Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Reconfigurations de la communication scientifique

Reconfigurations de la communication scientifique

Texte intégral

1Lieux de partage, de collaboration et d’ouverture sur le monde non universitaire, les espaces numériques donnant accès à des textes scientifiques ne se limitent plus aux seuls portails dédiés à la publication dématérialisée de revues ou d’ouvrages. Aux côtés des plateformes de diffusion apparues dans les années 1990-2000, d’ailleurs souvent méconnues quant à leur nature ou leur finalité – faciliter l’accès aux bibliothèques, améliorer la visibilité des productions scientifiques, porter un projet de libre accès ou regrouper les intérêts d’éditeurs commerciaux –, les données ou métadonnées de la recherche peuvent être déposées dans des archives ouvertes hébergées par des institutions publiques (HAL), mais aussi circuler dans des bibliothèques pirates (Sci-Hub ou LibGen) ou encore être captés par des acteurs privés de plus en plus présents, comme Academia.edu ou ResearchGate. Ces réseaux sociaux académiques se sont d’autant plus facilement imposés qu’ils n’ont pas vraiment d’équivalent dans la sphère publique, et qu’en dépit de leurs conditions d’utilisation aliénantes et des questions d’identité numérique ou de propriété qu’ils soulèvent, la communauté des chercheurs y trouve un autre espace de promotion pour ses activités et ses publications, tout en tissant des liens virtuels.

2Les nouvelles pratiques de diffusion et de lecture, qui ont animé une partie des débats autour de la loi pour une République numérique, transforment le monde de l’édition électronique et de la recherche : en marge de sa fonction première de dépôt, à géométrie variable selon les disciplines et d’un auteur ou d’une institution à l’autre, une plateforme comme HAL sert par exemple d’indicateur au CNRS pour évaluer les chercheurs et les unités. Ces nouveaux usages occasionnent aussi un déplacement perceptible des rapports de force, en redistribuant les rôles et en redessinant les périmètres des différents acteurs. Les plateformes tendent ainsi à se substituer aux éditeurs, leur imposent des modalités de publication (structuration, ajout de métadonnées, etc.), et, de fait, font office de distributeur et de libraire pour la commercialisation des ressources puisque les bibliothèques font appel massivement à leurs services. Les moteurs de recherche sont quant à eux devenus de véritables outils de référencement et de sélection. Enfin, les chercheurs semblent plus que jamais en capacité de s’autodiffuser, d’autant que le cadre législatif a évolué, qu’il favorise depuis 2016 une libération des savoirs dans des délais d’embargo resserrés (six mois pour les STM contre un an pour les SHS) et que les auteurs s’approprient de plus en plus les outils numériques, quand ils ne délèguent pas le versement d’extraits ou de textes intégraux à des tiers déposants. Toutefois, l’idée que la communication des résultats de la recherche est désormais bien plus aisée et qu’elle s’élargit grâce au numérique est à nuancer car les contenus accessibles en ligne demeurent très concentrés et hiérarchisés, les espaces numériques restent limités et les quelques acteurs sont dans des positions de quasi-monopole ou tout au moins de domination.

3Au final, le paradigme qui s’est mis en place, basé sur un système d’opportunités ou de contraintes que justifieraient les évolutions techniques du secteur, s’accompagne d’une révision des modèles économiques en partie liée à ces nouveaux modes de diffusion. Mais au-delà, le métier même d’éditeur, de son travail éditorial sur les textes jusqu’à la validation de leur qualité scientifique, se trouve remis en question, d’où la nécessité de réfléchir collectivement à la problématique de la reconfiguration de la communication scientifique pour parvenir à en maîtriser les effets.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search