Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Reconfigurations de la communication scientifique

Les pratiques numériques des jeunes chercheurs

Chérifa Boukacem-Zeghmouri

Texte intégral

1Observer les pratiques numériques des chercheurs nous enseigne beaucoup sur les transformations actuelles des modalités de circulation et de diffusion des savoirs scientifiques. Dans le cas des jeunes chercheurs, l’observation de ces usages est d’autant plus intéressante qu’elle fournit des éléments d’analyse sur les mutations, voire les ruptures qu’opèrent les représentants de la nouvelle génération dans l’écosystème de la communication scientifique. C’est précisément sur cette question que le projet « Harbinger » a souhaité se pencher : peut-on observer dans les pratiques numériques des jeunes chercheurs des signes avant-coureurs des évolutions de la communication scientifique ? Et si oui, quelles formes prennent-elles ?

2Les réponses à ces interrogations sont d’autant plus importantes qu’elles permettent de comprendre comment ces comportements contribuent à la reconfiguration de l’économie politique de la communication scientifique en tenant compte – et en les façonnant également – des nouveaux modèles de production et de marchandisation de la connaissance, de l’évolution des cadres de la propriété intellectuelle qui régissent leur diffusion et des nouvelles formes de valorisation associées. Une lecture critique de ces transformations souligne les tensions qui traversent le paysage : le processus de légitimation des nouveaux entrants, le déploiement de nouveaux modèles économiques et d’autres types de diffusion scientifique, ou encore la redéfinition de la nature des relations entre les différents acteurs impliqués, c’est-à-dire les communautés de chercheurs, les éditeurs scientifiques historiques, les nouveaux éditeurs open access, les agences de financement de la recherche, les bibliothèques universitaires, les intermédiaires du web (réseaux sociaux et moteurs de recherche), etc. Dans le texte qui suit, nous fournirons des éléments de réponse en prenant pour objet d’analyse les plateformes numériques omniprésentes dans les interstices du travail académique, des investigations bibliographiques (Google Scholar) à la publication des résultats de la recherche, en passant par la quête de financements et le partage des données scientifiques.

Le projet « Harbinger », un observatoire à large échelle

  • 1 Srnicek, 2017.
  • 2 Bullich, 2019.
  • 3 Nicholas et al., 2018 et 2019b.

3Les « plateformes numériques » représentent aujourd’hui bien plus qu’un dispositif d’agrégation et de médiatisation de contenus. Elles ont désormais acquis le statut d’objet de recherche et sont étudiées par différentes disciplines. Nick Srnicek les présente comme les leviers d’une nouvelle étape du capitalisme fondée sur l’exploitation des données issues des activités et des interactions des usagers1. Vincent Bullich, dont l’habilitation à diriger des recherches a été récemment soutenue, considère ces espaces numériques comme les parties prenantes d’un processus de marchandisation, d’industrialisation et de médiatisation des résultats de la recherche, ainsi que comme de nouvelles formes de valorisation qui participent d’une stratégie professionnelle et qui se caractérisent par une transformation des contenus2. Notre définition des plateformes numériques dans le paysage de l’information et de la communication scientifique s’appuie sur cette analyse. Le projet « Harbinger », piloté par David Nicholas, professeur en sciences de l’information au Royaume-Uni, est un observatoire à large échelle3. D’une durée de trois ans (2016-2019), il a porté sur sept pays : la France, l’Espagne, la Pologne, la Malaisie, la Chine, la Grande-Bretagne et les États-Unis. 116 entretiens semi-directifs (entre 2 h 30 et 3 heures chacun) ont été réalisés avec des jeunes chercheurs. Grâce à une phase d’observation et d’analyse, le projet a pris en compte l’évolution des usages numériques des participants en fonction de leur carrière.

  • 4 Nicholas et al., 2017.
  • 5 Müller, 2014.
  • 6 Vostal, 2016.

