Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Reconfigurations de la communication scientifique

Les plateformes de diffusion numérique, un enjeu politique

Pierre Mounier

Texte intégral

1L’irruption des technologies numériques dans le paysage de l’édition de sciences humaines et sociales a conduit à l’apparition d’acteurs nouveaux qui en ont modifié la composition. Parmi ceux-ci, les plateformes de diffusion des publications sur internet occupent une position paradoxale : utilisées par des millions de lecteurs pour accéder aux articles et livres de leur choix et devenues de facto le passage obligé par lequel les auteurs et les éditeurs atteignent leur public dans la majorité des cas, elles sont très largement méconnues de la plupart des acteurs du domaine et leur rôle n’est à peu près jamais débattu au sein des rencontres, des forums et des controverses qui l’animent. L’instabilité du vocabulaire utilisé pour les désigner en est un premier indice : tantôt nommées « bases documentaires », tantôt « portails de revues », elles apparaissent quelquefois sous le titre de « bibliothèques numériques », voire tout simplement de « sites web ». On s’en tiendra ici au terme de « plateformes de diffusion » qui semble le plus approprié à en décrire la nature et la fonction précisément.

Une homogénéité de façade

  • 1 Dacos, 1999.
  • 2 La page d’accueil de Revues.org en 1999 n’est aujourd’hui plus en ligne, mais elle est encore disp (...)

2Si l’on s’intéresse à l’histoire du développement de ces plateformes dans différentes régions du monde, on ne peut qu’être frappé de la quasi-simultanéité avec laquelle elles sont apparues, en bonne part dans les années 1990 : Project MUSE en 1993 et JSTOR en 1995 aux États-Unis, SciELO en 1998 au Brésil, Érudit la même année au Québec, Revues.org (devenu depuis OpenEdition) en 1999 en France, J-STAGE au même moment au Japon, pour n’évoquer que les plus connues. Quelques années plus tard, on voit surgir Hrčak en Croatie, Cairn.info en Belgique, OAPEN aux Pays-Bas, Ubiquity Press au Royaume-Uni, UC Digitalis au Portugal, Redalyc au Mexique1. À première vue, ces plateformes se ressemblent puisqu’elles donnent toutes accès aux grandes quantités de publications qu’elles recèlent. Pourtant il existe de profondes différences qui caractérisent les projets dont elles sont nées. Ainsi, Project MUSE vise à faciliter l’accès des bibliothèques nord-américaines aux revues auxquelles elles sont abonnées ; l’objectif de SciELO est d’améliorer la visibilité des revues brésiliennes et plus généralement latino-américaines dans les bases bibliographiques mondiales comme Scopus et le Web of Science ; Érudit ne peut se comprendre sans prendre en compte la situation particulière de la langue française au Canada et en Amérique du Nord, alors que Revues.org s’est déclaré dès le départ comme un projet d’accès ouvert « animé par une équipe bénévole de jeunes chercheurs2 ». Cairn.info, pour sa part, résulte de la volonté de quelques maisons d’édition commerciales de disposer en commun d’une plateforme de diffusion pour leurs revues. Ainsi pourrait-on établir une typologie des plateformes sur la base du statut des organisations et des acteurs qui en sont à l’origine. On distinguerait les plateformes d’éditeurs comme Cairn.info, celles institutionnelles tel UC Digitalis, nationales – Revues.org par exemple – et les fédératives à l’échelle d’un sous-continent comme SciELO.

3Ces espaces numériques, qui prennent des partis différents selon la nature de leur projet et l’identité professionnelle de ceux qui les portent, ont des effets non négligeables sur les publications qu’ils diffusent. Dotés d’interface de consultation et de téléchargement, mais aussi de pages d’accueil et de navigation, d’index et de moteurs de recherche, ils organisent la circulation des lecteurs en leur sein, mettent en avant certaines publications plutôt que d’autres et, dans certains cas, prennent la main sur la mise en page des textes, des figures, des illustrations et des bibliographies, influençant donc, in fine, les pratiques de lecture elles-mêmes, avant que ce ne soit, bientôt, les pratiques d’écriture, qui sont certes plus lentes à évoluer mais qui ne devraient pas échapper à terme aux transformations en cours.

