textes intégraux sur HAL qu’il faut mettre en relation avec les 156 articles publiés dans la revue sur la même période. En revanche, si l’on veut suivre année par année l’évolution du rapport dépôt/parution, il est nécessaire d’introduire la notion de stock d’articles disponibles qui représente, pour une année T, le nombre d’articles parus jusqu’à cette année et non déposés jusqu’alors. Pour Textes & Contextes, par exemple, l’année 2013 est caractérisée par quatre dépôts. On ne rapportera pas ce nombre aux quinze articles qui sont parus cette année-là mais aux soixante-sept articles qui ont été publiés de 2010 à 2013 inclus, auxquels on retranche les treize articles déposés de 2010 à 2012 inclus.

8 Mahé et Prime-Claverie, 2017a et 2017b.

9 L’ABES est l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur : abes.fr/Connaitre-l-Abes/Missions (consulté en juin 2020) ; SPIRE est l’archive ouverte institutionnelle de Sciences Po : spire.sciencespo.fr/about (consulté en juin 2020).

10 Sur une comparaison disciplinaire des pratiques de dépôts grâce aux indices de classement thématique attribués aux articles au moment du versement, voir Mahé et Prime-Claverie, 2017a et 2017b.

11 Mir@bel est un réseau de cinquante-cinq institutions académiques (essentiellement des bibliothèques universitaires et des laboratoires) qui fournit en accès libre sur son site web des informations sur les revues scientifiques françaises : reseau-mirabel.info (consulté en juin 2020). On trouve ainsi pour chaque revue son ISSN, son eISSN, son année de création, les différents sites et plateformes sur lesquels ses publications sont accessibles en ligne, ainsi que le type d’accès qui y est proposé (payant, libre ou restreint avec barrière mobile).

12 Nous aurions préféré faire cette comparaison avec les durées d’embargo mais il n’existe pas à ce sujet de sources de données aussi fiables et systématiques que l’est Mir@bel pour les durées de barrière mobile. De plus, les revues n’ont pas forcément de politique claire en matière d’embargo. Pour rappel, la barrière mobile concerne le temps au-delà duquel le lecteur aura un accès gratuit au texte de l’article, tandis que l’embargo désigne la durée pendant laquelle l’auteur ne doit pas diffuser l’article.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search