4Les jeunes chercheurs, qualifiés dans la littérature anglo-saxonne de early career researchers (ECR), représentent aujourd’hui une catégorie démographique à part entière. D’après une définition qui fait consensus, ils ont moins de trente-cinq ans, sont docteurs (ou sur le point de l’être) et sont en recherche de poste permanent4. Bien qu’il soit difficile, voire impossible, de connaître leur nombre exact par pays et dans le monde, l’ensemble des acteurs de la recherche reconnaît leur importance : ils en sont la cheville ouvrière. Passionnés, déterminés à intégrer l’univers académique et à décrocher un poste stable, ils enchaînent les contrats post-doctoraux qu’ils n’hésitent pas à faire aux quatre coins du monde. Impliqués dans une compétition de plus en plus globalisée, les jeunes chercheurs développent des pratiques numériques leur permettant d’être « dans la course » vis-à-vis de leurs collègues de par le monde5. Conscients de l’accélération qui est à l’œuvre dans le secteur universitaire, ils n’hésitent pas à prendre en main de nouveaux outils6. Les plateformes numériques en font partie et sont d’autant plus intéressantes à aborder qu’elles sont intégrées à l’ensemble des tâches assurées quotidiennement.

  • 7 Plantin, Lagoze et Edwards, 2018.

5Que ce soit pour la recherche d’informations, pour la gestion des références bibliographiques, pour le partage de documents ou bien pour la visibilité des résultats scientifiques, le mot « plateforme » est le terme le plus utilisé en France, en Europe, en Amérique du Nord ou en Asie par les jeunes chercheurs pour désigner les espaces numériques auxquels ils ont recours. Ils les ont découverts au cours de leur thèse, grâce aux recommandations de leurs pairs et de leurs collègues ou bien au fil de leurs navigations, depuis que l’enrichissement des documents en métadonnées et la puissance des algorithmes (dont ceux de Google) le permettent7. Dans le cas de notre panel, les plateformes de réseaux sociaux académiques ont souvent été décelées via les résultats proposés par Google Scholar qui indiquait, pour la référence recherchée, la localisation du PDF de l’article.

La banalisation de l’usage des plateformes numériques

  • 8 Nicholas et al., 2017.
  • 9 Sur l’utilisation par les chercheurs français en sciences humaines et sociales de l’archive ouvert (...)
  • 10 Nicholas et al., 2019a.
  • 11 Ibid.

6Comme de nombreux travaux ont pu le démontrer, la recherche bibliographique sur le web débute principalement avec Google Scholar qui, à l’aide de ses algorithmes, moissonne les métadonnées et organise le classement des différentes ressources disponibles. Il en résulte un émiettement des pratiques qui conduisent les chercheurs à naviguer sur des espaces numériques multiples, en général des plateformes (d’éditeurs, d’agrégateurs de contenus, de réseaux sociaux, etc.) de nature et de statut divers que l’usager dit « consommateur » ne questionne pas toujours8. Cette disparité sème la confusion et brouille les lignes pour ce dernier qui confond une archive ouverte comme HAL, infrastructure nationale inscrite dans la loi pour une République numérique et le Plan national pour la science ouverte, avec un réseau social académique comme ResearchGate9. Le trouble est renforcé par la communication officielle du réseau social qui avance régulièrement des arguments en faveur du libre accès et de la « libre circulation des connaissances scientifiques » : partage, collaboration et ouverture. Ce même type de propos confère à Alexandra Elbakyan (à l’initiative de Sci-Hub, une plateforme pirate) une image de « Robin des Bois »10. Pour les jeunes chercheurs du panel qui ne connaissent pas les nuances entre les arguments avancés, seule la convergence des déclarations véhicule le sens : en utilisant ces plateformes, ils sont outillés pour participer à une recherche plus ouverte tout en accédant le plus rapidement et le plus directement possible à l’article qui les intéresse. Ils n’hésitent donc pas à utiliser ces plateformes pirates comme Sci-Hub – pour ne mentionner que la plus célèbre – afin d’obtenir des PDF en évitant les méandres des portails de bibliothèques11.

  • 12 Nicholas et al., 2017.

7Ce phénomène avait déjà été analysé précédemment. Pour ce qui est de notre panel, on constate que les jeunes chercheurs citent des noms de plateformes sans connaissance de leur statut ou de leur type. Tous ne connaissent pas précisément à quels acteurs celles-ci appartiennent ou, le cas échéant, par qui elles ont été rachetées. Moteurs de recherche (Google Scholar), réseaux sociaux académiques (ResearchGate, Academia.edu), bibliothèques pirates (Sci-Hub, LibGen) et archives ouvertes (HAL, archives institutionnelles) sont ainsi évoqués indifféremment et sont crédités de la même importance et de la même légitimité pour les tâches qu’ils permettent d’accomplir et les objectifs qu’ils permettent d’atteindre12.