Un carrefour structurant de l’édition numérique

4Lorsqu’un objet technique nouveau surgit, il est souvent appréhendé par l’intermédiaire de métaphores diverses à l’aide desquelles il fait l’objet d’une appropriation approximative. Celles-ci sont intéressantes à étudier parce qu’elles révèlent les perceptions qui accompagnent cet objet. La métaphore du transport fut, par exemple, très souvent utilisée à la fin des années 1990 pour décrire internet, en particulier aux États-Unis sous la dictée du vice-président Albert Arnold Gore, dit Al Gore. Il était alors question des « autoroutes de l’information » (information superhighways). Riche de significations, cette métaphore renvoie, sur le versant symbolique d’une part, à l’idée d’une mobilité ininterrompue et accélérée, sur le versant référentiel d’autre part, à celle des connexions. Elle est porteuse d’une dimension spatiale évidente, manifestée à la même époque par la notion, aujourd’hui moins utilisée, de « cyberespace ». Tout environnement investi par des sociétés humaines, qu’il soit virtuel ou non, comporte des éléments qui en organisent la circulation et permettent le rassemblement. Selon cet angle d’analyse, les plateformes de diffusion pourraient être assimilées à une place publique car elles fonctionnent comme des points de rencontre entre différents types d’acteurs (les auteurs, les éditeurs, les lecteurs, les bibliothèques, les institutions de recherche, les ingénieurs en informatique, etc.), autour des biens communs qui y sont exposés, partagés et utilisés : les publications académiques et les savoirs qu’elles véhiculent. Dans cette perspective, la question politique de la gouvernance de ces plateformes semble essentielle. Il faut s’assurer que les revendications des différents acteurs qui s’y rencontrent sont équitablement respectées.

5Si l’on tente de projeter la structuration classique de la chaîne du livre imprimé sur son équivalent numérique, les enjeux politiques que portent ces plateformes de diffusion apparaissent immédiatement. Dans le système traditionnel, on distingue classiquement plusieurs étapes entre le manuscrit initial proposé par l’auteur et l’ouvrage définitif destiné au lecteur. Les intermédiaires sont l’éditeur qui assure la confection intellectuelle de la publication, l’imprimeur qui s’occupe de la fabrication matérielle, le distributeur qui prend en charge son acheminement, le diffuseur qui la promeut auprès des librairies, lesquelles en organisent l’accès auprès du lectorat. Or qu’est-ce qu’une plateforme de diffusion dans ce schéma ? Elle est à la fois le distributeur, le diffuseur et le libraire et joue également le rôle d’imprimeur dans certains cas, lorsque la plateforme génère ses propres formats de fichiers. L’éditeur est donc contraint de passer par un intermédiaire intégré qui concentre plusieurs tâches essentielles. Pour cette raison certains éditeurs disposant de ressources suffisantes ont choisi de développer leur propre plateforme, afin de maîtriser l’ensemble de la chaîne. On assiste donc à un mécanisme d’intégration verticale, éditeur compris, sur lequel les autres acteurs, et en particulier la communauté universitaire, doivent s’interroger. Si, d’une manière générale, il est nécessaire de surveiller les phénomènes d’intégration dans le cas des marchés de biens et de services quelconques, pour des raisons économiques qui touchent aux problématiques de fluidité et d’ouverture à l’innovation, il faut redoubler d’attention lorsque ces biens et ces services concernent la circulation des idées, pour des raisons politiques cette fois.

Des enjeux forts autour des bibliothèques universitaires

6Le tableau ne serait pas complet sans évoquer le rôle que jouent les bibliothèques universitaires dans ce nouveau paysage en reconfiguration. Celles-ci constituent en effet un enjeu dont l’importance économique globale est sans commune mesure avec les librairies, pour ce qui concerne les publications savantes. Cette question est dominée par les publications de STM où les recherches sont beaucoup plus importantes en nombre et mieux financées que celle de sciences humaines et sociales. Or, dans ces disciplines, l’irruption des technologies numériques a suscité l’apparition de nouveaux acteurs, fournissant des services de gestion de l’information scientifique aux bibliothèques : EBSCO, Ingenta, ProQuest, et quelques autres, indexent et référencent les publications tout en commercialisant aux bibliothèques universitaires les ressources des éditeurs dont elles ont besoin. Ces nouveaux intermédiaires s’imposent, avec des contraintes de diverses natures, à tous les autres acteurs, y compris aux plateformes de diffusion, qui veulent voir leurs publications présentes dans ces systèmes d’information scientifique qu’utilisent massivement et quelquefois exclusivement les bibliothèques. Les impératifs peuvent être d’ordre linguistique (préférence à l’anglais), relatifs à la masse critique – un éditeur peut être ignoré en raison du faible nombre de publications qu’il offre –, ou porter sur les standards techniques d’exposition des métadonnées et de structuration des contenus eux-mêmes. Cette remarque vaut d’ailleurs de manière plus générale pour Google, avec ses produits dérivés tels Google Scholar et Google Books qui sont aujourd’hui des outils centraux pour la recherche dans toutes les disciplines.