  • 13 Nicholas et al., 2018.
  • 14 Kohl, 2012 ; Boukacem-Zeghmouri, 2015.
  • 15 Mirowski, 2018.

8Or télécharger un article sur un réseau social comme ResearchGate en lieu et place d’un dépôt dans une archive ouverte nationale comme HAL n’est pas sans effets. Le premier valorise financièrement les téléchargements réalisés sur sa plateforme en faisant fi des licences de droits signées par les auteurs avec les éditeurs, sans pour autant garantir la pérennité d’un accès comme le ferait une archive ouverte. De plus, même si les marqueurs discursifs du libre accès sont présents dans ses mails de notification et dans sa communication, les contenus de la plateforme ne sont accessibles que si l’usager crée un compte. Or le nombre de profils créé fait également partie du processus de valorisation de l’outil. Les risques sont les mêmes pour ce qui est des téléchargements faits sur les bibliothèques pirates, qui posent la question de la valeur des bibliothèques universitaires et des contenus numériques qu’elles acquièrent et qu’elles mettent à la disposition des communautés universitaires13. Le nombre de plateformes ne cesse d’augmenter, même si certaines n’arrivent pas à trouver leur public et disparaissent. Que ce soit pour la gestion des références bibliographiques (Mendeley par exemple), l’évaluation des articles (Publons entre autres) ou même la prise de notes sur des carnets de laboratoires numériques (Hivebench), il n’est pas une activité labellisée comme académique qui ne soit investie par des intermédiaires du web14. Ce phénomène a été désigné sous le terme de « plateformization15 ». La confusion du jeune chercheur est donc une conséquence directe de ce nivellement des plateformes. Il ne saisit pas, ou ne comprend pas, que le téléchargement de son article sur une plateforme de réseau social comme Academia.edu n’a pas le même statut – ni les mêmes effets – que sur une archive ouverte comme HAL.

Des lieux de positionnement universitaire

  • 16 Nicholas et al., 2015.
  • 17 Georgy, 2017.

9L’attrait des plateformes s’explique également par le fait que les jeunes chercheurs peuvent y observer leur communauté : le réseau d’un pair, les collaborations qu’il affiche, les dernières productions qu’il partage, les relations qu’il ajoute, sont autant d’indicateurs qui leur permettent de décrypter leur environnement. De même, s’y rendre visible est crucial. Aujourd’hui, la reconnaissance passe nécessairement par le partage des publications sur les plateformes qui sont désormais au cœur des mécanismes d’évaluation et de recrutement. Les profils que les jeunes scientifiques utilisent sont enrichis et régulièrement mis à jour16. Une thèse en sociologie, soutenue en 2017, a révélé le poids des plateformes dans les processus de recrutement, en étudiant la question de l’importance du profil des candidats sur les réseaux sociaux17.

  • 18 Nicholas et al., 2018.
  • 19 Voir notamment SocArxiv : socopen.org (consulté en juin 2020).

10Dans le cas de notre panel, nous avons observé que de jeunes chercheurs avaient migré d’un espace numérique à un autre pour rejoindre les pairs qu’ils voulaient toucher. À fonctionnalités équivalentes, c’est la communauté présente sur la plateforme qui en fait la valeur. Pour les mêmes raisons, les scientifiques peuvent être présents et actifs sur plusieurs plateformes, en fonction des communautés auxquelles ils pensent appartenir. Ils peuvent également les utiliser comme des outils de préparation de leurs contacts, avant d’aller à un colloque par exemple ou bien d’entretien, notamment lorsqu’ils sont éloignés de leurs collègues et qu’ils souhaitent garder le lien. Les plateformes numériques sont donc aussi des lieux de monitoring (suivi), de construction de stratégies et d’arbitrages. Les jeunes scientifiques apprennent à mieux comprendre leur univers professionnel, ses interactions, et à s’y positionner, en mettant en œuvre les codes et les valeurs qu’ils ont acquis à partir de sa projection numérique. Ils observent, puis développent des stratégies qu’ils ajustent ensuite en fonction de leurs objectifs18. L’une des meilleures illustrations de ces phénomènes est l’évolution des pratiques des chercheurs qui, à la fin du projet Harbinger, avaient obtenu un poste ou une titularisation. Dès que leur situation professionnelle s’est stabilisée, ils ont adopté un usage passif des plateformes numériques, quelles qu’elles soient, en continuant à alimenter leurs comptes avec leurs parutions pour leur donner de la visibilité, mais sans y consacrer de temps. Certains ont même abandonné ces outils après avoir pris connaissance des initiatives de plateformes de serveurs de preprints et avoir réorienté leurs efforts sur ces projets communautaires dont ils se sentaient proches et en lesquels ils croyaient19.