7Dominant en théorie et assez largement en pratique les éditeurs, les plateformes de diffusion des publications, surtout lorsqu’elles concernent les sciences humaines et sociales, sont en réalité contraintes par d’autres intermédiaires beaucoup plus importants lorsqu’il s’agit d’atteindre les bibliothèques et un large public. Plus précisément, elles se positionnent au point de jonction entre la bibliodiversité, cette diversité culturelle, des langues et des acteurs, qui caractérise les publications de sciences humaines et sociales, et la loi d’airain d’un marché mondial de l’information scientifique dominé par un nombre réduit d’acteurs qui s’interposent devant le lectorat et imposent leurs normes et leurs contraintes.

8Celles-ci se donnent à voir sous un aspect le plus souvent technique (celui des systèmes d’identification, des standards de métadonnées, des formats de fichier, des règles d’interconnexion entre les bases de données, des systèmes de sélection de contenus) et économique, alors qu’elles ont des conséquences sociales et culturelles de premier ordre. La disjonction du technique et du politique ne permet pas d’en saisir les enjeux et favorise le développement de mécanismes de domination qui ne sont malheureusement pas assez discutés. À bien des égards, les plateformes de diffusion des publications de sciences humaines et sociales doivent donc être considérées comme des espaces politiques où se négocient et s’établissent les rapports de force entre les différents acteurs de la production et de la circulation des savoirs, et ce à une échelle mondiale en raison du processus de globalisation inhérent à internet.

Une prise de conscience nécessaire

9Depuis quelques années, des chercheurs ont pris conscience de ces enjeux et tentent de contribuer à la construction d’un champ de recherche et de débats, en avançant des outils conceptuels qui permettent de clarifier la situation. Tout d’abord, ils proposent d’utiliser le concept assez général mais fécond d’« infrastructure de communication savante » (scholarly communication infrastructure). Les plateformes de diffusion appartiennent à cette catégorie au premier chef dans la mesure où, tout comme les infrastructures physiques pour les biens matériels, elles soutiennent, permettent, organisent la circulation des idées et proposent des dispositifs de rencontre et d’interaction autour de ces biens communs de la connaissance que sont les publications.

  • 3 Bilder, Lin et Neylon, 2015.

10Ces chercheurs insistent également sur la nécessité, politique cette fois, de concevoir des infrastructures ouvertes qui réalisent pleinement la promesse désormais acquise dans son principe de l’ouverture de l’accès aux connaissances. Ainsi déclarent-ils en tête d’un texte fameux : « Tout ce que nous avons gagné en ouvrant les contenus et les données serait menacé si nous permettions une enclosure des infrastructures savantes. Nous proposons un ensemble de principes permettant aux infrastructures savantes qui soutiennent la communauté de recherche d'opérer3. » Si ces principes sont encore très généraux, ils présentent l’intérêt d’articuler assez précisément les dimensions techniques et politiques à prendre en considération dans le développement de ce type d’infrastructure. Ainsi identifient-ils plusieurs éléments clés : la gouvernance (governance), la pérennité (sustainability), les garanties de contrôle par la communauté (insurance), la nécessité de progresser sur la mise en œuvre concrète (implementation) de ces principes généraux.

  • 4 Guédon et al. (dir.), 2019 ; Unsworth, 2006.

11Il est possible de tirer trois recommandations de ce qui a été exposé précédemment. Tout d’abord, il est nécessaire de reconnaître la place centrale que jouent les plateformes de diffusion dans l’écosystème des publications des sciences humaines et sociales à l’ère numérique. Ensuite, il est urgent de mieux connaître et comprendre, en les étudiant davantage, ces espaces où s’exercent des jeux de contraintes contradictoires et des rapports de force entre des acteurs aux intérêts parfois divergents. Enfin, il semble indispensable que les communautés de recherche elles-mêmes investissent la gouvernance de ces plateformes et plus largement celle des infrastructures savantes, sous peine de ne pas être en capacité de maîtriser les conditions de partage et de circulation de leurs recherches dans l’espace numérique4. À cet égard, le récent renouvellement du Conseil scientifique d’OpenEdition, qui a suscité les candidatures de plus de soixante-dix d’entre eux venant d’un large spectre disciplinaire et de plusieurs pays francophones, est un signe encourageant.

Notes

1 Dacos, 1999.

2 La page d’accueil de Revues.org en 1999 n’est aujourd’hui plus en ligne, mais elle est encore disponible sur Internet Archive : https://web.archive.org/web/20000816033833/http://www.revues.org (consulté en juin 2020).

3 Bilder, Lin et Neylon, 2015.

4 Guédon et al. (dir.), 2019 ; Unsworth, 2006.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search