Un modèle éditorial traditionnel en danger

11La question des plateformes dans le monde de la recherche et plus particulièrement dans l’univers de la communication scientifique est encore jeune et relativement peu traitée. Le projet Harbinger a permis de montrer que, malgré la confusion qu’ils faisaient parfois entre ces différents espaces numériques, les jeunes chercheurs ont intégré les plateformes dans l’ensemble de leurs activités. Ils y ont recours pour accomplir des activités précises, mais aussi pour mieux appréhender les règles du jeu d’un univers académique dont ils ne font pas encore complètement partie. Ce faisant, ils ont largement contribué à intégrer les plateformes dans l’univers de la communication scientifique entre pairs et à les ériger comme de vrais concurrents des revues traditionnelles.

12À ce sujet, la question du rôle, voire du devenir des éditeurs est une question qui est posée de manière récurrente et qui mérite d’être traitée, même si elle n’est pas abordée sous le même angle par l’édition scientifique, par les communautés de chercheurs ou par les bibliothèques universitaires. La réponse est donc complexe. Le modèle éditorial traditionnel résiste à travers la fonction de l’évaluation par les pairs, mais est mis à mal par certains éditeurs scientifiques devenus de grands conglomérats technologiques fondés sur des plateformes numériques qu’ils acquièrent où qu’ils développent, ainsi que par des intermédiaires qui proposent d’externaliser cette fonction évaluatrice, ou bien par des initiatives académiques et communautaires telle que Peer Community in (PCI), qui proposent d’ajouter des fonctionnalités d’évaluation à des serveurs de preprints.

  • 20 Plantin, Lagoze et Edwards, 2018.
  • 21 Mirowski, 2018 ; Star, 1999.
  • 22 Beuscart et Flichy, 2018.

13Les jeunes chercheurs, quant à eux, sont nombreux à avoir adopté les modalités de fonctionnement de ces plateformes sans toujours les questionner20. Méconnaissant leurs origines, leurs statuts, leurs différences ou les stratégies qui les sous-tendent, ils les appréhendent uniquement comme des dispositifs techniques et n’entrevoient que rarement le rôle qu’elles jouent dans la reconfiguration de l’économie politique de la communication scientifique. Loin de la critique « mirowskienne » néo-libérale, les pratiques numériques participent donc d’une ethnographie du web qui se réorganise via les plateformes comme infrastructures21. La visibilité des contenus, leur interrelation et leur hiérarchisation, c’est-à-dire la valeur des métadonnées, forment les enjeux cruciaux de ce nouvel environnement22.

Notes

1 Srnicek, 2017.

2 Bullich, 2019.

3 Nicholas et al., 2018 et 2019b.

4 Nicholas et al., 2017.

5 Müller, 2014.

6 Vostal, 2016.

7 Plantin, Lagoze et Edwards, 2018.

8 Nicholas et al., 2017.

9 Sur l’utilisation par les chercheurs français en sciences humaines et sociales de l’archive ouverte HAL et des réseaux sociaux académiques Academia.edu et ResearchGate, voir Gayoso et Prime-Claverie, dans le présent ouvrage.

10 Nicholas et al., 2019a.

11 Ibid.

12 Nicholas et al., 2017.

13 Nicholas et al., 2018.

14 Kohl, 2012 ; Boukacem-Zeghmouri, 2015.

15 Mirowski, 2018.

16 Nicholas et al., 2015.

17 Georgy, 2017.

18 Nicholas et al., 2018.

19 Voir notamment SocArxiv : socopen.org (consulté en juin 2020).

20 Plantin, Lagoze et Edwards, 2018.

21 Mirowski, 2018 ; Star, 1999.

22 Beuscart et Flichy, 2018.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search